Navegación – Mapa del sitio

Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, Presses Universitaires de Rennes, 2015

Natalia Molinaro

Entradas del índice

Mots-clés :

Argentine, dictature, mémoire
Inicio de página

Texto completo

1Il y a tout juste quarante ans, le coup d’Etat mené par la Junte militaire dirigée par le général Jorge Rafael Videla mettait fin à trois ans d’expérience démocratique  ̶  certes précaire  ̶  en Argentine. S’ensuivaient sept ans de dictature, une dictature civico-militaire, comme il est désormais coutume de la désigner là-bas, pour souligner la complexité de la réalité sociale de l’époque et l’adhésion d’une grande partie de la population au nouveau régime autoritaire. Un régime qui mit en place un système répressif devenu tristement célèbre et dont beaucoup d’Argentins ont subi, de façon plus ou moins directe, les conséquences : disparitions, exécutions, tortures, enlèvements d’enfants, exils. Mais c’est de résistances dont nous parle ce livre, de résistances au pluriel, car c’est de l’addition de différentes stratégies individuelles face au désespoir que sont nées ce que Nadia Tahir a choisi d’appeler des « associations de victimes ».

2Cette désignation fera sûrement débat, en Argentine comme en France. Nadia Tahir vient poser une nouvelle pierre à l’édifice en proposant un angle d’approche inédit pour appréhender ce que l’on considère traditionnellement dans ce pays comme des Associations de Défense de Droits de l’Homme. Tandis qu’en Argentine, cette dénomination, utilisée pour désigner des Associations comme Madres et Abuelas de Plaza de Mayo, est donnée pour acquise, acceptée comme une évidence, Nadia Tahir nous invite ici à l’interroger.

3L’expression « association de victimes » résonne comme un constat. Elle permet de remettre les choses à leur place, d’admettre l’horreur de la vérité, mais aussi de montrer toute l’ampleur de l’œuvre réalisée par ces associations. Cette catégorie sert de point de départ à l’analyse de leur trajectoire, certaines ayant acquis une légitimité telle au sein de la société argentine, qu’elles ont fini par avoir un poids sur les décisions politiques - du moins, pendant la dernière décennie. Tout au long de ces pages, Nadia Tahir retrace leur cheminement et les stratégies adoptées selon les gouvernements pour faire entendre leur voix et parfois survivre, entre 1976 et 2006. Elle nous montre comment ces associations de victimes sont devenues, aux yeux des Argentins, des organisations de défense des Droits de l’Homme ; comment et pourquoi elles ont canalisé et cristallisé une demande sociale croissante de « justice », de construction mémorielle et de révision historiographique, notamment pendant les années qui ont suivi la terrible crise de décembre 2001.

4Pour ce faire, elle remonte le fil des résistances en abordant le mouvement de défense des Droits de l’Homme dans son ensemble, depuis la création en 1937 de la Liga Argentina por los Derechos Humanos, celle du Servicio Paz y Justicia dans les années soixante, jusqu’à la constitution de la Asamblea Permanente por los Derechos Humanos en 1975 et la fondation du Centro de Estudios Legales y Sociales en 1980. Cette étape indispensable, et qui offre au lecteur francophone un panorama de l’histoire des associations de Défense des Droits de l’Homme en Argentine, permet de comprendre l’impact de celles-ci sur le processus qui se met en place à partir de 1977, année de fondation de l’association Mères de la Place de Mai.

5Parce qu’elles sont dépassées par l’amplitude de la répression, les associations de Défense des Droits de l’Homme vont encourager les proches de disparus à se réunir entre eux. C’est ainsi que feront leur apparition les premiers collectifs créés par les proches des disparus. En 1976 est créée Familiares de desaparecidos y detenidos por razones políticas, puis Madres et Abuelas de Plaza de Mayo l’année suivante. Nadia Tahir revient notamment sur la construction et l’évolution d’une figure du « disparu » par les associations, qui accompagnera l’élaboration d’un argumentaire juridique fondé sur une réclamation de respect pour les droits fondamentaux des citoyens argentins et nous montre ainsi comment, dès les premiers temps, l’émergence de ces collectifs est étroitement liée aux associations de Défense de Droits de l’Homme.

6La lecture de ces pages est d’autant plus passionnante qu’elles s’appuient sur un travail de terrain et sur des témoignages recueillis auprès de membres des associations entre 2006 et 2008, c’est-à-dire, à une période charnière de leur histoire, marquée par la reconnaissance officielle des gouvernements Kirchner. L’ouvrage inclut en effet la période 2003-2006 et le premier mandat de Nestor Kirchner. La troisième partie constitue en ce sens un véritable apport à la recherche, en France comme en Argentine, car elle contribue à réactualiser l’histoire de ces groupes. L’auteure revient sur le processus de légitimation enclenché à partir de 2003, les changements et les nouveaux défis qu’il a impliqués pour les associations. En effet, comment se positionner face à ce gouvernement qui, de façon inédite, prend en compte leurs réclamations et leur offre une telle visibilité, jusqu’à en faire, parfois, des acteurs politiques ? Après avoir retracé les différentes étapes de la politique symbolique menée par NK, dont la clé de voûte sera la gestion du passé dictatorial, sans omettre d’inclure la sphère judiciaire, l’auteure revient sur les positionnements adoptés par chaque organisation.

7Nadia Tahir met ainsi à disposition du public francophone un matériel important, qui contribuera sans doute à une meilleure compréhension de l’Argentine actuelle. Cet ouvrage offre des clés au lecteur souhaitant aborder une période historique récente et complexe : les enjeux des années précédant le coup d’Etat (1973-1976), par exemple, sont abordés de façon claire, précise et synthétique. Il en va de même pour la période dictatoriale (1983-1976) et des notions méconnues du public francophone, comme celle de « Processus de Réorganisation Nationale », expression utilisée par la Junte pour désigner et légitimer son gouvernement. L’auteure prend également le temps de s’arrêter pour analyser des catégories discursives comme la figure du « subversif », ou encore des phrases emblématiques, comme le fameux « por algo será ». Elle revient sur le concept de « Terrorisme d’Etat », et sur les méthodes de répression employées par la Junte. Enfin, tout en prenant soin de ne pas s’y attarder, l’auteure s’arrête également sur la « théorie des deux démons » et cherche à comprendre son impact. Ce livre contribuera sans doute enfin à une réflexion plus globale sur le statut de la « victime ».

8À l’heure où le cycle mémoriel semble s’achever en Argentine pour de nouveau laisser place à une politique de l’oubli, ce livre, tout en contribuant à une meilleure connaissance de ces collectifs, a l’effet d’une piqûre de rappel. Il montre combien ces collectifs ont contribué à la construction d’une mémoire du passé dictatorial, tout en déconstruisant les stratégies mises en place selon les contextes, que ce soit par les gouvernements ou les associations. Fruit d’un long travail de recherche, il ouvre de nombreuses pistes de réflexion, tout en contribuant à une meilleure compréhension par le public francophone de questions dont les enjeux dépassent largement les frontières argentines.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5522/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 350k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Natalia Molinaro, « Nadia Tahir, Argentine. Mémoires de la dictature, Presses Universitaires de Rennes, 2015 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 07 junio 2016, consultado el 23 octubre 2017. URL : http://alhim.revues.org/5522

Inicio de página

Autor

Natalia Molinaro

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org