Navegación – Mapa del sitio

Patricio Lepe-Carrión, El contrato colonial de Chile. Ciencia, racismo y nación, Quito, Abya-Yala, 2016, 360 p.

Luis Martínez Andrade

Texto completo

1C’est en s’inscrivant dans une approche décoloniale et une perspective transdisciplinaire que le jeune chercheur Patricio Lepe-Carrión nous livre un excellent travail sur la construction du « contrat colonial » de la nation chilienne. Selon lui, « le “peuple” chilien s’est construit sur une “matrice coloniale du pouvoir” qui a placé l’élément racial en tant que fondement essentiel de la différentiation des classes au sein de la nation. Cette “matrice coloniale du pouvoir” constitue la structure du “contrat colonial” du Chili et, en même temps, a été légitimée par le biais des discours scientifiques et politiques ainsi que par des pratiques culturelles » (p. 326). Ainsi, l’auteur soutient la thèse selon laquelle la nation s’est bâtie, d’une part, comme un projet d’homogénéisation des « Chiliens » au tour d’un ensemble de mythes, de symboles et de croyances, ainsi que d’un projet de hiérarchisation, à partir d’un critère d’ethnicité des identités collectives au sein de la population, d’autre part. D’où l’importance de saisir les dynamiques de dominations qui, depuis La Conquista et l’évangélisation – en tant que technologie politique moderne –, ont configuré la structure socio-politique et le cadre ontologique de l’Amérique latine dans son ensemble, et du Chili en particulier.

2 Dans la première partie du livre intitulée « La colonialidad del poder en el reino de Chile », Patricio Lepe-Carrión analyse la façon dont les indigènes ont été infériorisés à travers la distinction de concepts asymétriques (civilisation/barbarie). Cette distinction, exprimée d’abord dans la controverse de Valladolid puis durant Les Lumières, aurait eu des conséquences politiques et ontologiques majeures dans la construction des subjectivités au XIXe siècle. Il est important de noter que cette structure de domination (« colonialité du pouvoir ») n’est pas une entité figée mais plutôt un processus dialectique et analectique – au sens dusselien du terme – laquelle a été toujours traversée par des tension et contradictions. En ce sens, l’auteur montre, preuves à l’appui, comment les dispositifs de pouvoir se sont transformées tout au long de l’histoire du royaume de Chili. En étudiant le projet du jésuite espagnol Luis de Valdivia (1560-1642) tel que la « guerre défensive » ayant pour but la poursuivre de la conquête de l’Araucanie par le biais de l’évangélisation – cette dernière étant également un pouvoir disciplinaire. Au fur et à mesure que l’évangélisation gagnait du terrain dans l’imaginaire de la population indigène, la différence raciale devenait « différence culturelle » (p. 94).

3 Dans « Taxonomías proto-raciales de la ilustración », deuxième partie de l’ouvrage, l’auteur aborde la façon dont le continent latino-américain devient un objet d’étude et de domination coloniale. En employant le concept d’épistème classique cher à Foucault, Patricio Lepe-Carrión articule l’émergence de l’Histoire naturelle à l’essor des biopolitiques impériales du XVIIIe siècle. Si au XVIe siècle, durant la conquista, l’ego conquiro (« Je conquis ») du pouvoir hispano-lusitain a posé les premières pierres de la frontière ontologique (nous/eux), c’est au XVIIe siècle que l’ego cogito (« Je pense ») trouve les conditions géopolitiques pour se déployer (p. 110-120). À l’instar des propositions faites par le philosophe colombien Santiago Castro-Gómez, l’auteur considère « l’hybris du point zéro », c’est-à-dire le mythe épistémique de la modernité, neutre et dépouillé de tout jugement de valeur et, en conséquence, conçu comme le modèle universel de connaissance : « l’hybris, dans sa prétention désintéressée, conduit à un puissant discours de vérité universelle ou impériale qui, non seulement méprise les autres lieux d’énonciation mais aussi cautionne une rationalité totalisante et hiérarchisant de la société, validant en même temps épistémiquement et ontologiquement l’instrumentalisation des peuples dominés » (p. 125). Par ailleurs, si Lepe-Carrión examine les taxonomies raciales chez certains naturalistes comme Carl von Linné, Corneille de Pauw ou le comte de Buffon c’est pour montrer que l’infériorité de l’Amérique, auparavant justifiée par la théologie mais désormais aussi par les sciences, s’est reconfigurée dans l’imaginaire occidental. C’est ainsi dans « la dispute du Nouveau Monde », pour employer l’expression d’Antonio Gerbi, que le rôle du scientifique chilien Juan Ignacio Molina a été fondamental : dans la valorisation positive du « criollismo » ainsi bien que dans la construction de la blanchitude – en tant qu’habitus.

4 Finalement dans « Nobleza y plebe: residuos simbólicos durante la pos-colonia », la dernière partie du livre, l’auteur observe que si l’élaboration d’un discours raciste a débuté avec l’évangélisation, une nouvelle frontière s’est dessinée avec la construction de la République, séparant les criollos des métis (mestizos). Cette coupure (culturelle aussi bien qu’ontologique) s’exprimera dès les premiers écrits d’intellectuels tels que Camilo Henríquez, Benjamin Vicuña Mackenna ou Mariano de Egaña, pour qui le métissage (mestizaje) soulève de soupçons car il est tâché de sang indigène (mácula de la sangre). Ainsi, Lepe-Carrión souligne le fait que « le contrat colonial n’est pas un statut juridique trouvé empiriquement comme un fait spécifique mais plutôt un pacte prolongé dans le temps et se trouvant dans les mentalités elles-mêmes avant ladite Indépendance » (p. 328). En effet, durant les processus et luttes d’Indépendance de l’Amérique latine, le patron de domination et d’exploitation, c’est-à-dire, la « colonialité du pouvoir », s’est transfigurée et reconfigurée.

5 S’il existe déjà des études sur la formation des Républiques dans l’espace latino-américain, l’apport de cet ouvrage réside dans le fait qu’il nous montre, à différentes échelles (micro et macro) et dans divers registres (épistémiques aussi bien que temporels), la façon dont opère la « colonialité du pouvoir ». En analysant le cas chilien, Lepe-Carrión contribue à mettre en lumière le rôle des concepts de « race » et de « racisme » autour desquelles la matrice du pouvoir, ayant participé dans la construction du « contrat colonial » du Chili, continue encore aujourd’hui de produire des subjectivités (néo)-coloniales.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://alhim.revues.org/docannexe/image/5743/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 49k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Luis Martínez Andrade, « Patricio Lepe-Carrión, El contrato colonial de Chile. Ciencia, racismo y nación, Quito, Abya-Yala, 2016, 360 p. », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], Recibimos reseñas, Publicado el 29 junio 2017, consultado el 23 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/5743

Inicio de página

Autor

Luis Martínez Andrade

Université catholique de LouvainDocteur en sociologie de l’École des hautes études en sciences socialesChercheur au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, SubjectivitéChili, colonial

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org