Navigation – Plan du site
Los partidos políticos

Du centre à la droite radicale : concurrence politique, tergiversations programmatiques et repositionnement idéologique du Parti colorado en Uruguay (1950-2015)

Damien Larrouqué

Résumés

Adoptant une perspective de long terme, cet article a pour ambition de détailler le processus de mutation politique, programmatique et idéologique vécu par le Parti colorado en Uruguay, au cours de la seconde moitié du XXe siècle. Parti catch-all historiquement situé au centre de l’échiquier politique, le Parti colorado a dominé la vie institutionnelle uruguayenne pendant plus d’un siècle, avant de se voir concurrencé par la gauche suite à la fondation du Front ample (1971) puis débordé par la droite au bénéfice de la consolidation électorale du Parti national ou blanco (conservateur, ruraliste). Devenu la troisième force partisane du pays depuis le milieu des années 2000, le Parti colorado n’a eu d’autre choix que d’occuper un espace politico-électoral resté vacant et précisément situé à la droite de la droite. L’enjeu de cet article est d’identifier, d’une part, les raisons de ce déclin électoral ainsi que de comprendre, d’autre part, les tenants et aboutissants de ce repositionnement idéologique contemporain.

Haut de page

Texte intégral

1Représentant traditionnel de la bourgeoisie cosmopolite de Montevideo et des classes laborieuses urbaines, le Parti colorado (PC) a gouverné l’Uruguay de manière ininterrompue de 1865 à 1958, puis de 1967 à 1990 et enfin de 1995 à 2005. Pourtant, cette longévité politico-électorale impressionnante en démocratie n’a pas été synonyme de domination monolithique, consensuelle et encore moins linéaire. Au cours des cinquante dernières années, les tergiversations programmatiques ont été profondes. Ayant historiquement mené des politiques sociales-démocrates sous la houlette de son leader tutélaire José Batlle y Ordóñez, le Parti colorado a eu tendance à se “droitiser”. Compromis dans l’avènement de la dictature (1973-1985), il a également soutenu des mesures de dérégulation ayant précipité le pays dans la plus grave crise économique de son histoire en 2002. Au cours des quinze dernières années, son socle électoral s’est considérablement détérioré. Déplacé du centre de l’échiquier politique par le Front ample (FA) et débordé sur sa droite par le Parti blanco ou national (PN), le PC n’est désormais plus que la troisième force politique du pays. Pour circonscrire l’effondrement électoral et partisan, son actuel leader, Pedro Bordaberry, a fait le choix d’assumer des positions sociétales très conservatrices. Ainsi, sous la coupe du fils du dictateur honni Juan María Bordaberry – condamné à la réclusion criminelle à perpétuité et décédé en juin 2011–, le PC est devenu le chantre des discours sécuritaires et de la préservation de l’ordre moral, en s’opposant notamment à la dépénalisation de l’avortement ou encore à l’approbation du mariage homosexuel. En résumé, le Parti colorado a opéré une transition du centre vers la droite radicale, si bien qu’il pencherait aujourd’hui vers l’extrême-droite.

2L’intérêt de cette réflexion est de changer notre mode de lecture de la vie politique uruguayenne. Au milieu des années 2000, de nombreux travaux universitaires ont été consacrés à l’ascension électorale de la gauche frenteampliste (Lanzaro, 2001 ; Garcé et Yaffe, 2005, 2006 ; Moreira, 2004, 2009 ; Yaffé, 2005). En contrepoint, beaucoup plus rares (Chasquetti et Garcé, 2005 ; Garcé et Vairo, 2013) ont été les analyses ayant traité de la rétractation politico-électorale de la droite libérale et conservatrice. Ce renversement de focale offre une nouvelle perspective d’appréhension des évolutions politiques de l’Uruguay contemporain, pays souvent considéré comme un laboratoire singulier par les latino-américanistes.

De la social-démocratie au basculement autoritaire : tribulations d’un parti catch-all prépondérant (1950-1985)

  • 1 Pour plus de détails. Cf. Larrouqué (2012: 166-167).
  • 2 Dans un article célèbre citant à deux reprises le cas uruguayen (1969: 213, 216), Arend Lijphart dé (...)

