Navegación – Mapa del sitio

Parcours d’immigrants juifs en Argentine dans El silencio de Malka, une bande dessinée

Brigitte Natanson

Entradas del índice

Mots-clés :

Argentine, Immigration, Juifs
Inicio de página

Texto completo

Contrairement aux préjugés culturels, tout se passe comme si la bande dessinée était un phénomène plus complexe que la littérature. La logique interne du dessin et du langage manuscrit est plus vivace –en tant que trace du corps- que celle d'une "écriture" vouée, malgré les contorsions, au laminage technologique: imprimerie, alignement et justification… La place du racontable, celle du vraisemblable, du reconnaissable et du méconnaissable devant s'inscrire dans un montrable (fût-il un monstre) est plus indécise encore que dans un texte.

Alain Rey, Les spectres de la bande, Paris, Éditions de Minuit, 1978

1Cette analyse appartient à une recherche plus vaste sur quelques manifestations artistiques dans les phénomènes migratoires et la rencontre des cultures qui sont parfois le résultat d'un exil. Si l'émigration et plus particulièrement l'exil présentent toujours un aspect traumatisant, les productions qui en résultent révèlent toute une dimension créatrice: tragiques ou dérisoires, oniriques ou hyperréalistes, messianiques ou désabusées, elles intègrent nécessairement les images (dans tous les sens du terme, et particulièrement dans celui de représentation préalable) de la terre d'accueil. Nous nous intéressons ici à un aspect particulier de la représentation de l'histoire d'immigrants juifs en Argentine: l'arrivée et la tentative d'installation comme colons agricoles, dans une pampa mythique dans laquelle survivent des pratiques magiques ancestrales. Le recours à la magie juive comme ultime espoir, au lieu d'aider à la résolution des difficultés, va provoquer le drame.

2L'album El silencio de Malka -dessinateur Rubén Pellejero, scénariste Jorge Zentner1- fut publié en Espagne en 1995 et traduit en France en 1996, prix de la meilleure bande dessinée étrangère au festival d’Angoulême l’année suivante.

3Après avoir rappelé certaines étapes de l’immigration agricole en Argentine, nous observerons quelques procédés graphiques qui contribuent au fonctionnement de la narration qui nous occupe.

La colonisation agricole

4Ni les études de cas, ni les histoires de vie, ni les différentes analyses et comparaisons entre émigrations et colonisations de provenance différente ne manquent pour nous renseigner sur les réalités des tentatives de colonisation agricole dans les provinces de Buenos Aires, Santa Fé, Entre Ríos et Corrientes, qui, de 100 000 habitants en 1800 étaient passées à 850 000 en 1869, date du premier recensement national. Des Allemands d’abord, puis des Italiens, des Français, des Suisses, des Libanais se sont essayé avec plus ou moins de succès à l’agriculture. Les récits de vie renseignent bien souvent davantage sur les difficultés que sur les succès, et les fantaisies climatiques, motif récurrent dans les contes de Horacio Quiroga par exemple, lui-même colon agricole et témoin de nombreuses tentatives d’installation d’immigrants au tout début du XXème siècle, reviennent comme un leit-motiv parmi les causes des échecs.

5Pourtant, les chiffres de la multiplication des exportations de matières premières sont au moins aussi impressionants que ceux de l’accroissement de la population : en 1880, c’est par dix que sont multipliées les exportations par rapport au début du siècle (avant l’indépendance), quant au bétail, sa production est cinquante fois plus élevée2.

6Les causes de l’immigration de masse vers l’Argentine depuis son indépendance sont variées et connues : point de philanthropie excessive pour les populations d’Europe poussées par la misère et, dans le cas des juifs, par l’escalade de violence lors des pogroms, mais un réalisme politique et démographique dans lequel domine la conscience de la nécessité de peupler un territoire immense et insuffisamment exploité, d’ériger une nation moderne après les étapes de la réunification de la province de Buenos Aires avec les provinces confédérées (1860) et les campagnes de “ reconquête ” du désert sur les Indiens par les troupes du général Roca (1879-1880).

7Dans ses Bases, Juan Bautista Alberdi évoque avec lyrisme l’immigration de travailleurs (de préférence européens, et plutôt du nord3) comme seule solution pour le progrès de toute l’Amérique. Contre la tradition espagnole (l’Inquisition ne fut abolie qu’en 1813, trois ans après la déclaration d’indépendance de l’Argentine), il proclame l’impérieuse nécessité de la liberté religieuse -établie dans la province de Buenos Aires depuis 1925-, pour toute la République , afin d’attirer des ‘non catholiques’4. Ce faisant, ce n’est nullement aux juifs qu’il pense, mais aux protestants5.

8Cependant ces conseils, inscrits dans la constitution de 1853 que ses écrits avaient préparée, représenteront un pas franchi vers, pour le moins, la légitimité de l’immigration juive. En réalité, les décrets et pratiques de délation de l’époque coloniale avaient de beaux restes, en témoignent quelques diatribes contre les immigrants, dans les journaux La Nación et El Nacional et plus encore dans l’organe des Français en Argentine, L’Union Française. Dans ce dernier, c’était particulièrement l’immigration juive agricole qui était présentée comme un “ danger ”, et ces propos bénéficièrent d’une grande diffusion : sous couvert du sérieux de publications consacrées à des questions de géographie nationale, ils furent intégrés aux manuels scolaires6.

9Encore en 1877, le premier président de la Congrégation Israélite de Buenos Aires, Segismundo Auerbach, dut solliciter expressément une autorisation au Ministre du Culte du président Avellaneda, José María Gutiérrez, afin de tenir un registre des naissances, mariages et décès des “ Hébreux ”.

10D’autre part, cette constitution prévoyait, selon ces mêmes recommandations, d’empêcher toute limitation à l’entrée sur le territoire d’immigrants ayant l’intention de travailler. Progressivement et malgré quelques soubresauts, l’Argentine se dote de lois et de décrets extrêmement libéraux qui permettront et fomenteront l’immigration. Trois secteurs peu importants numériquement mais fort puissants exprimeront à leur tour des besoins de main d’œuvre : les propriétaires terriens, les grands industriels et les entreprises urbaines. Les uns et les autres, outre la nécessité de quantité de main d’œuvre, avaient parfois leurs raisons de préférer une main d’œuvre étrangère, et, malgré les accusations répétées dans une certaine presse (“ immigration = anarchie ” ou encore communisme), les moindres exigences des immigrants démunis en faisaient une réserve potentielle de briseurs de grève.

11Le 6 octobre 1876, la Ley N° 817 de Inmigración y Colonización, aussi appelée “Ley Avellaneda“, du nom du président sous le mandat duquel elle fut instaurée, offre de grandes possibilités à l'immigration surtout agricole, en 121 articles, et ceci formellement jusqu'en 1981, tandis que des restrictions apparaîtront en 1902 et en 1910 (Loi de résidence et Loi de Défense Sociale, destinée à combattre l'introduction d'idées "socialisantes ou anarchisantes"). On crée un Département Général d'Immigration intégré au Ministère de l'Intérieur; on nomme des agents d'immigration chargés de la propagande et de l'organisation des voyages des candidats à l'immigration, de l'octroi de certificats de conduite et d'aptitude. Ils devaient également présenter des rapports annuels complets sur le nombre et la qualité des immigrés.

12La définition de l'immigrant se trouve pour la première fois bien précisée: "Todo extranjero jornalero, artesano, industrial, agricultor o profesor menor de sesenta años". Celui qui réunit ces conditions, ainsi que celles de 'moralité' et 'aptitudes' se voit attribuer les bénéfices suivants: logement et subsistance à charge de l'État pendant les cinq premiers jours de son arrivée (c'est l'installation du mythique 'Hôtel des Immigrants' à Buenos Aires), ou jusqu'à son transfert à son point d'arrivée s'il a un contrat de la part d'une colonie officielle, ou encore en cas de maladie; emploi dans un travail ou une industrie 'de son intérêt'; transfert à la charge de l'État jusqu'à l'endroit où il désire s'installer, et enfin permission d'introduire sans impôts ses affaires personnelles et ses outils de travail7.

