Navegación – Mapa del sitio
Socio-historique

Les Polonais en Amérique latine: un autre regard

Marta Cichocka

Entradas del índice

Mots-clés :

Amérique latine, Polonais
Inicio de página

Texto completo

1En attendant une étude socio-historique approfondie sur toutes les particularités de l’immigration polonaise, baptisée Polonia, ce colloque me semble être une excellente occasion d’étudier sa variante latino-américaine. Il se peut qu’au premier regard le choix de sujet paraisse extravagant, d’autant plus que, parmi les immigrants européens en Amérique Latine, les Polonais représentaient somme toute un pourcentage modeste, 2% environ1. Cependant, il ne s’agit pas d’une preuve de mon patriotisme mais d’un simple constat: le cas de l’immigration polonaise, grâce à sa complexité, permet d’étudier les différentes facettes du problème qui nous intéresse, à savoir le statut et la perception de l’autre.

2Les Polonais disent habiter partout dans le monde, sans excepter donc le vaste Nouveau Monde. Mis à part quelques voyageurs mythiques, comme par exemple Krzysztof Arciszewski, pionnier parmi les Indiens du Brésil2, les premiers Polonais à s’installer réellement en Amérique Latine sont, au 17e et 18e siècles, les jésuites. C’est seulement au 19e siècle où l’on observe une vague importante de colons polonais: ils se dirigent surtout vers le Brésil et l’Argentine, et ils s’installent volontiers dans des bourgades où ils peuvent cultiver la terre, récolter la yerba mate, faire un peu de commerce et - parler polonais. Or, c’est un fait extrêmement significatif qu’avant l’an 1918, l’immigration polonaise dans le monde entier se compose exclusivement... d’Allemands, d’Autrichiens et de Russes. - Pour être plus précis, de citoyens allemands, autrichiens et russes. Il convient de rappeler que l’état polonais sombre à la fin du 18e siècle, à la suite d’une grave crise politique et économique. Les démocrates ont tout juste le temps d’adopter une courageuse constitution (en 1791), c’est la deuxième dans le monde et bien la première en Europe) - et déjà il est trop tard, les trois monarchies voisines écrasent facilement la démocratie nobiliaire. Suite aux trois actes de partage (1772,1792,1795), la Pologne disparaît de la carte de l’Europe: c’est ainsi que “l’Autre” fait son entrée au pays et s’impose progressivement avec sa langue, son administration, ses coutumes.

3Longtemps avant les partages, la Pologne était, rappelons-le, un pays multiculturel où, à différentes échelles, cohabitaient plusieurs peuples, religions, langues et dialectes. L’étrangeté de «l’autre» devenait en quelque sorte l’ornement de l’existence quotidienne. Cependant, l’annexion du pays par ses trois voisins est partout vécue comme une intrusion de l’autre, face à laquelle on désire se rebeller, s’effacer ou s’évader. Rien d’étonnant que la première motivation des émigrants soit d’ordre politique. Les insurrections échouent, les promesses napoléoniennes tombent dans le vide, la Prusse et la Russie renforcent la politique d’assimilation: durant plusieurs décennies, les patriotes polonais émigrent massivement vers l’Occident. Certains restent en Europe, d’autres arrivent jusqu’en Amérique.

4Les sources d’information sur cette immigration politique sont dispersées et lacunaires, mais il paraît que majorité des immigrants, bien accueillie, décide de rendre aux pays hôtes tous les services dont ils se sentent capables. C’est ainsi que des officiers aux patronymes slaves apparaissent auprès de Francisco Miranda3 et de Simon Bolivar4; c’est ainsi que le géographe Edmund Strzelecki mène des travaux ethnographiques et ethnologiques notamment au Mexique, au Brésil et en Argentine, le géologue Ignacy Domeyko développe les mines au Chili et étudie les coutumes indiennes5, et au Pérou l’ingénieur Ernest Malinowski réalise un ambitieux projet de chemin de fer transandin.

