Navegación – Mapa del sitio
Anthropologie

De la campagne à la ville: les employées domestiques à Mexico

Nathalie Ludec

Entradas del índice

Palabras claves :

Mexico
Inicio de página

Texto completo

1Les employées domestiques dans les grandes villes constituent un groupe spécifique au sein des migrations internes féminines au Mexique. Le travail domestique reste sans aucun doute un secteur important pour l’insertion des femmes migrantes sur le marché du travail, qui évolue en fonction du développement du pays et de la capitale. Deux autres secteurs tournés vers l’exportation accueillent en effet aujourd’hui et de façon prioritaire la main-d’œuvre féminine migrante: l’industrie de transformation et l’agroindustrie. Pour des raisons économiques, les jeunes Indiennes, des paysannes, émigrent vers la ville, des états pauvres du pays (Oaxaca, Morelos) vers la capitale, le District Fédéral (DF), avec comme seule formation, leur rôle traditionnel au sein de leur foyer d’origine, qui tourne autour des tâches ménagères.

2Cette migration amène des changements divers dans la vie de ces femmes qui doivent s’adapter: sur le plan économique, leur activité est rémunérée; le contexte social de résidence et familial est bouleversé, en passant  du milieu rural au milieu urbain et du domicile des parents à celui des patrons, elles font alors partie de nouveaux réseaux sociaux. Cette situation de rupture et de mobilité caractérise donc cette migration féminine qui subit ou construit de nouvelles interactions avec le groupe dominant, urbain. L’opposition ville-campagne se matérialise selon deux pôles, deux cadres de vie étrangers l’un à l’autre. Cette relation réciproque d’étrangeté fixe une hiérarchie entre l’employée et sa patronne, vécue de manière harmonieuse ou conflictuelle selon les besoins, les attentes et la mentalité de celle qui a le pouvoir.

3En effet les fonctions attribuées et les tâches exigées à l’employée déterminent différents types de comportement chez les maîtresses de maison, que l’on peut caractériser selon une triple approche définie à partir d’interviews de “ bonnes patronnes ”, d’observations sur le terrain et de sources journalistiques et littéraires, et qui couvre trois attitudes: la reconnaissance, la charité et la négation. Dans le premier cas, la maîtresse de maison prévoit un temps d’adaptation, d’apprentissage nécessaire pour accueillir “ l’autre ” dans sa maison, nouveau milieu de vie pour la jeune femme, afin que celle-ci réponde au mieux à ses exigences et s’offre aussi les moyens de sa propre autonomie. Dans le deuxième cas, la famille d’accueil, catholique pratiquante, fait preuve de charité chrétienne. Cet altruisme, louable, à l’encontre des jeunes employées va de pair avec une dépendance fondée sur la notion de la famille. Dans le troisième cas, la brutalité immédiate des exigences fixées par la patronne amène à une exploitation violente de la domestique, niée comme être humain et corvéable à merci. En fait, le sort des employées qui habitent sous le même toit que leurs patronnes, dépend du bon vouloir de ces dernières, peu contraintes par une législation insuffisante concernant le travail domestique.

4Les relations de type maître-serviteur évoluent très lentement vers un autre schéma relationnel qui serait construit autour d’un véritable contrat de travail qui définit les obligations respectives de la salariée et de son employeuse. D’une part, de plus en plus de femmes veulent travailler à la journée (de entrada por salida), comme femme de ménage, et d’autre part le profil de l’employée change. Les mères de famille des classes populaires urbaines côtoient à présent les jeunes Indiennes dans ce secteur d’activités. Du côté des patronnes surgissent des réticences, que l’on comprend aisément, face à une réglementation du travail domestique.

5Aborder le thème du travail domestique revient à rendre visible et à reconnaître à la fois un secteur précis de la population féminine mexicaine migrante, que sont ces jeunes femmes d’origine rurale et indienne qui arrivent dans le DF, discrètes et souvent ignorantes. C’est aussi rendre compte, sur le plan légal, de l’insuffisance de l’organisation de ce type de travail dont la visibilité et la reconnaisance restent encore partielles. Par ailleurs, c’est aussi essayer de cerner des processus d’intégration et d’exclusion, respectivement dans la communauté de destination, urbaine, et par rapport à la communauté d’origine, rurale. Enfin l‘organisation du travail domestique salarié au Mexique est une manière de mesurer le degré de démocratie d’une société qui veut ressembler, surtout pour  les classes privilégiées, au “ premier monde ” mais sans vouloir en payer le prix.

De l’intérêt pour le travail domestique

Cadre conceptuel

6Le travail domestique comprend les tâches ménagères, ces tâches que l’on préfère laisser aux autres, mais à qui ? plutôt à une autre ... qui n’a pas d’alternative professionnelle, ce qui est particulièrement vrai au Mexique, où symboliquement le travail domestique est associé à la pauvreté, à la migrante, à la femme rurale indienne. En France, on constate que dans ces secteurs la proportion de main-d’œuvre immigrée (Espagnoles, Portugaises, Maghrébines) est importante, selon la sociologue française Jeanne Singer qui fut sans doute la première à produire une analyse des statistiques concernant l’emploi de ces femmes étrangères (Singer, 1985). Pour nommer celle qui exécute ces tâches, on parle de l’employée de maison, de la domestique, de la femme de ménage, de l’aide-ménagère. Au Mexique, on les regroupe dans deux catégories: celles qui travaillent et qui vivent chez leurs patrons (de planta, muchacha de pie, vivir cama adentro) et celles qui travaillent à la journée ou à l’heure (de entrada por salida, vivir puertas afuera).

7De quand date l’intérêt scientifique pour le travail domestique? Le thème est associé à des données sociologiques et économiques sur un fond idéologique nouveau. Situons le phénomène migratoire et le travail domestique, selon deux axes, scientifique et thématique, qui émergent dans les années 70. La recherche sur le phénomène migratoire découvre les migrantes. Les migrations sont abordées dans une perspective de genre: parmi les migrants économiques les femmes ont des caractéristiques propres de par leur champ d’activité qui est le travail domestique, un des thèmes privilégiés des féministes des années 70. Définir le travail domestique renvoie donc à des phénomènes socio-économiques qui dépassent les frontières de l’espace familial pour embrasser toute l’organisation d’une société, qui au Mexique s’insère dans une perspective de genre et ethnique.

8En France, le développement relatif de recherches concernant les femmes migrantes date de la fin des années 70, début des années 80. Elles ont l’intérêt de mettre en évidence la dimension sexuée des phénomènes migratoires, la présence ou l’absence des femmes (Taboada,1978).

9Au Mexique, les études sur la migration féminine trouvent leur place dans les travaux socio-anthropologiques et socio-démographiques1 sur le monde paysan au début des années 70. Ces recherches ont mis en évidence l’importance des femmes dans certains courants migratoires, comme dans les migrations d’origine rurale vers les zones métropolitaines ou encore dans les migrations de différentes zones du pays vers les villes de la frontière nord du Mexique. (...) Elles ont permis de comprendre les migrations indépendantes de jeunes filles d’origine rurale vers les grands centres urbains où leur participation économique est très élevée contrairement à leur choix d’activité, lui très limité (Szasz, 1997).

10Le travail domestique et les tâches ménagères par ailleurs sont au centre des débats féministes dans les années 70. La question de la répartition des tâches ménagères est le fer de lance du mouvement féministe, une revendication majeure en Europe et aux Etats-Unis, nourrie par une abondante littérature2. Il s’agit d’évaluer le poids de ce “ travail dit invisible ”, dévalorisé, que toutes les femmes réalisent gratuitement chez elles; selon une éducation informelle féminine, on pense qu’une femme “ naturellement ” sait tenir une maison et que le travail domestique n’est pas considéré comme du travail, le travail domestique des femmes étant exclu du domaine économique.

