Navegación – Mapa del sitio
Partir

Le programme canadien des travailleurs agricoles saisonniers et le système régional de migration au Yucatán : où sont les femmes?

Marie France Labrecque

Resúmenes

Cet article s’intéresse à la migration qui s’effectue dans le cadre d’un programme bilatéral entre le Canada et le Mexique, le Programme des travailleurs agricoles saisonniers (PTAS). Ouvert aux femmes et aux hommes mexicains, le programme ne recrute pourtant qu’une proportion infime de femmes les assignant à des tâches spécifiques tout en surveillant étroitement leur comportement. S’appuyant sur la notion de système régional de migration de même que sur des données ethnographiques recueillies pendant l’année 2012 au Yucatán, l’auteure décrit l’insertion des femmes dans les différents types de migration dans cet État mexicain qui se caractérise par un fort pourcentage de population autochtone maya, et montre que les rapports sociaux inégaux, tels que le genre, sont consolidés dans le contexte de ce programme. On constate que la structure globale du programme, le type d’insertion des individus dans cette migration et les représentations sociales à la fois de la société d’origine et de la société de destination sont à l’œuvre pour maintenir les femmes dans un état de subordination, qu’il s’agisse des travailleuses recrutées dans le PTAS ou des conjointes des travailleurs du programme.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Alors que les Canadiens tentent d’échapper à l’hiver en s’envolant vers le sud, souvent vers le Mexique, des travailleuses et travailleurs mexicains font le chemin inverse et commencent, dès le mois de février, à arriver au Canada pour travailler dans les serres. Un peu plus tard, d’autres compatriotes viendront les rejoindre par centaines, sinon par milliers, pour s’adonner au travail dans les champs et aux tâches connexes tel que l’empaquetage et ce pour des périodes plus ou moins longues, jusqu’à la mi-décembre pour les contrats les plus longs. Ce sont les participant(e)s du Programme des travailleurs agricoles saisonniers au Canada (PTAS) auxquels nous nous intéressons dans cet article, notamment celles et ceux qui proviennent de l’État du Yucatán, au Mexique.

  • 1 Parmi les principales recherches, mentionnons celles de Basok, 2002; Preibisch, 2007; Hennebry, 200 (...)

2Les nombreuses recherches1 ayant porté sur ce programme au cours des dernières décennies se sont surtout intéressées aux facteurs structurels lui ayant donné naissance, et aux conditions de travail dans le pays de destination, soit au Canada. Les études sur les contextes et facteurs régionaux ayant suscité l’intérêt des travailleuses et travailleurs pour ce programme sont plus rares et elles ont porté sur les États du centre du Mexique, soit l’Estado de México, Puebla et Tlaxcala. Le cas de l’État du Yucatán, situé au sud-est du Mexique, n’a pas fait l’objet d’étude particulière à ce jour. Une des raisons en est que bien que le PTAS recrute au Mexique depuis 1974, il ne le faisait que dans les États situés près de la capitale du pays, qui sont d’ailleurs les mêmes États ayant fourni les plus forts contingents de migrants aux États-Unis depuis les années 1940. Le Yucatán n’a été intégré au programme qu’en 2002 en même temps que d’autres États méridionaux du pays qui forment ce que certains chercheurs appellent le "sud autochtone" (Fox et Rivera-Salgado, 2004; Kearney, 1996; Stephen, 2006; Lestage, 2009). Cet élargissement du bassin de recrutement s’inscrit, selon Preibisch (2007 : 438), dans une tendance plus générale des pays fournisseurs de main-d’œuvre désireux d’offrir de "meilleurs" travailleurs, c’est-à-dire, plus soumis et plus corvéables, notamment parce que racialisés.

  • 2 Selon la Comisión para el desarrollo de los pueblos indígenas (CDI), il s’agit de 985,549 autochton (...)

3Le PTAS est un programme bilatéral entre le Mexique et le Canada qui recrute des personnes âgées entre 22 et 45 ans, de préférence mariées et originaires de communes et localités rurales marginalisées et appauvries. Le programme vise clairement une classe sociale, ou à tout le moins une fraction de classe, bien précise. Au Yucatán, les localités rurales sont habitées surtout par la population autochtone maya. Il importe de souligner que c’est dans cet État que l’on retrouve une des plus hautes proportions d’autochtones par rapport à la population totale, soit 50 %2. Les personnes recrutées par le PTAS travaillent sur des fermes canadiennes pendant des périodes qui vont de 6 semaines au minimum à 8 mois au maximum, surtout dans le domaine du maraîchage. En 2012, le nombre de personnes participant au programme dans l’ensemble de la République atteignait 17 626 (STPS, 2013).

4L’État mexicain n’a autorisé l’engagement de femmes dans le PTAS qu’en 1989, alors qu’il a été mis sur pied en 1974. Vingt ans plus tard, elles ne formaient qu’environ 3 % de la main-d’œuvre totale du programme (Preibisch et Encalada Grez, 2010 : 298). La même situation prévalait en 2012 au Yucatán alors que l’on ne comptait que 9 femmes parmi les 318 personnes recrutées (en fait, moins de 3 %). Cette proportion témoigne que le programme recrute de préférence des hommes, ce que l’on peut considérer comme un biais de genre.

  • 3 Il s’agit d’une recherche intitulée : « Perspectives de genre, de classe et de "race" sur la migrat (...)

5En grande partie pour essayer de combler le déficit de connaissances sur ce type de migration, et sur les articulations des rapports de classe, de race et de genre les uns avec les autres, nous avons mené une recherche sur le PTAS au Yucatán à l’été 20123. La migration dans le cadre de ce programme vient s’ajouter à d’autres types de migration pratiqués par les femmes et les hommes de cet État.

  • 4 Le présent article se situe un peu en amont de l’étude proprement dite du PTAS que nous avons effec (...)

6Dans cet article, il s’agit de comprendre pourquoi les femmes ne sont pas davantage recrutées dans le PTAS. Nous allons dans un premier temps décrire le système régional de migration en prenant les femmes comme fil conducteur. Dans un deuxième temps, nous ferons une brève présentation du PTAS4, puis, grâce à des extraits d’entrevues auprès de fonctionnaires, de travailleuses et de conjointes de travailleurs du programme, nous tenterons de montrer comment ce dernier s’articule aux rapports inégalitaires de genre dans la région. Bien que nous insistions ici sur le genre, nous adhérons à la perspective de la consubstantialité des rapports sociaux (Galerand et Kergoat, 2014) dans laquelle on ne peut ignorer que la classe, la race et le genre notamment agissent simultanément pour produire et consolider les inégalités.

Les femmes dans le système régional de migration

7Le recours à la notion de système s’agissant de la migration permet d’envisager cette dernière comme un ensemble de dynamiques reliées entre elles, qui se déploient à différents niveaux (macro, méso et micro). Une analyse des systèmes de migration nécessite de les situer à la fois dans l’espace et dans le temps (McLaughlin, 2009 :89 d’après Kritz et al., 1992). C’est ce qu’a fait le chercheur Pedro Lewin Fischer au Yucatán : pour ce faire, il a utilisé la notion de système de migration de façon descriptive en proposant celle de "système régional de migration" (Fischer, 2007).

