Navegación – Mapa del sitio
Construction des structures économiques de l’État

De l’usage de la « crise » dans les essais de vulgarisation d’histoire économique au Chili (1860-1960)

Stéphane Boisard

Resúmenes

Du Tratado teórico y práctico de economía política de Jean Gustave Courcelle Seneuil publié au Chili en 1859 au Ladrillo des économistes néo-classiques formés à Chicago à partir de 1955 qui inspireront les militaires putschistes de 1973, la doctrine économique du « laissez-faire, laissez-passer » semble être la panacée à tous les maux de l’économie chilienne. Cependant entre ces deux essais, la très grande majorité des penseurs et passeurs de l’économie n’a eu de cesse de la critiquer. Quel que soit leur filiation intellectuelle et idéologique, ils ont offert une lecture négative de l’histoire chilienne et du développement de la nation allant de l’infériorité (F. Encina) ou l’échec (A. Pinto) à la crise éternelle (C. Keller) ou intégrale (J. Ahumada). Cet article explore le système de représentations sociales qui se fait jour dans quelques ouvrages de vulgarisation économique depuis la pensée catholique conservatrice de la fin du XIXe siècle aux théories structuralistes des années 1960 en passant par les essais nationalistes qui nourrissent la génération du Centenaire.

Inicio de página

Texto completo

« La crise, c'est quand le vieux se meurt et que le jeune hésite à naître ». Antonio Gramsci.

1Du Tratado teórico y práctico de economía política de Jean Gustave Courcelle Seneuil publié au Chili en 1859 au Ladrillo des économistes néo-classiques formés à Chicago qui rédigent un programme pour les militaires putschistes de 1973, la doctrine économique libérale du « laissez-faire, laissez-passer » semble être la panacée à tous les maux de l’économie chilienne (Courcelle-Seneuil, 1859; De Castro, 1992). Cela reste surprenant car entre ces deux essais, la très grande majorité des penseurs de l’économie n’ont eu de cesse de critiquer cette théorie libre-échangiste et de lui imputer toutes les crises qu’a connues le pays. Nous ne nous interesserons pas ici à la critique universitaire du libéralisme mais aux grands essais de vulgarisation économique publiés entre 1880 et 1960. Dans ces textes qui contribuent à créer une image dramatisée de la réalité chilienne, l’économie, et par-delà la nation, connaîtrait une « crise éternelle ou intégrale » respectivement chez Carlos Keller et Jorge Ahumada, ou bien serait marquée par « l’infériorité » chez Francisco Encina ou « l’échec » chez Aníbal Pinto (Keller, 1931; Encina, 1911; Pinto, 1959 ; Ahumada, 1966). Le point commun de ces ouvrages, indépendamment de leur orientation politique, tient au fait que la « crise » est un point central de la réflexion, une sorte de « paradigme social total » dont le degré de développement ou d’achèvement est susceptible d’entraîner une rupture dans la continuité historique de la nation voire sa décadence. Alors que dans la pensée économique classique de Courcelle-Seneuil, la crise ne traduit qu’une dérégulation passagère du système qui doit retrouver son point d’équilibre en dehors de toute action de l’Etat, à partir de la fin du XIXe siècle, la crise change de nature et s’impose comme une notion à partir duquel les fondements de la société doivent être repensés.

  • 1 Il ne semble y avoir que chez les économistes et historiens et marxistes que l’idée de « crise », c (...)
  • 2 A propos de Nuestra inferioridad económica de F. Encina, Carmen Cariola Sutter et Osvaldo Sunkel so (...)

2Comme le rappelle Myriam Revault d’Allonnes, la « crise », plus qu’un concept, est une métaphore qui ne rend pas seulement compte d’une réalité objective mais aussi d’une expérience vécue. Elle dit la difficulté de l’homme contemporain à envisager son orientation vers le futur (Revault D’Allonnes, 2012). Nous chercherons donc à savoir quelle forme prend l’idée de « crise » chez trois auteurs Juan Enrique Concha, Francisco Encina et Aníbal Pinto, qui peuvent être considérés comme des chefs de file respectivement de la pensée sociale catholique, du courant nationaliste ethno-racial et du courant structuraliste1. Sans être nécessairement les meilleurs et les seuls théoriciens de leur courant respectif, ces auteurs ont eu un impact important en termes de diffusion : le premier du fait du poids de l’Eglise catholique et des réseaux sociaux liés au Parti conservateur ou les deux suivants par le simple fait que leurs ouvrages sont devenus au gré des nombreuses rééditions de véritables « best-sellers »2. Ces textes, dont la société s’est emparée pour se penser, ont contribué à forger une doxa communément admise qui, même si elle s’inscrit dans un système plus vaste de représentations et de catégories de pensée, n’en reflète pas moins ce que Michel Foucault a appelé l’épistémé d’une époque. Et René Passet de préciser : « l’activité économique ne saurait s’appréhender indépendamment des lois du monde sur lequel elle se développe […] Les débats entre conceptions économiques différentes, loin de mettre en jeu des vérités d’ordre théologiques – « éternelles, universelles et révélées » - concernent seulement l’adéquation des théories aux réalités de leur époque » (Passet, 2010). Partant donc de la pensée économique classique, nous chercherons donc à savoir quelles explications de la crise ces auteurs ont fournies à leurs contemporains et aux générations qui ont suivi et en quoi celles-ci sont en adéquation avec leur époque.

