Navegación – Mapa del sitio
Construction des structures économiques de l’État

Progrès et développement économique au Chili durant la République conservatrice (1830-1861) 

Jérôme Louis

Resúmenes

Les conservateurs l’emportent sur les libéraux après la bataille de Lircay en 1830. La constitution portalienne et le triomphe du Chili contre la confédération péruano-bolivienne (1836-1839) permettent au pays de contrôler le Pacifique sud. Le port de Valparaiso se développe. Le Chili s’insère dans l’économie capitaliste mondiale par le biais de ses exportations minières et agricoles, mais le pays est endetté auprès de la Grande-Bretagne en raison d’un emprunt de 9 millions de pesos contracté en 1822. Pour rembourser, le Chili rétablit l’estanco et compte sur le revenu des douanes. L’économie chilienne présente une forme de néomercantilisme liée à la tradition ibérique. Entre 1830 et 1850, les barrières protectionnistes sont maintenues. Cependant, des négociants français introduisent les produits européens. Les Etatsuniens participent à la modernisation et des migrants débarquent. La colonisation s’étend. Parrainées, des communautés allemandes prospèrent. Les terres indiennes sont grignotées. Vers 1856, l’économie chilienne s’essouffle avec la fin de la fièvre de l’or californien. La crise de 1857 est marquée par une restriction du crédit et de la monnaie. Les exportations agricoles baissent. L’Etat devient actionnaire dans les chemins de fer, les contestations et la guerre civile se répandent comme une traînée de poudre. Le 18 septembre 1861, les libéraux accèdent au pouvoir au Chili.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Constitution de 1833, “Disposiciones Transitorias”: “Artículo 1. La calidad de saber leer y escribi (...)

1Le journaliste libéral et homme politique espagnol José Joaquín de Mora s’oppose aux taxes douanières. Au Chili, en 1828, il affirme que seul Dieu possède le droit d’intervenir dans le mouvement des marchandises. La révolution de 1829 le contraint à l’exil. La période conservatrice est marquée par le triomphe des pelucones (les perruques), partisans d’une république autoritaire, sur les libéraux après la bataille de Lircay, le 17 avril 1830. La mise en place d’institutions stables par l’adoption de la constitution de 1833 et le triomphe du Chili contre la confédération péruano-bolivienne permettent de doper ses échanges dans le Pacifique Sud. L’État chilien se construit sous la gestion du ministre Diego Portales et pendant l’administration des présidents J.J. Prieto, M. Bulnes et de M. Montt. Le président de la République est choisi par des électeurs « spéciaux » nommés pour cinq ans. Le pouvoir législatif appartient au Congrès qui se divise en deux Chambres : celle des députés nommés pour trois ans et celle des sénateurs nommés pour neuf ans. Tous les citoyens sont proclamés égaux mais dans la pratique, le système oligarchique du maroyazgo est rétabli. Entre 1830 et 1860, cette société très hiérarchisée est entre les mains d’électeurs sachant lire, écrire1 et ayant des biens à défendre : 50 000 à 100 000 personnes (Lancha, 2003 : 109), soit 5 à 6 % de la population totale. Le Chili s’insère dans l’économie mondiale par le biais de ses exportations et de l’action des étrangers. Dès 1830, le Français Charles Lambert installe des fourneaux le long de la rivière Elqui. En 1855, Benjamin Vicuna Mackenna prédit un grand avenir au Chili (Vicuna Mackenna, 1855 : 37). Sarmiento, futur président de l’Argentine, envisage les problèmes du développement et son rapport avec la conscience nationale dans son Mémoire sur l’école pour tous (1856). Pour s’attaquer aux maux sociaux, il préconise l’enseignement s’appuyant sur l’Institut national, le travail et l’immigration européenne. Cette dernière pouvant nuire à l’identité nationale, il veut une école garante des valeurs traditionnelles. Les premières initiatives pour le développement économique sont privées mais l’État chilien cautionne ces projets puis participe directement à ces progrès. L’intégration des provinces frontalières, l’envoi de fonctionnaires, la mutation de l’armée et des transports répondent à des objectifs stratégiques. Le but est la chilénisation du territoire, un semi-colonialisme véhiculé par le pouvoir créole.

L’économie : un enjeu de puissance

L’économie minière

  • 2 Annales du génie civil, 1863, p. 389

2Le décollage économique est manifeste depuis la découverte de la mine d’argent de Chañarcillo par le berger Juan Godoy le 18 mai1832. En 1847, est découvert le gisement de Tres Puntas. En conséquence, le Chili pèse en 1851 10 % de la production mondiale d’argent (Faucher, 1856 : T. II, 628). Les évaluations officielles sont toujours minorées, depuis que le roi d’Espagne prélevait pour le trésor 20 % de la production. L’État chilien prend 5 % au moment de l’exportation de l’argent (Lenoir, 1855 : 37). Le Code minier stipule, comme au temps des Bourbons, qu’il faut exploiter tout gisement découvert dans le mois qui suit (Vayssière, 1980 : 33). En 1830, le Chili produit 200 tonnes de cuivre. De nouvelles méthodes d’extraction et de raffinage, notamment le four à réverbère (347 au Chili en 1858), sont utilisées. La fonte de ce métal est la plus grande industrie du Chili. Le cuivre est taxé à 4 % puis entre 5 et 5,5 % en 1852. En 1853, la production chilienne de cuivre s’élève à 14 000 tonnes, soit 25 % de la production mondiale2. Le pays devient premier producteur mondial dans les années 1860, avec 30 000 tonnes par an. Les pièces de cuivre inondent la circulation monétaire au Chili. Cela améliore la vie des précaires mais « on craint une révolution, et ces jolis sous de cuivre seront bientôt estimés au même prix que nos assignats d’autrefois » (Maynard, 1858 : 280), écrit le docteur Félix Maynard. Le mineur reste soumis au principe de l’encomienda, impliquant des prestations gratuites de travail. Son salaire modal trimestriel est de 20 à 25 pesos, avec des écarts allant de 15 (péon de cancha, terrassier) à 70 pesos (capitán ou laborero, chef de chantier). Les femmes et les enfants ne peuvent espérer que 8 à 9 pesos (Vayssière, 1980 : 91). Le brigandage sévit autour des mines. L’appareil policier est insuffisant : quelques dizaines de gendarmes dont une douzaine à cheval. Les bandes sont très mobiles. Les malfaiteurs fondent sur les mines de Chañarcillo, désarment les polices privées, s’emparent de l’argent ou des marchandises et s’évanouissent dans le désert après avoir assuré leurs arrières par des prises d’otages. Des bandits célèbres comme Perines, Flores et Agueros sévissent. L’impunité est garantie. L’omerta règne et les évasions sont fréquentes.