  • 5 Le concept de région nécessiterait à lui seul tout un développement mais qui nous éloignerait de no (...)

8Le recours au concept de système régional de migration permet d’éviter l’embuche des approches binaires de la migration qui, par exemple, traitent la migration interne et internationale comme des dynamiques complètement différentes, qui nécessiteraient des appareils conceptuels distincts. Au contraire, des facteurs similaires se trouvent à l’origine de ces deux types de migration même si dans un cas, le franchissement d’une frontière internationale constitue une caractéristique distinctive importante. De plus, un type de migration peut mener à un autre. Aussi, tous les types de migration peuvent avoir comme point d’origine une même communauté et une même famille, de là l’importance des échelles temporelles et spatiales d’observation des séquences de migration. Ainsi, une personne pourra migrer à l’intérieur de son pays d’origine, acquérir l’expérience migratoire de même que les ressources nécessaires pour passer à la migration internationale; ou encore, un membre de la famille pourra agir – sans que cela soit nécessairement prévu comme tel – en éclaireur dans un lieu de destination et ainsi être à l’origine d’un réseau familial ou communautaire (King et Skeldon, 2010 : 1620, 1622). L’étude du système régional de migration permet justement de considérer tous les types possibles de migration dans une région5 donnée.

  • 6 Selon les résultats du recensement de 2010, les États présentant un indice d’intensité migratoire l (...)

9Le Yucatán occupe le 28e rang sur les 32 États du Mexique quant à l’indice d’intensité migratoire à l’international (Fundación BBVA, 2013)6, mais tous les types de migration s’y pratiquent. La migration au sein du PTAS se combine avec au moins trois autres types de migrations : interne (vers la capitale de l’État, Mérida), interétatique (vers l’État de Quintana Roo, spécifiquement Cancún et la Riviera Maya) et internationale (sans papiers vers les États-Unis).

La migration interne

  • 7 La région « henequenera » doit son nom à un agave, le henequén (agave Fourcroyde lem.), aussi connu (...)

10La migration interne est sans doute celle qui englobe le plus de femmes autochtones; elle est aussi la plus ancienne car on voyait des jeunes filles issues des communes et localités autochtones converger vers la ville de Mérida dès le XIXe siècle, et peut-être même avant, pour aller travailler dans le service domestique des familles plus nanties (Torres Góngora, 1998). Même si traditionnellement il y avait davantage d’hommes qui émigraient, notamment de la région henequenera7, vers Mérida en raison de la demande de maçons, les femmes semblent avoir trouvé quelquefois plus facilement que les hommes des emplois, particulièrement dans le service domestique (Fischer et Guzmán, 2009 : 42) puis comme ouvrières dans les maquiladoras de confection (Eastmond et al., 2000 : 63).

  • 8 Ces informations proviennent d’un article paru le 17 octobre 2012 sur le site Mexico Migrante/Notim (...)

11Depuis le milieu des années 1980 et ce jusqu’au déclin de cette industrie maquiladora vers 2006, les jeunes femmes d’abord, puis les jeunes hommes, faisaient la navette entre leur commune ou leur localité et les parcs industriels situés sur le pourtour de la ville de Mérida et de quelques grandes localités telles que Motul, Maxcanú, Tixkokob (Labrecque, 2005). Jusqu’en 2010, environ 30 % des migrants de l’intérieur de l’État retournait à leur domicile chaque jour et un pourcentage équivalent durant la fin de semaine (Iglesias Lesaga, 2011). Il s’agit d’une migration que les spécialistes attribuent à la pauvreté ambiante qui marque les villages de l’intérieur de l’État, et aussi à ce qu’ils qualifient de "désastre écologique", les sols de la campagne étant largement érodés, et l’eau des nappes phréatiques considérablement contaminée par l’utilisation des insecticides et pesticides8.

12Quelque 160 000 personnes originaires des communes de l’État se seraient installées à Mérida entre 1990 et 2005 (OCDE, 2008 : 108). Aujourd’hui, l’intensification de la spéculation foncière de la part des grandes corporations dans cette ville empêche les personnes migrantes d’y acquérir un terrain (Iglesias Lesaga, 2011). Ce sont désormais les communes situées sur le pourtour de la métropole, comme Kanasín, Umán, Conkal et Ucú, qui les accueillent.

13À première vue, la migration interne vers Mérida et les communes de la zone métropolitaine peut sembler une option intéressante sur le plan des salaires. Les recherches ont toutefois montré que les personnes migrantes, et surtout les femmes, se retrouvent dans des catégories d’activités médiocrement rémunérées (Iglesias Lesaga, 2011). Il arrive donc que le déplacement vers la métropole de l’État ne représente qu’une étape dans une trajectoire migratoire plus large.

La migration interétatique

14La migration interétatique à partir du Yucatán a pris de l’importance à partir du moment où la ville de Cancún a commencé à être construite en 1971 (Cea Herrera, 2004). Entre 1965 et 1970, les migrants originaires du Yucatán qui convergeaient vers le Quintana Roo, - État où se trouve Cancún, mais aussi Cozumel et Isla Mujeres qui accueillaient déjà, bien que modestement, des touristes nationaux et internationaux -, formaient plus de 80 % du contingent. Fischer (2007 : 10) remarque qu’il est très courant que les familles yucatèques aient au moins un membre de leur famille à Cancún ou sur la Riviera maya.

15Entre 1990 et 2005, quelque 170 000 personnes originaires du Yucatán se seraient établies à Cancún (OCDE, 2008 : 129) ou dans d’autres villes et localités du Quintana Roo comme Tulum, Akumal, ou Playa del Carmen. Les emplois dans le domaine de la construction ou de l’aménagement des infrastructures, puis dans le domaine des services, ont été abondants et ont d’abord mobilisé les hommes, puis dans une moindre mesure, les femmes. Tout comme c’était le cas pour la migration des femmes vers Mérida, celles qui ont migré vers le Quintana Roo trouvaient à s’employer surtout dans le secteur des services (Fischer et Guzmán, 2009 : 43); elles s’adonnaient également au commerce ambulant (Rosales Mendoza, 2008 : 109). La dynamique se répète d’ailleurs aujourd’hui avec l’aménagement de la Riviera Maya et les différents projets conçus pour consolider l’industrie touristique internationale. Il faut mentionner qu’étant donné le faible niveau de scolarisation de la population rurale, les emplois disponibles au Quintana Roo sont surtout des emplois de journaliers et de manœuvres pour les hommes, de cuisinières et d’agent d’entretien pour les femmes. Il semble en effet que les gérants d’hôtels apprécient particulièrement les femmes en provenance du Yucatán – des femmes autochtones – réputées être de "bonnes travailleuses" et moins conflictuelles que celles originaires d’autres parties du Mexique, ce qui permet à Bianet Castellanos d’affirmer que tant le travail domestique, que celui effectué dans les hôtels, est délibérément "racialisé" (Castellanos, 2007 :6). En somme, et comme le font remarquer Torres et Momsen (2005 : 321, 331), les Mayas de la région occupent l’échelon le plus bas de la hiérarchie du travail, récoltant les emplois temporaires et saisonniers les moins désirables et les moins payés parce qu’ils n’ont ni la formation, ni la scolarisation nécessaires, pour de meilleurs postes.

