Navegación – Mapa del sitio
Historia y análisis socio-económico

Les réseaux de coopération dans le district industriel de Gamarra :une réponse locale à la globalisation

Julia Gonzáles

Texto completo

L’ambiance de Gamarra m’a contaminé ; celui qui s’approche d’ici finit tôt ou tard par être entrepreneur

Adolfo (Ancash)

1Au Pérou, l’une des caractéristiques les plus importantes de ces dernières années est le développement dans les villes de petites et de micro entreprises comme une réponse à la crise économique. Pendant ces vingt dernières années, la ville de Lima est devenue la scène où surviennent les conflits les plus évidents de la société péruvienne.

2A quinze minutes du centre de Lima1, dans le quartier populaire de La Victoria, se trouve Gamarra. Considéré comme l’une des expériences les plus réussies parmi les districts industriels dans les pays du Sud, Gamarra est constitué de micro-entreprises qui emploient environ 60 000 personnes et génèrent 800 millions de dollars par an2.

3L’une des particularités de la production du district industriel de Gamarra est la diversité et la qualité de la production textile, résultat d’une tradition multiculturelle. En effet, le contexte historique et culturel détermine la spécificité du district industriel de Gamarra. Les petits entrepreneurs utilisent leur patrimoine culturel, l’ensemble de leurs coutumes et leur savoir-faire pour élaborer leurs stratégies d’action. La grande flexibilité du travail grâce à l’éthique du travail andin devient l’axe de leur existence sociale et permet l’adaptation et la solidité des réseaux sociaux. Outre la logique du marché, interviennent des critères d’ordre familial, relationnel et de réciprocité propre à leur culture.

4Deux phénomènes sont à l’origine de la création de Gamarra : d’une part la migration des personnes qui ne trouvaient pas de travail dans les villes andines et d’autre part, la désindustrialisation qui a suivi à la mise en place de politiques de stabilisation. Ils donnent lieu à la création de ce que l’on appelle “le secteur de l’économie informelle”. L’autre fait marquant est l’importance de la concentration industrielle à Lima, et en particulier dans le secteur textile3.

La crise des années 90 et les stratégies de survie

5En août 1990, le Pérou a connu le plus dur ajustement économique de l’histoire. Les conséquences sur le plan social sont difficiles à mesurer. Cependant le niveau de pauvreté a augmenté au cours de ces dernières années. Selon le rapport de la Banque mondiale, la pauvreté touche 49,4 % de la population4.

6La conséquence la plus importante pour l’économie fut l’augmentation du chômage. Ainsi, en 1993 le sous-emploi représente 77 % du total de la population active ; les travailleurs se dirigent vers le secteur “ informel ”, particulièrement à cause d’une diminution du salaire réel.

7Selon Alison Mac Ewen, la crise dans le secteur industriel avec une réduction de l’emploi et du budget de l’état a provoqué une augmentation des contrats précaires et à temps partiel5.

8Au Pérou, le processus de reconversion industrielle représente, à la fin 1993, une perte de plus de 200 000 postes de travail dans le secteur industriel et de 365 000 postes dans le secteur public. Le salaire d’un ouvrier péruvien en 1992 équivaut seulement à 36 % de ce qu’il représentait en 19606.

9La crise de l’emploi s’est manifestée par l’accroissement des unités productives non organisées (vendeurs ambulants, ateliers de réparation, services, etc.) et l’aggravation de la précarité de la main d’œuvre salariée, avec le développement du travail à durée déterminée, à temps partiel et de la sous-traitance. Ce type de services étant compris dans le secteur de l’économie “ informelle ”. Plus de 70 % du nombre d’établissements industriels sont des entreprises de moins de 5 travailleurs qui emploient 75 % de la population active.

10Dans un monde globalisé, une plus grande ouverture vers le marché extérieur exige une productivité élevée et une plus grande compétitivité. La flexibilité du travail au Pérou s’est produite avant sa réglementation, ce qui se traduit par une segmentation plus importante de l’économie et de la société en général, et par l’affaiblissement du pouvoir syndical : les ouvriers ont laissé leur place aux travailleurs indépendants.

11Les relations de production ont créé des réseaux de coopération qui s’appuient sur les réseaux sociaux, familiaux et de voisinage des entrepreneurs ; de telle sorte que les migrants andins qui ont choisi de s’orienter vers la production d’entreprise ont eu recours invariablement à leurs connaissances et relations, formant des réseaux spécifiques à partir des liens de parenté, de voisinage, d’amitié, afin d’établir des réseaux économiques.

12Les spécialistes signalent que les réseaux sociaux que tissent les micro-entreprises ou celles de plus petite taille sont une dimension fondamentale du développement des districts industriels. Dans les réseaux sociaux, les personnes ont des droits et des obligations vis-à-vis des autres ; la confiance y est une valeur indispensable, et l’entrepreneur qui n’en bénéficie pas échoue inévitablement dans son entreprise. Dans le cas du Pérou, il s’agit principalement d’une transposition dans les villes de la réciprocité andine millénaire.

13Grâce à ces réseaux, le migrant parvient à obtenir non seulement l’information nécessaire et la connaissance du marché, mais également d’importantes réductions de coûts dans le processus productif, par une utilisation rationnelle de ses faibles ressources.

14Les migrants andins, en particulier les entrepreneurs de Gamarra, sont les protagonistes d’une éthique du travail andin dans un monde industriel capitaliste. La conception du travail de la mentalité andine est différente de celle utilisée dans la mentalité occidentale. Pour cette population, le travail est le fondement de la vie. On naît pour travailler, on travaille dans ce monde-ci et dans l’au-delà. Le travail dans la société andine commence dès le plus jeune âge, “ dès lors que les os durcissent ”. Le travail est également associé à la joie ; la musique accompagne les activités productives. De plus, le travail dans le monde andin, est basé sur l’échange et la réciprocité entre personnes, particulièrement dans la minka7.