11Au Mexique, le problème ne se pose pas dans les mêmes termes. Pour amortir les tensions entre la vie professionnelle et familiale, les Mexicaines ont un confortable “ amortisseur ” (colchoncito), selon l’expression de Rosario Castellanos (Castellanos,1982), c’est-à-dire une employée à domicile, structure que l’on peut étendre à toute l’Amérique latine (Chaney, 1993). Par ailleurs, le genre et l’ethnicité sont les éléments d’une équation qui accentue la dévalorisation du travail domestique.

12Travail domestique et migration féminine sont étroitement associés et donnent lieu à des écrits de tous genres, précisément dans les années 70 et 80. Relevons ceux des sociologues, notamment les travaux pionniers de Lourdes Arizpe sur les migrations paysannes indiennes vers la ville de Mexico (Arizpe, 1980). Le thème a aussi un traitement journalistique dans la presse féministe et généraliste: la revue féministe Fem publie un numéro spécial, coordonné par Elena Urrutia3, dans une perspective sociologique, juridique et littéraire (Fem, 1980); la journaliste Cristina Pacheco aborde le sujet dans ses chroniques publiées dans les quotidiens El Día, Unomásuno entre 1978 et 1984 et regroupées dans deux livres (Pacheco, 1986 et 1988). Sur le plan littéraire, Elena Poniatowska raconte le parcours de Jesusa Palancares, de Oaxaca à la capitale, où elle travaille comme ouvrière et domestique (Poniatowska, 1969). Tous ces travaux participent à la visibilité des femmes en migration dans un secteur jusque là ignoré des statistiques.

Cadre économique

13L’évolution du travail domestique et sa visibilité ont une relation étroite avec le développement économique global du pays et  de la ville de Mexico en particulier. Les migrations de la campagne vers la ville se sont développées de manière massive dès le début des années 40, favorisées par le dynamisme social et industriel de la ville4 et aussi par un nouveau type de développement agricole qui ne permet pas l’insertion des femmes; celle-ci se fait alors dans le service domestique et le petit commerce dans les villes (Szasz, 1997). Ensuite, jusqu’aux années 70, les politiques de développement économique favorisent un processus d’industrialisation de substitution aux importations, qui est accompagné d’une intense redistribution de la population des zones rurales vers les zones urbaines5. Dans ce courant migratoire de la campagne vers la ville, la migration féminine est  majoritaire, spécialement vers la ville de Mexico (Szasz, 1997). Cette émigration féminine répond principalement à la demande de services domestiques rémunérés, issue de l’accroissement des secteurs urbains aux revenus moyens. La population d’employées de maison a été multipliée par trois, entre 1930 et 1970, dans la capitale, ce qui s’explique par la forte demande dans les classes moyennes à un moment où les femmes entrent sur le marché du travail6. Le courant le plus important de l’immigration vers la ville de Mexico en 1970 est de fait constitué par des femmes seules qui migrent pour travailler comme employées domestiques et qui vivent chez leurs patrons (Oliveira,1984).

14En 1978, dans la ville de Mexico, 23,7%7 de la population économiquement active (PEA) sont employées de maison8. En 1990, même si les activités proposées sont plus diversifiées (commerce, industrie du vêtement), le travail domestique s’adresse majoritairement aux jeunes femmes (Szasz, 1997). Depuis les cinquante dernières années, la présence masculine dans ce secteur n’a cessé de diminuer et la féminisation s’est accrue9.

15Dans ce cadre conceptuel et économique du travail domestique réalisé par les migrantes dans la ville de Mexico, il convient de caractériser plus précisément ces femmes, employées et patronnes qui vivent souvent sous le même toit, mais qui restent séparées par leur origine ethnique, socio-écomonique et par leur culture.

« On recherche employée de maison » 10

16L’organisation du travail domestique salarié est fondé sur la relation entre deux femmes, différentes sur le plan socio-économique, ethnique et générationnel, ce qui peut provoquer des conflits L’employée redéfinit sa place en fonction de celle que lui assigne la société d’arrivée et en fonction d’une réinterprétation de sa culture, entraînant un processus d’acculturation. Le changement de milieu culturel pour l’employée représente la nécessité d’acquérir de nouvelles connaissances et une adaptation, qui est mutuelle ou pas entre les deux femmes. “ Tout immigré est aussi un émigré dont on ne saurait ignorer l’histoire passée et présente ”, faite de rupture et de mobilité (Sayad,1984).

Du côté des employées de maison

17Les caractéristiques de la migration féminine ont évolué depuis les années 70 jusqu’à nos jours en ce qui concerne son origine et son profil. Les études pionnières des années 70 montrent que ce ne sont pas les préférences personnelles qui déterminent la décision d’émigrer mais les conditions et les intérêts économiques  de la cellule familiale et que ces migrations individuelles dépendent en réalité de stratégie de groupe (Oliveira, 1984). Le recrutement des aînées ouvre ainsi la porte à celles qui suivent, sœurs ou autres filles du même village. Les emplois sont obtenus grâce à des parents déjà installés en ville. Mais il arrive aussi que les jeunes filles soient sans famille sur leur lieu de destination. Dans cette perspective, l’espace de travail est aussi un espace social convenable pour la jeune fille qui vit sous la coupe d’une marraine (madrina), en fait sa patronne, qui doit normalement la protéger (Szasz, 1997).

18Deux enquêtes, réalisées à deux périodes différentes, ont permis de définir leur profil (âge et état civil) et de mesurer les changements et les constantes quant à leur origine géographique, leur niveau de scolarité et le type de travail réalisé ou solllicité: la première enquête (a) a été réalisée par une anthropologue, Mary Goldsmith auprès de 55 femmes immigrées dans le DF entre 1977 et 1982 (Goldsmith, 1989), la deuxième (b) provient de données recueillies par le Collectif Atabal, la seule association civile qui s’occupe de la situation des employées domestiques dans le DF, à partir des demandes d’emploi enregistrées entre 1993 et 1996 (Colectivo Atabal, 1998).

19Les employées proviennent principalement des Etats du centre et du sud du pays, où de larges pans de la population rurale vivent d’une agriculture de subsistance (Szasz, 1997). Voici par ordre décroissant les Etats d’origine selon les deux sources (a) et (b):

20(a) Etat de Mexico (10), Oaxaca (9), Hidalgo (9), Guanajuato (5), Tlaxcala (4), Michoacán (3), Veracruz (3), Chiapas (2), Morelos (2), Puebla (2), Guerrero (1), Querétaro (1), San Luis Potosí (1) et Yucatán (1).

21(b) Le DF, Oaxaca, Puebla, Veracruz, Hidalgo et Etat de Mexico. En 1996, de chaque zone provenait le même nombre de femmes.

22L’Etat de Oaxaca arrive en deuxième position et garde ainsi une place prioritaire, tandis que le DF, dans l’enquête la plus récente, est en première position, ce qui est un élément nouveau.

23En ce qui concerne le niveau de scolarité, dans les années 80, dans le DF, qui offre pourtant le plus de structures éducatives, près de 50% des employées sont analphabètes et environ 30% n’ont pas terminé l’enseignement primaire (Gutiérrez, 1983). Par contre dans les années 90 (b), 55,69% ont atteint le niveau primaire, 30,37% le niveau secondaire et 5,06 le niveau baccalauréat.