  • 3 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°254.
  • 4 Ibidem, Vol. 4, f°257.

3Les mines de salpêtre en 1836 ont permis d’exporter 160 000 quintaux vers l’Europe3. L’or est abondant. À Illapel, des enfants s’amusent à recueillir des paillettes dans le fleuve avec leurs chapeaux de paille. En 1842, des gisements aurifères sont découverts dans les placers autour de Valparaiso, ainsi que des terres mercurielles. La production d’or atteint une valeur de 700 000 pesos en 1848. Le Chili reste tributaire des importations de houille en provenance de Grande-Bretagne. Durant la guerre de Crimée, face aux rumeurs de conflit dans le Pacifique, les Français s’interrogent sur l’éventualité d’approvisionner leurs navires à vapeur en charbon du Chili4. En 1861, ce dernier exporte 25 000 tonnes de son charbon vers la Californie.

L’ouverture au commerce international : protectionnisme ou libéralisation ?

  • 5 Loi relative au cabotage du 22 octobre 1835.
  • 6 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°172.
  • 7 Archives du Commerce, Paris, janvier 1845, p. 315.

4Les fourrures de chinchilla sont peu nombreuses à être expédiées en Angleterre, 1 800 entre 1828 et 1832, mais en 1837, l’exportation de cuivre vers l’Angleterre a mobilisé 40 navires de 250 tonneaux chacun qui ont fait voile vers le port de Swansee. Le Chili exporte 400 000 marcs d’argent dans les années 1840. L’ouverture de l’économie chilienne demeure marquée par le nationalisme économique, un néomercantilisme lié à la tradition ibérique. Les barrières protectionnistes sont maintenues. Le Chili possède sa propre flotte de commerce. En 1835, les navires étrangers sont exclus des échanges sur le littoral (Montero Casassus, 1997 : 34)5. Les baleiniers restent actifs. La douane est procédurière. Le moindre document oublié à fournir aux autorités entraîne la saisie. Les bricks français le Béarnais et le Jeune Nelly subissent ce sort funeste. Les gants et les bonnets de soie sont taxés à 35 %, les bas à 15 %. La multiplication des pièces administratives à fournir par les capitaines de la marine marchande augmente les prix. Les frais de chancellerie peuvent s’élever dans les litiges, à plus de 1 200 pesos6. Les draps sont recherchés. Le Chili en importe 4 000 pièces chaque année. Un nouveau tarif est appliqué, en 1844, sur les articles de soie au poids et non à la valeur. Cela favorise les Français dont les étoffes sont moins lourdes que celles de Chine ou d’Espagne. Des négociants français comme Renard ou le malouin Lamotte Duportail, se chargent d’introduire les produits européens. L’historien Eduardo Cavieres Figueroa remarque que s’amorce dès lors au Chili une forte libéralisation douanière. Toutefois, il convient d’observer que le gouvernement chilien souhaite ne pas trop abaisser les droits de douane car il pense que cela ruinerait son commerce de détail7.

  • 8 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 3, f°212.

5Valparaiso devient le grand entrepôt des mers du Sud. En 1832, le port subit une terrible épidémie, où le malade succombe en trois jours. Les autorités mettent en quarantaine les navires en provenance d’Europe où le choléra fait des ravages. En 1841, sa douane engrange 1,5 million de pesos. Valparaiso passe de 25 000 habitants en 1836 à plus de 40 000 en 1844. Fin 1849, l’immobilisation de nombreux bateaux chiliens sur les côtes de Californie, en raison des désertions pour cause de ruée vers l’or, contraint le Congrès chilien à autoriser temporairement le cabotage étranger sur ses côtes. Les marchandises allemandes commencent à affluer. Blanqui s’insurge contre la fraude : « […] il y a des négociants qui n’ont pas honte d’envoyer des saletés au Pérou, au Brésil, au Chili. Que de fois on a reçu dans ces pays des bouteilles de Champagne pleines d’eau ! » (Blanqui, 1839 : t. II, 223). Le consul de la République française reconnaît que le Bordeaux importé est à peine potable8 ! La production de vins chiliens bénéficie cependant de l’arrivée de vignerons européens. La première vigne française, appelée La Luisa est plantée en 1845 par Nourrichel (Chouteau, 1904 : 205).

Le développement d’une agriculture d’exportation

  • 9 Recueil consulaire contenant les rapports commerciaux des agents belges à l’étranger, 1900, p. 310.
  • 10 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 3, f°81.

