Navegación – Mapa del sitio
Rester

Migrations féminines et reconfigurations familiales autour des enfants left behind en Bolivie

Robin Cavagnoud

Resúmenes

Face à la précarité du marché du travail dans les villes boliviennes de l’Altiplano, en particulier à El Alto, de nombreuses femmes choisissent de migrer seules vers un pays étranger, principalement vers l’Argentine et l’Espagne, pour donner à leurs enfants de meilleures conditions de vie dans le pays d’origine. L’article montre d’abord l’organisation de ces migrations des mères de famille dans leur parentèle féminine. Il se penche ensuite sur les remises envoyées par les femmes et leur utilisation en faveur des besoins quotidiens de leurs enfants et de projets à plus long terme. Sont abordés enfin la question du soin des enfants par des membres féminins de la lignée familiale des femmes migrantes et le processus d’autonomisation des enfants left behind au regard de la situation conjugale et génésique de leur mère dans le pays de destination.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1La Bolivie est un pays qui connaît historiquement d’importants mouvements migratoires, aussi bien au niveau interne que vers l’étranger. Depuis le milieu du XIXe siècle, la présence de Boliviens sur le sol argentin a été attestée par plusieurs recensements (INDEC, 1997) et s’est intensifiée depuis les années 1950 avec un objectif de travail, d’abord dans le secteur agricole au nord du pays puis dans le commerce et le textile à Buenos Aires (Grimson, 1997 ; Sassone, 1989). Depuis la crise économique argentine de 2001 et les attentats survenus aux Etats-Unis la même année, l’Europe et en particulier l’Espagne se sont imposées comme la nouvelle destination des migrants andins et notamment boliviens (Baby-Collin, Cortes, Miret, 2009). Récemment, la part de la population bolivienne résidant légalement ou illégalement hors des frontières nationales a été estimée entre 25 et 30% (Hinojosa, 2009 : 6-7). Ce taux a sensiblement progressé pendant les premières années du XXIe siècle sous l’effet conjugué de la détérioration prolongée du marché du travail et des crises politiques survenues pendant la période précédant l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales en 2006. Parallèlement à cette tendance, les sources statistiques indiquent une féminisation accompagnant ces mouvements migratoires ; la part des femmes parmi la population bolivienne résidant hors du pays serait de 70% dont une majorité de 52% émigrant sans leurs enfants (Arroyo, 2009 : 37). À la fois la CEPAL et l’OCDE observent la même tendance sur l’ensemble de l’Amérique latine et un choix commun des femmes migrantes de ne pas revenir dans leur pays d’origine (CEPAL, 2006 ; OCDE, 2012). Dans le cas bolivien, il est probable que les problèmes de violence conjugale et domestique encouragent les femmes à opter pour ce projet de vie (Salazar et al., 2010).

2Le départ des femmes mères de famille pose la question du soin et de la protection de leurs enfants restant dans le pays d’origine. Si la migration des mères a bien été identifiée comme situation de rupture dans le parcours de vie des enfants (Guaygua et al., 2010), d’autres travaux ont mis en évidence le rôle des grands-parents dans la prise en charge des enfants (Bastia, 2009). Après avoir démontré dans un précédent article le rôle joué par la famille étendue dans les stratégies de protection et de soin mises en place par les femmes afin d’entreprendre leur projet migratoire (Cavagnoud, 2014 ; Cavagnoud, Bruslé, 2013), nous présenterons ici des résultats d’enquête concernant l’organisation de la migration des femmes, l’utilisation des remises pour le budget familial ainsi que les projets personnels des enfants left behind selon la situation conjugale et génésique de leur mère dans le pays de destination. L’objectif de ce texte est ainsi d’identifier et expliquer les différents parcours de vie des enfants left behind au-delà du départ de leur mère et de leur choix migratoire.

