Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Dalila Chine Lehmann y Natalia Molinaro

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Dans ce numéro 33 des Cahiers Alhim, nous invitons le lecteur à penser la Nation en Amérique latine à partir des fêtes et célébrations nationales. Pensées comme des récits créés de toute pièce par les institutions et/ou les différents groupes sociaux pour rassembler les citoyens autour d’un socle commun, ces pratiques collectives renferment des tensions déterminées par les enjeux du présent. À vocation principalement pédagogique et éducatrice, elles servent à “cimenter” la communauté (Ozouf, 1989), à entretenir la flamme patriotique lorsque le récit national ne fait plus autorité, à re-construire la mémoire et à réactualiser la conscience collective. Par ailleurs, ces fêtes “sont inscrites dans l’orbite du sacré” (Paz, 1972) : elles consacrent l'ordre institué en le mettant en scène autour d'une thématique qui lui est propre (mythologique, politique, sociale, culturelle, etc.). La nation se pare alors de ses plus beaux atours (cortèges, symboles, chants) pour obtenir l'assentiment des participants et des spectateurs (Durkheim, 2008). Plus que de simples moments, elles deviennent des espaces-temps qui, par des va-et-vient, se régénèrent en puisant dans le passé (Eliade, 1989) pour créer un imaginaire, pour organiser un ordre, pour s’emparer des lieux, pour “re-présenter” le corps national. Les fêtes nationales ne sont rien d'autre que des fictions, de véritables jeux symboliques et théâtralisés. Elles sont de l'ordre de l'émotion, un moment « saturé de surexistence, de surabondance, dans lequel un groupe effervescent magnifie les moments heureux de sa pratique et se magnifie en lui” (Corbin, Gerôme, Tartakowski, 1994 : 425). Les fêtes nationales “mettent en jeu” le sentiment d'appartenance collective : elles convoquent, elles englobent, elles excluent tout comme elles défient. Polymorphes, elles n'en sont pas moins singulières. C'est en somme cette complexité qui fera l'objet de ce volume, fruit d'une réflexion qui croise différentes approches disciplinaires. Il portera tout particulièrement sur l'étude de la mise en scène du national par les différents groupes sociaux (État et/ou institutions officielles, mouvements indigènes, association carnavalesque, culturelle) en interrogeant la diversité de modalités et de formes de certaines célébrations nationales en Amérique latine (Argentine, Brésil, Chili, Équateur, Mexique, Uruguay).

2Dans un premier volet, Les célébrations officielles de la Nation, nous nous intéresserons aux pratiques “officielles”, aux modèles de célébration qui “donnent à voir” une homogénéisation et une “supposée” unité du corps social. Ces célébrations ont un pouvoir efficace de transmission de l'idéologie nationale : elles produisent de l’identité et contribuent à créer ou à raviver, du moins pour quelque temps, le sentiment d’appartenir à la même communauté. Les articles de David Carbajal López, de Humberto Ortega-Villaseñor et Álvaro Felipe Ortega González, ainsi que celui de Sarah Corona Berkin se penchent sur les procédés de mise en scène de la nation. David Carbajal López, dans “De la Catedral al cementerio y de la procesión al desfile: festejos nacionales cívico-religosos en México, 1826-1842”, analyse les espaces des défilés civico-militaires lors des cérémonies sous le gouvernement de Antonio López de Santa Anna, autour des cathédrales et des cimetières. Il révèle que, malgré l'influence du modèle hérité de la Monarchie catholique, les célébrations officielles transforment progressivement les références nationales pour les adapter à la nouvelle réalité socio-politique du début du XIXe siècle. Pour célébrer le nouveau corps national, c'est la sacralisation des corps défunts, des grands hommes, qui prime. Ce processus de “transfert de sacralité” (Ozouf, 1989) permet à la nation mexicaine de se doter de nouveaux symboles et lieux de mémoire (Nora, 1997). La fête est appréhendée ensuite comme une manifestation cyclique de la mémoire, dans l’article “Una memoria de difícil desarraigo” de Humberto Ortega-Villaseñor et Álvaro Felipe Ortega González. À partir d’un retour sur les origines des rituels indigènes (la cosmovision), sur les fêtes traditionnelles et civiques sous les gouvernements néolibéraux, les auteurs soulignent que chaque fête possède le même dénominateur : celui de s’inscrire dans une certaine vision du cosmos et par conséquent, dans un temps mythique. Ce temps est pourtant aujourd'hui mis à mal par les gouvernements néolibéraux qui n'hésitent pas à instrumentaliser les souvenirs de la mémoire collective à des fins politiques. Sarah Corona Berkin étudie un autre procédé de mise en scène dans son article “Pedagogía para la patrimonialización del Himno Nacional mexicano” : celui de la patrimonialisation de l’hymne national. À partir d’un travail de terrain qui adopte une approche socio-linguistique, l’auteure s’interroge sur les cérémonies civiques et sur l’apprentissage du chant de l’hymne en particulier, pour comprendre les mécanismes d’apprentissage chez les enfants de cinq ans. Celui-ci devient un héritage symbolique que le rituel scolaire hebdomadaire se doit de consacrer. Pour clore ce premier volet, deux articles se penchent sur la fête comme parade et vitrine de la nation. Le premier, “Río de Janeiro y la Exposición del Centenario de la Independencia en 1922”, de Niuxa Dias Drago et Murcia Furriel Ramos Gálvez, s’intéresse à l’Exposition du Centenaire de l’Indépendance en 1922 à Rio de Janeiro. Les auteures montrent comment, paradoxalement, dans la volonté de se hisser parmi les nations les plus développées de l'époque, la mise en scène d’une image de soi valorisant l’héritage colonial est allée de pair avec la transformation urbaine et la destruction des principaux monuments coloniaux. De même, Gloria Zarza Rondón dans “El fútbol como fiesta, el balón como bandera” revient sur les célébrations de coupes du monde de football dans des contextes dictatoriaux : ceux des Années Condor en Argentine, Chili et Uruguay. Les célébrations “footballistiques” sont des entreprises juteuses : elles servent de propagande aux régimes en place et créent l'illusion d'une société homogène. La fête autour du sport devient une pratique instrumentalisée permettant de masquer les atrocités perpétrées par les dictatures militaires. Elle instaure l’oubli et gomme les aspérités.

