Navegación – Mapa del sitio

La question libérale en Argentine au XIXe siècle. Enjeux et perspectives

Darío Roldán

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1Depuis les années 1980, le débat autour du libéralisme est resté d’actualité. La vague des gouvernements libéraux aux Etats Unies et en Europe, l’adoption en Amérique Latine des réformes politiques et économiques inspirées en partie du libéralisme, la révision des positions traditionnelles accomplie par certains partis socialistes — en Angleterre, en Espagne et en France dans les années 80, et plus récemment en Argentine et au Chili — a constitué le cadre de ce débat. Un débat poursuivi plus récemment, par celui de l’évaluation des résultats de ces nouvelles orientations.

2Les travaux récents consacrés à la «question libérale» ou au libéralisme en Argentine renvoient pour l’essentiel à deux événements : la revendication de l’État de Droit qui a inspiré le gouvernement Alfonsín (1983-1989) et les réformes économiques du gouvernement Menem (1989-1999). Si le regain d’intérêt pour la question libérale possède indiscutablement une dimension politique, il possède également une dimension historique. Il a coïncidé, en effet, avec un renouvellement de l’histoire politique et de l’histoire des idées politiques dont les études sur la constitution d’une sphère publique, sur les élections, sur les conceptions de la représentation, etc. offrent un bon exemple. Ces dernières années, des approches différentes ont permis de mieux comprendre la tradition libérale par rapport aux conditions sociales qui pourraient l’accueillir, aux défis politiques qui ont façonné sa constitution et à ses liens avec la tradition démocratique et la tradition républicaine. Afin d’introduire les textes recueillis dans ce volume, je me propose de présenter d’une part, les conditions politiques qui ont entouré le regain d’intérêt pour la question libérale; et d’autre part les approches récentes qui ont contribué à ce renouvellement.

La question libérale I : le présent interroge le passé

3Le retour de la démocratie en 1983 s’est fait sous l’emprise de la récupération de l’État de Droit, dont les origines idéologiques et même les mots pour en parler appartiennent indiscutablement à l’univers libéral. Le consensus inédit autour de l’idée que la défense de la constitution libérale de 1853 devait constituer un rempart pour éviter la poursuite de coups d’état militaires dans une société jadis beaucoup moins scrupuleuse du respect de l’ordre civil, et le soutien massif à la politique de Droits de l’Homme — dont les signes le plus évidents furent le mot d’ordre de l’époque Nunca Más et le jugement des chefs militaires responsables de la politique systématique de disparition des personnes — constituent les deux aspects principaux de cette situation. Liées à la tradition libérale mais exprimées politiquement par des partis qui n’y appartenaient pas — ce qui est très révélateur de l’histoire de la constitution de cette tradition en Argentine —, ces idées se sont installées dans un espace politique où la tradition et l’idéologie libérale avaient presque disparu si ce n’est par la présence, toujours politiquement minoritaire et socialement condamné, d’un petit groupe d’hommes politiques qui, se réclamant du libéralisme, avaient toujours fourni les équipes économiques des dictatures militaires. Ce fut le cas de Krieguer Vasena, pendant le gouvernement Onganía, et, notamment, de Martínez de Hoz pendant le gouvernement Videla1. C’est pourquoi dès les années 1980, lorsque des composantes d’une tradition libérale que l’on comprenait mal ont commencé à faire surface, on a très vite découvert la persistance des ambiguïtés et des difficultés pour cerner à la fois cette tradition, son héritage politique et idéologique et, bien évidemment, son histoire. Le débat politique réclamait un éclairage historique.

4La politique des réformes économiques inspirée du libéralisme menée par Menem dans les années 1990 a contribué à renforcer la dimension politique du débat et à consolider une persistance historique : la faiblesse politique du libéralisme argentin incapable d’imposer un agenda libéral, sauf à s’allier soit aux militaires soit au «ménémisme». La réélection de Menem en 1995 a montré que la politique de réformes «libérales» poursuivie entre 1991 et 1994 pouvait gagner l’adhésion populaire. Ceci laissant la gauche face à la difficulté d’expliquer l’appui populaire envers un programme économique et une vision du social censés exprimer les intérêts des classes privilégiées. Néanmoins, quelques années plus tard, l’examen du legs ménémiste devenu incontournable, la perplexité de la gauche fut remplacée par le refus de la droite de reconnaître que ces réformes avaient été de vraies réformes libérales.

5Il ne s’agissait évidemment pas d’analyser l’appui populaire aux réformes des années 90, notamment aux privatisations; il n’était pas même question d’expliquer la raison pour laquelle ces réformes avaient échoué à créer des conditions de croissance économique stable. Le problème pour la droite était plutôt de dissocier l’inspiration libérale des réformes du legs ménémiste, notamment l’augmentation du chômage, une fracture sociale inédite, une pauvreté extrême et une dette colossale. L’affirmation du caractère antilibéral de l’expérience ménémiste voyait le jour. A. Benegas Lynch, par exemple, économiste, professeur à l’Université Catholique, et se déclarant lui-même un «libéral classique» estime que «Menem a été un modèle d’antilibéralisme». Il ajoute :

J’ai lu beaucoup de travaux sur le sujet, et les modèles que l’on utilise pour faire ces critiques sont Salinas de Gortari (Mexique), Fujimori (Pérou) et Menem (Argentine). Mais si l’on analyse ce qui s’est passé pendant le «menemato» en Argentine, on trouve impunité, destruction de la division des pouvoirs, réformes constitutionnelles afin de consacrer la réélection, augmentation de la dette, du déficit et des dépenses publiques. Beaucoup disent donc : si le libéralisme c’est ça, c’est un égout (…). Et ils ont raison. Seulement, ils visent mal. Il s’agit de trois exemples d’antilibéralisme2.

6«Le ménémisme est le libéralisme réel dans notre pays»3, avait pourtant écrit quelques années auparavant J. Dotti, comme s’il voulait offrir une réponse anticipée aux tentatives de dissocier Menem du libéralisme et aux arguments visant à souligner qu’il existait une autre tradition libérale. Dans les années 1990, la gauche, perplexe, voulait comprendre l’appui populaire aux réformes libérales ; à la fin de ces mêmes années, la droite, déçue, soulignait que le legs catastrophique de ces réformes ne devait pas être attribué à leur caractère libéral mais plutôt à leurs aspects politiques. Dans les deux cas, il fallait définir le libéralisme et les composantes historiques de la tradition libérale dont on méconnaissait les principaux traits : les images superficielles qu’une historiographie entre hagiographie, et diatribe, avait produit dans la première moitié du XXème siècle. Le débat politique exigeait donc de s’interroger sur le libéralisme, le processus de sa constitution, de son évolution et son legs.

7Le débat suscité dans la revue Punto de Vista par l’article «La tradición liberal», écrit il y a déjà quelques années par O. Terán, en offre un excellent exemple4. Terán y estime que le libéralisme argentin constitue une tradition marquée historiquement par la difficile tâche de dessiner une modernité compatible avec l’inclusion sociale. Ayant conduit l’extraordinaire processus de transformation sociale de la deuxième moitié du XIXème siècle, Terán estime que l’aristocratie libérale, devenue une oligarchie, a essayé de sortir de l’impasse provoquée par la crise de légitimité provoquée en 1890 par une politique de réformisme politique et social dont la loi électorale de 1912 est la clé de voûte. Ces efforts échouèrent et le libéralisme, dépassé par le nationalisme de Lugones ou l’anti-impérialisme de Ingenieros, s’est trouvé impuissant à comprendre les transformations «démocratiques» qu’il avait lui-même préparées. Il n’y a rien d’étonnant -conclut-il-, à ce qu’une version renouvelée de la tradition libérale alliée au ménémisme, fasse coexister des profondes fractures sociales -provoquées par le déploiement du libéralisme économique et le manque de compensation étatique face aux injustices du marché- avec une société où la liberté du plus petit nombre coïncide avec l’exclusion du plus grand nombre»5. Alliée au courant ménémiste du parti péroniste, cette tradition aurait fait surface révélant le même déficit d’antan : son incapacité constitutive à penser une société compatible avec l’inclusion sociale.

