Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Nathalie Jammet, Alvar De la Llosa y Enrique Fernández Domingo

Texto completo

1Ce numéro de la revue Les Cahiers ALHIM réunit l’ensemble des travaux présentés lors du colloque international Construction de l’État–Nation et développement économique et social au Chili (1811-1976), qui s’est déroulé à l’Institut des Amériques les 24 et 25 janvier 2013. Il permet de poursuivre la réflexion scientifique engagée sur le processus de construction de l’État au Chili commencée au cours du colloque organisé en 2011 (De la Llosa, Jammet-Arias, Fernández Domingo, 2011). Ces journées scientifiques sont le résultat de la collaboration entre l’équipe Amérique Latine Contemporaine : Littérature et Sociohistoire du Laboratoire d’Études Romanes de l’Université Paris 8 et le Groupe Ecole, Culture et Nation dans le monde ibérique, ibéro-américain et méditerranéen (GRECUN) de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

2Ce volume reflète une approche économique du processus de construction de l’État au Chili et exprime l’optique transdisciplinaire de l’ensemble des travaux d’historiens, de civilisationnistes, de juristes, de spécialistes en littérature provenant du monde universitaire chilien, allemand, espagnol et français. Le cadre chronologique a été choisi d’une façon volontairement large. La période étudiée -délimitée par le décret de liberté de commerce du 21 février 1811 et le décret de création de la CODELCO, le 1er avril 1976-, représente une étape historique au cours de laquelle le Chili a été le terrain de nombreuses interactions entre l’État et les différents secteurs économiques.

3Ce numéro de Les Cahiers ALHIM propose une lecture politique, sociale, financière et culturelle des faits économiques au travers d’approches différentes dans le cadre de l’histoire économique du Chili contemporain, la perspective culturelle étant peu présente dans la production historique existante.

4Parmi les spécialistes de l’histoire économique chilienne, Marcelo Carmagnani fait figure de rupture tant avec la tradition des essayistes de l’infériorité économique chilienne (Encina, 1911 ; Pinto Santa Cruz, 1959) qu’avec une historiographie marxiste (Jobet, 1951 ; Segall, 1953 ; Ramírez Necochea, 1960 ; Vitale, 1967-1970 ; Muñoz, 1986) qui tient compte du contexte de dépendance au sein du système capitaliste international dans lequel le Chili est intégré. Ces traditions historiographiques adaptent leurs discours scientifiques aux polémiques idéologiques de l’époque qui les produit. L’ouvrage de Carmagnani (1971) renouvelle les méthodes et les hypothèses de travail de l’histoire économique chilienne. L’incorporation de l’histoire quantitative ou sérielle, en tant que moyen d’analyse, a fourni les fondements théoriques de l’histoire économique chilienne en tant que discipline et explication générale des faits historiques.

5De manière plus générale, l’histoire sérielle, puis l’économétrie, met à la disposition des chercheurs des séries statistiques très utiles pour leur travail (Mamalakis, 1978; Cariola et Sunkel, 1982; Lemus, 1996 ; Ubilla Santa Cruz, 2000 ; Braun et al., 2000; Jeftanovic, 2003). Cependant, l’histoire économique chilienne ne dispose pas, actuellement, de séries macroéconomiques à long terme acceptées sans restriction par l’ensemble des spécialistes. Dans ce cas, nous pouvons souligner que les articles publiés par l’équipe des historiens économiques de l’Instituto de Economía de la Universidad Católica de Chile, dirigé par José Díaz, Rolf Lüders et Gert Wagner, n’ont toujours pas réussi à produire un ouvrage consensuel de référence. Toutefois, sauf certaines exceptions (Bermúdez Miral, 1963), dans les travaux d’histoire quantitative, les instruments du négoce international (les flottes, les maisons de commerce…), les stratégies commerciales, les représentations, les discours ou bien encore les données relatives aux hommes impliqués dans les faits économiques sont très largement absents. La perspective proposée par ces ouvrages est plus factuelle et analytique que synthétique et problématique.