De l’idée de crise autorégulée à la perception d’une crise totale

L’économie libérale classique et « la crise utile »

3Selon Jorge Huneeus Gana en 1910, dans un essai intitulé Cuadro histórico de la producción intelectual de Chile, les sciences économiques au Chili, qui sont encore intimement liées aux sciences politiques, n’ont toujours pas à cette date connu un développement parallèle à ces dernières (Huneeus Gana, 1910). Cet auteur considère que le texte fondateur de l’économie politique au Chili est le Tratado teórico y práctico de economía política de Jean Gustave Courcelle-Seneuil publié en 1859. Ce dernier se rend au Chili après le coup d'État 2 décembre 1851 avant de retourner en France en 1863. Il occupe à l’Université du Chili à Santiago le poste de professeur d’économie politique de 1852 à 1862. Il est aussi pendant cette période consultant du ministère des Finances. C’est en cette qualité qu’il élabore la Ley de Bancos en 1860 qui donne entière liberté aux banques privées pour émettre leur propre argent-papier. Fervent continuateur des théories économiques de Say et Bastiat, il est représentatif de la frange la plus subjectiviste et individualiste du libéralisme de l’École de Paris, caractéristiques qui expliquent les louanges qu’il recevra plus tard des économistes autrichiens, Friedrich Hayek ou Murray Rothbard (Allisson, Breban, Bridel, 2009).

4Il y a eu une tendance postérieure à rendre responsable Courcelle-Seneuil de tous les mauvais choix de l’économie chilienne depuis la moitié du XIXe siècle (Hirschman, 1963 : 166). Francisco Encina considérait même que Courcelle-Seneuil « envolv[ía] los postulados económicos en un ropaje que disimulaba su estrechez » (Encina, 1970: 98). Or une historiographie plus récente tend à nuancer ce jugement de valeur, notamment parce qu’elle a largement revisité le « mythe » d’une libéralisation totale de l’économie au XIXe siècle (Villalobos, Sagredo, 1987). De son côté, Oscar Mac-Clure rappelle que Courcelle-Seneuil fut plutôt bien accueilli par ses contemporains et qu’il fut avant tout un pragmatique en économie qui fondait ses principes sur l’observation des phénomènes économiques et des faits concrets (Mac-Clure, 2011). En fait, ce sont surtout les disciples chiliens du maître français qui ont adopté des positions économiques libérales radicales, notamment dans la Revista económica fondée en 1886.

5Concernant l’idée de crise, il est important de noter que Courcelle-Seneuil ne considère pas le Chili comme un pays structurellement « en crise » même s’il connaît des crises conjoncturelles. Dans un opuscule où il prend la défense du Chili en 1866 contre l’attaque de l’Espagne, Courcelle-Seneuil voit dans le Chili un petit pays « contento en medio de las artes, de la paz y que no busca pendencia a nadie », qui doit être défendu par les nations puissantes en cas d’agression (Courcelle-Seneuil, 1866: 16). A la manière d’un Montesquieu, il fait du « doux commerce » une arme puissante contre les guerres qui sont autant de crises qui viennent perturber la saine concurrence économique entre les nations :

El comercio no ha cesado de luchar con prudencia, pero con constancia, contra las odiosas prácticas de la guerra; ha limitado ya las uñas al monstruo obteniendo el establecimiento del derecho de jentes i la suavización de las costumbres militares: debe ir más lejos, e imponer en el mar, el repecto por la propiedad privada i por las operaciones comerciales […] En estos conflictos sin fin, los pueblos empobrecerán; su industria sufrirá i su civilización retrogradará. (Courcelle-Seneuil, 1866: 16)

6La vision économique de Courcelle-Seneuil est empreinte de cette idée qu’il tire de Bastiat selon laquelle c’est la loi naturelle qui fonde les notions d’échange, de valeur et de propriété. Il propose donc une lecture systémique de l’économie qui découle d’un ordre naturel qui s’auto-régule mais ne saurait voir dans les crises qui secouent les pays autre chose qu’un dérèglement du marché et du comportement des acteurs économiques. Il écrit : « Toda crisis proviene de un trastorno, de un cambio acontecido en una situación determinada » (Courcelle-Seneuil, 1857: 507). Pour juguler la crise, l’Etat est jugé inefficace car produisant plus de dégâts in fine que n’apportant de solutions. Seule l’action raisonnable des individus peut permettre de retrouver un système économique équilibré (Courcelle-Seneuil, 1857: 514). Au sujet de la crise qui secoue le pays en 1856 et qu’il analyse comme un cas d’école, Courcelle-Seneuil pense qu’elle est utile car vue comme un processus de mutation nécessaire. En corrigeant les erreurs des acteurs économiques, elle doit permettre de repenser les conditions de la prospérité au Chili (Courcelle-Seneuil, 1857: 514 et suivantes). Cette vision est néanmoins battue en brèche par deux événements qui vont profondément bouleverser le Chili et marquer durablement ses intellectuels.