3Cet article s’appuie sur une enquête de terrain réalisée en 2012 dans la ville d’El Alto auprès de 30 enfants et adolescents de 6 à 18 ans dont la mère, le père ou dans quelques cas les deux parents, avaient migré à l’étranger. Dans ces trois configurations de membre adulte migrant, l’échantillon a été respectivement composé de 17, 5 et 8 cas. Les enfants interrogés ont été rencontrés par le biais du système éducatif Fé y Alegría qui possède un vaste réseau d’écoles primaires et de collèges répartis dans des quartiers à la fois populaires (Yunguyo et Villa Tunari) et de classe moyenne commerçante (Villa Adela, 16 de julio) d’El Alto, permettant une relative diversification socio-économique dans les zones d’étude. Ces collèges, à l’image des autres établissements publics et privés de cette ville, présentent une population importante d’élèves dont la mère réside et travaille dans un pays étranger. Grâce à la coopération de cette institution, nous avons pu mener nos entretiens facilement dans l’enceinte même des écoles. Notre matériel empirique est composé de récits de vie qui retracent l’histoire de chaque enfant depuis sa naissance. La singularité de cette approche qualitative repose sur la prise en compte de la parole des enfants de mères migrantes, leur appréciation des dynamiques familiales dans lesquelles ils sont impliqués au fil de leur parcours de vie. Le choix méthodologique de nous concentrer seulement sur le récit des enfants correspond à la difficulté d’interroger d’autres membres de leur famille en dehors de l’espace scolaire. À défaut d’une triangulation des sources constituant la principale limite de cette enquête, notre approche s’avère originale car elle a permis de recueillir en détail la subjectivité des enfants en plus des éléments factuels liés à la migration de leur mère et à leur situation familiale depuis cet événement.

Des migrations de travail organisées dans la parentèle féminine

4Les résultats de l’enquête montrent en premier lieu que les femmes prennent la décision de migrer vers un pays étranger parce qu’elles ont des liens de proximité avec au moins une autre femme résidant dans le lieu de destination et qui partage la même nationalité – bolivienne – que les mères migrantes. Celle-ci montre le plus souvent un lien de parenté avec les femmes migrantes (tante, cousine germaine) mais elle peut également être associée à leur cercle intime dans le pays d’origine avant d’avoir choisi de quitter la Bolivie pour des questions économiques.

5Leslie, 15 ans, mère en Espagne depuis 9 ans :

Ma mère est partie en Espagne lorsqu’elle avait 36 ans. Elle est partie là-bas sur les îles Canaries pour travailler dans la restauration et elle a accompagné l’une de mes cousines de Santa Cruz qui habitait déjà là-bas depuis plusieurs années. C’est elle qui lui a dit : "Viens avec moi, là-bas tu vas gagner beaucoup plus d’argent. C’est comme ça que ma mère est partie pour nous entretenir mon frère et moi. (11 juin 2012)

6C’est dans la parentèle féminine que circulent les informations concernant l’état du marché du travail dans le pays de destination des migrantes latino-américaines, par exemple sur les offres d’emploi disponibles dans les services domestiques ou à la personne et la demande d’une activité stable de la part des femmes en quête d’une meilleure condition socio-économique par la mobilité internationale. Une femme bolivienne peut ainsi recevoir les renseignements d’une sœur, d’une cousine, d’une tante ou d’une amie ayant migré depuis plusieurs années et possédant des indications de première main sur les possibilités d’emploi dans le pays de destination, en premier lieu en Espagne et en Argentine. La transmission de ces informations s’appuie sur les réseaux familiaux transnationaux et est indispensable pour apporter aux femmes migrantes un soutien initial afin de concrétiser le projet de migration vers l’un des pays cités. Il est même fréquent que cette personne appartenant à la parentèle féminine des futures migrantes prête la somme nécessaire au financement du voyage par l’achat du billet d’avion.

7Par la suite, une fois réglée la question de la garde des enfants et le voyage réalisé, la même femme facilite l’installation de sa parente ou amie dans le pays de destination. Cela s’observe d’abord pour l’hébergement (les femmes partagent la même résidence), ensuite par rapport au premier contact avec la famille employeuse voire, pour les migrantes les moins expérimentées, dans l’apprentissage de l’activité qui les occupera sur place, notamment dans le soin d’enfants en bas âge ou de personnes âgées en Espagne. Il est commun que les femmes continuent de cohabiter sur le long terme si aucune n’établit de nouvelle union dans le pays de destination. La diminution des coûts de logement et des dépenses domestiques permet d’épargner davantage sur le salaire reçu et ainsi d’envoyer des remises plus élevées pour leurs enfants restés en Bolivie.