16La migration interétatique est de moins en moins définitive et de plus en plus pendulaire au fur et à mesure que les projets d’aménagement de la côte de la Caraïbe s’épuisent. Les femmes et les hommes célibataires qui y ont trouvé un emploi reviennent chez leurs parents dès qu’ils ont quelques jours de congé. Cette migration peut aussi être temporaire, en attendant de passer d’un statut à un autre ou encore entre deux obligations dans le lieu d’origine. Ainsi, les femmes cessent de s’adonner à cette migration dès qu’elles se marient. Quant aux hommes mariés qui pratiquent l’agriculture, ils chercheront de petits boulots temporaires entre deux tâches dans les champs. Ils peuvent passer un certain temps sans migrer tout comme demeurer dans le lieu de destination pendant de longues périodes, tout dépend de la disponibilité du travail ou encore de la précarité de leur situation dans le lieu d’origine.

17Qu’elle s’effectue au sein de l’État du Yucatán ou vers l’État voisin du Quintana Roo, la migration temporaire des hommes ne semble pas remettre en question l’idéologie traditionnelle de genre au Yucatán. C’est du moins ce qu’a constaté Bever (2002) dans son étude dans la commune de Sudzal à la fin des années 1990. Ainsi, de façon générale, tant les femmes que les hommes considèrent que le devoir de ces derniers est de pourvoir aux besoins de leur famille. Certes les femmes acquièrent de nouvelles responsabilités lors de l’absence de leur conjoint et, en ce sens, leurs "rôles" changent mais ces changements ne durent bien souvent que le temps de l’absence des hommes. En ce qui concerne l’administration du budget et des transferts monétaires par exemple, il arrive que les femmes puissent prendre des décisions à ce sujet en ce qui concerne les dépenses quotidiennes, mais plus rarement pour l’acquisition de biens durables. Certains hommes vont toutefois garder le contrôle à distance sur ce budget en dressant avant leur départ une liste des dépenses autorisées, ce qui d’une certaine façon semble rassurer les femmes (Bever, 2002 : 212). En somme : "(...) alors que les rôles des femmes sont redéfinis, l’idéologie traditionnelle de genre continue d’être maintenue et défendue tant par les hommes que par les femmes" (Bever, 2002 : 226).

La migration internationale (vers les États-Unis)

18La migration internationale à partir du Yucatán date du milieu des années 1970 et elle reste encore pratiquée surtout par les hommes (Cornelius et al., 2008). Bien que cet État ne soit pas un bassin très significatif de migrants se dirigeant vers les États-Unis, il s’agit d’une pratique déjà ancienne dans certaines communes du sud et dans quelques autres localités. Il y a d’ailleurs déjà eu plusieurs cas de réunification familiale, certains individus s’étant prévalu de la Immigration Reform and Control Act (IRCA), aussi connue comme la loi Simpson-Mazzoli, émise en 1986. Le nombre de Yucatèques installés de façon plus ou moins permanente depuis 1970 aux États-Unis serait de 100 000 personnes, dont 80 % d’hommes. En ce qui concerne la dernière décennie, la migration de la population du Yucatán vers les États-Unis n’a cessé d’augmenter : passant de 2 535 personnes en 2000, à 6 909 personnes en 2010. Elles proviennent de 97 communes (sur un total de 106) et sont réparties dans au moins 41 villes des États-Unis (INMUJERES, s.d.) en Californie principalement, mais aussi en Oregon et au Colorado. A l’échelle de la région l’intensité migratoire n’est pas très élevée comparativement à celle d’autres États du Mexique.

19Quant à la migration spécifique des autochtones, les chercheuses Cornejo et Fortuny (2011) dans leur étude des communes du sud du Yucatán, ont constaté que la majorité sont des hommes, qu’ils sont jeunes (entre 15 et 17 ans) au moment du départ, qu’ils ont une scolarisation limitée et sont célibataires. Quant aux femmes, elles sont mariées et mères, donc plus âgées ; en général, elles migrent pour aller rejoindre leur conjoint, soit parce que ce dernier éprouve des difficultés à revenir au pays soit parce qu’il a espacé ses retours (Fischer et Guzmán, 2009 : 61). Par ailleurs, la migration des femmes, à la différence de celle des hommes, entraine des jugements de valeur plus ou moins négatifs de la part des populations (Fischer et Guzmán, 2009 : 65).

  • 9 Note informative parue dans Unión Yucatán le 7/10/12, < www.unionYucatán.mx/article/yucatecos-dejan (...)

20Dans notre enquête, les hommes ont mentionné des motifs économiques pour expliquer leur migration et ont signalé trois priorités : celle de rembourser la dette occasionnée par la migration même, acheter une parcelle et construire leur propre maison. L’appui du réseau familial est fondamental pour qui veut s’engager dans ce processus que ce soit dans le lieu d’origine (pour le financement du voyage) ou dans celui de destination (pour se loger, trouver un travail, etc.). La traversée de la frontière, qui se fait en général avec un passeur (coyote), est une expérience éprouvante pour toutes et tous, et de plus en plus difficile ces dernières années. Les observateurs remarquent en effet que la migration internationale sans papiers des Yucatèques – tout comme celle des Mexicains en situation irrégulière en général - tend à diminuer en raison de la guerre entre les cartels et la délinquance qui sont localisées à la frontière, particulièrement depuis 2008, mais aussi des mesures du pays voisin à l’encontre de la migration. Les migrants potentiels ont peur9. De plus, depuis la crise économique de 2008, il est devenu difficile pour les familles déjà établies aux États-Unis d’appuyer monétairement les membres de leur parenté désireux de les rejoindre (Durand, 2012 : 20).

21Sur la base de ce bref tour d’horizon, on peut constater que le système régional de migration est à la fois diversifié et complexe. La migration interne est relativement invisible car les institutions ont du mal à en garder la trace tant dans le temps que dans l’espace. Souvent, les personnes qui la pratiquent ne la définissent pas comme telle. Il n’est pas certain non plus que du point de vue théorique, elle soit toujours reconnue comme étant une migration. D’autre part, même si elle est pratiquée à la fois par les femmes et les hommes, le fait que les premières l’entreprennent pour travailler dans le service domestique, donc dans une forme de travail peu reconnue et qui fait partie de la sphère privée, a probablement suscité moins d’intérêt de la part de la recherche. On pourrait probablement dire la même chose de la migration interétatique car les dynamiques sont à peu près les mêmes – les femmes dans les services et les hommes dans la construction. Au-delà des différences et des similitudes d’un type de migration à l’autre, on constate que la structure du système régional de migration est genrée et ce, même lorsque les femmes n’en sont pas les principales protagonistes. Le PTAS n’échappe pas à cette caractéristique.

Le PTAS ou le genre en l’absence des femmes

22Le PTAS vient donc s’ajouter aux trois types de migration décrits et fait partie intégrante du système régional de migration. Si on le compare aux autres types de migration, il s’agit de la plus récente puisqu’elle n’a commencé qu’en 2002. À première vue, ce type de migration partage peu de caractéristiques communes avec les autres types, puisqu’il se fait à l’intérieur d’un programme aux balises extrêmement strictes, dans lequel la supervision et la surveillance s’exercent du début à la fin du processus.