6Des grands travaux modifient les campagnes. Jusqu’en 1827, le canal du Maipo était une entreprise d’État qui vendait l’eau aux particuliers. N’ayant pas les ressources suffisantes pour reconstruire les ouvrages détruits par une très forte crue, l’État a cédé le canal à une compagnie privée9. Le détournement des eaux limoneuses du Maipo permet d’irriguer les plaines autour de Santiago. Le canal de Bella-Vista produit un effet similaire à Coquimbo. On exploite le bois du peuplier et on élève des moutons mérinos. Cependant, la spéculation entraîne parfois une surproduction. Les récoltes s’entassent et sont dévorées par les charançons. En surnombre, les animaux meurent dans les pâturages. Malgré l’abondance, la famine frappe le sud du pays en 1839. Un nouvel engrais, le fameux guano est découvert sur les côtes du Chili et du Pérou. Le Bayonnais Charles de Barroilhet trouve que ce produit est très prometteur. Les essais ont lieu en Angleterre. Les rendements sont excellents et très supérieurs aux terres amendées par des os moulus. La Société anglo-péruvienne Quiroz obtient l’exclusivité pendant 9 ans. Un chargement de guano chilien est expédié vers la Guadeloupe et la Martinique10. De plus, vers 1830, la propriété fertilisante du nitrate due à l’azote qu’il contient et qui s’y présente sous une forme facilement assimilable par les plantes, est connue des agriculteurs avertis et des gisements situés dans le désert de Tarapacá, sont mis en exploitation en vue de l’exportation du produit en Europe. La production est alors d’environ 1 000 tonnes par an à cette époque. Elle se développe graduellement et en 1850 les exportations de nitrate de soude naturel s’élèvent déjà à plus de 23 000 tonnes qui sont principalement dirigées sur l’Angleterre (plus de la moitié), la France et l’Allemagne. En 1860, les exportations s’élèvent à 55 893 tonnes (Rouma, 1948 : vol. I, 440).

7Le maïs est répandu dans le pays. Il s’agit d’une culture vivrière mais vers 1846, on a l’idée d’utiliser la feuille, après l’avoir laissé sécher, pour faire des cigarettes. Ainsi préparée, elle est vendue au Pérou. Les excellentes récoltes de 1848-1849 permettent au Chili d’exporter du maïs, des pois chiches, des lentilles, des haricots, des petits pois, des pommes de terre, de l’orge, 100 000 tonnes de farine et 9 130 tonnes de blé. Entre 1851 et 1857, les exportations agricoles explosent : +214 % pour l’orge, + 103 % pour la farine, +78 % pour le blé, +74 % pour les laines, +54 % pour les haricots et +12 % pour la viande séchée (chargui) (Cochut, 1859 : 861). On souhaite exporter vers l’Europe l’écorce du killaye utilisée pour faire du savon. On songe, en 1857, à cultiver le sorgho pour fabriquer du sucre et de l’eau de vie. Le Chili dispose de plusieurs dizaines de minoteries à vapeur équipées de meules coniques. Ces installations lui permettent de dominer le marché californien au temps de la ruée vers l’or (Batou, 1990 : 176). Les propriétaires importent des machines tel que le fouloir à vendange Badimon. On utilise les locomobiles, on défriche à la vapeur et les arbres sont arrachés avec l’excavator étatsunien vers 1860.

L’action de l’État

La chimérique réduction de la dette

  • 11 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°158. Cazotte à Broglie, Santi (...)

8Les ministres des finances Manuel Rengifo et Joaquín Tocornal sont chargés de simplifier les mesures douanières, de réorganiser l’administration fiscale et de diminuer la dette extérieure. En 1835, le gouvernement chilien annonce aux députés et aux sénateurs que l’équilibre budgétaire entre les dépenses et les recettes est rétabli. Le pays reste cependant endetté auprès de la Grande-Bretagne en raison d’un emprunt de 9 millions de pesos à un taux de 6 % contracté en 1822. Pour rembourser, le Chili remet en place l’impôt de l’estanco qui taxe des produits monopolisés comme le tabac, les liqueurs étrangères, les cartes à jouer et le thé. L’État encourage les combats de coq car le fisc y gagne une somme importante. La capitalisation des intérêts différés permet également au gouvernement chilien de racheter l’emprunt. En 1835, un sixième du budget des dépenses est destiné à payer la dette (Slowaczynski, 1838 : 186). La tâche du gouvernement pour faire admettre l’impôt semble difficile. Cazotte, le consul de France estime que les Chiliens « ne sont pas encore assez avancés en civilisation pour comprendre que l’argent du fisc bien employé par ceux qui en ont la disposition, est une source de richesses et de prospérité pour le pays »11. Les Chiliens aiment le luxe et les produits sont chers. Par conséquent, ils ne veulent pas contribuer au désendettement de l’État. Pour renégocier la créance contractée avec l’Angleterre, le chef du gouvernement veut les pleins pouvoirs pour envoyer en Angleterre Don Xavier Rosalès. On veut obtenir une réduction de l’intérêt qui passerait de 6 % à 4 %.

  • 12 Ibidem, Vol. 2, f°48, Valparaiso, 14 juin 1839.
  • 13 Ibidem, f°63.

9Portales propose un autre emprunt de 400 000 pesos dans le pays à 4 % l’an. Cette somme doit être allouée pour développer la marine de guerre. Le projet est une arnaque car les intérêts en Amérique du Sud varient de 12 % à 24 %. Quelques zélés fonctionnaires souscrivent, par crainte de perdre leur emploi. Portales veut une flotte pour faire pression sur le Pérou, réclamer par la force 2 millions de pesos que cet État doit au Chili et pour nuire à Santa Cruz. La guerre contre la confédération péruano-bolivienne relance la dépense publique. Des crédits considérables sont alloués pour les armements. Le navire marchand l’Adrienne est acheté au Français Roux pour être transformée en corvette la Valparaiso armée de 18 canons de 12, et portant le pavillon de l’amiral Blanco Encalada. Lors du traité de Paucarpata (17 novembre 1837), le Chili obtient le paiement d’un 1,5 million de pesos. Le Pérou reconnaît devoir cette somme perçue par le diplomate péruvien Don Jose Larrea y Loredo, au titre de l’emprunt anglais. La confédération s’engage aussi à payer les intérêts. À l’issue du conflit en 1839, le général Prieto indique à l’assemblée que malgré les embarras des finances liés à la guerre, le Trésor public a acquitté ses charges12. Le conflit de 1836-1839 a coûté une somme totale de presque 3, 3 millions de pesos. Les douanes et l’estanco ont recouvert ces frais. Le gouvernement n’a emprunté que 105 000 pesos à 4 % auprès de sa population13. En 1842, le pays a capitalisé les arrérages des années 1826 à 1841 pendant lesquelles il a dû interrompre le service de la dette.