5Mais les immigrants politiques sont des oiseaux de passage: ils repartent dès que cela est possible, souvent vers le sud de l’ancienne Pologne: la Galicie-Ruthènie autrichienne devient progressivement refuge de la culture polonaise. Il n’en va pas de même pour l’immigration économique qui prend beaucoup d’importance dans la seconde moitié du 18e siècle. La situation de paysans polonais s’avère de plus en plus déplorable, et cela autant dans la partie autrichienne de la Pologne comme dans la russe et la prussienne. Au poids de l’administration étrangère et aux persécutions politiques s’ajoutent le manque de terre , la pauvreté des récoltes, la misère. Les familles entières s’embarquent pour l’Amérique, la destination de prédilection étant l’empire brésilien et ses provinces de Paraná et Santa Catarina.

6Les débuts difficiles de l’immigration polonaise au Brésil reflètent toute la complexité d’une relation conflictuelle avec «l’autre». Et, chose curieuse, au départ «l’autre» n’est pas non plus autochtone. Les premières familles polonaises arrivant au Brésil dans la deuxième décade du 18e siècle viennent surtout de la région de Silésie, accaparée par la Prusse. Une fois sur place, avec leurs passeports prussiens, ces familles sont dirigées vers les centres d’immigration allemands, comme Blumenau et Brusque. Là, leur vie devient vite insupportable, les voisins allemands se montrent hostiles et veulent s’imposer avec leurs coutumes. Les Polonais, encore peu nombreux, demandent alors à l’Empereur Pedro II l’autorisation de créer des colonies polonaises dans la province de Paraná.

7Or, ce sont toujours les Allemands qui monopolisent le transport des immigrants européens et qui ont énormément d’influence sur les commissions d’accueil, celles qui déterminent la destination finale des nouveaux arrivants. Et les Allemands n’ont aucun intérêt à permettre aux Polonais de renforcer les liens entre eux ni leur identité nationale. Avant que la deuxième requête à l’Empereur ne soit enfin entendue, les familles polonaises sont systématiquement disséminées parmi les colons allemands. Finalement, avec l’accord de l’Empereur, le vice-président de Paraná promet aux immigrants polonais des terres aux environs de Curítiba, qui deviendra avec le temps la plus importante des villes polonaises au Brésil. Mais le tout premier village polonais s’appelle Pilarsinho, «Pèlerinage». Il est fondé en 1871 par 32 familles polonaises de Silésie qui se sont échappés une nuit, sur des radeaux, de Blumenau et de Brusque.

8La même année commence une grande vague d’immigration polonaise en Amérique Latine, surtout au Brésil où, à partir de 1890, le gouvernement offre aux immigrants le transport gratuit et leur facilite l’acquisition de la terre. Cela explique pourquoi, jusqu’en 1914, on voit apparaître au Brésil 91 nouvelles localités polonaises6. Dans les années 20, au 20e siècle on compte 100.202 Polonais dans la province de Paraná, 61.200 à Rio Grande do Sul et encore 18.810 Polonais à Santa Catarina7. Malgré l’apparence, ces chiffres sont seulement approximatifs dans la mesure où, comme nous l’avons déjà fait remarquer, jusqu’en 1918 la question de l’appartenance nationale des immigrants polonais reste délicate.

9Voilà pourquoi c’est avec beaucoup de précautions que les sources avancent que la totalité des habitants ayant émigré de l’ensemble des territoires d’ancienne Pologne s’élève à quelques 3,5 millions de personnes, dont 2 millions de Polonais «de souche»8 : En général, si les autorités russes ne facilitaient pas le départ des colons, les allemandes ne leur posaient pas trop de problèmes. Quant aux lois autrichiennes, favorables au départ, elles deviennent de plus en plus exigeantes - et de plus en plus contournées aussi: si pour pouvoir partir il faut être en possession d’un passeport et d’une somme d’argent, les paysans font circuler souvent le même argent et s’envoient le même passeport aussitôt la frontière passée.