Caractéristiques générales

23Le PTAS repose sur une série de protocoles d’entente bilatéraux signés entre le Canada et les pays participants. Ces protocoles incluent des directives qui définissent les responsabilités et devoirs des gouvernements, des employeurs canadiens et des travailleurs étrangers. Au Mexique, la gestion du programme est, entre autres, entre les mains du ministère du Travail et du bien-être social (Secretaría del trabajo y previsión social) alors qu’au Canada, elle est faite par le ministère des Ressources humaines et développement des compétences de concert, depuis 1987, avec des agences privées telles que, par exemple en Ontario, la Foreign Agricultural Resource Management Services (FARMS). C’est par leur entremise que les employeurs canadiens sollicitent le nombre et le sexe des personnes requises et qu’ils indiquent la durée des contrats à attribuer ainsi que le salaire horaire – qui ne peut être en deçà du minimum légal dans la province où ils se trouvent.

  • 10 Le journal Le Devoir du 9 mars 2015 rapportait ce qui suit : "Un député conservateur du Nouveau-Bru (...)

24Les avantages du PTAS pour les fermiers canadiens sont nombreux et ils tournent autour de la main-d’œuvre. En effet, son coût est faible, elle peut être importée en fonction des besoins de la ferme et, enfin, elle est fiable puisqu’elle réside sur la ferme même ou à proximité de celle-ci (Binford, 2006 : 10). Par contre, pour la main-d’œuvre, le PTAS représente une série de restrictions quant aux permis de travail, au caractère temporaire du programme, à l’incapacité des travailleurs à faire venir leur famille et au manque d’accès à la résidence permanente. En d’autres termes, il s’agit de travail non libre et le risque d’être expulsé, particulièrement lorsque l’on se montre trop revendicateur sur le plan des conditions de travail ou du droit d’association, constitue une menace implicite mais constante (Basok et al., 2013). Malgré ses avantages évidents pour le Canada, le programme est périodiquement menacé pour toutes sortes de raison dont certaines tiennent d’un racisme évident10. L’idée de recourir à de la main-d’œuvre moins familière avec le programme et éventuellement moins combative est aussi présente. C’est dans cette dynamique que le PTAS, de concert avec le gouvernement mexicain, a élargi son aire de recrutement aux États plus éloignés de la ville de Mexico, tel que le Yucatán.

Le PTAS au Yucatán

25Au Yucatán, le recrutement de la main-d’œuvre est aux mains de trois agences gouvernementales, rattachées au ministère du Travail et du bien-être social, qui se voient attribuer un quota de travailleuses et travailleurs à recruter chaque année. Puisqu’il existe une modalité permettant aux employeurs canadiens de rappeler les travailleurs qui leur conviennent année après année (jusqu’à concurrence de dix années consécutives), très peu de nouvelles personnes sont intégrées chaque année. Le recrutement initial se fait sur la base d’une sélection très sévère à la suite d’une entrevue en profondeur, d’un examen écrit portant sur les connaissances en agriculture et d’un examen médical. Une fois ces épreuves franchies, les personnes désireuses de migrer dans ce cadre devront s’engager dans les démarches pour obtenir leur passeport et leur visa pour le Canada, les frais induits restant à leur charge. Les ministères mexicains des Relations extérieures, de la Santé, de l’Intérieur et celui des Finances sont alors aussi impliqués. Le PTAS est donc un programme étroitement encadré et balisé. Les travailleuses et les travailleurs sont surveillés avant, pendant et même après leur insertion dans le programme. Cette surveillance est relayée dans le lieu d’origine par les fonctionnaires et se teinte parfois de paternalisme. Un des fonctionnaires rencontrés donne des conseils : "…j’insiste auprès des travailleurs pour qu’ils ne boivent pas là-bas, surtout que la bière est très chère. Je leur dis : "Si vous voulez prendre un coup avant de partir, faites-le tant que vous voulez et au retour aussi". Je leur demande que quand ils sont là-bas, ils donnent des nouvelles chez eux, surtout le dimanche, qu’ils téléphonent à leur famille" (Fernando, fonctionnaire chargé du recrutement à l’une des agences locales du ministère du Travail). C’est tout de même l’employeur qui détient la plus grande part de pouvoir. Ainsi, à la fin du contrat, il remet au travailleur une lettre scellée à l’intention du fonctionnaire, dans laquelle il procède à son évaluation et précise s’il souhaite ou non l’engager de nouveau pour la prochaine saison. Les personnes recrutées auront donc intérêt à suivre les conseils du fonctionnaire et à bien se comporter au Canada, si elles veulent continuer à faire partie du programme. Pour les femmes, nous le verrons, des conditions supplémentaires semblent jouer.

  • 11 Cimac Noticias (Comunicación e información de la mujer, A.C.) est un bulletin de nouvelles en ligne (...)
  • 12 Mérida est situé à environ 20 heures de Mexico en autobus mais à moins de deux heures en avion.

26Ce n’est qu’en 2006 que trois femmes du Yucatán ont été pour la première fois intégrées au PTAS. La nouvelle a d’ailleurs été rapportée par Cimac Noticias en janvier 2006 sous le titre : "Des paysannes yucatèques s’intègrent à un programme agricole canadien"11. Interrogé sur les raisons pour lesquelles il n’y avait pas davantage de femmes recrutées au Yucatán, un fonctionnaire nous signale d’une part que le nombre de femmes est déterminé par le Système national de l’emploi du ministère du Travail – donc depuis Mexico (sur les indications de FARMS au Canada) -, et que d’autre part, il est difficile de trouver des femmes désireuses de participer : "L’an dernier, [les fonctionnaires de Mexico] nous ont demandé de recruter trois-quatre femmes (…). C’est très laborieux [de recruter des femmes]. Je suis allé dans les villages demander s’il y en avait qui voulaient y aller, mais les femmes sont très enracinées et très timides, elles n’osent pas" (Fernando). Peut-être sont-elles effectivement "enracinées dans leur milieu" mais les ressources à mobiliser seulement pour pouvoir poser sa candidature sont importantes, surtout lors d’un premier séjour. Il n’est pas rare qu’on doive emprunter l’argent nécessaire non seulement pour obtenir les papiers requis, mais aussi pour effectuer le voyage entre Mérida, la capitale du Yucatán, et Mexico d’où on partira pour les différentes destinations au Canada12. Les femmes n’ont pas toujours les contacts et les garanties nécessaires pour pouvoir emprunter. Mais le facteur le plus limitatif semble plutôt lié aux attentes qui pèsent sur les femmes. Il peut s’agir de leur endurance comme lorsqu’un homme a dit à l’une des travailleuses : "C’est terrible, tu ne vas pas supporter" (Carmen, travailleuse, 42 ans), ou de leur comportement. Il semble en effet qu’au moins une travailleuse ait été rapatriée pour mauvaise conduite. C’est du moins ce que le fonctionnaire cité nous a affirmé en insinuant que cette personne vendait ses faveurs sexuelles.

  • 13 Nous avons évidemment attribué des pseudonymes aux personnes citées. De plus, nous évitons ici d’in (...)

