Navegación – Mapa del sitio
Partir

Migrations féminines et transformations de l’emploi domestique dans la Bolivie d’Evo Morales

Sophie Blanchard

Resúmenes

Les femmes boliviennes migrent de plus en plus, tant à l’intérieur de la Bolivie que vers l’Argentine et l’Espagne: ces migrations constituent une ressource économique croissante à l’échelle nationale. Beaucoup de ces migrantes exercent des emplois domestiques: en Espagne, migrantes de classes populaires et de classes moyennes partagent des expériences et des conditions de travail similaires. Dans le même temps, le statut des travailleuses domestiques en Bolivie a connu des améliorations: en 2003 une loi réglementant le travail domestique a été adoptée, et depuis 2005 les gouvernements d’Evo Morales ont pris des mesures symboliques en faveur des travailleuses domestiques. Ce travail pose la question des liens entre l’accroissement et la diversification des migrations féminines de travail, et la persistance des discriminations que subissent les travailleuses domestique en Bolivie.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Source : Banque mondiale.
  • 2 Source : Institut national de la statistique de Bolivie, résultats du recensement de 2012.

1Les migrations féminines de travail s'affirment comme une ressource économique importante dans les pays du Sud (Falquet, 2010), et tout particulièrement en Bolivie, où les remises des émigrés s'élèvent à plus d'1,1 milliard de dollars en 2012 et représentent 5,8% du PIB du pays1. Parmi les 562 mille personnes qui ont émigré entre 2001 et 2012, 50,9% sont des femmes2. Cette croissance de l’émigration féminine de travail, qui se retrouve dans d’autres contextes latino-américains mais aussi asiatiques, au Kerala par exemple (Percot, 2014), est souvent liée à l'emploi domestique, à l'échelle nationale comme internationale (Cossée, 2012 ; Destemeau et Lautier, 2002 ; Drouilleau, 2009-1 ; Oso, 2007). Le déploiement de nouveaux champs migratoires féminins est en effet largement stimulé par les opportunités d'emploi dans le secteur du care, phénomène particulièrement lisible aux Philippines (Debonneville, 2014) et en Amérique latine (Oso, 2009). Beaucoup de migrantes – y compris dans le contexte bolivien - deviennent les initiatrices des migrations familiales et/ou les pourvoyeuses qui, en envoyant en Bolivie une partie de leur salaire, maintiennent les économies familiales transnationales (Yepez, 2011).

2Ces dynamiques migratoires, cependant, sont aussi à mettre en relation avec les contextes nationaux. En Bolivie, en effet, le statut des travailleuses domestiques a connu des améliorations, tout d’abord grâce à l'adoption d'une loi en 2003 réglementant le travail domestique. Puis, dans le contexte du gouvernement d’Evo Morales en place depuis une dizaine d’années, une reconnaissance du rôle politique des travailleuses domestiques boliviennes a été amorcée en 2006 avec la nomination de Casimira Rodriguez Romero, ancienne dirigeante de la Fédération nationale des travailleuses domestiques, au poste de ministre de la Justice.

3Cette évolution fait écho au fait que l'emploi domestique, exercé en majeure partie par des femmes ethnicisées et racialisées, indiennes venant des campagnes (Blanchard, 2014-1), est très dévalorisé en Bolivie, comme dans le reste de l’Amérique latine (Drouilleau, 2009-1 et 2 ; Durin, 2014). Dans la société bolivienne, où les catégorisations ethniques jouent un rôle important (Barragán, 2006 ; Stefanoni, 2010), les hiérarchies sociales s'appuient sur un fort soubassement ethnique (Verdo et Vidal, 2012). Celles-ci donnent l’ascendant aux citadins sur les ruraux et valorisent les descendants des immigrants européens au détriment des peuples indigènes. Or les hiérarchies et les catégorisations connaissent des recompositions importantes du fait de l’émergence, depuis une trentaine d’années, dans les quartiers populaires des grandes villes, d’une classe moyenne qui s’identifie comme métisse (Barragán, 2006).

4Ainsi, les processus en cours invitent à interroger l’évolution de la place des travailleuses domestiques dans les hiérarchies sociales et professionnelles en Bolivie. Les politiques en faveur des travailleuses domestiques menées depuis dix ans laissent entrevoir des améliorations de leur condition de travail, au moment même où le recours à l’emploi domestique se fait plus fréquent pour les femmes de classe moyenne qui migrent à l’étranger. Des phénomènes de discrimination persistent néanmoins. Comment dès lors se recomposent les trajectoires des femmes migrantes et leur modalité d’insertion dans le secteur de la domesticité ? L’emploi domestique est-il aujourd’hui moins dévalorisé ? Quels sont le vécu et les perceptions des différents acteurs impliqués dans la filière de l’emploi domestique ?

5Cette contribution se base sur les apports de plusieurs enquêtes de terrain menées en Bolivie et à Barcelone depuis 2002. Je mobilise une série d’entretiens conduits dans différents contextes :

    • 3 Les syndicats de travailleuses domestiques des différentes villes boliviennes sont rassemblés depui (...)

    en Bolivie, auprès d'une quinzaine de membres du syndicat des travailleuses domestiques de Santa Cruz de la Sierra3, entre 2002 et 2004;

  • en Bolivie, auprès de six membres des syndicats de travailleuses domestiques de La Paz et de onze gérants ou employés d’agences d’emploi situées dans le centre de La Paz et dans les quartiers aisés de la Zone sud en 2013 ;

  • en Espagne, auprès de familles de commerçants boliviens installés dans l'agglomération de Barcelone, dans la commune de L'Hospitalet de Llobregat, en 2012-2013. Cette enquête n'avait pas pour objet le travail domestique. Les entretiens portaient sur les parcours migratoires des commerçants: le recours à l'emploi domestique, au début de l'installation en Espagne, était un motif récurrent de leurs parcours migratoires.