15C’est en appliquant l’éthique andine que les migrants andins ont fait surgir un autre type d’entrepreneur, qui associe les valeurs de l’éthique du travail et de l’épargne, comme le présente Weber pour d’autres sociétés. Ainsi le travail devient le pilier principal du succès : “J’ai toujours vu que celui qui travaille et s’acquitte de ses obligations, celui qui respecte les autres, progresse.”(Eulalia, Cerro de Pasco).

16Cette culture est également liée à la pratique de la religion. Les saints sont des alliés de l’entreprise. En effet, ils sont vénérés en échange de leur protection, on se souvient d’eux au cours de fêtes et de rituels, de processions et de messes. Le pago8 maintient encore l’unité entre l’entrepreneur et le divin, non pas dans le cadre agricole, mais dans le marché de la concurrence.

Les origines de Gamarra

17Les facteurs sociaux et historiques qui expliquent l’émergence de Gamarra en tant que conglomérat industriel peuvent être résumés comme suit :

181. Le début de l’activité commerciale du Marché de gros de Lima dans le quartier de La Victoria, à partir de 1945. Plus connu sous l’appellation de La Parada, ce marché était la porte d’entrée des flux alimentaires de l’intérieur du pays et la voie de sortie vers l’intérieur du pays pour les textiles, la confection, les articles d’épicerie et de bazar et autres produits. Par sa situation stratégique, La Parada était aussi la dernière étape pour les principales entreprises de transport entre provinces. C’est ce qu’on nomme un point de rupture de charge.

192. La fermeture ou la restructuration des entreprises textiles et de la confection au cours des années 1960 et 1980, face à la récession des années 1970 et à l’ouverture partielle de l’économie aux importations dans les années 1980-1985, ainsi que la mise en place de stratégies de réduction de personnel et de décentralisation des opérations à travers le travail à domicile et la sous-traitance. Dans ce cadre, certaines entreprises proposèrent des machines pour indemniser les salariés licenciés.

203. La tradition de la confection parmi les habitants de La Victoria, notamment des migrants andins, issue de la longue histoire de l’industrie artisanale du Pérou et de la création de l’Escuela de Artes y Oficios, d’une importance vitale dans le développement manufacturier de Lima en particulier.

214. Les travailleurs qualifiés, qui avaient été renvoyés de l’industrie du textile et de la confection, possèdent de nouvelles compétences techniques et un savoir-faire transmis par les migrants à Lima. Ils ont créé leur propre entreprise grâce aux indemnités perçues, soit en numéraire soit sous forme de machines textiles. C’est ainsi que le travail à domicile et la sous-traitance ont permis d’établir un système flexible de production, où le petit propriétaire n’avait pas besoin d’investir en capital de travail, augmentant sa capacité de réponse aux aléas du marché, et réduisant ainsi d’autant le risque économique.

Rapport entre l’économie et les caractéristiques socioculturelles

22Dans la formation du district industriel il est particulièrement intéressant d’établir la relation entre les caractéristiques socioculturelles des producteurs et l’économie.

23Pendant ces dernières décennies, la société péruvienne a subi de profondes transformations, dont les effets se ressentent notamment dans le secteur industriel de l’économie urbaine. Le phénomène le plus marquant est l’augmentation de petites entreprises. L’augmentation de petites entreprises a développé une nouvelle organisation du travail qui s’établit sur la base de la flexibilité du travail et d’un réseau de relations sociales et de coopération dont le support familial, les anciens modèles culturels et la nouvelle éthique du travail andin sont les traits les plus importants. Les petites entreprises créent de nouvelles formes d’organisation et d’occupation de l’espace du territoire urbain : les districts industriels. Le conglomérat des entreprises de Gamarra est un cas représentatif de district industriel.

24L’importance des caractéristiques socioculturelles dans cas du district industriel de Gamarra a été confirmée lors de l’enquête et les témoignages que nous avons recueillis auprès de plusieurs entrepreneurs.

25L’objectif de l’enquête était d’identifier les réseaux sociaux des fabricants de vêtements de Gamarra qui interviennent dans le processus productif. L’échantillon a été sélectionné parmi des micro entreprises employant entre 5 et 10 travailleurs. 200 petits entrepreneurs de Gamarra ont participé à cette enquête, ainsi qu’une équipe de 10 enquêteurs9. Un entretien direct et personnel avec l’entrepreneur a été réalisé à l’aide d’un questionnaire structuré. La taille de l’échantillon a été obtenue statistiquement. Une estimation sur une population de 2 000 entrepreneurs de vêtements à Gamarra a été réalisée. De manière aléatoire les unités d’information ont été sélectionnées : d’abord en partant des critères géographiques, c’est-à-dire les pâtés de maisons, galeries, puis les ateliers de Gamarra.

26L’enquête a été effectuée en deux étapes. La première a consisté à sélectionner 20 pâtés de maisons de la rue de Gamarra. Le critère de sélection de la rue était la plus importante concentration d’entreprises. La seconde étape fut de sélectionner de manière arbitraire les galeries dans chaque pâté de maison. Finalement, dans ces galeries 200 entreprises de confection furent sélectionnées pour réaliser les entretiens.

27Pour approfondir certains éléments de l’enquête, des entretiens plus ciblés et approfondis ont été menés auprès de 6 entrepreneurs avec des “ récits de vie ”. Nous avons souhaité mettre en avant dans cette étude l’homme avec ses problèmes et ses projets au quotidien.