3Le second volet de ce volume, Quand la Nation se célèbre ailleurs, traite des pratiques “parallèles” de célébration du national. Si l’État semble souvent être l'un des principaux ordonnateurs, ces célébrations “en marge” proposent d'autres lectures du national : elles instituent un nouvel ordre – ou désordre – et sont, par là-même, constitutives de l'identité nationale. L'Inti Raymi ou la murga illustrent la complexité de ces célébrations qui se fêtent ailleurs et qui contribuent soit à contredire, soit à nourrir la fête du national. Luis Alberto Tuaza, dans son article intitulé “La fiesta del Inti Raymi en la construcción del Estado plurinacional en el Ecuador”, analyse les tensions existantes entre les mouvements indigènes et les processus de refondation et de construction d'un État “pluriel” en Équateur. Malgré les efforts de récupération de la tradition de l'Inti Raymi, fête indigène des Andes en l'honneur du Dieu Soleil, l'auteur questionne le modèle d'homogénéisation récemment inscrit dans la Constitution de 2008 et nous dévoile la difficulté de célébrer la pluralité de la nation sans tomber dans la folklorisation à outrance. Dans “Carnaval et patriotisme ou le paradoxe d'une festivité institutionnelle rejetée”, Dorothée Chouitem s'attache, quant à elle, à l'étude de la “valeur modélisante” de la murga, ces “festivités carnavalesques à la croisée des chemins entre théâtre et chant”, lors de la célébration de l’Año de la Orientalidad en 1975 en Uruguay. Elle souligne comment le régime dictatorial de l'époque, qui souhaite redéfinir l'essence de l'être national en récupérant l'image d'un Uruguay criollo et rural, accepte que les troupes de murgas participent aux festivités. Loin de proposer un masque déformant de la réalité ou d'instituer un désordre, les murgas réintègrent les valeurs prônées par le régime et participent à la ferveur patriotique de l'époque en défendant la conception idéologique de l'orientalité. Enfin, Paula Candido Zambelli, dans “Antologizando a Nação antologias literárias brasileiras, identidade e ideologia no Estado Novo (1937-1945)”, nous invite à explorer un autre lieu de célébration du national : les anthologies littéraires sous le régime autoritaire brésilien de Getulio Vargas, l'Estado Novo (1937-1945). En récupérant à son compte les principaux mythes et valeurs nationales, le régime de l'époque a su s'emparer de cet autre espace de célébration transformant ainsi ce genre en vecteur de l'idéologie nationale.

4En déconstruisant le concept de nation et en invitant à une historicisation des pratiques qui lui sont liées, les différents articles présentés dans ce volume cherchent à mettre à jour à la fois les différentes stratégies de pouvoir et de résistance, les manipulations, les usages de l’histoire et des systèmes symboliques, mais aussi les réappropriations et les processus de re-sémantisation.

Inicio de página

Bibliografía

Corbin, Alain, Gérome, Noëlle, Tartakowsky, Danielle (dir.), Les usages politiques des fêtes aux 16e-20e siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994.

Durkheim, Émile, Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France, 2008.

Eliade, Mircea, Le mythe de l’éternel retour, Paris, Gallimard, 1989.

Paz, Octavio, Le Labyrinthe de la solitude, Paris, Gallimard, 1972.

Ozouf, Mona, La fête révolutionnaire : 1789-1799, Paris, Éditions Gallimard, 1976.

Nora, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, Tome I, 1997.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Dalila Chine Lehmann y Natalia Molinaro, « Introduction », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 33 | 2017, Publicado el 15 junio 2017, consultado el 25 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/5646

Inicio de página

Autores

Dalila Chine Lehmann

Université Paris Nanterre

Natalia Molinaro

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org