24Quant au type de travail réalisé et sollicité selon l’état civil et l’âge, la majorité des employées ont entre 12 et 35 ans. Cependant la moitié de celles qui arrivent à la Bolsa Esperanza11 de l’association Atabal ont plus de 30 ans. Sur les 55 femmes interrogées (a), 38, soit 69 %, travaillent et vivent chez leurs patrons (de planta), ce sont les plus jeunes, elles ont entre 20 et 24 ans et sont célibataires. Les autres (de  entrada por salida), soit les 17 restantes, ont plus de trente ans et n’habitent pas sur leur lieu de travail. C’est cette formule qui aujourd’hui a le plus de succès. Entre 1993 et 1996 (b), 80% des demandes correspondent à un travail à la journée, de 8 heures maximum. Mais ce souhait ne correspond pas encore à la réalité: selon une enquête de 1994 organisée par la Confédération latino-américaine des Employées domestiques (Confederación Latinoamericana de Trabajadoras del hogar, CONLACTRAHO), auprès de 314 employées dans la capitale, 52,2% vivent chez leur employeur. Ce sont des mères célibataires, des femmes séparées, certaines abandonnées par leur mari, qui ont à leur charge les enfants, qui désirent travailler à la journée (b). Les jeunes célibataires, ou les femmes âgées, préfèrent un travail qui leur assure le gîte et le couvert.

25Ces différentes données (évolution du lieu d’origine, plus forte scolarisation, état civil) ont une incidence sur le type d’emploi demandé. Bien que les femmes préfèrent un emploi de entrada por salida, les employeuses sont plus à la recherche d’employées de planta. Ces orientations de choix résultent des intérêts de chaque groupe. Celles qui travaillent à la journée entrent plus dans le cadre d’un travail salarié qui délimite clairement les frontières entre le temps privé et le temps salarié, produit au sein d’une famille. Par contre, la vie de celles de planta  signifie une disponibilité permanente de leur temps au service de la famille, avec des journées allant parfois jusqu’à 14 h de travail, ainsi qu’une dépendance aggravée par un isolement géographique et culturel dans la ville.

26Certains quartiers sont des ghettos, sans vie sociale ni commerciale, et les maisons de véritables forteresses, surtout au sud du DF (Las Lomas, Jardines del Pedregal). Les maisons forment elles-mêmes des ilôts, avec leur porte d’entrée codée, leur système d’alarme, leurs hauts murs et palissades dissuasifs, surmontés de fil barbelé ou de tessons de verre. Dans les quartiers plus populaires, la vie est plus agréable, l’employée est plus libre, elle peut aller acheter des tortillas12 ou les petits pains pour le dîner. La ville est reste cependant un milieu hostile et étranger; les connaissances utiles en milieu rural cessent d’être applicables en milieu urbain: “ connaître les plantes pour la cuisine, faire le feu, tisser le huipil13(...)” (Bonfil Sánchez, 1995). Le changement de milieu de vie l’oblige à une adaptation parfois difficile: la conception même du ménage est différente; le bon sens n’a pas précisément le même sens selon la patronne ou l’employée. Une femme de ménage parle ainsi de sa patronne:

Elle se mit sur la pointe des pieds et posa la main au-dessus du meuble; elle me montra son doigt couvert de poussière et me rouspéta: “ Tu n’as pas nettoyé là-haut... ” Moi je lui ai répondu, “ Quelle idée d’aller voir là- haut? Personne n’ira vérifier à cet endroit... ” Alors elle a ri et m’a dit, “ Tu t’en sors toujours ” (Goldsmith, 1989).

27L’employée doit se familiariser avec les appareils ménagers: l’aspirateur, la machine à laver le linge, la vaisselle, ce qui suppose une formation assurée par l’employeuse. Elle doit aussi apprendre une nouvelle façon de cuisiner. Rarement les façons de faire, les connaissances d’origine, comme faire des tortillas  ou préparer des sauces à la main, en utilisant un mortier (molcajete ) sont valorisées. Ce qui est bien fait ne recouvre pas les mêmes choses, chez l’employée ou chez la patronne, cela dépend de l’expérience, du vécu. Sur le plan linguistique, la méconnaissance de l’espagnol accentue l’isolement. Avelina, une jeune Indienne, rencontrée en 1988, vivait et travaillait dans une famille de classe moyenne haute, dans le quartier de Taxqueña, au sud de la ville, chez des universitaires au style de vie américain. Avelina avait toujours un air de chien battu; elle ne pouvait pas répondre au téléphone, ne comprenant pas l’espagnol, la plupart du temps elle était seule et isolée dans cette grande maison, dont une partie était louée à des étudiants. Elle dort dans une pièce spécifique, souvent proche des appareils ou des objets qui rappellent son travail; c’est là où est rangée la table à repasser, par exemple. Elle mange dans la cuisine, un menu différent. Sur la terrasse, là où on étend le linge et où se trouve la bombonne de gaz, lui est réservée une chambre (cuarto de azotea), souvent mal entretenue. Vivant sur place, son temps de travail est flexible: ses charges de travail peuvent être soudain alourdies par un dîner, une réception en famille. Son salaire, lui, ne varie pas. Le montant n’est pas le même selon les classes sociales ou le bon vouloir des employeurs, s’ils vivent dans El Pedregal, quartier huppé, ou la Colonia del Valle, plus populaire. De plus, Avelina doit envoyer à sa famille une partie de ses gains selon les besoins et les exigences de celle-ci. Si elle est la fille cadette dans un groupe où la famille est très fermée et patriarcale -comme la famille mixe ou la mixtèque- la part qu’elle doit envoyer est importante. Par contre, dans une famille plus ouverte avec moins de besoins urgents, elle peut garder une grande partie de son salaire, comme ches les nahuas de Puebla (Bonfil, 1995). Ces gains sont destinés à la vie de la famille, à l’acquisition de biens de consommation, ou pour payer l’éducation des petits frères, mais non pour organiser son propre retour au village (Szasz, 1997).

28Elle peut être la proie d’une exploitation non seulement économique mais aussi physique, en subissant des abus de toutes sortes de la part des enfants ou des patrons. L’enfant-roi impose ses règles à l’employée. F.V., 35 ans, mère célibatiare, originaire de l’Etat de Mexico, employée à San Angel DF, raconte:

La petite s’est mise à écrire sur les murs. Je l’ai rouspétée et alors elle a été bien grossière. Elle m’a dit, si moi j’écris sur les murs, toi tu es ici pour les nettoyer ( Goldsmith, 1989: 109).

29Aux mauvais traitements psychologiques s’ajoutent les violences physiques et sexuelles, de la part des maris et des fils de la maison. Voici un extrait d’une chronique, L’esclavage, de Cristina Pacheco14, d’un de ses recueils intitulé Cuarto de azotea qui illustre cette réalité (Pacheco, 1986):

Les insultes qui semblent jaillir des quatre murs de sa chambre l’assourdissent. La douleur forme des cercles concentriques sur sa peau brune, jeune, torturée. Alicia sait qu’elle est prise au piège, que face à la colère de doña Luisa , il n’y a aucune issue possible. (...)

- Petite malheureuse, tu ne sers à rien, mais c’est autre chose pour t’empiffrer... -haletante, tremblant de rage, doña Luisa  saisit le fer à repasser très chaud et essaie de brûler la petite au visage. Pour se protéger Alicia lève le bras. Une douleur intense lui paralyse la main, puis se fige dans l’épaule, étouffant  aussitôt le cri qu’elle ne peut pousser. Elle recule jusqu’à la porte, par où elle pense fuir, comme les autres fois, mais à cet instant, celle-ci s’ouvre et apparaît don Sixto15.