8C’est ce que de Privitellio6 met en cause. D’abord, en soulignant le caractère ahistorique du «libéralisme ménémiste». Selon lui, cette version fin-de-siècle du libéralisme est plutôt issu de l’hyper-inflation des années 80 et du formidable délabrement de l’État que celle-ci a provoqué que légataire d’une tradition du XIXème siècle. Ensuite, en refusant d’accepter que la tradition libérale se reduise aux publicistes que Terán y inclut7. Mais si d’après lui lui une fracture insurmontable empêche de lier les libéraux du XIXème siècle à ceux qui, alliés au ménémisme, s’autoproclament libéraux, ce n’est pas seulement parce que l’hyper-inflation introduit un clivage important ou parce que d’autres publicistes devraient faire partie du groupe. C’est avant tout parce qu’il trouve dans sa propre interprétation de la tradition libérale, dont il voudrait récupérer l’actualité politique de son discours, des interlocuteurs que la gauche pourrait récupérer. Selon lui, la gauche socialiste devait impérativement renouer le dialogue avec une tradition -qu’il considère, suivant en cela J.L.Romero, «progressiste»-, qui avait soutenu les droits civiques et politiques et qui avait promu une importante réforme électorale avant de succomber, impuissante face aux événements internationaux du début du XXème siècle. La raison en est simple : le socialisme de nos jours, et le libéralisme du début du XXème siècle affronteraient le même défit : la construction d’un lien avec les masses. Si le discours libéral possédait une certaine actualité c’était parce que l’élaboration de la synthèse entre la tradition libérale et les aspirations démocratiques ayant échoué au début du siècle, on percevait à l’époque de ce débat la possibilité éventuelle d’une deuxième tentative8.

9Le sens du débat apparaît ainsi plus clair : il s’agissait de savoir si la tradition libérale faisait partie de l’héritage du socialisme et donc si la gauche devait l’intégrer et se penser dans cette continuité ou, au contraire, si le socialisme n’avait rien à récupérer de la tradition libérale celle-ci ayant été toujours incapable de penser l’inclusion sociale. Deux questions traversaient ainsi le débat : la première, concernant la rupture ou la continuité entre les deux traditions, qu’elle soit chronologique ou philosophico-politique; la seconde, concernant l’image du socialisme, cherchait à comprendre si le socialisme devait se penser «sociologiquement» dans ses articulations avec des groupes sociaux ou «idéologiquement» intégrant la tradition marxiste à une philosophie politique d’origine libérale qui privilégie les libertés politiques et les droits individuels. Ce qui était en cause, au fond, c’est une partie de la compréhension de l’identité de la gauche.

10Cette question a aussi interpellé la droite, différemment. D’abord, parce qu’elle ne l’a pas fait dans les années ménémiste ni au moment de l’analyse du legs ménémiste mais après les élections présidentielles de 2002. Ces élections ont eu au moins deux conséquences importantes: l’omniprésence politique du péronisme et l’implosion du radicalisme. Plus clairement que par le passé, la question se pose de savoir si le système politique argentin assiste à la naissance d’un parti vraiment hégémonique -comme c’est fut le cas du PRI au Mexique ou même le Parti Autonomiste National au XIXème siècle en Argentine- ou à la naissance d’un régime bipartiste d’un type nouveau. Plusieurs publicistes ont commencé à insister récemment dans les journaux9 sur le fait qu’un parti de droite devrait rassembler les considérables courants d’opinion non péronistes et plutôt de droite ou de centre droite qui se sont manifestés lors des récentes élections et construire une option à l’hégémonie du péronisme. Le problème politique de fond est aussi évident qu’ancien: il s’agit de savoir si la droite pourra constituer un parti politique après un siècle dans lequel -à l’exeption de les années 1930 et grâce à la fraude électorale- elle n’a jamais réussi à triompher.

11La littérature autour de l’absence d’un parti de droite, de son échec au début du siècle et des conséquences que cela a eu dans l’histoire politique du XX siècle est considérable. La question se pose à nouveau : pour une raison simple : la constitution de l’identité de cette option de droite doit se faire par rapport à la tradition libérale et à l’histoire du libéralisme argentin; elle doit impérativement régler l’histoire de cette tradition et notamment l’héritage des compromis politiques des libéraux pendant le XX siècle. Mais, au-delà de l’élaboration d’un projet politique, il ne pourra y réussir qu’à deux conditions: d’abord, en faisant la critique des tendances fortement antidémocratiques qui en ont toujours fait partie; ensuite, en revendiquant une politique libérale des droits de l’homme y compris, évidemment, la critique aux violations des droits de l’homme commises par des gouvernements militaires soutenu par ses ancêtres, ce qui ne pose pas de problèmes idéologiques mais plutôt politiques. L’élaboration de l’identité de ce parti ne pourra se faire qu’à travers un travail d’interprétation de l’histoire du libéralisme et des libéraux.

12La question libérale n’est pas la question la plus importante de la politique argentine. Néanmoins, il n’est pas difficile de constater que depuis une vingtaine d’années et par différentes voies elle n’a pas cessé de constituer un important sujet de débat. Cela est encore plus clair si l’on compare ces années-là avec les débats politiques des années 1960 et 1970 où les préoccupations politiques étaient totalement éloignées de l’univers libéral. Par ailleurs, cet intérêt pour le libéralisme a aussi interpellé les approches historiques dont on peut comprendre l’importance publique par sa présence hors des circuits académiques. La presse, par exemple, s’en est fait l’écho à plusieurs reprises. Nombreux sont les entretiens que les principaux journaux ont publiés à ce sujet. Dans Clarín, par exemple, Juan C. Portantiero et R. Cortés Conde10 admettent l’importance de comprendre l’héritage de la tradition libérale du XIXème siècle. D’origine communiste, gramscienne, Portantiero représente un versant de la pensée de gauche qui s’autodéfinit «social-démocrate». D’orientation libérale, Cortés Conde historien de l’économie argentine, dont il a inspiré le renouvellement par l’introduction de la perspective institutionnaliste, appartient à l’univers politique de ce qu’en Argentine on appelle le centre-droit. «Je crois que la racine de la social-démocratie est le libéralisme politique et culturel (…)», souligne le premier.

Je partage par tradition l’idée (…) libérale en termes politiques et culturels» fait écho le deuxième. Les divergences politiques qui les séparent rendent cette convergence surprenante et révèlent un intérêt inédit pour la question. Dans un autre entretien, publié dans La Nación, Carlos Altamirano revient sur le sujet. Ce professeur universitaire et chercheur au Conicet — le CNRS argentin —, catholique dans sa jeunesse, maoïste dans les années 60 et militant du Parti Communiste Révolutionnaire pour devenir après, un «militant de gauche avec des velléités intellectuelles»,

13selon sa propre définition, a été -jusqu’au mois de mars 2004 un des responsables de Punto de Vista, l’une des rares revues de réflexion politique et culturelle argentines née, par ailleurs, à la fin de la dictature militaire. Il souligne :

En Argentine il n’y a jamais eu un parti libéral mais une alliance libérale-conservatrice car les conservateurs ont été relativement libéraux. En général, ajoute-t-il, la pensée de notre élite sociale et politique a été antidémocratique de façon cohérente11.

14Enfin, Guillermo O’Donnell, auteur du célèbre El Estado Burocrático-Autoritario, a estimé que «dans notre pays, être progressiste est être libéral et viceversa, dans le sens ou la lutte pour des causes justes est un combat pour les causes libérales les plus élémentaires »12. Ces entretiens témoignent d’un vaste phénomène lié à la fois à la renaissance de l’intérêt pour la question libérale et pour l’évaluation de son legs, aussi bien à gauche qu’à droite. Cet intérêt éminemment politique n’est pas dépourvu d’une dimension historique.

La question libérale II : le passé éclaire le présent

15Comme il arrive souvent, l’intérêt politique conditionne une partie des débats spécifiquement historiographiques. Il a déjà été évoqué à quel point le regain d’intérêt pour la question libérale a aussi coïncidé avec un renouvellement de l’histoire politique et des idées politiques du XIXème siècle. Si bien que cette interrogation, plutôt historique, se nourrit elle aussi de préoccupations politiques dans la mesure où elle a comme toile de fond une réflexion de longue terme sur les difficultés de l’Argentine à consolider un régime démocratique au XX siècle. La compréhension des particularités du libéralisme argentin au XIXème siècle peut être envisagée, d’abord, par rapport aux traditions libérales latino-américaines. Trois traits, au moins, donnent une tonalité spécifique au libéralisme en Argentine: son hégémonie au XIX siècle, la chronologie de son apparition et la configuration de la propriété en Argentine13. A la différence du Chili ou du Mexique, la tradition libérale argentine a évolué sans être défiée par des traditionalistes ou des réactionnaires ni même par des groupes catholiques ou nationalistes. Il n’existe pas en Argentine d’opposition libéraux-conservateurs, typique du XIXème siècle. De ce point de vue, l’évolution du libéralisme en Argentine pourrait se rapprocher de celle signalée par L. Hartz aux Etats Unis14. Même les positions de F. Frías ou de Estrada –qui appartiennent à la tradition catholique- relèvent plus du témoignage qu’elles ne constituent un courant politique. Ensuite, le libéralisme argentin ne se constitue pas après la vague de 1848 mais, bien avant, dans le contexte des révolutions de 1830. Fait capital, ainsi que T. Halperín Donghi l’a souligné dans un article célèbre:

They were then better able to undestand that in a world in which reaction was again triumphant, liberalism could not survive as a revolutionary creed of national death and transfiguration, but as the political expression of forces already dominant in society, whose aspirations it intendeed to fulfill. It was this that Mitre meant when he argued that in post-Rosas Argentina (…) liberalism was the only possible conservatism15.