La double rupture de la Guerre du Pacifique (1879-1883) et de la Guerre Civile (1891)

7Pour bien comprendre l’évolution de la pensée économique postérieure à Courcelle-Seneuil, il convient de prendre en compte deux faits majeurs qui ont modifié considérablement la perception que les intellectuels se font de leur pays. Selon Jorge Huneeus Gana, la Guerre du Pacifique qui fait suite à la très grave dépression économique entre 1873 et 1876 :

incorpora a las cuestiones nacionales el problema salitrero, origen y fundamento casi exclusivo de la gran riqueza fiscal que comienza a repletar de recursos al Erario público, causando un trastorno brusco en nuestros hábitos administrativos, antes severos y pobres hasta tocar los límites de la avaricia y hoy aquejados profundamente con todas las necesidades del progreso y con todas las tentaciones del crecimiento rápido y modernista empujado por el vapor y la electricidad. (Huneeus Gana, 1910: 175)

8Puis la Guerre civile de 1891 divise profondément la société entraînant le suicide du président Balmaceda. Avec ce conflit politique, c’est l’utopie libérale du XIXe siècle qui a présidé à la construction intellectuelle de la nation – ou qui s’est faite contre elle – qui entre en crise. Bernardo Subercaseaux fait de la dernière décennie du XIXe un moment charnière entre deux époques, deux univers mentaux (Subercaseaux, 1988 : 17). Dans un célèbre discours prononcé à l’Athénée de Santiago le 1 août 1900, Enrique Mac-Yver en conclue que « la République vit une crise morale… et totale » (Mac-Yver, 1900).

9Sur le plan économique c’est toute la politique libérale conçue et mise en œuvre par Courcelle-Seneuil qui est critiquée. Sur la base de circonstances géographiques et économiques – avec l’influence croissante des intérêts étrangers jugée par tous excessive et tout particulièrement anglais –, l’industrie du salpêtre a des conséquences funestes sur le développement du Chili. Elle est considérée comme une enclave étrangère coupée du reste de l’économie chilienne, car les gains générés par cette activité ne sont pas réinvestis dans le pays et ne profitent pas à d’autres secteurs d’activité. La maigre part des bénéfices restant dans le pays est quant à elle « captée » par un petit groupe oligarchique qui dilapide ces ressources en biens de consommation de luxe, produits localement ou à l’étranger, ou par une administration jugée de plus en plus pléthorique. L’expansion de l’activité minière conduit aussi à la naissance d’un prolétariat industriel qui devient la préoccupation principale du gouvernement, de la classe sociale dominante et de l’Eglise catholique. C’est l’apparition dans l’opinion publique de la « question sociale ».

L’apparition de la « crise » : Trois interprétations des problèmes et du devenir de la nation

La crise des pauvres et des riches dans la pensée catholique du début du XXe siècle

10Bien que nous sachions depuis le roboratif travail de Sergio Grez que cette « question sociale » trouve sa source dans les premières décennies du XIXe siècle, il est intéressant d’examiner comment l’idée de « crise » est retravaillée par la pensée catholique à l’orée du XXe siècle (Grez Toso, 1995). Il ne s’agit pas d’analyser le fait que certains membres du Parti Conservateur se trouvent être les plus fervents défenseurs du libéralisme économique, mais plutôt de montrer comment la pensée économique catholique construit un imaginaire de société en crise. Elle s’inquiète en effet que les croyances religieuses soient progressivement remplacées par des doctrines socialistes qui ne peuvent entraîner que la dépravation des familles prolétariennes : l’alcoolisme, le concubinage, l’absence d’hygiène et d’épargne. A la suite des enseignements de l’Encyclique de Léon XIII, Rerum Novarum, Juan Enrique Concha s’impose comme un des plus brillants intellectuels catholiques. Dans ses Conferencias sobre economía social publiées en 1918, il utilise peu le terme de « crise » mais fait allusion aux perturbations de l’ordre social ou aux déséquilibres sociaux :

¡Cuántas veces he oido decir a viejos, respetables e ilustradísimos hombres públicos de Chile, que las obras sociales acabaran por crear la cuestión social, que aquí no tiene razón de ser porque el pueblo nunca carece de trabajo! Como si la cuestión social fuese simplemente de desocupados y no un trastorno del orden y de la armonía entre el trabajado y el capitalista. (Concha, 1918: 169)

11Non sans méconnaître le bien-fondé des revendications ouvrières, Juan Enrique Concha est persuadé que : « los problemas del porvenir de Chile serán seguramente sociales » (Concha, 1918: 174). C’est pourquoi afin d’éviter cette crise non seulement matérielle mais aussi morale et religieuse, il exhorte sa propre classe sociale à se remettre en cause et à faire œuvre de pédagogie pour contrer ceux qui exploitent l’ignorance et les passions humaines du proletariat :

