Navegación – Mapa del sitio

Travail domestique, soins et familles transnationales en Amérique Latine : réflexions sur un champ en construction

Gioconda Herrera
Este artículo es una traducción de:
Trabajo doméstico, cuidados y familias transnacionales en América Latina: reflexiones sobre un campo en construcción

Notas del autor

Texte traduit de l'espagnol par Manuela Mariño Beltrán.

Texto completo

Introduction

1Cet article présente une réflexion sur l’évolution du domaine des migrations internationales en Amérique Latine selon des perspectives féministes. Il s’agit de montrer que les débats dans ce champ d’études n’ont pas seulement servi à gendrer  notre compréhension des migrations internationales, mais qu'ils sont devenus également des espaces stratégiques permettant de repenser d’autres champs d’études sociales, tels que la mondialisation ou la famille, depuis une approche féministe.

  • 1 Voir par exemple Hondagneu Sotelo, 2011 ; Herrera 2012a, 2013a ; Malher et Pessar, 2006 ; Benería, (...)

2Ce texte ne constitue pas une révision exhaustive des contributions de ce type à l’étude des migrations latino-américaines, étant donné que des bilans ont déjà été effectués dans ce sens1. Néanmoins, deux lignes de recherche autour des migrations et du genre –très productives ces 15 dernières années–, ont été privilégiées : le travail domestique migrant et les familles transnationales. La première ligne a maintenu une trajectoire de recherche depuis les années 1970 dans le continent et s’est continuellement développée avec les études sur la migration interne dans la région. Elle contemple désormais la migration interne, ainsi que les migrations transfrontalière et transcontinentale. La ligne de recherche sur les familles transnationales est plus récente et a permis de repenser le champ d’études sur la famille et sa relation avec les études de genre depuis une approche globale. En premier lieu, j'analyse comment les études sur les femmes migrantes et le travail domestique se sont dirigées vers un intérêt pour les soins (le care), afin de déterminer la façon dont la migration des femmes a déclenché une réflexion sur la reproduction sociale dans la mondialisation. En deuxième lieu, l’expérience migratoire des femmes est étudiée depuis l’approche de la reproduction sociale et le soin, et comment cela permet d’établir un lien avec les discussions sur les diverses configurations de familles présentes dans la migration. En troisième lieu, et pour conclure, j'aborde le besoin de repenser le domaine des droits et de la citoyenneté des femmes et des familles migrantes en surmontant le nationalisme méthodologique, à partir de l’articulation entre ces deux lignes de recherche autour de l’expérience migratoire.

3Cette réflexion s’alimente d’un processus social sans précédents dans le continent, à savoir, la croissance vertigineuse ces vingt dernières années de la migration latino-américaine et particulièrement andine. Cette augmentation des personnes migrantes s’est traduite par sa diversification sociodémographique et par la multiplication des destinations internationales. Il est avéré aujourd’hui qu’en plus des États-Unis, l’Europe du Sud est devenue depuis les années 1990 une destination d’importance pour les Latino-américains ; que ces flux ont été pour la plupart féminins ; et, plus précisément, que le profil rural masculin qui prédominait précédemment a été remplacé par celui de femmes d’origine plutôt urbaine (Cerrutti et Maguid, 2011 ; Herrera, 2008 ; Martínez Pizarro, 2003 ; Baby-Collin, Cortés et Miret, 2009). De plus, la migration internationale des femmes à l’intérieur de la région a non seulement augmenté, mais s’est également diversifiée. Même si la migration transfrontalière historique continue de prédominer –par exemple, entre le Paraguay et l’Argentine, ou entre la Colombie et le Venezuela–, les femmes ont cependant commencé à ouvrir de nouveaux circuits. Ces dernières années, le Chili est devenu une destination migratoire importante pour les femmes péruviennes ; en plus des hommes boliviens, l’Argentine et le Brésil ont commencé à accueillir également leurs compagnes, ainsi que des femmes seules ; l’Équateur s’est transformé en pays d’accueil pour des hommes et des femmes réfugiés de Colombie (Cerruti, 2009) ; enfin, la migration caribéenne et transcontinentale constitue un flux récent et nouveau : des populations en provenance de pays africains, d’Haïti et de Cuba ont commencé à parcourir le continent, en faisant de l’Argentine, du Brésil, de l’Équateur et du Chili des destinations prisées (Freier, 2013 ; Marcelino et Cerrutti, 2012).

4En plus de la variété de flux et de destinations, la population migrante dans le sous-continent sud-américain est de plus en plus diverse en termes socio-économiques. Ces différences ont cependant été peu analysées, et encore moins de façon intersectionnelle. Ainsi, par exemple, certains travaux soulignent l’irruption ou, du moins, la visibilité nouvelle d’un profil de migrants relativement qualifié, concernant surtout la migration féminine vers l’Europe (Camacho, 2009). Ceci pose un autre type de problématiques jusqu’alors peu étudiées, telles que les processus de disqualification qui surviennent avec la migration Sud-Nord, ou bien les différences entre les hommes et les femmes dans les trajectoires d’insertion (Baghadadi et Riaño, 2011 ; Riaño, 2011 ; Lozano et Gandini, 2011 ; Coloma, 2014).

5D’autres études ont indiqué le besoin d’approfondir les expériences migratoires en fonction de différents axes d’inégalité tels que l’âge, l’ethnicité ou la race. Ainsi, les analyses sur les expériences des jeunes –hommes et femmes– montrent des motivations différentes pour migrer, liées à des référents culturels et à des attentes concernant l’avenir qui ne correspondent pas forcément aux quêtes traditionnelles de moyens de subsistance socio-économiques et de reproduction sociale de la migration au sein du cercle familial et pour la famille (Vásquez, 2014 ; Martínez Pizarro, Cano et Soffia, 2014). Aussi, les migrations indigènes ont commencé à être analysées en prenant compte des brèches d’inégalité qui s’accentuent pendant l’expérience de mobilité à cause du racisme (Torres et Carrasco, 2008 ; Velasco, 2000).

6Enfin, les nouveaux scénarios de la crise mondiale, les politiques migratoires de plus en plus restrictives et la restructuration économique des villes mondialisées ont supposé de nouveaux défis pour les migrations de travail, particulièrement féminines. De plus, ces nouvelles données ont modifié notre compréhension des impacts de processus tels qu’une plus large informalisation des marchés, la mise en place d’enclaves ethniques ou la précarisation des liens sociaux sur les femmes et les relations de genre. Des travaux tels que ceux compilés par Flores-Gonzalez, Guevarra, Toro-Morn et Chang (2014) ont qualifié ces transformations du monde du travail migrant de troubles du monde du travail, pour faire référence aux changements des modèles professionnels des travailleuses migrantes aux États-Unis –notamment d’origine latino-américaine–, résultant des politiques néolibérales. Ainsi, ils ont proposé un programme de recherche sur le monde du travail migrant féminin et féminisé qui a donné suite aux problématiques posées par Sassen (2003) avec les circuits féminisés de survie.