3A l’instar du Parti blanco, l’origine du Parti colorado remonte à la bataille de Carpintería de 1836 au cours de laquelle se sont affrontées les troupes de deux caudillos rivaux pour le contrôle d’un Etat indépendant depuis peu (1830). Jusqu’à la fin du XIXe, bien que la stabilisation des identités politiques soit précaire, on constate déjà une forme de territorialisation de l’influence de ces deux formations partisanes parmi les plus anciennes du monde1: représentant les élites terriennes, le PN s’est enraciné dans les départements de l’intérieur, tandis que le PC, relayant les intérêts de la bourgeoisie portuaire s’est ancré à Montevideo. Entre eux, les rivalités politiques se sont souvent soldées dans la violence, à l’image de la Guerra Grande (1839-1851) ou de la Révolution des Lances (1870-1872). Pour emprunter à la formule d’Halperín Donghi, il est mis un terme à la “barbarisation du style politique” (2014: 391) par un certain José Batlle y Ordóñez (JBO), jeune leader charismatique du PC, lequel vient à bout de la dernière insurrection blanca en 1904. Si elle clôt définitivement les luttes fratricides entre les deux formations traditionnelles, la paix d’Aceguá vient également jeter les bases d’un renouveau politique, non plus placé sous le principe conventionnel d’un partage élitiste et territorialisé du pouvoir (la capitale au PC/l’intérieur au PN), mais porté par une volonté de modernisation socio-économique et de démocratisation de grande envergure (Arteaga, 2008 : 115-119). Ancien journaliste francophile et anticlérical, JBO est devenu, en à peine deux mandatures (1903-1907 et 1911-1915), le père fondateur de l’Etat providence en Amérique latine, l’artisan de la démocratisation du régime et l’instigateur d’un précoce modèle d’industrialisation (Buscio, 2004, Vázquez d’Elía, 2012). D’après Jorge Lanzaro (2004 : 116), l’une des spécificités du batllisme [batchisme] est d’avoir accordé à l’ensemble de la population, simultanément, droits politiques et droits sociaux à l’inverse des modèles bismarkien (les pensions avant les élections) ou beveridgien (la sécurité sociale après le suffrage universel) d’Europe occidentale. Alliant conception sociale-démocrate, centralisation institutionnelle et culture du compromis (existence d’un exécutif collégial entre 1919-1933 et 1952-1967), le néo-batllisme va constituer la matrice idéologique et politique du Parti colorado jusqu’à la fin des années 1960 et faire de l’Uruguay un exemple accompli de régime consociationel2.

4Cependant, provoqué par la dégradation du cours des matières premières agricoles, l’enrayement de la croissance met à mal la stabilité voire, à moyen terme, la pérennité de l’Etat-providence. C’est dans ce contexte que, pour la première fois depuis presqu’un siècle, le PC perd les élections nationales et se retrouve contraint de céder à son rival, le PN, les rênes du gouvernement (1958-1967). Entre temps, la révolution cubaine (1959) a ouvert un nouvel horizon politique pour une partie de la population (étudiants, intellectuels et syndicalistes) qui critiquent le verrouillage du jeu partisan ainsi que le fonctionnement clientéliste d’un Etat entièrement inféodé aux deux partis traditionnels (particratie). Décrit par Sartori (2011: 125) comme des “cas extrêmes de confédérations de factions” du fait des sensibilités très différentes qui cohabitent en leur sein (catch-all parties), le PN et le PC font face à une contestation inédite. Alors que la révolte s’exacerbe et que certains choisissent l’engagement dans la clandestinité (Tupamaros), l’aile droitière du coloradisme incarnée par Jorge Pacheco Areco (1967-1972) qui a détrôné la branche modérée du ruralisme (Unión blanca democrática) opte pour la répression. C’est d’ailleurs pour contrer l’aveuglement de la lutte armée et surtout s’opposer à l’usage de la force contre les manifestants que Líber Seregni, général mis à la retraite anticipée, fonde le Front ample, coalition de plusieurs partis et groupuscules de gauche, en février 1971. En novembre, les élections générales sont arrachées de manière frauduleuse par Julio María Bordaberry, transfuge conservateur du PN, adoubé par Pacheco Areco et bientôt instigateur, sous pression de l’armée, du coup d’Etat du 27 juin 1973 (Lessa, 2013). Alors que les leaders de gauche sont emprisonnés ou contraints à l’exil, les deux partis traditionnels se sabordent pour mieux recouvrer, au bénéfice du plébiscite organisé par la junte en novembre 1980, un rôle semi-clandestin. Camouflet populaire contre l’autoritarisme, cet épisode annonce la récupération démocratique et, avec elle, la reconstruction de la vie partisane à partir d’août 1984.