Si la cuestión social, como lo he demostrado en mi última lección, no es sólo una cuestión material, sino que es a la vez moral et religiosa, se impone desde luego la educación no sólo del proletariado, sino a la vez de las clases dirigentes, en los deberes y derechos de aquél y de éstas conforme al orden social de la riqueza. (Concha, 1918: 173)

12Il expose alors que le but de « l’économie sociale » est censé de rétablir un ordre social perdu que les recettes libérales fondées sur la « main invisible » ne sauraient résoudre. Or face à la disparition du patriotisme des ouvriers, animés par le détestable « virus de la haine du riche » :

La Economía social cristiana aporta su contingente científico y la solución completa a ese gravísimo problema del orden de la Riqueza en la sociedad; y, a diferencia de la escuela clásica, no se satisface con exponer como ley natural lo que existe, sino que indica como soluciones de paz, de justicia y de caridad, las medidas ya privadas, ya legislativas que pueden producir la armonía en la sociedad. (Concha, 1918: 10)

13Cette question de la richesse et de sa disposition par une clase opulente peu productive se trouvera aussi au cœur d’un grand essai qui aura encore plus d’impact sur la société chilienne : Nuestra inferioridad económica de l’essayiste Francisco Encina.

Le moment Encina et la crise ethno-raciale

14Il convient de rappeler le contexte de nostalgie « culturaliste » dans lequel se forment tous les intellectuels que l’historiographie du XXe siècle a appelé « nationalistes » : Francisco Encina bien sûr, mais aussi Nicolás Palacios, Trancredo Pinochet le Brun, Alberto Edwards et bien d’autres (Gazmuri, 2001; Subercaseaux, 2004). Ce sont tous des intellectuels de province ou qui proviennent des couches moyennes émergentes qui ont vu un signe de crise dans « l’afrancesamiento » exagéré des élites oligarchiques et ploutocratiques liées à la possession de la terre et à l’exploitation minière. Ils n’ont de cesse de critiquer la détérioration d’un « être au monde » aristocratique qui a supposément caractérisé les grands hommes du XIXe siècle et l’aspiration délirante pour l’apparence et l’argent. Cette « crise » est morale et se manifeste, selon eux, par un état d’esprit pusillanime qui corrode l’esprit national, en affaiblissant la volonté de puissance du pays et de ses habitants. Ce diagnostic explique l’élaboration d’une pensée à la fois décadentiste et sensible aux problèmes sociaux, protectionniste sur le plan macro-économique mais favorable à l’esprit d’entreprise, à une morale de l’effort et du travail, d’une éducation plus liée au commerce et à l’industrie qu’aux lettres.

  • 3 L’expression provient de Zorobabel Rodríguez, un disciple « excessif » de Courcelle-Seneuil selon F (...)

15Francisco Encina, à défaut d’être l’inventeur de la formule « l’infériorité économique du Chili »3, fait de l’argument etnico-racial la pierre angulaire de son interprétation de l’histoire économique chilienne. Cet essayiste se forme à la fin du XIXe siècle en captant les connaissances et en s’appropriant les perspectives de la sociologie spéculative, fondée uniquement sur une méthode déductive qui ne peuvent que le conduire à concevoir des systèmes généraux universellement applicables (Villalobos, 1980: 82). L’époque en est à la recherche d’un principe a-temporel qui pourrait expliquer toutes les mutations des sociétés humaines, dans le but de construire une « vision sociologique de l’histoire ». La crise, comme l’idée de décadence, deviennent donc des règles historiques intemporelles qui s’appliquent à toutes les sociétés, en tous lieux et en toutes époques.

16C’est principalement chez les intellectuels racialistes français qu’Encina ira puiser son inspiration et ses concepts. Et il considère Joseph Arthur, Comte de Gobineau, comme le penseur qui a le plus apporté à la compréhension de l’Histoire. Il fait sienne l’idée selon laquelle les variations de la structure raciale d’un peuple ou d’une civilisation déterminent ses mutations historiques. Le mélange des races, leur dosage et leur variation dans le temps sont alors capables de déterminer les grands processus économiques, sociaux, culturels et politiques. Partant de la supériorité du groupe arien ou blanc d’Europe du Nord, Encina cherche donc une explication au « retard » économique du Chili dans la composition ethnique du pays : 

Nuestra raza, en parte por herencia, en parte por el grado relativamente atrasado de su evolución y en parte por la detestable e inadecuada enseñanza que recibe, vigorosa en la guerra y medianamente apta en las faenas agrícolas, carece de todas las condiciones que exige la vida industrial. Nace aquí de una antinomia entre los elementos físicos tan inadecuados para una vigorosa expansión agrícola, como admirablemente adecuados para la etapa industrial y las aptitudes de la raza, apta para la agricultura e inepta para la actividad manufacturera y comercial que se traduce en la debilidad y en la estagnación económica, cuyas manifestaciones se han descrito en los párrafos precedentes. (Encina, 1911: 32-33)

17L’indépendance économique, notamment par rapport aux capitaux anglais, est alors envisagée comme l’acmé du processus d’indépendance commencé un siècle plus tôt et l’industrialisation en est l’instrument privilégié. Le programme économique qui en découle se caractérise donc par une :

  • 4 F. Encina cité dans Godoy Urzúa (1976: 160-161).