Les migrants de la Sierra péruvienne à Gamarra

28Les résultats de l’enquête sur le district industriel de Gamarra montrent le rôle des migrants de la Sierra comme entrepreneurs à Lima.

29L’enquête montre que la majorité des entrepreneurs sont d’origine modeste. Ils ont travaillé dès leur plus jeune âge. D’abord dans l’agriculture dans leur village d’origine, en aidant leurs parents, puis à Lima. Beaucoup ont l’esprit d’entreprise, transmettent leur savoir-faire à leur personnel, améliorent leur technologie et les systèmes de distribution de leurs produits. Ils se trouvent actuellement préoccupés par la concurrence des produits importés, commercialisés par des Péruviens, d’origine coréenne et arabe, ainsi que par la pression fiscale de la part de l’état. A long terme, ils pensent vaincre ces difficultés et élargir leurs investissements à d’autres domaines d’activités de services ; dans ce but ils renforceront leurs anciennes relations de parenté et de connaissances dans leur village d’origine.

30Les fabricants de vêtements de Gamarra sont en majorité des hommes (71,5 %). C’est une population généralement jeune (de moins de 40 ans) : 40% des entrepreneurs ont entre 31 et 40 ans, 26,5 % ont entre 18 et 30 ans et 33,5 % ont 41 ans ou plus (voir Annexes, tableau nº1).

3177 % des entrepreneurs de Gamarra sont des migrants : presque 50 % originaires des Andes et seulement 22,5 % de Lima (voir Annexes, tableau nº 2).

32Ces données statistiques sont étayées par les récits de vie recueillis : les personnes proviennent généralement des villages de la Sierra, comme les provinces de Cajamarca, Cerro de Pasco, Ayacucho, Cuzco et Apurímac. De par leur provenance andine, la majorité d’entre eux est impliquée dans des activités agricoles et d’élevage en premier lieu et, de façon secondaire, dans le textile et la commercialisation. Dans certains cas, une même famille concentre toutes ces activités :

Mes parents s’occupaient d’élevage, et d’agriculture et ils avaient un commerce de première nécessité ; quelques vêtements, des chaussures, un peu de tout. On tisse jusqu’à présent, ils tissent. Là-bas, il y a de grands manteaux appelés puyos à rayures, on disait puyo en quechua, et aussi des ponchos en laine de mouton. Dans ma famille, je faisais fonctionner les métiers, ma mère, elle fabriquait les ponchos et les puyos, pour notre usage aussi. C’est comme ça que ça se passait. J’ai vécu dans mon village jusqu’à 16 ans. Dès l’âge de 3 ans, mon père me faisait lever à 4 heures du matin, à 5 heures du matin nous étions dans les terres, c ’était çà le travail à la ferme (Lucas, Cajamarca).

33Pour d’autres, la situation était différente puisqu’ils produisaient seulement pour subsister et pour la consommation familiale (Víctor, Cerro de Pasco).

34La référence au lieu d’origine est indiquée avec beaucoup d’attachement à la terre, comme dans les chansons populaires andines. Un fragment de Jauja, du compositeur Juan Bolívar dit : “Jauja, petit coin de terre dans le ciel, joie du cœur”. Pablo, né à Canario (Ayacucho), dit : “ Mon village est un petit coin de la patrie. C’est tout petit et ma mère y vit encore ”.

Mon village est chaleureux. On y produit de tout : du maïs, du blé, des fèves, de la canne à sucre, des pommes de terre, des tomates. Il y a des fruits, pommes, oranges. Les gens se consacrent à l’agriculture et à l’élevage (Juana, Cuzco).

Le choc du contact avec la grande ville et les premiers travaux

35Lima, comme ville et espace urbain, provoque diverses impressions chez les migrants :

Lima m’a choquée, voir les maisons “ sans toit ”10 me paraissait étrange, au début je ne m’y suis pas habituée, c’était en 1948, j’ai travaillé à la Hacienda Taboada au Callao, chez des Japonais, des personnes très bonnes. J’ai appris à fouler le coton, j’étais très contente quand j’étais avec eux. J’ai appris à travailler ; hommes et femmes travaillaient toute la journée, et mangeaient ensemble. Je suis restée jusqu’à l’âge de 16 ans, après je suis allée au couvent. Je m’étais rendue compte que j’étais venue de mon village en laissant mes parents, il fallait alors que je fasse quelque chose pour moi (Eulalia, Cerro de Pasco).

36La plupart des entrepreneurs de Gamarra arrivèrent à Lima enfants ou adolescents. Dans la capitale, la vie ne leur fut pas facile, ils devaient travailler immédiatement.

Je suis venu à Lima en 1974, je suis arrivé chez mon frère qui habitait rue Antonio Bazo. Il était commerçant, sur les marchés. Ma sœur aînée vivait tout près et travaillait en vendant des pulls et des tee-shirts de femme en maille. Nous étions venus à la recherche de nouveaux horizons. Au début je m’occupais de vendre les marchandises de mon frère. Le dimanche, j’allais aux marchés 3 de Febrero, Buenos Aires du Callao, à Surquillo, Caquetá et Aviación. A cette époque, j’avais 16 ou 17 ans. Je partais avec mon paquet et après avoir cherché un bon emplacement, je commençais à crier et comme j’avais de bons prix, j’arrivais à tout vendre. J’ai fait cela durant trois ou quatre mois, parce qu’après je vendais en gros. Je disparaissais jusqu’à sept ou huit heures du soir dans les marchés de Magdalena, Surquillo et même au marché central. Après j’ai pu devenir indépendant et avoir ma propre clientèle. Mais cela seulement le week-end, le reste de la semaine, je faisais plusieurs travaux, je les obtenais par des annonces et des affiches. Le dimanche j’allais très tôt au marché. En semaine, pendant l’été, je vendais des glaces, des glaçons parfumés parce que ma sœur me permettait d’utiliser son réfrigérateur. Après j’ai essayé de faire des photos, mais ça n’a pas bien marché dans l’art de la photographie, car j’étais plus intéressé par la vente (Florian, Jauja).