13Le deuxième grand axe de cette loi était la colonisation qui trouve son institution en une Oficina de Tierras y Colonias qui dépend également du Ministère de l'Intérieur. Les terres colonisables sont divisées en sections de 20 km2, sous-divisés en 400 lots de 100 ha chacun, dont 4 sont réservés au village. La forme et la distribution de ces lots est calibrée et l'on réserve un espace pour la place centrale et les édifices publics. On privilégie les lieux les plus rapidement reliés aux grands centres de population. Quant à la colonisation privée, elle s'articulait autour des obligations suivantes: a) établir sur les terres 140 familles d'agriculteurs sur deux ans; b) construire un édifice public; c) offrir aux colons de quoi se loger, des outils, des animaux. Le développement des chemins de fer (2200 km en 1878) allait faciliter le transport des immigrants puis des matières premières. Ces descriptions presque idylliques ne résisteraient pas à une analyse des réalités de l'immigration, et les lois ne furent pas souvent appliquées avec rigueur, d'où les désillusions et les retours8.

14Les conséquences sont connues : entre 1870 et 1930, ce sont plus de quatre millions d’immigrés qui arrivent de façon régulière, si l’on excepte les périodes de la crise économique de 1890 et la première guerre mondiale. Parmi ceux-ci, on dénombre 48% d'Italiens et 33% d'Espagnols. Les chiffres sont plus compliqués à établir et plus controversés pour les juifs, qui selon toute vraisemblance, ne représentèrent numériquement qu’un pourcentage inférieur à 3%9.

15Mais ce n’est qu’en 1881 que l’immigration juive de Russie fut expressément encouragée : dans le texte du décret qui nomme José Bustos agent de l’immigration on peut lire :

Art. 1° El ciudadano D. José M. Bustos queda nombrado agente honorario de inmigración en Europa, con el especial encargo de dirigir hácia la República Argentina la emigracion israelita iniciada actualmente en el Imperio Ruso.

Art. 2° Por la Comisaria General de Inmigracion se espedirán al agente nombrado las instrucciones á que debe sujetarse en el desempeño de su Comision, recabándose del Ministerio de R.E. las órdenes necesarias para que los agentes consulares de la República en Europa le presten el concurso que pueda requerirles para el mejor éxito de aquella10.

16Les désillusions seront donc à la hauteur des illusions, et les nombreuses ‘plaies’ (principalement les inondations, la sécheresse et les sauterelles) tout aussi réelles et mythiques que celles d’Egypte dans la Bible.

17Il est probable que les premiers immigrants juifs soient venus de leur propre chef, individuellement, même si des agents argentins distribuaient de l’information invitant à l’immigration. Boleslao Lewin signale l’arrivée des huit premières familles d’agriculteurs en octobre 1888, à peine aidés par l’Alliance Israélite Universelle qui ne voyait pas d’un bon œil cette immigration vers l’Argentine11. La première colonie fondée par la Jewish Colonization Association fut Moisésville, dans la province de Santa Fe, en 1889. Ensuite, juste avant la création de Lucienville (1894), cadre supposé de l’aventure de Malka et de sa famille, on en dénombre quelques autres en 1892: Mauricio (province de Buenos Aires) Clara, et San Antonio (Entre Ríos).

Histoire et fiction

18Dans le domaine littéraire, les chroniques et récits du journaliste et écrivain Alberto Gerchunoff12 semblent avoir ouvert le chemin d’un type de récits dans lesquels l’espérance en la “terre promise” (l’immigration juive massive vers l’Argentine commence avant que le concile de Basilée –1897- ne désigne la Palestine comme futur foyer juif ) la pare de tous les attraits. Quant aux écrits de Mordejai Alperson13, ils mettent le doigt sur les difficultés des colons avec les représentants de la J.C.A.

19Ce qui reste de cette colonisation est à chercher du côté des villes. A l’énigme connue des juifs européens ou nord-américains : “Quelle est la différence entre un tailleur et un psychanalyste ?” (Réponse : “une génération”) correspond bien plus précisément cette constatation des colons agricoles : “Hemos cultivado trigo y cosechado médicos…” (cité par Avni : 1983).

20La colonie Lucien de Hirsch, ainsi nommée en hommage au fils du baron philantrope Maurice Hirsch, fondateur de la Jewish Colonization Association, fut créée en 1891 (Mirelman; 1988), c'est-à dire quelques années avant l'histoire que racontent Zentner et Pellejero.

21Entre mystification et illusions, El silencio de Malka est donc une vision d’un parcours d’immigrants, non pas exemplaire, mais dans lequel l’échec de la colonisation agricole, qui fut loin d’être total, est l’objet d’une recherche d’explication mystico-poétique.

22A la mort du baron de Hirsch, en 1896, il restait deux tiers des colons installés dans les colonies juives14, ce qui ne signifie pas que leurs habitants aient quitté l’Argentine, un certain nombre d’entre eux, comme Malka, dans l’album, ont rejoint les grands centre urbains.

23Avant la conquête du désert par les troupes menées par le général Roca, les craintes des colons qui vivaient dans des territoires encore habités par quelques indiens, les indios bravos, étaient de voir leurs installations détruites par des raids. Ce n'est pas la dichotomie marquée de la "civilisation contre la barbarie" qui est mise en scène dans le récit, même si une partie des protagonistes s'y trouvent en présence: des immigrants juifs et des femmes indiennes héritières de certaines traditions, apparemment bien inoffensives. Elles sont, symboliquement, rescapées des campagnes d'extermination menées par les militaires argentins. Les immigrants juifs aussi sont des rescapés des pogroms de leur Russie natale. Malka sera l’unique rescapée du massacre perpétré par le golem.

24El silencio de Malka n'est pas la première incursion des auteurs dans l'histoire de l'Amérique et ses mythes, anciens ou modernes, ni dans la magie, indienne ou autre… L'un des exemples d'un mythe contemporain revisité se trouve dans une des aventures de Dieter Lumpen, Caribe (1982 pour l'édition espagnole) : à la page 33 apparaît un personnage masqué et le texte dit:

A las 15 horas del día de San Juan, año 1935, un avión Ford chocó con otro aparato y se incendió en el aeropuerto de Medellín, Colombia. Esa es la fecha y ese es el lugar en que… oficialmente, a la edad de 44 años, murió el "Zorzal criollo", Carlos Gardel. El mundo entero lloró a la mayor figura del tango de todos los tiempos… Sin embargo, Carlos Gardel no murió en Medellín, faltó muy poco, pero no murió, las llamas… Ya está bien, Delfino, no dramaticemos. El amigo Lumpen habrá entendido que, tal como quedé, no podía volver a presentarme en público." … [C’est Gardel qui parle] "¿Acaso puedo decir que soy argentino, o francés, uruguayo o colombiano…? La gente me aplaudió en todo el mundo, y en todo el mundo me recuerdan y lloran. Sin embargo yo… [gros-plan sur la bouche derrière le masque] …¿tengo a dónde volver? Mi patria es mi voz15.

25Quant à la magie, elle intervient à travers un personnage allié de Dieter Lumpen, "El Chino", et a pour but d'empêcher sa décadence morale en cédant aux tentations de la gloire et de l'argent (Lumpen tenté par un contrat mirifique comme acteur pour Hollywood, autre mythe) ce qui en finirait avec sa carrière d'aventurier. Les pouvoirs magiques du "Chino" consistent ici simplement à arrêter les moteurs d'un avion en vol ou à provoquer la destruction de la pellicule d'un film.

Analyse sémiotique comparative de quelques planches: équilibre dans l'information (image/texte). Tensions.

26Il nous faut d'abord accepter que les difficultés méthodologiques persistent, et que les outils d'analyse sémiotique, si développés pour les narrations écrites ou encore les narrations filmées, le sont nettement moins pour les ‘narrations figuratives’16.