16Souvent négligés dans les bibliographies, les liens entre les «pères fondateurs» de la tradition libérale (Echeverría, Sarmiento, Alberdi, Gutiérrez, Mitre, López, etc.) et les idéologues du contexte politique des années 1830 -notamment les doctrinaires16 français- n’ont pas été étudiés avec le détail que le sujet mérite. La modification profonde que les études récentes sur les doctrinaires ont apportée n’a pas encore été intégrée dans les études comparatistes ou dans les essais sur les sources des libéraux argentins. Il y a encore beaucoup à comprendre, à la lumière des études concernant, par exemple, la souveraineté de la raison sur l’impact des intellectuels doctrinaires -Guizot, Rémusat, Jouffroy, Cousin- en Argentine.

17Enfin, dans cette société «vide» -selon l’expression répandue-, la mise en route d’un programme libéral n’a pas eu à disputer le contrôle de la propriété terrienne aux corporations, soient-elles ecclésiastiques ou séculières ni aux communautés indiennes-. D’où une configuration sociale marquée par l’absence d’une paysannerie qui aurait pu en refuser l’imposition. Ceci explique que la métamorphose des paysans en agriculteurs dynamiques et modernes n’a jamais fait partie du credo libéral argentin. Voilà pourquoi la réalisation de l’agenda libéral – une société dont l’économie s’est ouvert très tôt au commerce international - n’a pas exigé que l’État démolisse les obstacles qui, hérités du passé, auraient pu retarder ou s’opposer à son développement même si l’Etat se devait de faire du désert une société. La tâche de l’État n’était donc pas de recréer une société imposant aux communautés une transformation socioculturelle mais de peupler une géographie vide d’habitants.

18La tradition libérale argentine s’est développée sans avoir à se disputer idéologiquement avec des groupes conservateurs ou réactionnaires; elle a constitué en même temps le parti de la résistance et du mouvement17, portant une idéologie formée pour la plupart dans le contexte de l’éclectisme des années 1830; enfin, elle n’a pas eu à affronter des groupes sociaux contestataires. Dans ce contexte général, il existe au moins quatre perspectives qui se dégagent des dernières contributions18 centrées sur l’examen des conditions d’une «société libérale»; sur l’analyse des enjeux spécifiquement politiques qui façonnent à chaque étape la tradition libérale; sur les rapports difficiles entre la tradition libérale et la particularité d’une tradition démocratique aussi puissante qu’elle s’est consolidée très tôt et, enfin, une perspective qui vise à soulever l’examen du libéralisme privilégiant une interrogation sur la tradition républicaine.

 Le libéralisme et la société libérale

19L’une des pistes de ce renouvellement fait le lien entre l’émergence de la tradition libérale et les traits de la société dans laquelle elle se développe. De ce point de vue, la faiblesse de la société par rapport à l’État paraît incontestable. Malgré la mobilisation sociale des dernières décennies du XIXème siècle et le mouvement associatif lié à la complexification du social dérivé lui-même des flux migratoires et du développement économique, malgré aussi les périodes plus ou moins longues où la liberté de la presse fut garantie et les libertés individuelles respectées, «la tradition de l’État, a estimé, par exemple J. Myers, a toujours été plus forte que celle de la société civile»19.

20Substituant la reconnaissance des conditions d’une société libérale à l’élucidation de ce qu’est la tradition libérale, cette vision s’intéresse davantage à explorer les carences de la «société civile» dont la faiblesse a empêché qu’elle ne devienne le levier essentiel de la construction de l’ordre libéral voulu par les publicistes et les politiciens post-rosistes. Comme le reconnaît sans trop d’inquiétude Alberdi après 1852, puisque Rosas avait légué un «ordre» politique et imposé aux masses l’habitude de l’obéissance, la tâche qui s’imposait devenait celle de «créer la société libérale». Néanmoins, l’élite dirigeante s’est trouvée rapidement face à la renaissance des défis politiques. En particulier, celui de reconstruire l’ordre politique et d’affronter la découverte d’une sorte d’insuffisance du social dont les principaux traits ne correspondaient pas à ceux qui auraient pu fonder un ordre libéral. Elle a dû affronter ce que l’on a déjà appelé le paradoxe du libéralisme argentin : l’ordre libéral exigeait une société libérale mais la transformation de la société héritée de l’ordre colonial et d’un demi-siècle de guerres, désordres et despotisme avait impérativement besoin d’être conduite par l’État. Autrement dit, c’est l’État qui devait créer la société libérale. Ce phénomène capital a conditionné fortement la constitution de cette tradition si bien qu’il l’a obligé à incorporer très vite les conditions de l’exercice stable du pouvoir et la constitution des mécanismes efficaces d’action gouvernementale qui n’ont jamais été, nulle part, l’apanage des groupes libéraux.

21Ce besoin, par ailleurs, s’est enraciné dans une profonde et persistante conviction concernant l’image du social. C’est ce que l’on constate, par exemple, en analysant l’expérience des libéraux réformistes de la fin du siècle20. Ils avaient réussi à briser l’alternative entre l’ordre et la liberté appelant à la science et faisant de la société un objet d’étude et de l’État l’instrument privilégié de correction, chargé d’abord de connaître pour ensuite intervenir. Ainsi, le «libéralisme réformiste» a été incapable de penser positivement l’autonomie du social ou de revendiquer le «gouvernement à bon marché». Au contraire, les libéraux réformistes ont employé les ressources de l’administration afin de moderniser la société dans le cadre d’une vision des rapports Etat-société plus proche du saintsimonisme du II Empire que de la tradition de Laboulaye, pour ne citer que des exemples de l’époque. C’est à partir de l’État que ce libéralisme observe une société qui, avant d’être transformée en objet d’étude, avait dû être créée contre le désert, avant d’être poussée vers le développement pour être enfin corrigée dans ses déviations. Le contraste est évident avec le libéralisme qui observe méfiant les tentatives des pouvoirs publics afin de briser les territoires inexpugnables de l’individualité, tout en surveillant, inquiet, l’avance de l’Etat sur l’autonomie du social. La question libérale est aussi une question de perspective. Quel est l’impact donc, de cette conviction autour de l’impossible autonomie du social et de la nécessité de produire toujours des interventions réformistes dans la formation de la tradition libérale en Argentine? Voilà une question qui mérite encore d’être traitée.

 Le libéralisme et les enjeux politiques

22Cette approche refuse le récit traditionnel qui fait de l’histoire du libéralisme argentin celle de la marche inéluctable des principes libéraux qui, consacrés par la révolution de Mai (1810) ont vaincu progressivement l’opposition du monde réel jusqu’à son sacre définitif en 1912, après la sanction de la Loi Sáenz Peña sur le vote secret et obligatoire. Inspiré par le travail de P. Rosanvallon, E. Palti21 a suggéré que, façonnée par les défis successifs qu’elle a dû affronter, la pensée libérale exprime des conceptions différentes de la nature de l’exercice du pouvoir politique et des rapports entre l’Etat et la société. Palti réussit donc à estomper l’image d’Epinal d’un libéralisme homogène qui se serait déployé au cours du XIXème siècle pour se consacrer au début du XXème et qui n’aurait subi que de simples adaptations circonstancielles.

23Trois moments, estime-t-il, scandent cette histoire: 1810-1830, 1850-1880; 1890-1910. Le premier, la rupture révolutionnaire, est défini par la tension entre la nécessité de reconstruire un ordre politique après la rupture de l’ordre colonial et la mobilisation des masses exigée par la guerre. Après la finalisation des guerres d’indépendance, lorsqu’il s’agit de démobiliser des populations après presque une décennie de combats, le défi principal ne renvoie donc pas au problème du despotisme mais à celui de l’anarchie provoquée par les «excès démocratiques». Les libéraux des années 20 vont être obligés de produire une réflexion concernant l’ordre politique -une sorte de libéralisme de gouvernementintroduisant ainsi une nuance étrangère à l’univers classique de la pensée libérale. Ainsi que Palti le suggère, elle s’exprime, par exemple, dans la constitution de 1826 par des dispositions électorales censitaires.

24L’analyse du débat autour de la représentation permet de constater le même phénomène22. Le problème de la représentation dans l’ancien Virreinato del Río de la Plata à l’époque ne renvoie ni à la nécessité de contrôler un formidable pouvoir créé à la suite de l’événement révolutionnaire ni à la création d’un espace de protection pour les libertés individuelles hantées par l’expression de la souveraineté populaire ni au fonctionnement des sociétés modernes sujettes à la division du travail. Au contraire, la notion de représentation -telle qu’elle apparaît par exemple lors des débats constitutionnels en 1826- véhicule un principe constructiviste de la souveraineté, disloquée par la crise de la monarchie espagnole. Technique de production de l’unité et de concentration de la souveraineté, la notion de représentation exprime une réflexion étrangère aux deux dimensions dans lesquelles elle exige une critique à l’idée de souveraineté: d’abord, elle oblitère l’association de la représentation avec la liberté; ensuite, elle est incapable de pourvoir à une réflexion sur le régime fédéral23. Dans cette période, la représentation est conçue plutôt comme une voie afin de reconstruire l’unité de l’État que comme un instrument de la liberté politique.