  • 2 En effet, dans les bilans précédents, il est possible de percevoir une certaine sélectivité des suj (...)

7Le champ de la migration féminine et des relations de genre en Amérique Latine est devenu, de fait, de plus en plus hétérogène et demande à renouveler et à approfondir les approches conceptuelles, ainsi que les domaines d’étude2. En effet, au-delà du manque de reconnaissance de la diversité des expériences migratoires des femmes, l’identification classique de la migration féminine avec le travail domestique requiert de nouvelles perspectives, car ces expériences de travail s’articulent désormais avec des processus structurels mondiaux comme la racialisation des marchés du travail migrants et la féminisation des circuits de survie (Sassen 2003), ainsi qu’avec la crise des États-providence et la privatisation ou informalisation des services liés aux soins dans les pays du Nord (Bakker et Gill, 2003 ; Bakker et Silvey, 2008). L’empreinte globale de phénomènes tels que le travail domestique migrant a généré un ensemble toujours plus important de travaux qui, bien que suivant la ligne de documenter le travail des femmes dans les migrations Nord-Sud ou Sud-Nord, ont inséré également cette expérience dans le cadre des scénarios mondiaux. Ainsi, ils ont connecté les migrants non seulement à leurs familles, mais également aux sociétés et aux États qui intègrent les circuits migratoires.

8Les analyses sur la migration féminine et le travail domestique sont expliquées ci-après, en identifiant les continuités et les ruptures apparues suite à l’émergence des migrations mondiales. Il s’agit de mettre en évidence le passage d’une perspective centrée sur les migrations socio-économiques et professionnelles vers une approche sur leur articulation avec les processus globaux de transformation de la reproduction sociale, qui questionnent le caractère de certaines institutions sociales et politiques telles que la famille et l’État. Dans cette trajectoire, l’adoption de cadres conceptuels autour de l’organisation sociale des soins qui permettent de comprendre le travail domestique migrant en interaction avec les processus de transnationalisation de la reproduction sociale est extrêmement importante. Il est également question du changement de perspective de la littérature sur les soins vers la réflexion sur les familles transnationales, reliée aux discussions sur la citoyenneté et les droits de femmes et de leurs familles.

Du travail domestique aux soins dans la mondialisation

9Dans les domaines d’étude sur la migration interne et internationale des femmes en Amérique Latine, le travail domestique a été le sujet privilégié. Depuis la période coloniale, le travail domestique a constitué la principale niche professionnelle disponible pour les femmes qui quittaient leurs communautés et villages pour partir travailler dans les villes. Ces activités ont été analysées comme faisant partie des liens ayant historiquement lié les populations rurales aux établissements urbains, à travers des rapports de servitude (Kusnesof, 1989). Dans les pays andins, ces rapports ont été marqués par des processus de racialisation non seulement de la population indigène mais également afro-descendante, ayant dérivé de formes de classification sociale et d’exclusion qui persistent encore aujourd’hui (Pérez Sáenz, 2014). De plus, comme le travail domestique est majoritairement féminin –et qu’il s’est féminisé tout au long du XXe siècle (Blofield, 2012)–, il est également devenu un espace stratégique d’analyse de ce que Marfil Francke (1990) a désigné « la tresse de la domination » (la trenza de la dominación) dans les années 1980 pour le Pérou, à savoir, la convergence d’une triple oppression de classe, d’ethnicité et de genre et constitutive d’identité d’un important segment des femmes andines depuis la période coloniale. En effet, la stratification sociale marquée et la persistance des inégalités économiques dans le continent se reflètent dans l’interaction sociale contradictoire qu’implique le travail domestique : l’interaction, dans la sphère privée, de femmes d’origines sociales et culturelles différentes –et même souvent racialement et ethniquement diverses– crée des frontières sociales dans des espaces de proximité et d’intimité et contribue à la formation de mondes duaux et segmentés au sein des sociétés et des familles (Blofield, 2012). Selon l’auteur, les tensions et les contradictions surgies du fait du partage d’un espace d’intimité depuis l’invisibilité a considérablement limité les possibilités d’ajustement social et politique des travailleuses domestiques en Amérique Latine. Ces frontières sociales dans l’espace privé vont marquer l’expérience migratoire des femmes et accompagner leur perception du travail domestique, même dans leur trajectoire transcontinentale au XXIe siècle (Herrera, 2008).

10L’articulation entre plusieurs dimensions d’inégalité et leur renforcement –ce que l’on appelle aujourd’hui l’intersectionnalité– a été présente dans les analyses du travail domestique. Dans les années 1970, par exemple, les premières études sur la migration interne des femmes dans le cadre des processus d’urbanisation vont privilégier les articulations de classe et de genre. L’étude de Lourdes Arizpe (1975) sur les travailleuses domestiques de la ville de Mexico est emblématique en ce sens car elle a montré non seulement ces articulations, mais aussi les contradictions entre espaces publics et privés comme dimensions constitutives de ce type de travail pour les femmes migrantes. La discussion féministe marxiste dominante a cherché à rendre visible le rôle du travail non rémunéré des femmes dans l’articulation des espaces reproductifs et productifs, tout comme les différences de classe entre les femmes. En effet, il s’agissait de montrer la façon dont le travail domestique subsidiait les autres classes sociales. Aussi, la compilation faite par Elsa Chaney (1989) –entre autres– sur des expériences professionnelles, sociales et organisationnelles de travailleuses domestiques dans différentes villes latino-américaines a mis en évidence le fait que les mobilités internes et transfrontalières étaient constitutives de leurs trajectoires professionnelles et de vie. Ceci a ouvert les portes à des travaux postérieurs sur la migration et le travail domestique où ont été analysées les conditions de travail et de servitude particulières qui persistent dans ces relations professionnelles en dépit de la modernisation du monde du travail masculin (Goldsmith, 1998 ; Gill, 1994), ainsi que les possibilités de mobilisation politique (Goldsmith, 2007 ; Blofield, 2012).

11Cette ligne d’analyse a trouvé une continuité dans les travaux sur l’étude des migrations féminines transfrontalières tout au long du XXe siècle et au début du XXIe siècle, étant donné que le travail domestique reste l’un des métiers les plus importants parmi les femmes migrantes. En effet, à la fin des années 1990, les travailleuses domestiques constituaient environ 60 % des migrantes internes et internationales en Amérique Latine (Blofield, 2012 :25). La migration de femmes paraguayennes en Argentine, et plus particulièrement à Buenos Aires (Cerrutti et Gaudio, 2010 ; Courtis et Pacceca, 2010) ; de femmes péruviennes à Santiago du Chili (Stefoni, 2003) ; et de femmes nicaraguayennes au Costa Rica (Goldsmith, 2007) –pour ne citer que trois flux transfrontaliers– ont été analysées depuis l’approche du travail domestique. La constante a été de mettre l’accent sur le facteur excluant de ce métier, en montrant les difficultés qu’endurent les femmes pour pouvoir sortir de ces niches professionnelles afin d’éprouver une certaine mobilité sociale.