30L’ignorance de la jeune employée, relayée par le discours de l’église est un terreau pour toute forme d’exploitation, parfois à peine déguisée par des comportements charitables, comme dans le cas de Tomasa, âgée de 26 ans et mère de deux jeunes enfants (6 ans et 4 ans). En 1988 elle vivait dans le quartier de Roma Sur, dans une famille de classe moyenne basse, très religieuse, vouée au culte de la Vierge, qui donnait lieu à des réunions hebdomadaires. A la porte était affichée cette enseigne, courante dans le quartier, Este hogar es católico.. La famille l’avait accueillie alors qu’elle était enceinte de son premier enfant; la “ vieille ”, disait-elle, l’avait acceptée par charité, avec son “ péché ”. Apparemment, elle n’a pas été informée suffisamment pour éviter la seconde grossesse.

31Ces mauvaises conditions de vie ne sont pas le lot de toutes les employées de maison de planta. Certains «bons» patrons entretiennent des comportements qui relèvent d’une relation affective, paternaliste et maternante, et non seulement socio-économique. Cela rappelle le ton du Manuel de Carreño, guide des bonnes manières qui date de la moitié du XIXe siècle. Dans le chapitre “ Comment nous conduire avec nos domestiques ”, il est stipulé que :

les domestiques doivent montrer leur reconnaissance et leur affection envers leur maître, qui doit être tolérant, indulgent, bon, cultivé, droit et juste, se montrer ferme mais sans être colérique, sévère mais non cruel, et ne pas humilier en public son personnel de maison (Carreño, 1979:107-109).

32En somme, les maîtres sont susceptibles de perfection et doivent le montrer, mais tout cela est présenté sans aucun référence à la justice ou à des critères légaux, mais bien sous le couvert d’une bonté et de qualités morales propres au patron.

Du côté des patronnes, les señoras

33Au XIXe siècle, les patronnes pouvaient lire les conseils prodigués par les revues féminines, comme El Semanario de las Señoritas  Mexicanas  (1841) et La Mujer (1880), sur comment les servantes devaient recevoir les invités et les introduire (Goldsmith, 1998). Plus récemment, on peut mesurer tout le mépris et aussi la contradiction avec l’optique chrétienne annoncée dans le titre de la revue La  Familia cristiana , de janvier 1976, qui affirme: “ Las criadas son como las muelas ... si se tienen están molestando, y si no, hacen mucha falta.”

34Pour la patronne, accepter l’autre comme être humain à part entière n’est pas acquis à la lecture de ces quelques lignes d’Hilario Frías et Soto, qui rend hommage par la même occasion aux employées domestiques:

En verdad que la recamarera tiene sus manías, y sus distracciones ¡Vaya si las tiene! pero no faltaba más que porque es recamarera dejara de anhelar y de sentir como todos los que somos de carne y hueso.

Hombres y mujeres que os dedicáis al oficio de fámulos y de fregonas que la bendición de Dios sea con vosotros por los siglos de los siglos (Frías y Soto, 1973).

35Voici un témoignage de “ bonne patronne ”. Les propos recueillis concernent son expérience et plus généralement les conditions de vie et de travail des employées de maison16. Mariée depuis 27 ans (1973), Josefina a employé six  domestiques, zapotèques et mixtèques du même village de l’Etat de Oaxaca.

Le plus souvent les employées travaillent dans l’illégalité, surtout les mineures, peu sont déclarées, elles n’ont pas la Sécurité Sociale (Seguro Social), c’est gratuit pour le travailleur, c’est l’employeur qui paye. Elles peuvent alors se rendre aux dispensaires publics (Salubridad) qui offrent des soins gratuitement, mais ce sont des services très chargés. Elles ont des journées de plus de huit heures, en général, elles travaillent de 6 h à 9h du soir, voire jusqu’au feuilleton de 10h à la TV. Leur situation est fragile: elles sont mises à la porte si elles sont malades, comme des chiens, ou si elles tombent enceintes. Certaines s’adressent à la Comission des Droits de l’Homme pour réclamer une indemnisation. Les salaires sont très bas, diminués d’autant si la patronne compte les dépenses en lumière, en gaz, c’est-à-dire les frais d’entretien défalqués du maigre salaire. Cependant à présent elles savent combien demander. Malgré tout cela, les jeunes filles sont prêtes à partir, la ville est comme un rêve, là elles auront de l’argent, elles pourront s’acheter des vêtements, des petites choses, alors qu’à la campagne, c’est la pauvreté, on y mange mal, seulement des tortillas et des haricots noirs. Elles doivent demander la permission à leur famille, souvent réticente. Les parents téléphonent et veulent des garanties. De plus, il y a les risques de prostitution et encore les abus sexuels des patrons. Les filles enceintes n’osent pas revenir au village. Elles ont l’habitude d’envoyer leur argent, tout ou une partie, à leur famille, et soudain tout s’arrête. A la ville, il y a toujours une amie ou des parents, des contacts qui permettent d’éviter l’isolement. Et puis le dimanche, elles se retrouvent entre elles, en groupe, elles rencontrent des garçons qui viennent aussi de la campagne et travaillent comme maçons, ouvriers, jardiniers ou chauffeurs. Le garçon peut être aussi du village. Ce sont les familles qui décident du mariage. Ainsi Magdalena, (une employée de Josefina), a dû retourner chez elle, contre sa volonté, pour se marier. En cas de refus, la famille la renie.

Dans leur travail, tout est nouveau, la nourriture, les appareils, ce que certaines patronnes n’acceptent pas, “ mais quelle idée elle a eu? ”, par exemple elles rangent tes chaussures dans le réfigérateur. En fait, il faut deux ou trois mois pour tout expliquer, mettre en confiance, comment répondre au téléphone ou comment utiliser l’aspirateur, objet bizarre. Parfois c’est un long processus, surtout pour cuisiner, certaines ne veulent pas goûter les plats. C’est pourquoi certaines patronnes ne veulent pas de celles qui arrivent directement de leur village. Elles apprennent l’espagnol avec la TV ou la radio. Quand elles sont malades, il est parfois difficile de les soigner. L’une d’elles, atteinte d’épilepsie, refusait systématiquement de prendre le traitement adéquat, pas même une aspirine; elle suivait les conseils du guérisseur de son village, qui lui prescrivait des herbes. Elle prenait une infusion au citron et au miel, mais rien d’autre. Elle a fini par s’en aller.

Elles sont rappelées dans leur village, pour leur mariage, à l’âge de 15 ans, à 18 ans elles sont déjà trop âgées. Certaines ne se marient jamais et restent employées, comme Sofía , âgée de 50 ans. Elles peuvent être rappelées aussi pour soigner un parent malade ou pour gérer un problème de terre dans le village, par exemple dans la région de Tehuantepec, à Juchitán, où les femmes sont réputées pour leur force de caractère et leur rôle de leader. Dans cette région, les hommes émigrent vers les Etats-Unis comme journaliers, et les femmes comme employées de maison en ville, c’est le schéma le plus courant. Mais on les traite de “ gatas ”, “ se fue como gata ”, de manière péjorative et aussi pour suggérer qu’elles font ce qu’elles veulent, elles sont indépendantes. Quand elles s’échappent le dimanche, les “ petites bonnes ” (criaditas), elles deviennent les “ gatas domingueras ”.

Dans certaines familles, elles perdent leur identité. La patronne change le prénom, qui ne lui plaît pas, comme par exemple Clodomira pour María, plus courant, plus commode. La jeune fille, quand on lui demande son avis, prend un nom qu’elle a entendu dans un feuilleton télévisé et qui lui plaît, par exemple Pénélope. Quand elles arrivent, on ne leur demande pas leur identité, car elles sont recommandées généralement; si on leur demande une photo, elles n’aiment pas et elles s’en vont.

L’employée apparaît dans les indices de criminalité. Elle peut faciliter l’entrée d’étrangers dans la maison; souvent elle est utilisée et abusée. C’est ce qui est arrivé à ma belle-mère, à qui l’employée avait volé un chéquier; la coupable fut prise, elle avoua qu’elle l’avait fait pour son fiancé. Ainsi, il est préférable d’embaucher des jeunes filles qui arrivent juste de leur village, c’est plus sûr. Elles n’ont pas de connaissances en ville. 