6Bien que la connaissance factuelle et comptable des événements liés aux questions purement économiques semble intéressante, cette approche descriptive et sérielle s’avère insuffisante. Dans le même temps, d’autres ouvrages utilisent l’étude des structures économiques comme un outil pour essayer de comprendre l’évolution de la politique nationale à travers l’étude des structures économiques (Lagos Escobar, 1966 ; French-Davis et Tironi, 1974 ; Blakemore, 1976, 1977; Vial, 1982 ; Villalobos et Sagredo, 1987 ; Ortega, 2005) ou abordent l’étude de l’histoire économique du Chili contemporain par le prisme de l’évolution de l’histoire sociale (Méndez Beltrán, 2004). L’importance de l’histoire sociale a aussi marqué les travaux d’histoire économique grâce à l’analyse des aspects quantitatifs et qualitatifs en vue d’une proposition d’histoire “totale” (Illanes, 1992 ; Salazar, 2000 ; González Miranda, 2002 ; Ortega, Godoy et Venegas, 2009).

7Les études spécialisées publiées au cours des trois dernières décennies montrent des approches nouvelles sur des sujets de recherche mais aussi des travaux sur les discours et les pratiques de l’économie politique (Millar, 1994 ; Meller, 1996 et 2007). Les propositions d’analyse ont glissé vers d’autres modèles d’interprétation qui permettent d’aborder la complexité des sujets économiques. Ces travaux proposent l’identification et l’analyse des tendances principales et des processus qui ont eu lieu dans le Chili contemporain. Ils essaient de décerner les continuités et les ruptures dans les processus économiques et de proposer la définition et l’analyse des cycles de comportement des différents secteurs économiques. Ces nouvelles approches interprétatives ont été à l’origine d’une tendance à la régionalisation (Garcés Feliu, 1999), aux études sectorielles (Millán, 1999 ; Barrera, Ceppi, Ercilla, Sanhueza et Vila, 1983 ; Ross, 2003 ; Pinto et Ortega, 1991 ; Couyoumdjian, Millar et Tocornal, 1993), aux analyses des relations commerciales internationales (Couyoumdjian, 1986 ; Cavieres, 2000) et aux travaux sur la construction des identités (Pinto Vallejos, 1998 et 2007 ; Vergara, 2008) et des représentations (Caselli, 2008).

8Dans le cas de l’historiographie française, les études portant sur les relations économiques entre la France et le Chili sont peu nombreuses : Pierre Vayssière (1980) aborde le sujet de façon sectorielle dans son étude sur les structures économiques chiliennes, Jean Pierre Blancpain (1999) traite de l’influence commerciale et culturelle de la colonie française au Chili d’une manière extrêmement descriptive et Enrique Fernández Domingo (2006) propose l’analyse des flux commerciaux entre la France et le Chili sous l’angle d’une histoire des acteurs professionnels et sociaux.

9Grâce à une approche théorique d’histoire politique, sociale et culturelle de l’économie, les auteurs du volume que nous présentons proposent certaines clés d’interprétation du phénomène économique au Chili. Les divers articles contenus ici déplacent l’attention des données statistiques et des faits politico-économiques vers des approches plus politico-culturelles, plus à même de rendre compte de la complexité des enjeux de la période contemporaine de l’histoire du Chili, également marquée par les mentalités et les représentations de ceux qui y prennent part.

10L’ensemble du volume adopte une approche politico-culturelle afin de comprendre le développement des faits économiques et les influences qu'ils ont eues sur les hommes, les représentations, les pouvoirs, les institutions et viceversa. Après l’établissement de ce cadre conceptuel, il s’agit, naturellement, de retracer la trajectoire historique. Les intérêts économiques ont largement influencé la vie politique chilienne au point de construire des structures étatiques et parfois de provoquer des conflits armés. Le processus de développement économique et d’intégration dans le système capitaliste mondial a entraîné la création de partis, de syndicats, et a fait de la question sociale un enjeu politique. Ce processus a fortement influencé l’interaction entre les périodes de forte croissance économique et le développement de l’État.

