Navegación – Mapa del sitio
Mexique

L'après Accord de Libre-échange Nord-Américain : Economie et immigration

Mario Menéndez

Texto completo

1En 1993, le Congrès Américain ratifiait l'Accord de Libre Echange entre les Etats-Unis et le Mexique, grâce à l'utilisation d'une procédure exceptionnelle qui concluait logiquement la démarche entreprise en 1989, entre Washington et Ottawa1 et qui ouvrait la voie au plus grand marché économique jamais crée en Amérique du Nord2. Les raisons avancées à la création d'un tel traité sont multiples et varient selon les besoins, économiques et politiques, des pays signataires. Le Mexique, pays en voie de développement, à la recherche d'une stabilité économique, espérait grâce à la signature de l'accord un accès plus facile au marché américain réputé être assez protectionniste ainsi qu'une meilleure place à la table des négociations.

2De son côté, les Etats-Unis se trouvaient face à l'échec de la conférence d'Uruguay, dans le cadre du GATT et avaient besoin de se repositionner et de prouver leur  maîtrise économique. Force est de constater que pour le Canada les enjeux économiques étaient minimes et que la signature de l'ALENA ne modifie en rien, son rapport avec les Etats-Unis. A Washington, lors de la signature, l'ALENA parut pour les plus hauts dirigeants politiques, Républicains ou Démocrates, comme indispensable à la survie économique de la nation.

3Lié en grande partie à la campagne présidentielle de l'époque, l'accord permettrait, aussi bien à George Bush qu'à son adversaire Bill Clinton, une ouverture économique aux firmes américaines et enrayerait l'immigration des illégaux. Au moment de la signature du traité, le nouveau président démocrate des Etats-Unis annonça dans son discours que :

L'ALENA implique une réduction dans nos différences salariales. Les bénéfices du développement économique vont toucher la classe ouvrière du Mexique, celle-ci aura plus d'argent et pourra ainsi acheter plus de produits américains, de son côté l'immigration clandestine va diminuer puisque plus de Mexicains pourront subvenir aux besoins de leurs enfants en restant chez eux3.

4Dès sa création, l'ALENA a été investi d'un double rôle, économique, créer un marché, et politique, mettre fin au passage de la frontière par les clandestins.

5En 1993, le parti pris par l'administration démocrate de soutenir inconditionnellement l'ALENA reposait uniquement sur une logique de marché libéral, selon lequel une économie sans entrave gouvernementale ou tarifaire ne pouvait que se développer, et les bénéfices ainsi obtenus toucheraient tôt ou tard l'ensemble de la population. Cette politique permettait une modification et apportait un nouveau souffle économique à certaines entreprises ainsi que des changements allant à l'encontre des travailleurs. La baisse du salaire, et bien plus grave encore celle de l'emploi, ainsi que la fermeture des usines devenaient courante dans des secteurs où les systèmes de production ne pouvaient faire face à une concurrence mieux organisée. Les nations plus concernées sont celles où certaines entreprises dépendent de la protection de l'état, soit sous la forme de subventions soit de protection douanière. Un redéploiement du capital privé dans une telle structure risque fort de briser l'équilibre existant et de mettre en danger un bon nombre de personnes employées. Le président du Mexique de l'époque, Carlos Salinas de Gortari, l'ensemble de son parti, le Parti Révolutionnaire Institutionnel (PRI)4 et la plupart des dirigeants économiques du pays se rallièrent à la position américaine et firent du passage de l'ALENA, une affaire nationale. C'est ainsi que les syndicats, les groupes de consommateurs et les défenseurs de l'environnement furent présentés comme des "forces réactionnaires qui veulent perpétuer l'état de sous-développement du Mexique et sa dépendance économique"5. Il est certain que les facteurs économiques et politiques occupent une place de choix dans les relations si compliquées qui lient les Etats-Unis et le Mexique depuis le XIXe siècle et les dissocier semble aujourd'hui illusoire quand ces mêmes enjeux concernent, certes à une moindre échelle, l'Amérique latine. Aujourd'hui, le mouvement des populations à la recherche d'un emploi est le principal problème auquel l'ensemble des nations est confronté. Il semble s'accentuer au fur et à mesure que les structures économiques et financières se globalisent, créant une force d'attraction/rejet entre les différents pays, en fonction du développement respectif de leurs économies et des systèmes financiers6. Dans un tel cadre, il est donc nécessaire de replacer l'analyse de l'immigration du travail, en tant que mouvement collectif qui découle directement des structures politiques et des systèmes économiques des nations fournisseurs et receveurs d'immigrants. Sept ans après la signature de l'accord de libre-échange, nous pouvons nous interroger sur son impact en tant que régulateur d'immigration entre les Etats-Unis et le Mexique.