8Mariel, 15 ans, mère en Italie depuis 8 ans :

Ma tante était déjà à Milan depuis trois ans lorsqu’un jour elle a dit à ma mère de la rejoindre pour travailler avec elle comme serveuse dans un restaurant et de vivre ensemble pour mettre plus d’argent de côté. Elle a envoyé de l’argent et ma mère a pu acheter le billet d’avion jusque là-bas. En plus du restaurant, ma tante a mis ma mère en contact avec une famille chez qui elle s’occupe du ménage quelques jours par semaine. (5 mars 2012)

9La situation présentée dans ce témoignage ne concerne que les femmes qui migrent seules, principalement suite à une séparation, un divorce ou un abandon du père. La mise en œuvre de ces mécanismes de solidarité au sein de la parentèle féminine ne renvoie donc pas aux cas de regroupement familial après un premier départ du père rejoint ensuite par sa femme et éventuellement ses enfants. Elle ne reflète pas non plus le cas des femmes qui s’engagent dans une nouvelle union dans le pays de destination avec la naissance d’enfants d’un nouveau conjoint.

  • 1 Entre 2004 et 2012, le gouvernement espagnol de José Luis Zapatero a mené une politique de régulari (...)

10Enfin, il est important de signaler que si certains femmes parviennent à se rendre en Espagne avec un visa de travail, d’autres, majoritaires, sont d’abord admises à entrer dans ce pays avec un visa de "touriste" avant de basculer au bout de trois mois dans une situation de "clandestinité" qui complique leur autonomie sur place dans la quête d’un logement et d’un travail dans des conditions légalement reconnues. Le statut de « clandestine » les incite alors fortement à vivre avec une autre femme de leur parentèle en guise de protection face aux risques d’expulsion. Certaines femmes obtiennent par la suite, aussi bien en Espagne qu’en Argentine, un permis de résidence voire une naturalisation facilitant leur insertion sociale et professionnelle ainsi que leur mobilité entre la Bolivie et le pays de destination1. Pour celles maintenant un statut de "clandestine", il est quasiment impossible à la fois de parvenir à une situation plus stable dans le pays de destination et d’envisager des visites régulières en Bolivie pour garder un contact physique avec leurs enfants.

L’envoi de remises : de la prise en charge des frais quotidiens des enfants à l’investissement immobilier sur le long terme

11Les liens familiaux entre les mères installées et travaillant dans un pays étranger et la parentèle en Bolivie se maintiennent et se renforcent même à travers les enfants laissés dans le pays d’origine. Dans tous les cas étudiés, des mécanismes de solidarité familiale et d’entraide se mettent en place dans les premières semaines après la migration à travers l’envoi régulier de remises à la personne en charge des enfants left behind.

Tableau 1. Montant mensuel et personne responsable des remises envoyées par les mères émigrantes pour le soin de leur(s) enfant(s) (n = 17)

No

Cas

Âge

Sexe

Pays de résidence de la mère

Montant mensuel des remises

(en euros)

Personne du ménage responsable des remises

1

Yanira

13

F

Espagne

150

Sœur aînée

2

Mariel

14

F

Italie

120

Grand-père maternel

3

Erika

16

F

Argentine

77

Grands-parents maternels

4

Carla

17

F

Espagne

169

Grand-mère maternelle

5

José

12

M

Pérou

NC

/

6

Jorge

18

M

Argentine

19

Ego

7

Pedro

18

M

Argentine

77

Père

8

Beimar

10

M

Espagne

225

Père

9

Leslie

15

F

Espagne

100

Tante maternelle

10

Mishell

17

F

Espagne

144

Père

11

Naira

17

F

Chili

34

Oncles

12

Milenka

17

F

Espagne

770

Sœur aînée

13

Iris

17

F

Espagne

NC

Père

14

Emanuel

11

M

Argentine

77

Grand-mère maternelle

15

Carlos

11

M

Argentine

NC

Grand-mère maternelle

16

Lourdes

12

F

Argentine

34

Oncle maternel

17

Daniel

16

M

Argentine

19

Tante maternelle

  • 2 À titre de comparaison, le salaire minimum en Bolivie s’élève à 1000 boliviens soit environ 111 eur (...)