12De nombreuses analyses sur les femmes migrantes latino-américaines, axées sur l’étude du travail domestique en Europe, ont été réalisées avec l’émergence de la migration transcontinentale. Les trajectoires migratoires, ainsi que les conditions sociales et de travail des femmes dans cette niche, ont été documentées (Colectivo IOE, 2001 ; Parrella, 2003 ; Martinez Veiga, 2004 ; García et al., 2011 ; Martínez Buján, 2014). Les sujets principaux ont été les contradictions entre processus de mobilité sociale descendants –des femmes relativement qualifiées, insérées dans des niches professionnelles dévalorisées– et l’obtention de ressources économiques permettant de garantir la reproduction sociale intergénérationnelle (Herrera, 2008 ; Camacho, 2009), ou bien les processus d’autonomisation à travers l’obtention d’actifs (Moser, 2010).

13De plus, des processus structuraux globaux tels que la privatisation ou l’informalisation de la reproduction sociale (Bakker et Gil, 2003 ; Bakker et Silvey, 2008 ; Herrera, 2008) ont été déterminants pour expliquer pourquoi les femmes migrantes continuent à s’employer dans le secteur du travail domestique ou des soins c’est-à-dire, des niches d’emploi qui ne sont pas prises en charge par les systèmes de protection sociale et qui restent dans les mains des familles. Ceci a produit un saut depuis des analyses plutôt centrées sur les conditions migratoires et professionnelles des femmes vers des perspectives plus larges, qui ont connecté la discussion sur le travail des soins avec la migration des femmes (Pérez Orozco, 2011 ; Herrera, 2008 ; Martínez Buján, 2010 et 2011 ; Benería, 2011).

14Le changement du travail domestique vers une vision plus globale des soins a entraîné l’élargissement de la problématique en direction d’approches qui ont mis l’accent sur les inégalités sociales présentes dans les processus de transnationalisation de la reproduction sociale (Parreñas, 2000). Le concept de chaînes de soin globales, forgé par Hoschschild (2000) dans son travail sur les femmes philippines, a permis de s’en inspirer afin de comprendre cette nouvelle féminisation des migrations latino-américaines vers l’Europe. En effet, le besoin de répondre au manque dans le secteur des soins en Europe du Sud a été un élément attirant pour les femmes andines ayant migré dans ces pays afin de s’occuper d’enfants en bas âge et de personnes âgées. Pour ce faire, elles ont laissé leurs parents dépendants à charge d’autres femmes dans leurs communautés d’origine. En montrant la logique de ces soins en chaîne présents dans l’expérience migratoire, ce concept a dévoilé la nature hiérarchique des rapports de soins au niveau global, ainsi que la façon dont ces hiérarchies se transforment (ou pas) à travers les frontières.

15Tel qu’indiqué par Skornia (2015), en plus de connecter les inégalités à l’aménagement des soins au niveau général, ce concept a également impliqué une reconceptualisation du travail rémunéré et non rémunéré, en introduisant la dimension affective à l’analyse. Pour Hoschschild, il s’agissait d’une plus-value affective (2000) et l’auteur a analysé le travail des soins comme un ensemble de tâches matérielles et émotionnelles. Ainsi, et au-delà de la stratification et de la persistance historique de l’inégalité matérielle et symbolique du travail domestique, la notion de soins a introduit la dimension affective dans l’univers des inégalités persistantes.

  • 3 Plusieurs de ces études ont fait partie du projet de l’ONU Femmes intitulé Femmes latino-américaine (...)

16À partir de 2008, les chaînes globales de soins ont donné lieu à une série d’études sur différents circuits migratoires en Amérique Latine –Sud-Sud et Nord-Sud–, où ces chaînes et leurs spécificités dans le contexte régional ont été analysées3. La perspective multi-située de ces travaux a permis d’étudier de façon plus détaillée les dynamiques présentes dans les différents maillons de la chaîne, tant à l’origine comme à l’arrivée. En premier lieu, les travaux ont montré que l’organisation concernant les soins a tendance à être diverse selon les acteurs à charge de ces tâches et des conceptions et représentations sur les soins dans les différents chaînons. Ceci a permis de visualiser de multiples acteurs du soin, rémunérés ou pas. Ainsi, par exemple, l’analyse des dynamiques de soins dans les villes et les communautés d’origine de la migration a nuancé un des aspects qu’impliquait le concept de chaînes, à savoir, celui de la carence ou du déficit de soins au fur et à mesure que la chaîne atteint les communautés où demeurent les familles des migrantes. En revanche, il a été montré que les communautés d’origine mettent en place diverses formes de soins qui, même si elles se produisent dans des environnements d’inégalité et de vulnérabilité, ne signifient pas pour autant une absence de soins. En deuxième lieu, l’accent a été mis sur la nécessité de connecter les chaînes à l’organisation institutionnelle des soins au niveau local, national et régional dans les pays d’origine de la migration et dans ceux de destination. Le besoin d’organiser le soin migrant en fonction des actions ou de l’absence d’État et d’une politique conséquente a ainsi été mis en exergue.

17Les études de Pérez Orozco et López Gil (2011) en Espagne ; de Carcedo, Chaves Groh et Larraitz (2011) au Costa Rica ; de Sanchís et Rodríguez (2011) sur des migrantes paraguayennes en Argentine ; et de Arriagada y Todaro (2012) sur des Péruviennes au Chili, ont analysé ces chaînes en relation avec une organisation institutionnelle du soin déficiente dans les pays d’accueil et le rôle des migrantes dans la prestation de soins de ces sociétés. Le concept dominant de chaînes, qui renvoyait essentiellement aux inégalités entre femmes et familles du Sud et du Nord, a ainsi été dépassé, pour être compris en relation avec les systèmes institutionnels de prestations de soins. Comme réponse à ces réflexions, Molano, Robert et García (2012) ont proposé la notion de régime global injuste de soins, dont les caractéristiques seraient : « l’inexistence d’une responsabilité sociale dans les soins, de façon à ce que la responsabilité de leur prestation retombe sur les foyers ; le manque de participation et de responsabilisation de la part des hommes ; de fortes inégalités et une stratification dans l’accès aux soins, à travers laquelle certains groupes sociaux ont accès à des soins dignes, tandis que d’autres n’accèdent qu’à des soins précaires ou vulnérables » (2012:15).