Un budget maîtrisé en 1842
Dette publique (évaluée par Clements R. Markham) : 8 millions de pesos

Un budget maîtrisé en 1842 Dette publique (évaluée par Clements R. Markham) : 8 millions de pesos

Recettes de l’État chilien

Recettes de l’État chilien

Dépenses de l’État chilien
Réalisation : Jérôme Louis, Jean-Pierre Bleyer, d’après Anonyme, Notice sur le Chili par un voyageur français, Paris, A. François et Compagnie, 1844, p. 30-31. La part du cuivre dans les revenus des douanes est fournie par Vayssière, 1980. 10 à 15 % du revenu des douanes provient du cuivre entre 1845 et 1849.

L’encouragement à la colonisation

  • 14 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 2, f°249.

10Annonçant la venue de quatre-cents Australiens attirés par les perspectives d’emplois pour la reconstruction après l’incendie de Valparaiso au mois de mars 1843, le journal El Mercurio applaudit la venue d’étrangers industrieux et de bonnes mœurs (Collier, 2003 : 116). Le désenchantement est rapide pour ces nouveaux venus. La main d’œuvre est très bon marché. Les colons, fraichement arrivés, doivent accepter la charité publique et celle du gouvernement pour ne pas mourir de faim. Après plusieurs mois, on les disperse à l’intérieur des terres dans les haciendas et les métairies14. La colonisation germanique est sponsorisée par le gouvernement chilien. Consul à Hambourg, l’ancien aventurier et chercheur d’or, Vicente Pérez-Rosales encourage l’émigration allemande vers le Chili. Dans son Essai sur le Chili, il décrit les progrès accomplis sous la présidence de don Manuel Montt dont le dirigisme a assaini les comptes publics, créé la colonie de Llanquihue et favorisé les échanges avec l’étranger. L’essor du commerce est tel que le peuplement du Chili méridional croît et favorise le contrôle du détroit de Magellan. Les Allemands fuyant une Europe centrale en proie aux révolutions de 1848-1849 forment une importante colonie à Valdivia. La Belgique compte participer à cet élan, en raison des mesures financières incitatives prises par le Chili (Bosch, 1848 : XV). L’historien F. Encina note en 1912 : 

Les immigrants ont été absorbés avec facilité jusque vers 1850 car ils prenaient contact isolément avec notre pays. Mais à mesure que leur nombre augmentait et que leur action se canalisait dans la mine et le commerce, leur absorption faiblissait jusqu’à devenir à peu près nulle en fin de siècle (Blancpain, 1999 : 128).

11Le président Bulnes déclare propriété nationale les ressources naturelles de Coquimbo, du désert d’Atacama et des îles environnantes. L’extraction commence avec la collaboration d’entreprises nord-américaines. En 1846, une compagnie chilienne exploite le guano de Mejillones. La Bolivie proteste contre les incursions sur son territoire et accorde à deux Français des concessions pour exploiter le salpêtre dans cette région. En 1863, dans la région de Mejillones, des conflits éclatent pour des questions de droit sur les concessions de guano. La marine de guerre chilienne s’empare du port de cette province. Le président bolivien Acha se prépare à la guerre pour récupérer ce territoire envahi. Le nationalisme économique chilien est un impérialisme gênant pour ses voisins.

La mise au pas des minorités indiennes

12Le contrôle des Indiens par l’État est fait au moyen de fonctionnaires appelés « capitaines d’amis ». (Pérez-Rosales, 1857 : 290). Ils sont à la fois interprètes et agents utiles pour régler les différends. Les chefs indiens les plus puissants reçoivent une rétribution sur les deniers publics. Les Mapuches sont considérés comme des guerriers valeureux jusqu’en 1840. Le Chili signale au monde cette vaillance. Il en perpétue le souvenir en plaçant dans l’azur de son pavillon national, la blanche étoile de l’étendard araucanien. Factions et luttes civiles absorbent les hommes d’État. Le calme rétabli, on veut coloniser les plaines de l’Araucanie. Le gouvernement central projette de s’étendre sur les terres méridionales. En 1848, le gouverneur Mardones fonde officiellement Punta Arenas. En 1853, on crée la ville de Puerto Montt. Ulmens et caciques protestent énergiquement contre les spoliations. Dans un ultimatum, ils affirment leur volonté de défendre l’intégrité de leur territoire. Le cacique Maguil (Arrivée du débordement) est proclamé grand toqui et fait courir la flèche parmi les tribus. Casse-têtes et lances font détaler les envahisseurs comme des lièvres. Le gouvernement accepte un Parlement solennel. Les Araucans auraient des réserves de terrains inaliénables et les colons reçoivent des portions de forêts et de friches à déboiser et cultiver. Durant trente années, l’infiltration blanche progresse. Lente et dissimulée, elle devient de plus en plus ouverte et hardie. Elle est bientôt injuste, violente et homicide. Au cours de la décennie 1850, l’Europe devenue un modèle économique, on considère l’Indien responsable des différences physiques entre Européens et Chiliens. Frein au progrès, l’Indien devient indésirable. Le Chili doit faire face à l’arrivée d’Orélie-Antoine de Tounens qui se proclame roi de Patagonie en 1860. Ce cas reflète les différentes stratégies mises en place par les puissances pour soumettre le Chili et les peuples autochtones à leurs intérêts, en utilisant les forces locales en dispute. Selon l’historien marxiste Marcelo Segall, les enjeux économiques sont manifestes dans la constitution de cet éphémère royaume :

La France désirait profiter de la lutte entre le capitalisme en expansion et les formes primitives de la vie araucane ; elle ne s’est pas attaquée au Chili central mieux organisé et où elle aurait pu se heurter à l’Angleterre cliente et pourvoyeuse des mines, des prêteurs et débiteurs […] (Blancpain, 1996 : 138).

  • 15 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 6, f°26.

13Après des opérations militaires menées par le colonel Barbosa, une convention est signée. Les caciques s’engagent à verser au Trésor une indemnité de 25 000 pesos en dédommagements des frais de guerre, payable soit en argent, soit avec les terres des fauteurs de troubles15. Les Indiens du littoral de l’Araucanie s’engagent à céder un vaste territoire susceptible d’être colonisé.