6Dans un premier temps, je situerai l’emploi domestique dans les différents contextes migratoires que connaissent les femmes boliviennes, puis j'analyserai les évolutions du statut des travailleuses domestiques, entre reconnaissance professionnelle et discriminations. Enfin, j'interrogerai la dimension politique du travail domestique, entre reconnaissance de droit et discriminations de fait.

Les trajectoires migratoires des femmes boliviennes, au Sud et au Nord : contextes migratoires de l'emploi domestique

7Les migrations féminines ne sont pas chose nouvelle en Bolivie, mais depuis une vingtaine d'années elles ont changé à la fois d'ampleur et d'échelle : les champs migratoires des femmes boliviennes se sont étendus et diversifiés. Alors qu'existent toujours des flux importants de migration interne des campagnes vers les villes, les femmes boliviennes migrent de plus en plus vers les pays émergents voisins, l'Argentine et le Brésil. Elles se dirigent également vers les pays du Nord, les Etats-Unis d’abord, puis l'Espagne. Nombre de ces femmes travaillent encore aujourd’hui comme domestiques, surtout dans les grandes villes, de Santa Cruz à Buenos Aires et Barcelone. En Bolivie, on comptait au recensement de population de 2012, environ 70 000 travailleuses domestiques (précisons cependant qu’il est difficile de connaître le nombre réel de ces femmes qui travaillent comme domestiques, dans la mesure où l'emploi domestique fait l'objet d'une sous-déclaration considérable).

8A La Paz et Santa Cruz où ont été menées les enquêtes, ce sont les jeunes migrantes venues des campagnes qui constituent traditionnellement la main-d’œuvre domestique (Gill, 1994, Peñaranda, 2006). En Bolivie, la transition urbaine, qui a conforté les élites citadines et permis l'émergence d'une classe moyenne, a engendré de grands écarts socio-économiques. Le développement d'une demande croissante de main-d'œuvre domestique s'inscrit dans un contexte de rapports sociaux inégalitaires. Le travail domestique peut alors être interprété comme une première expérience migratoire citadine à laquelle se confrontent les jeunes paysannes. Celles-ci correspondent aux exigences d’une partie des employeurs, désireux d’embaucher de jeunes femmes inexpérimentées et perçues comme malléables, plus faciles à « éduquer » (Peñaranda, 2006, p. 56), ce dont témoigne un entretien mené à La Paz en août 2013.

Dans le centre, beaucoup de patronnes préfèrent embaucher de très jeunes femmes de 15/16 ans, pour leur apprendre à faire les choses à leur manière, leur apprendre à faire le ménage et la cuisine comme il faut, alors que les femmes plus âgées, elles ont déjà leur manière de faire, c’est dur de les faire changer. (Entretien avec M., gérant d’une agence de petites annonces, c. Buenos Aires dans le centre marchand de La Paz, août 2013).

9Cependant, le travail domestique n’est pas forcément une activité temporaire : pour nombre de ces migrantes venant des campagnes, cela se convertit en un métier de long terme (Bunster et Chaney, 1985). C’est par exemple le cas de L.

- L. a une trentaine d’années et vient d’une communauté près de Tiwanacu. Elle a quitté la campagne à 14 ans pour travailler, parce qu’elle avait beaucoup de frères et sœurs et que leurs parents avaient du mal à les nourrir, et a commencé à travailler comme employée de maison à 17 ans (entretien, La Paz, syndicat Max Paredes, (2013).

10En réalité, la migration interne de ces femmes s’inscrit dans une trajectoire migratoire plus large, qui dépasse les frontières nationales. Le travail domestique, en effet, est également un des éléments moteurs des migrations féminines entre la Bolivie et les pays émergents voisins, le Brésil et l'Argentine. Il y est un des secteurs majeurs d'emploi des femmes migrantes, mais un secteur parmi d'autres niches d'emplois précaires et peu qualifiés (Baby-Collin et Sassone, 2015). Les fabriques textiles emploient également une importante main d’œuvre féminine, en Argentine depuis la crise de 2001 (Bastia, 2007 ; Baby-Collin et Sassone, 2015) comme au Brésil (Souchaud, 2012 ; Vidal, 2012) ; les marchés argentins sont aussi un secteur d’emploi ouvert aux femmes boliviennes commerçantes (Brassamin et Baby-Collin, 2012). Le travail domestique offre des possibilités d’emploi attractives pour des femmes qui migrent seules et qui tentent d’épargner afin de se constituer un capital. En acceptant d’être logées chez leurs employeurs, elles peuvent économiser le paiement d’un loyer et maximiser leur épargne, dans un contexte de différentiel de salaire marqué entre la Bolivie et l’Argentine. L’emploi domestique constitue donc un choix économique rationnel, comme l’illustre le parcours de B., membre du syndicat des travailleuses domestiques de Santa Cruz en 2003-2004.