Tendencia anti-imperialista y anti-oligárquica, que se expresa a través de la crítica a la extranjerización de la economía y a los grupos dirigentes. Rasgo populista…dentro de un vago proyecto político de integración social y nacional. Énfasis en la industrialización… con ciertos rasgos de autarquía económica. Reforma educacional, con énfasis en el desarrollo de la enseñanza técnica… Independencia partidista y actitud crítica hacia los partidos políticos… a quienes responsabilizan de la decadencia de Chile4.

  • 5 Carlos Keller impute, lui aussi, l’échec du capitalisme chilien aux conquistadores espagnols (Kelle (...)

18Il serait loisible de penser que, du fait de l’hérédité de ces caractères raciaux chez Encina, la crise que traverse la société chilienne n’aura pas de fin car elle provient d’une sorte de tare congénitale due à ce mélange de race. D’un côté, le conquistador espagnol n’a pas su harmoniser ses valeurs spirituelles avec l’activité économique, la technique et la conquête de la nature, et, de l’autre l’aborigène est resté bloqué dans les plus bas échelons de l’évolution mentale5. Malgré la hiérarchisation raciale qu’il établit, Encina estime que le sous-développement capitaliste du Chili est essentiellement causé par la déficience du facteur racial blanc qui a empêché l’émergence d’une bourgeoisie industrielle face à la pénétration du commerce et du capital étrangers. Le défaitisme qui a gagné le pays à partir de la crise de 1857 aurait fait disparaître chez les dirigeants l’esprit de Diego Portales.

19Cependant, pour Encina ces caractères héréditaires ne sont pas permanents. Au contraire, il estime que l’environnement physique et le milieu social, ainsi que l’action collective peuvent produire à la longue des variations biologiques et morales dans les groupes ethniques, d’où l’importance qu’il accorde à l’éducation (Encina, 1912). Conformément à ses lectures de Gustave le Bon, il confère une grande importance aux phénomènes psychologiques collectifs, dont le « sentiment national » auquel il attribue une grande influence sur le développement d’un pays. Dans un contexte marqué par la lutte entre économies, Encina propose alors d’en finir avec cette « decadencia del deseo de dominio y de la superioridad » (Encina, 1912 : 118).

20Ainsi bien qu’il ne faille rien attendre d’Encina dans la compréhension des phénomènes économiques – et d’ailleurs il n’est pas en première ligne dans le principal débat économique de l’époque portant sur la question du papier-monnaie –, il n’en reste pas moins que son programme de développement économique par la « régénérescence de la race » est devenu le bréviaire à partir duquel se sont développés quasiment tous les essais économiques pendant un demi-siècle.

Le moment structuraliste : la crise de la redistribution

21La pensée économique chilienne bénéficie d’un climat propice à partir de la décennie 1930 avec la création par Pedro Aguirre Cerda en 1935 de l’Ecole de commerce et d’économie à l’Université du Chili. Une presse économique spécialisée fait son apparition à cette époque, dont les revue Panorama Económico et El Trimestre Económico. Puis en 1949, la Commission Economique pour l’Amérique latine est créée à Santiago. De nombreux organismes internationaux et régionaux s’y implantent alors : l’ILPES (Institut latino-américain pour la planification sociale et économique) et le PREALC (Programme d’emploi régional) créé par l’Organisation internationale du Travail. Ces nouveaux organismes donnent une vigueur nouvelle à la connaissance des problèmes sociaux, à la question du développement, ainsi qu’à la recherche socio-économique sur les pays de l’Amérique latine. Ils contribuent à l’émergence d’une nouvelle profession : celle d’économiste.

  • 6 Javier Pinedo va même jusqu’à dire qu’«Aníbal Pinto conoce la historia de Chile a través de Encina, (...)