27Nous pouvons cependant accepter quelques critères reconnus par presque tous les théoriciens pour que l'on puisse parler de ‘Bande dessinée’: la séquentialité (une vignette ne se lit que par rapport à celle qui la précède et celle qui lui succède); le mélange, dans un même espace, du texte et de l'image, et enfin la reproductibilité. La séquentialité et la reproductibilité n'étant évidemment pas des traits spécifiques de la bande dessinée, c'est donc bien le rapport du texte et de l'image, ensemble, qui constitue une "spécificité signifiante" et polymorphe. Celle-ci a d'ailleurs été signalée dès les premières bandes dessinées, par exemple dans la notice sur Monsieur Jabot, Rodolphe Töpffer écrivait en 1837:

Ce petit livre est d'une nature mixte. Il se compose d'une série de dessins au trait. Chacun de ces dessins est accompagné d'une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n'auraient qu'une signification obscure;  le texte, sans les dessins ne signifierait rien. Le tout forme une sorte de roman, d'autant plus original qu'il ne ressemble pas mieux à un roman qu'à autre chose." (Peeters, 1991 :26)

28Bien que l'on semble l'avoir oublié (ne dit-on pas qu'Hugo Pratt a "inventé" le roman en bande dessinée avec La Ballade de la mer salée (Peeters, 1991: 57), cette affirmation assez simple reste valable plus d’un siècle et demi après. Mais définition n'est pas conceptualisation, et, comme on a affaire à des narrations, la tentation est grande d'appliquer des outils d'analyse sémiotique qui ont fait leurs preuves dans d'autres domaines narratifs (narration écrite, narration filmée).

29A la recherche de la "spécificité signifiante" et d'une orientation autre que purement narrative pour l'analyse, il nous est apparu que, bien qu'il soit communément admis que " Les dessins, sans [le] texte, n'auraient qu'une signification obscure; le texte, sans les dessins ne signifierait rien", certaines pages de l’album et non des moindres (premières ou dernières, d'un album ou d'un chapitre) sont remarquables par l'absence de texte et donc la suprématie de l'image. Le contenu sémantique du substantif du titre El silencio de Malka en regard des pages sans texte(s) suggère: "le cri des images et le silence des mots". Quelques autres procédés essentiellement graphiques nous semblent mériter une attention particulière : les superpositions d’images (surimpression) pour exprimer des moments différents (des récits enchâssés), les juxtapositions signifiantes et enfin l’utilisation symbolique des couleurs très connotées.

30Il est remarquable que nombre de ces images seules sont suffisamment riches pour résumer les histoires racontées. C’est particulièrement le cas pour la couverture, la quatrième de couverture, les pages de garde des chapitres, et quelques pages de violence extrême. A part pour ces dernières, il est sûr que cette lisibilité privilégiée ne surgit que lorsque l'album est connu dans son entier, mais on ne la rencontre pas systématiquement dans la bande dessinée. Une couverture, même dans un livre sans image, peut "illustrer" le contenu, mais illustrer n'est pas résumer.

31Ajoutons que les représentations du réel (sociologique et/ou historique) qui ont attiré notre attention, à savoir la rencontre des cultures et plus particulièrement des magies indienne et juive, les dessous de l'immigration, le passage du rêve à la réalité à l'intérieur de la fiction se prêtent particulièrement à une analyse privilégiée des images.

32Pour un des grands théoriciens (peut-être parce qu’il est aussi auteur de bande dessinée) Will Eisner: "La fonction essentielle du prologue est de nous rendre rapidement proches du héros" (1988 :90). Celui de El silencio de Malka serait plutôt de nous familiariser avec l'Histoire, de rendre reconnaissables certains éléments référentiels réels, et, peut-être de guider le lecteur vers une recherche ludique des transformations que la fiction (implicitement annoncée comme telle) marque sur cette Histoire.

33Un résumé rapide de l’histoire, en dehors de celui que représente la couverture : dans le but de sauver les deux familles juives en butte aux difficultés de l'installation dans la colonie agricole Lucienville, dans la province de Entre Ríos, l'oncle de Malka, Zelik, suivant les conseils du prophète Élie surgi à point nommé, va créer un golem. A l'instar d'une de ses réalisations légendaires qui surgissent dans le hassidisme populaire d'Europe centrale à partir du XVème siècle17, sa destruction deviendra indispensable pour rétablir le calme. La rencontre des cultures va se produire, de façon hyperbolique, par le choc de la magie indienne et de la magie juive. Une vieille "curandera" indienne va préparer un "payé", philtre d'amour, pour que sa protégée se fasse aimer de celui qu'elles prennent pour un membre de plus des familles juives installées sur les mêmes terres qu'elles, mais qui n'est autre que le golem. Le mélange va provoquer la catastrophe, le massacre de presque toutes les familles, et le départ pour Buenos Aires des survivants, Malka , David, et le golem.

34L'album se divise en 6 chapitres précédés d'une introduction sommaire qui rappelle quelques unes des circonstances de l’immigration juive vers l’Argentine: la Loi Avellaneda, et, de l'autre côté de l'Atlantique, bien loin, la multiplication des pogroms en Russie après l'assassinat du Tsar Alexandre II, qui allait provoquer la recherche de terres d'accueil par des milliers de juifs victimes de ces pogroms. Sous l'impulsion du Baron de Hirsch, la Jewish Colonization Association fit l'acquisition de 700 000 hectares de terres dans la pampa argentine, afin de faciliter l'installation et l'intégration de quelques 10 000 juifs européens dans les provinces de Santa Fe, Buenos Aires, La Pampa, Santiago del Estero, Río Negro, Chaco y Entre Ríos. C'est dans cette dernière que va avoir lieu l'installation de la famille de Malka, personnage fictif créé partir de la figure de la grand-mère du scénariste Jorge Zentner qui recueillit des bribes de la saga familiale… et inventa le reste.

Couleurs et symboles, cri des images et progression narrative

35L'évolution de l'histoire est perceptible au premier regard par les choix des couleurs, tandi qu'à l'intensité de l'action va correspondre la taille des cadres. Tout d'abord, chaque chapitre est introduit par une page de titre composée de dessins gris-marron, imitant le sépia des photos anciennes, sur lesquels se superpose un carré, placé en bas et au milieu, en opposition par ses couleurs vives, et qui annonce la première vignette.

36Cette superposition se retrouve d'ailleurs dès la page de couverture et la quatrième de couverture, et remplit la même fonction: titre de l'album en grandes lettres dorées, mais avec une disposition différente: le carré est en haut. Y sont représentés les yeux de Malka, les yeux condamnés au silence devant une violence symbolisée par le fond rouge. Les personnages représentés sont un chien et une femme à la peau sombre, indienne aux longs cheveux noirs en mouvement, sorte de pieuvre se détachant sur le fond rouge, et dont le corps, caractérisé par un mouvement de fuite en avant, semble presque agresser le lecteur. Trois paires d'yeux semblent donc contempler le lecteur, en trois réalisations très différentes: menaçants chez le chien, presque fermés et insondables chez la femme, écarquillés avec un iris triplé dans le carré central chez Malka, dont le protagonisme (son nom signifie ‘reine’ en hébreu) que laisse prévoir le titre n'est donc pas exprimé par une représentation globale de son personnage, mais par cette seule expression qui sera un de ses traits caractéristiques, emblématiques, de même que les yeux baissés de la jeune indienne, Rosita, qui sera victime de la passion et de la rencontre tragique de deux tentatives de magies: la magie indienne et la magie juive. Et pourtant, sur cette couverture, entre les deux représentations d'yeux, apparaissent des lettres hébraïques Aleph, Meme, Tav, qui, telles qu'elles sont disposées ici, se lisent "Emet" ("vérité" en hébreu). L'autre référence moins immédiate à la tradition juive est le contenant des yeux de Malka: pas de visage, mais deux ensembles de pointes blanches, soulignées de doré, et entrecoupées de signes horizontaux qui rappellent les signes cabalistiques ou certaines représentations d'ailes d'anges dans l'iconographie de la Bible hébraïque.