Entre légitimité recouvrée et profond discrédit: reconstruction démocratique et effondrement économique (1985-2005)

  • 3 Les suffrages intra-partisans désignent les votes se portant pour telle ou telle liste d’un même pa (...)
  • 4 Plus de 10 000 fonctionnaires destitués sont par exemple réintégrés (Arteaga, 2008: 298-299).

5Après plusieurs entrevues houleuses menées au cours de l’année précédente et notamment marquées par la défection du PN, la transition “de l’Etat autoritaire à l’Etat d’autorité” (Rico, 1990: 136-137) a été scellée entre les commandants des trois armées, le PC, le FA et l’Union Civique (parti démocrate-chrétien de faible influence électorale) lors du célèbre Pacte du Club naval, le 3 août 1984. Officiellement ratifié par le “gouvernement civilo-militaire” douze jours plus tard, cet accord a entériné le calendrier de la normalisation institutionnelle ainsi que les strictes conditions la régissant. Sous pression des officiers, les candidatures des populaires leaders du FA (Líber Seregni) et du PN (Wilson Ferreira Aldunate) ont été proscrites lors des élections générales du mois de novembre, facilement remportées en conséquence par Julio María Sanguinetti, principal artisan civil du Pacte du Club naval, par 41 % des voix. Malgré ces conditions électorales particulières, la victoire de la ligne batlliste incarnée par ce dernier sur l’aile dure du coloradisme, en cor représentée par Pacheco Areco – qui n’a alors recueilli qu’un quart des suffrages intra-partisans3, symbolise un gain de légitimité incontestable. Presque treize ans après la rupture démocratique à laquelle l’un de ses anciens leaders a associé son nom, le PC a su conforter son assise politico-électorale et peut désormais s’atteler à la réorganisation des services administratifs4.

6Toutefois, approuvée en décembre 1986 et apparaissant comme un compromis additionnel tacite, la Ley de Caducidad qui garantit une immunité aux militaires responsables d’exactions soulève l’ire des familles de victimes et braque une partie de l’électorat de gauche contre le président. A l’exception d’un seul député, l’ensemble des parlementaires colorados ont voté en faveur de cette loi d’amnistie, tandis que plusieurs membres du PN et la totalité des élus frentamplistes s’y sont opposés. Si le premier référendum abrogatif convoqué en avril 1989 prouve, par 56 % des voix, que la majorité du peuple soutient le pragmatisme présidentiel, le gouvernement n’en est pas moins décrié. Avoisinant les 90 % à la fin du quinquennat, l’inflation galopante fragilise un bilan économique pourtant caractérisé par une baisse significative du chômage depuis 1984, tombé de 16 à 8 % (Arteaga, 2008: 310). Pour la seconde fois depuis un siècle, le PC cède le pouvoir à son rival historique en mars 1990.

7Conduite par Luis Alberto Lacalle, leader de la branche conservatrice du PN (baptisée “herreriste” en souvenir de son grand-oncle, le caudillo blanco Luis Alberto de Herrera), l’alternance se fait au nom d’un projet de néo-libéralisation illustré par la volonté de privatisation de nombreux services publics. D’abord soutenu par plusieurs secteurs du PC –dont le Foro Batllista de Sanguinetti qui renversera opportunément son ralliement face à l’impopularité de la mesure, cette politique est finalement tenue en échec par référendum abrogatif en décembre 1992. Alors en phase de restructuration programmatique et idéologique (Garcé et Yaffe, 2005, 2006 ; Yaffé, 2005), le FA sort de ce bras de fer contre le gouvernement profondément renforcé. De fait, s’ajoutant aux soupçons de corruption qui ont entaché la fin du mandat de Lacalle, ce virage néolibéral a nourri d’énormes divisions parmi les deux formations politiques traditionnelles (Roberts, 2014 : 169) et contribué à dynamiter le bipartisme historique (Moreira, 2004).

