Navegación – Mapa del sitio
Construction des structures économiques de l’État

La Révolution dans la Liberté : des transformations économiques et sociales à l’époque de la Guerre froide

Élodie Giraudier

Resúmenes

L’article s’attache à analyser le contenu et les modalités d’application de la Révolution dans la Liberté dans le cadre de la Guerre Froide. En 1964, le candidat démocrate-chrétien, Eduardo Frei Montalva, gagne les élections présidentielles avec plus de 56 % des voix. Son programme de gouvernement s’inspire en particulier des préconisations des jésuites et des techniciens de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes. Il entend respecter les engagements pris en 1961 à Punta del Este. Des transformations intégrales doivent viser en priorité les jeunes, les femmes, les paysans, les ouvriers et les pobladores. Toutefois, la radicalisation de la scène politique chilienne rend difficile l’application de ce vaste programme de réformes socio-économiques. Les changements ont surtout concerné la première partie du gouvernement Frei. La réforme agraire est la plus aboutie alors qu’elle a cristallisé les tensions et qu’elle apparaît en 1970 comme inachevée. Comme d’autres réformes, elle n’a pas pu assurer « trente ans de gouvernement démocrate-chrétien ». Au-delà de ce constat, la démocratie chrétienne a pu conquérir un espace politique, aux dépends de la droite et de la gauche. La Révolution dans la Liberté marque une rupture dans l’histoire chilienne puisqu’elle est le premier gouvernement à prôner l’intégration politique de groupes sociaux jusque là exclus.

Inicio de página

Texto completo

1À partir de la fin des années 1940, l’Église catholique, les États-Unis et la République Fédérale d’Allemagne (RFA) soutiennent les démocrates-chrétiens chiliens pour lutter contre le communisme. En effet, avec 28,9 % des voix, Salvador Allende, le candidat socialiste et marxiste du FRAP (Front d’Action Populaire) a obtenu la seconde place aux élections présidentielles de 1958. Six ans plus tard, la Révolution cubaine a radicalisé la politique chilienne. Le projet démocrate-chrétien, qui propose une Révolution dans la Liberté, remporte l’adhésion de 56 % des électeurs, notamment parmi les jeunes, les femmes, les paysans et les ouvriers. De 1964 à 1970, Eduardo Frei Montalva et le Parti Démocrate-Chrétien (PDC) s’efforcent d’appliquer leur programme de réformes structurelles dans un cadre démocratique.

2Le gouvernement Frei a suscité de nombreuses études (Olavarría, Bravo, 1999 ; Yocelevzky, 1987), mais certaines souffrent d’un problème d’objectivité car des démocrates-chrétiens ont souvent rédigé l’histoire de leur parti (Cash Molina, 1986; Dooner, 1985). Toutefois, l’historiographie récente s’est intéressée à la participation de la jeunesse en politique durant la Révolution dans la Liberté (Boisard, Palieraki, 2013).

3Ce moment démocrate-chrétien est abondamment documenté. Dans cet article, il s’agira d’exploiter des sources inédites comme les publications de l’Église catholique chilienne. Nous avons notamment consulté les archives de La Unión, le quotidien de l’évêché de Valparaíso fondé en 1891 et paru jusqu’au 11 septembre 1973. Dans ce journal, les articles sur l’actualité nationale ou internationale sont beaucoup plus fréquents que ceux ayant trait à l’Église catholique et ils ont une dimension nettement anticommuniste. Fondé en octobre 1951 par le père Alberto Hurtado, la revue jésuite Mensaje aborde tous les sujets de l’actualité chilienne et internationale dans une optique chrétienne. La consultation des archives entre 1964 et 1970 permet de mesurer l’évolution des soutiens jésuites à la politique démocrate-chrétienne. Enfin, la presse démocrate-chrétienne (Política y Espíritu), le programme de gouvernement d’Eduardo Frei Montalva et les ouvrages démocrates-chrétiens donnent des éléments sur les sources d’inspiration et le discours officiel du parti. Les sources iconographiques de la Fondation Frei aident à mieux mesurer l’intérêt des démocrates-chrétiens pour le problème agraire et ses enjeux électoraux. Des entretiens avec des démocrates-chrétiens, mais aussi des militants d’autres partis politiques, des prêtres et des membres de la hiérarchie catholique ont été réalisés en août 2006-janvier 2007 et en juillet-août 2013. Ils apportent des analyses parfois moins officielles, plus subjectives sur le moment démocrate-chrétien avec le risque d’une reconstruction du passé en fonction de la situation contemporaine de la démocratie chrétienne. Cet article s’attachera à étudier la spécificité du projet de la Révolution dans la Liberté et ses modalités d’application à travers notamment la réforme agraire.

Un projet de changement presque millénariste, la Révolution dans la Liberté

Une inspiration chrétienne, mais pas seulement

  • 1 Les encycliques Mater et Magistra (1961) et Pacem in Terris (1963) de Jean XXIII, Populorum Progres (...)