10Malgré toutes les difficultés possibles et imaginables, les paysans polonais (surtout sous la tutelle russe) attrapent une telle «fièvre brésilienne» que les patriotes et les propriétaires fonciers décident de les «soigner» et remédier au dépeuplement. C’est là où nous allons être confrontés au désir de forger l’image négative de «l’autre», encore inconnu. L’image travaillée par la presse locale, par les journaux édités en polonais, aura un impact considérable. Vers 1870 des journalistes avertissent leurs lecteurs polonais des dangers de l’exploitation faite par les Brésiliens et d’une nouvelle traite des esclaves9. A cette époque, les objections se fondent plus sur la méfiance associée à l’imagination que sur des informations fiables. Les voix favorables à l’immigration sont infiniment plus rares mais, au contraire, elles s’appuient plus souvent sur les bases solides de l’expérience. C’est ainsi qu’un auteur, ayant visité entre 1879 et 1880 plusieurs colonies polonaises autour de Curítiba, publie un rapport bienveillant10.

11Avec le temps, la polémique devient de plus en plus violente, et l’exode rural – de plus en plus manifeste. Les patriotes et les activistes locaux commencent à se rendre compte qu’une «légende noire» au sujet de l’émigration ne peut rien contre le poids de la réalité, c’est-à-dire contre les dures conditions de vie des paysans qui préfèrent tenter leur chance ailleurs. Même si la presse polonaise en général maintient sa position défavorable à l’émigration, les journaux se mobilisent pour remplacer la légende par des données réelles: plusieurs correspondants sont alors envoyés partout où s’installent les colons. Leurs inspections, car il s’agit bien de cela, sont d’une durée variable et ont pour but d’établir quelles sont réellement les conditions de vie dans les pays d’accueil, quelles sont concrètement les opportunités des immigrants et quelles sont leurs besoins les plus urgents.

12Adolf Dygasinski, journaliste et romancier, envoyé en Amérique Latine par le très important Kurier Warszawski («Courrier de Varsovie»), est le premier sur la longue liste des journalistes-inspecteurs. Parti en novembre 1890 avec un groupe d’émigrants, revenu déjà en février 1891, il a passé 5 semaines au Brésil et 5 jours seulement parmi les colons polonais. Sa relation de Rio de Janeiro et de quelques bourgades polonaises de Santa Catarina, très décourageante pour de futurs émigrants11, est immédiatement contestée à cause de la courte durée de son séjour.

13Un autre ennemi de l’émigration, le prêtre Zygmunt Chelmicki, est envoyé au Brésil en 1891 par le journal Slowo («Parole»), pour chercher les colons mécontents de leur décision et les ramener en Pologne, afin qu’ils puissent dissuader à l’émigration d’autres volontaires. Chelmicki visite Rio de Janeiro, São Paulo, Paraná et Curítiba, et avant de partir confie sa mission à un homme de confiance, qui malheureusement trahit cette confiance et s’évade avec l’argent que plusieurs dizaines de colons lui avaient payé pour rentrer en Pologne (en réalité ce voyage devait leur être offert). Non seulement l’action échoue, mais les immigrants désabusés manifestent leur mécontentement si violemment que les autorités brésiliennes décrètent de les déplacer au fin fond du pays12.

14D’autres esprits clairvoyants, conscients de l’impossibilité d’arrêter le processus de l’exode, décident néanmoins de le contrôler et, surtout, de rendre l’existence de l’émigrant la plus tranquille possible. Józef Siemiradzki, voyageur, auteur des études ethnographiques sur les Indiens Sudaméricains13, consacre une partie de ses voyages aux inspections des colonies polonaises au Brésil. Il remarque les mauvaises conditions de voyage et la précarité des logements temporaires, néanmoins il estime que certaines provinces du Brésil se prêtent parfaitement bien à la colonisation européenne et il incite à développer les contacts entre l’émigration polonaise d’un côté et les autorités locales polonaises de l’autre14.