22Le thème de la crise va être omniprésent chez tous ces économistes développementistes. On le comprend aisément après la déflagration de la crise des années 1920, le Chili semblant toujours anticiper et amplifier les « soubresauts mondiaux ». Ce sera bien sûr le cas chez Aníbal Pinto Santa Cruz et son célèbre essai Chile, un caso de desarrollo frustrado : « El siglo del desarrollo económico que hemos cubierto en las páginas anteriores tuvo un final verdaderamente wagneriano en el quinquenio 1925-1929 y la gran crisis » (Pinto, 1959: 102). Aníbal Pinto n’est certainement pas l’économiste le plus brillant de cette génération mais à l’instar de Francisco Encina, c’est celui qui sera le plus lu et diffusé dans la société chilienne. Cela justifie le fait de s’intéresser à sa compréhension de l’histoire économique du Chili. Il nous offre une longue exposition des causes de l’échec du développement de l’économie chilienne (en remontant à la crise de 1857) pour arriver à un résultat connu : l’économie chilienne est partie d’une phase de prospérité pour arriver à une phase de déclin. Rien de neuf ici car il s’agit ni plus ni moins de la thèse d’Encina6. Cependant, Pinto n’a jamais partagé avec Encina son anti-latinoaméricanisme fondé sur une vision racialiste de la supériorité chilienne par rapport au reste de l’Amérique latine. De par son appartenance même à la CEPAL, il témoigne d’un attachement réel à cette dimension latino-américaine de la question du développement. Cela ne l’empêche pas de voir dans le gouvernement autoritaire et nationaliste de Portales une singularité historique qui éloigne le Chili de ses voisins. Dans ce contexte, malgré l’admiration d’Anibal Pinto pour Portales, il prend parti pour un système de « développement vers l’intérieur » qui permettra de protéger les entreprises chiliennes :

Ocurrió a raíz de la gran crisis [1929], que Chile, como casi todos los países afectados, cayó al infierno sin vislumbrar perspectiva inmediata de escapar de él. Y ante la quiebra de las actividades de exportación y las consecuencias antes examinadas para la economía en su conjunto, quiso, por lo menos, proteger y estimular aquellas producciones que no dependían del mercado exterior y que podían satisfacer las necesidades que ya no podían cubrirse con el intercambio. (Pinto, 1959: 119-120)

23Il se trouve être à l’instar de nombreux intellectuels des années 1960 un contempteur des libéraux à « outrance » qui dans leur volonté d’imiter les européens, n’ont pas su percevoir la réalité locale. Critique qu’il dirigera aussi à la nouvelle école d’économie néo-classique qui se développe à partir de 1955 à l’Université catholique de Santiago. D’aucuns disent même que Aníbal Pinto serait le père et concepteur de l’expression « Chicago Boys » au Chili. Redoutable bretteur, il ne faut pas minimiser l’impact qu’auront les analyses de Pinto sur un bon nombre de penseurs de l’époque, notamment sur des sujets aussi important que le rejet de la pensée économique néo-classique, la nécessité de chercher un modèle de développement vernaculaire, le rôle de l’Etat dans l’éradication de la pauvreté. Chez Pinto, comme chez Jorge Ahumada, la crise trouvera une issue dans la démocratie et dans une plus grande participation dans la vie politique et sociale de nombre d’acteurs jusqu’à présent exclus de celle-ci. La résolution de la crise n’est donc plus ce « rétablissement », cette « restauration » de la nation perdue mais bien plutôt l’accroissement du « bien-être » des individus. Il y a donc un déplacement de la finalité de l’économie et c’est en toute logique que Pinto sera aussi partisan d’une redistribution, sur le mode keynésien, des richesses vers les secteurs de la population les plus pauvres afin de briser le cercle infernal du sous-développement (Pinto, 1959: 184). Il y a là une différence notable avec Encina car Pinto ne se reconnait pas dans cette conception de crise globale de l’Occident. Et il se trouve être par là-même un des économistes les plus optimistes de la série de penseurs étudiés dans le présent travail.

24A l’issue de ce tour d’horizon général des grands textes de vulgarisation économique, on se risquera à la question suivante: de quoi « la crise » a-t-elle été le nom au Chili entre 1860 et 1960 ? Pour y répondre, il faudra nécessairement approfondir l’étude des textes, canoniques et autres, et mettre l’accent sur les circulations de la pensée économique et de son histoire. Cependant il est possible d’avancer l’hypothèse que, dans sa dimension « métaphorique » - et non pas « technique »-, la crise apparaît avant tout comme une « pathologie sociale ». C’est la crise d’une communauté imaginée et imaginaire nourrie d’une vision téléologique : celle d’une nation appelée à vivre un grand destin qui échoue dans son projet. Cette pathologie menace l’intégrité sociale de la nation, voire son essence-même pour les penseurs nationalistes. Sur le plan économique, l’idée de crise devient omniprésente dans les dernières décennies du XIXe siècle, c’est-à-dire chronologiquement après le « moment Courcelle-Seneuil ». Elle est due à une plus grande insertion du Chili dans l’économie mondiale avec notamment le développement de l’industrie du salpêtre – puis postérieurement celle du cuivre. Le pays est donc soumis aux aléas du long cycle économique de « la grande dépression » (Baud, 2010) (de 1873 à 1895), puis ensuite à ceux de « la crise des crises » en 1929 et enfin à l’épuisement du modèle de substitution des importations à partir des années 1950.