11La première partie du volume (Construction des structures économiques de l’État) se concentre sur la relation dialectique entre secteur privé et secteur public, au partage des initiatives et des modes de financement, et à la mise en place de structures économiques propres à l’État chilien. Les auteurs nous interpellent sur la façon dont le monde économique a déterminé la construction de l’État-nation chilien. Ils étudient la place centrale que l’État occupe dans les discours et les pratiques économiques du libéralisme comme de la gauche, entre 1830 et 1976. Elvira López Taverne étudie les principes qui structurent le Trésor public dans le processus de construction de l’État chilien entre 1817-1850. Jérôme Louis analyse la conception d’“État Progrès” et le développement économique du pays durant la République conservatrice (1830-1861) tandis que Nathalie Jammet-Arias nous présente une réflexion sur la formation précoce d’une “fonction publique” au Chili et sur la place des travailleurs du secteur privé dans la législation chilienne. Cristina Alarcón analyse le lien, à la fin du XIXe siècle, entre la reforme éducative, le processus de mobilisation sociale et l’idée d’autodétermination nationale, à travers l’industrialisation du pays. Stéphane Boisard et Zunilda Carvajal-Del Mar proposent deux tours d’horizon sur l’influence à long terme de la doctrine économique libérale dans la manière de penser le pays, son développement, la formation des cadres chargés de la prospérité nationale, et, par ailleurs, les difficultés du législateur à se défaire des dispositions coloniales et à s’adapter à la réalité minière du pays. Élodie Giraudier et Franck Gaudichaud clôturent cette première partie en s’intéressant aux modèles de rupture avec les politiques arrivées en fin de cycle, avec, respectivement, une analyse du contenu et des modalités d’application du gouvernement démocrate-chrétien à la fin des années 1960, et une étude des relations entre les partis politiques de gauche, les syndicats et l’État chilien pendant la période 1970-1973.

12La deuxième partie du volume (Du local à l’international) propose l’interprétation de l’économie en tenant compte de son interaction à travers une triple analyse locale, nationale et internationale.

13Au niveau local, des études soulignent le rôle des initiatives privées et publiques dans les changements de l’espace urbain et leur lien avec le contrôle social. Enrique Fernández Domingo analyse le paradigme modernisateur de la ville de Santiago entre la fin du XIXe siècle et le Centenaire, tandis qu’Hernán Venegas Valdebenito étudie les pratiques de contrôle extensif dans le cadre des villes minières du sud du Chili. Au niveau national, Arauco Chihuailaf nous montre la consolidation et les mécanismes économiques de contrôle social que l’État met en place dans les terres conquises aux indigènes et Francisco Albizú Labbé nous fournit une réflexion sur les relations entre la gauche latino-américaine et la “question indigène” au sein du gouvernement de l’Unité populaire. Au niveau international, les auteurs explorent les relations commerciales entre le Chili et d’autres pays. Celles-ci sont le plus souvent le résultat de négociations entre États et et elles dépendent, par conséquent, des relations diplomatiques. Les travaux d’Alvar de la Llosa et de Juan Luis Carrellán analysent de façon parallèle l’influence des innovations politiques appliquées à l’État et le contexte politico-économique mondial dans lequel se transforment les structures de relations commerciales et financières entre le Chili et la France, ainsi qu’entre le Chili et l’Espagne, respectivement pendant la période 1905-1939 et 1910-1930.

14La dernière partie du volume (Résonances littéraires) aborde les échos dans la littérature du changement des structures socio-économiques chiliennes. Grâce à l’étude des poèmes de Carlos Pezoa Véliz, de Pablo Neruda et de Pablo de Rokha, Benoît Santini nous montre la figure de l’ouvrier chilien en tant que sujet poétique. Pour sa part, Mirian Pino analyse l’articulation entre la littérature et le processus de modernisation de la société chilienne dans El lugar sin límites de José Donoso.

Inicio de página

Bibliografía

ALVAREZ CASELLI, Pedro, Chile Marca Registrada. Historia general de las marcas comerciales y el imaginario del consumo en Chile, Santiago, Ocho Libros Editores, Universidad del Pacífico, 2008.