18Des travaux sur l’organisation sociale et institutionnelle autour du soin dans les lieux d’origine de la migration ont également été réalisés. Ils ont montré l’existence d’un grand nombre de pratiques qui impliquent non seulement les mères et les filles, mais aussi de nombreux membres de la famille nucléaire et élargie, à différents moments et endroits de la relation transnationale. Les études d’Anderson (2012) sur les trajectoires de migrantes péruviennes au Chili et en Espagne et les accords établis avec leurs familles ; les travaux d’Herrera et Carrillo (2009) et d’Herrera (2013) pour l’Équateur ; de Dobrée, Soto et González (2012) pour le Paraguay ; et de Salazar, Jiménez et Wanderley (2011) pour la Bolivie ont montré que le déficit de soins, perçu depuis le point de vue des pays de destination, se traduisait dans la pratique dans pléthore d’accords et de dérèglements dans les soins au sein des familles des femmes migrantes. En se basant sur un modèle multi-varié, Ledo (2014) a aussi exposé les impacts de la migration dans l’exercice de la maternité et de la paternité à distance chez les migrants originaires de Cochabamba vivant en Italie et en Espagne. De plus, le caractère multi-situé et multiscalaire de ces travaux a également permis de montrer que les sens du soin voyagent et se transforment, créant non seulement des tensions et des négociations sur les représentations du soin entre les membres des familles, mais aussi des possibilités de transformation. Cette approche casuistique dans divers endroits d’Amérique Latine a souligné l’importance du contexte social et culturel pour la compréhension des pratiques du soin et de porter le concept de chaînes globales de soin au-delà des réseaux et des flux de personnes, d’émotions et de biens afin de l’insérer dans l’analyse d’autres acteurs –ceux qui migrent et ceux qui restent– et d’autres échelles qui ont permis d’évaluer l’influence des institutions nationales et des marchés mondiaux dans les pratiques des soins.

19Dans cette même ligne de recherche, Ana Skornia (2014), dans son étude sur des migrants péruviens prenant soin de personnes âgées en Italie, a forgé l’expression régimes transnationaux de soin afin de surmonter les limitations du concept de chaînes, en signalant au passage l’importance de se pencher sur la correspondance entre famille, État, marché et réseaux au-delà du territoire national. Pour l’auteure, le terme régime permet de capter les dispositions institutionnelles, sociales et spatiales qui organisent la prestation du soin. La vision de l’organisation du bien-être et des soins centrée sur les États nationaux a été ainsi dépassée, et l’accent a été alors mis sur la façon dont la classe, le genre, la race, l’ethnicité et la nationalité produisent des inégalités d’accès au soin au sein des États nationaux et à travers les frontières. Dans le territoire national coexistent donc différents régimes de soin segmentés et qui stratifient le soin. Dans ces régimes hiérarchiques de soin, la migration introduit la nationalité comme une dimension d’inégalité de plus en plus importante, étant donné que les catégorisations sociales basées en elle s’articulent avec la classe et la race afin de générer l’exclusion ou bien la négociation de conditions de subordination (Skornia, 2014).

20En somme, le passage de l’étude du travail domestique migrant à une réflexion sur le soin dans ses formes variées a mis à jour plusieurs débats sur les droits économiques et sociaux des femmes et le droit au soin –auparavant circonscrits à l’espace national, où l’État demeurait le principal interlocuteur–, qui commencent à être repensés dans un contexte mondial et déterritorialisé. En Amérique Latine, ces débats ont trouvé écho dans plusieurs travaux sur la migration des femmes dans d’autres continents (Parreñas, 2000 ; Silvey, 2000 ; Lan, 2006 ; Lutz et Palencka, 2011), ce qui a dérivé vers des réflexions sur la citoyenneté et les droits dépassant le cadre de l’État national et se penchant sur leur connexion avec la dimension transnationale des soins et des familles. Ainsi, des conceptions de la citoyenneté qui avaient été critiquées par les féministes pour cause de « faux universalisme » –l’État national étant porteur d’inégalités sociales et chargé d’administrer la justice sociale–, commencent à être repensées comme conséquence de la mondialisation, des migrations et de leur féminisation (Benhabib et Resnik, 2009).

Des soins aux familles transnationales

21Le passage du travail domestique vers les soins a mis au centre de la discussion des aspects relatifs à la division sexuelle du travail au sein des familles migrantes et les conséquences sur l’aménagement et le maintient des soins de leurs différents membres. Ainsi, plusieurs études sur le soin ont dérivé sur des réflexions sur le sens et la conformation des familles transnationales. Pour définir les familles transnationales, la plupart de ces études a trouvé son origine dans l’influent texte de Bryceson et Vuorela (2002), où les auteurs ont mis en exergue plusieurs aspects : en premier lieu, ils montraient que les familles transnationales ne sont pas seulement sensées maintenir l'envoi de devises et de biens matériels entre leurs membres, mais également par la production et le renouvellement du sentiment d’appartenance. Certains travaux ont commencé alors à examiner la façon dont se créent les sentiments de coprésence en situation d'absence physique et quelle est l’agencialité présente dans ces échanges (Carrillo, 2008). Un deuxième aspect de la discussion a été la temporalité et le besoin d’analyser les familles tout au long du cycle vital. Ainsi, par exemple, le travail de Cortes (2011) sur le champ migratoire bolivien a affirmé que, bien que les projets de regroupement familial puissent signifier à court terme un affaiblissement des liens transnationaux entre les membres des familles migrantes, ils peuvent également témoigner du début d’un processus plus long de fabrication d’une famille transnationale, en mettant en évidence l’importance d’avoir une approche diachronique et intergénérationnelle lors de l’étude de ces familles. Il a été montré que les familles reposent sur des structures familiales changeantes en termes de temps et d’espace. Ceci veut dire que ni les processus de regroupement familial ne sont définitifs, ni les familles transnationales ne constituent des structures permanentes, mais bien le contraire. En effet, entre la réinstallation de tout le noyau familial dans le pays de destination et la mise en marche de liens transnationaux permanents entre différents membres des familles se trouve un large éventail d’aménagements familiaux, et pas seulement des familles transnationales. Ainsi, il existe des familles en transition, des familles ayant des membres ici et là, des familles qui commencent des processus de retour par tranches, entre autres (Herrera et Carrillo 2009 ; Herrera 2013). Enfin, plusieurs études ont mis l’accent sur la structure d’inégalité dans ces familles en ce qui concerne, par exemple, la division du travail des soins entre leurs membres et leur reproduction dans le champ transnational, en articulation avec les réflexions sur le travail domestique et les soins. Le travail d’Herrera (2013) a montré que non seulement il existe d’importantes inégalités entre les hommes et les femmes, mais également entre femmes adolescentes, femmes adultes et femmes âgées au détriment des premières, car cela se répercute sur leurs perspectives de reproduction à l’avenir.