8Pour la première fois en octobre 1994, PN, PC et FA sont au coude à coude lors des élections générales, où ils ont chacun obtenu un tiers des voix. Vainqueur de justesse, Sanguinetti n’a d’autre choix que de nouer une coalition avec le secteur herreriste du PN contre lequel il s’est précédemment montré critique. Contradictoire en apparence, cette alliance de circonstance prenant la forme d’un “cartel législatif” (Chasquetti, 2010) illustre la connivence existante au sein d’une élite politique effrayée par la montée en puissance de la gauche, laquelle a déjà non seulement évincé le PC de la mairie de Montevideo depuis 1990, mais recueille de plus en plus les faveurs des classes moyenne et urbaine qui constituaient jusque-là le vivier du PC (de Armas et Lanzaro, 2012).

9Propulsant son leader Tabaré Vázquez en ballotage face à José Batlle, candidat anti-charismatique arrivé à cette positionautant par la grâce de son nom de famille que par les nouvelles stratégies politico-électorales permises par la réforme constitutionnelle de 1996 (Larrouqué, 2012: 169-171), les élections d’octobre 1999 confirment la force d’attraction du FA. Pour en conjurer la victoire, PC et PN sont une nouvelle fois obligés de sceller une alliance. Toutefois, celle-ci va se révéler beaucoup moins stable que la coalition précédente. Lors du premier semestre 2002, alors que Montevideo est à son tour frappé par la crise argentine (Antía, 2002), l’impéritie manifeste du gouvernement Batlle, incapable d’en enrayer les conséquences sans l’humiliant secours de l’administration Bush, fait voler en éclat la coalition parlementaire. Précipitant la fin du “cycle libéral” (Garcé et Yaffé, 2013: 470-471), la banqueroute financière se mue en une crise économique et sociale d’ampleur inédite : le chômage explose, l’informalité augmente, le système de protection sociale se délite et 30 % des Uruguayens tombent sous le seuil de pauvreté (Quiñones et Supervielle, 2009: 79). Dans ce contexte, le FA remporte les élections d’octobre 2004 dès le premier tour, avec presque 52  % des voix, et obtient, par là-même, la majorité absolue au Parlement – configuration inédite depuis 1967. La victoire est à la fois historique et sans appel.

Face au déclin électoral : l’option de la droite radicale (2005-2015)

  • 5 Durant cette décennie, les deux partis traditionnels n’ont eu de cesse d’osciller entre ouverture n (...)
  • 6 Au tournant des années 2000, sur une échelle droite gauche allant de 1 à 10, les membres du PC tend (...)

10Tenu pour responsable de la déroute socio-économique et ayant recueilli à peine 10,6 % des suffrages, le PC a subi le pire revers électoral de sa carrière, tant et si bien que Constanza Moreira s’est alors demandée si l’on n’allait pas assister à une refonte du bipartisme autour des seuls PN et FA (2005: 34). La crise de 2002 d’une part, mais plus largement les vicissitudes idéologiques et programmatiques des années 1990 d’autre part5, ont considérablement bousculé, sur fond de “batllisation de la gauche” (Caetano et Rilla, 2003: 39), les identités, perceptions et auto-affiliations partisanes6. Or, tout parti politique se façonnant dans “le rapport, tant concret qu’idéel, aux autres participants du système politique” (Bohoslavsky et Boisard, 2015: 18), le PC est contraint de revoir son positionnement sur un échiquier uruguayen déjà particulièrement balisé.

11En effet, le ratissage électoral du FA s’étend de l’extrême gauche représentée par le Parti communiste d’Uruguay (PCU) et par le Mouvement de participation populaire (MPP) de l’ancien tupamaro José Mujica (Merklen, 2014) jusqu’à la social-démocratie incarnée par la formation Assemblée Uruguay du ministre de l’Economie et des Finances, Danilo Astori (2005-2008). A droite, l’aile modérée est occupée par la branche wilsoniste (baptisée de la sorte en l’honneur de Wilson F. Aldunate) et dirigée par l’avocat blanco Jorge Larrañaga, tandis que la ligne néolibérale du ruralisme est toujours monopolisée par Lacalle et bientôt par son fils Luis Alberto Lacalle Pou. En outre, la ligne centriste du PC autrefois portée par les convictions batllistes des ex-présidents Sanguinetti et Batlle a été totalement décrédibilisée par la gestion macroéconomique du second. Face à la déréliction, il ne reste donc au PC que l’option de la droite dure pour reconstituer son fonds de commerce politico-électoral.