25Le deuxième moment se déploie entre 1840 et la définitive organisation politique de l’Argentine (1880) s’organise autour de l’activité de la génération romantique: Echeverría, Alberdi, Sarmiento, Mitre, Gutiérrez, etc. Sous l’influence de Echeverría -inspiré par la réflexion doctrinaire qu’il avait connue lors de son séjour à Paris entre 1825 et 1830- , cette génération véhicule une conception organiciste du social fondée sur l’idée de l’individu fonction et solidaire d’une distinction entre citoyens et habitants24. Il est possible25, néanmoins, que l’influence doctrinaire s’exprime mieux dans la tension produite par l’acceptation de l’idée du pouvoir social que Guizot avait élaborée dans les années 2026. La conception d’un pouvoir politique enraciné dans la société devait inspirer un rapprochement à Rosas; elle fut révisée après la rupture avec Rosas et après la découverte des insurmontables «insuffisances» qu’ils attribuaient au social. C’est l’itinéraire que l’on peut déceler comparant les premiers travaux de Echeverría et de Alberdi avec des textes tels que Civilisation ou Barbarie, de Sarmiento. Dans ce dernier, l’idée du pouvoir social est perçue comme la voie de la reproduction politique du despotisme barbare ou du désert, seul un brusque changement du social pouvant amener à la constitution d’un ordre civilisé. Pourtant, l’idée du pouvoir social reste dans la conviction exprimée par Sarmiento selon laquelle le processus de changement social devait être conduit par une élite qui représenterait les groupes sociaux les plus dynamiques. L’idée du pouvoir social ne renvoie donc pas aux rapports politique-société mais à ce que Guizot aurait pu appeler «pouvoir représentatif».

26La chute de Rosas modifie la situation. L’élite libérale est alors en mesure de mener la politique visant à produire la métamorphose du social qu’elle estimait incontournable. Elle attendait du dynamisme dû à l’immigration de main d’oeuvre et de capitaux la création des conditions sociales des institutions républicaines. La volonté de pousser cette profonde transformation révèle à quel point elle estimait que la société héritée du rosisme ne suffisait pas à constituer le socle d’un ordre libéral et civilisé. C’est là que l’on retrouve la prégnance de la notion du pouvoir social inspirée des doctrinaires et, encore une fois, l’expression du paradoxe libéral puisque cette politique de transformation sociale préalable à la modification de l’ordre politique nécessite tout de même l’appui de l’État pour la mettre en oeuvre. Il est d’autant plus indispensable, par ailleurs, que ces années-là ont connu d’importantes rébellions27  ainsi qu’une guerre internationale.

27Dans cette période, les libéraux ont dû affronter à la fois l’indiscipline des élites et le divorce de plus en plus flagrant entre le dynamisme du social et l’oligarchisation du régime politique. C’est ce contexte qui rend intelligible la solution des années 1880: la fédéralisation de Buenos Aires, le monopole de la force par une armée nationale sous les ordres du président, l’élimination des armées des provinces, le contrôle de l’ensemble du territoire après la conquête du désert, ont créé les conditions d’un nouvel ordre politique dont le mot d’ordre était Paix et Administration. Ç’est la raison pour laquelle, pendant ces années, la tradition libérale s’est notamment intéressée aux conditions de l’exercice du pouvoir et aux difficultés de la construction d’un pouvoir unifié après avoir révisé ces certitudes concernant les rapports entre le politique et le social.

28Le troisième moment (1880-1912) n’est donc plus celui de l’absence de l’ordre ou celui de la persistance des affrontements entre différentes parties de l’élite mais plutôt celui où l’ordre politique enfin stabilisé par la présidence de Roca devient trop restreint pour une société complètement modifiée et qui avait acquis une dynamique de transformation remarquable. Dans ce sens, la révolution de 1890, selon Palti, révèle la dissociation entre un ordre politique devenue «oligarchique» et les classes économiquement dominantes, très ancrées dans le dynamisme du social. C’est dans ce contexte que le groupe libéral remplace la préoccupation pour la construction de l’ordre par la réflexion autour de la représentation des minorités et de la représentation institutionnelle des intérêts des diverses classes sociales tout en insistant sur la nécessité de préserver une place pour les «classes conservatrices», censées avoir été déplacées par l’empire du «nombre». Il n’insiste donc pas sur une réforme électorale mais sur l’aménagement des institutions représentatives, notamment le Sénat qu’il voudrait constituer comme la chambre où les intérêts conservateurs auraient leur place institutionnelle. On pourrait ajouter une troisième option: celle de la réforme électorale proposée par J.V. González en 1902 soucieuse de faciliter l’articulation du social et du politique visant à produire, selon sa belle formule, le dépassement de la distance qui sépare la «constitution sociale de la constitution politique».

Tradition libérale et tradition démocratique

29Dans un article célèbre - «Argentina : Liberalism in a country born liberal»28-, T. Halperín Donghi Tradition a estimé que le libéralisme argentine est, autant qu’une idéologie ou une tradition politique, un récit euphorique qui dit l’exceptionnalité d’une société de frontière promise à l’une des plus rapides expansions économiques du monde moderne. C’est pourquoi, un siècle après son énonciation, la découverte accablante du fait que cette expansion ne possédait pas les traits solides qu’on lui avait attribués épuise l’hégémonie du libéralisme. Le remarquable succès de ce récit s’est nourrit d’une construction intellectuelle et de l’observation de la réalité. C’est d’abord l’interprétation de l’histoire argentine proposée par Mitre et Sarmiento qui, malgré ses divergences, a contribué à créer et à consolider ce récit: un pays qui, aux marges de l’Empire Espagnol était dépourvu à la fois de mines et de main d’oeuvre et qui «demanded from its political redeemers the wholesale importation of all the elements of civilised life»29 -dans la version de Sarmiento- ou dans lequel –dans la version de Mitre- «the liberal creed appeared as the distillate of the spontaneous convictions developped in its collective wisdom during its whole historical experience»30. L’absence d’histoire qu’ils remarquaient dans le fonds de la vie coloniale31 devenait ainsi une chance incroyable. La construction de la nouvelle société allait être dépourvu des contraintes politiques mais surtout sociales auxquelles les autres pays de l’ancien empire espagnol devaient faire face, notamment, celles enracinées dans les structures féodales et communautaires des sociétés «remplies» d’histoire, tels le Mexique ou le Pérou.

30Si cette conviction historique a pu constituer une promesse ce n’est pas parce qu’elle s’appuyait sur des interprétations divulguées avec plus ou moins de succès par ces publicistes; elle pouvait aussi être déduite de l’expérience que les Argentins constataient sans effort. La notion du vide historique pouvait s’accoupler à la découverte de racines très anciennes d’une conception libérale de l’économie et du commerce. Elle s’était installée très tôt dans une société qui, dès la deuxième moitié du XVIIIème siècle, avait participé intensément aux flux commerciaux avec l’Alto Pérou avant de s’insérer «naturellement» dans la cirulation commerciale internationale. Les bénéfices du libre commerce et de l’insertion dans le commerce international faisaient déjà partie d’une déduction évidente, avant de prendre la forme d’une conviction idéologique. Non seulement l’Argentine s’installait dans un vide historique, elle était née libérale.

31Dépourvue d’Histoire et née libérale, l’Argentine s’est développée parallèlement à une aspiration égalitaire enracinée et ancienne qu’elle-même32 dont les conséquences politiques sont évidentes. Les événements de la même décennie et notamment les conséquences du refus de la Constitution unitaire de 1819 et de 1826 ainsi que le gouvernement de Rosas, l’avaient montré dès le début du XIXème siècle. L’expérience du gouvernement de Rosas en constitue un excellent exemple. Selon Halperín, Rosas avait bien compris que «la société argentine était née démocratique et que jamais elle ne cesserait de l’être»33. De ce fait, il devenait donc impossible de gouverner le pays sans l’appui des masses. Rosas, suggère Halperín, paye le prix d’être le chef d’un fédéralisme dans lequel il ne croyait pas afin de sauver l’ordre social menacé par la vocation démocratique des masses. Ce fut un acte suprême de loyauté aux classes propriétaires34. C’est ce qui a empêché également l’instauration d’un régime unitaire. Comme il était évident au Chili, estime-t-il, un gouvernement centralisé exigeait une aristocratie dont l’Argentine, née démocratique, était dépourvue. L’argument est intéressant car il suggère un rapport entre l’aristocratie et la centralisation qui va à l’encontre de la célèbre association que Tocqueville avait observée en France et en Angleterre. Le caractère aristocratique de la société britannique expliquait la décentralisation anglaise ; la force des aspirations démocratiques et donc égalitaires dévoilait en France le secret d’une centralisation qui n’avait pas cessé de croître au fil des siècles et qui avait même traversé la révolution pour mieux associer la nouvelle égalité de la société post-révolutionnaire à la pathologie d’une centralisation ancienne. Mais en Argentine, le rosisme était fondé sur des accords plus ou moins instables entre des chefs locaux très bien implantés dans leurs territoires qui auraient pu constituer l’équivalent d’une aristocratie. Néanmoins, ils étaient l’expression d’une forme particulière de la démocratie égalitaire car, en dehors de leur rang politique et social, ils devaient leur position à la capacité de recruter l’adhésion des masses plutôt qu’aux liens interpersonnels.

