Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Virginie Baby-Collin y Anna Perraudin
Traducción(es):
Introduction

Texto completo

Les auteures tiennent à remercier l'Institut des Amériques pour le financement de la traduction de quatre textes dans ce numéro.

1On pouvait encore, il y a une dizaine d’années, estimer que les femmes latino-américaines étaient relativement peu représentées dans les études migratoires, un reflet de la tendance générale de la littérature, pendant des décennies, à invisibiliser la présence et le rôle des femmes dans les migrations (Green 2002; Catarino et Morokvasic 2005). L'émergence d'un champ de recherches sur les migrations féminines s'est toutefois confirmée, donnant lieu à un nombre croissant de travaux en sciences sociales. Neuf ans après un premier dossier thématique intitulé « Femmes latino-américaines et migrations », publié en 2007 dans la revue ALHIM, ce numéro rassemble de nouvelles recherches sur ce sujet. Lancé à la suite du colloque de l’Institut Des Amériques consacré aux « Femmes dans les Amériques » (organisé en 2013 à Aix-Marseille Université), cet opus interroge la pluralité des liens entre femmes et migrations en Amérique latine, à partir de neuf articles où dialoguent les disciplines (donnant à voir des travaux de sociologues, géographes, anthropologues et linguistes), les traditions scientifiques (auteurs français, espagnols, latino et nord-américains), et les champs migratoires.

Des flux féminins amplifiés, une géographie diversifiée

2Qu’apportent ces nouvelles contributions à la discussion ? L’Amérique Latine demeure un formidable poste d’observation de la participation des femmes aux migrations. Elle l’est, d’abord, en raison de la diversité des formes migratoires. Engagées dans les migrations internes, des campagnes vers les villes, des petites villes vers les plus grandes, les femmes latino-américaines sont de plus en plus présentes dans les migrations internationales, à l’échelle régionale ou sur de plus longues distances. Ces différentes échelles de déplacements traversent le numéro : depuis les migrations traditionnelles des jeunes indiennes des zones rurales péruviennes vers Lima (contribution de Carola Mick), jusqu'aux flux récents des femmes andines, notamment équatoriennes et boliviennes, vers l'Espagne (dont témoignent les articles de Sophie Blanchard, Robin Cavagnoud, Gioconda Herrera, Raquel Martinez Buján, Cristina Vega), en passant par les migrations régionales désormais classiques, au sein de l'Amérique du nord (migrations mexicaines vers les États-Unis et le Canada – articles d'Anna Perraudin, Patricia Arias et Marie France Labrecque) ou à l'intérieur du cône sud (migrations boliviennes en Argentine – texte de Susana Sassone et Myriam Gonzalez).

3Si près de la moitié des contributions de ce numéro insistent sur les migrations articulant Andes et Espagne, c'est que l'essor considérable de ces flux a marqué la première décennie du XXIe siècle et considérablement modifié le panorama migratoire espagnol (un pays dans lequel la latino-américanisation de la migration est largement issue des pays andins), mais aussi que les femmes y ont joué un rôle pionnier, moteur et dominant, à la différence des migrations vers l'Amérique du nord. Attirées par une demande forte dans les secteurs de la domesticité et du soin (économie du care), en forte croissance dans l'Europe méridionale et en situation de meilleure résistance à la crise économique de 2008 que d'autres secteurs d'activité plus masculins (agriculture, construction, par exemple), les femmes représentent aujourd'hui près de 60% des migrants latino-américains en Espagne, ce qui en fait de loin le collectif le plus féminisé (données Padrón, INE, 2015). Cette migration andine vers l'Europe, dans ses temporalités, ses facteurs et ses manifestations, ses cycles (croissance forte jusqu'en 2008, puis reflux lié à la crise espagnole), a donné lieu depuis deux décennies à une importante production scientifique, qui permet de déplacer un regard souvent focalisé sur les migrations régionales d'Amérique latine vers l'Amérique du nord, et d'enrichir les confrontations de situations. La place des femmes dans ces mobilités renvoie-t-elle aux mêmes dynamiques, aux mêmes enjeux, d'un continent à l'autre ? D'ambition synthétique à l'échelle de l'Amérique latine, l'article de Gioconda Herrera qui ouvre le dossier discute en ce sens les recherches récentes dans deux grandes directions : la place des femmes dans le travail domestique et l'économie du soin d'une part, et leur rôle central dans les dynamiques complexes des familles transnationales, d'autre part.