36Le regard des patronnes sur leurs leurs employées révèle une hiérarchisation fondée sur la culture, le pouvoir économique et  le caractère ethnique. La tentative de compréhension ne comble pas le fossé entre les cultures. Par ailleurs, des préjugés persistent quant à l’image de l’employée de maison diffusée dans les séries télévisées, les telenovelas17. L’employée aurait une nature libertine qui viendrait justifier son exploitation sexuelle. Le mythe de la mobilité sociale fonde certaines intrigues: après une vie de calvaire, l’employée finit par se marier avec le fils de la maison.

37Une amélioration de leur statut et de leur image passe par une reconnaissance légale de leur travail qui découragerait les abus des employeurs cachés sous de bons sentiments ou déployés de façon tyrannique. L’absence de contrat laisse en effet toute latitude à l’employeuse. La patronne-mère qui s’adresse à son employée en utilisant le terme “ hija ”, fait preuve de bonté et attend en retour une soumission assimilée à de la gratitude. Mais ce statut  de fille de la maison disparaît au premier ordre: apporte-moi cela, sers-moi le petit-déjeuner au lit, etc... Ce soi-disant amour est bien traduit dans cette réplique de la pièce de Jean Genet, Les Bonnes: “ Madame nous aime (...) comme son bidet ”. Cette relation maternaliste mêle tendresse et accès de despotisme, qui peut aller jusqu’à l’intolérance totale dans la définition de l’autre.

38Quand bien même ce tableau reste d’actualité, on peut aujourd’hui mesurer des changements somme toute perceptibles qui peuvent améliorer la situation des employées de maison au Mexique:

La plupart des employées de maison (trabajadoras del hogar), terme qu’elles préfèrent pour les nommer, souffrent toujours de discrimination et elles sont loin de jouir de tous les droits que leur accorde la loi. Les plus chanceuses sont celles employées par une patronne qui propose le salaire minimum fixé par la loi.

Malgré la lutte de quelques organisations civiles comme Atabal  et La Esperanza  pour les informer de leurs droits et obligations, la plupart des employées  restent dans l’ignorance et sans défense (Martínez, 2001).

De la domestique à la salariée

Facteurs de socialisation

39Pendant longtemps on les a nommées avec mépris et condescendance (criadas, chachas, gatas, sirvientas) , ce qui toutefois n’est pas exclu encore aujourd’hui.

Au Mexique, on les appelle criadas parce qu’elles ont été élevées (criadas) dans une hacienda, élevées comme les enfants (criaturas), c’est-à-dire, nourries (amamantadas) par les patrons (Gutiérrez, 1983).

40Une autre terminologie d’une autre époque renvoie à une compartimentation des tâches que chaque domestique devait réaliser: aide-cuisinière (galopina), femme de chambre (recamarera), nourrice (nodriza), gouvernante (ama de llaves), etc. Aujourd’hui, on recrute des employées de maison (empleadas del hogar) depuis une campagne réalisée les 5, 12 et 19 mars 2000 pour nommer dignement les employées (Por un Nombre Digno) à l’initiative du groupe Esperanza  du Collectif Atabal et de l’Institut de la Femme du DF (Instituto de la Mujer del Gobierno del Distrito ), auprès de 2 123 participantes, dans le DF, à Veracruz et dans l’Etat de Mexico (Ceballos, 2000). Ce concept d’employée de maison renvoie d’une part à la multifonctionnalité de l’employée, qui répond aux besoins et aux revenus des classes moyennes où elles sont embauchées, et d’autre part à une série de revendications qui sont les suivantes: un salaire minimum journalier entre 80 et 100 pesos18, un jour de repos, une journée de travail de huit heures et des prestations sociales comme tout travailleur. Cette volonté de revalorisation, morale et économique, du statut d’employée de maison signifie le passage d’une activité non contrôlée, informelle à un travail structuré et décemment rétribué. Plusieurs facteurs expliquent cette évolution: l’origine des employées, non plus seulement rurale, leur prise de conscience en tant que salariées, et aussi les nouvelles exigences de la part des employeurs.

41Aujourd’hui, l’employée domestique est une femme, urbaine, issue des classes basses, qui entre en compétition avec la femme rurale. Elle préfère travailler à l’heure, de entrada por salida, souvent mariée (52,3%), avec des enfants (77,9%)19, parfois âgée. On comprend aisément ce choix car il est plus facile dans ce cas de pouvoir fixer des horaires de travail, en accord avec le temps scolaire et le temps du mari. De plus c’est une femme qui a de l’expérience et donc plus exigeante et moins docile.

42Les patronnes aussi ont d’autres exigences, elles préfèrent que leur employée sache lire et écrire, pour comprendre les modes d’emploi, prendre des messages ou répondre au téléphone. Les tâches demandées correspondent plus à un service ponctuel: ménage avec lavage et repassage, 58%; ménage seulement, 28%; lavage et repassage; 5%, cuisine et soins des enfants, 9%20. Les dernières rubriques sont moins affectées de par la crise économique qui touche les employeuses.

43Les employées rompent leur isolement en créant des lieux de résistance et de visibilité. Des manifestations publiques rendent visible un travail qui par essence est invisible car improductif. Le besoin de reconnaissance se traduit par des événements à l’échelle internationale et continentale: le 30 mars est la “ Journée Internationale des Employées de Maison ” (Día Internacional de las Trabajadoras del Hogar), fixée par onze pays latino-américains, et le 22 juillet, c’est la “ Journée Internationale du Travail Domestique ” (Día Internacional del Trabajo Doméstico ), le jour où elles se croisent les bras (día de brazos caídos) (El Día, 2000).

44Aujourd’hui, deux organisations non gouvernementales encadrent les employées de maison: le Centro de Apoyo a la Trabajadora Doméstica de Cuernavaca et le Collectif Atabal21 de Mexico (Ortiz Pérez, 1991). Atabal est né en 1987, à l’initiative de féministes, qui ont pour objectif de valoriser le travail domestique et de revendiquer pour les employées de maison des droits qui permettront de structurer des relations sociales égalitaires. Les actions de l’association consistent à recevoir les demandes et les offres d’emploi grâce à une Bourse du Travail (La Esperanza), en activité depuis février 199322, afin de favoriser l’emploi dans des conditions justes pour les employées et les employeuses. Atabal aide à la recherche d’un emploi, appuie et oriente celles qui font face à des problèmes de santé, de violence, de garderie. Elle prépare et forme les futures employées tout en organisant des ateliers et en éditant des brochures sur le syndicalisme, les droits des salariés, des citoyens, le respect de soi et l’identité féminine. Elle offre un contrat-type à l’employeur: il s’agit d’une fiche d’informations qui comprend le nom de l’employeur, celui des différentes employées, leur durée d’embauche et les appréciations sur leur travail (Annexe 1: Solicitud de empleo).