ANGUITA Ricardo, Leyes promulgadas en Chile desde 1810 hasta el 1° de junio de 1913, Santiago, Ed. Barcelona, 5 vol., 1913.

BARRERA, Manuel, CEPPI Sergio, ERCILLA, Lucy, SANHUEZA, Enrique, VILA, Claudio, Chile 100 años de industria (1883-1983), Santiago, SOFOFA, 1983.

BERMUDEZ MIRAL, Oscar, Historia del salitre desde sus orígenes hasta la Guerra del Pacífico, Santiago, Ediciones de la Universidad de Chile, 1963.

BLANCPAIN, Jean-Pierre, Le Chili et la France : 18e-20e siècle, Paris, L’Harmattan, 1999.

BLAKEMORE, Harold, British Nitrates and Chilean Politics, 1886-1896, Balmaceda and North, London, Athlone Press for the Institute of Latin American Studies, 1976.

___________, Gobierno chileno y salitre inglés, 1886-1896, Balmaceda y North, Santiago, Andrés Bello, 1977.

BRAUN, Juan et al., Economía chilena 1810-1995: Estadísticas Históricas, Santiago, Instituto de Economía. Pontificia Universidad Católica de Chile, Documento de Trabajo n° 187, enero 2000.

CARIOLA, Carmen, SUNKEL, Osvaldo, Un siglo de historia económica de Chile, 1830-1930, Santiago, Universitaria, 1991.

CARMAGNANI, Marcello, Sviluppo industriale e sottosviluppo economico. Il caso cileno (1860-1920), Torino, Fondazione Luigi Einaudi, 1971.

CAVIERES, Eduardo, Comercio chileno y comerciantes ingleses 1820-1880, Santiago, Universitaria, 2000.

COUYOUMDJIAN, Juan Ricardo, Chile y Gran Bretaña durante la Primera Guerra Mundial y la postguerra, 1914-1921, Santiago, Andrés Bello, Universidad Católica de Chile, 1986.

___________, MILLAR, René, TOCORNAL, Josefina, Historia de la Bolsa de Comercio de Santiago: 1893-1993. Un siglo del mercado de valores en Chile, Santiago, Bolsa de Comercio de Santiago, 1993.

DE LA LLOSA, Alvar, JAMMET-ARIAS, Nathalie, FERNANDEZ DOMINGO, Enrique Fernandez (dir.), Construction de l'État-nation et résistances au Chili : de l’indépendance au Front populaire, Nanterre, GRECUN, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, 2011.

ENCINA, Francisco, Nuestra inferioridad económica, Santiago, Editorial Universitaria, 1911.

FERNANDEZ DOMINGO, Enrique, Le négoce français au Chili, 1880-1929, Rennes, PUR, 2006.

FFRENCH-DAVIS, Ricardo, TIRONI, Ernesto (editores), El cobre en el desarrollo nacional, Santiago, Ediciones Nueva Universidad, 1974.

GARCES FELIU, Eugenio, Las ciudades del salitre: un estudio de las oficinas salitreras en la región de Antofagasta, Santiago, Orígenes, 1999.

GONZALEZ MIRANDA, Sergio, Hombres y mujeres de la pampa: Tarapacá en el ciclo de expansión del salitre, Santiago, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, LOM, 2002.

HUMUD Carlos, El sector público chileno 1830-1930, Santiago, Instituto de Economía y Planificación, 1968.

ILLANES, María Angélica, La dominación silenciosa: productores y prestamistas en la Minería de Atacama: Chile, 1830-1860, Santiago, Blas Cañas, 1992.

JEFTANOVIC, Pedro et al., Economía chilena 1860-2000. Estadísticas Monetarias, Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, Instituto de Economía, 2003.

JOBET, Julio César, Ensayo crítico del desarrollo económico social de Chile, Santiago, Editorial Universitaria, 1951.

LAGOS ESCOBAR, Ricardo, La industria de Chile; antecedentes estructurales, Santiago, Publicaciones del Instituto de Economía, 1966.