15Progressivement, l’idée fait son chemin. L’orage dans la presse se calme; au début du 20e siècle les journaux n’envoient plus de correspondants pour maudire l’émigration, mais pour inspecter cette fois l’activité des centres culturels polonais, des écoles polonaises et des associations polonaises dans les pays d’accueil. Les journaux perdent d’ailleurs leur monopole d’information: par exemple, en 1907 plusieurs associations économiques et agricoles polonaises s’organisent pour envoyer au Brésil un observateur averti, un économiste. Durant plusieurs mois, Ludwik Wlodek visite tous les principaux centres de l’émigration polonaise et doit trouver de nouveaux terrains de colonisation. Ses remarques sur l’émigration sont intelligentes et perspicaces: il encourage notamment les paysans sans terre, qui sont sûrs d’en trouver au Brésil; il déconseille le départ aux artisans, à cause de la concurrence grandissante; et il regrette l’absence des intellectuels dans les colonies polonaises15.

16Il est curieux de noter le changement progressif des mentalités et de voir comment, à partir de la fin du 19e siècle, commence aussi à se concrétiser l’idée patriotique de faire ressusciter la Pologne au Brésil ou en Argentine. Les partisans de cette idée, vivant en grande partie sur les anciens territoires polonais, préconisaient la création de plusieurs états polonais au Brésil unis sous le nom de Nowa Polska, «Nouvelle Pologne», et s’apprêtaient à y faire venir tous les immigrants polonais, surtout ceux des Etats Unis. Indépendamment, les centres d’immigration polonaise en Amérique Latine éprouvent le besoin de s’unir et d’avoir un pouvoir central. Ces tendances se font manifestes déjà au 19e siècle: en 1898, pour la première fois, le parlement des émigrants polonais se constitue à Curítiba et vote la création de l’Union Nationale Polonaise avec son propre journal, Zwiazek («Union/Relation»). Malheureusement, les disputes entre les activistes politiques et les désaccords entre les associations rendent impossible la réalisation de ce projet. En 1908 la session d’une Nouvelle Diète Polonaise est interrompue à cause des luttes entre les cléricaux et les libéraux; et en 1911 une autre session est boycottée par toute une partie de la Polonia. Le milieu des immigrants reste ainsi divisé jusqu’à ce que, en 1918, la Pologne ressuscite effectivement en… Pologne, alors que toutes les tentatives nationalistes polono-américanistes tombent à l’océan.

17Cependant, là où la plupart des milieux, même les plus divisés, s’unissent comme par magie, c’est face à l’autre: dans ce cas précis, face à la population du Brésil. Nous avons consultés à cette occasion plusieurs témoignages: les extraits des lettres (de 1890-91)16 ainsi que les mémoires des colons (avant 1936)17 sont aussi instructifs que les rapports diplomatiques (tous de 1938)18. La vision qui s’en dégage est étonnement homogène et le sentiment qui domine est, tristement, le rejet et le mépris. Tout d’abord, bien qu’émerveillés par la beauté du paysage et par la fécondité de la terre, les colons polonais font preuve de nostalgie et trouvent leur pays d’origine beaucoup plus beau que l’Amérique. Ensuite, ces paysans habitués à travailler avec acharnement chaque morceau de terre disponible sont outrés de constater le manque d’intérêt des autochtones pour l’agriculture et la prédominance de la culture extensive de la terre. Dans leurs lettres, ils décrivent avec l’étonnement ces terres tellement vastes et presque intactes, ces cultures primitives de maïs et des fruits et enfin ces habitants qui vivent dans de petites cabanes, “comme des animaux”19. Ils les décrivent ainsi:

…Le peuple riche et miséricordieux, sous la chaleur travaille peu, ils gardent seulement assez de mules, de chevaux, de bétail et des cochons, car il ne faut pas s’en occuper, ça mange tout seul...20.