32Halperín souligne donc une question fondamentale: celle de l’association entre autoritarisme et démocratie dans un pays qui était né à la fois libéral et démocratique, dans lequel l’histoire avait réuni les aspirations démocratiques des masses avec un régime politique autoritaire. Ce fut le vrai problème que la tradition libérale a dû affronter lorsque, à la fin du rosisme, elle prend le pouvoir: dans ce pays -né libéral et démocratiquemais où le libéralisme et la démocratie étaient aussi anciens qu’étrangers, était-il possible d’en tenter la synthèse ou devait-elle être ajournée afin de dépasser d’abord les conditions qu’avaient rendues inévitable l’union des aspirations démocratiques et l’autoritarisme rosiste ?

33Ceux qui incarnaient les différentes nuances de la tradition libérale au milieu du siècle ne semblaient pas en douter : Sarmiento, Mitre et Alberdi vont être d’accord pour mettre entre parenthèses cette tentative. Cela montre qu’il ne s’agissait pas simplement de créer un ordre libéral mais qu’ils considéraient déjà que le fonds démocratique qu’ils décelaient dans le plus profond de l’histoire de la jeune nation constituait plutôt un problème qu’une aspiration. Inspiré par la notion doctrinaire de la souveraineté de la raison, Echeverría avait fait l’éloge de la démocratie mais avait refusé le suffrage universel instauré par Rivadavia dans les années 1820. Les publicistes post-rosistes continuent dans la même ligne : Sarmiento, en proposant l’utopie pédagogique persuadé du besoin d’»éduquer le souverain»; Alberdi suggérant le «masque républicain» et la fuite en avant d’une transformation sociale tellement radicale qu’elle fût capable de changer les données sociales et d’insuffler la «république vraie» une fois que la république possible eut créé les conditions sociales d’un régime démocratique.

34Pourtant, ces convictions ont toujours coexisté chez ces libéraux avec la ferme volonté de fonder une démocratie -même à une époque ou elle n’avait pas le prestige qu’elle allait gagner- comme s’ils avaient été convaincus de l’irrévocabilité de la démocratie. Cette réticence pourtant n’a pas été une imposture : le libéralisme argentin a été le seul à avoir produit une réforme politique qui réalisait enfin les principes démocratiques garantissant le suffrage universel par la loi du vote secret et l’obligatoire passée en 191235. Mais cette réticence face aux principes démocratiques avant de produire la réforme électorale allaient renforcer le divorce entre les libéraux et la tradition démocratique si bien que, lorsque le peuple a eu enfin la possibilité de s’exprimer sans entraves, il a choisi d’autres représentants pour incarner sa vocation démocratique. C’est encore une particularité du libéralisme argentin: il a échoué dans la tâche auto-attribué de produire la synthèse de la tradition libérale et la tradition démocratique et il est à craindre qu’il ait légué comme irréparable la dissociation avec la tradition démocratique qui a résulté de cet échec. Cela veut-il dire que l’histoire du XIXème siècle montre la continuité d’une dissociation des deux traditions qui s’avérera irréparable jusqu’à la fin du XXème siècle?

35Ce n’est pas la seule question troublante. D’abord, on peut s’interroger sur la nature de ce que Halperín appelle la tradition démocratique, car il semble que son ancienneté renvoie plutôt à une conception délégative de la souveraineté populaire au lieu d’une conception individualiste de la démocratie. Or, la question se pose de savoir si cette forme de penser la démocratie n’a pas constitué une entrave indépassable pour qu’une image du peuple fondé sur des individus se soit imposé. D’autant plus que l’individualisme véhiculé par la tradition libérale est très faible. Il est donc impératif de bien comprendre les traits principaux de cette culture politique où la tradition libérale n’est pas individualiste et la tradition démocratique est plutôt plébiscitaire et délégatrice. Par ailleurs, si l’Argentine est un pays né en même temps libéral et démocratique -on notera la similitude avec l’argument de Tocqueville concernant les Etats-Unis -, comment se fait-il que ces traditions n’aient jamais pu s’harmoniser?

Libéralisme et République

36Dans La Tradición Republicana N. Botana propose une analyse qui vise à comprendre la constitution de la tradition libérale en Argentine par rapport à l’idée républicaine. Le livre explore les projets institutionnels et le rôle de D.F. Sarmiento et J.B. Alberdi dans la constitution de cette tradition. Cette analyse ne s’épuise pourtant pas dans la reconstruction de l’itinéraire intellectuel de ces publicistes; elle s’inspire d’une conviction plus ambitieuse selon laquelle les publicistes argentins incarnent deux réalisations de la tradition républicaine dont les fondements proviennent du contexte des idées politiques dessiné entre L’esprit des Lois et L’Ancien Régime et la Révolution.

37Même si la question des rapports entre la tradition libérale et l’idée démocratique est présente, c’est par rapport à l’idée de République que Botana construit son argumentation. Si bien qu’il s’abstient soigneusement de se référer à la tradition libérale36. Il considère une faute que de réduire le récit de La Tradición republicana à «une mise à jour de la tradition libérale avec un autre nom». Bien que la tradition libérale occupe le centre de la tradition républicaine au XIXèème siècle, il estime que le rôle des antécédents classiques et les contributions des écoles historiques n’est pas négligeable dans la constitution d’un courant qui réunit un discours sur «la vertu, un discours sur le pouvoir de l’État, un discours sur la richesse et un discours sur l’histoire»37 et qui dépasse donc, le libéralisme. Ensuite, parce que La libertad política y su historia - un livre qui peut être lu, selon son auteur, comme un «complément» à La Tradición Republicana38- est consacré à la reconstruction de deux interprétations presque opposées des accidents de la liberté politique en Argentine au XIXème siècle. Il n’empêche qu’il offre une perspective sur la question du libéralisme en Argentine car ces vies parallèles qui opposent Alberdi à Sarmiento concernent deux des plus importants publicistes habituellement considérés comme appartenant à la tradition libérale. Par ailleurs, l’esprit des projets institutionnels considérés dans La Tradición republicana est d’inspiration libérale bien qu’elle ne soit pas exclusive.

38Selon Botana, la tradition républicaine présente une « polarité entre vertu et intérêt (…) ou entre une république de citoyens et une république d’habitants »39. Malgré l’appartenance à l’héritage de Montesquieu, cette polarité reconnaît deux références obligées : Rousseau et A. Smith. C’est sur ce double fond qu’il explore les accords, les divergences et les dissemblances des positions exprimées par Alberdi et Sarmiento, grosso modo, entre 1840 et 1880.

39Les voyages de Sarmiento (le voyage intérieur et le voyage en Europe et aux Etats-Unis dont témoignent Facundo et Viajes), lui permettent de réaliser que les problèmes de l’Argentine post-rosiste s’enracinent dans l’Histoire/Nature et exigent de dépasser ce qu’il nomme la barbarie. Inspiré plutôt par la Philosophie que par l’Histoire, Alberdi ne se reconnaît point dans l’insurgence contre le passé mais au contraire dans la reconnaissance d’une sorte d’insuffisance insurmontable du social dont la politique d’implantation d’une nouvelle population constitue le remède. Optimiste, Sarmiento cherche à dépasser la barbarie par l’utopie pédagogique et une architecture institutionnelle importée des Etats-Unis. Alberdi, plutôt un pessimiste anxieux, attend des courants migratoires et du mouvement international de capitaux qu’ils soient en mesure de créer des moeurs dont la République était aussi dépourvu qu’elle en avait besoin. Voilà donc un curieux paradoxe car celui qui avait commencé par faire de l’interprétation historique le point central de son argument (Sarmiento) est convaincu qu’une constitution sans rapport avec les traditions historiques pourrait garantir l’architecture institutionnelle de la République alors que celui qui avait fait du social l’obstacle à dépasser (Alberdi) arrive à penser une constitution dont il attendait la réussite de sa capacité à s’insérer dans les habitudes politiques forgées par l’évolution politique de cette société.