37Un autre commente :

Je suis arrivé en croyant que Lima était petit, comme mon village où je pouvais passer la nuit dans la rue. Dans mon premier travail, je suis resté un mois comme commis, pour vendre de la charcuterie au Marché Central et ensuite, je suis allé travailler aux Textiles de la Unión (Pedro, Huancayo).

38Un entrepreneur raconte aussi ses premiers travaux à Lima :

J’ai commencé à travailler dans cette branche par nécessité à l’âge de 6 ans. Il y a des “ étapes ”11 qui arrivent dans la vie et que parfois on ne choisit pas, n’est-ce pas ? Mon frère m’a amené à Lima et m’a laissé à Miraflores avec une sœur plus âgée qui travaillait dans une maison et j’ai vécu avec elle jusqu’à ce qu’elle se marie. L’entreprise où elle travaillait lui donnait un appartement où elle habitait. La nécessité m’a fait travailler, dès l’âge de 9 ans. J’ai vendu des bonbons ; j’ai travaillé dans un bureau en faisant le ménage, dans un centre de lavage de voitures, je vendais des friandises. C’était plus pour le besoin de m’habiller, mais pas pour avoir à manger : d’autres travaillaient pour aider leur famille, dans mon cas, c’était autre chose parce que j’avais l’appui de ma sœur pour payer mon collège, mes études, alors c’était pour moi-même, pour payer mes vêtements, pour mes affaires, je travaillais pour mon compte (Víctor, Cerro de Pasco).

39Comme nous pouvons le voir les migrants andins, en arrivant à Lima, occupaient des emplois divers, comme employés de maison, dans le petit commerce. Un monde étrange par rapport à leur expérience de la vie dans les Andes :

Un paisano12 de mon village, couturier, me racontait tout ce qui lui arrivait, c’est-à-dire toutes ses peines. C’était un brave type. Il gagnait 50 à 60 soles par semaine ; ça ne lui suffisait pas. Avec ça, il devait payer sa chambre, il devait payer son transport et il devait payer sa nourriture... (Lucas, Cajamarca).

40De plus ils n’étaient pas facilement reconnus : “Eh bien, dit Juana (Cuzco), je pleurais tout le temps ici à Lima ! Je pleurais à l’heure de manger, je pleurais à l’heure de dormir. Je me souvenais de mes parents, j’avais beaucoup maigri”.

41Les activités d’origine des entrepreneurs avant de s’installer à Gamarra sont : employé (24%), ouvrier (23%), femme au foyer (11%) (voir Annexes, tableau N°3). La situation de “ sans emploi ” (27%) doit être considérée comme transitoire même si chronique.

L’apprentissage du métier de la confection

42Certains entrepreneurs ont appris “l’art du travail” dans le textile à Lima, et presque uniquement dans la pratique, ce qui les a obligés à intégrer le réseau d’entreprises de Gamarra :

Ma jeunesse, quand je suis arrivé chez un parent, j’ai travaillé comme employé de maison ; puis à treize ans, je suis entré dans un atelier de confection, et comme apprenti couturier. On m’a emmené travailler, dans un atelier de confection dont le propriétaire était originaire de mon village. Je suis arrivé chez un parent, mon oncle exactement. J’ai commencé à gagner quelques sous comme apprenti dans la couture, et à partir de là, où je suis resté environ dix ans jusqu’en 1975, j’ai commencé à apprendre le dessin ” (Pablo, Ayacucho).

43Après avoir eu divers activités, les nouveaux migrants s’orientent vers la confection textile, qui leur permettra d’acquérir de l’expérience pour travailler à Gamarra.

Je suis allé travailler aux Textiles La Unión. Un militaire, Monsieur Martínez, m’a recommandé. J’ai commencé comme magasinier pendant trois ans. Puis on a licencié en premier tous les célibataires. Alors j’ai commencé à travailler à mon compte. Dans une petite pièce qui servait de magasin, j’étais seul (Pedro, Huancayo).

Enfant, j’aidais dans l’atelier de mon père. J’ai commencé vers 8 ans. Là, j’utilisais plusieurs machines : la machine à coudre les boutons, une autre à faire les boutonnières, mais pas trop souvent, car pour un enfant, c’est risqué, n’est-ce pas ? Je faisais seulement des petits travaux manuels. Plus tard, jeune homme, je faisais fonctionner les machines (David, Lima).

44D’autres ont pu entrer dans un atelier de confection pour faire les travaux de ménage :

Après six mois, je commençais à retirer les fils des vêtements confectionnés. Après, tandis que les autres allaient déjeuner, je tripotais les machines et, bien que je cassais des aiguilles, j’apprenais sur l’une ou l’autre des machines. Après quatre mois d’essai, je me suis décidée à apprendre directement sur une machine électrique. Un habitant de mon village qui était arrivé en même temps que moi pour travailler m’a donné du travail de couture pour m’encourager : soixante petits pantalons que j’ai terminés en dix-huit jours. C’est ainsi que j’ai appris. Après, il me semble que Dieu aide celui qui a de la volonté, parce qu’après je pouvais faire fonctionner toutes les machines (Juana, Cuzco).