45Sur le plan légal, il s’agit de réformer les textes qui concernent le secteur du travail domestique23, trop flous et qui favorisent le point de vue des patrons (Joffre Lazarani, 1991). Deux textes concernent le secteur du travail domestique. D’abord l’article 123 de la Constitution de 1916-1917 qui stipule que “ toute personne a  droit à un travail digne et socialement utile ”(Annexe 2: article 123 de la Constitution).Cet article a été amplifié en 1931 par la Loi Fédérale du Travail, qu’ il s’agit aujourd’hui de réformer, et plus précisément les articles 331 à 343 du chapitre XIII. Ce sont douze articles de la Loi Fédérale du Travail  qui défendent les domestiques, ceux qui “ qui accomplissent des tâches propres au foyer, soit le ménage et les soins aux personnes ”. L’article 333 stipule que  “ les domestiques devront bénéficier de temps de repos suffisant pour s’alimenter et dormir ”. Cette exigence est beaucoup trop élastique et reste à l’appréciation de chacun. Dans de nombreuses maisons, c’est l’employée qui prépare le petit-déjeuner de la famille, celui des enfants avant d’aller à l’école, et le soir elle ne se couche qu’une fois la cuisine en place et le linge prêt, repassé, pour le lendemain. Les huit heures stipulées sont largement dépassées. Cette loi remonte à la présidence de Avila Camacho (1940-1946); en fixant les modalités de salaire, le législateur a pris en compte les frais engagés par la patronne qui doit loger et nourrir son employée, ceux-ci peuvent représenter jusqu’à  50% du salaire. La plupart du temps, les patronnes n’ont pas lu la Loi Fédérale du Travail, qui oblige aussi à participer à l’éducation générale de l’employée (art. 337 II) (Gutiérrez, 1983). Et les employées l’ignorent également. Les employeurs ne sont pas tenus non plus d’inscrire leur employée à la Sécurité Sociale (IMSS, Instituto Mexicano de Seguro Social ), depuis 198624. La législation est impossible à appliquer, trop vague dans son contenu.

46Malgré les moyens déployés par Atabal -la distribution de dépliants dans des lieux publics, lors de manifestations, les annonces à la radio (Radio Red, Radio Educación), à la TV (reportages et interviews à Televisa , à Televisión Azteca ) et aussi dans la presse (Triple Jornada, El Universal)- organiser les employées de maison reste encore difficile. Le moyen le plus efficace est entre les mains des employées elles-mêmes (58%) qui parlent de La Esperanza  et en font la promotion. Mais beaucoup sont réticentes à l’idée d’un contrat avec des engagements, qui nuierait à leur grande mobilité et à leur indépendance. En effet, on peut constater sur le terrain cette inconstance de certaines employées difficile à gérer. La difficulté d’organiser le secteur provient des conditions mêmes de travail qui se réalisent chez les employeurs, ce qui empêche la formation d’une conscience de classe.

Adaptation au milieu urbain

47Même si le profil de l’employée de maison a évolué vers une présence plus massive de femmes d’origine urbaine, la jeune fille d’origine rurale, indienne, reste une composante qui caractérise ce secteur d’activité. Cette dernière doit faire face à un processus d’adaptation versus d’exclusion par rapport à la communauté d’accueil et par rapport à sa communauté d’origine.

48L’intégration en milieu urbain passe par un nouveau comportement social et sexuel et par un réseau d’amis. Physiquement, elle change, dans sa manière de s’habiller: elle abandonne le costume traditionnel pour adopter, dans les années 80, la robe en acrillyque aux couleurs vives, bleu, rose, qui signale son statut; le port du pantalon est plus récent. Elle coupe ses longues tresses, elle se maquille. Le dimanche, jour de repos, elle s’approprie la ville en se rendant dans des lieux convenus, les parcs de Chapultepec, qui ressemble à une grande foire populaire, celui de los Venados, le Parque Hundido ou celui de La Alameda.Elle y a rendez-vous avec ses amis, des ouvriers, des artisans, parfois du même village. A la ville, elle a la possibilité de se marier avec un ouvrier aux revenus plus sûrs et stables qu’un ouvrier agricole. Elle acquiert plus d’autonomie, plus de liberté.

49Mais l’intégration ne va pas sans une forme d’exclusion dans la communauté d’origine. Les critères d’intégration dans la ville deviennent source d’exlusion au moment du retour dans la communauté d’origine. Cette rupture est accompagnée d’une perte d’identité. La jeune femme de retour chez elle devient l’autre, l’étrangère par rapport à sa famille et à son village: elle est transformée physiquement et psychologiquement, sa mentalité et ses goûts ont changé, elle a une sexualité plus libre.

50L’exclusion peut se produire aussi dans la communauté de destination dans des situations qui révèlent la dépendance de l’employée et son dénuement matériel et moral. Une famille d’accueil qui déménage ou un couple qui divorce sont des cas dramatiques pour une employée mère célibataire qui ne connaît qu’un quartier. La maladie, la maternité constituent des obstacles à la mobilité spatiale, et aussi des facteurs d’exclusion ou de marginalisation qui peuvent conduire à la mendicité ou à la prostitution. Dans le quartier de La Merced, dans le centre historique de Mexico, un foyer est ouvert pour les enfants sur le lieu même où leurs mères se prostituent. De fait, la prostitution peut découler de leur vulnérabilité économique. De plus l’entrée dans la prostitution des migrantes peut se faire en alternance avec le service domestique. C’est ce que révèle une étude réalisée en mars 1996 par la Commission des Droits de l’Homme du District Fédéral (Comisión de Derechos Humanos del Distrito Federal, CDHDF), les Espaces de Développement Intégral (Espacios de Desarrollo Integral, A.C., EDIAC), et l’ UNICEF (Fondo de las Naciones Unidas para la Infancia), intitulée Al otro lado de la calle, prostitución de menores en La Merced, Ciudad de México, sur ces jeunes filles abandonnées à elles-mêmes, sans ressources. Les raisons invoquées pour justifier ces activités parallèles se rejoignent: les employées font l’objet de discrimination, de violence physique, d’abus et d’exploitation. L’une d’elles, maltraitée et harcelée sexuellement par son patron, en parle en ces termes:“ me acosaba mucho, pagaban poco y tenía que estar todo el día ”. Elle a commencé à se prostituer avec des amies qui exerçaient déjà dans le quartier de La Merced; l’autre argument majeur est l’obtention de gains plus importants25.

51Le travail domestique reste l’option majoritaire pour les jeunes filles des campagnes et les femmes des classes populaires en milieu urbain, notamment dans le DF. Les choses évoluent, mais très lentement car leur travail manque encore de visibilité sur le plan juridique et de reconnaissance sur le plan social. La discrimination sociale, la dévalorisation de leurs activités sont d’autres freins à un changement en leur faveur26.

52L’amélioration de la situation des employées de maison dépend des avancées sur le plan légal pour une réglementation du travail domestique, d’un meilleur niveau d’éducation et de la relation avec les patronnes. En effet, une relation plus juste consiste à définir les obligations et les devoirs de chacune, elle doit tenir compte des droits de l’être humain en excluant toute considération d’appartenance sociale ou ethnique. En d’autre termes, il s’agit de rendre visible le travail domestique sous une forme légale et de promouvoir une reconnaissance des femmes qui le réalisent. Toutefois, ces objectifs ont leurs limites dans la société mexicaine où les relations entre les classes sociales restent marquées par un clivage fondé non seulement sur des facteurs socio-économiques mais aussi ethniques. Les formes de discrimination ethnistes et sexistes s’entrecroisent, se recouvrent et se renforcent les unes les autres.

53Les choses n’avancent pas, par manque de volonté politique. En mai 1999 s’est mis en place un sous-comité qui comprend diverses institutions, et qui dépend du Comité de Normalisation des Services Communaux et Sociaux27. L’objectif était de définir des règles d’embauche selon des capacités bien définies qui ensuite auraient permis d’établir des certificats de compétences regroupées autour de deux rubriques, “ tâches ménagères de base dans une maison ” et “ le lavage et le repassage ”, appréciées par les employées elles-mêmes.

En interrogeant les députées et sénatrices sur ce qu’elles pensaient de cette action menée par les employées, nous nous sommes rendu compte, affirment les membres du sous-comité, que cela ne faisait pas partie de leurs préoccupations (El Día, 2000).