12Toutes les mères migrantes envoient des remises : 143,9 euros par mois en moyenne, ce qui représente un montant significatif au regard du coût de la vie dans une ville comme El Alto2. Cette somme sert essentiellement aux dépenses alimentaires, scolaires et vestimentaires des enfants qui restent avec l’adulte responsable de leur soin et de leur éducation à El Alto. Mais elle ne bénéficie pas à l’ensemble de la famille réceptrice. Cet envoi d’argent correspond à une forme d’obligation morale et de dette symbolique de la mère envers les membres de la famille restés dans le pays d’origine, un engagement de rendre le service de soin assumé majoritairement, d’après les résultats de l’enquête, par les femmes de la même lignée que les mères migrantes (tantes, grands-mères maternelles, sœurs aînées de la fratrie). Landolt (2004) interprète cet envoi de liquidités par les mères comme un « circuit d’intérêts et d’obligations transnationales » qui conditionnent les attentes et les devoirs moraux des migrants. Les remises familiales reflètent la responsabilité et, dans une certaine mesure, l’affection de la mère migrante pour "garantir le soutien familial (logement, alimentation, habillement) et individuel des enfants garçons et filles (dépenses personnelles, sorties avec les amis, entre autres)" (Zapata Martínez, 2009 : 1757).

13Dans plusieurs cas étudiés, on note qu’une partie importante des remises envoyées (environ la moitié de celles-ci) sert à rembourser les mensualités d’un prêt bancaire engagé pour l’acquisition d’un terrain et la construction d’un bien immobilier à El Alto. Ce logement peut servir de résidence à l’ensemble de la famille élargie dont les membres du ménage en charge des enfants des mères migrantes. Cet investissement peut aussi se réaliser dans l’optique d’un retour dans le pays d’origine afin de tirer le meilleur profit du terrain et de la construction d’une maison pour mettre en place un commerce sous forme d’entreprise familiale. Ce type de stratégie permet à terme d’assurer un emploi mieux rémunéré pour les femmes migrantes ainsi qu’une activité économique pour le reste de la famille selon leur situation scolaire et professionnelle. À ce sujet, citons l’exemple de la mère de Mishell qui possédait un commerce de vente de pommes de terre sur le marché d’El Alto. L’investissement dans cette micro-entreprise et l’achat d’un terrain la même année l’ont conduite à contracter d’importantes dettes auprès d’une banque bolivienne et d’amis. La migration à Barcelone pendant quatre années pour travailler auprès d’une personne âgée lui a permis chaque mois d’envoyer une somme régulière de 200 dollars (environ 180 euros) facilitant à la fois le remboursement des dettes et l’achèvement des travaux de construction et de finition de la résidence. Quelques mois après le retour de la mère en Bolivie, la famille a décidé de vendre cette maison pour acquérir, grâce aux plus-values, un terrain d’une plus grande superficie et ouvrir un centre de restauration et de divertissement auquel participe chaque membre de la famille.

14Mishell, 17 ans, mère en Espagne pendant 4 ans :

Mon père a arrêté la menuiserie dans son atelier et nous avons ouvert un grand restaurant en plein air avec de la musique, des jeux pour les enfants et un bar. C’est un travail moins dur et la restauration rapporte davantage que ce que mes parents faisaient dans le passé. Moi, je m’occupe toutes les fins de semaine du service, du nettoyage et de la vaisselle. (8 août 2012)

15Dans cet exemple relativement fréquent, depuis le début de la crise mondiale de 2008, de mères de retour d’Espagne, la migration couvre un objectif spécifique d’accumulation de capital en vue d’améliorer les conditions de travail et de vie quotidienne dans le pays d’origine. Ce cas de figure ne concerne pas les femmes migrantes qui s’engagent dans une nouvelle relation conjugale dans le pays d’accueil. Cette union et la naissance éventuelle d’enfants les éloignent de tout projet de retour en Bolivie. Leurs enfants laissés sur place se soustraient alors plus généralement aux contraintes familiales pour construire leur propre parcours en marge des injonctions maternelles.