45La majorité des confectionneurs de Gamarra ont appris leur travail par eux-mêmes.

46En effet, on remarque que 63,5% des personnes ont répondu qu’elles avaient appris leur travail seules, 12% ont choisi la confection par tradition familiale, 10,5% l’ont appris dans un centre de travail et seulement 14% dans un centre d’apprentissage de confection de vêtements (voir Annexes, tableau N°4). Parmi ces derniers, un nombre significatif a fréquenté des Instituts supérieurs de technologie, CENECAPEs et Collèges techniques.

47Le choix des entrepreneurs de s’installer à Gamarra est dû à son importance en tant que marché. Avant d’arriver à Gamarra, la majorité des entrepreneurs produisaient déjà des vêtements, soit dans un local loué, soit à leur domicile (voir Annexes, tableau nº 5). 36% confectionnaient des vêtements dans des locaux situés hors de la zone de Gamarra et le reste dans des locaux prêtés ou achetés par des usines de confection.

48L’apprentissage préalable est meilleur quand il s’est fait très jeune. C’est ce qu’on remarque dans les récits suivants :

La motivation de chacun est différente, il y a des personnes qui restent un an dans l’atelier et qui n’apprennent pas. Le plus difficile à apprendre c’est l’utilisation des machines, maîtriser la machine, bien sûr qu’au début c’est dur. Pour celui qui sait déjà, logiquement ce n’est rien, mais pour une personne qui voit la machine pour la première fois, c’est un peu difficile de la dominer et de s’habituer aux différentes sortes de tissus avec lesquels on travaille (David, Lima).

Bien sûr, depuis mon enfance je travaillais déjà en atelier, les machines étaient devenues une chose facile pour moi (Pablo, Ayacucho).

49Adolfo pour sa part, avait assimilé un conseil décisif de sa mère. Quand Adolfo arriva d’Ancash, il apportait, en plus de sa petite valise, de grands espoirs et surtout un énorme désir d’étudier. Sa mère lui avait inculqué ce goût pour les études : “Si tu veux progresser, étudie, me disait-elle toujours ”. Il avait 16 ans quand il descendit de l’omnibus qui l’avait conduit à Lima. Il n’avait pas encore fait ses études secondaires. En 1972, cette ville était déjà énorme et il n’y connaissait qu’une personne, une de ses sœurs qui le plaça rapidement comme commis de maison. Ainsi, seul, sans autre appui que sa force intérieure il organisa son destin.

50Un autre, qui a eu une expérience similaire, évoque :

Au début, pour utiliser une machine à faire les coutures plates, c’était très difficile. Petit à petit, je me suis débrouillé en une semaine. Quand je prends les machines modernes je n’ai aucune difficulté parce que, le principal je l’ai appris en faisant de la couture plate. Une fois que j’ai su faire marcher cette machine, les autres fonctionnent presque toutes de la même manière (Lucas, Cajamarca).

51Une entrepreneuse raconte autrement son processus d’apprentissage. Elle fait appel à la croyance religieuse pour dépasser la peur :

Il semble que Dieu aide celui qui a de la volonté… J’allais d’une machine à l’autre, pour apprendre, sinon je n’aurais pas pu. Mon oncle mourait de rire quand il trouvait l’aiguille cassée, et on demandait qui l’avait cassé. Mon oncle riait et me disait “ C’est comme ça que tu vas apprendre, sinon ça va te coûter cher et tu partiras d’ici sans rien avoir appris et ça ne t’aura servi à rien ”. Au bout de plusieurs mois j’ai appris à utiliser une machine électrique. Je suis sortie en disant : “ Oncle, maintenant je vais coudre ”. “ Mais non, car tu ne sais pas ! Est-ce que tu sais coudre ? ” me dit-il. “ Alors vas-y, essaye sur un morceau de tissu ”. Je lui ai demandé : “ tu vas m’aider à apprendre, d’accord ? ” , il me disait lui-même : “ Tu vas apprendre à bien coudre dès le début, apprends comme ça, sinon tu vas mal coudre toute ta vie ”, me disait mon oncle. En fait ce monsieur, ce n’était pas mon oncle mais une connaissance de mon village, c’est pourquoi je lui disais Oncle (Juana, Cuzco).

Entrepreneurs et niveaux d’instruction

52Le niveau d’instruction à Gamarra est assez élevé. Presque 50 % des personnes ont un niveau de fin d’études secondaires, 20% un niveau technique et seulement 12,5 % un niveau d’études primaires (voir Annexes, tableau N°6). Cette situation est différente de celle donnée par une enquête réalisée au niveau national qui présente un pourcentage plus important d’entrepreneurs possédant seulement le niveau primaire : 30,35% (voir Annexes, tableau N°7).

53Quant aux études supérieures, quelques entrepreneurs de Gamarra ont été formés dans des Instituts spécialisés, des Universités et des Collèges techniques (voir Annexes, tableau N°8).

54Lors de l’enquête à Gamarra, un entrepreneur déclarait :

J’ai étudié il y a deux ans l’art du dessin, de la coupe et de la confection. Avant on enseignait la coupe et la confection. Seulement maintenant, avec la réforme, on enseigne aussi le dessin. Mais j’ai surtout appris en pratiquant. La théorie a été seulement la base fondamentale. Il y avait un petit institut Gamor, qui donnait des cours. C’était en 1970. J’ai étudié parce que je voulais progresser. J’avais terminé mes études secondaires au collège Labarthe [à Lima]. J’ai décidé d’étudier de moi-même. J’ai toujours eu des amis qui m’ont encouragé, …[un] ami m’avait trouvé des cours pour me perfectionner, … (Pablo, Ayacucho).