4En raison des échanges nourris entre le Chili, l’Amérique latine et l’Europe, mais aussi de l’éducation catholique des démocrates-chrétiens, le programme de la Révolution dans la Liberté s’inspire des documents ecclésiastiques, des encycliques sociales (Rerum Novarum de Léon XIII en 1891 et Quadragesimo Anno de Pie XI en 1931)1 et des penseurs chrétiens comme le père Louis-Joseph Lebret ou Emmanuel Mounier. Alors que Jacques Maritain a été distant avec les démocrates-chrétiens européens, il a beaucoup marqué les démocrates-chrétiens sud-américains (Compagnon, 2003). Au même moment, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, l’église catholique s’ouvre officiellement au monde (concile de Vatican II) et soutient au Chili des transformations en profondeur à l’instar du projet démocrate-chrétien. Du côté jésuite, le Centro de Investigación y Acción Social (CIAS) fondé en 1957, le centro Bellarmino et la revue Mensaje se mobilisent au début des années 1960 pour définir les réformes socio-économiques à réaliser. De ce fait, avant les élections de 1964, circulait un dicton très populaire : « Si quieres que los jesuitas gobiernen a Chile, vota por Frei » (Aldunate S. J., 2003: 82). Quant à la hiérarchie catholique, elle s’engage en faveur des déshérités. En 1962, l’archevêque de Santiago, Monseigneur Raúl Silva Henríquez, et l’évêque de Talca, Monseigneur Manuel Larraín Errázurriz, distribuent les terres de cinq propriétés terriennes appartenant à l’Église.

5Au niveau américain, le PDC chilien entend appliquer les engagements de la Charte de Punta del Este signée le 17 août 1961 obligeant les pays latino-américains à entreprendre des réformes. Les démocrates-chrétiens s’inspirent aussi des techniciens de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), en particulier de Raúl Prebisch, Aníbal Pinto Santa Cruz, son frère Francisco, Raúl Sáez et Jorge Ahumada. Les livres de ce dernier, notamment En vez de la miseria (1958), ont diffusé chez les élites chiliennes l’idée que le pays traversait une « crise intégrale » : sur le plan socio-économique, celle-ci se matérialise par une croissance très lente pour l’époque (3,7 % par an), des exportations composées à 85 % de matières premières, une balance commerciale défavorable et une inflation endémique (Gazmuri, 2000: 563-564). Pour Jorge Ahumada, la situation des campagnes serait une des causes de la « crise intégrale » du Chili. Ainsi, en 1964, le programme démocrate-chrétien s’inspire de sources à la fois internes et externes telles que des économistes chiliens, les encycliques sociales, des penseurs catholiques et des jésuites, la CEPAL et l’Alliance pour le Progrès. Ce corpus doctrinaire amène les démocrates-chrétiens à prévoir des « transformations intégrales ».

La Révolution dans la Liberté comme programme de gouvernement

6Avec le slogan la Révolution dans la Liberté, Eduardo Frei Montalva présente un programme de modernisation du Chili, avec en premier lieu la réforme agraire. Le programme démocrate-chrétien propose aussi des mesures de « promotion populaire », destinées à favoriser la participation citoyenne et à améliorer la qualité de vie des secteurs urbains et ruraux les plus défavorisés. À travers la « chilenización » du cuivre, l’État doit, par des accords, assumer le contrôle majoritaire des sociétés chargées d’exploiter cette ressource minière. On prévoit également de construire soixante mil logements, d’où la création d’un ministère spécialisé. Une réforme du système éducatif doit en finir avec l’analphabétisme et offrir à tous les Chiliens une éducation qui soit au niveau d’une nation moderne. Le programme contient aussi un plan de travaux publics et de lutte contre l’inflation. Le texte du programme synthétise cela en six objectifs : développement économique, amélioration de l’éducation, notamment technique, solidarité internationale, justice sociale, participation politique et souveraineté nationale. Comme une quarantaine d’année auparavant, l’État continue à être le principal outil pour atteindre ces objectifs (Gazmuri, 2000: 561-562), mais il interviendra notamment à travers la planification.

  • 2 Directeur de la revue Mensaje entre 1960 et 1974.
  • 3 Editorial: revolución en América Latina”, Mensaje, nº 115, diciembre de 1962, p. 589-592. Même si (...)
  • 4 Editorial: Reformas revolucionarias en América Latina”, Mensaje, nº 123, octubre de 1963, p. 481-4 (...)

7En opposition à la Révolution cubaine qui se fait dans un cadre dictatorial, des changements doivent, pour les démocrates-chrétiens, se faire dans le respect de la démocratie et de la liberté. Les jésuites ont d’ailleurs été les premiers à proposer une alternative à la révolution communiste. En 1962, la revue Mensaje publie un numéro spécial, Revolución en América Latina. Dans l’éditorial, Hernán Larraín2 affirme que la Révolution est « en marche » en Amérique latine et au Chili, mais qu’elle n’est pas n’est pas nécessairement un soulèvement contre l’autorité et qu’elle doit avoir une orientation chrétienne3. Dans le même numéro, un article du théologien José Aldunate traite du devoir moral face à une situation révolutionnaire. Pour le jésuite, chacun a le devoir de promouvoir les changements structurels nécessaires et en premier le gouvernement (Aldunate, 1962: 667-675). En octobre 1963, dans un autre numéro spécial de Mensaje, Reformas revolucionarias en América Latina, le mot clé est « liberté »4. Dans son article intitulé « La reforma social o la reforma de las reformas », le sociologue jésuite Roger Vekemans souligne l’urgence des changements structurels, mais il souhaite que « este cambio respete la libertad y se realice dentro de un régimen de derecho » (Vekemans, 1963: 505). Les démocrates-chrétiens à l’instar de José Musalem reprennent ces idées: “La revolución en la libertad consiste (…) en el camino para el establecimiento de un régimen integralmente democrático, en que el individuo tenga la máxima participación en la transformación revolucionaria” (Musamen, 1963: 60). La perspective d’une Révolution dans la Liberté passionne en particulier les jeunes et les femmes.