Les femmes au cœur de systèmes de mobilités multisitués

4Depuis bientôt trois décennies, les études de sciences sociales sur les migrations ont progressivement dépassé les visions binaires et segmentées opposant espaces d'origine et d'arrivée et concevant la migration comme un mouvement univoque voire irréversible, pour intégrer les perspectives de la circulation des personnes et de l'articulation des espaces d'origine, de transit, de destination, traversés par des flux de toutes sortes (personnes, biens, idées, argent, affects...). Les notions de champ (Simon 2002) puis de circulation migratoire (Ma Mung et al. 1998; Cortes et Faret 2009), d'espace transnational (Faist 2000; Glick Schiller, Basch, et Szanton Blanc 1992) ou plus récemment de territoires plurilocalisés ou multi-situés (Cortes et Pesche 2013; Baby-Collin 2014), sont autant d'évolutions sémantiques révélatrices de la prise de conscience de l'importance des pluralités de liens, voire d'ancrages, déployés par les migrants et leurs proches au cours de leurs trajectoires. Ces dernières ne sont pas à sens unique, mais souvent réversibles, faites de va et vient, de temporalités variées, de pauses et de nouveaux départs qui ne sont pas toujours des retours, au gré de bifurcations personnelles ou de crises économiques structurelles. Les trajectoires se construisent dans l'articulation entre des faisceaux de contraintes et d'opportunités situés tant en origine que dans un, ou plusieurs, espaces de destination. Les femmes, souvent en position de pivot générationnel dans les familles, à la fois mères, filles, épouses, sont confrontées, dans les contextes migratoires, à une gestion familiale souvent plurilocalisée, voire éclatée, révélatrice de la complexité des familles transnationales (Razy et Baby-Collin 2011; Bryceson et Vuorela 2003).

5Les textes de ce numéro donnent à voir différentes facettes de ce jeu de positionnalité dans l'espace pour les femmes en contextes migratoires, ainsi que différentes formes d'articulation de mobilités et d'immobilités. Qu'elles partent, qu'elles restent, qu'elles reviennent, les femmes sont confrontées aux changements induits par un déplacement dans l'espace (le leur, celui de leur conjoint, de leurs parents, ou de leurs enfants), à la gestion de la distance comme à celle de l'absence, aux choix et aux recompositions induits ici, par le départ là-bas, ou le retour, à l'articulation constante enfin entre l'ici et l'ailleurs. Les positionnalités et mouvements guident les trois sous-thématiques du dossier : partir, rester, revenir. Si la focale du chercheur est placée alternativement dans les espaces de destination, dans ceux du départ ou ceux du retour, les articles mettent en évidence que les mobilités impliquent des systèmes relationnels multisitués.

6Les départs autonomes de femmes engagées dans différentes activités professionnelles (domesticité, mais aussi travail agricole, salariat, entrepreneuriat) résonnent aussi dans les espaces d'origine : l'expérience de la domesticité en Espagne pour des femmes boliviennes issues de classes populaires et moyennes permet-elle de faire évoluer le statut de l'employée domestique en Bolivie (article de Sophie Blanchard) ? Quelles représentations les migrations des femmes yucatèques issues de régions rurales, selon leur destination (qu'elles aillent dans la capitale régionale, à Mexico, aux Etats-Unis ou au Canada), véhiculent-elles dans les villages d'origine, et dans quelle mesure reproduisent-elles des stéréotypes genrés (contribution de Marie-France Labrecque) ? Quelles sont les conséquences des migrations féminines sur les enfants restés en origine, et comment évoluent relations parentales à distance et trajectoires des enfants (Robin Cavagnoud) ?