L’entrée dans l’âge industriel

L’édification du pays

  • 16 Ibidem, Vol. 2, f°147.
  • 17 Ibidem, f°194.

14Le Chili a marché à pas de géant vers la civilisation européenne. La Constitution de 1833 précise que l’éducation doit retenir « l’attention très spéciale de l’État. » Des collèges sont construits. Ces établissements sont fréquentés par la jeunesse chilienne mais aussi par les étrangers des républiques voisines. En 1838, Ignace Domeyko est nommé professeur du collège minier de La Serena. L’Université du Chili est fondée en 1842 pour remplacer celle de San Felipe. Des bâtiments publics, certes d’apparence modeste, sont élevés. Ce développement est attribué à la tranquillité, à la fin des stériles rivalités de partis et il est surtout le résultat de la mise au pas du pays par les héritiers des estanqueros. Par un décret de 1835, le gouvernement chilien accorde à l’audacieux entrepreneur américain William Wheelwright l’exclusivité de la navigation à vapeur dans le Pacifique. Cette entreprise par actions est menée à bien mais les deux navires mis en service restent au port plusieurs mois à cause d’un approvisionnement en charbon insuffisant16. L’État chilien souhaite établir une ligne de steamers pour remorquer les navires depuis le détroit de Magellan. Des phares sont construits sur la côte. Face à la faiblesse du réseau routier, une Direction des routes, canaux, ponts et chaussées est créée en 1842. Un Bureau central des statistiques, antenne du Ministère de l’Intérieur est fondé par la loi du 17 septembre 1847 dans le but de connaître le pays et de recenser la population. Manuel Montt y a recours en 1854. Le Chili comptabilise une population de 1,5 million d’habitants. On réclame au cabildo de Valparaiso et de Santiago un théâtre digne de ce nom mais les notables n’y voient qu’un futur « foyer de concupiscence et une école de perdition »17. La liberté d’expression manque. Cela est mis en évidence lors de la publication de Sociabilidad Chilena, par Francisco Bilbao en 1844. Le scandale qui en résulte provoque l’exil de son auteur à Paris. De retour au Chili, en 1850, il fonde, avec l’aide de Santiago Arcos, la Société de l’Égalité qui diffuse des idées socialistes.

  • 18 Annuaire des deux mondes, 1853-1854, Paris, bureau de la Revue des Deux mondes, 1854, pp. 844-845
  • 19 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 5, f°72.
  • 20 Ibidem, Vol. 4. Cazotte au ministre 1er décembre 1852.

15Sur de nombreux projets, le conservatisme s’oppose aux balbutiements d’un socialisme municipal. L’éclairage au gaz est néanmoins introduit. Le chemin de fer de Copiapó est inauguré en 1849. Une banque de crédit voit le jour mais elle périclite rapidement car on se méfie de son fondateur Antonio Arcos, un Espagnol impliqué dans des affaires louches sous le régime d’O’Higgins (Collier, Sater, 2004 : 86). Les armateurs de Valparaiso récupèrent surtout tous les marchés juteux. Optimiste, Pérez Rosales souligne l’organisation des sociétés anonymes, la banque d’escompte, la caisse du crédit hypothécaire, l’acquittement de la dette péruvienne, le recensement de la population, l’établissement de la ligne électrique du sud et l’abolition de la dîme. Avec l’aide des Français Jean Duprat et Jacques Lambert, la frégate chilienne Constitution est construite en bois du pays et en cuivre laminé. En 1853, le gouvernement chilien accorde une subvention de 60 000 pesos par an durant dix ans à l’Anglais Griffin pour relier Liverpool et Caldera en 62 jours avec une ligne de clippers, via le détroit de Magellan18. Une éventuelle liaison par l’isthme de Panama est proposée. On construit le chemin de fer à Valparaiso pour un coût d’au moins 7 millions de pesos19, celui de Copiapo à Caldera a coûté 2,4 millions de pesos. On fait venir, depuis Albany, les ingénieurs Allan et Alexander Campbell. On importe des rails depuis les États-Unis et on prévoit un train reliant Santiago à Talca. De nombreux propriétaires cèdent les parcelles où doit passer la voie ferrée et fournissent des ouvriers sans réclamer de compensations financières. Ils estiment cette aide gratuite comme un investissement bénéfique pour l’écoulement sur les marchés de leurs productions20. Une ligne télégraphique est projetée entre Santiago et Talca. L’ingénieur Carlos Zenteno est chargé par le gouvernement de superviser les travaux. Il évalue à 3 700 le nombre de poteaux nécessaires à installer pour un coût de 4 043 pesos, 60 centavos. Le président Montt annonce au Congrès que la ligne serait achevée pour le 18 septembre 1856, jour de la fête nationale. Son souhait n’est pas exaucé car les matériaux ne peuvent être obtenus avec un bon prix. L’État doit revoir sa copie. L’ingénieur Nicanor Gana propose 5 540 poteaux pour une dépense de 28 420 pesos, 97 centavos. Le gouvernement chilien, ne voulant pas se faire doubler par un investisseur privé, décide de commencer les travaux, sans plus tarder (Johnson, 1948 : 32). En 1855, un Code civil d’inspiration française, œuvre du juriste A. Bello, est adopté. En 1858, J. J. Feuillet fonde l’École navale.

16De 1851 à 1859, sous l’administration de Manuel Montt, on encourage la formation des ouvriers et la scolarisation des filles mais, cette image idyllique d’une Europe en réduction, d’un Eldorado cache aussi une triste réalité. Les écoles publiques passent de 165 à 454 (Cochut, 1859 : 828), mais moins de 10 % de la population en âge scolaire fréquentent effectivement et régulièrement les classes primaires (Vayssière, 1980 : 99). Le dénuement religieux est manifeste. Un seul évêché contrôle la vaste région de La Serena.