40Le passionnant débat autour des fondements de la Constitution de 1853 dont Botana présente une analyse aussi raffiné que détaillée permet de comprendre à quel point les visions de la République et de son histoire étaient déjà presque aussi irréconciliables que les rapports entre les deux hommes. Deux images de la république prennent donc corps : l’une, fondée sur une république qui garantissant les libertés civiles les plus complètes (corollaire indispensable afin d’attirer les courants migratoires internationaux de l’époque vers l’Argentine) s’abstiendrait de réclamer une quelconque participation politique aux habitants; l’autre, fondée plutôt sur la vertu civique s’insurge face à la dissociation entre le citoyen et l’habitant que propose Alberdi.

41Malgré ces différences, un certain accord troublant s’installe face à la persistance des rébellions de l’Intérieur que l’on croyait logées dans le passé : l’ordre doit être garanti. Lors de son deuxième voyage aux Etats-Unis et après la victoire du Nord dans la guerre civile, Sarmiento découvre que même sa république idéale ne peut pas exister sans une armée nationale et sans avoir à sa disposition l’état de siège. Alberdi, pour sa part, qui, inspiré par P. Rossi avait déjà proposé de constituer un pouvoir fort (une monarchie à visage républicain), insiste sur la nécessité de centraliser le pouvoir et concentrer des attributions dans le gouvernement national dépassant la bicéphalie due à l’existence de deux pouvoirs : celui de l’État de Buenos Aires et celui de l’État fédéral, tous deux installés par ailleurs dans la même ville. Les divergences quant à l’interprétation de la République semblent donc diminuer dès que l’on arrive à réfléchir aux rapports nécessaires entre l’État et la société. Bien évidemment, cette position est beaucoup moins surprenante chez Sarmiento. Elle était inscrite, pourrait-on dire, dans celui qui par la volonté voulait arracher l’Argentine de son passé pour que la république vertueuse puisse vivre. Mais le fait que Alberdi énonce des positions centralisantes en dit long sur les traits de celui que l’on peut considérer comme le publiciste le plus proche des idéaux libéraux classiques, au moins par la défense qu’il a toujours assuré des libertés «modernes». Deux fois, précise Botana, il avait renoncé à la liberté classique : stimulant la préférence des personnages de la vie «sociale» - commerçants, industriels, ingénieurs, etc. face aux figures anciennes des législateurs, libérateurs, etc.; favorisant l’apprentissage spontané des métiers – l’éducation des choses - face à l’instruction scolaire.

42Quoi qu’il en soit, voilà le paradoxe de ce partisan de la république, de l’intérêt qui soutient une solution centraliste qui aurait inquiété ses inspirateurs idéologiques et qui était opposée à ses idéaux les plus chers. Voici donc, résumé, me semble-t-il, les équivoques et difficultés de la constitution d’une tradition républicaine qui a oscillé sans pouvoir les intégrer, entre deux impossibilités. Voilà également posé le problème du libéralisme de gouvernement au XIXème siècle. Ce n’est pas, pour autant, un problème exclusif des libéraux en Argentine.

Libéralisme français et libéralisme argentin

43La comparaison de ces positions avec le libéralisme français en constitue une excellente illustration. Non seulement, du fait que Tocqueville, Constant, Guizot, Laboulaye ou Prévost-Paradol ont été des inspirateurs des libéraux argentins : c’est la nature du problème qui autorise et suggère l’utilité et la pertinence de la comparaison.

44Malgré les prestigieux antécédents -Montesquieu, par exemple-, la tradition libérale en France se fortifie notamment après la révolution par les travaux de Constant, Guizot et Tocqueville. Le problème essentiel pour Constant était de réfléchir à l’architecture institutionnelle d’un gouvernement qui puisse rendre compatibles les libertés individuelles et la souveraineté populaire. L’idée de pouvoir neutre agissant comme garantie des libertés face aux empiétements des pouvoirs et comme gage d’équilibre face aux éventuels conflits entre les pouvoirs avait constitué le principe de solution. Malgré des efforts considérables, le seul régime apte à accueillir cette solution sera la monarchie constitutionnelle d’inspiration anglaise. Ce même besoin de réfléchir aux fondements du pouvoir amène Guizot à s’interroger sur la question de la souveraineté et à énoncer l’idée du pouvoir social comme clé de voûte de son système représentatif et capacitaire, soucieux de pourvoir à l’efficacité et à la stabilité au gouvernement représentatif.

45Si malgré leurs différences, ils appartiennent à une même tradition c’est –ainsi que Bénichou l’a observé – qu’ils partagent une même idée du pouvoir limité : le premier, au nom des droits des individus et de l’autonomie du social, le second, au nom de l’impossibilité pour le pouvoir de réclamer la possession de la Vérité dû au caractère imparfait des créatures humaines. Ces versions libérales se construisent donc face au défi du despotisme, le problème pour le libéralisme français de l’époque n’étant pas celui du vide du pouvoir, de la nécessité de «construire» l’autorité publique.

46Tocqueville repositionne le libéralisme au milieu du siècle. Il intègre la question du suffrage universel, il introduit une réflexion beaucoup plus aboutie concernant la société égalitaire et ses effets, il opère un recentrage du problème de la liberté politique tout en faisant la critique sans pitié des régimes mixtes, il reconstruit la problématique de l’individu moderne à la fois comme chance et danger des sociétés démocratiques et notamment, il reconsidère la question du despotisme dans les sociétés égalitaires dans le cadre d’une vision plus attentive à ce qu’il définit comme le despotisme «doux».

47Si la tradition libérale en Argentine se construit face à l’héritage colonial et par la relecture des classiques, l’une des principales différences que l’on peut souligner, concerne la question du pouvoir. La tradition libérale argentine a toujours été hantée plus par le défi de la constitution du pouvoir que par celui de la dissolution sociale ; d’où la faible intensité du problème du lien social et celle des limites du pouvoir. A ce sujet, une histoire de la presse, de l’état de siège, des rapports entre les pouvoirs au XIX siècle, des conceptions de la représentation, des débats sur le régime politique, des images du social, etc., serait une contribution éclairante. C’est pourquoi, me semble-t-il, Botana n’a pas tort d’insister sur les différences des «traditions» inspirées par Sarmiento et Alberdi. Il serait pourtant pertinent d’insister aussi sur la double démission qu’ils ont du affronter : Alberdi a toujours revendiqué les libertés civiles mais il s’est rendu à la nécessité de construire une république forte qui abdiquait des citoyens et serait garantie par un état centralisé; Sarmiento, préférant la république vertueuse, fini ses jours adhérant à la revendication des droits politiques des propriétaires.

48Malgré ces différences, le besoin de construire un libéralisme de gouvernement semble avoir donné des traits distinctifs aux traditions libérales argentine et française, y compris une certaine faiblesse. Elle s’exprime dans les deux cas par une difficulté à penser l’autonomie du social et l’idée du pouvoir limité. La tradition libérale française semble en quelque sorte prisonnière du rationalisme politique, son principal problème étant celui de la difficulté à penser le pluralisme. La tradition libérale argentine n’a jamais pu inspirer un courant fort de défense des droits individuels face au pouvoir, toujours beaucoup plus sensible aux besoins d’ordre que des libertés individuelles tout en étant incapable de produire une critique de la notion de souveraineté. Ceci a privé la démocratie argentine de ressources pour penser la politique face à l’échec du populisme, la représentation de l’image du peuple ayant toujours été «communautaire» et unanimiste. Les problèmes ne sont pas les mêmes mais ils sont symétriques. Une recherche approfondie est pourtant indispensable afin d’avancer dans cet argument qui vise à explorer la constitution et l’évolution d’une tradition politique sous un éclairage comparatiste.

49La compréhension de l’histoire du libéralisme argentin est ainsi devenue aussi problématique qu’indispensable. D’autant plus que ce qui avait constitué une certitude un demi-siècle auparavant ne l’est plus. Dans les années trente du XXème siècle, s’interroger afin de savoir si l’Argentine possédait une tradition libérale aurait paru extravagant, tellement la vigueur et l’homogénéité de cette tradition dans la constitution de la culture politique argentine étaient évidentes. Que ce soit -dans la vision canonique- pour lui attribuer les mérites d’avoir fait de l’Argentine un pays moderne au début du XX siècle alors qu’elle n’était qu’un désert au milieu du XIXème siècle ou -dans la vision révisionniste- pour la rendre responsable d’avoir mené une politique à l’encontre des vrais intérêts nationaux40, on estimait que ceux qui étaient considérés comme les «pères fondateurs» de l’Argentine moderne, avaient tous partagé la même idéologie libérale même si on hésitait à l’appeler libérale-conservatrice, libérale-positiviste, libérale-progressiste. Ces certitudes furent remplacées par une absence total d’intérêt dans la question qui, dans les années 1960 et 1970 semblait complètement dépourvu d’actualité. Dans ces années-là, personne ne intéressait à la question libérale, le débat politique ayant été absorbé par la transformation sociale, la révolution, le marxisme, la lutte armée, etc. La question est de retour et la réponse semble encore tâtonnante, à la fois insatisfaisante et décevante.