  • 7 Il s’agit 1) d’occuper, au bénéfice des logiques de décentralisation, des postes d’influence, 2) de (...)

12C’est ainsi sous la houlette de Pedro Bordaberry, fils du président factieux, que le Parti colorado a entamé une phase de radicalisation. Bien que renouant avec la frange pachequiste ensommeillée depuis le retour à la démocratie, la liste Vamos Uruguay qu’il dirige et qui a obtenu 73 % des suffrages lors des primaires de juin 2009 (Garcé, 2010 : 511) se réclamede la figure plus consensuelle de Fructuoso Rivera, caudillo fondateur du PC suite à la bataille de Carpintería (Garcé et Vairo, 2014 :169). Des trois nouvelles stratégies à disposition de la droite latino-américaine identifiée par Kent Eaton (2014)7, le PC a donc opté pour la revitalisation d’une identité partisane minoritaire. Concrètement, Bordaberry s’est opposé aux trois lois emblématiques du FA – à savoir la dépénalisation de l’avortement, le mariage gayet la légalisation du cannabis (Aguiar et Arocena, 2014). De plus, il a porté sur la scène médiatique le projet sécuritaire d’abaissement de l’âge légal d’imputabilité des crimes et délits. Enfin, il a marqué son désaccord avec le gouvernement Mujica en retirant les représentants de son secteur des entités administratives publiques (Bidegain Ponte, 2013: 359-358).

13A bien des égards, cette stratégie de différenciation est risquée ; car traditionnellement en Uruguay, les élections se gagnent au centre (Garcé et Yaffé, 2013 : 460). D’ailleurs, après avoir atteint 17 % des suffrages en 2009, le PC est retombé à 13 % en 2014. Nonobstant l’échec du référendum sur la réforme pénale d’octobre 2014 dont il a été à l’initiative, le sénateur Bordaberry reste plus que jamais le leader incontesté de son parti. Sa liste réunit autour de lui deux sénateurs et 14 députés. Bien que minoritaire, ce bloc conservateur est en mesure d’entraver l’activité parlementaire en jouant de sa capacité d’obstruction sur nombre de projets législatifs.

Conclusion : un parti caméléon aujourd’hui positionné à l’extrême-droite?

14Dans cet article, nous avons tâché de montrer que le Parti colorado en Uruguay a opéré, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, un glissement, certes sinusoïdal, mais manifeste, du centre vers la droite radicale. Historiquement associé à la figure tutélaire de José Batlle y Ordóñez, le PC a perdu son hégémonie politico-électorale au profit de son rival traditionnel, le Parti national, dès la fin des années 1950. En versant dans l’autoritarisme une décennie plus tard, ila entaché sa légitimité pour ne la recouvrer, au sortir de la dictature, qu’au prix d’un compromis législatif avec les militaires jugé infamant par les familles de victimes (Ley de Caducidad). Ce fragile retour en grâce a été durablement laminé par les conséquences de la crise économique de 2002, dont les gouvernements de Julio María Sanguinetti (1995-2000) et Jorge Batlle (2000-2005) ont été tenus pour responsables du fait des velléités néolibérales du premier et de l’incompétence macroéconomique du second. Entre temps, l’ascension électorale du Front ample dans les années 1990 s’est faîte de plus en plus menaçante, jusqu’à se convertir en un véritable triomphe lors des élections générales d’octobre 2004. A cette occasion, le PC a essuyé la pire défaite politique de sa longue carrière. Depuis, l’héritage de la social-démocratie uruguayenne est devenu l’apanage du FA (Lanzaro, 2010 ; Luna, 2007), tant et si bien que, dans l’exercice du pouvoir comme dans les choix assumés, c’est le président iconoclaste José Mujica (2010-2015) qui a le plus renoué avec les fondements originels du batllisme (Larrouqué, 2014). En quelques années, le PC s’est donc vu doublement dépossédé par le FA, de son legs historique d’une part, et de son électorat urbain d’autre part.

  • 8 Dans leur introduction, ces deux politistes rappellent à juste titre que la notion d’extrême-droite (...)