22Parmi les études reliant explicitement travail des soins et familles transnationales se trouve celle de Baldassar et Merla (2014). Partant de critiques similaires à celles soulevées par Yeates (2005) par rapport au concept de chaînes globales de soin sur le besoin de reconnaître des situations et des acteurs du soin divers, au-delà de la dyade mère transnationale-fils/fille, les auteurs ont proposé le concept de circulation des soins comme formes de réciprocité asymétrique autour du soin menées en réseaux de parenté transnationaux. Tandis que la littérature sur les chaînes globales de soin montre un transfert de soins unidirectionnel entre femmes en paires asymétriques (dyades), le concept de circulation permet de considérer le réseau complet de rapports sociaux dans lequel le soin circule. Dans ce sens, le soin est conçu comme un processus plutôt que comme un événement et doit donc être abordé de façon longitudinale tout au long du cycle vital. La temporalité s’ajoute alors à la dimension spatiale comme facteur d’importance apportant à la circularité. Ce concept offre ainsi une façon de capter les connexions entre les membres à travers le temps et la distance, même de façon intergénérationnelle (2014:9).

23Pour Baldassar et Merla (2014), en revanche, le concept de circulation de soins permet de penser les familles transnationales comme étant des structures sociales dans lesquelles la mobilité et les absences constituent une partie de la vie familiale, et non pas des exceptions à la règle. Les échanges de soins constituent donc des activités centrales dans le processus de faire famille à distance (Bryceson et Vuorela 2004). D’ailleurs, l’échange de soins acquiert une importance particulière devant l’absence d’autres formes d’expression des sentiments d’appartenance et de solidarité familiale. Pour ces auteurs, la circulation des soins est alors une entrée méthodologique privilégiée pour étudier les familles transnationales.

24Enfin, tel que pour Skornia (2015) et Pérez Orozco (2009), la perspective de circulation du soin implique l’interaction entre agents et institutions sociales et pas seulement les pratiques individuelles des sujets ou des familles. Il s’agit donc de notions de soin déterritorialisées, mais hautement déterminées par la territorialisation : les migrantes négocient les attentes et le contrôle du soin et de la famille dans au moins deux États nationaux. Le travail d’Ariza (2014) pour le cas de migrantes dominicaines en Espagne et mexicaines aux États-Unis a montré que les politiques migratoires des pays de destination déterminent les formes prises par les familles transnationales. Le lien entre politiques migratoires et configuration de familles transnationales a été également analysé par Herrera (2008) concernant la migration équatorienne en Espagne et aux États-Unis. Razy et Baby-Collin (2011), pour leur part, ont révélé que les limitations d’ordre économique, politique et juridique –soient-elles structurelles ou conjoncturelles– façonnent les possibilités de transnationalisation des familles. En même temps, les stratégies déployées par ces familles montrent que les limitations ou les frontières sont dépassées et activées comme ressources et que c’est dans cet aller-retour entre structure et agence que le projet familial transnational se construit (2011:18).

25La perspective de la circularité, particulièrement importante dans le contexte actuel de crise persistant dans la plupart des pays de destination de migration andine –tels que l’Espagne et l’Italie–, a produit une réorientation de la migration, ainsi que le retour. D’ailleurs, ces revirements expérimentés par les flux migratoires commencent lentement à être documentés depuis une perspective de genre. D’une manière générale, les études se basent sur la perspective transnationale et insistent sur le fait d’analyser le retour, non pas comme l’étape finale du projet migratoire, mais plutôt comme faisant partie de celui-ci (Rivera, 2011). Les travaux de Bastia (2011), de Yépez et Marzadro (2014) et de Baby-Collin et Cortes (2014) sur la migration bolivienne ont exploré la recomposition des flux vers des destinations en Amérique Latine, ainsi que le retour. Bastia, tout comme Yépez et Marzadro, a signalé les spécificités de genre dans les décisions de retour ou de réorientation du projet migratoire vers d’autres destinations. D’autres études ont observé les stratégies déployées par les familles transnationales face à la crise et ont montré qu’elles deviennent de possibles courroies de transmission de celle-ci, mais également des liens pour pallier certains de ses effets (Herrera, 2012). Il reste cependant à explorer plusieurs aspects relatifs à la nouvelle situation du projet migratoire, laquelle s’est renforcée avec la crise mondiale.

Conclusion

26Le parcours des travaux sur le travail domestique, le soin et les familles transnationales en Amérique Latine montre la vitalité du champ d’études sur le genre et la migration, ainsi que sa capacité à projeter de nouvelles compréhensions sur la famille et la mondialisation depuis la perspective de la reproduction sociale transnationalisée. D’une part, cette littérature a contribué à élargir nos conceptions sur la mondialisation et ses inégalités au-delà des États et des marchés (Bakker et Silvey, 2008), afin d’intégrer des acteurs en chair et en os et le monde du soin, ainsi que l’injustice liée à sa distribution. Le caractère changeant et déterritorialisé des rapports de soin et de reproduction sociale maintenu par les familles à distance a également révélé les diverses configurations de ces familles. D’autre part, ce parcours a montré que l’existence de formes de soins transnationalisées défie notre conception stato-centrée et nationale des systèmes de protection sociale. Des concepts tels que régime transnational de soins, régime injuste et/ou droit au soin cherchent à placer les dilemmes et les inégalités autour du soin dans le terrain des demandes autour d’une citoyenneté plus inclusive au niveau mondial, et non plus seulement national. Enfin, cette réflexion initiale sur l’articulation entre la littérature latino-américaine sur la migration et le travail domestique et celle plus penchée sur l’analyse des soins et des familles transnationales ouvre la porte à l’exploration des continuités historiques existant entre ces deux lignes de recherche. En effet, les rapports basés sur les inégalités de classe, de race et de genre qui ont caractérisé le travail domestique en Amérique Latine au long de plusieurs siècles constituent des éléments fondamentaux pour comprendre les migrations contemporaines des femmes, la circulation de soins entre familles migrantes et leur relation avec l’État.

Inicio de página

Bibliografía

ANDERSON, Jeanine, La migración femenina peruana en las cadenas globales de cuidados en Chile y España: Transferencia de cuidados y desigualdades de género, ONU Mujeres, Lima, 2012, 144 p.

ARIZA, Marina, “Care Circulation, Absence and Affect in Transnational Families”, en Transnational Families, Migration and the Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life, Routledge, New York, 2014, p. 94-114.

ARIZPE, Lourdes, Indígenas en la ciudad de México: el caso de Las Marías, México, Secretaria de Educación Pública, Colección SepSetentas, 1975, 157 p.

BABY-COLLIN, Virginie, CORTES, Geneviève, “Nuevos despliegues del campo migratorio boliviano frente a la crisis”, Revista CIDOB d’Afers Internationals, n° 106-107, Barcelona, 2014, p. 61-83.