27Que ce soit vrai ou non, le regard des autres, même des proches, sur les travailleuses peut être tout autant admiratif que franchement critique ou offensant comme nous le rapporte cette travailleuse : "Mes cousines me disent : "Tu es une battante, ce n’est pas tout le monde qui accepterait d’y aller, surtout comme femme. Pourquoi ? Parce que tu laisses ton mari, tes enfants. Par exemple, des fois, quand une femme part pendant trois, quatre, cinq mois, l’homme s’est trouvé une autre femme" (Rosa, travailleuse, 43 ans)13. Une autre dit : "À vrai dire, ici les hommes sont différents [de ceux du Canada] et ils disent: "Qu’est-ce qu’une femme va aller faire là-bas?" Des fois, il a fallu que je les remette à leur place, que je leur dise qu’ils se trompent sur mon compte" (Carmen, travailleuse, 42 ans).

28L’une des fonctionnaires, à qui nous demandions pourquoi il y avait si peu de femmes dans le programme, suggère qu’elle suit simplement les indications de ses supérieurs, en plus d’évoquer le poids des problèmes familiaux dont les femmes auraient écopé :

Le programme ne requiert pas vraiment [que nous recrutions] beaucoup de femmes. Dans d’autres États, peut-être, mais dans le cas du Yucatán, les femmes sont très attachées à leur famille. Des fois, à cause du faible niveau d’éducation, les maris ne permettent pas que leur femme travaille. […].Il est arrivé qu’il y ait des séparations comme si les gens n’étaient pas prêts à… pour le simple fait d’être une femme, qui sait ce à quoi tu t’exposes ? Et réellement, tu es sur une ferme et là, il y a certaines règles à respecter… On ne peut pas empêcher que les gens parlent (Lola, fonctionnaire chargée du recrutement à l’une des agences locales du ministère du Travail).

29Au point de destination, le comportement des travailleuses et des travailleurs est en effet scruté à la loupe et plusieurs entrepreneurs imposent des entraves à la mobilité et à la sexualité des femmes, en établissant un couvre-feu ou en leur interdisant de recevoir des visiteurs masculins (Preibisch et Encalada, 2010: 308). Déroger à ces règles peut entraîner une expulsion immédiate du pays, ou le non-renouvellement du contrat pour la prochaine saison ou encore l’expulsion définitive du programme (Becerril Quintana, 2008). La situation est telle que les travailleuses sont portées à réaffirmer leur probité morale en portant un regard critique sur le comportement, en particulier intime, de leurs compatriotes masculins et féminins :

La plupart des gens qui vont au Canada dépensent leur argent de la pire façon. Par exemple, là où j’étais, on était douze dans la maison. [Les travailleuses] se mettent à la recherche d’aventures et elles vont sur les autres fermes où se trouvent les autres travailleurs. [Ces derniers] sympathisent et dépensent leur argent avec elles. Elles s’achètent des vêtements, des parfums chers (…). Elles vont danser sans que le patron soit au courant. Elles achètent des cigarettes – qui sont tellement chères là-bas -, de la bière. Des fois, elles ont un mari mais elles font connaissance d’un autre et la première chose qu’elles lui disent c’est : “J’ai rompu avec mon conjoint et je ne veux plus rien savoir de lui. Il est méchant, il me bat”. Et l’autre lui dit: “Je suis en train de divorcer de ma femme”. Et ils se mettent en couple. Et ils dépensent leur argent (Clarita, travailleuse, 51 ans).

30Dans les fermes du Canada, les femmes travaillent à l’empaquetage ou à la cueillette des petits fruits, alors que les hommes s’adonnent aux travaux des champs, y compris ceux qui se font avec des machines. Une fois de plus, et tout comme c’était le cas lors de l’installation des maquiladoras de confection, prévalent les représentations idéologiques selon lesquelles les femmes sont plus minutieuses, plus patientes que les hommes et qu’elles ont des doigts de fée. Mais les inconvénients pour les femmes sont bien réels, tels que le révèlent certains résultats de notre recherche. Les quatre femmes recrutées, que nous avons rencontrées en 2012, sont mobilisées dans des tâches moins bien rémunérées que celles effectuées par les hommes ou alors, on leur offre moins d’heures au-delà du strict minimum convenu dans le contrat d’embauche. L’une d’entre elles nous dit : "Maintenant, ce que je peux dire, c’est que les hommes gagnent de l’argent et ils en gagnent pas mal plus que nous, parce qu’eux, ils travaillent plus de dix heures par jour. Quand il y a de l’ouvrage, ils travaillent douze heures. Ils font du temps supplémentaire" (Carmen, travailleuse, 42 ans). Bien que les femmes aient investi tout autant sinon davantage sur les plans économique et émotionnel que les hommes pour s’adonner à la migration, elles sont revenues au pays avec une paye beaucoup plus mince, une situation qu’elles partagent avec l’ensemble des migrantes mexicaines de ce programme (Paciulan et Preibisch, 2013).

31Pourtant, les femmes connaissent le travail agricole et sont capables de l’exécuter. Comme le font remarquer Preibisch et Encalada (2010), au Sud, les femmes ont historiquement joué un rôle central dans l’agriculture, notamment au sein de la force de travail temporaire des entreprises agricoles commerciales. Au Canada, les ouvrières agricoles (toutes origines confondues) représentent 29 % de la main-d’œuvre14, une statistique qui militerait en faveur d’un recrutement plus intense des ouvrières mexicaines au sein du PTAS. D’autres facteurs, comme les caractéristiques même du milieu d’origine s’agissant du contrôle sur les femmes, sont à l’œuvre pour expliquer leur relative absence du programme; ce sont les conjointes des travailleurs qui, d’une certaine façon, les soulèvent.

  • 15 "Pueblo chico, infierno grande". En fait, il s’agit du titre d’une série télévisée mexicaine de la (...)
  • 16 "Candil de la calle, oscuridad de su casa".

32Pendant l’absence des travailleurs, les conjointes doivent essuyer les commentaires de membres de leur famille ou d’autres villageois qui insinuent que leur partenaire ne reviendra pas : "Ton mari est parti en voyage ? Il est parti en voyage ou il t’a laissée ?" (Mari, conjointe, 33 ans); plus souvent encore, on suggère qu’elles pourraient être trompées : "Tu n’as pas peur qu’il se trouve une gringa là-bas?, qu’ils me disent" (Francisca, conjointe, 40 ans). Une autre conjointe nous raconte : "Plusieurs ont profité qu’il [le conjoint] n’était pas ici pour m’appeler, m’insulter et me dire : "Est-ce que tu sais ce que ton mari est en train de faire au loin ? Est-ce que tu sais qu’il peut même avoir des enfants là-bas?" (…) Il y avait des moments où je commençais à penser au pire!" (Viviana, conjointe, 37 ans). Le village peut donc se transformer en un milieu relativement hostile durant l’absence du travailleur : "Comme le veut l’adage : petit village, gros enfer"15 (Gilda, conjointe, 31 ans). La solution est d’éviter de sortir de la maison : "Ici, quand une femme passe plus de temps dans la rue que dans sa maison…il y a un dicton qui dit : "Lanterne de la rue, obscurité dans sa maison"16… non, c’est mal vu" (Viviana, conjointe, 37 ans) ou de réaffirmer sa moralité : " …alors non, je ne suis pas de ces femmes qui sortent à gauche et à droite... " (Nicoletta, conjointe, 30 ans).