Economie et immigration

6De Tijuana à Matamoros, la frontière de 3.200kilomètres est bien plus qu'une ligne qui sépare deux pays. Au Nord, “ al norte ”, les Etats-Unis, au Sud: le Mexique. La frontière, c'est cela, un double, son double, l'autre. Aussi différent que semblable. Aussi pauvre que l'autre est riche. La frontière, un bandeau de terre à la lisière de deux pays, est aujourd'hui le centre de tous les enjeux économiques et de tous les espoirs politiques. Les efforts faits par le Mexique, depuis la  création de la réforme agraire des années trente, n'ont malheureusement pas produit les résultats économiques attendus par la  mise en place des ejidos, fermes placées sous contrôle direct des communes, afin de faciliter une meilleure distribution et un meilleur rendement de la production. Le manque d'investissements de la part du gouvernement et une gestion assez catastrophique des dirigeants communaux, non formés à ce type de gestion, ont fait des ejidos un système plus ou moins obsolète, incapable de fournir une production adéquate et un travail stable aux populations. En outre, le regroupement plus large entre différents ejidos  dans une même zone, comme cela aurait pu être le cas dans la région de Mexicali, dans la province de Sonora, n'ont pas vu le jour. Cette région semi-désertique, située au nord du pays, n'a pas pu développer une agriculture en adéquation avec le type de terrain, les plantations de coton n'ont pas survécu au manque d'eau, et elles furent rapidement dépassées par une production à grande échelle, telle qu'elle est pratiquée aux Etats-Unis. Les industries américaines à la recherche de nouveaux sites sont venues s'installer là où un grand nombre de terrains cultivables étaient laissés en friche et le coût de production bien inférieur à celui pratiqué aux Etats-Unis. Ceci, était rendu possible grâce à la signature par le Congrès américain, en 1963, de l'article 807 du code des tarifs douaniers. A partir de cette date, l'ensemble des composants industriels produits et exportés des Etats-Unis, dans le but d'être assemblés à l'étranger mais en vue d'une future réimportation en tant que partie d'un produit fini, ne seraient taxés que sur la valeur ajoutée pendant l'assemblage et non pas en tant que produit de confection étrangère.

7Peu de temps après, en 1964, le programme Bracero créé au moment de la Deuxième Guerre mondiale, afin de fournir une main d’œuvre agricole bon marché aux exploitants du sud-ouest américain touche à sa fin. Dépendant exclusivement des travailleurs mexicains embauchés sous contrat à durée déterminée, la presque totalité du complexe agro-alimentaire américain de la zone frontalière se trouve face à une situation critique, le manque d'ouvriers peut mettre en péril la structure économique de l'industrie si leur méthode d'embauche est modifiée. Simultanément, le gouvernement mexicain à la recherche de nouvelles  options capables d'enrayer la désaffection économique qui touche la zone frontalière du pays et dans la crainte d'une montée spectaculaire du chômage dans cette région, puisque l'immigration sous contrat de travail serait limitée, se lance dans la création du Programme d'Industrialisation de la Frontière Nord. Le moment opportun fourni par l'ensemble des conditions économiques et juridiques va permettre la mise en place d'un nouveau système de production sous la forme d'usines d'assemblage: les maquiladoras.