De la double figure maternelle à l’autonomie des enfants

16Les résultats de l’enquête figurant dans le tableau 1 montrent que les femmes migrantes ont majoritairement tendance à déléguer la responsabilité de leurs enfants en priorité aux membres féminins de leur parentèle comme leur mère (la grand-mère des enfants) ou leur sœur (la tante des enfants). Ce matricentrage dans le soin des enfants reflète une stratégie de protection de la part des mères de famille avant de prendre la décision de migrer vers un pays étranger. Il équivaut à une extension du rôle maternel vers les membres féminins de la famille et correspond à la recherche d’un membre stable et de confiance dans la parentèle afin d’assurer l’avenir le plus convenable possible aux enfants.

  • 3 Nous ne disposons pas de données précises sur le niveau scolaire et la profession de chaque personn (...)

Tableau 2. Personnes en charge des enfants pendant le séjour à l’étranger des mères (n = 17)3

No

Cas

Nombre d'années de migration

Personne en charge du soin d'ego (âge)

1

Yanira

5

Sœur aînée (21)

2

Mariel

7

Grand-père maternel (54)

3

Erika

14

Grand-mère maternelle (60)

4

Carla

5

Grand-mère maternelle (66)

5

José

0

Sœur aînée (23)

6

Jorge

5

Père (48)

7

Pedro

2

Tante paternelle (40)

8

Beimar

8

Père (NC)

9

Leslie

6

Tante maternelle (40)

10

Mishell

4

Père (48)

11

Naira

1

Tante maternelle (NC)

12

Milenka

6

Tante maternelle (42)

13

Iris

2

Père (42)

14

Emanuel

3

Grand-mère maternelle (50)

15

Carlos

1

Grand-mère maternelle (NC)

16

Lourdes

5

Grand-mère maternelle (66)

17

Daniel

11

Tante maternelle (34)

17La pratique des mères consistant à confier leurs enfants en priorité aux membres féminins de leur famille élargie au cours de leur expérience migratoire met en évidence une "maternité transnationale" (Hondagneu-Sotelo, Avila, 1997). Malgré la distance entre le pays d’origine et de destination, ces femmes parviennent à maintenir l’exercice de leur rôle de mère à travers des figures maternelles appartenant à leur parentèle et à leur premier cercle affectif. Cette délégation de l’éducation des enfants permet de garantir la prise en charge de leur soin quotidien et la reproduction sociale des familles des mères migrantes sur le long terme. Dans la réorganisation de la famille accompagnant la période migratoire, la maternité étendue et transnationale assure un rôle affectif et éducatif fondamental, en plus d’exercer un contrôle sur les enfants et leurs relations sociales. Cette pratique se base sur un pacte entre la mère et les membres féminins de sa famille qui rend possible le projet migratoire.

18Naira, 17 ans, mère au Chili pendant 2 ans :

Ma tante s’est engagée à prendre soin de moi. Elle a dit à ma mère "laisse-la ici avec moi, elle sera avec ses cousines", "je te prête l’argent pour ton voyage jusqu’à là-bas". Comme mon oncle était le seul boulanger de tout le village, il gagnait assez d’argent et il pouvait prêter une bonne somme d’argent à ma mère pour qu’elle puisse mettre en place son projet de migration. (10 août 2012)

19Cette organisation de la parenté mêlant une forme "biologique" basée sur la relation utérine mère/enfant et une forme "domestique" ou "pratique" à travers le rapport entre grands-mères et petits-enfants, tantes et neveux évolue au fil du temps selon la situation conjugale et génésique des femmes dans le pays de destination. Les mères migrant seules en Espagne ou vers l’Argentine connaissent des destins personnels pour le moins hétérogènes. Si la plupart d’entre elles maintiennent un statut de célibataire au fil de leur parcours dans le pays de destination, d’autres au contraire s’engagent dans une nouvelle relation matrimoniale qui aboutit généralement à la naissance d’un ou deux enfants qui deviennent alors les frères ou sœurs utérins de leurs enfants laissés à El Alto.