33L’absence des hommes peut fournir un espace de prise d’autonomie pour les conjointes, mais d’après les témoignages recueillis on peut penser que l’occupation de cet espace s’effectue sous haute surveillance. Tout comme de nombreuses recherches, dont celle de Galván dans le cas du Veracruz, l’ont montré :

Les femmes qui restent sont confrontées à l’antagonisme de la communauté et à des responsabilités familiales pour lesquelles elles ne sont pas préparées. Les difficultés découlent clairement de leur position subordonnée dans la société. Ces relations "glocales" genrées sont révélatrices des nombreux rapports de pouvoir avec lesquels les femmes doivent composer en raison des déplacements de leur mari (Galván, 2008 : 530).

34Tout comme les conjointes, les travailleuses du PTAS n’échappent pas aux relations de pouvoir évoquées dans ce commentaire.

Conclusion

35En somme, le PTAS constitue une fenêtre de plus sur les dynamiques du système régional de migration au Yucatán, qui agit aussi sur le processus de transformation des rapports de genre et du changement social, dans un contexte d’économie globalisée. Le fait que les femmes ne représentent qu’une proportion infime de la main-d’œuvre recrutée dans le programme montre à quel point les politiques publiques, et surtout la façon dont elles sont appliquées, s’appuient sur une représentation précise des rôles des hommes comme pourvoyeurs pour la famille et des femmes comme récipiendaires des transferts d’argent. Le fait que ce soit les employeurs canadiens qui décident du sexe de la main-d’œuvre privilégiée et que celle-ci soit masculine est révélatrice de la transversalité des stéréotypes de genre, en ce que ces derniers s’exercent tant au Mexique qu’au Canada.

36La migration dans le cadre du PTAS fait désormais partie du système régional de migrations dont la structure, on l’a vu, est genrée et racialisée qu’il s’agisse de la circulation du rural vers l’urbain, du Yucatán vers Cancún et la Riviera Maya dans l’État voisin, ou encore vers les États-Unis d’Amérique. Cette migration temporaire et contractuelle s’ajoute à ces autres formes de mobilité déjà surdéterminées par des rapports sociaux qui se sont configurés au cours de l’histoire pour faire des yucatèques ruraux, de surcroît autochtones, une population subalterne. Bien que les données quantitatives restent floues quant aux différents types de migration s’effectuant à partir du Yucatán, surtout quant au nombre de femmes et d’hommes engagés dans chacune d’entre elles, on peut penser que le modèle de recrutement suivi par le PTAS au Yucatán et qui s’adresse presque exclusivement aux hommes ne déroge pas aux pratiques locales. Les femmes du Yucatán ne migrent en général que pour du travail considéré comme féminin, soit le travail domestique. Elles le font sur des distances relativement réduites, ce qui résulte pour une large part des entraves faites à leur mobilité. En somme, la migration temporaire au Canada dans le cadre du PTAS en excluant les femmes, pour toute nouvelle qu’elle soit par rapport aux autres au Yucatán, ne contribue qu’à la consolidation des rapports de genre dans le lieu d’origine. Quant au lieu de destination, même si ce sujet ne fait pas partie de notre propos ici, la proportion réduite de femmes dans l’ensemble du programme constitue un indice des inégalités entre les femmes et les hommes dans le secteur du maraîchage au Canada, révélateur de stéréotypes et de résistances qui tiennent tout autant du Nord que du Sud.

Inicio de página

Bibliografía

BASOK, Tanya, BÉLANGER, Danièle, RIVAS, Eloy, “Reproducing Deportability: Migrant Agricultural Workers in South-western Ontario”, Journal of Ethnic and Migration Studies (ahead-of-print), 2013, p. 1-20.

BASOK, Tanya, BÉLANGER, Danièle, RIVAS, Eloy, Tortillas and Tomatoes. Mexican Transmigrant Harvesters in Canada, Montréal, McGill-Queen’s Press, 2002, 192 p.

BECERRIL QUINTANA, Ofelia¡Soy un Tunante, cual loco caminante! Transmigrantes mexicanos a Canadá contendiendo el género, la sexualidad y la identidad, Zamora, Mich., El Colegio de Michoacán, 2011, 422 p.

BECERRIL QUINTANA, Ofelia, “Experimentando la sexualidad y resistiendo al control compulsivo canadiense. Transmigrantes mexicanos en Canadá”, CASTRO DOMINGO, Pablo (ed.), Dilemas de la emigración en la sociedad postindustrial, México, Miguel Ángel Porrúa, 2008, p. 273-308.

BEVER, Sandra W., “Migration and the Transformation of Gender Roles and Hierarchies in Yucatán”, Urban Anthropology and Studies of Cultural Systems and World Economic Development, Vol. 31, n° 2, 2002, p. 199-230.

BINFORD, Leigh, Tomorrow, we’re all Going to the Harvest. Temporary Foreign Worker Programs and Neoliberal Political Economy, Austin, University of Texas Press, 2013, 281 p.

BINFORD, Leigh, “From Field of Power to Field of Sweat. The Dual Process of Constructing Temporary Migrant Labor in Mexico and Canada”, Third World Quarterly, Vol. 30, 3, 2009, p. 503-517.

BINFORD, Leigh, “The Seasonal Agricultural Workers Program and Mexican Development”, FOCAL, Policy Paper, FPP-06-07, Ottawa, 2006.

CASTELLANOS, M. Bianet, “Adolescent Migration to Cancún: Reconfiguring Maya Households and Gender Relations in Mexico's Yucatán Peninsula”, Frontiers: A Journal of Women Studies, Vol. 28, n° 3, 2007, p. 1-27.

CDI (Comisión para el desarrollo de los pueblos indígenas), Indicadores sociodemográficos de la población total y la población indígena 2010, <http://www.cdi.gob.mx/cedulas/2010/YUCA/yuca2010.pdf>. Consulté le 12/02/15.

CEA HERRERA, María Elena, “La migración indígena interestatal en la Península de Yucatán”, Investigaciones Geográficas, 55, 2004, p. 122-142.

CORNEJO PORTUGAL, Inés, FORTUNY LORET DE MOLA, Patricia, “‘Corrías sin saber adónde ibas’. Proceso migratorio de mayas yucatecos a San Francisco, California”, Cultura y representaciones sociales, Vol. 5, n° 10, 2011, p. 82-106.

CORNELIUS, Wayne A., FITZGERALD David, FISCHER, Pedro Lewin (ed.), Caminantes del Mayab. Los nuevos migrantes de Yucatán a los Estados Unidos, Mérida, Instituto de Cultura de Yucatán/Instituto Nacional de Antropología e Historia, 2008, 338 p.

DURAND, Jorge, « La dynamique migratoire au Mexique. Un futur incertain », Hommes & Migrations, Vol. 1296, n° 2, 2012, p. 12-21.

EASTMOND, Amarella, DE FUENTES, Ana García, CÓRDOBA Y ORDOÑEZ Juan, Recent Population and Education Trends on the Yucatán Peninsula”, in LUTZ, Wolfgang, PRIETO, Leonel, SANDERSON, Warren (dirs.), Population, Development, and Environment on the Yucatán Peninsula: From Ancient Maya to 2030, International Institute for Applied Systems Analysis, Laxenburg, Austria, 2000, p. 54-71.