8Le Programme d'Industrialisation de la Frontière aura comme premier effet pervers, une redistribution du rôle de l'état mexicain dans la participation financière des maquiladoras. Celui-ci, incapable d'assumer le financement d'un tel projet va déclarer la frontière "zone libre d'exportation" et permettre l'arrivée massive de capitaux étrangers, presque exclusivement américain. Dès les années soixante, une telle ouverture, à l'entrée du capital majoritairement étranger, plaça le Mexique et indirectement son développement économique en danger permanent. Fortement liés aux fluctuations du marché international, les bénéfices obtenus par les investisseurs, qui limitent leurs participation financière à un nombre réduit de secteurs, ne seront pas nécessairement réinvestis dans le pays. Ils renforcent une croissance économique en dents de scie et fragilisent ainsi le système bancaire et sa monnaie, comme ce fut le cas en 1995.

9La crise financière qui touche le Mexique suite à la dévaluation de sa monnaie est sans précédent de par sa magnitude et son étendue. En décembre 1994, une année seulement après l'entrée en vigueur du traité, l'économie mexicaine s'effondre et la banque centrale dévalue le peso par rapport au dollar. Celui-ci passe de 3 dollars et demi à 7 dollars et demi ce qui déclenche une récession économique et le Mexique se déclare en banqueroute. Face à une telle situation, le gouvernement du président Clinton a deux choix: laisser le Mexique dans l'incapacité d'honorer ses dettes et sortir du système économique mondial provoquant ainsi une réaction en chaîne des places boursières mondiales ou leur venir en aide. C'est cette dernière option qui sera prise conjointement par Washington, le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale (BM). Le prêt concédé s'élève à cinquante milliards de dollars, la participation américaine est de vingt milliards et les trente restant, pris en charge par le FMI et la BM. Deux types d'analyse peuvent justifier l'empressement américain de l'époque7. Le Mexique a pu bénéficier du prêt car le traité venait d'entrer en vigueur et son échec pouvait être ressenti comme celui de la Maison Blanche. L'autre, qui nous semble plus conforme à la réalité des deux pays est que le Mexique aurait reçu de toute façon une aide financière indépendamment de son appartenance ou non à l'ALENA vue les liens industriels si étroits qui existent entre les deux pays. Faire barrage au prêt impliquait la faillite de l'ensemble des industries américaines installées dans la zone frontalière.

10Il est certain que cette crise financière rend difficile l'évaluation de l'ALENA et son influence sur l'économie d'un pays qui pendant vingt ans, de réforme en réforme, n'a pas pu trouver l'équilibre tant escompté. Par contre, il serait judicieux de signaler qu'une grande partie de ses réformes ont affaibli considérablement, par ricochet, les mêmes secteurs industriels qu'elles devaient protéger. Les bénéfices du chèque en blanc donné par le Mexique à l'ensemble des maquiladoras, en vue d'un réinvestissement dans d'autres secteurs de l'industrie se font encore attendre et renforcent la présence américaine dans l'économie de la nation. Le premier objectif fixé par le gouvernement dans les années soixante, la création massive  d'emplois,  reste largement insuffisante et ne peut enrayer l'immigration vers les Etats-Unis d'une partie de sa population active qui est  passée de 31,4 millions en 199O à près de 41,6 millions aujourd'hui8. Cela signifie l'entrée d'un million de personnes dans la vie active chaque année.