18Aux yeux de nouveaux arrivants, les peuples latino-américains gaspillent les richesses de leurs pays et ce gaspillage est dû à l’inconscience et à l’ignorance: c’est alors que naît la légende de la mission civilisatrice des Polonais en Amérique. «On se mettra au travail et tout va changer», écrit un colon21, convaincu d’être celui qui donne (le savoir) et pas celui qui reçoit (la terre, les outils, l’argent). Quarante ans plus tard, l’un des activistes de la communauté polonaise résume ainsi ses mérites: introduction de la charrue et de la faux; cuisson du pain; construction de maisons, de chemins de fer et de routes; labourage des terres (le sud du Brésil et le nord de l’Argentine); développement du commerce22. Les colons refusent de voir que leur activité s’inscrit peut-être dans les projets des autorités étrangères, et qu’il ne s’agit pas de leur mission civilisatrice mais d’un programme du développement du pays mis en place par le gouvernement local.

19Le mépris de «l’autre» n’est rien d’autre qu’un complément logique de la légende des immigrés, envoyés pour civiliser les sociétés primitives. Il est frappant de voir la vitesse à laquelle les Polonais en Amérique deviennent dépositaires de la culture européenne et commencent à traiter leurs voisins autochtones de «sauvages» ou de «sangliers»23. De nombreuses blagues reflètent cette conviction commune que “les sauvages” ont sauté tout droit du palmier dans leur voiture. Parfois encore au 20e siècle, dans les années 30, les immigrés et leurs descendants ne veulent pas adopter la langue portugaise et la culture locale de peur de faire ainsi un pas en arrière (sic!), ou refusent de faire apprendre le portugais aux enfants pour “ne pas avoir des sangliers à la maison”24.

20Malheureusement, la diplomatie polonaise de la Pologne ressuscitée (entre 1918 et 1939) ne semble qu’encourager de telles réactions. Pire encore, les rapports diplomatiques soulignent clairement l’infériorité économique et intellectuelle du peuple brésilien. Il paraît d’ailleurs que la II République Polonaise menait au Brésil une activité politiquement très incorrecte, en essayant de regrouper et concentrer les immigrants polonais afin de prendre le contrôle sur certaines régions et obtenir plus d’influence sur le Brésil. Le plan était totalement irréel, mais il montre bien le manque de respect pour l’autre.

21Gombrowicz, arrivé en Amérique Latine à la veille de la II Guerre Mondiale et confronté à l’immigration polonaise avant, pendant et après la guerre, remarque exactement la même arrogance25:

Pour un Polonais arrivé après la guerre d’Angleterre ou de France, l’Argentine est quelque chose de totalement primitif, qui ne vaut aucune réflexion, seulement le dédain. Même si, à chaque pas, il est confronté à un bien-être, un niveau de vie, une propreté, un savoir-vivre inconcevables en Pologne; même si la quantité des voitures, à Buenos Aires seulement, dépasse plusieurs fois la somme des voitures de la Pologne toute entière; même si le métro ici est bien meilleur que le métro parisien, les maisons sont plus modernes, les gratte-ciels ont plusieurs dizaines d’étages et une maison à étages sans ascenseur est impensable – de toute manière, le Polonais va traiter les Argentins du haut de son «européanisme», car c’est ainsi que les traite un Français ou un Anglais.

22Pour résumer, si la tolérance et l’ouverture d’esprit sont historiquement attestées dans la Pologne du 15e, 16e, 17e siècle - après les partages du 18e, les Polonais ont une image de soi bien fragile. Tellement fragile qu’elle doit être renforcée par la légende patriotique et surtout défendue face à «l’autre». Plus le complexe polonais est fort, plus l’orgueil sera grand et superficiel, plus le rejet de «l’autre» se fera manifeste: et cela même si la facilité d’adaptation des colons polonais reste époustouflante. La preuve: dans la seconde moitié du 20e siècle, on estime la population d’origine polonaise au Brésil à quelques 840.000 (sur 150 millions d’habitants), 120.000 en Argentine (sur plus que 30 millions d’Argentins), 6.500 en Uruguay (sur 3 millions d’Uruguayens), 3000 au Venezuela (sur 17 millions de Vénézuéliens), 2000 environ au Paraguay (sur 3 millions et demi de Paraguayens). Ces chiffres sont approximatifs dans la mesure ou dans la plupart des pays les statistiques ne font pas de distinction parmi des groupes ethniques26. Aujourd’hui, l’immigration polonaise en Amérique Latine demeure dispersée et divisée, mais aussi de mieux en mieux intégrée dans les sociétés latino-américaines actuelles, ce qui pourrait devenir sujet d’une autre étude.