La campagne présidentielle de 1964 : la participation des jeunes et des femmes

8Pour construire la « Nouvelle Patrie », la DC peut compter sur une population jeune: en 1960, 49,5 % de la population chilienne a moins de dix-neuf ans (Sarget, 1996: 192). Les jeunes se sont massivement identifiés à la Révolution dans la Liberté puisque la démocratie chrétienne contrôle la plupart des fédérations étudiantes et que plus de 70 % de ses membres a moins de 45 ans en 1964 (Sarget, 1994: 309). Lors de la Marche de la Jeune Patrie, cinq colonnes de jeunes provenant de tout le pays marchent pendant plusieurs mois pour apporter le message de Frei aux endroits les plus retirés du Chili. Ils communiquent leur enthousiasme grâce à un hymne et convergent en juin 1964 dans le parc Cousiño à Santiago. Eduardo Frei s’adresse alors à un public de 300 000 jeunes qu’il identifie avec la nation chilienne (Correa, 2005: 243-244). Les photographies conservées à la Fondation Frei témoignent de la masse de jeunes gens rassemblés dans la capitale chilienne et de la ferveur de ce moment (abondance de banderoles, de drapeaux chiliens et du PDC).

  • 5 El voto femenino puede ser factor decisivo de elección”, La Unión, nº28 864, 4/09/1964, p. 4.
  • 6 Entretien avec Carmen Frei Ruiz-Tagle, réalisé à Santiago du Chili, le 1er août 2013.
  • 7 Entretien avec Wilna Saavedra Cortes, réalisé à Santiago du Chili, le 30 novembre 2006.
  • 8 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

9Quant aux femmes chiliennes, elles ont obtenu en 1949 le droit de vote pour les élections présidentielles et parlementaires : pour le quotidien La Unión, leur vote aux élections présidentielles du 4 septembre 1964 peut être décisif5. Elles commencent à s’affirmer sur le plan politique à travers le travail social, l’Action Catholique Universitaire qui organise des séminaires, des actions dans les poblaciones ou les usines6. Le PDC met clairement l’accent sur ce secteur de la population : c’est le Congrès des Femmes, avec à sa tête Wilna Saavedra, qui lance officiellement la campagne de Frei7. Des sections et des départements féminins s’ouvrent à l’intérieur du parti et le programme électoral de 1964 prévoit de nouveaux espaces pour les Chiliennes et l’amélioration de la vie domestique des femmes des secteurs populaires (distribution de machines à coudre) (Frei Montalva, 1964: 3-21). La sœur aînée du candidat, Irene Frei Montalva, joue un rôle central dans ce domaine. Elle s’est distinguée en 1963 puisqu’elle a été élue conseillère municipale de Santiago avec une ample majorité. Toutefois, elle meurt dans un accident de voiture trois semaines avant les élections présidentielles. La « campagne de la terreur » vise également les femmes jugées plus conservatrices et plus liées à l’Église catholique : jusqu’à la fin des années 1950, elles ont voté à droite, mais cette force politique est en perte de vitesse en 1964. Ainsi, à quelques jours de l’élection, dans un discours, Juana Castro, la sœur de Fidel Castro, exilée à Miami, affirme que si les communistes gagnent, il y aurait une dictature au Chili, qu’Allende était une claire expression du marxisme international8. Avec 62,8 % des votes féminins, Eduardo Frei Montalva aurait obtenu le double des suffrages féminins destinés à Salvador Allende (31,9 %) (Yocelevzky, 1987: 141). Avec l’élection d’Eduardo Frei Montalva à 56 % des voix, le Chili ne sera pas un « second Cuba ». La démocratie chrétienne peut commencer sa Révolution dans la Liberté.

Une Révolution dans la Liberté plus difficile que prévu

La radicalisation de la scène politique chilienne dans le cadre de la Guerre froide

10L’élection présidentielle de 1964 a laissé des traces : la gauche reproche à la démocratie chrétienne la « campagne de la terreur » et son très fort antimarxisme. Fondé en 1965, le Movimiento de Izquierda Revolucionaria (MIR) est en opposition ouverte au PDC et interprète le triomphe démocrate-chrétien comme l’échec pour la gauche d’une prise de pouvoir démocratique: pour Carlos Ominami,

  • 9 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

1964 n’est pas seulement la défaite d’Allende, mais c’est aussi la défaite de la voie pacifique car la droite a finalement triché et s’est rapprochée de la démocratie chrétienne qui s’est prêtée au jeu. La démocratie chrétienne est sortie très entachée parce qu’elle s’est prêtée en 1964 à la campagne de la terreur qui lui a permis de gagner l’élection9

  • 10 En mars 1964, la mort du député socialiste de Curicó, Oscar Naranjo, provoque une élection parlemen (...)

11Quant à la droite, elle ne pardonne pas à la démocratie chrétienne d’avoir pris son espace politique même si après le « naranjazo »10, elle a opté pour « le moindre mal », Eduardo Frei Montalva. Elle se recompose en un Parti National en mai 1966.

  • 11 « No rehuiré el deber asumido de cumplir el programa que prometí », manifestó anoche el presidente (...)
  • 12 Entretien avec Julio Silva Solar réalisé à Santiago, le 26 décembre 2006.

12De son côté, le PDC poursuit sa stratégie du « propre chemin » définie les 13 et 14 avril 1946 lors du Quatrième Congrès de la Phalange Nationale. Le parti adopte une position indépendante, libre de contacts avec la droite et avec la gauche. Pendant la campagne de 1964, Eduardo Frei affirme catégoriquement qu’il ne va pas « changer une virgule de son programme, même pour un million de voix »11. Cette position se poursuit pendant son mandat : ses gouvernements sont exclusivement composés de démocrates-chrétiens et de techniciens indépendants comme Sergio Molina. Néanmoins, le PDC se divise en trois courants internes : « officialiste » est majoritaire, pro-gouvernementale et préside le parti depuis le 2 août 1965. La tendance « rebelle » se montre pro-socialiste et favorable à une entente entre la démocratie chrétienne et la gauche. Quant aux « tercéristes », ils partagent la désapprobation des « rebelles », mais ils cherchent à sauvegarder l’unité de leur parti. Si cette division s’explique par des différences générationnelles et par l’attraction de la Révolution cubaine, pour Julio Silva Solar, « les divergences sont apparues avec l’expérience du pouvoir »12. Tandis que le projet de réformes structurelles nécessite une union du peuple et des forces politiques, il cristallise des oppositions nées avec la Révolution cubaine, voire dans les années 1930.