50Mais dans quel sens est-il intéressant de s’interroger sur la question du libéralisme au XIXème siècle ? Il ne s’agit pas de faire une revendication par- tisane d’une tradition politique ou de mesurer l’écart entre le libéralisme argentin et le «libéralisme classique» pour exculper les «vrais libéraux»d’aujourd’hui ou encore de faire la critique acharnée du legs libéral. L’examen de la constitution de la tradition libérale, me semble t-il, n’a de sens que rapproché à une histoire problématique de la démocratie en Argentine. Ce n’est que dans ce sens que la question libérale peut encore réclamer que l’on s’y intéresse historiquement. Si l’intérêt pour la tradition libérale véhicule une interrogation sur la nature de la démocratie que l’Argentine construit depuis que la Loi Sáenz Peña a transformé l’ordre conservateur c’est parce qu’il est inséparable de la nécessité de comprendre les difficultés considérables que l’Argentine a éprouvées à stabiliser un régime démocratique. Elles ne sont intelligibles, pourtant, que dans le cadre d’une histoire longue de la démocratie, d’une dimension plutôt séculière qui exige de revisiter le moment de la constitution du régime, c’est-à-dire, le moment dans lequel on a garanti le suffrage secret (1912) et qui doit s’interroger sur la nature de la synthèse entre la tradition libérale et la tradition démocratique opérée à ce moment-là41. Autrement dit, il s’agit de comprendre le processus par lequel une élite libérale et conservatrice a mené la réforme d’un système politique dont les institutions libérales consacrées par la Constitution de 1853 devaient s’accommoder et du respect du suffrage universel et d’une tradition démocratique formée très tôt. Or, la compréhension des conditions dans lesquelles cette tentative de synthèse s’était opérée n’est possible que si elles s’intègrent dans une histoire de la constitution de la culture politique et des traditions politiques au XIXème siècle. C’est là que la question libérale -tout comme la question démocratique, etc.- acquiert son sens, sa signification et, paradoxalement, sa vraie dimension politique.

51Conduit par des élites dites libérales, le processus de construction d’un ordre politique post-révolutionnaire s’est vite avéré impossible pour ces élites sans qu’une transformation sociale préalable ne créât les conditions qu’elles jugeaient indispensables à la réussite de leurs projets politiques. Voilà le point de départ de ce que l’on peut appeler le «paradoxe de la tradition libérale en Argentine» -et probablement en Amérique Latine-: il ne s’agissait pas -comme cela avait été le cas pour Guizot ou encore pour Constant- de penser les conditions dans lesquelles l’ordre politique garantirait la liberté dans une société sortie «égalitaire» des événements révolutionnaires. Les élites dites libérales en Argentine ont découvert qu’elles devaient repenser la nature des rapports politique-société, tels qu’elles l’avaient appris dans leur période de formation intellectuelle. Le rapport à l’héritage intellectuel du XVIII siècle, l’évaluation du legs de la période coloniale et du cycle révolutionnaire, la réflexion sur la nature, l’origine et la légitimité du pouvoir, les difficultés à construire une architecture institutionnelle stable, les appuis sociaux de leurs projets politiques, etc., montrent à quel point ces élites ont dû retravailler leur réflexion politique à la fois par rapport aux idées qu’elles avaient apprises et à la nature des conflits qu’elles devaient régler. C’est la reconstruction de ce passionnant travail de réflexion politique qu’il faut entamer pour mieux comprendre les accidents, les ambiguïtés, les faiblesses et les traits qui ont progressivement constitué la tradition libérale en Argentine et, de surcroît, une partie essentielle de la culture politique argentine dont l’impact sur les formes de la représentation et sur la conception de la souveraineté populaire au XXème siècle est fondamental.

52Repenser le sens et les traits de la tradition libérale à la lumière de l’exigence de comprendre leur impact sur le processus de constitution de la culture politique reste, me semble-t-il, un défi ouvert à la recherche. La question devrait donc viser plutôt les éléments qui, ayant caractérisé la tradition libérale argentine, sont intervenus dans l’élaboration de la culture politique argentine. Ce point me paraît absolument central car il existe au moins deux aspects qui méritent d’être étudiés et analysés dans toutes leurs conséquences et dont l’éclatante signification ne peut être bien perçue que dans la comparaison de traditions: l’absence de la critique à la notion de souveraineté et une persistante image du l’insuffisance du social qui imposait une façon très particulière de concevoir les rapports entre l’État et la société. C’est dans ce sens que, j’estime, on pourra comprendre la faiblesse particulière du libéralisme en Argentine et de surcroît quelques aspects qui ont fait aussi la faiblesse du régime démocratique.

53Les différentes perspectives de ce recueil montrent des chemins ouverts. S’il s’ouvre sur des contributions consacrés à la fois à l’histoire politicoconstitutionnelle et à l’ensemble des pays de l’Amérique latine c’est pour mieux souligner qu’une partie des questions sont partagées par l’ensemble des pays de la région mais surtout parce que l’histoire des idées constitutionnelles et des débats politiques autour des processus de construction des normes juridiques42 -que l’on commence à développer en Amérique latine bien qu’elle soit une discipline solide ailleurs- a une considérable contribution à faire afin de mieux nous faire connaître l’histoire politique. Mais j’ai voulu que ce recueil présente aussi des nouvelles approches à la question, notamment celles des rapports entre les libéraux et les «corporations» (l’Église ou l’armée), les difficultés que le libéralisme a éprouvé face à la question nationale surgie à la fin du XIXème siècle, les ambiguïtés dans le parcours de quelques libéraux «exemplaires», les tentatives de rendre compte de la complexité du social et de le réformer, la perplexité face aux méthodes d’action politique et aux pratiques politiques, etc.

54Ce recueil veut constituer un pas dans la direction suggérée. La qualité des contributions qu’il a réunies permet d’attendre que des travaux soient entamés afin de mieux cerner les difficultés de la constitution d’une tradition libérale en Argentine, de favoriser la révision d’un chapitre essentiel de l’histoire des idées et de mieux connaître un aspect clé de la constitution de la culture politique de l’histoire de la démocratie en Argentine. Mais cela ne peut que constituer un volet d’une enquête qui nécessite d’être complétée par une autre interrogation encore moins explorée : celle de la constitution de la tradition démocratique au cours du XIX siècle. Il est impératif de développer une histoire politique et conceptuelle qui puisse rendre compte de l’aspiration au gouvernement de tous et la représentation des notions telles que le Peuple. Il me semble incontestable qu’une telle histoire donnera un éclairage nouveau à l’histoire politique de la démocratie en Argentine.