B. est née dans une communauté de l’Altiplano au milieu des années 70. Avant d’arriver à Santa Cruz, elle a effectué un parcours de domestique professionnelle complexe et transnational. Après avoir travaillé comme « bonne à tout faire » chez des parents à La Paz alors qu’elle avait une douzaine d’années, elle a passé son adolescence au Brésil, à proximité de la ville bolivienne de Guayaramerin, où elle a appris le métier de travailleuse domestique. Elle est ensuite revenue en Bolivie, a travaillé un temps à La Paz, et est partie à la fin des années 90 en Argentine, à Buenos Aires, rejoindre son frère et sa belle-sœur. Elle a d’abord tenté de travailler dans une fabrique textile, et a abandonné rapidement cet emploi mal payé qui impliquait de très longues heures de travail et des conditions de logement indignes sur le site même de la fabrique ; elle a ensuite trouvé une place de travailleuse domestique. A la fin des années 90, elle est rentrée en Bolivie pour prendre soin de sa mère souffrante et a ensuite trouvé une nouvelle place à Santa Cruz (entretien, Santa Cruz, syndicat, 2004).

  • 4 Le travail du care comprend les activités du soin à autrui au domicile ou en institution : garde d’ (...)

11Les migrantes qui se dirigent vers les pays du Nord ont elles aussi fréquemment recours à l'emploi domestique. Tant aux Etats-Unis qu’en Europe, les migrantes boliviennes, et plus généralement latino-américaines, tendent à travailler dans le secteur des services aux particuliers (Ehrenreich et Hoschchild, 2003). Depuis le début des années 2000, de nouveaux champs migratoires sont apparus, et d’importants flux migratoires, en majorité féminins, se sont dirigés vers l’Espagne, mais aussi secondairement vers l’Italie et la Suisse. Les femmes ont joué un rôle pionnier dans ces flux migratoires. L’Espagne, jusqu'à la crise de 2008, a attiré un grand nombre de femmes migrantes qui composaient d'ailleurs la majorité de ce courant migratoire (en Espagne résidaient en 2015 plus de 100 000 femmes nées en Bolivie). C’est dans le travail du care4, et de secteurs que l'on peut rapprocher de l'emploi domestique au sens plus large (ménage, garde d'enfants, garde de personnes âgées, dans les collectivités ou au domicile des employeurs), qu’elles trouvent à s’employer (Baby-Collin, 2014 ; Escriva, et Skinner, 2008 ; Oso, 2007 ; Yepez, 2011). Elles jouent alors souvent le rôle de pionnières des chaînes migratoires familiales, comme l’illustre l’exemple de S., commerçant bolivien installé dans la ville de L’Hospitalet de Llobregat, dans la banlieue de Barcelone.

La sœur de S. a initié la migration familiale vers Barcelone en 2004. Lorsqu’elle est revenue en visite en Bolivie en 2005, elle a convaincu la femme de S. de partir avec elle pour l’Espagne. S. a rejoint sa femme en 2006, en confiant leur fille de six ans à l’une de ses sœurs résidant à La Paz. Ils ont ensuite pu faire venir leur fille grâce aux procédures de regroupement familial. Un des frères de S. et plusieurs cousins et neveux sont arrivés à Barcelone à la même époque. Le couple, originaire de Sucre, résidait à La Paz avant de partir en Espagne. Ils appartiennent à la petite classe moyenne intellectuelle, et ont tous deux fait des études supérieures. S. et sa femme ont d’abord travaillé dans le secteur du service aux particuliers, gardant des enfants et des personnes âgées. S. a aussi travaillé comme peintre en bâtiment et comme déménageur, avant d’ouvrir un commerce dans la commune de L’Hospitalet de Llobregat. Sa femme a trouvé un emploi d’aide-soignante dans un centre d’accueil pour personnes handicapées. (Entretien avec S., L’Hospitalet de Llobregat, 2013).

12On peut voir, à travers cet exemple, le rôle moteur des femmes dans les migrations des pays andins vers l’Espagne, et la place du travail du care, compris au sens large, dans l’insertion des migrants, hommes et femmes, sur le marché du travail local (Guyagua, 2010, Oso, 2007). Les migrantes de classe moyenne éduquées ont fréquemment recours à l’emploi domestique (Baby-Collin, 2014 ; Baby-Collin et Sassone, 2015). Certes, la crise économique de 2008 a entraîné de nombreux départs de migrants, mais le secteur de l'emploi domestique semble avoir été moins affecté que certains secteurs d'emploi plus masculins comme la construction (Yepez et al., 2011). Dans le cas de S. et de sa femme, le travail domestique n’a constitué qu’une étape au sein de leur parcours migratoire et professionnel : celle, incertaine et difficile, des débuts de la migration (Baby-Collin, 2014). Ils ont ensuite eu un parcours professionnel ascendant, fréquent chez les migrants de classe moyenne, S. accédant au statut d’entrepreneur, et sa femme à une forme de travail plus sécurisée et plus contractualisée que le travail domestique auprès des particuliers.