Inicio de página

Bibliografía

Kula, Marcin : Ameryka Lacinska w relacjach Polaków: Antologia , Wydawnictwo Interpress, Warszawa, 1982.

Ezquerro, Milagros (dir.)  : Construction des identités en Espagne et en Amérique Latine: la part de l’Autre (hommage à Maurice Molho,1996

Kula Witold, Assobrodaj-Kula, Nina, Kula Marcin  (red.) : Listy emigrantów z Brazylii i Stanów Zjednoczonych, 1890-1891, Warszawa, 1973.

Chwalba, Andrzej : Historia Polski 1795-1918, Wydawnictwo Literackie, Kraków 2000

Dumont, Gérard-François : Les migrations internationales. Les nouvelles logiques migratoires, SEDES, Paris, 1995.

Gombrowicz, Witold : Dziennik 1953-1956, Paris 1957, Dziennik 1957-1961, Paris, 1962.

Groniowski, Krzysztof : Polska emigracja zarobkowa w Brazylii 1871-1914, Wrocaw, 1972.

Lukas, Javier de, Sami Naïr : Le déplacement de l’autre, Editions Kimé, 1996.

Paradowska, Maria : Polacy w Ameryce Poludniowej, Ossolineum, Wroclaw, 1977.

Taïeb, Eric : Immigrés: effet générations, Editions de l’atelier, 1998.