FISCHER, Pedro Lewin, “Yucatán as an Emerging Migrant-Sending Region”, Montréal, Latin American Studies Association, CD-Rom du Congrès, 2007.

FISCHER, Pedro Lewin, GUZMÁN, Estela, Migración y género en Yucatán. Indicadores de migración interna e internacional, México, Instituto Nacional de las Mujeres, Gobierno Federal, Vivir Mejor, Secretaría de Política Comunitaria y Social, Instituto para la Equidad de Género en Yucatán, Instituto Nacional de Antropología e Historia, 1ª edición, 2009, 209 p.

FOX, Jonathan, RIVERA-SALGADO, Gaspar, (ed.), Indigenous Mexican Migrants in the United States, San Diego, Center for U.S.-Mexican Studies et Center for Comparative Immigration Studies, 2004, 525 p.

FUNDACIÓN BBVA Bancomer, Anuario de migración y remesas México, <https://www.fundacionbbvabancomer.org/imagenes/Docs/Anuario_Migracion_y_Remesas_2013.pdf>. Consulté le 26/10/13.

GALERAND, Elsa, KERGOAT, Danièle, Consubstantialité vs intersectionnalité? À propos de l’imbrication des rapports sociaux, Nouvelles pratiques sociales, Vol. 26, n° 2, 2014, p. 44-61.

GALVÁN, Ruth Trinidad, “Global Restructuring, Transmigration and Mexican Rural Women Who Stay Behind: Accommodating, Contesting and Transcending Ideologies”, Globalizations, Vol. 5, 4, 2008, p. 523-540.

GONZÁLEZ CASTILLO, Eduardo, Les régions au Mexique : analyse et discussion du concept, Cahiers du GREDEM, N° 2007-01, 2007, [En ligne] <http://gredem.org/images/2007_01_eduardogonzalezcastillo.pdf>

HELLIO, Emmanuelle, Saisonnières à la carte: flexibilité du travail et canalization des flux migratoires dans la culture des fraises andalouses, Cahiers de l’Urmis [En ligne], Vol. 14, 2013. Consulté le 25/2/13.

HENNEBRY, Jenna L., “Bienvenidos a Canada? Globalization and the Migration Industry Surrounding Temporary Agricultural Migration in Canada”, Canadian Studies in Population, Vol. 35, 2, 2008, p. 339-356.

IGLESIAS LESAGA, Esther, “New Migrations from Yucatán: Territories and Remittances”, Migration and Development, Vol. 9, n° 17, 2011, p. 67-84.

INMUJERES, Evaluación del programa estatal de Género y Migración 2012. México, IEGY, Gobierno de México, Gobierno del Estado de Yucatán, s.d., 128 p.

KEARNEY, Michael, Reconceptualizing the Peasantry. Anthropology in Global Perspective, Boulder, CO, Westview Press, 1996, 224 p.

KING, Russell, SKELDON, Ronald, “‘Mind the gap!’ Integrating Approaches to Internal and International Migration”, Journal of Ethnic and Migration Studies, Vol.36, n° 10, 2010, p. 1619-1646.

KRITZ, Mary M., LIM, Lin Lean, ZLOTNIK, Hania (eds.), International Migration Systems: A Global Approach, Oxford, New York, Clarendon Press, Oxford University Press, 1992, 354 p.

LABRECQUE, Marie France, Être Maya et travailler dans une maquiladora. État, identité, genre et génération au Yucatán, Mexique, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, 204 p.

LARA FLORES, Sara Ma., PANTALEÓN, Jorge, SÁNCHEZ GÓMEZ, Martha J., (coord.), Hacia el otro norte. Mexicanos en Canada, Buenos Aires, CLACSO, 2015, E-Book, 255 p.

LESTAGE, Françoise, Les Indiens mixtèques dans les Californies contemporaines. Migrations et identités collectives, Paris, PUF, 2009, 164 p.

MANNON, Susan E., PETRZELKA, Peggy, GLASS Christy M, RADEL, Claudia, “Keeping them in their place: Migrant Women Workers in Spain’s Strawberry Industry”, International Journal of Sociology of Agriculture and Food, Vol. 19, n° 1, 2012, p. 83-101.

MCLAUGHLIN, Janet, Trouble in our Fields. Health and Human Rights among Mexican and Caribbean Migrant Farm Workers in Canada, PhD thesis in Anthropology, University of Toronto, 2009, 649 p.

OCDE, Estudios territoriales de la OCDE, Yucatán, México. México, OCDE, 2008, 245 p.

PACIULAN, Melissa, PREIBISCH, Kerry, “Navigating the Productive/Reproductive Split: Latin American Transnational Mothers and Fathers in Canada's Temporary Migration Programs”, Transnational Social Review: A Social Work Journal, Vol. 3, 2, 2013, p. 173-192.

PREIBISCH, Kerry, “Migrant Workers and Changing Work-place Regimes in Contemporary Agricultural Production in Canada”, International Journal of Sociology of Agriculture and Food, Vol. 19, n° 1, 2012, p. 62-82.

PREIBISCH, Kerry, “Local Produce, Foreign Labor: Labor Mobility Programs and Global Trade Competitiveness in Canada”, Rural Sociology, Vol. 72, n° 3, 2007, p. 418-449.

PREIBISCH, Kerry, ENCALADA GREZ, Evelyn, “The Other Side of el Otro Lado: Mexican Migrant Women and Labour Flexibility in Canadian Agriculture”, Signs: Journal of Women in Culture and Society, Vol. 35, 2, 2010, p. 289-316.

REYGADA OLAISOLA, Alicia, Las nuevas temporeras de la fresa en Huelva. Flexibilidad productiva, contratación en origen y feminización del trabajo en una agricultura globalizada, Thèse de doctorat, Facultad de Geografía e Historia. Departamento de Antropología social, Universidad de Sevilla, 2009, 672 p.

ROSALES MENDOZA, Adriana Leona, “Concepciones culturales, género y migración entre mayas yucatecos en Cancún, Quintana Roo”, Estudios de Cultura Maya, Vol. 33, 2008, p. 105-120.

SATZEWICH, Victor, Racism and the Incorporation of Foreign Labour: Farm Labour Migration to Canada. New York, Routledge, 1991, 241 p.

STEPHEN, Lynn, Transborder Lives: Indigenous Oaxacan Migrants in Mexico and the U.S., Durham, Duke University Press, 2006, 400 p.

STPS (Secretaría del trabajo y previsión social), Yucatán: Información laboral, México, Gobierno de México, Subsecretaría de empleo y productividad laboral, Octobre 2013, 27 p.

TORRES, Rebecca Maria, MOMSEN Janet D., “Gringolandia: The construction of a New Tourist Space in Mexico”, Annals of the Association of American Geographers, Vol. 95, 2, 2005, p. 314-335.

TORRES GÓNGORA, Beatriz, “Importante presencia de las mujeres en la historia económica de Yucatán. Evolución del trabajo femenino remunerado en el estado 1895-1990”, Pulso Económico, n° 9/10, 1998, p. 22-27.

TRUMPER, Ricardo et Lloyd L. WONG, “Les travailleurs migrants au Canada. ‘Racialisation’, genre et flexibilité, Hommes & Migrations, n°1272, 2008, p. 44-56.