BABY-COLLIN, Virginie, CORTES, Geneviève,MIRET, Naik, “Les migrants andins en Espagne.Inscriptions spatiales et repérage de filiéres”, Mélanges de la Casa de Velazquez, n° 39,1, 2009, p. 115-140.

BAGHDADI, Nadia, RIAÑO, Yvonne, “Negotiating Spaces of Participation: Experiences and Strategies of Skilled Immigrant Women to Achieve Professional Integration”, en OLEKSY, Elzbieta, GOLANSKA, Dorota, HEARN, Jeff (Eds.). Gender and Citizenship: Equality, Diversity, Migration, Basington, Palgrave MacMillan, 2011, p. 176-196.

BAKKER, Isabella, GILL, Stephen, Power, Production, and Social Reproduction. Human Insecurity in the Global Political Economy, New York, Palgrave MacMillan, 2003, 250 p.

BAKKER, SILVEY, Rachel, Beyond States and Markets. The Challenges of Social Reproduction, London and New York, Routledge, 2008, 224 p.

BALDASSAR, Loretta, MERLA, Laura, “Introduction: Transnational Family Caregiving Through the Lens of Circulation”, en Transnational Families, Migration and The Circulation of Care. Understanding Mobility and Absence in Family Life, New York, Routledge, 2014, 304 p.

BASTIA, Tanja, “Should I stay or should I go? Return migration in times of crises”, Journal of International Development, vol. 23, n° 4, 2011; p. 583–595.

BENHABIB, Seyla, RESNIK, Judith, “Introduction: Citizenship and Migration Theory Engendered”, en BENHABIB, Seyla, RESNIK, Judith, Migrations and Mobilities. Citizenship, Borders, and Gender, New York/London, New York University Press, 2009, p. 1-44.

BENERÍA, Lourdes, DEERE Carmen Diana, KAABER Naila, “Gender and International Migration: Globalization, Development, and Governance”, Feminist Economics, 2012, 18(2), p. 1-33.

BENERÍA, “Crisis de los cuidados, migración internacional y políticas públicas”, en CARRASCO, Cristina, BORDERIAS, Cristina, TORNS Teresa (eds.), El trabajo de cuidados. Historia, teoría y políticas, Catarata, 2011, p. 359-389.

BLOFIELD, Merike, Care Work and Class. Domestic Workers’ Struggle for Equal Rights in Latin America, University Park, The Pennsylvania State, The University Press, 2012, 200 p.

BRYCESON, Deborah, VUORELA Ulla, The Transnational Family: New European Frontiers and Global Networks, Bloomsbury Academic, 2002, 276 p.

CAMACHO, Gloria, Mujeres Migrantes: trayectoria laboral y perspectiva de desarrollo humano, Quito, CLACSO–IEE, 2009, 270 p.

CARCEDO CABAÑAS, Ana, CHAVEZ GROH, María José, LEXARTZA, Larraitz, Cadenas globales de cuidados: El papel de las migrantes nicaragüenses en la provisión de cuidados en Costa Rica, ONU Mujeres, San José, 2011, 168 p.

CARRILLO, María Cristina, “Fotos de familia. Los usos privados de las fotografías entre familias transnacionales ecuatorianas. El caso de la migración hacia España”, en Herrera, J. Ramírez, L. (coord.) América Latina Migrante: Estado, familia, identidades, FLACSO Ecuador- Ministerio de Cultura, Quito, 2008, p. 281-302.

CHANEY, Elsa, CASTRO, Mary (ed.), Muchachas No More, Philadelphia, Philadelphia University Press, 1989, 520 p.

CERRUTTI, Marcela, MAGUID, Alicia, “Migrantes Sudamericanos en España: Tendencias Recientes y perfil de sus migrantes”, Cuadernos Migratorios n°1, Organización Internacional para las Migraciones. Buenos Aires, OIM, Oficina Regional para América del Sur, 2011.

CERRUTTI, Marcela, MAGUID, Alicia, Salud y Migración Internacional Mujeres Bolivianas en la Argentina, Buenos Aires, Fondo de Población de las Naciones Unidas, UNFPA, Centro de Estudios de Población, CENEP, 2011, 148 p.

CERRUTTI, Marcela, MAGUID, Alicia, “Gender and Intra-regional regional migration in South America”, Human Development Research Papers 2009/12. United Nations Development Programme, 2009. http://hdr.undp.org/en/reports/global/hdr2009/papers/

CERRUTTI, Marcela, MAGUID, Alicia, GAUDIO Magali, “Gender differences between Mexican migration to the United States and Paraguayan migration to Argentina”, en DONATO, Katherine, HISKEY, Jonathan, DURAND, Jorge, MASSEY, Douglas, D.S.  Continental Divides:  International Migration in the Americas, The Annals of the American Academy of Social and Political Science, 2010 p. 93-113.

COLECTIVO IOE, Mujer, inmigración y trabajo, Madrid, Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, 2001, 520 p.

CORTES, Geneviève, “La fabrique de la famille transnationale. Approche diachronique des espaces migratoires et de la dispersion des familles rurales boliviennes”, en La Famille Transnationale dans tous ses états, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, n°57/58, 2011, p. 95-110.

COURTIS, Corina, PACCECA, María Inés, “Género y trayectoria migratoria: mujeres migrantes y trabajo doméstico en el área metropolitana de Buenos Aires”, Papeles de Población, Vol., 16, n° 63, enero-marzo 2010, p. 155-185.

DOBRÉE, Patricio, SOTO, Clyde, GONZALEZ, Myriam, La migración femenina paraguaya en las cadenas globales de cuidados en Argentina: Transferencia de cuidados y desigualdades de género ONU Mujeres, Asunción, 2012, 272 p.

ESPINOZA Z., Ana Isabel, GAMBOA, Marbel, GUTIERREZ, Martha Olivia, CENTENO Rebeca, La migración femenina nicaragüense en las cadenas globales de cuidados en Costa Rica: Transferencia de cuidados y desigualdades de género, ONU Mujeres, Managua, 2012, 153 p.

FLORES-GONZÁLEZ, Nilda, GUEVARRA, Anna Romina, TORO-MORN, Maura, CHANG, Grace, Immigrant Women Workers in the Neoliberal Age, University of Illinois Press, Urbama Chicago and Springfield, 2014, 301 p.

FRANCKE, Marfil, “Género, clase y raza: la trenza de la dominación”, en DEGREGORI, Carlos Iván (eds.) Tiempos de ira y de amor, Lima, DESCO, 1990, 246 p.

FREIER, Luisa F., Migrantes extracontinentales en América del Sur: estudio de casos. Cuadernos migratorios, n°5, Ginebra, OIM, 2013, 187 p.