11Entre 1965 et 197O, douze maquiladoras furent créées, elles fournirent 3.000 emplois dans la zone de la frontière.  En 1993, année de la signature du traité, 2.166 usines sont installées dans cette région et embauchent 504.900 ouvriers, le salaire moyen était de 1$77 de l'heure. Sur l'ensemble du Mexique, dans le secteur de la manufacture, il s'élevait à 2$40 l'heure ce qui ne représentait qu'un septième de celui payé aux Etats-Unis. En 1994, le nombre des maquiladoras passe à 2.085, une diminution par rapport à l'année précédente mais le nombre des salariés est de 582.000, en augmentation sensible même si le nombre d'usines est moindre. Le taux horaire est de 1$82 dans les maquiladoras et de 2$47 dans le reste de l'industrie, mais cependant huit fois moins que celui aux Etats-Unis. Au moment de la crise de 1995, le taux horaire dans les maquiladoras, qui sont au nombre de 2.104 et emploient 640.000 personnes, est de 1$17 pour revenir en 1998 à 1$56. Dans l'ensemble des industries, le salaire passe de 1$51 de l'heure à 1$78. La différence actuelle entre les salaires mexicains et américains est de  1 à 10, elle était de 1 à 8 en 1993 au moment de la signature du traité, ce qui représente une nette dégradation. En 1999, il y avait 3.206 maquiladoras avec un million cent mille employés9.

12Une constatation s'impose. Les salaires sont plus faibles dans les maquiladoras que dans le reste du pays. La responsabilité de cet état de fait incombe aussi bien au Mexique, qu'aux trois grand secteurs industriels qui se partagent 717.264 emplois, soit 65,8%, les composants électroniques (279.988), l'industrie de l'automobile (204.531) et celle de la confection (234.745)10. 75% des maquiladoras se trouvent dans la région de la frontière et emploient 80% de l'ensemble des effectifs. La crise financière de 1995 mit à rude épreuve les petites et moyennes entreprises du pays et le gouvernement, qui jusqu'à présent avait apporté son soutien, se désintéressa de leur sort avec comme conséquence la disparition d'environ 28.000 firmes qui étaient dans l'incapacité de trouver les ressources économiques nécessaires à leur survie. La fermeture d'un nombre si élevé d'entreprises acomme résultat la disparition de deux millions d'emplois.   

13Afin de remplir une des conditions essentielles de l'ALENA, l'ouverture au libre marché et la fin des subventions gouvernementales dans le secteur de l'agriculture, les lois sur les ejidos furent modifiées en 1992, par un amendement de l'article 27 de la constitution de 191711. Cette modification constitutionnelle devait remédier aux inefficacités du système et permettre l'entrée du capital étranger, mais la dévaluation du peso en 1995 limite considérablement l'accès aux nouvelles sources de financement. La première constatation est la chute de productivité dans les récoltes du maïs et du blé, éléments de base de l'alimentation du pays. En provenance des Etats-Unis, l'arrivé massive sur les marchés de ces deux produits aux prix trop élevés pour une population qui est déjà confrontée à une baise de son pouvoir d'achat augmente le mécontentement général12. A court terme, le problème essentiel pour le gouvernement, en dehors de sa gestion économique de la crise, était de soulager une population citadine et rurale en détresse. Le résultat final fut celui d'un exode vers la frontière nord du pays, à la recherche d'un emploi que seules les maquiladoras pouvaient offrir13.