Tableau 3.  Situation conjugale et génésique des femmes migrantes dans le pays de destination (n = 17)

No

Cas (âge)

Nombre d'années de migration de la mère

Nouvelle union dans le pays d’installation (nombre d’enfants issus de cette union)

Projet ou situation de vie d’ego

1

Yanira (13)

5

Non

Attendre le retour de sa mère à El Alto pour retrouver un mode de vie familial avec le père et la fratrie

2

Mariel (14)

7

Non

Migration en Italie pour rejoindre sa mère et étudier la danse

3

Erika (16)

14

Oui (1)

Partir en Argentine après la fin de l'enseignement secondaire pour suivre des études dans le tourisme et l'hôtellerie

4

Carla (17)

5

Non

Rester en Bolivie et étudier à l’université

5

José (12)

0

Non

Attendre le retour de sa mère à El Alto pour retrouver un mode de vie familial entre tous les membres

6

Jorge (18)

5

Oui (2)

Continuer à travailler après la fin du collège sans rien attendre de ses parents

7

Pedro (18)

2

Non

Attendre le retour de sa mère et responsabilité de ses sœurs cadettes

8

Beimar (10)

8

Non

Attendre le retour de sa mère à El Alto pour retrouver un mode de vie familial entre tous les membres

9

Leslie (15)

6

Non

Migration en Espagne pour rejoindre la mère

10

Mishell (17)

4

Non

Retour de la mère en Bolivie

11

Naira (17)

1

Non

Retour de la mère en Bolivie

12

Milenka (17)

6

Non

Prolongement du mode de vie avec ses grands-parents

13

Iris (17)

2

Non

Retour de la mère en Bolivie

14

Emanuel (11)

3

Non

Retour de la mère en Bolivie

15

Carlos (11)

1

Non

Maintien de la même responsabilité dans le soin de ses frères depuis le départ de la mère

16

Lourdes (12)

5

Oui (1)

Sentiment d’abandon de la mère et désir de construire un projet professionnel à la sortie du collège

17

Daniel (16)

11

Oui (3)

Sentiment d’abandon de la mère et de construire un projet professionnel à la sortie du collège

20Deux profils d’enfant left behind ressortent de ces résultats. On trouve d’abord les enfants dont le parcours de vie est très lié aux choix et à l’organisation familiale autour de la migration féminine. Il s’agit des mères qui ne s’engagent pas dans une nouvelle relation conjugale dans le pays de destination. Elles tendent de fait à envoyer des remises sensiblement supérieures à la moyenne et qui couvrent à la fois les besoins quotidiens de leurs enfants et souvent le remboursement d’un prêt bancaire pour l’achat d’un terrain et d’une maison en vue d’un éventuel retour en Bolivie. Ces mères maintiennent des liens intenses et très réguliers avec leurs enfants à travers l’utilisation quotidienne des réseaux sociaux et des moyens de communication par internet comme skype. Elles envoient également des colis de jouets et de vêtements pour leurs enfants de façon régulière. Ces derniers montrent des résultats scolaires satisfaisants et une implication élevée dans les activités de leur collège.

21Un second profil d’enfants left behind renvoie à ceux dont la mère a reconstruit une vie intime et amoureuse dans le pays de destination. Leur place dans la fratrie s’avère davantage aléatoire et ne repose plus sur un lien affectif quotidien. Ces enfants tendent à avoir des résultats scolaires moins bons que les autres élèves et témoignent de projets d’avenir davantage orientés vers un travail à la sortie du collège. Par ailleurs, ces enfants évoquent fréquemment un détachement affectif de leurs parents biologiques, non seulement de leur père avec lesquels certains n’ont plus de contact depuis leur naissance mais également de leur mère, engagée dans de nouveaux rapports familiaux et affectifs avec un conjoint et des enfants issus de cette nouvelle union. Cet éloignement des parents biologiques est alors compensé par un investissement affectif plus fort envers leurs grands-parents et leurs oncles qu’ils considèrent comme leurs "parents", dans une recomposition des rapports de parenté induite par la migration et la nouvelle union de la mère dans le pays d’accueil.