LEMUS, Freddy, Aduana y comercio exterior de Chile 1543-1953, Santiago, Ediciones Altazor, 1996

LOVEMAN, Brian, Chile: The Legacy of Hispanic Capitalism, New York, Oxford University Press, 1979.

MAMALAKIS, Markos J. (comp.), Historical Statistics of Chile, Vol. 1, Westport, Connecticut, Greenwood Press, 1978.

MELLER, Patricio, Un siglo de economía política chilena 1890-1990, Santiago, Editorial Andrés Bello, 2007.

MÉNDEZ BELTRÁN, Luz María, La exportación minera en Chile 1800-1840. Un estudio de historia económica y social en la transición de la Colonia a la República, Santiago, Editorial Universitaria, 2004.

MILLAN, Augusto, Historia de la minería del hierro en Chile, Santiago, Editorial Universitaria, 1999.

MILLAR CARVACHO, René, Políticas y Teorías monetarias en Chile 1810-1925, Santiago, Ediciones de la Universidad Gabriela Mistral, 1994.

MOLINA Evaristo, Bosquejo de la Hacienda pública de Chile, desde la Independencia hasta la fecha, Santiago, Imprenta Nacional, 1898.

MUÑOZ, Oscar, Chile y su industrialización. Pasado, crisis y opciones, Santiago, Ediciones Cieplan, 1986.

ORTEGA MARTINEZ, Luis, Chile en ruta al capitalismo. Cambio, euforia y depresión 1850-1880, Santiago, Dibam-Lom, 2005.

___________, GODOY, Milton, VENEGAS, Hernán (coordinadores), Sociedad y minería en el norte chico, 1840-1930, Santiago, Universidad Academia de Humanismo Cristiano, Universidad de Santiago de Chile, 2009.

PINTO SANTA CRUZ, Aníbal, Chile. Un caso de desarrollo frustrado, Santiago, Editorial Universitaria, 1959.

PINTO VALLEJOS, Julio, Trabajos y rebeldías en la pampa salitrera: el ciclo del salitre y la reconfiguración de las identidades populares (1850-1900), Santiago, Editorial Universidad de Santiago, 1998.

___________, Desgarros y utopías en la pampa salitrera: la consolidación de la identidad obrera en tiempos de la cuestión social (1890-1923), Santiago, LOM Ediciones, 2007.

___________, ORTEGA MARTINEZ, Luis, Expansión minera y desarrollo industrial: un caso de crecimiento asociado, 1850-1914, Santiago, Universidad de Santiago, 1991.

RAMIREZ NECOCHEA Hernán, Historia del imperialismo en Chile, Santiago, Editorial Austral, 1960.

ROSS, César, Poder, mercado y Estado. Los bancos en Chile en el siglo XIX, Santiago, LOM Ediciones, Universidad Arturo Prat, 2003.

SALAZAR, Gabriel, Peones, labradores y proletarios, Santiago, LOM Ediciones, 2000.

SEGALL, Marcelo, El desarrollo del capitalismo en Chile. Cinco ensayos dialécticos, Santiago, Editorial del Pacifico, 1953.

UBILLA SANTA CRUZ, María Magdalena, La industria salitrera a través de cifras: 1880-1930, Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, 2000.

VAYSSIERE, Pierre, Un siècle de capitalisme minier au Chili, 1830-1930, Paris, CNRS, 1980.

VERGARA, Angela, Copper workers, international business, and domestic politics in Cold War Chile, Penn State Press, 2008.

VILLALOBOS, Sergio, SAGREDO, Rafael, El proteccionismo económico en Chile, siglo XIX, Santiago, Instituto Blas Cañas, 1987.

VITALE, Luis, Interpretación marxista de la Historia de Chile, Santiago, Prensa Latinoamericana, 1967-1970.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nathalie Jammet, Alvar De la Llosa y Enrique Fernández Domingo, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 28 | 2014, Publicado el 05 diciembre 2014, consultado el 22 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/5015

Inicio de página

Autores

Nathalie Jammet

Artículos del mismo autor

Alvar De la Llosa

Artículos del mismo autor

Enrique Fernández Domingo

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org