25Mais l’idée de crise survient aussi aux moments précis où l’élite est remise en cause dans sa légitimité à diriger et contrôler politiquement, socialement et culturellement le pays. Le premier temps sera la Guerre Civile de 1891 qui voit les forces conservatrices s’opposer au président Balmaceda. Leur victoire n’effacera pas le fait que l’Etat libéral s’impose définitivement à cette époque. La crise sera concomitante de la « question sociale ». Cela se traduit dans la pensée économique catholique, par une condamnation de la « guerre des pauvres contre les riches ». Chez la génération intellectuelle mésocratique du centenaire, on estime toutefois que la crise est due à l’incapacité et à la décadence de cette même élite et à ce mélange des « races » qui affaiblit la nation. Un second temps de perte de contrôle pour les élites vient lors de la décennie des années 1920 (avec l’élection d’Arturo Alessandri et la dictature du colonel Ibañez del Campo). La société chilienne se charge alors d’un imaginaire politique de transformation qui oscille entre « réforme » et « révolution » (Subercaseaux, 2009). Les aspirations des classes moyennes trouvent finalement dans les gouvernements de Front populaire un levier pour participer à la vie politique et économique du pays. Le dernier moment prendra forme enfin après la Seconde Guerre mondiale avec les gouvernements d’Eduardo Frei Montalva (1964-1970) et de Salvador Allende Gossens (1970-1973) dont les projets politiques respectifs visent à une plus grande démocratisation de la société. Ils doivent permettre à de nouvelles catégories sociales de participer à la gestion de l’Etat, de ses ressources et de ses institutions. Lors de ces trois moments cruciaux de l’histoire chilienne a donc été posée la question de l’inclusion de nouveaux groupes sociaux qui a remis en cause du status quo social et questionné le pouvoir de l’élite traditionnelle. Une des caractéristiques marquantes des textes étudiés depuis la pensée sociale-catholique jusqu’au structuralisme a en effet été de considérer le développement économique du pays comme une équation économique et une alchimie politico-sociale complexes dans lesquelles sont confondus les intérêts de la Nation, ceux de l’Etat et ceux d’une partie toujours croissante de la population. C’est cette vision intégrée et complexe de l’Etat-Nation et de la société qui le compose qui sera remise en cause avec l’avènement du coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973 et la mise en place d’un programme économique néo-classique inspiré des théoriciens de Chicago.

Inicio de página

Bibliografía

Sources primaires7

Ahumada, Jorge, La crisis integral de Chile, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1966.

Concha, Juan Enrique, Conferencias sobre economía social, Santiago de Chile, Imprenta Chile, 1918.

Courcelle-Seneuil, Jean Gustave, « Escritos sobre la crisis económica », Revista Ciencias i Letras, Tomo I, nº 1, Año I, Santiago de Chile, Imprenta del Ferrocarril, abril de 1857.

___________, Agresión de España contra Chile, Santiago de Chile, Impr. del Ferrocarril, 1866.

___________, Tratado teórico y práctico de economía política, T. 1 y 2, Paris, Guillaumin y Cía, 1859.

de Castro, Sergio, El Ladrillo: Bases de la Política Económica del Gobierno Militar Chileno, Santiago de Chile, CEP, 1992.

Encina, Francisco, Historia de Chile. Desde la prehistoria hasta 1891, Santiago de Chile, Editorial Nascimento, 1911.

___________, La educación económica y el liceo, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1912.

___________, Nuestra inferioridad económica: sus causas, sus consecuencias, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1912.

Godoy Urzúa, Hernán, El carácter del chileno. Estudio preliminar y selección de ensayos por, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1976.

Huneeus Gana, Jorge, Cuadro histórico de la producción intelectual de Chile, Santiago de Chile, Imprenta Barcelona, 1910.

Keller R., Carlos, La eterna crisis chilena, Santiago de Chile, Editorial Nascimiento, 1931.

Mac-Iver, Enrique, Discurso sobre la crisis moral de la República, Santiago de Chile, Imprenta Moderna, 1900.

PARTIDO CONSERVADOR, XIV Convención Nacional, 1947. Notas para la historia política del Partido conservador, Santiago de Chile, 1947.

Pinto, Aníbal, Chile, un caso de desarrollo frustrado, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1959.

Bibliographie 

Allisson, François, Breban, Laurie, Bridel Pascal, « Bibliographie des écrits de Clément Juglar (1846-1904) », Revue européenne des sciences sociales, XLVII-143, 2009. Disponible sur internet : <http://ress.revues.org/120> (consulté le 18 janvier 2013).

BEAUD, Michel, Histoire du capitalisme de 1500 à 2010, Paris, Points-Economie, Seuil, 2010.

Cariola Sutter, Carmen, Sunkel, Osvaldo, La historia económica de Chile, 1830 - 1930: dos ensayos y una bibliografía, Madrid, Cultura Hispánica del Instituto de Cooperación Iberoamericana, 1982.

Correa, Sofía, « “De nuestra inferioridad económica”. Reflexiones sobre los límites del desarrollo capitalista chileno », Estudios Públicos, Santiago de Chile, Centro de Estudios Públicos, nº 73, 1999.

Gazmuri, Cristián, El Chile del centenario, los ensayistas de la crisis, Santiago de Chile, Instituto de Historia Pontificia, 2001.