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

37Nous avons parlé de la page de couverture en relation avec autres pages de titres, car la disposition y remplissait la même fonction. Le dessin que l'on y trouve n'est limité dans l'espace que parce qu'il est le premier à être perçu, pour des raisons strictement matérielles. En réalité, il n'existe pas de rupture graphique avec la page de quatrième de couverture: c'est le même dessin qui continue, et les variantes fonctionnent comme de véritables explications

38Même fond de ciel flamboyant, mêmes tons bruns de terre dans la partie inférieure, perspectives de pampa avec, dans le fond, reprise d'un même monticule (petite colline présente également sur la première page, très loin dans le fond), mais il n'y a plus d'habitation dont fuiraient les personnages, c'est le vide et la monotonie de l'immensité de la plaine, violemment brisés en biais par une succession de poteaux soutenant une ligne de fils de fer; seul élément vivant en premier plan: un oiseau de nuit, aux yeux d'un blanc vide, percé et/ou perçant. Ce hibou sera le seul témoin de la création du golem par l’oncle Zelik et son fils (p. 34-35). Les deux cadres (rectangles en hauteur) en surimpression, nettement séparés l'un de l'autre, dont les couleurs rappellent les sépias déjà cités, mais déclinés en jaune ocre et blanc délavés, symbolisent non pas la rencontre des deux magies juive et indienne, mais un moment qui pourrait être celui de leur mise en marche par deux personnages aussi identifiables que l'étaient les deux femmes de la première page: à gauche, le "tío Zelik" (le même motif apparaît en p.15), la tête couverte par le talith (le châle de prière), adopte l'attitude du juif qui prie ou étudie un texte sacré à la lueur d’une bougie.

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

39A droite, dans un même cadre rectangulaire (longiligne), la même concentration habite le personnage de la vieille guérisseuse, Tomasa qui, toute en rides et yeux clos, prépare un payé ou philtre d'amour. C’est donc dès cette page qu’apparaît ce procédé de la juxtaposition, du parallélisme dans les cadres qui semblent signifier l’irréductibilité des oppositions. Les taches les plus blanches, sur l’image de Zelik, entourent la bougie ; chez Tomasa, elles proviennent de la marmite : sources potentielles de chaleur, de lumière (possiblement spirituelle) dans les deux cas, mais les buts sont-ils les mêmes ?

Chapitre I : ‘Lejos del mar’ (Histoire et histoires)

40Un personnage, que l’on identifiera dès la page suivante comme Malka enfant, perché sur le toit d’une maison, essaie d’apercevoir la mer. En fait, à la question de sa mère : ‘que fais-tu là-haut ?’ elle répondra tout simplement qu’elle “regarde la mer“. Ce chapitre représente à la fois les espoirs et les motivations des candidats à l’immigration. Les enfants amplifient l’illusion par leur enthousiasme, les hommes, dans un atelier de cordonnier, posent la question de la foi devant l’horreur des pogroms : “¿A quién preguntarle ‘¿Por qué ? cuando los goim arrojan tu pertenencia a la calle y convierten tu casa en una hoguera ?“ (p. 6). Deux planches sont consacrées au récit, presque uniquement en images, de l’horreur du pogrom, signifiées par le changement de couleurs : des marrons et jaune des activités manuelles et des visages on passe, dans une sorte de fondu-enchaîné, à des rouges sanglants et dominants, sur lesquels contrastent seuls le blanc des yeux et des dents des auteurs des massacres. Malka et David, bouleversés par ce qu’ils viennent d’entendre, reçoivent de nouveau la promesse d’une Amérique ‘sans pogroms’. Avec la présence des enfants, les couleurs reviennent à une ‘normalité’ (réalisme des rues du shtetl), pour passer ensuite, à la dernière page du chapitre, à d’autres couleurs, celles du rêve :violets, noirs, bleus, lune, arc-en-ciel foisonnent pour exprimer les rêveries puis les rêves de Malka où l’on retrouve des restes du récit des adultes, par exemple des vaches dix fois plus grandes que nature, car l’oncle a dit que, là-bas, tout était plus grand, y compris les vaches. Ce premier chapitre est donc, à son tour, un résumé des motivations des immigrants : la peur de la répétition des massacres et les immenses illusions qu’éveille l’Amérique.

Chapitre II : Cerca del cielo

41La couverture “Cerca del cielo“, est elliptique : le fond représente, en gris-brun, des familles de passagers sur un bateau : on ne saura donc rien de plus des conditions de voyage, évoqués par des mots dans le premier chapitre (nécessité de prendre plusieurs trains avant de trouver un bateau à Odessa). L’image en surimpression est, comme dans le premier, une anticipation de la page suivante : un ciel bleu et la tête d’un canard qui vole de droite à gauche. La première vignette, qui occupe un tiers de la page suivante, est un développement de cette image en surimpression. Une bulle indique qu’on est déjà arrivé à ‘Entre Ríos (Argentina)’. David cherche Malka (on cherche souvent Malka dans l’album, à vrai dire, à chaque début de chapitre), qui a grandi. L’immensité et l’isolement sont exprimés, graphiquement, par la taille des vignettes, les plans panoramiques, les éloignements des centres d’action (maisons, granges, champs, points d’eau) et narrativement par l’expectative de Malka : son cousin David lui annonce que Zelik va se rendre au village, et Malka ira lui demander d’échanger un livre contre un autre à la boutique de la coopérative. A la page 15, presque sans paroles, c’est la nuit, l’oncle Zelik prie avant d’entreprendre un voyage annoncé périlleux par la perspective d’une tempête. Malgré cela, il exprime l’urgence de rencontrer l’administrateur de la colonie. Il n’y a pas là de dramatisation des conditions de vie dans cette pampa plutôt verdoyante. Et si l’on voit si peu la misère et les difficultés des colons dans ces pages, c’est entre autres parce que la perspective est celle des enfants, de Malka principalement. Ceux-ci semblent s’épanouir dans la découverte de la nature, tout en tentant de préserver la culture (le renouvellement du livre est la grande affaire pour Malka, le maintien des traditions religieuses est celle des adultes). Et pourtant, l’histoire de cette colonie précisément, telle qu’elle est analysée par Haïm Avni qui utilise la correspondance entre les représentants de la J.C.A. en Argentine, n’apparaît pas toujours aussi idyllique. Avni raconte que l’administrateur de la colonie Lucienville dépeint sous des couleurs bien sombres le problème de l’habitat de deux cents familles d’immigrants (1200 personnes pendant la période des récoltes en 1908-1909 :

Copia de este escrito llegó a manos del Dr Sonnenfeld en París, quien comprendió que la situación no era específica de esa colonia, sólo que los otros administradores no habían considerado necesario advertir sobre ella. Sonnenfeld se sintió horrorizado y propuso a la dirección de Buenos Aires tomar la iniciativa, en sociedad con las organizaciones cooperativas de los colonos, de construir viviendas para los obreros y crear para ellos algunos barrios de granjas auxiliares junto a las estaciones de ferrocarril, donde pudieran en sus horas libres cultivar legumbres y venderlas en las aldeas de los alrededores. Pero los responsables de la empresa en Buenos Aires no se impresionaron por la situación en Lucienville tanto como su director. Al presente el problema de la vivienda no es tan grave -escribieron- porque la mayor parte de esa gente duerme al aire libre y en galpones descubiertos. Pero más adelante, cuando la temperatura sea menos benigna, es de suponer que aquéllos que no encuentren lugar para dormir sea en casa de los colonos o en Basavilbaso dejarán la colonia hasta la próxima cosecha…” La idea de construir viviendas para los inmigrantes fue rechazada con ligereza : “…porque la experiencia nos ha demostrado que no nos conviene construir en gran escala“. Un año más tarde, en una visita a Entre Ríos, pudo el director de Buenos Aires, David Veneziani, ver con sus propios ojos los sufrimientos de los inmigrantes. Con el fracaso de la cosecha de aquel año, les esperaba un invierno angustioso de desocupación. […].

42Curieusement, dans le rapport annuel de la J.C.A. de 1909, le président ne parle lui que des succès de cette colonisation agricole. Se désolant sur l'état des colonies en Roumanie et en Russie, il déclare:

Le représentant de la Russie visitait il y a peu de temps nos colonies en Argentine. La beauté des cultures, le bien-être des colons l'étonnèrent. Pas besoin d'aller si loin pour s'instruire18.

43Il est vrai que son but, dans ce cas, est d'attirer l'attention des autorités russes et roumaines sur une libéralisation des restrictions appliquées aux juifs.