22Lourdes, 12 ans, mère en Argentine depuis 5 ans :

Quand ma mère vient ici, elle s’approche de moi, elle m’embrasse, elle vient me voir dans ma chambre. Elle essaie de discuter avec moi le plus possible mais moi je ne peux pas. Je ne me sens pas pareil. Avec ma grand-mère, nous discutons beaucoup (beaucoup plus qu’avec ma mère en tout cas). Je lui raconte mes histoires personnelles. Disons que j’ai beaucoup de confiance avec elle. (10 octobre 2012)

23Ce profil d’enfants left behind montre néanmoins certaines nuances selon la taille et la composition de leur fratrie dans le pays d’origine dans la mesure où les enfants occupant une position d’aîné sont davantage investis d’un rôle protecteur auprès de leurs frères et sœurs cadets. Certains souhaitent en même temps profiter de la présence de leur mère dans un pays où les études supérieures de qualité sont plus accessibles pour la rejoindre et quitter ainsi leur vie en Bolivie. Plus généralement, ces adolescents reconnaissent se sentir abandonnés par leur mère. Ils sont également plus autonomes dans la conduite de leur vie quotidienne, notamment à travers un travail hors de leur famille en dehors des horaires scolaires, et leurs projets personnels annoncent une émancipation de la famille une fois l’enseignement secondaire achevé.

24Jorge, 18 ans, mère en Argentine depuis 5 ans :

Je me sens à la fois mal et mal vu car tous les autres ont leur mère et moi je ne l’ai pas à mes côtés. Je me sens détruit souvent. (…) Au lieu d’aimer la famille, j’ai commencé à la détester parce que j’ai oublié ce que c’était que l’amour d’une mère et d’un père. J’ai commencé à me rebeller contre tout le monde car j’ai oublié ce que c’était cet amour comme celui qu’ont mes amis avec leur famille. J’ai commencé à détester ma mère mais aussi mon père et mes frères et sœurs. (29 mai 2012)

25Cette autonomisation tend à se renforcer au fil de l’âge et aboutit à une indépendance de la famille à la fin de la scolarisation au collège et lors de leur transition vers la jeunesse où la plupart des enfants left behind choisissent soit de travailler et de ne pas suivre d’études supérieures, soit de migrer à leur tour pour s’engager dans des études supérieures.

Conclusion

26Les femmes qui choisissent l’option migratoire vers un pays étranger pour améliorer la situation socio-économique de leur famille délèguent majoritairement le soin de leurs enfants aux membres féminins de leur propre lignée (grands-mères ou tantes maternelles). Le rôle des hommes est largement moins prédominant. Même si la séparation ou le divorce des parents avant la migration des mères explique en partie cette situation, il semble que l’importance des femmes dans le soin et la protection des enfants dans une société dominée par le machisme soit également à l’origine de cette décision des femmes migrantes d’accorder l’éducation de leurs enfants aux femmes de leur propre lignée.

27Outre la question du matricentrage et du rôle joué par la famille élargie dans le soin des enfants left behind, les résultats de l’enquête ont permis de mettre en valeur le parcours de vie et le projet de ces enfants en fonction de l’expérience migratoire de leur mère dans le pays de destination entre la migration de travail basée sur un séjour provisoire et une installation durable, voire définitive, s’accompagnant d’une nouvelle union et de la naissance d’enfants issus de cette dernière. Si les enfants left behind du second cas tendent vers une autonomisation de leur famille à la fin de l’adolescence, c’est aussi ceux qui envisagent à leur tour une migration pour rejoindre leur mère et tirer profit de cette installation dans le pays de destination pour intégrer le système universitaire réputé, aussi bien en Espagne qu’en Argentine, de meilleure qualité qu’en Bolivie. La suite de leur parcours est moins dépendante de la trajectoire de leur mère et de leur famille élargie. Néanmoins, il s’agit des enfants ayant davantage intériorisé une forme de culture de la migration se traduisant pour certains par ce choix de migrer à leur tour dans une perspective de mobilité sociale en suivant des études supérieurs hors de Bolivie. Pour confirmer cette tendance et la mise en place de ces projets, il s’avère indispensable de continuer à observer ces jeunes dans la suite de leur parcours et donc au-delà de leur statut provisoire, circonstanciel et construit d’enfants left behind.

Inicio de página

Bibliografía

ARROYO, Marcelo, La migración internacional: una opción frente a la pobreza. Impacto socioeconómico de las remesas en el área metropolitana de La Paz, La Paz, PIEB, 2009, 108 p.