7Quand les femmes restent, comment gèrent-elles cette parentalité en l'absence des pères ? Anna Perraudin et Patricia Arias montrent bien, dans deux contextes mexicains différents, comment l'absence implique des restructurations familiales qui révèlent la centralité des contextes migratoires dans le devenir de celles qui sont restées.

8Enfin, pourquoi et comment revenir ? Le retour est interrogé fortement dans les dynamiques de reflux migratoire consécutives à la crise espagnole de 2008, même si le terme est discuté, tant le processus relève bien souvent d'un système de mobilité dont il peut n'être qu'une étape. Raquel Martinez Buján et Cristina Vega s'interrogent sur les raisons et les modalités du retour d'Espagne, en Bolivie et en Equateur, selon une perspective de différenciation de genre.

Rapports de genre, pouvoirs et inégalités

9Car les migrations transforment les rapports entre hommes et femmes dans les sociétés de départ et d’arrivée même lorsque les femmes n’en sont pas les protagonistes. Les analyses présentes dans ce numéro ne se restreignent donc pas aux femmes migrantes et à leur expérience, mais en s’intéressant aussi aux rapports entre migrants et migrantes ou aux transformations engendrées par la migration pour celles qui restent, adoptent une perspective sensible au genre, entendu comme « un système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin) » (Bereni et al. 2012 : 10). Il ne désigne ainsi pas une population spécifique, les femmes, mais « un principe central dans l’organisation des flux migratoires et de la vie quotidienne des migrants » (Lutz 2010 : 651). Il ne doit pas, par ailleurs, être compris comme une variable d’analyse isolée, mais pensé dans sa co-construction avec d’autres rapports de pouvoir, liés notamment à la classe sociale, à l’ethnicité ou à l’âge.

10C’est là justement que réside un deuxième intérêt à observer les migrations sous l’angle du genre depuis l’Amérique Latine : le poids qu'y revêtent des structures de domination sociales, ethno-raciales et genrées. De ce point de vue, les migrations latino-américaines permettent de mettre à l’épreuve les apports récents d’études féministes qui postulent que le genre agit simultanément avec d’autres rapports sociaux pour produire et consolider les inégalités, selon la perspective intersectionnelle (Bilge et Denis 2010). Mais au cours des années 2000, l’Amérique Latine a aussi été le terreau de puissantes contestations de ces dominations, que ce soit à travers des mouvements sociaux et politiques soutenus par l’arrivée au pouvoir de régimes se réclamant d’une politique progressiste, en faveur des femmes et des populations indigènes, comme en Bolivie ou en Équateur, ou à travers des transformations plus silencieuses, telles que l’effritement de la structure familiale traditionnelle au Mexique. Comment la migration participe-t-elle de ces transformations ? Et comment les femmes migrantes renégocient-elles leur place dans ces rapports sociaux en évolution ? Sans reprendre ouvertement le cadrage théorique de l’empowerment ou de l’émancipation, récurrent dans les travaux sur « genre et migrations » des années 2000 (Krummel 2012), la plupart des articles de ce numéro interrogent la capacité des femmes à transformer les rapports de pouvoir qui les contraignent, sous des angles divers.

11Ils reviennent, d’abord, sur le rôle de l’insertion sur le marché du travail. Les emplois auxquels peuvent prétendre la majorité des migrantes reflètent un marché de l’emploi segmenté, des postes précaires et peu valorisés. Encore faut-il y accéder. Marie-France Labrecque constate le faible nombre de femmes recrutées dans le programme bilatéral de travailleurs saisonniers agricoles entre le Mexique et le Canada, et s’interroge sur les mécanismes de recrutement genrés, dans les deux pays. Mais peut-être, plus que par l’accès à un type d’emploi, la perception d’une émancipation par le travail passe-t-elle par la construction d’itinéraires professionnels, du salariat vers l’auto-entreprise (texte de Susana Sassone et Myriam Gonzalez) ou, de façon plus inattendue, dans le secteur domestique, dont Sophie Blanchard analyse les restructurations récentes et la stratification croissante. Pour comprendre la réorganisation des rapports sociaux à laquelle font face les femmes du fait de la migration, le marché de l’emploi ne suffit toutefois pas.