VAN YOUNG, Eric, “Introduction. Are Regions Good to think?”, 1-36, in Mexico‘s Regions. Comparative History and Development, San Diego, Center for U.S.-Mexican Studies, 1992, 257 p.

WONG, Lloyd Lee, Migrant Seasonal Agricultural Labour: Race and Ethnic Relations in the Okanagan Valley, Toronto, York University. Thèse de doctorat en sociologie, 1988, 320 p.

Inicio de página

Notas

1 Parmi les principales recherches, mentionnons celles de Basok, 2002; Preibisch, 2007; Hennebry, 2008; Trumper et Wong, 2008; Binford, 2009; McLaughlin, 2009; Becerril Quintana, 2011.

2 Selon la Comisión para el desarrollo de los pueblos indígenas (CDI), il s’agit de 985,549 autochtones sur une population de 1.955.577 personnes (CDI, 2010). Les autres États comportant les plus hauts taux d’Autochtones sont tous situés au sud du pays : il s’agit d’Oaxaca, 68 %; Quintana Roo, 50 % et Chiapas, 38 %. Selon les critères utilisés, les autochtones au Mexique représentent entre 10 et 20 % de la population totale.

3 Il s’agit d’une recherche intitulée : « Perspectives de genre, de classe et de "race" sur la migration temporaire transnationale des Mayas du Yucatán, Mexique » et financée par le Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada (2011-2014). Nous avons mené cette recherche en collaboration avec quatre chercheuses et chercheurs étudiants de niveau maîtrise. Nos séjours sur le terrain totalisent plus de 15 mois, principalement à l’été 2012. Nous avons fait des entrevues approfondies auprès de 61 travailleurs sur les 308 recrutés en 2012, d’une trentaine de conjointes, et de 4 travailleuses sur les 9 recrutées cette année-là, de même qu’auprès des fonctionnaires en charge du recrutement. Les entrevues se sont effectuées conformément aux engagements pris auprès du Comité d’éthique de la recherche de l’Université Laval (CÉRUL) selon le certificat n°2011-127/13-06-2011.

4 Le présent article se situe un peu en amont de l’étude proprement dite du PTAS que nous avons effectuée. Les personnes intéressées à en savoir davantage sur ce programme, sur la façon dont il se rattache à la segmentation du marché du travail dans l’industrie agro-alimentaire mondiale et s’insère dans les grandes dynamiques de la migration internationale peuvent consulter deux ouvrages récents : Binford, 2013 et Lara et al., 2015. Signalons que malgré des similitudes apparentes avec les programmes de migration temporaire en Europe, notamment ceux traités par Reigada Olaizola (2009) et Hellio (2013), qui mobilisent une main-d’œuvre majoritairement féminine, le PTAS recrute surtout des hommes. Le traitement des rapports de genre nécessite donc ici un appareillage théorique quelque peu différent de celui utilisé par ces auteures.

5 Le concept de région nécessiterait à lui seul tout un développement mais qui nous éloignerait de notre propos. On peut consulter l’ouvrage fondamental pour le Mexique de Van Young (1992) et la synthèse de González Castillo (2007).

6 Selon les résultats du recensement de 2010, les États présentant un indice d’intensité migratoire la plus élevée étaient : Zacatecas, Michoacán, Guanajuato et Nayarit (Fundación BBVA Bancomer, 2013).

7 La région « henequenera » doit son nom à un agave, le henequén (agave Fourcroyde lem.), aussi connu sous le nom de sisal. Une fois décortiquées, les feuilles fournissent de la fibre qui sert à produire de la corde et autres produits dérivés. L’économie du Yucatán a été en très grande partie basée sur le henequén entre la fin du XIXe et le milieu du XXe siècle. L’industrie basée sur cette plante a périclité au fur et à mesure que d’autres pays se sont engagés dans cette production et aussi parce que les fibres naturelles ont été remplacées par les fibres synthétiques. Bien qu’on désigne encore souvent la région par le terme « henequenera » ou « ex-henequenera », il ne s’y produit presque plus de henequén. L’économie de la région ne s’est jamais vraiment remise du déclin de la production et de l’industrialisation basée sur cette plante.

8 Ces informations proviennent d’un article paru le 17 octobre 2012 sur le site Mexico Migrante/Notimex intitulé « Propicia pobreza migración rural en Yucatán » : <www.mexicomigrante.com.mx/index.php?option=com_content&view=article&id=12405:propicia-pobreza-migracion-rural-en-Yucatán&catid=1:migracion&Itemid=458>, Consulté le 27/3/13.

9 Note informative parue dans Unión Yucatán le 7/10/12, < www.unionYucatán.mx/article/yucatecos-dejan-de-migrar-eu-por-miedo>, Consulté le 27/3/13.

10 Le journal Le Devoir du 9 mars 2015 rapportait ce qui suit : "Un député conservateur du Nouveau-Brunswick, John Williamson, s’est excusé samedi sur Twitter d’avoir utilisé un « langage offensant et inapproprié » en parlant du Programme canadien des travailleurs étrangers temporaires. Le site de nouvelles iPolitics rapporte que le député a affirmé samedi que « cela n’a aucun sens de payer des Blancs pour demeurer chez eux alors que les entreprises engagent des gens qui ont la peau brune ["brown people"] pour faire le travail » à titre de travailleurs temporaires. Voir aussi <//www.ipolitics.ca/2015/03/07/mp-and-former-harper-advisor-john-williamson-tfw-program-favours-brown-people-over-whities/>, consulté le 9/3/15.

11 Cimac Noticias (Comunicación e información de la mujer, A.C.) est un bulletin de nouvelles en ligne avec une perspective de genre. Pour cette nouvelle, < www.cimacnoticias.com.mx/node/35932>, Consulté le 19/2/06.

12 Mérida est situé à environ 20 heures de Mexico en autobus mais à moins de deux heures en avion.

13 Nous avons évidemment attribué des pseudonymes aux personnes citées. De plus, nous évitons ici d’indiquer la commune de résidence de ces personnes car elles pourraient être très facilement identifiables. On remarquera que les travailleuses citées sont toutes plus âgées que les conjointes des travailleurs mentionnées plus loin. Cela peut signifier deux choses : premièrement, qu’elles ont été intégrées au PTAT dès le début alors qu’elles étaient plus jeunes, et que deuxièmement, plus elles sont âgées, plus elles peuvent s’affirmer et décider pour elles-mêmes de partir.

14 Site de Service Canada: <www.servicecanada.gc.ca/fra/qc/emploi_avenir/statistiques/8431.shtml>, consulté le 12/02/15.

15 "Pueblo chico, infierno grande". En fait, il s’agit du titre d’une série télévisée mexicaine de la fin des années 1990.

16 "Candil de la calle, oscuridad de su casa".

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie France Labrecque, « Le programme canadien des travailleurs agricoles saisonniers et le système régional de migration au Yucatán : où sont les femmes?  », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 22 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/5466

Inicio de página

Autor

Marie France Labrecque

Université Laval
Marie France Labrecque est anthropologue, rattachée au Département d’anthropologie de l’Université Laval. Ses publications portent principalement sur le Mexique autochtone.
marie-france.labrecque@ant.ulaval.ca

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org