GILL, Lesley, Precarious Dependencies: Gender, Class, and Domestic Service in Bolivia, Columbia University Press, 1994, 175 p.

GOLDSMITH, Mary, “Disputando fronteras: la movilización de las trabajadoras del hogar en América Latina”, Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 14 | 2007, consultado el 08 agosto 2015. URL: http://alhim.revues.org/2202

GOLDSMITH MARY, “De sirvientas a trabajadoras: el lugar del trabajo doméstico en la ciudad de México”, Debate Feminista, Año 9, Vol. 17, 1998, p. 85-96.

HERRERA, Gioconda, Lejos de tus pupilas. Familias transnacionales, cuidados y desigualdad social en Ecuador, ONU Mujeres-FLACSO, 2013, 162 p.

HERRERA, Gioconda, “Gender and International Migration: Contributions and Cross Fertilizations”, Annual Review of Sociology, Vol. 39, 2013ª, p. 471-489.

HERRERA, Gioconda, “Más allá de los cuidados. Revisitando la relación entre género, migración y desarrollo a partir de la experiencia de la migración andina”, E-DHC, Quaderns Electrònics sobre el Desenvolupament Humà i la Cooperació, nº 1, 2013b, p. 22-37.

HERRERA, Gioconda, “Género y migración internacional en la experiencia latinoamericana. De la visibilización del campo a una presencia selectiva”, Revista Política y Sociedad, Universidad Complutense de Madrid, Vol. 49, n°1, 2012ª, p. 35-46.

HERRERA, Gioconda, “Starting Over Again? Crisis, Gender, and Social Reproduction Strategies among Ecuadorian Migrant Families in Spain”, Feminist Economics, 18(2), April 2012b. Special Issue: Gender and International Migration, Routledge, Taylor and Francis, 2012, p. 125-148.

HERRERA, Gioconda, “Stratified workers/Stratified mothers. Migration policies and citizenship among Ecuadorian immigrant women”, en CHAVKIN Wendy, MAHER JaneMaree (Eds.), The globalization of motherhood deconstructions and reconstructions of biology and care. London and New York, Routledge, 2010, 288 p.

HERRERA, Gioconda, “States, Work and Social Reproduction through the Lens of Migrant Experience: Ecuadorian Domestic Workers in Madrid”, en BAKKER, Isabella, SILVEY, Rachel, Beyond States and Markets. The Challenges of Social Reproduction, London and New York, Routledge, 2008, 206 p.

HERRERA, Gioconda, CARRILLO, Maria Cristina, “Transformaciones familiares en la experiencia migratoria ecuatoriana. Una mirada desde los contextos de salidayournal of Contemporar eriencia 2010.ptions spatiales et repebra:OIM, 2013.”, en CORTES, Geneviève, MIRET, Naïk (eds.), Dialogues transatlantiques autour des migrations latino-américaines en Espagne, Revue des Mélanges de la Casa Velasquez, 39(1), 2009.

HONDAGNEU-SOTELO Pierrette, “Gender and Migration Scholarship: An Overview from a 21th Century Perspective”, Migraciones Internacionales, Vol. 6, n°1, 2006, p. 219-233.

HOSCHSCHILD, Alice, “Global Care and Chains and Emotional Surplus Value”, en HUTTON Will, GIDDENS Anthony (ed.), On the Edge: Living with Global Capitalism, London, Jonathan Cape, 2000, p. 130-146.

KUSNESOF, Elizabeth, “A History of Domestic Service in Latin America”, en CHANEY, Elsa, CASTRO, Mary (eds), Muchachas No More. Household Workers in Latin America and the Caribbean, Philadelphia,Temple University Press, 1989, 520 p.

LEDO, Carmen, “Múltiples arreglos del hogar transnacional en la ciudad de Cochabamba”, Migración y Crisis Global. Europa-América Latina: nuevas estrategias, nuevas desigualdades. Revista Cidob d'afers internacionals, n° 106/107, Barcelona, 2014, p.105-128.

LUTZ, Helen, PALENGA-MOLLENBECK, Ewa, “Care, gender and migration: Towards a theory of transnational domestic work migration in Europe”, Journal of Contemporary European Studies, 19(3), 2011, p. 349-364.

MALHER, Sarah, PESSAR, Patricia, “Gender Matters: Ethnographers  Bring  Gender  from  the  Periphery  Toward  the  Core  of  Migration Studies”, International  Migration  Review, Vol.  40 (1), 2006, p. 28-63.

MARCELINO, Pedro, CERRUTTI, Marcela, “Recent African immigration to South America: The Cases of Argentina and Brazil in the Regional Context”, en MARTINEZ PIZZARO, Jorge, REBOIRAS, Leandro (Eds.) Development, Institutional and Policy Aspects of International Migration Between Africa, Europe and Latin America, Santiago, Chile, Economic Commission for Latin America and The Caribean, ECLAC, 2012, 215 p.

MARTÍNEZ BUJÁN, Raquel, “¡El trabajo doméstico cuenta! Características y transformaciones del servicio doméstico en España”, Migraciones. Revista del Instituto Universitario de Estudios sobre Migraciones, Madrid, Universidad de Comillas, n°36, 2014, p. 275-305.

MARTÍNEZ BUJÁN, Raquel, Bienestar y Cuidado: el oficio del cariño. Mujeres inmigrantes y mayores nativos, Madrid CSIC, 2010, 327 p.

MARTÍNEZ PIZZARO, Jorge, El mapa migratorio de América Latina y el Caribe, las Mujeres y el género, CELADE-UNFPA serie Población y Desarrollo n° 44, 2003, 95 p.

MARTÍNEZ PIZZARO, Jorge, CANO CHRISTINY, Veronica, SOFFIA CONSTRUCCI, Magdalena, Tendencias y patrones de la migración Latinoamericana y Caribeña hacia 2010 y desafíos para una agenda regional, Santiago, CEPAL, serie Población y Desarrollo, n°109, 2014, 72 p.

MICHEL, Aurélia, PRUNIER, Delphine, FARET, Laurent, « Familles migrantes et ancrages locaux au Mexique: trajectoires et patrimoines migratoires dans la région de Tehuantepec », La Famille Transnationale dans tous ses états, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, n° 57/58, 2011, p.77-94.

MOLANO, Adriana, ROBERT, Elizabeth, GARCÍA, Mar, Cadenas globales de cuidados. Síntesis de resultados de nueve estudios en América Latina y España, Santo Domingo, ONU Mujeres, 2012, 60 p.

MOSCOSO, María Fernanda, Biografía para el uso de los pájaros. Memoria, infancia y migración, Editorial IAEN, Quito, 2013, 335 p .

MOSER, Caroline, Gente del Barrio, vidas extraordinarias. Activos y reducción de la pobreza en Guayaquil, 1978-2004, Ediciones SUR, Santiago de Chile, 2010, 360 p.