Des réformes surtout en début de mandat

13Sous la présidence d’Eduardo Frei Montalva, la démocratie chrétienne au pouvoir passe d’une phase réformiste (1965-1967) à une phase plus conservatrice (1968-1970). Aux élections législatives de mars 1965, la démocratie chrétienne remporte un second triomphe : ambitionnant « un Parlement pour Frei », elle obtient 42,3 % des voix, soit 82 députés sur 147, mais n’a pas la majorité au Sénat. Le PDC gagne donc la première place en tant que parti parlementaire (Moulián, Guerra, 2000: 146). Par conséquent, les années 1965-1967 sont les meilleures du gouvernement Frei car les principales lois sont approuvées au Parlement (l’augmentation du salaire minimum agricole pour le rendre équivalent au salaire minimum industriel, le projet sur le cuivre, la création du ministère du Logement, la promulgation de la loi de Réforme agraire le 17 juillet 1967, la loi de syndicalisation paysanne). L’inflation est atténuée, les indices de prix changent, la production et la situation de la population s’améliorent. Sur le plan international, le voyage de Frei en juin 1965 en Europe occidentale (France, Italie, RFA, Royaume-Uni) apparaît comme un succès.

14L’année 1967 constitue un virage dans la politique d’Eduardo Frei car elle est le théâtre de grands désaccords à l’intérieur du PDC. Les discussions portent sur la politique générale à adopter. Les conflits sont également patents entre le PDC et le gouvernement, et entre les partis de gauche et le gouvernement. Dans ce contexte, Eduardo Frei Montalva et la démocratie chrétienne présentent les élections municipales du 2 avril 1967 comme une confrontation entre le gouvernement « populaire » et une opposition parlementaire accusée de bloquer les réformes destinées à améliorer le sort du peuple. Le mauvais score relatif obtenu par les démocrates-chrétiens à ces élections (35,6 % des voix contre 22,8 % en 1963) par rapport aux législatives de 1965 entraîne la mise au jour des dissensions internes. Les 6 et 7 avril 1967, le Conseil National du PDC se réunit pour analyser les résultats électoraux (Declaración de Las Vertientes) et pour désigner une commission politico-technique. Celle-ci est chargée de dessiner une nouvelle ligne tactique et stratégique pour le parti, la « voie non capitaliste de développement ». La remise du rapport de la commission ou Propositions pour une action politique d’une voie non capitaliste de développement dans la période 1967-1970 entraîne de nouvelles tensions (Comisión político-técnica del PDC, 1967: 102-103). Le 16 juillet 1967, la tendance critique gagne la majorité du PDC : Rafael Agustín Gumucio, premier président du PDC en 1957, est de nouveau président de son parti et Julio Silva Solar (idéologue de la gauche du PDC) devient secrétaire général.

15À partir d’octobre 1967, le projet de loi de réajustement des salaires pour 1968 aiguise les conflits. En effet, l’augmentation salariale de 20 % serait versée à 15 % en espèces et à 5 % dans un « Fonds National d’Épargne et d’Investissement ». Cette disposition déclenche une nouvelle grève générale organisée par la CUT (Centrale Unique des Travailleurs). En novembre 1967, la répression d’une manifestation fait six morts (Comisión político-técnica del PDC, 1967: 299-306).

  • 13 Dans la ville du sud de Puerto Montt, un groupe de pobladoressin casa”, incités par le conseiller (...)
  • 14 En 1968, il y a eu une rupture: les rédacteurs de Mensaje sont partis de la communauté du centre Be (...)
  • 15 Entretien avec Gonzalo Ojeda Urzúa réalisé à Valparaíso, le 27 août 2013.

16La période 1968-1970 connaît une nouvelle inflation, la multiplication des grèves, des occupations de terrain et la mutinerie du régiment Tacna à Santiago (« tacnazo » du général Viaux le 21 octobre 1969). À l’intérieur du PDC, on privilégie une politique plus autoritaire et plus répressive : l’expulsion des occupants illégaux d’un terrain (toma) à Puerto Montt entraîne la mort de dix pobladores, le 9 mars 196913. Les réformes sont approuvées exceptionnellement au Parlement (reconnaissance légale des comités de quartiers (Juntas de Vecinos) et organismes de base en 1968, droit de vote étendu aux analphabètes et aux plus de 18 ans en 1970) (Gazmuri, 2000: 699). Aux élections législatives de 1969, la démocratie chrétienne a obtenu 29,6 % des voix contre 42 % en 1965. Ce scrutin suggère qu’elle a perdu ses appuis parmi les destinataires de ses réformes: les paysans, les ouvriers, les mineurs et les habitants des bidonvilles. Le soutien de la Compagnie de Jésus s’effrite: à partir de 1967, le gouvernement démocrate-chrétien déçoit certains jésuites pour qui le changement social n’est pas assez profond et rapide (Schnoor, 2011: 49-60). Certains continuent à appuyer le gouvernement démocrate-chrétien tandis que d’autres, et surtout la rédaction de la revue Mensaje, commencent à critiquer le parti14. Quant aux conflits internes au PDC, ils aboutissent à la fondation en mai 1969 du Movimiento de Acción Popular Unitaria (MAPU), qui laisse de côté la doctrine sociale-chrétienne pour s’inspirer ouvertement du marxisme et appliquer complètement le programme de 1964. À l’approche des élections présidentielles de 1970, le MAPU s’allie aux Partis communiste et socialistes dans un Frente Unidad Popular15. Si la Révolution dans la Liberté a rencontré des difficultés, la réforme agraire apparaît comme la transformation la plus aboutie.