44En août 1910, rapporte Avni, le fils de l’ancien Directeur Général de la J.C.A. parcourt les colonies en plein hiver, il ne trouve pas les mots pour décrire ce qu’il voit, sinon que même dans les plus petits villages de Russie c’est difficilement imaginable :

En Lucienville y en Clara me encontré con el espectáculo desolador de familias numerosas hacinadas en piezas exiguas, cocinas o galpones, viviendo en ranchos de barro y paja expuestos a la lluvia y al viento, y llevados por la promiscuidad a una situación a la vez antihigiénica e inmoral . (Avni , 1983 : 232)

45Le cynisme des organisateurs de l’immigration qui n'ont aucunement l'intention de remédier à cette situation n’apparaît pas dans l’histoire de Malka, et n’a d’égal dans la fiction que les souvenirs de Zelik lorsqu’il rapporte les propos d’un officier venu constater les dégâts après le pogrom : pour lui, les juifs avaient bien de la chance que ce fût le printemps, ils auraient ainsi le temps de reconstruire leurs maisons avant les grands froids…

46Quant au problème culturel, il était bien présent dans l'esprit des législateurs: malgré l'influence d'immigrants italiens (c'est l'époque de la campagne contre le pape et de la "perte" de Rome par le Saint Siège) qui amènent avec eux un esprit clairement anti-catholique et quelques troubles en 1875, le gouvernement de Avellaneda, outre les subventions scolaires accordées aux provinces, décreta la reconnaissance officielle des études dans des établissements dirigés par des curés catholiques19.

47Malgré les efforts pour réduire l'analphabétisme, seulement 23% des enfants étaient alors scolarisés, ce qui plaçait tout de même l'Argentine à la tête des pays latino-américains.

Chapitre III :‘Pachamama’

48‘Pachamama’, qui commence de nouveau par les cris ‘Malka, Malka’ (sa cousine Tuve la cherche), est, par son titre même, une tentative de fusion : la terre, ainsi nommée chez les Indiens, avec toutes ses résonnances spirituelles, va être concrètement l’outil de salvation pour les juifs, c’est avec elle, matériellement qu’ils vont fabriquer le golem. Mais auparavant, une autre rencontre a lieu : si les quatre premières pages ne concernent que les juifs, dans les quatre suivantes va se produire cet effet de juxtaposition qui oblige à regarder plusieurs fois pour savoir dans quel domaine on se trouve. Une page exemplaire, la 30, divisée en vignetttes de taille inégale, montre tour à tour l’école des juifs et la jeune fille indienne qui court dans les champs. Il faut attendre la dernière vignette pour comprendre qu’elle va épier ce qui se passe dans l’école des juifs. Cette dernière vignette est exemplaire d’un procédé combinatoire image/mots propre à la bande dessinée : la fenêtre ouverte pourrait être celle de n’importe quelle maison, la jeune fille se trouve devant, et les mots écrits dans le même espace viennent, dans l’indépendance de leur phylactère, de la vignette précédente, et donc de l’école. S’il s’agissait d’une scène filmée, on pourrait dire que l’utilisation de la voix off permettrait le même résultat, mais l’on voit là comment la bande dessinée n’est pas du cinéma. La séquentialité est présente (cette voix n’est comprise comme celle du maître que par rapport à la vignette précédente) mais également une autre caractéristique : la nécessité permanente, pour le lecteur, de reconstruire l’entre-images : le passage de la jeune fille du champ en fleur à l’école est à reconstituer.

49La page suivante est également une juxtaposition permanente des trajets des enfants juifs qui sortent de l’école et de la jeune fille indienne qui rentre chez elle. Peu de mots prononcés, Rosita répète ce qu’elle vient d’entendre, tandis que David raconte à Malka ce qui sera l’objet de son silence : le projet de fabrication du golem. A la fin de la page 32, une note d’humour dans les propos de la grand-mère de la jeune fille qui lui demande si elle connaît le nom des provinces : “¡¿Provincias?! ¡Seguro que has andado curioseando por la escuela de los judíos! ”. Le terme de ‘provinces’ semble scandaleux : il est, symboliquement, une expression de l’instruction dont manquent les Indiens dans ce milieu, et, paradoxalement, cette instruction est appliquée à la connaissance géographique de la terre (de nouveau) où cette rencontre juifs/ autochtones se produit. Un échange a lieu, dans l’autre sens, dans le chapitre IV : la petite sœur de Malka est malade, constatant que son cheval n’est pas en état de se rendre au village pour ramener le médecin, l’oncle Zelik utilise pour la première fois la force du golem, rédige un message et lui demande d’aller chercher le médecin le plus rapidement possible. Lorsque celui-ci arrive, car le projet a fonctionné, il avoue son incapacité à faire face au cas et, à la stupéfaction des habitants de la ferme, leur suggère d’amener la petite fille à la guérisseuse indienne, Tomasa, qui va pratiquer une sorte d’acupuncture et la faire vomir pour la soigner, avec succès. Cet épisode est en réalité une relecture ou plutôt une réécriture graphique et narrative d’une légende dont fut l’objet un véritable médecin, le docteur Noé Yarcho (1860-1912) qui ne cache pas son nom dans l’album puisque c’est ainsi que l’appellent les personnages : le docteur Yarcho. Je cite Boleslao Lewin (1971 : 141-142), qui s’appuie entre autres sur Gerchunoff :

[…] fue el primer médico contratado por la J.C.A. para sus colonias de Entre Ríos. Llegó al país en 1891 y se convirtió en el ‘médico milagroso’ –según definición de Gerchunoff- de los colonos judíos y del paisanaje criollo. Según expresiones de “Gerchunoff, para realizar sus ‘curas milagrosas’, el Dr. Yarcho no necesitó caminos, no necesitó vehículos, no necesitó comodidades, y siempre sonriente, siempre con su fraternal mano extendida y su cordial palabra que eran un regalo para todos, iba a cualquier lugar de la zona : al rancho del colono nuevo y al chalet de la ciudad, a la estancia del propietario rico y a la tapera del gaucho pobre. A caballo, en sulky, en carro o a pie ; por caminos intransitables, en inenarrables noches del invierno entrerriano, bajo la lluvia helada o en medio de dantescas tormentas montieleras, allá iba Noé Yarcho, con su chambergo, los anteojos de oro torcidos sobre la flaca nariz y sus zapatos de lona con punta de cuero amarillo a realizar sus ‘curas milagrosas’.  El deceso del Dr. Yarcho conmovió a todo Entre Ríos. “Diarios de la provincia –escribe Pablo Schawartzman- lanzaron ediciones extras anunciando el fallecimiento del “ médico milagroso“. Autoridades provinciales se hicieron presentes en el acto de sepelio ; judíos y no judíos se unieron en el tremendo dolor en que el fallecimiento del Dr. Yarcho sumió a una gran zona de la provincia ; las escuelas cerraron sus aulas, los comercios sus puertas, los edificios públicos fueron embanderados a media asta.

50Cette citation a pour but de faire ressortir l’utilisation de données historico-légendaires par les auteurs de la bande dessinée dans un but intéressant à plus d’un titre. Si les dessins qui illustrent l’action du médecin dans l’album peuvent être une illustration plus ou moins fidèle de son apparence physique, il y a une réinterprétation de ses grandes qualités : dans l’album, la pertinence de ses actes consiste avant tout à reconnaître ses limites, quant à sa légendaire capacité à se déplacer, elle est ici due à la magie, à l’intervention du golem. C’est bien l’association de plusieurs savoirs, de plusieurs compétences qui rend possible la guérison.

51Qu’il s’agisse de médecine ou d’instruction, nous avons donc dans ces épisodes autant de signes de la richesse potentielle des rencontres et des échanges entre autochtones et immigrants qui ne font que rendre plus dramatique le dénouement.

52Les exemples de juxtapositions significatives sont trop nombreux pour qu’on puisse les citer tous, nous n’en donnerons que quelques uns de plus.

Chapitre IV :‘Manosanta’

53‘Manosanta’ p. 50, dernière page du chapitre: La juxtaposition commence par une disposition inhabituelle des vignettes : la page est séparée non pas horizontalement mais verticalement, et seulement en deux, il s’agit de deux situations au même moment dans des espaces différents; la jeune fille indienne, assise près d’un feu, à côté de son chien ‘Ceniza’ regarde la pleine lune. En réalité, c’est une demi-lune qu’elle regarde : l’autre moitié du cercle parfait (l’autre face ?) se trouve dans la vignette d’à côté, séparée par le blanc d’un entre-images (un demi-centimètre sur la page mais beaucoup plus symboliquement : elle est de chair et d’os, lui est une création impossible. Elle rêve car elle est amoureuse du golem. Le golem, lui, ne rêve pas, il dort, lui aussi près du feu.