1860 : un État en construction
Dette publique (évaluée par Georges Rouma) : 37 millions de pesos

1860 : un État en construction Dette publique (évaluée par Georges Rouma) : 37 millions de pesos

Recettes de l’État chilien

Recettes de l’État chilien

Dépenses de l’État chilien

Réalisation : Jérôme Louis, Jean-Pierre Bleyer, d’après les données fournies par les rapports consulaires français (AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, vol. 6). La part du cuivre dans les revenus des douanes est fournie par Vayssière, 1980. En 1860, le tiers des recettes douanières provient du cuivre (32 %).

Les contestations et la crise

  • 21 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 4. Blanchard au ministre, 28 novem (...)

17Dès 1834, des émeutes populaires ont lieu dans les districts miniers du Norte Chico. En 1851, les élections permettant à Manuel Montt de devenir président se déroulent dans un climat insurrectionnel. On saccage la « Placilla » de Chañarcillo et les gros commerçants sont visés en octobre. La révolte est écrasée par le député et homme de plume José Joaquin Vallejo, mieux connu sous le pseudonyme Jotabeche. Il fait occuper Chañarcillo avec un détachement militaire d’une centaine de soldats. En décembre, une autre insurrection éclate à Copiapó s’appuyant sur les mineurs et sur les travailleurs du chemin de fer. L’agitation est inspirée par des immigrants européens, quarante-huitards et utopistes. Le secrétaire du mouvement est d’ascendance française et s’appelle Pinochet. Après quelques actes spectaculaires comme un emprunt auprès des ouvriers ou la nationalisation du chemin de fer privé Copiapó-Caldera, ce « Gouvernement des Hommes Libres » s’effondre militairement au bout de quelques semaines. Les affaires sont affectées mais la maison Montané profite de la situation pour vendre au gouvernement chilien un navire à vapeur sorti des chantiers du Havre. Le gouvernement chilien compte le transformer en navire de guerre en le dotant de pièces d’artillerie21. La fin de la fièvre de l’or californien coïncide avec l’essoufflement de l’économie chilienne. Les mines d’argent ont moins de rendement et le prix du cuivre fluctue vers la baisse. En 1856, les récoltes sont médiocres. Les exportations agricoles vers la Californie et l’Australie baissent car les marchés du Pacifique se ferment. Des maisons de commerce font faillite. La crise de 1857 est marquée par une restriction du crédit et de la monnaie au Chili. Le port de Valparaiso est affecté par l’ouverture de la ligne ferroviaire dans l’isthme de Panama, qui dévie une grande partie du trafic du port chilien. De plus, l’incendie de 1858 y cause des dommages pour une valeur de 200 000 pesos.

  • 22 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 6.

18La contestation contre le président Montt aboutit à la guerre civile. L’opposition réclame la moralité administrative. Les partisans du gouvernement sont traités d’usuriers et d’opportunistes (logreros) (Cochut, 1859 : 847). Pedro Leon Gallo, fils du riche mineur Miguel Gallo, est proclamé caudillo. Il fait frapper plus de 400 000 pesos à Copiapó. Il est défait militairement en avril 1859 et s’exile en Argentine. L’usine à vapeur du Français Delavigne chargée d’extraire le sucre des betteraves n’a pas reçu le prêt de 30 000 pesos promis par le pouvoir car l’État chilien manque d’argent22. Les mines ont manqué de main d’œuvre car la révolution y a semé la disette en empêchant le ravitaillement entre les régions. On lit dans le Journal des économistes :

  • 23 Journal des économistes, Paris, Guillaumin, avril-juin 1858, p. 61.

19Le gouvernement ne peut pas rouvrir aux céréales chiliennes les marchés de la Californie et de l’Australie ; il ne peut pas commander davantage aux saisons, ni empêcher que la terre perde une partie de sa fertilité sous l’influence d’une culture épuisante. Il ne peut pas non plus établir une inquisition sur les revenus particuliers et régler les dépenses de chacun sur ses facultés, ni établir des lois somptuaires23.

Quelques aspects de la production minière chilienne durant la période conservatrice
(valeur en million de pesos)

Quelques aspects de la production minière chilienne durant la période conservatrice (valeur en million de pesos)

1 : Après l’exploitation des mines d’argent de Coquimbo (Arqueros et mine Mercedes), la guerre civile de 1830 réduit considérablement la production. Elle est relancée en 1832 avec la découverte de Chañarcillo. En 1834, des émeutes ont lieu dans le district minier du Norte Chico.
2 : Guerre contre la confédération péruano-bolivienne.
3 : Premier four à réverbère chilien.
4 : Découverte du gisement argentifère de Tres Puntas.
5 : Révolution de La Serena
6 : Cuivre-Effet, découverte d’une veine royale par le mineur Tomas Urmeneta dans le Cerro de Tamaya (département d’Ovalle) et effets de la guerre de Crimée, « véritable Californie des mineurs » selon l’historien Vicuña Mackenna.
7 : Manque de pluie, et donc d’eau si essentielle au traitement du cuivre.
8 : Crise de 1857 et maintien de la production.
9 : Guerre civile, l’opposition libérale refuse les résultats électoraux.
Réalisation : Jérôme Louis et Jean-Pierre Bleyer.

Conclusion

  • 24 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 2, f°195. Blanchard au ministre, V (...)
  • 25 Ibidem, Vol. 3, f°215.
  • 26 El Copiapino, n°182, 1847.
  • 27 The Austrian Economics Newsletter, volume 9, n°2, 1988, p. 18.