12Les articles de Patricia Arias et Anna Perraudin montrent la pertinence d’intégrer dans l’analyse le lieu de résidence des femmes. Les deux études de cas conduites au Mexique montrent que le contrôle de la belle-famille sur les épouses des migrants, très documenté dans la littérature, s’atténue du fait de la modification des schémas résidentiels : dans les grandes villes mexicaines, les épouses des migrants conservent un logement indépendant ; quant aux femmes séparées de leur conjoint migrant, elles retournent vivre chez leurs parents, ce qui tend à déplacer les conflits du foyer conjugal vers le foyer familial. Même si les femmes n’ont pas de mal à trouver un emploi dans l’étude de cas présentée par Patricia Arias, elles se trouvent donc sujettes à de nouvelles dominations, celles de leurs parents, ou de leurs frères.

13A un niveau plus intime et subjectif, l’émancipation ne commence-t-elle pas dans la possibilité de dénoncer des relations inégalitaires ? Grâce aux outils de la linguistique, Carola Mick donne à entendre les voix de migrantes péruviennes employées domestiques, et restitue avec finesse le processus d’énonciation par lequel elles mettent des mots sur les dominations de classe, d’ethnicité, d’origine territoriale auxquelles elles sont confrontées dans leur travail ou dans leur expérience de la ville. En analysant leur construction comme sujets à travers l’acte de « dire », l’auteur montre aussi que le processus de narration n’aboutit pas nécessairement à une action collective qui permettrait de renverser les rapports de pouvoir.

14L’émancipation peut enfin être cherchée dans la capacité à prendre des décisions. Sur ce point, Raquel Martinez Buján et Cristina Vega questionnent la construction genrée du projet migratoire de retour dans les pays d’origine à la suite de la crise espagnole : si les femmes mettent en avant leurs obligations familiales, les hommes endossent le rôle du pourvoyeur économique du foyer, justifiant leur retour par une perte de l’emploi en destination ou un nouveau projet entrepreneurial en origine. Enfin, combinant analyse des rapports de genre et de génération, Robin Cavagnoud s’interroge sur les effets pour les enfants restés au pays des contraintes que rencontre leur mère en migration et des choix qu'elles ont effectués (obtention de titre de séjour et possibilité de rendre des visites, nouvelle union matrimoniale). En montrant que les enfants dont les mères ont formé une nouvelle union en Espagne ont de moins bons résultats scolaires que les autres et tendent à couper les ponts avec leur mère à l’adolescence, il observe, par ce déplacement du regard, que la stabilisation de la situation familiale des femmes en migration peut se répercuter durement sur leurs enfants dans le pays d’origine.

15À partir d’études de cas diverses, les textes dépeignent donc un processus d’émancipation qui a une portée subjective, mais qui demeure partiel, fragile, fragmenté, temporaire. Les inégalités se recomposent, elles se déplacent d’un espace social à l’autre, d’un territoire à l’autre. Ces articles ont pour point commun de privilégier une entrée par l’expérience des migrants, ce qui permet de restituer l’épaisseur et la complexité de ces mondes en recomposition, en saisissant leurs aspirations et celles de leurs proches à agir pour améliorer leur quotidien et surmonter les obstacles auxquels ils sont confrontés. Mais à travers les différentes contributions pointent aussi d’autres acteurs qui transforment les rapports sociaux, ou plus simplement ouvrent des espaces dans lesquels les migrants ou leurs proches peuvent se dire, se rencontrer, se construire comme sujets : États, syndicats, associations, agences de recrutement. Ce faisant, on rejoint l’invitation faite par Gioconda Herrera, dans son texte liminaire, à mettre en relation les espaces géographiques et sociaux dans lesquels les migrants déploient leurs projets, selon une approche globale, mais aussi à tâcher de penser les interactions entre les différents acteurs sociaux qui contribuent à façonner ces systèmes.