13Les emplois de travailleuses domestiques logées chez les employeurs permettent ainsi aux femmes migrantes d’avoir un premier point de chute et d’épargner afin de faire venir en Espagne leurs conjoints et leurs enfants (Oso, 2009). Ces premiers emplois jouent un rôle de tremplin pour lancer un processus de regroupement familial et accéder à un logement indépendant. Pour une partie des jeunes migrantes rurales arrivant dans les grandes villes boliviennes, le travail domestique peut également être une étape dans un parcours professionnel et matrimonial –certaines retournent ensuite dans leur communauté et utilisent l’argent épargné grâce à leur travail pour ouvrir un commerce ou finir leurs études (Cortes, 2000), d’autres restent en ville mais changent de statut en devenant par exemple vendeuses sur les marchés (Bunster et Chaney, 1985). La mise en couple et le premier enfant jouent souvent le rôle de point de bascule entre le travail domestique et l’entrée dans d’autres secteurs professionnels. L’emploi domestique peut donc être lu comme une étape, mais il correspond aussi à un statut particulier dans la société bolivienne où la condition domestique est historiquement dévalorisée.

Les travailleuses domestiques entre reconnaissance professionnelle et discriminations

14Dans les villes boliviennes, les travailleuses domestiques migrantes, identifiées comme de jeunes femmes, indiennes, paysannes et peu instruites, sont prises dans un système de rapports de domination, qui les place tout en bas d’une échelle sociale basée sur la supériorité des villes sur les communautés paysannes indigènes. Ces hiérarchies reflètent une forme de « colonialisme interne » dénoncé par les intellectuels qui analysent la société bolivienne dans une approche postcoloniale (Rivera, 2012 ; Stefanoni, 2010). Le travail domestique effectué par les jeunes paysannes est alors interprété par les employeurs des classes moyennes et supérieures comme une occasion de les "éduquer" (Peñaranda, 2007), voire de les "domestiquer" (Stephenson, 1999).

15Ce schéma doit cependant être nuancé pour plusieurs raisons. D’une part, l’accroissement de l’accès à la scolarisation secondaire et l’urbanisation de la société bolivienne rendent moins fréquent le cas des jeunes domestiques arrivant en ville seules, peu instruites et vulnérables. D’autre part, les enquêtes menées à La Paz en 2013 laissent entrevoir une professionnalisation du métier de domestique. Certaines femmes venues des campagnes parviennent à construire une carrière de domestique dans les villes où elles ont migré ; pour elles, l'emploi domestique n'est plus une étape mais un métier, et elles peuvent connaître des formes de mobilité professionnelle ascendante au sein même du service domestique, après de longues années d'apprentissage. Les entretiens conduits dans une demi-douzaine d’agences d’emploi du centre de La Paz et des quartiers résidentiels plus aisés de la Zone sud montrent que les employeurs de classes supérieure et moyenne supérieure recherchent de plus en plus des domestiques qualifiées et expérimentées. Les emplois les plus valorisés et les mieux payés sont donc souvent réservés à des travailleuses domestiques pouvant justifier d’une expérience professionnelle, de références de leurs anciens employeurs, et de compétences spécifiques, souvent certifiées par des cours de formation professionnelle. C’est notamment le cas des emplois de cuisinières et de gardes d’enfants (il est toutefois difficile de mesurer la part de cette "élite" qui travaille au service des employeurs les plus fortunés). On observe une importante diversification des profils de travailleuses domestiques, signe d'une transformation de la condition domestique (Blanchard, 2014-2). Le parcours professionnel de A., une des fondatrices du syndicat San Pedro à La Paz, donne à voir un exemple de carrière de domestique.

A est arrivée à La Paz au cours des années 80. Elle a grandi dans une communauté rurale de l’Altiplano, dans la province de Pacajes, près de Coro Coro, au sud-ouest du département de La Paz. Elle est partie pour gagner de l’argent afin d’aider sa famille, et travaille depuis comme domestique. Ses premiers emplois ont été difficiles, elle s’est sentie exploitée et mal considérée par ses employeurs. Elle a aujourd’hui une cinquantaine d’années, et est au service de la même famille de San Miguel, dans les beaux quartiers de la ville, depuis vingt-sept ans. Grâce aux informations glanées au syndicat, elle a pu négocier son salaire à la hausse. Elle raconte que ses relations avec ses employeurs ont évolué au fil du temps : « La patronne était méchante au début. Mon fils aîné est né là-bas, et j’ai dû continuer à travailler comme avant, la patronne, elle n’a pas eu d’enfant, alors elle ne savait pas de quoi il avait besoin, elle ne comprenait pas. Son mari était médecin, gynécologue, professeur à la faculté, il me défendait, il lui disait « là tu exagères ». Et alors ils se disputaient, elle lui disait : « mais pourquoi est-ce que tu la défends ? » Il a pris sa retraite et il est mort en 1993, la señora a eu une rente, et elle vit de ça. Elle a changé, elle me laisse du temps ; elle me laisse prendre des heures pour aller au collège par exemple ; et après je compense, avant elle ne voulait pas, elle me disait, « si tu veux travailler, travaille, sinon tu n’as qu’à t’en aller. Elle a mauvais caractère, mais sa famille est gentille avec moi. Ils me demandent de rester, ils me disent, « Adela, tu connais son caractère, qu’est-ce que tu dois supporter…». (entretien, La Paz, syndicat San Pedro, 2013).