Un exemple de réforme démocrate-chrétienne, la réforme agraire

Le « féodalisme » agraire

17La majorité de nos sources, qu’elles soient internes (littérature démocrate-chrétienne, Mensaje, entretiens) ou externes (Le Monde, Esprit), fait état de la situation calamiteuse des campagnes chiliennes lors de la conception du programme démocrate-chrétien. Depuis la fin des années 1930, l’agriculture ne suffit plus à répondre aux besoins des pays d’Amérique latine car elle est délaissée au profit de l’industrie.

18En 1964, le Chili vit sous un régime rural archaïque et inégal hérité de la colonisation. Ce système oppose les latifundia aux minifundia. Avant 1964, 12 000 propriétaires contrôlent plus de 86 % des terres fertiles et 100 000 exploitants possèdent moins de 5 % des terres (Meyer, 1966). À cela s’ajoute une inégalité de revenus : 5 % des propriétés agricoles concentrent près de 75 % des revenus agricoles (Molina, 1965: 49). Entre 1945 et 1960, le rythme d’augmentation de la production des aliments est d’environ 1,9 % par an. Or, ce chiffre est inférieur au taux d’accroissement de la population qui est de 2,5 % en 1964 (Molina, 1965: 45). Par conséquent, le Chili importe 20% des produits agricoles consommés pour nourrir la population. Pour Eduardo Frei, cette situation est « la cause fondamentale de l’inflation, du retard dans lequel vit le pays, et naturellement de la pauvreté dans laquelle vivent cinq cent mille familles paysannes » (Frei Montalva, 1964). Les importations de nourriture absorbent en effet un tiers des revenus issus de l’exportation de produits chiliens et sont responsables de la cherté des aliments.

19L’appropriation de l’espace se double d’une organisation féodale de la société qui est divisée entre grands propriétaires fonciers, inquilinos (métayers) et afuerinos (journaliers) (Rouquié, 1998).  En raison d’une loi syndicale très restrictive, les paysans n’ont aucun moyen face à des propriétaires qui les répriment et qui ont des relais politiques au Congrès. À partir des années 1940, l’exode rural accentue la misère des bidonvilles. Enfin, l’analphabétisme des masses paysannes entretient les relations de patronage et le clientélisme politique (Magnet, 1964) : en 1964, dans les secteurs ruraux vivent 445 000 des 717 000 analphabètes décelés dans le pays. L’intégration des paysans chiliens en politique représente donc un enjeu électoral majeur : les photographies conservées à la Fondation Frei montrent le leader démocrate-chrétien en visite à Temuco au milieu de paysans en poncho. Un peu plus tard, en 1968, Frei visite le bourg de son enfance, Lontué, à cheval et habillé en huaso chilien.

20Au regard des différentes sources, qu’elles soient ecclésiastiques (Mensaje), démocrates-chrétiennes (entretiens, presse, discours) ou européennes (Le Monde, Esprit), la réforme agraire démocrate-chrétienne semble répondre aux aspirations du peuple chilien de modernisation, de justice social, de développement économique et social, d’intégration et de participation à la vie du Chili. Toutefois, si ces « méthodes de solidarité chrétienne » semblent encourageantes en 1964, il reste à évaluer quelle a été leur application et si les paysans ont gardé leur soutien.

Cent mille nouveaux propriétaires ?16

  • 16 Déclaration de Frei Montalva (Frei Montalva, 1964: 13).

21Avec Mensaje, le journal Le Monde exprime des réserves sur une application complète du programme d’Eduardo Frei Montalva. La réforme agraire est en particulier considérée comme le « test essentiel de ce New Deal chilien » : de sa réussite ou de son échec dépendent le succès de l’expérience démocrate-chrétienne et de ses possibilités d’expansion dans le reste de l’Amérique latine. Dans l’attente d’une nouvelle loi de réforme agraire, Rafael Moreno (vice-président de la Corporación de la Reforma Agraria, CORA) et Jacques Chonchol (directeur de l’Instituto de Desarrollo Agropecuario, INDAP) utilisent la loi de novembre 1962 et exproprient 469 propriétés jusqu’en 1967 (Niedergang, 1970).

  • 17 « Una reforma desconcertante », Mensaje, n° 146, enero-febrero de 1966, p. 11.

22Malgré les promesses électorales, les changements annoncés pour les campagnes se font attendre17 : il a fallu réécrire le texte de la réforme, qui était trop théorique. De plus, le projet cristallise les oppositions. Electoralement affaiblie, la droite est appuyée par les propriétaires terriens et la Société Nationale d’Agriculture. Elle dénonce une politique qui « mènerait le pays au collectivisme étatique ». Enfin, pour les partis du FRAP, ce projet est une demi-mesure paternaliste destinée à assurer une base électorale à la démocratie chrétienne.

23Quant à la démocratie chrétienne, elle maintient l’intransigeance adoptée lors de la campagne présidentielle et s’appuie sur les masses paysannes et sur l’Église Frei Montalva, 1966). L’évêque de Talca, Mgr Manuel Larraín, envoie une lettre de soutien à l’Exécutif le 23 août 1965. La position DC est aussi confortée par deux réunions mondiales : la conférence régionale de la FAO s’est tenue à Viña del Mar en 1965 et a mis l’Amérique latine en garde contre les problèmes alimentaire et agraires. Lors de la Conférence Mondiale sur la Réforme Agraire, organisée à Rome en 1966, le pape Paul VI encourage le partage des terres et laisse aux laïcs la gestion politique et technique de cet effort.