Inicio de página

Notas

1 Il n’est pas évident que la politique qu’ils ont inspirée puisse être califiée de libéral. Sur cette question, on se rapportera a Gallo, E., «Las ideas liberales en la Argentina», dans Iturrieta, A., El pensamiento político argentino contemporáneo, Bs.As., GEL, 1994.
2 La Nación, 6 juin 2004, supplément Enfoques. C’est moi qui traduis. Dorénavant, la traduction de tous les textes en espagnol m’appartient
3 Dotti, J., «El gato Félix siempre renace de sus cenizas. Liberalismo y populismo aquí y ahora», en Punto de Vista, n° 58, 1997, p. 30.
4 Je ne fais ici qu’exposer un exemple parmi d’autres du débat politique autour du libéralisme. Malheureusement, on ne dispose pas encore d’un essai global sur le débat qui a eu lieu ces dernières années. On se rapportera, parmi beaucoup d’autres textes à Sidicaro, R., y Mayer, J., (ed), Política y sociedad en los años del menemismo, Bs.As., UBA, 1995, à Torre, J.C., et al, Entre al abismoy la  ilusión. Peronismo, democracia y mercado, Bs.As., Norma, 1999, à Novaro, M., (comp.), El derrumbe político en el ocaso de la convertibilidad, Bs.As., Norma, 2002, etc.
5 Terán, O., «La tradición liberal», en Punto de Vista, N° 50, 1994, p. 31.
6 De Privitellio, L., «Los usos del liberalismo: historia y tradiciones en la Argentina», en Punto de Vista, N° 52, 1995.
7 Evidemment, l’un des enjeux autour de la question libérale est définit par un débat -que j’estime inépuisable- autour de la composition de la tradition et les publicistes que l’on peut y inclure. Cette perspective, qui est toujours présente lorsque l’on aborde un sujet comme celui-ci, n’est pas très enrichissante car elle renvoie toujours à d’inépuisables distinctions sur l’existence d’une «tradition libérale canonique»-elle même difficile à cerner- par rapport à laquelle juger les différents publicistes. Mais, même si l’on pouvait réussir dans cet exercice, les résultats seraient décevants car, selon l’argument que je voudrais exposer, il ne s’agit pas de délimiter une tradition pour ensuite signaler ceux qui sont à l’intérieur mais de comprendre le problème de la constitution d’une tradition libérale en Argentine et les effets qu’elle a produits dans la formation de la culture politique argentine.
8 Il est important de rappeler que ce débat coïncide non seulement avec la réélection de Menem mais aussi avec les tentatives de reconstruire un espace politique «progressiste», notamment à partir d’un parti politique, le FREPASO, dont les dirigeants provenaient du péronisme et de la gauche. Rappelons encore, que le FREPASO a été une des composantes essentiels –l’autre étant le radicalisme – de la «Alianza» qui a emporté les élections de 1999 avec la formule De la Rúa-Alvarez. On se souviendra que le vice-président Alvarez a du démissionner de son poste en 2000 et que De la Rúa a du démissionner, après des émeutes populaires et une formidable crise financière, en décembre 2001.
9 Sur ce point, cf. les articles de M. Grondona dans La Nación parus le 19 décembre 2004 et le 6 février 2005 ainsi que celui de E. Kvaternik du 8 février 2005.
10 Cet entretien a été publié dans Clarín, le 11 mai 2003, Supplément Zona, p.2-3.
11 La Nación, 5 juin 2004, p. 1.
12O’Donnell, G., «Hoy ser progresista es ser liberal, y viceversa», dans Estudios Sociales, N° 12, 1997, p. 121.
13 Sur cette question cf., Halperín Donghi, T., «Argentina: Liberalism in a country born liberal», dans Love, J. and Jacobsen, Nils, (eds), Guiding the Invisible Hand. Economic liberalism ant the State in Latin American History, NewYork, Praeger, 1988.
14 Sur cette question, cf. Hartz, L., La tradición liberal en los Estados Unidos, México, FCE, 1994.
15 Halperín Donghi, T., «Argentina: Liberalism in a country born liberal», op.cit., p. 101. C’est moi qui souligne. Il est frappant de constater que la même interprétation est proposée par P. Rosanvallon, concernant les doctrinaires français. Sur ce point, cf., Rosanvallon, P., Le Moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985, Chap. VIII, § «L’équation française», p. 271-284 et en particulier, p. 278-282. L’oeuvre de T. Halperín Donghi est aussi vaste qu’imprescindible pour comprendre l’histoire argentine. Parmi les nombreux ouvrages qu’il a consacrés à l’histoire des idées politiques argentines au XIX siècle on se rapportera à Halperín Donghi, T., Proyecto y Construcción de una Nación, Caracas, Ayacucho, 1980.
16 Je fais allusion ici à Rosanvallon, P., Le moment Guizot, op. cit. et à Craiutu, A., Liberalism Under Seige: The Political Thought of the French Doctrinaires, Lexington Books, Rowman and Littlefield, 2003. Je me permets également de renvoyer le lecteur à mon Ch. de Rémusat. Certitudes et impasses du libéralisme doctrinaire, Paris, L’Harmattan, 1999.
17 Bien entendu, je fais allusion à la division du groupe vainqueur en France en 1830.
18 Dans ce qui suit, je ne fais pas un exposé de l’ensemble des contributions sur le libéralisme en Argentine. Donc, évidemment, exigerait un espace dont je ne dispose pas. Je me contente de concentrer des observations sur quelques contributions récentes qui coïncident avec la renaissance de l’intérêt pour le sujet depuis une vingtaine d’années.
19 Myers, J., «Entre la libertad y el miedo: Botana y la esporádica tradición liberal argentina», en Punto de Vista, N° 63, 1999.
20 Sur ce point, on ce rapportera à Zimmenrmann, E., Los liberales reformistas,Bs.As., Sudamericana, 1995.
21 Palti, E., «Orden político y ciudadanía, Problemas y debates en el liberalismo argentino en el siglo XIX», en Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Vol. 5, N° 2, 1994
22 Dans ce qui suit, je reprends des arguments beaucoup plus développés dans Roldán, D., «La cuestión de la representación en el origen de la política moderna.Una perspectiva comparada (1770-1839)», en Sábato, H. y Lettieri, A., La vida política en la Argentina del siglo XIX. Armas, votos y voces, Buenos Aires, FCE, 2003, p. 25-43
23 Il faut rappeler que les constitutions de 1819 et de 1826, refusées par les provinces, instauraient un régime «unitaire».
24 Palti attribue, à tort à mon avis, cette conception du social à l’influence des doctrinaires.
25 Sur ce point, je ne fais qu’exposer une idée générale qui nécessite encore des études précises.
26 Sur la notion de pouvoir social chez Guizot, cf. Rosanvallon, P., Le moment Guizot, op. cit., p. 44-54.
27 Dans les années 1860 il y a eu, des rebellions à La Rioja et Catamarca ; il y a eu, également, une importante rébellion à la suite des élections présidentielles en 1874.
28 Halperín Donghi, T., «Argentina: Liberalism in a country born liberal», op. cit..
29 Halperín Donghi, T., «Argentina: Liberalism in a country born liberal», op. cit., p. 100. C’est moi qui souligne.
30 Halperín Donghi, T., «Argentina: Liberalism in a country born liberal», op.cit., p. 100. C’est moi qui souligne.
31 C’est une idée où l’on voit à quel point l’influence de Tocqueville a été importante dans la construction des images politiques en Argentine au milieu du XIX siècle. Tocqueville avait exposé cette image d’un pays sans histoire par rapport aux Etats Unis et en avait déduit une sorte d’inéluctable chemin alliant l’égalité d’origine à une sagesse politique d’autant plus remarquable qu’elle avait su harmoniser sans inconvénients l’égalité et la liberté
32 Halperín Donghi développe cet argument par une comparaison avec les autre pays de l’Amérique Latine. Sur cette comparaison, cf. Halperín Donghi, T., «Liberalismo argentino y liberalismo mexicano : dos destinos divergentes» en Halperín Donghi, T., El espejo de la historia, Bs.As., Sudamericana, 1987.
33 Halperín Donghi, T., «Liberalismo argentino y liberalismo mexicano : dos destinos divergentes», op. cit., p. 158.
34 Halperín Donghi, T., «Liberalismo argentino y liberalismo mexicano : dos destinos divergentes», op. cit., p. 158.
35 La compréhension des raisons de cette réforme a donné lieu à un débat qui oppose au moins trois arguments: la nécessité de produire une adaptation du politique et du social, la réponse a l’opposition du parti radical, très actif au début du XX siècle et qui avait provoqué une rébellion armée en 1905 et qui revendiquait une politique dite «d’abstention» dès cette date qui vidait le fonctionnement du régime politique et, enfin, la volonté de l’élite dirigeante de produire une transformation des autorités politiques, notamment du «roquismo» parla biais du secret et du caractère obligatoire du vote. Bien évidemment je ne fais ici qu’exposer les arguments un peu brutalement.
36 Sur la question des rapports entre le républicanisme et le libéralisme on se rapportera, parmi bien d’autres études, à Gibson, A., «Ancients, Moderns and Americans : The Republicanism-liberalism debate revisited», dans History of Political Thought, Vol. XXI, N° 2, 2000, à Osaac. J., «Republicanism vs. Liberalism ? A Reconsideration», dans History of Political Thought, Vol. IX, N° 2, 1988 et, bien entendu, à Pettit, Ph., Republicanismo. Una teoría sobre la libertad y el gobierno, Barcelona, Paidos, 1999.
37 Botana, N., La Tradición Republicana, Bs.As., Sudamericana, 1997, Préface à la 2ª. Édition, p. VII.
38 Botana, N., La Tradición Republicana, op. cit., p. IX
39 Botana, N. La tradición republicana, op. cit., p. 14,
40 Seulement comme exemple, on peut se rapporter, parmi une vaste bibliographie, à García Mellid, A., Proceso al liberalismo argentino, Bs.As., Theoría, 1964, p. 559.
41 Sur la question de la synthèse entre la tradition libérale et la tradition démocratique et son importance dans les processus de constitutions des régimes démocratiques, on se rapportera aux travaux de Raymond Aron et de Norberto Bobbio.
42 Sur cette question, il est utile de lire Aguilar Rivera, J.A., et Negretto, G., «Rethinking the Legacy of the Liberal State in Latin America : The cases of Argentina (1853-1916) and Mexico (1857-1910)», dans Journal of Latin American Studies, 32, 2000.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Darío Roldán, « La question libérale en Argentine au XIXe siècle. Enjeux et perspectives », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 25 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/787

Inicio de página

Autor

Darío Roldán

Universidad Torcuato Di Tella – Conicet

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org