20Le 21 août 1834, Charles Darwin confie, dans son Journal de Voyage, que le gouvernement chilien encourage, par tous les moyens, l’exploitation minière. Le mois suivant, à Jajuel et à Yaquil, il observe des mineurs au teint blafard, passant des journées entières dans les sous-sols, portant sur leur dos un quintal de pierres. En 1842, le consul de France Blanchard écrit que tel le vol du condor, le Chili « ne tardera pas à prendre un généreux essor »24. La ruée vers l’or californien gonflerait par ricochets de milliers d’émigrants le Chili pour former une grande nation25, mais les provinces ont été négligées par le pouvoir central. La Constitution portalienne qui définit les tâches des municipalités demeure muette quant aux moyens de cette politique. La justice est trop lente. Les policiers, les gendarmes et les prisons sont insuffisants. La province d’Atacama ne dispose que d’un hôpital, un mouroir sans hygiène. Copiapó ne parvient à construire son cimetière qu’en 1850 et Chañarcillo en 1860, ce qui exposait « les dépouilles mortelles à être la proie des chiens »26 (Vayssière, 1980 : 99). En 1849, dans un article intitulé El manuscrito del Diablo, Lastarria déclarait que l’ennemi le plus implacable du Chilien est le Chilien. Restreignant son propos à la classe dominante du pays, ce texte serait à l’origine d’une forme de pessimisme national (Dumas, 1982 : 179). Toutefois, la bourgeoisie prend son essor. Ce phénomène est décrit par Alberto Blest Gana dans Martín Rivas. Ce livre dépeint la montée du personnage éponyme, qui tel Rastignac, est un jeune étudiant en droit mal dégrossi débarqué de sa province qui conquiert une place dans la haute société de Santiago. Le Chili avait un déficit commercial de 2,5 millions de pesos en 1843 contre une balance commerciale excédentaire de 660 000 pesos en 1855. Arrivant au Chili, le professeur français Jean-Gustave Courcelle-Seneuil prône le libéralisme. Il conseille le Palais de La Moneda pour financer le réseau ferré dont l’État est devenu le principal actionnaire. Il négocie en Europe plusieurs emprunts. Il est à l’origine de la loi bancaire de 1860, faisant du Chili un paradis pour les banquiers27. Le 18 septembre 1861, les libéraux accèdent au pouvoir.

Inicio de página

Bibliografía

Sources manuscrites

Archives du ministère des Affaires étrangères (La Courneuve)

Correspondance consulaire et commerciale - Valparaiso 1 à 6

Sources imprimées

Journaux, revues

El Mercurio

Journal des économistes

COCHUT, A., « Le Chili en 1859. La société chilienne et la crise politique », Revue des Deux Mondes, 1859.

MAZADE, Charles de, « Le socialisme dans l’Amérique du sud », Revue des Deux Mondes, 1852.

Mémoires et essais

Anonyme, Notice sur le Chili par un voyageur français, Paris, A. François et Compagnie, 1844.

BLANQUI, Adolphe Jérôme, Cours d’économie industrielle, Paris, Hachette, 1839, t. II.

BOSCH, Spencer H., Commerce de la côte occidentale de l’Amérique du Sud. Statistique commerciale du Chili, de la Bolivie, du Pérou, de l’Équateur, de la Nouvelle-Grenade, de l’Amérique centrale et du Mexique, Bruxelles, D.Raes, 1848, 2 volumes.

CHEVALIER, Michel, Des mines d’argent et d’or du Nouveau monde, Paris, Bureau de la Revue des deux Mondes, 1847.

DARWIN, Charles, Charles Darwin’s Beagle diary, New York, Cambridge university press, 1988.

FAUCHER, Léon, Mélanges d’économie politique et de finances, Paris, Guillaumin et Cie, 1856.

GAY, Claude, Atlas de l’histoire physique et politique du Chili, Paris, E. Thunot, 1854.

LA CARRIÈRES, A. C., Voyage aux pays aurifères, Paris, A. Courcier, 1855.

LENOIR, Benjamin, Aperçu sur les gisements métallifères du Chili, Lyon, Barret, 1855.

LEVASSEUR, Émile, La question de l’or, Paris, Guillaumin, 1858.

MAYNARD, Félix, Voyages et aventures au Chili, Paris, Librairie nouvelle, 1858.

MIQUEL, Manuel, Estudios económicos I administrativos sobre Chile desde 1856 hasta 1863, imprenta del Ferrocarril, Santiago, 1863.

MOREAU, César, SLOWACZYNSKI, A., Statistique générale de l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique et l’Océanie, Paris, juin 1838.

PÉREZ-ROSALES, Vicente, Essai sur le Chili, Hambourg, Nestler et Melle, 1857.

VICUNA MACKENNA, Benjamin, Le Chili considéré sous le rapport de son agriculture et de l’émigration européenne, Paris, Bouchard-Huzard, 1855.

Bibliographie

BARAHONA COCKERELL, Miguel, El Sitio de La Serena, y la Revolución de los Libres a las glorias del pueblo de Atacama y Coquimbo de 1851, Université du Costa Rica, 2013.

BATOU, Jean, Cent ans de résistance au sous-développement. L’industrialisation de l’Amérique latine et du Moyen-Orient face au défi européen, 1770-1870, Genève, Droz, 1990.

BLANCPAIN, Jean-Pierre, Immigration et nationalisme au Chili 1810-1925, Paris, L’Harmattan, 2005.

___________, Le Chili et la France XVIIIe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1999.

___________, Les Araucans et le Chili : des origines au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1996.

CAVIERES FIGUEROA, Eduardo, El comercio chileno en la economía mundo colonial, Universidad Católica de Valparaíso, Valparaíso, 1996.

COLLIER, Simon, Chile : the making of a republic 1830-1865, politics and ideas, New York, Cambridge university press, 2003.

COLLIER, Simon, SATER, William F., A History of Chile, 1808-2012, New York, Cambridge Latin American Studies, 2004.

DUMAS, Claude, Nationalisme et littérature en Espagne et en Amérique latine au XIXe siècle, Lille, université Lille III, 1982.

FAIVRE, Jean-Paul, L’expansion française dans le Pacifique 1800-1842, Paris, Nouvelles éditions latines, 1953.

GÁRATE CHATEAU, Emmanuel, La « révolution économique » au Chili. À la recherche de l’utopie néoconservatrice, 1973-2003, EHESS, 2010.

HOBSBAWM, Eric J., L’ère du capital 1848-1875, Paris, Pluriel, 2002.

JAMMET, Nathalie, La maîtrise du territoire chilien au XIXe siècle : de la définition des frontières à la domination des hommes, université de Nantes, 2009.