16En dépit de ces évolutions et de la professionnalisation croissante du travail domestique, les travailleuses domestiques interrogées ressentent toujours fortement les discriminations et les rapports de domination qu'elles subissent. En Bolivie, les entretiens menés auprès de travailleuses domestiques du syndicat de la Zone sud et des syndicats Max Paredes et San Pedro, dans le centre-ville font état de discriminations perçues toujours très vivaces, tant de la part des employeurs que de la part des responsables des agences d’emploi spécialisées dans le travail domestique. Les employeurs sont perçus comme méprisants :

Les étrangers nous traitent bien, ils sont plus respectueux. Les Boliviens ne nous respectent pas, ils ont beau avoir fait des études, ils ont beau avoir de bons métiers, ils vont toujours nous humilier, nous rabaisser, et ils essaient toujours de rogner un peu, de baisser nos salaires. Mais certains sont bien quand même, sont respectueux (entretien de groupe, syndicat Max Paredes, 2013).

17Et les agences d’emploi sont accusées d’abuser de leur position pour tirer profit des femmes qui cherchent du travail, tout spécialement des jeunes femmes qui viennent d’arriver de la campagne :

  • 5 Les cholitas sont des femmes qui portent les vêtements typiques des femmes indiennes des Andes (cor (...)

[Les agences] elles continuent leur trafic. Tout le monde sait ce qui se passe mais on ne fait rien, personne ne veut les fermer, parce que c’est un moyen de gagner de l’argent, et ça les arrange bien. Elles nous imposent des formations, et pour cela elles nous prennent de l’argent, elles disent « tu ne sais rien faire, tu ne sais pas lire, tu es ignorante, il faut te former », et elles nous font payer. Elles font payer plus les cholitas5, les femmes de pollera. (Entretien de groupe, syndicat Max Paredes, 2013).

18Les agences d'emploi tirent parti de la professionnalisation du travail domestique et participent de la marchandisation des compétences des employées. Ces établissements, dont l’objectif est de mettre en contact employeurs et travailleuses domestiques, permettent aux employeurs (et plus souvent les employeuses) de diffuser une offre d’emploi que les responsables de l’agence proposent aux femmes en recherche d'emploi. Employeuse et employée se rencontrent et si les deux parties s'accordent sur les conditions de travail et le salaire, le contrat est signé. En choisissant les femmes auxquelles elles proposent des emplois, les agences, qui sont par ailleurs rémunérées par les employeurs, peuvent opérer une sélection qui profite aux femmes formées par leurs soins. En Bolivie, le statut des travailleuses domestiques, femmes migrantes andines racialisées, semble donc toujours perçu comme une source de traitements discriminatoires.

19En Espagne, les entretiens menés avec les migrants boliviens installés à Barcelone donnent à voir une image ambigüe de l'emploi domestique et plus largement du travail du care, qu'ils perçoivent à la fois comme un sacrifice témoignant de leur force et de leur courage et comme une activité dévalorisée marquant une position dominée. Les propos de S. plus bas participent d’une autocélébration des Latinos "durs à la tâche".

Ma femme travaille dans un centre pour les handicapés, pour des gens handicapés moteurs et mentaux, toutes sortes de handicaps, c’est un travail dur et qui demande de la force, et bien 95% des employés sont des Latinos, parce que le travail est dur, et il est payé, mais pas très bien. Les Latinos savent travailler, ils sont durs à la tâche. Je vais te dire, j’ai travaillé là-bas, l’agence d’intérim m’y a envoyé, je faisais les nuits, et bien ils n’envoyaient que des Latinos, et quand je leur ai demandé pourquoi, voilà ce qu’ils m’ont dit : les Espagnols, ils ne veulent pas aller là-bas, ils préfèrent toucher le chômage ou aller vivre chez leurs parents plutôt que de torcher des culs (entretien avec S., L’Hospitalet de Llobregat, 2013).

20Si les Boliviens sont ici reconnus pour leur pugnacité et leur capacité à s’adapter aux contraintes du marché du travail, l’image du travail domestique reste néanmoins largement dévalorisée. Cela s’inscrit dans un discours de la désillusion à l’égard d’une expérience espagnole au cours de laquelle nombre de migrants ont expérimenté des formes de déclassement social et professionnel. Dans un contexte de crise, les discriminations raciales croissantes qui sont dénoncées sur les marchés du travail et de l’immobilier se conjuguent avec l’expérience du travail domestique qui est perçue comme très dévalorisante par les migrants de classe moyenne. Des travaux menés à El Alto, auprès de familles de migrants partis en Espagne, montrent que les migrantes de retour sont parfois réticentes à raconter leurs expériences du travail domestique en Espagne (Guaygua, 2010). Les récits des migrantes qui reviennent en Bolivie enjolivent alors leurs conditions de travail. L’expérience de la condition domestique (Blanchard, 2014-1), longtemps réservée aux classes populaires, a été partagée par une partie des migrants - et surtout des migrantes - de classe moyenne qui se sont engagés dans la migration en Espagne. Cette expérience partagée ne semble cependant pas favoriser un renversement du stigmate qui affecte le travail domestique dans le nouvel Etat plurinational de Bolivie, en dépit des évolutions politiques récentes.