15In fine, si la droitisation du PC est un constat irréfutable, nous mettons en garde le lecteur contre une conclusion expéditive selon laquelle ce parti aurait totalement basculé dans la droite ultraconservatrice voire réactionnaire. N’oublions pas que les partis uruguayens sont dits catch-all. C’est-à-dire qu’ils embrassent des tendances partisanes très différentes et parfois opposées. De surcroît et compte tenu de l’histoire singulière du pays comme de sa longue tradition démocratique (Lanzaro, 2013 ; Larrouqué, 2015), la référence à l’extrême-droite demeure taboue en Uruguay. En l’espèce, les membres du Parti colorado, comme leur chef de file, le fils du président séditieux Pedro Bordaberry réfuteraient très certainement et de manière catégorique l’inscription de leur parti à l’extrême-droite. Aussi, quand bien même le propre de la science politique consiste à se départir du discours des acteurs et àporter un regard objectif sur les mutations de nos multiples objets d’étude (Surel, 2015: 47-56), nous nous garderons de qualifier le PC de parti extrémiste en cherchant, par exemple, à établir des parallèles avec plusieurs des formations antisystèmes, populistes ou néo-nazis qui séduisent un nombre croissant d’électeurs sur le continent européen (Camus et Lebourg, 2015). Même si les dynamiques à l’œuvre pourraient paraître similaires, le contexte comme les enjeux sont totalement différents et la comparaison n’a donc guère de sens8.

16Dans le strict cadre de notre réflexion, nous conserverons à l’esprit que depuis plus d’un siècle et demi, le PC a toujours navigué entre des orientations politico-idéologiques apriori inconciliables (allant du centre-gauche à la droite militariste) et conclurons que son renouveau, insufflé après la débâcle électorale d’octobre 2004, s’est fait autour de la liste majoritaire Vamos Uruguay, laquelle est aujourd’hui, indubitablement, la plus à droite du paysage politique local. Or, en considération de l’étonnante plasticité des partis uruguayens (parti catch-all ou caméléon), de leur très forte capacité de résilience (survivance à la dictature) et de leur profonde institutionnalisation (plus de 180 ans d’existence), il n’est pas à exclure que, dans moins d’une vingtaine d’années, une nouvelle génération de militants colorados infléchisse cette tendance droitière et réassume des positions plus modérées.

Haut de page

Bibliographie

AGUIAR, Sebastián, AROCENA, Felipe, “Menant la marche: l’Uruguay et ses trois lois avant-gardistes”, Cahiers des Amériques latines, n° 77, 2014, p. 69-86.

ANTIA, Fernando, “Uruguay 2002: contagio, crisis bancaria y perspectivas”, Iconos. Revista de Ciencias Sociales, n° 15, 2002, p. 145-153.

de ARMAS, Gustavo, LANZARO, Jorge. “Uruguay: clases medias y procesos electorales en una democracia de partidos”, Documentos de trabajo, n° 4, 2012, p. 1-61.

ARTEAGA, Juan José, Breve historia contemporánea del Uruguay, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2008.

BIDEGAIN PONTE, German, “Uruguay: ¿El año bisagra?”,Revista de Ciencia Política, vol. 33, n° 1, 2013, p. 351-374.

BOHOSLAVSKY, Ernesto, BOISARD, Stéphane, “Les droites latino-américaines pendant la guerre froide (1959-1989)”, Cahiers des Amériques latines, n° 79, 2015, p. 17-30.

BUSCIO, Jorge, José Batlle y Ordoñez. Uruguay a la vanguardia del mundo, Montevideo, Fin de Siglo, 2004.

CAETANO, Gerardo, RILLA, José, “Los partidos políticos uruguayos en el siglo XX”, NAHUM, Benjamín (ed), El Uruguay del siglo XX. Tomo II: La política, Montevideo, Ediciones de la Banda Oriental, 2003, p.14-64.

CAMUS, Jean-Yves, LEBOURG, Nicolas, Les droites extrêmes en Europe, Paris, Le Seuil, 2015.

CHASQUETTI, Daniel, “El secreto del éxito: presidentes y cárteles legislativos en el Uruguay (1995-2010)”, Revista Uruguaya de Ciencia Política, vol. 20, n° 1, p. 9-31.

CHASQUETTI, Daniel, GARCÉ, Adolfo, “Unidos por la historia: desempeño electoral y perspectivas de colorados y blancos como bloque político”, BUQUET, Daniel (ed.), Las claves del Cambio: ciclo electoral y nuevo gobierno 2004/2005, Montevideo, Ediciones de la Banda Oriental, 2005, p. 123-146.