24Au bout de longues tractations parlementaires, la réforme constitutionnelle de la propriété est approuvée le 20 janvier 1967 et la loi de syndicalisation paysanne est entérinée le 29 avril 1967. Cette dernière autorise les sections paysannes de 100 travailleurs ou plus à constituer un syndicat par commune territoriale. Elle assure la liberté syndicale et le droit de fédérer les syndicats au niveau communal, régional et national. Le 17 juillet 1967, le Congrès promulgue la loi de réforme agraire, qui autorise l’expropriation des terres irriguées de plus de 80 hectares dans la région centrale et de plus de 320 hectares dans les régions périphériques. L’acte de promulgation se fait devant une masse de paysans, place de la Constitution à Santiago (Moreno Rojas, 2013: 321). Cependant, l’approbation tardive de la réforme peut expliquer son caractère incomplet.

Bilan de la réforme phare de la Révolution dans la Liberté

  • 18 « Ningún gobierno se había preocupado como el actual por problemas de Quillota », La Unión, n°29 03 (...)

25Grâce à la réforme agraire, les paysans se sont sentis écoutés et appuyés18 et ont été mieux formés: l’INDAP aurait aidé plus de 72 000 paysans en 1969 contre près de 10 000 en 1965 (Frei Montalva, 1970). L’État a mobilisé ses ressources : en six ans, les dépenses publiques consacrées à l’agriculture ont augmenté de plus de 165 %. En revanche, la réforme agraire démocrate-chrétienne laisse une impression d’inachevé et d’ambiguïté alors qu’elle était tenue pour une expérience originale en 1964 : 72 000 paysans restent à installer sur les « cent mille nouveaux propriétaires » prévus en 1964. Malgré les rapides résultats économiques de la réforme agraire (la production de lait a progressé de 22 % et l’élevage avicole de 100 %), les importations de produits alimentaires ont augmenté, passant de l’indice 100 en 1964 à l’indice 188 en 1969. En même temps, l’agriculture chilienne a dû surmonter la crise de la viande de bœuf, le tremblement de terre de mars 1965 et des intempéries ont réduit la production de 18 % (Cruzat, 1965).

26Pour Le Monde et Mensaje, ces résultats mitigés s’expliqueraient par la mauvaise gestion, une inexpérience et une lourdeur administrative. Ensuite, les hommes politiques et les techniciens ne s’entendent pas sur le processus : tandis qu’Eduardo Frei privilégie la propriété individuelle, la gauche de la démocratie chrétienne soutient l’idée d’une propriété collective (Moulián, Guerra, 2000: 157). Les deux organismes clés de la réforme, l’INDAP et la CORA, sont en désaccord. En mai 1967, Eduardo Frei décide, en accord avec Rafael Moreno, de consolider les avancées agraires. Rendues publiques, ces dissensions aboutissent à la démission du président de l’INDAP (novembre 1968) et à une scission du PDC. Suivi par la JDC et la tendance « rebelle » du PDC, Jacques Chonchol veut revenir au « programme original » de la démocratie chrétienne et éliminer complètement les structures capitalistes des campagnes dans une optique chrétienne et marxiste.

27En parallèle, pour réaliser la réforme agraire, le gouvernement s’est affaibli à l’intérieur et à l’extérieur de son parti. La stratégie adoptée par la CORA ne coïncide pas avec les inclinations des paysans, qui voudraient posséder une parcelle individuelle. D’après Marcel Niedergang, des « déviations » apparaissent : certains agriculteurs profitent des formations techniques et de l’augmentation de la production pour s’enrichir. Ainsi, à Las Mercedes, les 70 familles installées au lieu des 120 prévues ont triplé leur production et refusent l’arrivée de nouvelles familles. Les démocrates-chrétiens ne semblent pas avoir prévu cette aspiration à l’enrichissement personnel (Niedergang, 1969). En 1970, les paysans chiliens sont différents de 1964 : ils sont plus syndiqués et ils exigent des changements révolutionnaires. Les tomas se sont accentuées : en 1970, on en recense 285 dans la région centrale contre 10 en 1965. Les propriétaires terriens ont, quant à eux, mené une violente campagne contre-productive : fin avril 1970, l’assassinat du fonctionnaire de la CORA, Hernán Mery, s’ajoute à d’autres meurtres, moins médiatisés. Avec la réforme agraire, la revue Esprit montre que la démocratie chrétienne aurait seulement élargi ses bases traditionnelles parmi la classe moyenne urbaine et qu’elle n’aurait pas réussi à créer une nouvelle classe politique paysanne (Moreira Alves, 1971).

Conclusion

  • 19 Entretiens réalisés avec Patricio Aylwin Azócar, à Santiago du Chili, les 9 et 16 décembre 2006 ; e (...)