La principale école de formation : la pratique du métier

55Quant aux qualifications professionnelles dans l’industrie de la confection au Pérou on distingue : le “maître”, les “officiers” et les apprentis. Le maître est un travailleur expérimenté, non seulement dans sa tâche, mais dans la capacité d’organisation de la production, d’approvisionnement en matières premières, d’acquisition et réparation des machines et de contrôle de la qualité. Il a généralement travaillé dans des entreprises de confection, grandes ou moyennes. L’officier est l’ouvrier des grandes usines de confection, c’est un travailleur habile et expérimenté, il est plus spécialisé, il assiste le maître et forme les apprentis. L’apprenti est un ouvrier qui réalise des tâches élémentaires, comme nettoyer, faire des coutures plates, faire des coupes simples, repasser, compter les pièces réalisées, etc.

56Comme l’affirme Ramón Ponce, “ dans le processus de formation et de consolidation de Gamarra, on remarque la conversion d’une bonne partie des officiers en petits entrepreneurs ; ce sont les plus enclins à développer des plate-formes de sous-traitance”13.

57Dans l’industrie artisanale du Pérou, trois grands groupes peuvent être distingués. Le premier, composé d’une industrie artisanale liée à une certaine tradition culturelle qui reprend des éléments ethniques et une créativité artisanale locale. Le second groupe, prestataire de services de l’industrie à travers des ateliers d’entretien et de réparation. Enfin, le troisième groupe, lié à l’industrie manufacturière.

58Les hommes de Gamarra ont développé leur pratique de gestion d’entreprise au quotidien, dans la pratique concrète du métier plutôt que sur la base de la théorie technologique ou universitaire. Un entrepreneur d’ascendance arabe nous décrit cela avec objectivité :

Je suis entré dans le commerce, d’abord pour apprendre, après je me suis imprégné de tout. J’ai appris à connaître les gens. D’ici on sort plus tigre que de l’université14 : comment acheter, comment vendre, comment servir, comment parler, comment offrir. Impossible ! ; personne ne vous enseigne ; ça s’apprend plus vite qu’on ne le croit. Je chargeais les rouleaux de toile, je les plaçais, je guidais, je faisais de tout. Au début nous étions trois, mon père, un cousin et moi. J’ai appris dès que j’ai commencé à travailler vers 7 ou 8 ans. J’allais au centre de Lima et la famille de ma mère vendait des tissus, alors, je commençais à crier : Tissus ! Tissus ! J’ai appris de mon grand-père, de ma mère, de mes oncles. J’y allais tous les samedis, après le collège, avec ma mère. Il m’en est resté quelque chose. Quand on arrive ici et qu’on devient entrepreneur, les choses sont différentes (Samir, Lima).

59La majorité des entrepreneurs ont appris le métier par eux-mêmes (66 %), et le savoir-faire a joué un rôle important dans la réussite de leur entreprise. Le savoir-faire en confection de vêtements existe dans toutes les régions du pays mais tout particulièrement de celle du sud –qui est, par tradition l’école d’artisanat du Pérou-, il s’est déplacé et concentré à Lima.

Les réseaux de coopération

60Les migrants andins ont crée leur propre entreprise ayant recours indistinctement aux diverses relations interpersonnelles, formant des réseaux spécifiques à partir de liens de parenté, de village, d’amitié pour finalement établir des réseaux fondamentalement économiques. L’origine régionale est importante pour établir ses liens de solidarité, la tradition de la marka15 comme un espace où les occupants se sentent appartenir à une communauté avec des obligations d’entraide.

61Dans les témoignages des entrepreneurs on observe le fonctionnement de ce réseau. Pour ceux qui commencent, tout est plus difficile mais ils se jettent un défi : “Lui, il a pu, donc nous pourrons aussi !”.

Quand des parents arrivent, nous nous réunissons pour raconter nos propres expériences. Nous leurs donnons des tuyaux pour les aider. Avec mon petit capital je me suis mis à faire des vêtements de sport que mon cousin allait vendre en province, 200 à 300 pièces. Il me rapportait l’argent de ce qu’il vendait, … [un autre cousin] me prêtait sa machine, de cette façon on s’aidait. C’est ainsi que j’ai commencé dans le commerce de confection…

En 1994, il n’y avait plus de travail et je devais payer le crédit pour la machine que j’avais achetée. Je suis allé travailler dans un atelier, puis je suis retourné avec mes cousins. Comme j’étais sans travail, ils m’ont donné une seconde chance (Víctor, Cerro de Pasco).

62Il est donc important de faire remarquer le rôle joué par la famille en tant que structure déterminante. Ce noyau jettera les fondements du succès. L’espérance de l’obtenir se trouve dans l’appui du conjoint mais aussi dans la force de travail et les compétences des enfants :

Maintenant, le personnel embauché est constitué par mes propres enfants qui sont quatre. Certains d’entre eux travaillent à la tâche, mais les autres ont un salaire. Ensemble, nous travaillons de huit à douze heures par jour (Pablo, Lima).

Nous travaillions, ma sœur et moi ainsi qu’un cousin de temps en temps. J’ai eu une aide financière de ma femme, elle m’a prêté de l’argent pour acheter des tissus. Et j’ai prospéré (Víctor, Ayacucho).

Par exemple, dans notre atelier travaillent maintenant : mon père, deux couturières et mes deux frères. Les couturières travaillent à la tâche et mes frères ont un salaire depuis qu’on a réduit le nombre des travailleurs déclarés (David, Lima).