___________, « La constitution d’une élite républicaine au Chili : un engagement au service de l’État », Cahiers ALHIM n° 19, 2010.

JOHNSON, John J., Pioneer Telegraphy in Chile, 1852-1876, Stanford, Stanford University press, 1948.

LANCHA, Charles, Histoire de l’Amérique hispanique de Bolivar à nos jours, Paris, L’Harmattan, 2003.

MÉNDEZ BELTRÁN, Luz María, La exportación minera en Chile 1800-1840, Un estudio de historia económica y social en la transición de la Colonia a la República, Santiago du Chili, editorial universitaria, 2004.

MONTERO CASASSUS, Cecilia, Les nouveaux entrepreneurs : le cas du Chili, Paris, L’Harmattan, 1997, 334 p.

ORTEGA MARTINE, Luis, Chile en ruta al capitalismo. Cambio, euforia y depresión, Santiago, Dibam, 2005.

PRADENAS, Luis, Le théâtre au Chili : traces et trajectoires XVIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2002.

ROUMA, Georges, L’Amérique latine : l’essor sous la république et la liberté, Paris, La Renaissance du livre, 1948, vol. I.

SARGET, Marie-Noëlle, Histoire du Chili de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1996.

VAYSSIERE, Pierre, Un siècle de capitalisme minier au Chili 1830-1930, Paris, CNRS, 1980.

VEGA, Manuel Ed., CHOUTEAU, Eugène, Album de la colonie française au Chili, Imprimerie et lithographie franco-chilienne, Santiago, 1904.

WIENER, Charles, Chili et Chiliens, Paris, L. Cerf, 1888.

WHITE, John H. Jr, A History of the American locomotive, Its Development : 1830-1880, New York, Dover publications, 2003.

ZAMORA, Sergio, Les guerriers du crépuscule. Brève histoire des Mapuche (1810-1884), Yvelinédition, 2011.

Inicio de página

Notas

1 Constitution de 1833, “Disposiciones Transitorias”: “Artículo 1. La calidad de saber leer y escribir que requiere el artículo 8, sólo tendrá efecto después de cumplido el año 1840”.

2 Annales du génie civil, 1863, p. 389

3 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°254.

4 Ibidem, Vol. 4, f°257.

5 Loi relative au cabotage du 22 octobre 1835.

6 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°172.

7 Archives du Commerce, Paris, janvier 1845, p. 315.

8 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 3, f°212.

9 Recueil consulaire contenant les rapports commerciaux des agents belges à l’étranger, 1900, p. 310.

10 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 3, f°81.

11 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 1, f°158. Cazotte à Broglie, Santiago, 21 juin 1836.

12 Ibidem, Vol. 2, f°48, Valparaiso, 14 juin 1839.

13 Ibidem, f°63.

14 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 2, f°249.

15 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 6, f°26.

16 Ibidem, Vol. 2, f°147.

17 Ibidem, f°194.

18 Annuaire des deux mondes, 1853-1854, Paris, bureau de la Revue des Deux mondes, 1854, pp. 844-845

19 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 5, f°72.

20 Ibidem, Vol. 4. Cazotte au ministre 1er décembre 1852.

21 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 4. Blanchard au ministre, 28 novembre 1851.

22 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 6.

23 Journal des économistes, Paris, Guillaumin, avril-juin 1858, p. 61.

24 AMAE, Correspondance consulaire et commerciale, Valparaiso, Vol. 2, f°195. Blanchard au ministre, Valparaiso, 17 juin 1842.

25 Ibidem, Vol. 3, f°215.

26 El Copiapino, n°182, 1847.

27 The Austrian Economics Newsletter, volume 9, n°2, 1988, p. 18.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Un budget maîtrisé en 1842 Dette publique (évaluée par Clements R. Markham) : 8 millions de pesos
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5017/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 60k
Título Recettes de l’État chilien
Leyenda Dépenses de l’État chilien Réalisation : Jérôme Louis, Jean-Pierre Bleyer, d’après Anonyme, Notice sur le Chili par un voyageur français, Paris, A. François et Compagnie, 1844, p. 30-31. La part du cuivre dans les revenus des douanes est fournie par Vayssière, 1980. 10 à 15 % du revenu des douanes provient du cuivre entre 1845 et 1849.
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5017/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 52k
Título 1860 : un État en construction Dette publique (évaluée par Georges Rouma) : 37 millions de pesos
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5017/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 72k
Título Recettes de l’État chilien
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5017/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 60k
Título Quelques aspects de la production minière chilienne durant la période conservatrice (valeur en million de pesos)
Leyenda 1 : Après l’exploitation des mines d’argent de Coquimbo (Arqueros et mine Mercedes), la guerre civile de 1830 réduit considérablement la production. Elle est relancée en 1832 avec la découverte de Chañarcillo. En 1834, des émeutes ont lieu dans le district minier du Norte Chico.2 : Guerre contre la confédération péruano-bolivienne.3 : Premier four à réverbère chilien.4 : Découverte du gisement argentifère de Tres Puntas.5 : Révolution de La Serena6 : Cuivre-Effet, découverte d’une veine royale par le mineur Tomas Urmeneta dans le Cerro de Tamaya (département d’Ovalle) et effets de la guerre de Crimée, « véritable Californie des mineurs » selon l’historien Vicuña Mackenna.7 : Manque de pluie, et donc d’eau si essentielle au traitement du cuivre.8 : Crise de 1857 et maintien de la production.9 : Guerre civile, l’opposition libérale refuse les résultats électoraux. Réalisation : Jérôme Louis et Jean-Pierre Bleyer.
URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5017/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 112k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Jérôme Louis, « Progrès et développement économique au Chili durant la République conservatrice (1830-1861)  », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 28 | 2014, Publicado el 18 enero 2015, consultado el 22 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/5017

Inicio de página

Autor

Jérôme Louis

Jérôme Louis est docteur en histoire contemporaine et membre de l’Institut Napoléon. E-mail : jeromelouis@wanadoo.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org