28Dans tous les entretiens réalisés avec des militants et des dirigeants démocrates-chrétiens19, la période 1964-1970 est considérée comme l’âge d’or de la démocratie chrétienne et ce, pour plusieurs raisons : le consensus autour du leader Frei, l’enthousiasme de la campagne électorale de 1964, le messianisme, l’espoir de pouvoir réellement appliquer le programme et les idées sociales chrétiennes. Les démocrates-chrétiens ont gagné sur la droite un espace politique et ont présenté pour la première fois au Chili un programme de transformations socio-économiques majeures avec la construction du tunnel Lo Prado, de l’aéroport de Pudahuel, le développement de la télévision, le contrôle partiel des mines de cuivre, la réforme de l’éducation (5 000 professeurs engagés), 18 000 organisations sociales, le développement du système hospitalier. Cinquante ans après, l’ancien miriste Carlos Ominami reconnaît, malgré son fort sentiment anti démocrate-chrétien que,

  • 20 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

29Le gouvernement Frei Montalva a été un gouvernement très important au Chili, qui a fait des transformations structurelles. Ce fut un essai très critiqué à son époque, mais il a ouvert le pas à la nationalisation du cuivre avec la « chilenización » du cuivre et il a fait trois choses supplémentaires très importantes, la réforme agraire, la syndicalisation paysanne et la Promotion populaire. Dans un laps de temps court, Frei a mis en place des réformes structurelles beaucoup plus importantes que celles qu’a faites par la suite la Concertation en vingt ans20.

30Pourtant, lorsque Mensaje dresse le bilan de six années de gouvernement démocrate-chrétien, la réforme agraire s’avère le « seul changement révolutionnaire ». La propriété de la terre a été l’unique changement structurel car d’autres secteurs essentiels, comme l’éducation ou les ressources minières, ont été améliorés, mais n’ont pas été changés. En arrivant au pouvoir, la démocratie chrétienne aurait perdu son idéologie révolutionnaire et originale. En six années, il est aussi difficile réaliser des changements structurels majeurs. Enfin, le gouvernement n’a pas su unir les Chiliens à travers une « mystique nationale ». Les réformes démocrates-chrétiennes ont souvent été perçues comme des demi-mesures, mécontentant les espoirs des secteurs populaires et suscitant l’opposition violente de l’oligarchie et la division du pays. En 1970, le PDC a perdu ses principaux soutiens et son candidat, Radomiro Tomic, arrive troisième aux élections présidentielles. Les réalisations de la Révolution dans la Liberté n’ont pas pu assurer « trente ans de gouvernement démocrate-chrétien ».

Inicio de página

Bibliografía

ALDUNATE S. J., José, Un Peregrino cuenta su historia, Santiago de Chile, Ediciones Ignacianas, 2003.

___________, “El deber moral ante la situación revolucionaria”, Mensaje, nº 115, diciembre de 1962, p. 667-675.

BOISARD, Stéphane, PALIERAKI Eugénia, “¿Una Juventud revolucionaria? Miristas y gremialistas en el Chile de la Revolución en Libertad”, in GONZÁLEZ ALEMÁN, Marianne, PALIERAKI, Eugénia (ed.), Revoluciones imaginadas. Trayectorias de la noción de revolución en América Latina, siglos XIX-XX, Santiago de Chile, RIL Editores, 2013, p. 123-151.

CASH MOLINA, Jorge, Bosquejo de una historia, Santiago de Chile, Copygraph, 1986.

COMISIÓN POLÍTICO-TÉCNICA DEL PDC, « Proposiciones para una acción política en el período 1967-1970 de una vía no capitalista de desarrollo », Política y Espíritu, n° 303, octubre de 1967, p. 102-103.

COMPAGNON, Olivier, Jacques Maritain et l’Amérique du Sud. Le modèle malgré lui, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2003.

CRUZAT, Gastón, “Revolución a ritmo lento”, Mensaje, nº 159, junio de 1967, p. 198-200.

___________, “¿Revolución o libertad?”, Mensaje, n° 144, noviembre de 1965, p. 602.

DOONER, Patricio, Crónica de una democracia cansada. El Partido Demócrata Cristiano durante el gobierno de Allende, Santiago de Chile, ICHEH, 1985.

FREI MONTALVA, Eduardo, “Mi programa de gobierno”, Política y Espíritu, nº 285, junio-agosto de 1964, p. 3-21.

___________, « Frei en Temuco, habla directamente con los campesinos », Política y Espíritu, n° 294, enero-abril de 1966, p. 15-25

___________, Sexto mensaje del presidente Eduardo Frei al Congreso Nacional – Seis años de gobierno, 21 mayo de 1970, Santiago de Chile, Dirección de información y radiodifusión de la Presidencia de la República, 1970.

GAZMURI, Cristián, Eduardo Frei y su época, Santiago de Chile, Editorial Aguilar, 2 vol.

LARRALDE, Antonio, “La elección y sus proyecciones”, Mensaje, n° 133, octubre de 1964, p. 477-479

LARRAÍN, Hernán, El humanismo de Hernán Larraín, Santiago de Chile, ICHEH, 2 tomos, 1975.

MAGNET, Alejandro, “INPROA: modelo para una reforma agraria”, Mensaje, n° 131, agosto de 1964, p. 353-358.

MERCIER, Louis, « Nous proposons la révolution, mais dans la liberté », Le Monde, n° 6116, 13-14/09/1964.

MEYER, Jean, « Chili : 1966 : la démocratie chrétienne à l’épreuve », Esprit, n° 350, juin 1966.

MOLINA, Sergio, “S. Molina: El Programa Social y Económico” , Política y Espíritu, n° 288, enero-febrero de 1965.

MOREIRA ALVES, Marcio, « La gauche chilienne au pouvoir », Esprit, n° 403, mai 1971.

MORENO ROJAS, Rafael, Sin reforma agraria, no habría sido posible. Memorias de la Reforma Agraria chilena (1958-1970), Santiago de Chile, Ediciones Copygraph, 2013.

MOULIÁN, Luis, GUERRA, Gloria, Eduardo Frei M. (1911-1982). Biografía de un estadista utópico, Santiago de Chile, 2000.

MUSALEM, José, “Revolución en Libertad. Procedimientos y Metas”, Política y Espíritu, nº 283, octubre-diciembre de 1963.