Grez Toso, Sergio, La “cuestión social” en Chile. Ideas y debates percusores, Santiago de Chile, Dibam, 1995.

Hirschman, Albert, Journeys toward Progress. Studies of Economic Policy-Making in Latin-America, New York, Twentieth Century Fund, 1963.

Mac-Clure, Oscar, « El economista Courcelle-Seneuil en el período fundacional de la economía como disciplina en Chile », Revista Universum, nº 26, Vol. 1, Universidad de Talca, 2011.

Passet, René, Les grandes représentations du monde et de l'économie à travers l'histoire. De l'univers magique au tourbillon créateur, Paris, Les Liens qui libèrent, 2010.

Pinedo, Javier, « El pensamiento de los ensayistas y cientistas sociales en los largos años 60 en Chile (1958-1973). Los herederos de Francisco A. Encina », Atenea, nº 492, Universidad de Concepción, 2005, p. 69-120. Disponible sur internet: <http://www.redalyc.org/pdf/328/32849205.pdf> (consulté le 18 janvier 2013).

___________, « El pensamiento de los ensayistas y cientistas sociales en los largos años 60 en Chile (1958-1973). Los críticos al proyecto de Francisco A. Encina », Atenea, nº 497, Universidad de Concepción, 2008, p. 123-149. Disponible sur internet: <http://redalyc.uaemex.mx/src/inicio/ArtPdfRed.jsp?iCve=32811381008> (consulté le 18 janvier 2013).

Revault d’Allonnes, Myriam, La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Seuil, 2012.

Subercaseaux, Bernardo, Fin de siglo: la época de Balmaceda, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 1988.

___________, Historia de las ideas y de la cultura en Chile. El centenario y las vanguardias, T. III, Santiago de Chile, Editorial Universitaria, 2004.

___________, « Imaginario político de la transformación », Revista Universum, nº 2, Vol. 24, Universidad de Talca, 2009, p. 218-260.

Villalobos, Sergio, Los comienzos de la historiografía económica de Chile 1862-1940, Santiago de Chile, Editorial Universidaria, 1980.

___________, Sagredo, Rafael, El proteccionismo económico en Chile: siglo XIX, Santiago de Chile, Instituto Blas Cañas, 1987.

Inicio de página

Notas

1 Il ne semble y avoir que chez les économistes et historiens et marxistes que l’idée de « crise », consubstantielle au système capitaliste et donc inéluctable, joue le rôle d’un chaos créatif qui permet l’avènement de la société nouvelle socialiste. Pour des raisons d’espace, et sans que cela ne préjuge de leur intérêt, ces derniers ne seront pas pris en compte dans le présent travail.

2 A propos de Nuestra inferioridad económica de F. Encina, Carmen Cariola Sutter et Osvaldo Sunkel soutiennent que: “Este libro del conocido historiador, publicado por primera vez en 1911, es uno de los ensayos de interpretación del desarrollo nacional que más influencia ha tenido y sigue teniendo en Chile” (Cariola Sutter, Sunkel, 1982: 269). Concernant Aníbal Pinto, ces deux auteurs précisent: “Este popular libro [Chile, un caso de desarrollo frustrado] del conocido y destacado economista, perteneciente a la corriente “estructuralista, es posiblemente el ensayo que mis influencia ha tenido en la formación de las ideas actuales sobre la historia econdmica del pais en su periodo republicano” (Pinto, 1959: 217). Pour Javier Pinedo cependant, Aníbal Pinto et tous les auteurs de sciences sociales des années 1960 sont, d’une manière ou d’une autre, redevables de F. Encina (Pinedo, 2005, 2008).

3 L’expression provient de Zorobabel Rodríguez, un disciple « excessif » de Courcelle-Seneuil selon F. Encina. Dans un texte de 1886 intitulé « De nuestra inferioridad económica », Il avait cherché à démontrer la supériorité du chef d’entreprise étranger sur son alter ego chilien en se fondant sur la supériorité de l’éducation (Correa, 1999).

4 F. Encina cité dans Godoy Urzúa (1976: 160-161).

5 Carlos Keller impute, lui aussi, l’échec du capitalisme chilien aux conquistadores espagnols (Keller, 1931: 105).

6 Javier Pinedo va même jusqu’à dire qu’«Aníbal Pinto conoce la historia de Chile a través de Encina, a quien permanentemente elogia por su clarividencia» (Pinedo, 2005: 85).

7 Toutes les sources primaires utilisées dans ce travail sont disponible sur le site de la Bibliothèque nationale du Chili : <www.memoriachilena.cl>

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Stéphane Boisard, « De l’usage de la « crise » dans les essais de vulgarisation d’histoire économique au Chili (1860-1960) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 28 | 2014, Publicado el 05 diciembre 2014, consultado el 22 junio 2017. URL : http://alhim.revues.org/5056

Inicio de página

Autor

Stéphane Boisard

Maître de Conférences au département d’Etudes Ibériques et Latino-Américaines (EILA) de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3. E-mail : sboisard@univ-paris3.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org