BABY-COLLIN, Virginie, CORTES, Geneviève, MIRET, Naïk, "Les migrants andins en Espagne. Inscription spatiale et repérage de filières", Mélanges Casa de Velázquez. Dialogues transatlantiques autour des migrations latino-américaines en Espagne, n° 39/1, 2009, p. 115-145.

BASTIA, Tanja, "Women’s migration and the crisis of care: grandmothers caring for grand- children in urban Bolivia", Gender and development, Vol. 17, n°3, 2009, p. 389-401.

CAVAGNOUD, Robin, "El impacto de las migraciones internacionales de mujeres bolivianas en el trayecto de vida de sus hijos no migrantes: el caso de El Alto", en COSIO ZAVALA, María Eugenia, ROZÉE GÓMEZ, Virginie (eds.), Género en movimiento: familias y migraciones, México, El Colegio de México, 2014, p. 139-158.

CAVAGNOUD, Robin, BRUSLÉ, Tristan, "Le matricentrage comme stratégie de protection des enfants : le cas des migrations internationales de femmes boliviennes", Autrepart, no 66, 2013, p. 115-132.

CEPAL, América latina y el caribe: migracion international, derechos humanos y desarrollo, Santiago de Chile, CEPAL, 2006, 368 p.

GRIMSON, Alejandro, "Relatos de la diferencia y la igualdad: los bolivianos en Buenos Aires", Nueva Sociedad, no 147, 1997, p. 96-107.

GUAYGUA, Germán et al., La familia transnacional. Cambios en las relaciones sociales y familiares de migrantes de El Alto y La Paz a España, La Paz, PIEB, 2010, 172 p.

HINOJOSA, Alfonso, Migración transnacional y sus efectos en Bolivia, La Paz, PIEB, 2009, 46 p.

HONDAGNEU-SOTELO, Pierrette, ÁVILA Ernestine, "‘I’m here, but I’m there’’: the meanings of Latina transnational motherhood", Gender and Society, Vol.11, no 5, 1997, p. 548-571.

INDEC, "La migración internacional en la Argentina: sus características e impacto", Buenos Aires Estudios, INDEC, 1997, no 29, 47 p.

LANDOLT, Patricia, "La construcción de las comunidades en campos sociales transnacionales. El caso de los refugiados y repatriados en El Salvador", Estudios Migratorios Latinoamericanos, Vol. 5, no 5, 2004, p. 627-650.

OCDE, Perspectives des migrations internationales 2012, Paris, OCDE, 2012, 424 p.

SALAZAR, Cecilia, JIMÉNEZ, Elizabeth, WANDERLEY, Fernanda, Migración, cuidado y sostenibilidad de la vida, La Paz, CIDES-UMSA, 2010, 168 p.

SASSONE, Susana, "Migraciones limítrofes en la Argentina: áreas de asentamiento y efectos geográficos", Signos Universitarios: ciencias sociales y geográficas, Vol.7, no 15, 1989, p. 149-196.

ZAPATA MARTÍNEZ, Adriana, "Familia transnacional y remesas: padres y madres migrantes", Revista latinoamericana de ciencias sociales sobre niñez y juventud, Vol. 7, no 2, 2009, p. 1749-1769.

Inicio de página

Notas

1 Entre 2004 et 2012, le gouvernement espagnol de José Luis Zapatero a mené une politique de régularisation de près de 100 000 boliviens travaillant sur le territoire.

2 À titre de comparaison, le salaire minimum en Bolivie s’élève à 1000 boliviens soit environ 111 euros.

3 Nous ne disposons pas de données précises sur le niveau scolaire et la profession de chaque personne en charge des enfants. La majorité a terminé le collège sans avoir poursuivi d’études supérieures et travaille dans le commerce de détail.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Robin Cavagnoud, « Migrations féminines et reconfigurations familiales autour des enfants left behind en Bolivie », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 23 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/5490

Inicio de página

Autor

Robin Cavagnoud

Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP)
Socio-démographe, enseignant chercheur au département de sciences sociales de la Pontificia Universidad Católica del Perú (PUCP), coordinateur du groupe de recherche Edades de la Vida y Educación (EVE) et chercheur associé à l’Institut français d’études andines (IFEA, UMIFRE 17, MAE/CNRS).
rcavagnoud@pucp.pe

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org