Avant, j’avais dix travailleurs dans mon entreprise, dont mes trois enfants. Maintenant c’est différent, il n’y a que mes enfants. Je ne sais pas ce qui arrivera d’ici à cinq ans, mais si Dieu le veut, nous continuerons à travailler parce que c’est la seule chose que nous savons faire. Finalement l’espoir, c’est nos enfants. Par la pratique et l’étude mes enfants acquerront une bonne technique du dessin (Pablo, Ayacucho).

63Les personnes originaires d’un même village sont souvent les premières à donner du travail aux nouveaux arrivés à Lima. “ Quand j’avais treize ans, c’était en 1963, j’ai commencé à travailler dans un atelier de confection. J’étais recommandé par des gens de mon village ” (Pablo, Ayacucho).

64Près de 44 % des entrepreneurs ont obtenu des informations sur Gamarra grâce à leurs réseaux familiaux ou villageois d’origine. Les parents directs sont la principale source d’information pour l’installation à Gamarra : c’est le cas de 37% des confectionneurs (voir Annexes, tableau n° 9).

Le financement

65La mise en route du processus productif s’appuie sur les réseaux économiques tels que les réseaux de financement, les réseaux de coopération pour l’achat de matières premières ou pour accomplir la livraison promise etc.

A mesure que le temps passe, que j’achète, je deviens plus connu et ma clientèle augmente ; c’est peut-être grâce au type de vêtement que je confectionne. Souvent on me fait crédit, on me fait confiance avec le temps. Les prix d’achat varient mais j’en tiens compte dans mes calculs. Si j’ai besoin d’une aide, on peut me la donner, à condition que je tienne ma parole (Víctor, Cerro de Pasco).

Quand j’ai une commande de confection très importante, j’embauche, si, je ne trouve pas de personnel, je dois partager avec d’autres entrepreneurs. Nous partageons à parts égales (Pablo, Ayacucho).

66Les réseaux les plus importants sont ceux du crédit, pour l’obtention du capital pour créer l’entreprise et commencer ou développer la production.

67La majorité des entrepreneurs de Gamarra ont utilisé un financement personnel ou familial pour leur installation. En effet, 75,5 % des entrepreneurs ont financé leur installation avec un capital personnel, 12 % avec un capital familial et seulement 4,5 % avec un crédit public. Il en est de même pour le financement de la production : 70 % se sont financés avec leur capital personnel, 14,5 % avec un capital familial et seulement 8,5 % avec un crédit privé (voir Annexes, tableau nº 10).

68Un entrepreneur d’origine arabe, décrit avec beaucoup de précision les arguments, les critères que les créanciers privés utilisent pour accorder le crédit aux entrepreneurs. Il fait remarquer que l’origine du demandeur est déterminante pour accorder le crédit au même titre que le niveau de responsabilité dont il fait preuve :

Je fais crédit aux émigrants andins, j’arrive à les connaître en étudiant leur attitude, je me fais une opinion. Mon père faisait beaucoup de crédit et sans aucune trace écrite, et beaucoup de gens en profitaient, ils ne payaient pas. Je fais crédit, par exemple, si une personne vient pour la première fois et me demande un crédit, je le lui donne, s’il ne me rembourse pas, je ne lui ferai plus d’avance. Le crédit, c’est quelque chose qui se gagne, c’est comme un prix, c’est la constance au respect des engagements, si une personne est ponctuelle et me rembourse chaque mois, alors elle gagne ma confiance ; dans notre activité, les choses fonctionnent ainsi, peut-être que dans d’autres c’est différent (Samir, Lima).

69Les entrepreneurs de Gamarra financent leur production généralement grâce aux paiements à l’avance de leurs clients (72%), ce qui est très important pour leur gestion. De cette manière, 60% de la valeur totale du contrat est payée à l’avance (voir Annexes, tableau nº 11). Voici le témoignage d’un entrepreneur originaire d’Ancash :

Mon prix est tellement attractif que les grossistes de province me paient à l’avance. Quand j’ai commencé, je pouvais fournir environ dix douzaines de tee-shirts. Un jour un client m’en commanda cinquante douzaines, j’ai été très surpris mais comme il avait été fidèle, j’ai accepté à condition qu’il me verse une avance. Il me l’a donnée mais a exigé les pièces le lendemain au soir, c’est là que tout à commencé. Après sont arrivées des commandes de cent douzaines. A l’époque je fabriquais des pièces en coton, maintenant j’utilise différentes matières plus fines, par exemple des dentelles (Adolfo).

70Dans le cas des plus petites entreprises, le crédit est informel, aussi bien venant d’autres entrepreneurs de la zone que des commerçants. Les fournisseurs appartiennent généralement au secteur informel et les clients n’apparaissent pas comme agents de crédit (voir Annexes, tableau n° 12).

Conclusión

71Alors que débute le troisième millénaire, le conglomérat de micro-entreprises de Gamarra a réussi à vaincre les difficultés pour sa survie et sa consolidation dans un contexte de globalisation du marché. Sa caractéristique essentielle reste sa capacité d’innover en matière de stratégies de développement dans un marché ouvert et de plus en plus concurrentiel.

72La cohésion sociale, l’expérience accumulée d’anciennes traditions artisanales, ainsi que le rôle joué par les institutions sociales, telle que la famille, les réseaux régionaux et de parenté, ont été les facteurs déterminants de ce succès, avec l’adaptation de ces logiques à une nouvelle organisation industrielle.

Au début, la lutte a été dure, à cause de la loi du marché. La concurrence est ainsi, il faut entrer dans le jeu de la concurrence, prendre des parts de marché à celui qui est établi, c’est du moins ma façon de penser. Alors quand j’ai commencé à travailler, je suis devenu polyvalent. J’ai appris à coudre à ma femme. Quand, ma première fille est née, cela m’a donné plus de courage, beaucoup de désir de bien faire les choses. La compréhension et la formation ne suffisent pas, je me considère comme quelqu’un de chanceux16.