La dimension politique du travail domestique : entre reconnaissance de droit et discriminations de fait

21La situation des travailleuses domestiques boliviennes s’est pourtant, en droit et sur le papier, grandement améliorée depuis le début des années 2000. Une loi réglementant le travail domestique a été adoptée en 2003, au terme de longues années de revendications menées par les syndicats de travailleuses domestiques (loi 2450 du 9 avril 2003). Cette loi a été complétée en 2012 par la ratification de la Convention 189 de l’Organisation Internationale du Travail (loi 309 du 21 novembre 2012), qui permet aux travailleuses domestiques de bénéficier de l’assurance santé. De plus, Evo Morales, arrivé au pouvoir en 2005 avec le soutien des mouvements syndicaux et indigénistes, a pris deux mesures symboliques en faveur des travailleuses domestiques. Come déjà évoqué, lorsqu’il forme son premier gouvernement en 2006, Evo Morales choisit comme ministre de la justice Casimira Rodriguez Romero, dirigeante emblématique de la Fédération des travailleuses domestiques de Bolivie qui s’est illustrée dans la lutte pour la reconnaissance des droits des travailleuses domestiques. Autre mesure symbolique : l'instauration en 2006 du "jour de la travailleuse domestique" (décret suprême n°28655, 2006) ; chaque 30 mars, les travailleuses domestiques sont à l’honneur et bénéficient d’un jour de congé rémunéré, ce qui constitue une forme de reconnaissance de leur importance en Bolivie. Le contexte politique et législatif bolivien a donc évolué depuis l'arrivée au pouvoir d'Evo Morales : la lutte contre les discriminations à l’égard des populations indigènes a été renforcée, dans le cadre d'une politique volontariste qui a parfois été qualifiée de néo-indigénisme d’Etat (Rolland et Chassin, 2007).

22La portée réelle de ces avancées mérite d'être interrogée. Le récit de la lutte des travailleuses domestiques donne à voir les multiples obstacles rencontrés par les syndicats. Les pionnières du mouvement syndical rappellent l’hostilité des employeurs à la syndicalisation des travailleuses domestiques et évoquent de nombreux cas de travailleuses renvoyées parce qu'elles étaient syndiquées. Les revendications des travailleuses domestiques avaient été particulièrement mal accueillies par les milieux politiques traditionnels issus de l'élite créole, comme l’illustre le récit qui suit :

Quand on a demandé le congé maternité, et le droit pour les travailleuses domestiques d’avoir un bébé, de fonder une famille, sans être renvoyées, sans perdre leur emploi, quand on a réclamé ce droit au parlement, une députée nous a répondu qu’il faudrait stériliser les travailleuses domestiques (entretien avec A., La Paz, syndicat San Pedro, 2013).

  • 6 “Los grandes machos de la ley han visto arrebatado su espacio”, entretien pour Pagina 12, 19 mars 2 (...)

23La nomination au poste de ministre de la justice de Casimira Rodriguez n'a pas résisté à cette hostilité et n'a été in fine qu'un geste symbolique, car elle a été remplacée au bout d’un an, après avoir été en butte à l'hostilité des juges, du collège des avocats, et de certains de ses subordonnés6. Cette éviction est interprétée comme une forme de rejet par la secrétaire exécutive de la Fédération des travailleuses domestiques :

Il y avait beaucoup de rejet, de la part des employeurs de la classe supérieure. Une travailleuse domestique au ministère de la justice, ça ne leur plaisait pas. Ils disaient, qu’est-ce qu’elle peut bien connaître de la justice, elle est domestique, pas avocate. Pour nous, c’est une forme de reconnaissance (entretien avec Prima Ocsa, secrétaire exécutive de la FENETRAHOB, août 2013).

24Ces différentes mesures s’inscrivent de surcroît dans un contexte d’indifférence, voire d’hostilité des employeurs qui, pour une partie, ignorent certaines de ces avancées – c’est notamment le cas du salaire minimum, qui n’est pas toujours respecté. Les agences d’emploi proposent des postes en-deçà de ce salaire minimum en utilisant des biais : il semble fréquent de voir des offres de travail "à temps partiel" qui, en termes de nombre d’heures de travail, correspondent en réalité à des temps complets. Les employeuses de Sucre interrogées par K. Peñaranda se disent mécontentes devant le renchérissement du travail domestique qu’implique le salaire minimum, perçu comme une intrusion dans les relations entre employeurs et employées (Peñaranda, 2006). Ce salaire minimum est passé de 700 bolivianos en 2010 à 1200 bolivianos (environ 125 euros) en 2013 ; il a fortement augmenté depuis quelques années sous l'effet combiné de l'inflation et de la volonté du gouvernement de revaloriser les bas salaires. Les difficultés à faire appliquer la loi sont soulignées par les dirigeantes syndicales dont une partie de l’activité consiste à organiser des campagnes d’information sur les droits des travailleuses domestiques, par voie de presse et au moyen de stands d’informations sur les marchés et dans les gares routières.

  • 7 Ces annonces sont disponibles sur le site de la Fédération nationale des travailleuses domestiques (...)

Il n’y a pas de suivi de l’application de la loi, ni de diffusion de la loi par les autorités. L’administration est faible. Alors c’est nous, le syndicat, qui la diffuse : on fait des annonces, à la radio7, à la télévision, dans les journaux, et aussi à travers notre bulletin. On organise aussi des stands d’information, dans les endroits où passent les travailleuses domestiques : les marchés, la Garita de Lima [en haut de la rue Max Paredes], dans la Zone sud, à la gare routière de Cochabamba, sur les marchés de Santa Cruz… On cherche des endroits populaires où se réunissent les travailleuses domestiques. Notre but aujourd’hui, c’est de faire respecter la loi (entretien avec Prima Ocsa, secrétaire exécutive de la FENETRAHOB, août 2013).