Inicio de página

Bibliografía

BABY-COLLIN, Virginie, Prendre place ici et là-bas. Géographie multisituée des migrations boliviennes (Argentine, Etats-Unis, Espagne), Volume 3, inédit, Habilitation à Diriger des Recherches, Nanterre, Université Paris Ouest Nanterre la Défense, 2014, 512 p.

BERENI, Laure, CHAUVIN, Sébastien, JAUNAIT, Alexandre, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2012, 247 p.

BILGE, Sirma, DENIS, Ann, "Introduction: Women, Intersectionality and Diasporas", Journal of Intercultural Studies, Vol. 31, n°1, 2010, p. 1‑8.

BRYCESON, Deborah Fahy, VUORELA, Ulla, The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks, Berg, Bloomsbury Academic, 2003, 292 p.

CATARINO, Christine, MOROKVASIC, Mirjana, "Femmes, genre, migration et mobilités", Revue européenne des migrations internationales, Vol. 21, n°1, 2005, p. 7‑27.

CORTES, Geneviève, FARET, Laurent, Les circulations transnationales : lire les turbulences migratoires contemporaines, Paris, Armand Colin, 2009, 244 p.

CORTES, Geneviève, PESCHE, Denis, "Territoire multisitué", L’Espace géographique, T. 42, Vol. 4, 2013, p. 289-292.

FAIST, Thomas, The volume and dynamics of international migration and transnational social spaces, Oxford, New York, Clarendon Press, Oxford University Press, 2000, 396 p.

GLICK SCHILLER, Nina, BASCH, Linda G, SZANTON BLANC, Cristina, Towards a Transnational Perspective on Migration: Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, New York, N.Y, New York Academy of Sciences, 1992, 259 p.

GREEN, Nancy, Repenser les migrations, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, 140 p.

KRUMMEL, Sharon, "Migrant Women: Stories of Empowerment, Transformation, Exploitation and Resistance", Journal of Ethnic and Migration Studies, Vol. 38, n°7, 2012, p. 1175-1184

LUTZ, Helma, "Gender in the Migratory Process", Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 36, n°10, 2010, p. 1647‑63.

MA MUNG, Emmanuel, DORAI, Mohamed Kamel, HILY, Marie-Antoinette, LOYER, Frantz, "Bilan des travaux sur la circulation migratoire ", Poitiers, Migrinter, Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, 1998, p. 1-12.

RAZY, Élodie, BABY-COLLIN, Virginie, "La famille transnationale dans tous ses états", Autrepart, vol. 57-58, n°1, 2011, p. 7-22.

SIMON, Gildas, "Penser globalement les migrations", Projet (CERAS), no 272, 2002, p. 37-45.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Virginie Baby-Collin y Anna Perraudin, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/5413

Inicio de página

Autores

Virginie Baby-Collin

Aix Marseille Université
Professeure de géographie, Aix Marseille Université, CNRS UMR 7303 Telemme, Aix en Provence 13094. Membre de l'Institut Universitaire de France. Ses recherches portent sur la géographie des migrations internationales et des espaces urbains, dans les Amériques et en Méditerranée. E-mail : Virginie.baby-collin@univ-amu.fr

Anna Perraudin

Université Paris 7
Post-doctorante, sociologue, chercheuse associée à l’URMIS (Paris 7). Ses recherches portent sur les migrations latino-américaines en Espagne et aux États-Unis, sous l’angle du genre, de l’ethnicité, et des dynamiques résidentielles. E-mail : anna.perraudin@gmail.com

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org