14La politique d'embauche mise en place, par l'ensemble des maquiladoras installées près de la frontière, n'a jamais correspondu au souhait du gouvernement mexicain et n'a pas résolu le problème du chômage de la région. Dans les années 60, leur implantation devait créer les emplois nécessaires aux laissés-pour-compte du programme Bracero et mettre fin à l'exportation d'une main d’œuvre essentiellement masculine et bon marché vers les Etats-Unis. A cette époque, entre 80 et 90% des employés des maquiladoras étaient des femmes, aujourd'hui elles sont un peu plus de 70% à y travailler14. La sur-représentation des femmes dans les maquiladoras correspond directement au cadre d'embauche et au genre de travail demandé, ce qui permet la mise en place de structures restrictives au sein des entreprises. Les femmes, en majorité très jeunes, travaillent dans les chaînes d'assemblages et ont peu de formation professionnelle. Les salaires sont de 3$34 par jour car les syndicats sont interdits. En outre, les emplois découlent essentiellement d'un système inter-relationel entre les usines mères et les maquiladoras. Dans ces dernières, le travail existe uniquement en fonction de la demande du marché et des nouvelles technologies, d'où une précarité supplémentaire dans les emplois qui peuvent disparaître d'un jour à l'autre. Ceci est flagrant dans le secteur de la confection. A partir de 1995-1997, l'outil de travail à été sensiblement modifié, passant de la coupe aux ciseaux, de la machine à coudre à la coupe au laser et de l'assemblage presque automatique des pièces, modifications qui entraînent la réduction massive des emplois. Deux changements s'opèrent, le nombre des postes qualifiés est limité et le savoir faire des anciennes ouvrières devient totalement obsolète, d'où un nombre restreint d'embauches de nouvelles employées, de plus en plus jeunes et à un moindre coût. Confrontées au chômage, elles doivent trouver d'autres alternatives. Cette situation explique en partie l'instabilité de l'emploi chez les femmes, mais l'attrait de la frontière et des salaires à 5$15 l'heure doivent être pris en compte15. La situation de l'emploi chez les hommes ressemble à celle de leurs partenaires féminines. Ils sont majoritaires dans les maquiladoras d'assemblages des voitures, leur travail peu rémunéré à été mis à l'épreuve par la création au Brésil, où les coûts de production sont encore plus faibles, de mêmes usines détournant ainsi une partie de leur travail.

15L'idée, selon laquelle les investissements étrangers dans les maquiladoras et les autres industries du pays ne pouvaient qu' améliorer le marché du travail, se trouve être faussée. La différence salariale, entre les Etats-Unis et le Mexique, au lieu de diminuer s'accroît et fragilise de plus en plus l'ensemble des travailleurs, les femmes étant les plus touchées par ce phénomène. D'autre part, les trois pays signataires de l'ALENA ont laissé un des points clefs du traité sans réponse: la libre circulation des personnes à l'intérieur du nouvel espace économique. Issue d'un long processus historique, l'immigration du travail entre le Mexique et les Etats-Unis est la résultante d'un nombre incalculable d'enjeux politiques et économiques, qui à travers le temps a renforcé la dépendance entre les deux pays. Dans de telles conditions, est-ce que la frontière la dernière étape à la recherche d'un emploi? Son franchissement  vers les Etats-Unis est-inéluctable?

16C'est à ces questions que l'ALENA devait mettre fin, mais les dernières études montrent que le nombre d'immigrés légalement admis aux Etats-Unis n'a pas considérablement diminuée. Les chiffres publiés, par les services d'immigration américaine (INS), font état d'une très légère régression: 131.575 personnes en 1998, contre 146.865 en 1997, mais ils sont largement supérieurs à celui de 1995 où le nombre d'entrées légales fut de 89.93216. Cette baisse peut s'expliquer par la politique extrêmement répressive mise en application par les consulats et l'ambassade américaine, à l'attribution des visas, dans le cadre de la Conférence de Puebla après la crise de 199517. Le nombre des clandestins est plus difficilement chiffrable, mais les services d'immigration estiment que deux millions et demi à trois millions de Mexicains résident illégalement sur le territoire américain. Un bon nombre d'entre eux est rentré légalement, soit avec un visa d'étudiant, soit avec un permis de travail temporaire, et ils restent, une fois ceux-ci expirés. Cela signifie qu'actuellement l'immigration illégale mexicaine touche de nouveaux groupes de la population qui ne sont pas nécessairement les plus démunis, ce qui a pour conséquence directe que le Mexique se vide peu à peu d'une population qualifiée.