NIEDERGANG, Marcel, « Le « New Deal » chilien », Le Monde, n°6 372, 10/07/1965, p. 1-4.

___________, « Chili : un printemps socialiste I- Le campement « Salvador Allende » », Le Monde, n°8 016, 22/10/1970.

___________, « Des libertés sans révolution… IV- Le charbon sous la mer », Le Monde, n° 7 709, 26-27/10/1969.

OLAVARRÍA BRAVO, Arturo, Chile bajo la democracia cristiana, Santiago de Chile, Editorial Nacimiento, 6 Vol., 2a ed., 1999. 

ROUQUIÉ, Alain, Amérique latine, introduction à l’Extrême-Occident, Paris, Seuil, 1997.

SCHNOOR, Antje, « Entre revolución y reforma. Los jesuitas en Chile en los años sesenta », in FISCHER, Ferenc, LILÓN, Domingo (ed.), Iberomericana Quinqueecclesiensis 9, Pécs, Universidad de Pécs, Centro Iberoamericano, 2011, p. 49-60.

VEKEMANS S. J., Roger, “La reforma social, o la reforma de las reformas”, Mensaje, nº 123, octubre de 1963.

YOCELEVZKY, Ricardo, La Democracia cristiana y el gobierno de Eduardo Frei (1964-1970), México, Universidad Autónoma Metropolitana (UAM), Unidad Xochimilco, colección Ensayos, 1987.

Inicio de página

Notas

1 Les encycliques Mater et Magistra (1961) et Pacem in Terris (1963) de Jean XXIII, Populorum Progressio de Paul VI, ainsi que les textes du Concile de Vatican II (1962-1965) viennent légitimer les orientations démocrates-chrétiennes.

2 Directeur de la revue Mensaje entre 1960 et 1974.

3 Editorial: revolución en América Latina”, Mensaje, nº 115, diciembre de 1962, p. 589-592. Même si l’article est anonyme, c’est en général le directeur de la revue qui rédige les éditoriaux. D’ailleurs, l’article apparaît dans la compilation des écrits de Hernán Larraín (Larraín, 1975).

4 Editorial: Reformas revolucionarias en América Latina”, Mensaje, nº 123, octubre de 1963, p. 481-484.

5 El voto femenino puede ser factor decisivo de elección”, La Unión, nº28 864, 4/09/1964, p. 4.

6 Entretien avec Carmen Frei Ruiz-Tagle, réalisé à Santiago du Chili, le 1er août 2013.

7 Entretien avec Wilna Saavedra Cortes, réalisé à Santiago du Chili, le 30 novembre 2006.

8 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

9 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

10 En mars 1964, la mort du député socialiste de Curicó, Oscar Naranjo, provoque une élection parlementaire anticipée. Celle-ci prend une dimension nationale à six mois de l’élection présidentielle. Le candidat du FRAP, fils du député précédent, l’emporte avec 39,2 % des voix. Ce « naranjazo » provoque un véritable choc politique dans un climat radicalisé par la Révolution cubaine : Julio Durán, le candidat radical du Front National Antimarxiste, retire sa candidature.

11 « No rehuiré el deber asumido de cumplir el programa que prometí », manifestó anoche el presidente Frei », La Unión, n° 28 996, 14/01/1965, p. 1, p. 10.

12 Entretien avec Julio Silva Solar réalisé à Santiago, le 26 décembre 2006.

13 Dans la ville du sud de Puerto Montt, un groupe de pobladoressin casa”, incités par le conseiller municipal et député socialiste Luis Espinoza Villalobos, a décidé d’occuper des terrains connus sous le nom de Pampa Irigoin. Malgré l’opposition des autorités, ils ont continué à occuper illégalement des terrains. Le 9 mars 1969 au soir, l’Intendance décide de déloger les 1 500 pobladores et envoie un contingent de 200 carabiniers, qui sont attaqués (20 sont blessés) et qui décident de riposter. Le bilan de 8 pobladores tués et 47 blessés déclenche une tempête politique.

14 En 1968, il y a eu une rupture: les rédacteurs de Mensaje sont partis de la communauté du centre Bellarmino. La même année, il y a eu aussi des tensions entre la rédaction de Mensaje et la hiérarchie catholique en raison de raison des positions sympathisantes de la revue avec les idées socialistes et sa critique des structures ecclésiastiques (Cruzat, 1967).

15 Entretien avec Gonzalo Ojeda Urzúa réalisé à Valparaíso, le 27 août 2013.

16 Déclaration de Frei Montalva (Frei Montalva, 1964: 13).

17 « Una reforma desconcertante », Mensaje, n° 146, enero-febrero de 1966, p. 11.

18 « Ningún gobierno se había preocupado como el actual por problemas de Quillota », La Unión, n°29 033, 20/03/1965, p. 2.

19 Entretiens réalisés avec Patricio Aylwin Azócar, à Santiago du Chili, les 9 et 16 décembre 2006 ; entretien réalisé avec Juan Guillermo Espinosa, réalisé le 8 août 2013 à Santiago du Chili ; entretien réalisé avec Patricio Rojas Saavedra, à Santiago, le 7 août 2013.

20 Entretien avec Carlos Ominami Pascual, réalisé à Santiago du Chili, le 9 juillet 2013.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Élodie Giraudier, « La Révolution dans la Liberté : des transformations économiques et sociales à l’époque de la Guerre froide », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 28 | 2014, Publicado el 05 diciembre 2014, consultado el 24 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/5075

Inicio de página

Autor

Élodie Giraudier

Élodie Giraudier est doctorante en histoire contemporaine à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (IHEAL – CREDA, UMR 7227). E-mail : elodie.giraudier@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org