73La majorité des entrepreneurs sont des émigrés d’origine andine. Après avoir travaillé dans différents secteurs, ils s’orientent vers la confection textile, ce qui va leur permettre d’acquérir une certaine expérience. Leur savoir-faire provient de l’artisanat présent dans l’ensemble des régions du pays, par suite transféré à Lima. La crise dans l’industrie textile les pousse à travailler soit en tant que salariés, soit en tant qu’entrepreneurs du textile.

74Les entrepreneurs ayant participé à la création d’une nouvelle entreprise l’ont toujours fait pour aider des membres de leur famille. Ainsi la famille devient la principale source d’information de ceux qui veulent s’installer à Gamarra. Les entrepreneurs originaires de la Sierra travaillent davantage avec leur famille que les patrons de la Côte ou de Lima qui font surtout travailler des gens qui n’ont aucun lien de parenté avec eux.

75Les réseaux sont utilisés dans la production, dans la commercialisation, pour le financement, la coopération pour l’achat de moyens de production et, de façon plus significative, pour l’accès au crédit. Les entrepreneurs reçoivent des avances de paiement de leurs clients afin de faciliter la production Dans le cas d’entreprises de plus petite taille, le crédit est de nature informelle, provenant aussi bien des entrepreneurs de la zone que des commerçants.

76La problématique exposée ici permet d’ouvrir de nouvelles perspectives dans la recherche sur les rapports entre les valeurs culturelles et certaines réponses économiques mises en valeur dans cet article. Cette économie solidaire apparaît en Amérique Latine à partir des années 80, comme une alternative économique face aux absences de l’état, une économie qui ne relève pas exclusivement de l’économie marchande. Elle propose une organisation des rapports entre l’économique, le social et le politique, qui est un sujet d’actualité en Europe.

Inicio de página

Documento anexo

Inicio de página

Notas

1 D’après le dernier recensement de 1993, la population du Pérou atteint 23 millions d’habitants, (dont un tiers, 8 millions, se trouvent à Lima).
2 Note de presse de la Mairie de la Victoria (district administratif auquel est rattaché Gamarra), 1999.
3 En 1987, Lima concentre 72,4% du total des entreprises, 74,4% de l’emploi industriel et 71,1% du produit industriel Brut. Voir BALBI Carmen R, Aspiraciones, reconocimiento y ciudadanía en los 90, Lima, PUC, 1997.
4 BANQUE MONDIALE, 1997.
5 En ce qui concerne la ville de Lima, entre 1974 et 1992 (c’est-à-dire pendant la crise), le secteur informel est passé de 45% à 54% de la PEA occupé totale. Voir ALISON Mac Ewen, “Globalización, flexibilización y género” en Globalización y empleo, Lima, ADEC-ATC, 1995.
6 NUNURA, Juan, Salarios y negociaciones colectivas: 1960-1981, Lima, ADEC-ATC, 1993, p. 54.
7 MINKA : Organisation pour l’échange du travail dans la collectivité andine.
8 PAGO : Offrandes rituelles aux dieux andins, unités entre l’homme, la nature et le divin.
9 L’Enquête a été réalisée grâce au soutien du centre d’investigation de l’Université Ricardo Palma, principalement pour la collecte des données et leur traitement informatique. On a réalisé deux réunions de préparation avec toute l’équipe d’enquêteurs. Au cours de la première réunion, une brève explication des objectifs de l’enquête et l’utilisation du questionnaire ont été présentées. Lors de la seconde réunion, chaque question a été expliquée, les objectifs et sa technique. Les réponses possibles ont été envisagées et une simulation a été effectuée. Ensuite, le travail sur le terrain a été organisé en répartissant les rues puis les pâtés de maisons ; chaque enquêteur a reçu un guide des rues sélectionnées avec l’emplacement précis des pâtés de maisons qui le concernaient. Chacun d’entre eux a été chargé de réaliser 20 entretiens pour deux pâtés de maison.

Le travail de terrain a été réalisé les 23 et 24 juillet 1998. Avec 10 enquêteurs et un superviseur sur le terrain. En général il n’y a pas eu de difficulté majeure dans l’enquête, sauf dans certains pâtés de maisons où l’accès au public était contrôlé. Les questions où il y a eu un fort taux de non-réponsee sont celles concernant les revenus, les ventes et les bénéfices. Cette réticence est bien connue des enquêteurs. Toutes les données et tous les résultats ont été traités par informatique.

10 Pour Eulalia, toit était alors synonyme de maison couverte de tuiles, indispensables dans la Sierra à cause des pluies permanentes mais pas sur la côte péruvienne puisqu’il pleut très rarement.
11 Etapes : défis qui se présentent dans la vie.
12 Paisano : personne de la même région ou du même village.
13 PONCE, Ramón, Gamarra: formación, estructura y perspectivas, Lima, Fundación F. Ebert, 1994, p. 124.
14 Plus tigre : signifie plus audacieux, plus débrouillard.
15 MARCA : mot quechua qui signifie le village d’origine.
16 SALAZAR, Javier, “ El Omnibus de Gamarra ”, en Gamarra, Lima s/d.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Julia Gonzáles, « Les réseaux de coopération dans le district industriel de Gamarra :une réponse locale à la globalisation », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 5 | 2002, Publicado el 26 febrero 2006, consultado el 31 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/727

Inicio de página

Autor

Julia Gonzáles

Laboratoire SUDAM –Université de Saint-Quentin

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org