54Le service domestique est un sujet délicat, une véritable boîte de Pandore, non seulement au Mexique, mais dans toute l’Amérique latine, car  quelle que soit leur tendance, les femmes qui assument des responsabilités politiques ont toutes des employées domestiques. Beaucoup de femmes salariées profitent de ce travail à domicile pour se réaliser à l’extérieur, libérées des tâches ménagères et de la double journée. La réponse politique à leurs demandes pour améliorer leurs conditions de travail dépend des employées de maison elles-mêmes qui ne partagent plus autant la vie privée de leurs patrons et qui ont créé des espaces propres pour leur intégration sociale. Ces tendances sont susceptibles de réduire les conflits chez les jeunes migrantes, entre le milieu d’accueil, la société d’installation, et le milieu d’origine, en leur donnant les moyens de leur indépendance fondée sur la séparation entre le lieu de travail et le lieu de domicile, entre la vie publique et la vie privée.

Inicio de página

Bibliografía

Arizpe,Lourdes :  El éxodo rural en México precio del desarrollo o marginación crónica , México, PIEM-Colmex, 1997.

—1989 :  La mujer en el desarrollo de México y América Latina, México, Centro Regional de Investigaciones Multidisciplinarias, Universidad Nacional Autónoma de México.

—1986 : “ Las mujeres campesinas y la crisis agraria en América Latina ”, Nueva Antropología, revista de Ciencias Sociales, Vol. VIII, n°30, p. 57-66.

—1985 : Campesinado y migración, México, Secretaría de Educación Pública (SEP).

—1980 : Indígenas en la Ciudad de México. El caso de las Marías, México, Sep Diana 182.

—1976 : Reflexión teórica y metodológica sobre el estudio de la migración a pequeña escala: el caso de migrantes campesinos en México, México, Centro de Estudios Sociológicos, Colmex.

BONFIL sanchez, Paloma (coord.)

Mujeres indígenas hoy: panorama y perspectivas, IV Conferencia Mundial sobre la Mujer, México, CONAPO, sept. 1995.

Carreño, Manuel Antonio de :  Manual de urbanidad y buenas maneras, art. VIII “ Del modo de conducirnos con nuestros domésticos ”, México, Editora Nacional, 1979.

Castellanos, Rosario : “ La liberación de la mujer aquí ”, El Uso de la palabra, México, DF, Editores Mexicanos Unidos, 1982.

Ceballos,Guadalupe : “ Empleadas del hogar, nombre elegido por 2.123 mujeres ”, El Universal, México, DF, 31 mars, 2000, p. 6.

Chaney,Elsa M., García Castro, Mary : Muchacha, cachifa, criada, empleada, empregadinha, sirvienta y... más nada. Trabajadoras del hogar en América Latina y el Caribe, Caracas, Editorial Nueva Sociedad, 1993.

Colectivo Atabal: Perfil de la trabajadora del servicio doméstico que asiste a la “ Bolsa de Trabajo la Esperanza ”, México, D.F., 1998.

— 1993 : La esperanza puede volverse realidad, Historia del proceso organizativo del Grupo “ La Esperanza ” de Trabajadoras del Servicio Doméstico en la Ciudad de México (1986-1993).

DELPHY, Christine : “ L’ennemi principal. 1. Economie politique du patriarcat ”, rééd. in Nouvelles Questions Féministes, Paris, Syllepse, 1998.

Día (EL) : “ Empleadas del hogar, jornadas de esclavismo, sin protección de la ley ”, jeudi 4 mai, supplément El Día de los  jóvenes, 2000, p.3-4.

Elton, Ch. :  Migración femenina en América Latina. Factores determinantes. Santiago de Chile, Centro Latinoamericano de Demografía ( CELADE), Serie E., 1978.

Fem:“ El servicio doméstico ”, n° 16, sept 1980-janv 1981, México, DF., 1980.

Fríasy Soto, Hilario : Los mexicanos pintados por  sí mismos, México, Porrúa (1855), 1973.

goldsmith, mary : “ De sirvientas a trabajadoras. La cara cambiante del servicio doméstico en la ciudad de México ”, Debate feminista, año 9, vol.17, avril 1998 p. 85-95.

— 1989 : “ Uniformes, escobas y lavaderos: el proceso productivo del servicio doméstico ”, Trabajo, poder y sexualidad, PIEM (Programa Interdisciplinario de Estudios de la Mujer), El Colegio de México.

Gutiérrez,Ana : Se necesita muchacha, México, FCE, (préface d’Elena Poniatowska), 1983.

Joffre Lazarani, Ruth et Acuña Durán, Ma del Carmen: Aprendiendo juntas, Compendio de Cuadernos de los Derechos Laborales de las Trabajadoras del Servicio Doméstico ( 6), México D.F., Atabal, 1991.

LEVEAU, Rémi, SCHNAPPER, Dominique, “ Etre immigré en France ”, Histoire de la vie privée, (sous la dir. de Philippe Ariès et Georges Duby), Vol.5, Paris, Editions du Seuil, 1985, 1999.

Martínez,Fabiola :  “ Discriminadas y en la indefensión, miles de mujeres ”, La Jornada, 26 février. 2001.

OLIVEIRA, Orlandina :  “ Migración feminina, organización familiar y mercados laborales en México ”, Comercio Exterior, vol.34, n°7, México, 1984, p. 676-687.

ORLANSKY, Dora, DUBROVSKY, Silvia : “ Effets de l’exode rural sur le rôle et la condition de la femme en Amérique latine ”, Rapports et Documents des Sciences Sociales, n°41, Paris, UNESCO, 1981.

ORTIZ PÉREZ, Irene, JOFFRE LAZARINI, Ruth :  Así es pues, Trabajadoras domésticas de Cuernavaca, México, Colectivo Atabal, 1991.

PACHECO, Cristina : Sopita de fideo, Ediciones Océano, México (1999: 17e édition), 1988.

— 1986 Cuarto de azotea, México, DF, SEP/Ediciones Gernika, S.A. (1a edición).

Poniatowska, Elena : Hasta no verte Jesús mío, México, Ed. Era (1988: 16e édition), 1969.

Sayad, Abdelmalek : “ Tendances et courants des publications en sciences sociales sur l’immigration en France depuis 1960 ”, Current Sociology, AIS-Sage Publication, vol.32, 1984, p.219-303.

Singer, Jeanne : “L’immigration en chiffres”, L’immigré, l’Etat et le droit, Travail , Paris, n°7, 1985, p.9-15.

SZASZ, Ivonne :  La perspestiva de género en el estudio de la migración femenina en México ”, in García, brígida, (coord.) Mujer, Género y Población en México, Colegio de México, Sociedad Mexicana de Demografía (SOMEDE), 1997, “p.2-26.

TABOADA, Isabelle : “ Femmes et immigrés: insertion des femmes immigrées en France ”, La Documentation française, Paris, 1978.

Inicio de página

Anexo

Annexe 1

SOLICITUD DE SERVICIO

Apellido paterno Apellido materno Nombre

_______________     ________________    ___________________

OCUPACIÓN: ________________________EDAD:­ ____________

ADULTOS: _____  NIÑOS: _________  MASCOTAS: ______________

DIRECCIÓN : _________________________

COLONIA: ___________________________DELEGACION: _______________

MUNICIPIO: ____________________________________________

UBICACIÓN (METRO) _____________PESERA DICE­:______________

TELÉFONO CASA: 5 _______________ HORARIO: ______

TELÉFONO OFICINA: 5 ___________HORARIO: _____________________

ENTRADA POR SALIDA: _______DIAS: Lun Mar. Miérc. Juev. Vier. Sáb.