EATON, Kent, “New Strategies of the Latin American Right: Beyond Parties and Elections”, LUNA, Juan Pablo, KALTWASSER, Cristóbal Rovira (eds.), The Resilience of the Latin American Right, Baltimore, John Hopkins University Press, 2014, p.75-93.

GARCÉ, Adolfo, “Uruguay 2009: De Tabaré Vázquez a José Mujica”, Revista de Ciencia Política, vol. 30, n° 2, 2010, p. 499-535.

GARCÉ, Adolfo, VAIRO, Daniela, “Los partidos de oposición”, MORAES, Juan (ed.) Políticas en tiempos de Mujica III: a un año de las elecciones nacionales, Montevideo, Estuario Editora, 2013, p. 169-182.

GARCÉ, Adolfo, YAFFE, Jaime, La Era Progresista. El gobierno de izquierda en Uruguay: de las ideas a las políticas, Montevideo, Editorial Fin de Siglo, 2005.

__________, “La izquierda Uruguaya (1971-2004): ideología, estrategia y programa”, America Latina Hoy, n° 44, 2006, p. 87-114.

__________, “Proceso de elaboración programática y competencia política en Uruguay (1984-2004)”, ALCÁNTARA SÁEZ, Manuel, CABEZAS RINCÓN, Lina María (eds.), Selección de candidatos y elaboración de programas en los partidos políticos latinoamericanos, Valencia, Tirant lo Blanch, 2013, p. 437-484.

HALPERÍN DONGHI, Tulio, Révolution et guerre. Formation d’une élite dirigeante dans l’Argentine créole, Paris, Editions de l’EHESS, 2014.

LANZARO, Jorge, “El Frente Amplio: un partido de coalición, entre la lógica de oposición y la lógica de gobierno”, Revista Uruguaya de Ciencia Política, n° 12, 2001, p. 35-67.

__________, “Fundamentos de la democracia pluralista y estructura política del Estado en Uruguay”, Revista Uruguaya de Ciencia Política, n° 14, 2004, p. 103-136.

__________, “Uruguay: un gobierno social democrático en América Latina”, Revista Uruguaya de Ciencia Política, vol. 19, n° 1, 2010, p. 45-67.

__________, “Continuidad y cambios en una vieja democracia de partidos. Uruguay (1910-2010)”, Opinião Pública, vol.19, n°2, 2013, p.235-269.

LARROUQUÉ, Damien, Le Plan Ceibal en Uruguay. Un exemple de bonne gouvernance ? Paris, L’Harmattan, 2012.

__________, “Bilan des années Mujica en Uruguay. Un mandat inscrit dans la lignée de José Batlle y Ordóñez”, Les Études du CERI, n° 209-210, 2014, p. 25-28.

__________, “L’Uruguay en Amérique latine (1985-2015). Retour sur plus de trente ans de (re)consolidation démocratique”, Les Études du CERI, n° 217-218, 2015, p. 41-44.

LESSA, Alfonso, Estado de guerra. De la gestación del golpe a la caída de Bordaberry [2010], Montevideo, Editorial Sudamericana, 2013.

LIJPHART, Arend, “Consociational Democracy”, World Politics, vol. 21, n° 2, 1969, p. 207-225.

LUNA, Juan Pablo, “Frente Amplio and the Crafting of a Social Democratic Alternative in Uruguay”, Latin American Politics and Society, vol. 49, n° 4, 2007, p. 1-30.

MARTINEZ BARAHONA, Elena, “Uruguay”, ALCANTARA SAEZ, Manuel, FREIDENBERG Flavia (eds.), Partidos Políticos de América Latina: Cono Sur, Salamanca, Ediciones Universidad de Salamanca, 2003, p. 425-557.

MERKLEN, Denis, “José Mujica. Un homme politique au pouvoir”, Cahiers des Amérique latine, n° 77, 2014, p. 27-48.

MOREIRA, Constanza, Final del Juego: del bipartidismo al triunfo de la izquierda en Uruguay, Montevideo, Ediciones Trilce, 2004.

__________, “El voto moderno y el voto clasista revisado: explicando el desempeño electoral de la izquierda en las elecciones de 2004 en Uruguay”, BUQUET, Daniel (ed.), Las claves del Cambio: ciclo electoral y nuevo gobierno 2004/2005, Montevideo, Ediciones de la Banda Oriental, 2005, p. 27-42.