Inicio de página

Notas

1D’après Maria Paradowska, Polacy w Ameryce Poludniowej, Ossolineum, Wroclaw, 1977, p. 138.
2Krzysztof Arciszewski (1592-1656) eut une longue carrière politique, militaire et littéraire, en Pologne comme en Hollande. Il fut également chef de l’armée hollandaise au Brésil et laissa de précieuses notes sur les coutumes des Indiens Tapouïa, citées par Gerard Voss dans De theologia gentili et physiologia christiana sive de origine et progressu idolatriae, Amsterdam, 1642, et commentées ensuite par d’autres spécialistes.
3Les sources sont lacunaires mais mentionnent Filip Maurycy Marcinkowski, Gustaw Bergud et Izydor Borowski, devenu plus tard l’un des généraux de Libertador.
4Parmi les partisans de Bolivar, on trouve notamment Ferdynand Sierakowski, Ludwik Flegel et Jan Birgard.
5Cf. Ignacy Domeyko, Araucania y sus habitantes (1845), édition polonaise en 1860, trad. de J. Zamostowski.
6Après Pilarsihno en 1871, les colons polonais de la Prusse de Ouest fondent Abranches (1873), ceux de la région d’Opole fondent Santa Candida (1875), ceux de la Galicie autrichienne - Lamenha (1876), ceux de Gorlice - Tomas Coelho; d’autres colons s’installent à Espírito Santo, Mato Grosso, Minas Gerais et São Paulo.
7Données présentées par Kazimierz Gluchowski in Materialy do problemu osadnictwa Polskiego w Brazylii, Warszawa, 1927.
8Cf. Andrzej Chwalba, «Emigracja zarobkowa» in Historia Polski 1795-1918, Wydawnictwo Literackie, Kraków 2000, p. 534.
9Gazeta Torunskacitée par Krzysztof Groniowski in Polska emigracja zarobkowa w Brazylii 1871-1914, Wroclaw, p.10-11. Les mêmes opinions apparaissent notamment dans Przyjaciel Ludu, Dziennik Poznanski, Gazeta Lwowska, Pielgrzym. etc.
10Cf. l’article de T. Rudzki dans la revue Wedrowiec («Voyageur»), 1882.
11Après son retour, A. Dygasinski publie les Lettres du Brésil et quelques romans consacrés à la condition tragique de l’immigré.
12L’histoire rapportée par M. Lepecki, Parana i Polacy, Warszawa, 1962.
13Cf. J. Siemiradzki, Na kresach cywilizacji, Lwów, 1896; Beiträge zur Ethnographie der südamerikanischen Indianer, Vienne 1898; O Indianach Poludniowej Ameryki, Kraków, 1924.
14A ce sujet, J. Siemiradzki publie entre autres La Nouvelle Pologne, Bruxelles 1899; Polacy za morzem, Lwów 1900; Szlakiem wychodzców, Warszawa 1900; Pod obcym niebem, Kraków 1904.
15L. Wlodek publie plusieurs articles de presse et quelques livres: notamment un guide de Brésil avec un dictionnaire (Cracovie, 1909), Polskie kolonie rolnicze w Paranie, Varsovie, 1911, Polacy w Paranie etc.
16Réunies et éditées comme Listy emigrantów z Brazylii i Stanów Zjednoczonych, 1890-1891, Warszawa, 1973.
17En 1936 eut lieu en Pologne un concours des mémoires des émigrants. 39 mémoires sont arrivés d’Amérique Latine, dont 27 furent publiés. Cf. Pamietniki emigrantów. Ameryka Poludniowa, Warszawa 1939.
18Par exemple les rapports de Józef Gieburowski, consul général de Pologne à Curítiba (AAN, MSZ, 10026, k.5 ou AAN, MSZ, 10381, k.115); les rapports de Bohdan Lepecki, vice-consul de Pologne (AAN, MSZ, 10387, k.43 ou 80); ou de Tadeusz Skowronski, député polonais à Rio de Janeiro (AAN, MSZ, 10382, k.29).
19Cf. Listy emigrantów…, op. cit., lettre n° 77.
20Ibid.,lettre n° 74.
21Ibid., lettre n° 77.
22Une lettre au président polonais Józef Pilsudski de Buenos Aires, 1933 (AAN, MSZ, 10982, k.150).
23L’insulte populaire naît d’un glissement progressif entre deux mots polonais: dziki (sauvage) et dzik (sanglier).
24D’après un rapport de vice-consul polonais Bohdan Lepecki de 29.11.1938 (AAN, MSZ, 10387, k.43).
25W. Gombrowicz, Dziennik 1953-1956, Paris 1957, Dziennik 1957-1961, Paris 1962.
26D’après Maria Paradowska, Op. cit., p. 280-281.

Kula, Marcin : Ameryka Lacinska w relacjach Polaków: Antologia , Wydawnictwo Interpress, Warszawa, 1982.

Ezquerro, Milagros (dir.) : Construction des identités en Espagne et en Amérique Latine: la part de l’Autre (hommage à Maurice Molho,1996

Kula Witold, Assobrodaj-Kula, Nina, Kula Marcin (red.) : Listy emigrantów z Brazylii i Stanów Zjednoczonych, 1890-1891, Warszawa, 1973.

Gombrowicz,Witold : Dziennik 1953-1956, Paris 1957, Dziennik 1957-1961, Paris, 1962.

Groniowski,Krzysztof : Polska emigracja zarobkowa w Brazylii 1871-1914, Wrocaw, 1972.

Paradowska,Maria : Polacy w Ameryce Poludniowej, Ossolineum, Wroclaw, 1977.

Taïeb,Eric : Immigrés: effet générations, Editions de l’atelier, 1998.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marta Cichocka, « Les Polonais en Amérique latine: un autre regard », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 4 | 2002, Publicado el 13 enero 2006, consultado el 30 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/483

Inicio de página

Autor

Marta Cichocka

Akademia Pedagogiczna, Kraków - Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org