Chapitre V :‘Ceniza’

54‘Ceniza’ (nom du chien qui va jouer un rôle important dans la tragédie). Les pages 54 et 55, puis 56 et 57 sont en juxtaposition l’une à l’autre. A la page 56, on trouve également cette technique de surimpression, lorsque la jeune fille raconte à sa grand-mère Tomasa comment elle est amoureuse du golem, celui qu’elles appellent ‘el mudito’ (il ne parle pas). Chaque page appartient donc à un des mondes : les femmes indiennes ou les familles juives. Les rapports sont toujours thématiques : p. 54, c’est l’arrivée par surprise, depuis Buenos Aires, du fiancé de Tuve, qui part se cacher pour s’arranger car elle était occupée à laver le linge. En face, p. 55, Tomasa et Rosita fauchent avec des faucillles, courbées sous le poids des bottes de foin, Tomasa, à l’écoute de sa petite-fille, devine que l’homme dont celle-ci envisage la présence pour aider aux travaux agricoles est ce fameux ‘mudito’.

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

55Page 56 et 57, on retrouve la même juxtaposition oppositionnelle, mais le lien thématique est plus complexe : la fin de la page est la promesse de la grand-mère de préparer le payé afin que le golem soit amoureux : "Vamos a probar con algo para tímidos o indiferentes. A eso normalmente no hay cristiano que se le resista", paroles qui, dans le contexte, prennent divers sens, dont certains humoristiques : le golem ne risque pas d’être ‘chrétien’ (l’échec est donc annoncé d’une certaine façon), et l’opposition est immédiate par rapport à la vignette suivante : ils sont quatre à table, levant leur verre et déclarant : ‘Lejaim’, c’est-à-dire, en hébreu ‘à la vie’.

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

56Le golem ne parle pas, il ne prononce donc pas ces paroles, il boit, et au lieu de la vie, c’est la mort qui est en chemin, il sera victime et bourreau du payé préparé par la guérisseuse indienne à la page précédente. On retrouve ce même "jeu" d'opposition, aussi dramatique, entre les mots "vérité" (emet) et mensonge dans le songe de Malka , aux pages 36 et 37 : Malka rêve qu’elle écrit le mot emet , les personnages se transforment (tour à tour maître d’école, oncle, puis invisible) et, devant l’accusation de mensonge, elle s’écrie : « ‘No se puede mentir. ¡La palabra es ‘VERDAD’ ! ".

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

57Les juxtapositions expriment en général des contrastes exacerbés, des décalages, des manifestations de méconnaissance des uns et des autres, mais aussi traditions, pratiques, objectifs. Elles fonctionnent parfois de façon ambiguë, par exemple, à la page 58, les deux premières séries de vignettes (la moitié de la page) sont le récit graphique de la préparation du payé en même temps que l’explication de sa mise en œuvre : c’est le chien, Ceniza, qui l’absorbera et qui comme ami du ‘Mudito’ qu’il est, lui léchera la main, transmettant ainsi la passion de la jeune fille. Les deux bandes suivantes la mère de famille juive est aussi à la cuisine, et dit “Esperemos que hay salido bien. Sería terrible si justo hoy me fallara la receta.“ Le choix des mots est important et entretient une confusion volontaire: ce qu’il y a de ‘terrible’ n’est pas la perspective d’un dessert raté (juste le jour où le fiancé de Tuve est là) ce qui est terrible est l’échec de la magie indienne, et la rencontre violente de Rosita et du golem dans les pages suivantes : à partir de la page 59, c’est le rouge qui va de nouveau dominer : le chien, au lieu de lécher la main du golem, se jette sur lui, le mord, et au lieu de mourir, il devient un ‘serviteur de la mort’: le chien, la jeune fille, puis les familles juives vont y passer sans qu’aucune tentative pour l’arrêter n’aboutisse.

Zentner el Pellejero, Ed. Glénat, Barcelona, 1996.

Chapitre VI : ‘Buenos Aires’

58Sur la page de garde du, ‘Buenos Aires’, on retrouve la technique de la surimpression : la ville, ses immeubles, ses véhicules et ses passants est en grisé, le cadre en bas et au milieu est composé de touches de couleurs en coups de pinceaux dans des couleurs vives, vertes et jaunes. A la page suivante, Malka y est, de nouveau appelée. Elle est adulte, et le cadre de la page précédente fait partie d’une immense fresque qu’elle est en train de réaliser : elle a donc survécu au massacre, s’est rendue à Buenos Aires, et est devenue artiste. L’appel téléphonique qui interrompt son travail est de son amoureux, Alberto, qui lui annonce qu’il ‘l’’a retrouvé : il est sur la trace du ‘Mudito’.

59Ce chapitre, qui va être la résolution, comporte quelques réflexions sur l’intégration des juifs russes dans la ville, comme par exemple l’indignation d’Alberto devant l’ordre de son rédacteur en chef de couvrir une réception à l’Ambassade d’Allemagne : " ¡Espero que algún día Quiroga comprenda que hablar en idish no es lo mismo que hablar en alemán ". Malka va retrouver le prophète Elie, devenu ‘Volodia’ pour les autres, qui va lui révéler les circonstances du drame (p. 70-71). La technique est de nouveau celle de la surimpression des images du passé, mais avec une véritable explication, du drame, de tout l’album, et, allégoriquement, de l’échec de la rencontre : à la dernière image en surimpression (avant-dernière vignette de la p. 71), on voit la morsure qu’inflige le chien Ceniza au golem, mais avec l’explication de Elías/Volodia :

Fue en ese momento cuano comenzó la desgracia. El perro, convertido en  portador de la mística gaucha, despojado de su natural inocencia, atacó al Golem, se propuso matarlo. Lo que debía dar paso al amor… dio paso a la muerte.

60L’explication continue ensuite hors flash-back :

Ceniza mordió la pierna del mudo… El lugar donde Zelik había escrito la palabra EMET. Como si el instinto le hubiera indicado el camino para eliminar a ese ser de apariencia humana […].

61Puis de nouveau en surimpression :

Los dientes del perro arrancaron la letra Alef , la palabra EMET quedó transformada en MET… pero el mudo, en lugar de morir… se transformó en servidor de la muerte.

62On reconnaît une partie de la légende du golem, l’effacement de la lettre Alef devant en effet en finir avec la vie de cet être fait de terre, à l'image de l'homme mais sans âme. On comprend également que, pour la cohérence de l’action, cette inscription ait été faite sur la jambe et non au front (difficile que le chien arrache la lettre du front…).

63Malka est impressionnée par le récit, surtout lorsqu’elle apprend qu’elle seule, parce qu’elle possède le silence (autrement dit, parce qu’elle a gardé le silence tout en survivant) est capable de détruire le monstre. Celui-ci, depuis lors, est utilisé tour à tour par les conservateurs et les radicaux : son insensibilité totale, son absence de peur de la mort, fruit de l’inconscience, du manque d’âme, en ont fait l’homme de main idéal, physiquement très fort et sans scrupules.

64Les pages 78 et 79 sont celles de sa fuite devant le regard de Malka. Contre toute vraisemblance, le monstre récupère donc une mémoire (surimpression de Malka et David enfants, et un oiseau qui était son compagnon la nuit) et s’enfuie éperdument. On apprend à l’avant-dernière page qu’il a eu une jambe sectionnée par les roues du tramway et qu’il en est mort. C’est la fin du cauchemar et de l’histoire et un certain rétablissement de l’ordre.

"D'abord ce fut le verbe". "Dieu créa l'homme à son image".

65Si cette référence à la Genèse pourrait illustrer un débat plus ample sur l'imbrication entre l'image et le texte, elle prend d'autant plus son sens dans Le silence de Malka. Il y eut peu de mots pour dire la violence : les couleurs ont suffi, couleur rouge des pogroms, rouge des meurtres commis par le golem, couleur de l'interdiction, qui s’oppose aux nombreux verts, verts de la prairie de Bessarabie, puis verts de la Pampa dans chaque première page de chapitre, c’est-à-dire à chaque fois que l’on appelle Malka, vert dominant la première page du dernier chapitre : Malka est installée, intégrée socialement, dans un métier artistique. Le vert est donc, plus souvent que ce regard particulier signalé au début, directement lié à Malka, qui semble acquérir, en le faisant sien par le pinceau, son droit de cité, la permission de vivre malgré les rouges de l’horreur. Tout le récit sera celui du prix à payer pour ce droit.