25Si les droits et les conditions de travail des travailleuses domestiques tendent à s’améliorer, il s’agit donc là d’un mouvement lent et progressif, qui n’en n’est qu’à son début. Le développement des syndicats permet à une partie des travailleuses non seulement de mieux connaître leurs droits, mais également de mettre en avant une nouvelle image de la profession domestique, dynamique et combattive, sur le modèle de ce qui a pu être observé au Brésil (Vidal, 2007 et 2009).

Conclusion

26En Bolivie, la permanence des discriminations perçues par les travailleuses domestiques invite donc à nuancer l’idée d’une amélioration de leur statut, en dépit des incontestables avancées réglementaires et de la prise en compte croissante du travail domestique comme enjeu politique. L’emploi domestique en Bolivie reste en large partie précaire, sous-payé et dévalorisé, malgré les évolutions récentes. Certes, les migrations féminines se sont accrues, diversifiées et autonomisées, de nouveaux champs migratoires sont apparus au cours des dernières décennies, et l’emploi domestique a joué un rôle important dans ce processus. Les images associées à cet emploi domestique ont aussi évolué, au gré d’une montée en âge et en qualification des travailleuses domestiques. Les profils des travailleuses domestiques se sont diversifiés ; ceux des employeurs aussi, une classe moyenne et une élite métisses se sont développées dans les grandes villes. Cela entraîne des formes de recomposition des hiérarchies sociales et ethniques mais ne fait que déplacer les barrières entre employeurs et employées. La reconnaissance lente et progressive des droits des travailleuses domestiques, combinée à l’essor de l’accès à l’éducation et à la formation professionnelle, permet cependant d’espérer des améliorations à venir.

Inicio de página

Bibliografía

Baby-Collin, Virginie, “El servicio doméstico en trayectorias de bolivianas migrantes a España”, in DURIN, Séverine, De la O María Eugenia, BASTOS Santiago (dir.), Trabajadoras en la sombra. Dimensiones del servicio doméstico latinoamericano, CIESAS, Mexico, 2014, p. 485-508.

Baby-Collin, Virginie, Sassone, Susana, “De l’emploi informel au travail précaire. Femmes migrantes dans les métropoles de la globalisation”, in BOUFFARTIGUE Paul, BUSSO Mariana, SUPERVIELLE, Marcos (dir.), Informalité, précarité, regards croisés entre Europe et Amérique latine. Travail, jeunesse et migration à l’heure de la mondialisation, IHEAL, Paris, 2016, p. 189-216.

Barragán, Rossana, “Más allá de lo mestizo, más allá de lo aymara: organización y representaciones de clase y etnicidad en La Paz”, América Latina Hoy, vol. 43, agosto, 2006, p. 107-130.

Bastia, Tanja, “From mining to garment workshops: Bolivian migrants in Buenos Aires”, Journal of Etnic and Migration Studies, 33 (4), 2007, p. 655-669.

Blanchard, Sophie, “L’emploi domestique à La Paz (Bolivie), entre apprentissage juvénile et formation professionnelle”, Autrepart n°71, 2014-2, p. 57-75.

Blanchard, Sophie, “Migration féminine et ‘condition domestique’. De l'apprentissage à la professionnalisation, trajectoires de travailleuses domestiques andines à Santa Cruz”, Revue Tiers-Monde n°217, 2014-2, p. 147-161.

Brassamin, Laurence, Baby-Collin, Virginie, “Prendre place : les Boliviens sur les marchés itinérants de Buenos Aires”, Revue européenne des migrations internationales Vol. 28, 2012, p. 127-149.

Bunster Ximena, Chaney Elsa M., Sellers and servants: working women in Lima, Peru, New York, Praeger, 1985, 258 p.

Cortes, Geneviève, Partir pour rester. Survie et mutations de sociétés paysannes andines (Bolivie), Paris, IRD Editions, collection A travers champs, 2000, 413 p.

Cossée, Claire, et al. (dirs.), Le Genre au cœur des migrations, Paris, Editions Petra, 2012, 336 p.

Debonneville, Julien, “Les écoles du care aux Philippines. Le devenir travailleuse domestique au prisme de l'altérité”, Revue Tiers Monde n° 217, 2014, p. 61-78.

Destremeau, Blandine, Lautier, Bruno, “Introduction : Femmes en domesticité. Les domestiques du Sud, au Nord et au Sud”, Revue Tiers Monde n°170, 2002, p. 249-264.

Drouilleau, Félicie, et al., “Domestiques d'ici et d'ailleurs", Travail, genre et sociétés, n° 22, 2009, p. 25-30.

Drouilleau, Félicie, “Exode et domesticité à Bogotá”, Travail, genre et sociétés n° 22, 2009, p. 75-96.

Durin, Séverine, “Le visage indien de la domesticité. Domesticité à demeure et ethnicité à Monterrey, Mexique”, Revue Tiers-Monde n°217, 2014, p. 163-179.

Ehrenreich, Barbara, Hoschchild, Arlie, Global Woman. Nannies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, Metropolitan Books, 2003, 328 p.

Escriva, Ángela, SKINNER, Emmeline, “Domestic Work and Transnational Care Chains in Spain”, in LUTZ, Helen (ed.), Migration and Domestic Work An European Perspective on a Global Theme, Hampshire-Burlington, Ashgate, 2008, p.113-126.