17Il est intéressant de constater que le moteur de cette immigration, à la recherche d'un travail, est lié aux modifications de la structure économique du pays et à son ouverture vers les marchés extérieurs. Les Mexicains partent vers les Etats-Unis attirés par des rémunérations plus importantes, laissant derrière eux les bas salaires pratiqués et les taux d'intérêts trop élevés qui empêchent tout investissement dans les nouvelles structures. La nouvelle immigration, légale et clandestine, n'est pas composée des plus pauvres mais d'une population dynamique qui cherche à se développer sans trouver le soutien nécessaire dans son pays: "Plus le salaire de la personne est élevé plus les chances de partir vers les Etats-Unis augmentent"18.

18Les conclusions que nous pouvons tirer à propos des effets de l'ALENA sur l'immigration du travail sont très mitigées. Il est clair que l'immigrant, légal ou clandestin, des années 1980 à la recherche d'un emploi, ressemble peu à celui d'aujourd'hui, la crise économique de 1995 est principalement responsable de cette différence. D'autre part il est plus qualifié professionnellement. L'industrialisation et le développement du secteur manufacturier, grâce aux maquiladoras, ont considérablement modifié l'entrée dans le monde du travail mais les maquiladoras ont profondément fragilisé les structures syndicales. L'échec de l'ALENA se situe dans le domaine de l'emploi. La libre-circulation des capitaux et l'ouverture des marchés aux investisseurs étrangers devaient être l'accélérateur économique,  créateur d'emplois mais leurs nombres ne sont toujours pas en quantité suffisante, ils se situent au plus bas de l'échelle salariale, ce qui incite plus l'immigration qu'elle ne la décourage. Purement économique, le traité repose sur une logique de marché, où le Mexique se trouve être partenaire/tributaire d'un système qui le dépasse largement, mais il est sensé répondre à des questions d'ordre politique qui n'ont jamais été abordées, comme le flux migratoire des populations lié à l'emploi.

19L'élection à la présidence, le 2 juillet 2000 de Vicente Fox, met fin au monopole politique du PRI et semble ouvrir de nouvelles perspectives pour le Mexique. Dans un de ses premiers discours, le nouveau président réitère, comme un leitmotiv, que le développement de son pays se fera uniquement si l'ensemble des problèmes économiques et sociaux sont traités conjointement. Un mois après son élection, dans un discours à Ottawa, tout en signalant que pendant la crise l'immigration a fonctionné comme une soupape de secours pour l'économie mexicaine, il  exprime son souhait de voir ouvrir des discussions, entre les trois signataires de l'ALENA, sur les problèmes communs à la libre- circulation des personnes. Est-ce un vœu pieux ou un réel désir de modifier les relations entre les trois nations et faire jouer au Canada un rôle plus important? Il est trop tôt pour le dire, mais les liens entre le Mexique et le Canada sont restés assez flous, sans vraie concertation, les décisions prises unilatéralement par les Américains sont le plus souvent entérinées. Sans pression de ses partenaires, les Etats-Unis n'ouvriront jamais le dossier sur la libre-circulation des personnes et continueront à gérer seuls les problèmes de l'immigration.