66A travers ce parcours, traditionnellement délimité en un schéma narratif simplifié : l'arrivée (état initial); la dynamique (quelques topiques, le drame de la rencontre); la conclusion; le retour à l'ordre (répétition du sacrifice pour les vieilles générations de juifs) l’on peut poser quelques questions et ébaucher quelques réponses.

67On peut d'abord s'interroger sur le statut d'héroïne de Malka: bien sûr son histoire personnelle compte, mais elle est sans doute avant tout une métaphore à la fois de la transition de l'enfance à l'âge adulte, et de la trajectoire d'une communauté d'immigrants: dans les deux cas, à travers diverses étapes qui, comme nous l'avons vu, sont narrativement et graphiquement découpées en chapitres. Malka n'est pas un personnage "institué", contrairement à Dieter Lumpen, dans le sens où ses aventures ne vont pas continuer. Ce qui intéressait les auteurs est terminé : l’arrivée et l’installation malgré les difficultés, le sort des juifs dans le villes est autres, il est, sans doute, trop proche et trop vraiment connu du scénariste pour mériter ce détour ou détournement magique de l’histoire de sa famille.

68On peut se poser la question du paradoxe du silence et de la transmission : Malka hérite, comme bien des enfants de la souffrance de sa famille. Elle n’a pas, au début de l’histoire, vécu la persécution et les pogroms dans sa chair. C’est par la parole qu’elle lui a été transmise, et sa mission, paradoxalement donc, est de se taire. Taire la connaissance du recours à la magie juive pour s’en sortir ? Se taire devant l’échec de la rencontre des traditions ? Peut-on considérer que les différentes étapes sont des épreuves qualifiantes pour une héroïne? Qu’en est-il d’une transmission qui passe par le silence ?

69Malka fait preuve, au début du récit, d’une espérance folle en une nouvelle vie : elle est sur le toit, elle semble au-dessus du malheur, comme dans le tableau de Chagall  ‘Le violon sur le toit’ dirigée vers l'avenir, on croirait entendre une clarinette jouer un air yiddish… Elle est aussi dans l’illusion du changement de lieu, qui, au début, semble fonctionner. La désillusion, c’est le retour des vieux démons, mais ce ne sont plus les mêmes : la persécution n’est plus le fait des "méchants goyim", mais rencontre des deux magies. Il n’y pas de culpabilité clairement établie… sinon celles de sortes de colonisateurs, d’envahisseurs. La transformation du Dr Yarcho, ce fameux médecin miraculeux idéalisé par Gerchunoff et visiblement véritable figure dans une partie de la société agricole argentine de l’époque, en adepte des pratiques d’une simple guérisseuse indienne, n’est-elle pas le signe d’un doute sur les qualités de "l’envahisseur" ?

70Au-delà des destins personnels et familiaux, on trouve également, à travers le passage de la campagne à la ville, des traditions ancestrales à la modernité. Nous avons remarqué que l’on cherchait souvent Malka dans cet album : symboliquement, c’est aussi l’Argentine en construction qui cherche ses forces vives pour croître, mais c’est l’immigrant, ici représenté par Malka, qui doit surmonter bien des épreuves avant de s’intégrer et de trouver sa  voie dans la modernité, entre Europe et Amérique.

71Bien loin du lyrisme du fameux « Los gauchos judíos », dont l’auteur semble en permanence remercier la terre d’accueil par des élans élogieux, cet album, histoires dans l'Histoire, est un témoignage plus distant, parmi beaucoup d'autres, de l'immigration juive en Argentine. Il existe des ouvrages entiers sur les productions littéraires que celle-ci a générées20.

72Nous rappellerons simplement quelques autres titres dans lesquelles apparaissent un aspect qui n'est pas parmi les plus traités: celui des organisations qui fomentèrent la prostitution à travers l'immigration: Tango y a media luz, de Hugo Pratt, où le mythique Corto Maltese vient à Buenos Aires pour retrouver la trace d'une amie peut-être victime d'une de ces organisations, la Warsavia, le film de Torre Nilson, La mala vida, et surtout le magnifique roman de Angélica Gorodischer, Fábula de la virgen y el bombero, dont l'action se déroule à Rosario, aussi nommée la "Chicago" de l'Argentine.

73On peut aussi penser à un antécédent, La esperanza de Israel, de Menasseh Ben Israël (Amsterdam, 1650)21, qui a pour origine le récit de Montezinos, un voyageur juif de retour des Amériques, qui pour beaucoup de ses contemporains pouvaient représenter aussi une ‘terre promise’, et dans laquelle les échanges entre Indiens et juifs sont pleins de surprises.

74Bon nombre des productions littéraires porteront davantage sur l’intégration dans les villes, et les transformations dans les systèmes familiaux et traditionnels (Germán Rozenmacher par exemple), et, toujours, la recherche d’identité, le difficile équilibre entre l’identité juive et celle d’un pays dont l’une des caractéristiques est justement d’être un mélange de plusieurs origines géographiques et ethniques, parfois en opposition avec un vieux fond ‘criollo’ d’autant plus attaché à ses valeurs qu’elles sont remises en cause. C’est à ce stade que nous ont laissés le scénariste Jorge Zentner et le dessinateur Rubén Pellejero.

Inicio de página

Bibliografía

AVNI, Haim, “La agricultura judía en la Argentina : ¿éxito o fracaso ?” en Desarrollo económico, 22, N° 88, 1983, p 535-48.

Argentina y la historia de la inmigración judía 1810-1950, Editorial Universitaria Magnes, AMIA Comunidad de Buenos Aires, 1983, 596 p.

EISNER, Will, Le récit graphique: narration et bande dessinée, Vertige Graphic, 1998.

HALPERÍN DONGHI, Tulio, Historia contemporánea de América latina, Madrid, Alianza Editorial, 1990 [1969].

ITZIGSOHN, Sara, FEIERSTEIN, Ricardo, NIBORSKI, Isidoro, SENKMAN, Leonardo, Integración y marginalidad Historias de vidas de inmigrantes judíos en la Argentina, Editorial Pardés, American Jewish Committee, 1985, 291 p.

Jewish Colonization Association. Rapport de l'administration centrale au conseil d'administration pour l'année 1908, présenté à l'Assemblée générale du 11 juillet 1909. 1909.

LEWIN, Boleslao, Cómo fue la inmigración judia a la Argentina, Bs As, Plus Ultra, 1971, 207 p.

MORNER, Magnus, Aventureros y proletarios Los emigrantes en Hispanoamérica, Madrid, Mafpre, 1992, 220 p.

MIRELMAN, Victor A.,.“Apuntes sobre la colonización judía en la Argentina“ en Comunidades Judías de Latinoamérica, Bs As, OSCJA, 1974, p. 292-306.

PEETERS, Benoît, Case, planche, récit Comment lire une bande dessinée, Casterman, 1991, 122 p.