PARREÑAS SALAZAR, Rachel, Servants of globalization: Women, migration and domestic work, Stanford, CA, Stanford University Press, 2001, 328 p.

PEDONE, Claudia, Estrategias migratorias y poder. Tú siempre jalas a los tuyos, Quito, Abya Yala, AECI, Plan migración, Comunicación y Desarrollo, 2006, 434p.

PÉREZ OROZCO, Amaia, Miradas globales a los cuidados y el desarrollo: ¿Por un derecho al cuidado? Santo Domingo, República Dominicana, INSTRAW, 2009, 17 p.

PÉREZ OROZCO, Amaia, Cadenas globales de cuidados. ¿Qué derechos para un régimen global de cuidado justo? Santo Domingo, INSTRAW, 2010, 45 p.

PÉREZ OROZCO, Amaia, LOPEZ GIL, Silvia, Desigualdades a flor de piel. Cadenas Globales de cuidado. Concreciones a nivel del hogar y articulaciones políticas, Santo Domingo, ONU Mujeres, 2011, 224 p.

PÉREZ SÁINZ, Juan Pablo, Mercados y Bárbaros. La persistencia de las desigualdades de excedente en América Latina¨, San José, FLACSO, 2014, 798 p.

RAZY, Élodie, BABY-COLLIN, Virginie, “Introduction”, La Famille Transnationale dans tous ses états, Autrepart. Revue de sciences sociales au Sud, n° 57/58, 2011, p. 7-21.

RIAÑO, Yvonne, “He’s the Swiss Citizen, I’m the Foreign Spouse: Transnational Marriages and the Impact of Family-Related Migration Policies on Social Integration and Gender Relations”, en KRALER Albert, KOFMAN Eleonore, KOHLI Martin, SCHMOLL Camille (Eds.), Gender, Generations, and the Family in International Migration, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2011, p. 265-283.

ROSAS, Carolina, Varones al son de la migración. Migración internacional y masculinidades de Veracruz a Chicago, El Colegio de México, Centro de Estudios Demográficos, Urbanos y Ambientales, 2008, 307 p.

SALAZAR, Cecilia, JIMENEZ, Elizabeth, WANDERLEY, Fernanda, Migración, cuidado y sostenibilidad de la vida, La Paz, ONU Mujeres, 2011, 168 p.

SANCHÍS, Norma, RODRIGUEZ, Corina, Cadenas Globales de Cuidado. El papel de las migrantes paraguayas en la provisión de cuidados en Argentina, ONU Mujeres, Buenos Aires, 2011, 69 p.

SASSEN, Saskia, Los espectros de la globalización, México, Fondo de Cultura Económica, 2003, 273 p.

STEFONI, Carolina, “Migración, género y servicio doméstico. Mujeres Peruanas en Chile”, en VALENZUELA Maria y MORA Claudia (editoras) Trabajo doméstico: un largo camino hacia el trabajo decente, Santiago, Chile, OIT, 2009, 301 p.

SILVEY, Rachel, “Consuming the Transnational Family: Indonesian migrant domestic workers to Saudi Arabia”, Global Networks 6(1), 2006, p. 23-40.

SKORNIA, Anna, Entangled Inequalities in Transnational Care. Practices across the Borders of Peru and Italy. Transcript Verlag, Bielefield, 2014, 316 p.

TODARO, Rosalba, ARRIAGADA, Irma, Cadenas globales de cuidados: el papel de las migrantes peruanas en la provisión de cuidados en Chile, ONU Mujeres, Santiago de Chile, 2011, 169 p.

TORRES, Alicia, CARRASCO, Jesús, Al filo de la identidad. La migración indígena en América Latina, Quito, FLACSO – UNICEF–AECID, 2008, 164 p.

VÁSQUEZ, Jorge Daniel, Identidades en transformación. Migración y Juventud en Cañar, Quito, FLACSO–ARES Universidad de Lovaina y Lieja, 2014, 192 p.

YÉPEZ, Isabel, LEDO, Carmen, MARZADRO, Mirko, “Si tu veux que je reste ici, il faut que tu t’occupes de nos enfants ! Migration et maternité transnationale entre Cochabamba (Bolivie) et Bergame (Italie)”, La Famille Transnationale dans tous ses états, Autrepart, Revue de sciences sociales au Sud, n° 57/58, 2011, p.199-214.

YÉPEZ, Isabel, LEDO, Carmen, MARZADRO, Mirko, “Entre crisis, agencia y retorno: vulnerabilidad de las migrantes bolivianas en Italia”, Migración y Crisis Global. Europa-América Latina: nuevas estrategias, nuevas desigualdades. Revista Cidob d'afers internacionals, n° 106/107, Barcelona, 2014, p. 129-150.

Inicio de página

Notas

1 Voir par exemple Hondagneu Sotelo, 2011 ; Herrera 2012a, 2013a ; Malher et Pessar, 2006 ; Benería, Kabeer, Deere, 2012.

2 En effet, dans les bilans précédents, il est possible de percevoir une certaine sélectivité des sujets au sein du champ d’études, au détriment d’autres qui demeurent peu étudiés (Herrera, 2012). Ainsi, par exemple, le travail domestique, par rapport aux migrations du travail, a été l’un des sujets privilégiés dans l’analyse de l’expérience migrante féminine, aux dépens d’autres formes de travail informel ou de la migration qualifiée. Aussi, les travaux sur la sexualité ou sur l’âge comme étant des dimensions d’importance au moment de penser l’hétérogénéité des migrations et les changements dans les relations de genre restent toujours rares (Herrera, 2012 ; Martínez, Pizarro, Cano et Soffia, 2014). Enfin, le lien entre l’expérience migratoire et l’exercice des droits et la citoyenneté des femmes en Amérique Latine a été jusqu’à présent peu exploré (Herrera, 2013a et 2013b).

3 Plusieurs de ces études ont fait partie du projet de l’ONU Femmes intitulé Femmes latino-américaines dans les chaînes de soins, dont la finalité a été de comprendre la configuration des chaînes globales dans les circuits migratoires Sur-Sud et Sud-Nord. Une synthèse des résultats se trouve dans Molano, Robert et García (2012). À partir de ces études, des propositions concernant des politiques autour de ce qui a été appelé le droit au soin ont été lancées (Pérez Orozco, 2011).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Gioconda Herrera, « Travail domestique, soins et familles transnationales en Amérique Latine : réflexions sur un champ en construction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 23 mayo 2017. URL : http://alhim.revues.org/5436

Inicio de página

Autor

Gioconda Herrera

FLACSO Ecuador
Professeure du département de sociologie et d'études de genre de la Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales- Siège Equateur. Elle consacre ses recherches et ses publications à l'étude des migrations internationales depuis et vers l'Amérique latine dans une perspective féministe. gherrera@flacso.edu.ec

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org