Inicio de página

Notas

1- Le Canada et les Etats-Unis signent en 1989 le "Canada-US Free Trade Agreement" ouvrant ainsi leurs frontières respectives aux échanges économiques en attente de son extension au Mexique.
2- Accord de Libre-échange ALENA qui prend effet le 1 janvier 1994.
3- Discours du Président Clinton le 14 septembre 1993 à la Maison Blanche après  signature du traité.
4- Le PRI,  crée en 1929, modifia radicalement la structure du pouvoir politique au Mexique et créa un consensus général sur la politique interne à mener. Son électorat, composé en majorité par les classes ouvrières et paysannes prônait de grandes réformes  économiques et sociales.
5- Adolfo Aguilar Zinser, "El Tratado de Libre Comercio, Dimensión Política" dans Barbara Driscoll de Alvarado et Monica C. Gambril (ed), El Tratado de Libre Comercio, Entre el Viejo y Nuevo Orden. México, Universidad Autónoma de México, 1992. pp. 159-172.
6 -Stephen Castles et Mark J. Miller, The Age of Migration. London, MacMillan Press, 1993. Virginia Yans-McLaughlin, Immigration Reconsidered. History, Sociology and Politics. Oxford, Oxford University Press, 1990.
7-  L'ouvrage de Gerardo Otero (ed), Neo-Liberalism Revisited, Economic Restructuring and Mexico's Political Future. Westview Press, 1996, contient une série d'articles solidement documentés sur le contexte économique du Mexique, l'ALENA, et sûr la politique néo-liberale mise en place par le président Salinas.
8- Banco Interamericano de Desarrollo, Impacto de las Tendencias Demográficas Sobre los Sectores Sociales en América Latina. Santiago, Centro Latinoamericano de Demografía, 1999.
9- L'ensemble des chiffres concernant les salaires proviennent du U.S. Department of Labor, Bureau of Statistics, Office of Productivity and Technology. Washington D.C., 1999. Les statistiques sur les maquiladoras et le nombre de personnes employées sont issus du Mexican Business Monthly. Septembre 1999 et du Maquiladora Industry Analysis. Septembre 1999.
10- Robert Manning, Five Years After NAFTA. Rhetoric and Reality of Mexican Immigration in the 21st Century. Washington,D.C., Center for Immigration Studies, 2000.
11- Cet article limite l'accès à la propriété aux étrangers et donne le droit au gouvernement mexicain d'exproprier leurs terres. Vazquez, Josefina Zoraida, The United States and Mexico. Chicago, University of Chicago Press. 1985. pp. 116-120.
12- Karen Hansen-Kuhn, "Clinton, NAFTA and the Politics of U.S. Trade", NACLA Report on the Americas. Vol. 31, n° 2, septembre-octobre 1997, pp. 22-27.
13 -Wayne A. Cornelius et David Myhre (ed), The Transformation of Rural Mexico, Reforming the Ejido Sector. La Jolla, Center fo U.S.-Mexican Studies, 1998.
14- Mario Menéndez, "L'Accord de Libre Echange: Analyse historique d'un enjeu économique" dans Catherine Collomp et Mario Menéndez (sous la dir. de), Amérique sans frontière. Les Etats-Unis dans l'espace nord-américain, Paris, Presses Universitaires de Vincennes, 1995.    Robert Manning, Five Years. op. cit., p. 14.
15- Robert Manning, Five Years. op. cit., p. 11. U.S. Department of Labor, Bureau of Statistics, Office of Productivity and Technology. Washington D.C., 1999.
16- U.S. Department of Justice, Immigration and Naturalization Service, Septembre 1999.
17 - La "Regional Conference on Migration", crée en 1996 est  composée par le Canada, les Etats-Unis, le Mexique, le Belize,  le Costa Rica et le Salvador afin de mettre sur pied une politique commune d'immigration.
18 - Douglas S. Massey. "March of Folly, U.S. Immigration Policy After NAFTA." The American Prospect. Mars-Avril, 1998, pp. 22-37. Il est intéressant de noter que les travaux de Massey englobent la dernière décennie et proposent une analyse capitale sur l'immigration mexicaine. Massey, Alarcon et al., Return to Aztlan, The Social Process of International Migration from Western Mexico, Berkeley, University of California Press, 1990. Massey et Espinosa, "What's Driving Mexico-U.S. Migration? A Theoretical, Empirical and Political Analysis." American Journal of Sociology. Vol 102, n° 4, 1997, pp. 939-999.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Mario Menéndez, « L'après Accord de Libre-échange Nord-Américain : Economie et immigration », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 2 | 2001, Publicado el 16 junio 2006, consultado el 26 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/615

Inicio de página

Autor

Mario Menéndez

Université Paris 8

Artículos del mismo autor

  • Introduction [Texto completo]
    Publicado en Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, 7 | 2003
Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org