Inicio de página

Notas

1 Comme ce fut le cas pour de nombreux Argentins, le parcours de Jorge Zentner doit être considéré dans un mouvement de double exil: issu d'une famille qui avait immigré d'Europe de l'Est vers l'Argentine, les circonstances politiques des années 70-80 l'ont poussé à un "retour" vers l'Europe, et c'est essentiellement en Espagne qu'il a développé sa carrière de scénariste de bande dessinée, tout en travaillant également pour des revues françaises. Il s'associe avec Rubén Pellejero à partir de 1983. Avec d'autres dessinateurs il publie: Historias frías (avec THA, trad. fr. en 1986 sous le titre de Contes glacés. Cet album est particulièrement riche en jeux intradiégétiques provoquant un suspense maintenu jusqu'à la dernière vignette: un des personnages apparaît au milieu de l'histoire lisant un livre qui aiguise toutes les curiosités (celle des autres personnages mais bien sûr celle du lecteur, qui va finalement pénétrer dans cette nouvelle histoire d'une manière "naturelle" propre à l'art graphique: le livre qui est objet entre les mains d'un personnage à la fin d'un chapitre de l'album devient, au chapitre suivant, une nouvelle BD. Les personnages de l'ensemble des chapitres vont être rassemblés pour une destruction probable, mais ils vont se révolter et dévaster les studios de travail du scénariste puis du dessinateur…); avec Mattoti Lorenzo: El viaje de Caboto (1993). Rubén Pellejero, dessinateur et scénariste (Badaloa, Espagne, 1952). commence une carrière d'illustrateur en 1970, puis se lance dans la bande dessinée en 1983. Il publie avec Zentner les albums suivants : Las memorias de Monsieur Griffaton (1983), FM (1984) et les trois albums de Las aventuras de Dieter Lumpen (1982, 1984, 1993), El cautivo (1992) ("De cómo fue que se comieron asado al otro cristiano, llamado Hyeronimus").
2 Tulio Halperín Donghi, 1990: 229). Voir également, pour une analyse détaillée du rapport entre le nombre d’immigrants et l’évolution de la production agricole les courbes comparatives proposés par Haim Avni dans “La agricultura judía en la Argentina: ¿éxito o fracaso?”, Desarrollo económico, 22, N° 88, 1983, p . 535-548.
3 Par exemple, au chapitre XVI ‘De la inmigración como medio de progreso y de cultura para la América del Sur’: “La planta de la civilización no se propaga de semilla. Es como la viña, que prende y cunde de gajo.” Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina, Bs As, Editorial Jackson, 1945 [1852], p. 73.
4 Ibid., p. 77 : “La América española, reducida al catolicismo con exclusión de otro culto, representa un solitario y silencioso convento de monjes.”
5Un scandale international avait éclaté en 1832 à la suite de la dissolution d’un mariage entre une catholique et un protestant. L’année suivante, un décret prévoit la reconnaissance des mariages, des naissances et des décès pour les “non-catholiques”. On retrouve cette idée chez les libéraux de différents pays d’Amérique, mais aussi de fortes oppositions, par exemple au Mexique.
6 (Boleslao Lewin, 1971: 98-103). Lewin précise que, outre les protestations officielles de la communauté juive, deux de ses membres défièrent le responsable de ces propos à un duel qui n’eut pas lieu car l’auteur se rétracta.
7 Cf. Susana Novick, Política y población/ 1 Argentina 1870-1989, Tucumán, Centro Editor de América Latina, 1992, p.47-49.
8 Pour un détail des réactions, au moins dans la presse et la littérature, voir Hebe Clementi, El miedo a la inmigración, Bs As, Leviatán, 1984, 106 p.; pour le détail de la politique migratoire, voir Susana Novick, "Las políticas inmigratorias argentinas en su expresión jurídica, una perspectiva secular", Estudios Migratorios Latinoamericanos , Bs As, Año 1, abril 1986, N° 2, p. 239-252. Il faudrait rappeler, du côté des immigrants, les déceptions devant la qualité des terres vendues aux organisations ou aux individus, souvent bien inférieures aux promesses, et surtout le problème de l’éloigenement. Les colonies agricoles ayant le mieux résisté furent bien évidemment celles qui étaient reliées aux centres urbains.
9 Les ouvrages généraux sur l’immigration considèrent l’origine géographique des immigrants pour établir leurs données, les recensements nationaux argentins sont peu fiables car il n’existe aucune garantie que les immigrants aient déclaré leur religion. Le résultat est que l’on trouve des écarts énormes selon les sources, comme le montrent les exemples suivants: Enciclopedia Judaica Castellana, 10 vol., Mexico, 1948-1951, T. 1, p. 438, article “Argentina”: “1888: población anterior = 1500 ; crecimiento migratorio = 50 ; crecimiento vegetativo = 22; población total = 1572“. Boleslao Lewin, op. cit.: “En 1899 la colectividad judía se componía, aproximadamente, de unos 16.000 individuos“, chiffre qui est donné par le recensement municipal de Buenos Aires en 1904. Les chiffres les plus fiables sont ceux de la J.C.A.: les administrateurs des colonies agricoles établissaient des rapports annuels et détaillés pour chaque colonie et l’on trouve aussi des observations sur les immigrants. Le président Narcisse Leven écrit dans l’introduction: “ En Argentine, elle [la colonisation] s'accroît régulièrement chaque année. La population totale de nos colonies s'y élevait, au 31 décembre dernier, à 2.875 familles, comprenant 15.771 âmes: 500 familles et 2.500 âmes de plus qu'en 1907 […] Le nombre de ceux qui viennent en Argentine va croissant chaque année: il en est arrivé 5.362 en 1908. Ils se répandent dans le pays pour y chercher un travail qu'ils n'ont pas de peine à obtenir. Beaucoup en trouvent dans nos colonies. ” Jewish Colonization Association. Rapport de l'administration centrale au conseil d'administration pour l'année 1908, présenté à l'Assemblée générale du 11 juillet 1909. 1909., p. III.
10 Cité dans, Sara Itzigsohn, Ricardo Feierstein, , Isidoro Niborski, Leonardo Senkman, Integración y marginalidad Historias de vidas de inmigrantes judíos en la Argentina, Editorial Pardés, American Jewish Committee, 1985, 291 p.
11 B. Lewin, op. cit., p. 106.
12 Les récits les plus connus sont: Los gauchos judíos, Bs As, Aguilar, 1975 [1910], La jofaina maravillosa, 1924, Entre Ríos, mi país, Futuro, 1950; les essais: El pino y la palmera, Sociedad Hebraica Argentina, 1952 (les deux derniers sont des publications posthumes).
13 Ses mémoires furent publiées en 1922 à Buenos Aires, en yiddish, sous le titre 30 yor in Argentina. Memuaren fun a idishen kolonist, puis en hébreu, à Tel Aviv, en 1930 et enfin, très récemment seulement, en espagnol, en 1991, par la Comisión Centenario de la Colonización Judía en Colonia Mauricio. Il collabora également à divers périodiques en yiddish et en hébreu, spécialement Der Fertaidiguer, organe de la colonie Mauricio.
14Les motifs de cet échec partiel sont analysés avec beaucoup de détails par Haïm Avni, 1983: 535-48.
15 Como dice el chiste: "Cada día canta mejor"…
16 Ce terme semble admis et même consensualisé depuis la 1ère grande exposition au Musée des Arts Décoratifs "BD et figuration narrative" (Paris, 1967), qui consacre et concrétise le travail d'un certain nombre de chercheurs.
17 Elles-mêmes issues d'une longue tradition: version symbolique dans les légendes talmudiques, réalisation "utilitaire" par le Maharal de Prague au XVIIème siècle, dont l’écrivain autrichien Gustav Meyrink donna une version fantastique dans son roman Der Golem, 1915; édition en fr.: Paris, Stock, 1969. Si ce roman est plus connu que ceux du XIXème siècle (J. Grimm, A. von Arnim, E.T. Hoffmann), ce n’en est cependant pas le dernier avatar: plus récemment J.L. Borges, lui aussi fasciné par la figure du golem, lui consacre un poème en espagnol, I.B. Singer écrit aussi une version en yiddish, traduite ensuite en anglais
18 Jewish Colonization Association. Rapport de l'administration centrale au conseil d'administration pour l'année 1908, présenté à l'Assemblée générale du 11 juillet 1909. Paris, 1909, p. IX.
19 Pour les détails et les textes des lois, voir par exemple Ambrosio Romero Carranza, Alberto Rodríguez Varela, Historia política y constitucional de la Argentina, Tomo 3, Las Presidencias, Bs As, A-Z editora, 1993, 690 p. 122-124.
20 Citons, entre autres, La orilla inminente, de Saúl Sosnowski, Bs As, Editorial Legasa, 1987; Leonardo Senkman, La identidad judía en la literatura argentina, Bs As, Pardés, 1983.
21 Edition en français L’espérance d’Israël, introduction, traduction et notes par Henry Méchoulan et Gérard Nahon, Paris, Vrin, 1979.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Brigitte Natanson, « Parcours d’immigrants juifs en Argentine dans El silencio de Malka, une bande dessinée », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 1 | 2000, Publicado el 21 enero 2005, consultado el 23 agosto 2017. URL : http://alhim.revues.org/81

Inicio de página

Autor

Brigitte Natanson

Université de Nancy

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org