PLANTA: ________________

ACTIVIDADES

ASEO GENERAL ______________ COCINA________NIÑOS­_________

ASEO GENERAL_________LAVAlDO Y PLANCHADO _________NIÑOS___

CUIDADORA _____________________COCINERA___________________

EL SALARIO DE UNA TSD ES DE $ 80.00 MÍNIMO A NEGOCIAR A MAS POR 8 HRS.

TAMANO DE LA CASA,

RECAMARAS___________COCINA__________ESTANCIA______GARAGE_______

SALA______________COMEDOR_____BIBLIOTECA_____________PATIO_______

CTO.LAVADO__________ BAÑOS________ OTROS_________

QUE ALIMENTOS DA_______________

SU COOPERACION A LA BOLSA ES DE $____________

COMO SE ENTERÓ DE LA BOLSA:

RADIO

TV

PERIÓDICO

EMPLEADORA

TRABAJADORA

VOLANTE

OTRO:

ATENDIÓ FECHA

Annexe 2

ARTICULO 123 CONSTITUCIONAL

Toda persona tiene derecho al trabajo digno y socialmente útil; al efecto, se promoverán la creación de empleos y la organización social para el trabajo, conforme a la Ley.

El Congreso de la Unión, sin contravenir a las bases siguientes, deberá expedir leyes sobre el trabajo, las cuales regirán:

A. Entre los obreros, jornaleros, empleados, domésticos, artesanos y de una manera general, todo contrato de trabajo:

I. La duración de la jornada máxima será de ocho horas;

Il. La jornada máxima de trabajo nocturno será de 7 horas. Quedan prohibidas: las labores insalubres o peligrosas; el trabajo nocturno industrial y todo otro trabajo después de las diez de la noche, de los menores de dieciséis años;

lIl. Queda prohibida la utilización del trabajo de los menores de catorce años. Los mayores de esta edad y menores de dieciséis tendrán como jornada máxima la de seis horas;

IV. Por cada seis días de trabajo deberá disfrutar el operario de un día de descanso, cuando menos;

V. Las mujeres durante el embarazo no realizarán trabajos que exijan un esfuerzo considerable y signifiquen un peligro para su salud en relación con la gestión; gozarán forzosamente de un descanso de seis semanas anteriores a la fecha fijada aproximadamente para el parto y seis semanas posteriores al mismo, debiendo percibir su salario íntegro y conservar su empleo y los derechos que hubieren adquirido por la relación de trabajo. En el periodo de lactancia tendrán dos descansos extraordinarios por día de media hora cada uno para alimentar a sus hijos;

Vl. Los salarios mínimos que deberán disfrutar los trabajadores serán generales o profesionales. Los primeros regirán en una o en varias zonas económicas; los segundos se aplicarán en ramas determinadas de la industria o del comercio o en profesiones, oficios o trabajos especiales.

Los salarios mínimos generales deberán ser suficientes para satisfacer las necesidades normales de un jefe de familia, en el orden material, social y cultural y para proveer a la educación obligatoria de los hijos. Los salarios mínimos profesionales se fijarán considerando, además, las condiciones de las distintas actividades industriales y comerciales.

...continúa Vll al XXXI.

Inicio de página

Notas

1v. bibliographie (Elton, 1978; Arizpe, 1976, 1980).
2En France, Christine Delphy analyse, dans l’une des premières publications féministes en France, en 1970, le travail domestique où elle avance l’idée que “ le travail domestique détermine la condition de toutes les femmes ” (Delphy, 1977).
3Professeure au Colegio de México (COLMEX), du Programa Interdisciplinario de Estudios sobre la Mujer (PIEM).
4La ville de Mexico a connu une croissance annuelle de 3,7% entre 1930 et 1941, et de 6% dans la décennie suivante (Arizpe, 1997).
5Les études socio-démographiques ont mesuré dans les années 70 ces migrations entre les Etats et vers les grandes villes (Oliveira, 1984).
6Dans la capitale on passe de 51 237 à 171 822 employées de maison (chiffres des recensements de 1930 et de 1970 donnés par Goldsmith, 1998).
7República de México, Secretaría de Programación y Presupuesto, 1979.
8mary Goldsmith, “ Políticas y programas de las organizaciones de trabajadoras domésticas en México ”, in Chaney, 1993, p.195.
9Taux de féminisation: 1910, 21,2%; 1930, 15,7%; 1990, 96,3% (chiffres des recensements de 1910, 1930 et de 1990 donnés par Goldsmith, 1998).
10Petite annonce accrochée sur la porte des demeures des quartiers chics ou dans la presse (Se necesita muchacha) .
11Cette structure gère les demandes et les offres d’emploi.
12tortilla: crêpe de maïs servie à tous les repas.
13Tunique en coton, sans manches, brodée, que portent les Indiennes.
14Journaliste et écrivaine, C.Pacheco s’est toujous précoccupée du sort des laissés-pour-compte, elle compose des tableaux sur la vie sociale mexicaine avec justesse mêlant le drame et le rire. Elle dirige des programmes télévisés sur Canal 11, Aquí nos tocó vivir et Conversando con Cristina Pacheco. Dans le quotidien La Jornada, chaque dimanche en dernière page, elle publie une chronique sous le titre Mar de historias.
15Traduction de l’auteure de l’article.
16Interview de Josefina Suárez Herrera, Coordinatrice du CIAM (Centro Integral de Apoyo a la Mujer) “ Cristina Pacheco ”, calle Piaztic s/n, Col. San José Atacaxco, C.P. 10378, DF, réalisée en juillet 2000 par l’auteure de l’article.
17Cornelia Butler Flora, “ Servicio doméstico en la fotonovela en América latina ”, in Chaney, 1993.
18Soit environ 70 FF, en juillet 2000.
19Selon l’enquête de la CONLACTRAHO (Confederación Latinoamericana de Trabajadoras del hogar) de 1994.
20Chiffres transmis par l’association Atabal, juillet 2000.
21Adresse: Cerrada de Allende n°36, Col. Guerrero, Deleg Cuauhtémoc, C.P. 06300 México, DF . ATABAL, Apdo. Postal 27-201, C.P. 06760, México, D.F; e-mail: atabal@laneta.apc.org
22Les bourses de travail se multiplient dans le DF: sur la Plaza de San Jacinto dans le quartier de San Angel, à la paroisse de Santa Cruz, une église près de Perisur proche des quartiers chics, ouverte du lundi au vendredi, d’autres bureaux se trouvent à Xola et à Barranca del Muerto.
23Le premier antécédent historique sur la législation du travail domestique date de 1798: ces lois de Partidas Dispersas spécifiaient que “ Le serviteur doit être prêt à défendre son maître, lui sacrifiant même sa vie s’il le fallait ” (Día, (el), 2000).
24Ce programme avait été institué antérieurement avec beaucoup de démagogie par le président Luis Echeverría Alvarez (1970-1976) (Día (el), 2000 4-05-00).
25Dans la prostitution, les revenus sont quatre fois supérieurs à ceux du travail domestique.
2690 % des employées interrogées ne désire pas que leur fils ou fille fille soit employé de maison (enquête de la CONLACTRAHO de 1994).
27Comité de Normalizaciónde Competencia Laboral de Servicios Comunales y Sociales: Conmujer (Consejo de la Mujer), SEP (Secretaría de Educación Pública), IMSS (Instituto Mexicano del Seguro Social), INEGI (Instituo de Estadísticas, Geografía e Infórmatica), Inmujer (Instituto de la Mujer), UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México), UAM (Universidad Autónoma de México), et le Collectif Atabal
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Ludec, « De la campagne à la ville: les employées domestiques à Mexico », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 4 | 2002, Publicado el 13 enero 2006, consultado el 30 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/499

Inicio de página

Autor

Nathalie Ludec

Université de Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org