Falquet, Jules, et al. (dirs.) Le sexe de la mondialisation. Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2010, 278 p.

Fassin, Didier, Fassin, Eric, De la question sociale à la question raciale ? Représenter la société française. Paris, La Découverte, 2009, 274 p.

Gill, Lesley, Precarious dependencies. Gender, Class and Domestic Service in Bolivia, New-York, Columbia University Press, 1994, 175 p.

Glenn, Evelyn Nakano, “De la servitude au travail de service : les continuités historiques de la division raciale du travail reproductif payé”, in DORLIN Elsa (dir.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination. Paris, PUF, 2009, p. 21-63.

Guaygua, German et al., La Familia transnacional. Cambios en las relaciones sociales y familiares de migrantes de El Alto y La Paz a España, La Paz, PIEB, 2010, 172 p.

Ludec, Nathalie, “De la campagne à la ville : les employées domestiques à Mexico”, Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, n°2, 2002, [En ligne], URL : <http://alhim.revues.org/index499.html>

Oso, Laura, “L’insertion des migrants latino-américains sur le marché du travail en Espagne”, Hommes et Migrations, n°1270, 2007, p. 82-91.

Oso, Laura, “Familia, empresa y movilidad ocupacional: mujeres latinoamericanas en España”, Mélanges de la Casa de Velázquez, n°39-1, 2009, p. 75-96.

Peñaranda, Katrina, Flores, Ximena, Arandia, Alvaro, Se necesita empleada doméstica, de preferencia cholita. Representaciones sociales de la trabajadora del hogar asalariada en Sucre, La Paz, PIEB, 2006, 111 p.

Percot Marie, “Un métier pour partir : la migration des infirmières kéralaises (Inde du Sud) ”, Revue Tiers Monde n° 217, 2014, p. 45-59.

Rivera, Silvia, Violencias (re)encubiertas en Bolivia, Santander, Otramérica, 2012, 272 p.

Rolland, Denis, Chassin, Joëlle (coord.), Pour comprendre la Bolivie d’Evo Morales, Paris, L’Harmattan, 2007, 447  p.

Souchaud, Sylvain, “L'importance des choix résidentiels des migrants internationaux dans l'organisation de l'industrie de la confection à São Paulo”, Revue européenne des migrations internationales, 28 (4), 2012, p. 89-107.

Stefanoni, Pablo, “Que hacer con los Indios…” Y otros traumas irresueltos de la colonialidad, La Paz, Plural, 2010, 175 p.

Stephenson Marcia, Gender and modernity in Andean Bolivia, Austen, University of Texas Press, 1999, 271 p.

Verdo, Geneviève, Vidal, Dominique, “L'ethnicité en Amérique latine : un approfondissement du répertoire démocratique ?”, Critique internationale 4/2012 (n° 57), p. 9-22

Vidal, Dominique, Les bonnes de Rio. Emploi domestique et société démocratique, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2007, 312 p.

Vidal, Dominique, “L'histoire qu'on raconte, l'histoire qu'on se raconte. Narration de soi et construction identitaire chez les travailleuses domestiques de Rio de Janeiro", Autrepart n° 51, 2009, p. 99-115.

Vidal, Dominique, “Les immigrants boliviens à São Paulo : métaphore de l'esclavage et figuration de l'altérité”, Critique internationale n°57, 2012, p. 71-85

Yépez, Isabel, Ledo, Carmen, Marzadro, Mirko, “’Si tu veux que je reste ici, il faut que tu t’occupes de nos enfants !’” Migration et maternité transnationale entre Cochabamba (Bolivie) et Bergame (Italie) ”, Autrepart, n°57-58, 2011, p. 199-213.

Inicio de página

Notas

1 Source : Banque mondiale.

2 Source : Institut national de la statistique de Bolivie, résultats du recensement de 2012.

3 Les syndicats de travailleuses domestiques des différentes villes boliviennes sont rassemblés depuis 1993 au sein de la Fédération nationale des travailleuses domestiques de Bolivie. Ils regroupent chacun quelques dizaines de membres. A La Paz et à Santa Cruz, ils sont constitués en majeure partie de femmes venant des campagnes (Blanchard, 2014 1 et 2).

4 Le travail du care comprend les activités du soin à autrui au domicile ou en institution : garde d’enfants et de personnes âgées, travail de prise en charge des personnes dépendantes.

5 Les cholitas sont des femmes qui portent les vêtements typiques des femmes indiennes des Andes (corsage, gilet et jupes bouffantes appelées pollera), et dont les cheveux sont tressés en deux nattes qui encadrent le visage.

6 “Los grandes machos de la ley han visto arrebatado su espacio”, entretien pour Pagina 12, 19 mars 2007.

7 Ces annonces sont disponibles sur le site de la Fédération nationale des travailleuses domestiques (FENETRAHOB), en espagnol, en aymara et en quechua.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sophie Blanchard, « Migrations féminines et transformations de l’emploi domestique dans la Bolivie d’Evo Morales  », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 23 abril 2017. URL : http://alhim.revues.org/5445

Inicio de página

Autor

Sophie Blanchard

Université de Paris Est Créteil Val de Marne
Université Paris-Est-CréteilPRAG, Lab'Urba équipe Inégalités, discriminations. Thèmes de recherche: Migration, genre, inégalités, géographie de l'école.
sophie.blanchard@u-pec.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org