__________, Entre la protesta y el compromiso: la izquierda en el gobierno, Montevideo, Ediciones Trilce, 2009.

QUIÑONES, Maria, SUPERVIELLE, Marcos, “L’action sociale du gouvernement du Frente Amplio”, Problèmes d’Amérique Latine, n° 74, 2009, p. 79-94.

RICO, Álvaro, “La reforma de la democracia como reestructura del Estado en el Uruguay (1985-1990)”, Revista Uruguaya de Ciencia Política, n° 3, 1990, p. 133-152.

ROBERTS, Kenneth, Changing Course in Latin America. Party Systems in the Neoliberal Era, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.

SARTORI, Giovani, Partis et systèmes de partis: un cadre d’analyse [1976], Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2011.

SUREL, Yves, La science politique et ses méthodes, Paris, Armand Colin, 2015.

VÁZQUEZ D’ELÍA, Javier, Batlle y Ordóñez: democracia y reforma del Estado, Montevideo, Ediciones de la Banda Oriental, 2012.

YAFFE, Jaime, Al centro y a dentro: la renovación de la izquierda y el triunfo del Frente Amplio en Uruguay, Montevideo, Linadri y Riso, 2005.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails. Cf. Larrouqué (2012: 166-167).

2 Dans un article célèbre citant à deux reprises le cas uruguayen (1969: 213, 216), Arend Lijphart définit le consociationalisme comme la capacité des élites d’un pays politiquement, religieusement ou ethniquement divisé à développer des arrangements institutionnels permettant d’en assurer la gouvernabilité.

3 Les suffrages intra-partisans désignent les votes se portant pour telle ou telle liste d’un même parti. De fait, jusqu’à sa remise en cause en 1996, le  double vote simultané  était une spécificité uruguayenne consistant à accorder, lors d’un scrutin à un seul tour, la victoire au candidat de la liste arrivée en tête au sein du parti globalement majoritaire. Pour plus de renseignements sur ces incidences, cf. Larrouqué (2012: 169-171)

4 Plus de 10 000 fonctionnaires destitués sont par exemple réintégrés (Arteaga, 2008: 298-299).

5 Durant cette décennie, les deux partis traditionnels n’ont eu de cesse d’osciller entre ouverture néolibérale et interventionnisme étatique et d’alterner, par conséquent, entre mesures de dérégulation et réformes hétérodoxes visant la préservation des acquis sociaux (notamment dans les secteurs de l’éducation, de la santé et des retraites). Pour plus de renseignements. Cf. Garcé et Yaffé (2013: 458-459)

6 Au tournant des années 2000, sur une échelle droite gauche allant de 1 à 10, les membres du PC tendaient naturellement à se positionner au centre de l’échiquier politique, en s’attribuant une note moyenne de 5, alors que les dirigeants et militants des autres partis les plaçaient plutôt au centre droit avec une note moyenne de 7,5 (Martínez Barahona, 2003: 440-441).

7 Il s’agit 1) d’occuper, au bénéfice des logiques de décentralisation, des postes d’influence, 2) de renforcer, sur le modèle des partis de gauche, les liens avec la société civile, et 3) de retravailler en profondeur l’identité partisane en termes moins “classiste” que territorial ou sectoriel (Eaton, 2014).

8 Dans leur introduction, ces deux politistes rappellent à juste titre que la notion d’extrême-droite est surtout adaptée “au cadre politique ouest-européen” et servirait mal, par exemple, à qualifier les dictatures argentine ou chilienne ici présentées comme “caudillistes, réactionnaires et cléricales” (p. 8). Plus loin, ils précisent qu’elle constitue « un champ propre” et non “un point ultime de l’axe linéaire droite-gauche” (p. 53).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Du centre à la droite radicale : concurrence politique, tergiversations programmatiques et repositionnement idéologique du Parti colorado en Uruguay (1950-2015) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 09 décembre 2016, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://alhim.revues.org/5598

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

OPALC-Sciences Po
Docteur de l’Institut d’études politiques de Paris depuis septembre 2016. Membre de l’Observatoire politique de l’Amérique latine et des Caraïbes (OPALC / CERI-Sciences Po). Attaché d’enseignement et de recherche à l’Université Paris II Panthéon-Assas.
damien.larrouque@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Haut de page
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org