Navegación – Mapa del sitio

Le cycle tragique du libéralisme latino-américain (1810-1860)

Roberto Gargarella

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

Introduction

1Cet article est consacré à l’évolution du libéralisme latino-américain au cours des premières décennies du XIXème siècle. Nous avons cherché à comprendre l’origine de sa faiblesse et, en particulier, de son impuissance à se donner des bases populaires solides. Dans cette analyse, nous, nous attacherons tout particulièrement aux relations qu’il a nouées avec le mouvement conservateur latino-américain et à la manière dont il a recherché son alliance afin de trouver un appui qu’il ne pouvait ou n’osait s’assurer par ses seuls mérites.

2Pour commencer, nous traiterons de la théorie du libéralisme et de ce qui, à notre sens, la définit. nous examinerons ensuite les conceptions les plus résolument libérales qui, au début de la période considérée arrivent sur notre scène politique. À ce propos, nous rendrons compte des difficultés rencontrées par ces conceptions pour s’enraciner dans la société et de certaines des raisons qui peuvent expliquer ces difficultés. Enfin, nous montrerons comment, vers le milieu du siècle, les libéraux et les conservateurs latino-américains ont eu tendance à se rapprocher, et quel modèle institutionnel « anti-majoritaire » ils ont, ensuite, défendu en commun.

Une définition possible du libéralisme

3Étant donné l’étonnante diversité des « libéralismes » que révélerait une étude complète de ce courant de pensée, Nous préciserons les limites de notre analyse. Nous partirons d’une théorie (ou type idéal) du libéralisme qui tiendra compte uniquement des approches relatives aux pratiques politiques latino-américaines. Sans perdre de vue cette théorie idéale, nous décrirons ensuite des prises de positions plus ou moins cohérentes avec les principes qu’elle affirme.

4Comme on va le voir, la théorie du libéralisme peut se définir à partir de deux traits essentiels : sa façon d’envisager l’organisation du pouvoir et l’attention portée aux droits individuels.

5 Sur le premier point, le libéralisme semble fondamentalement soucieux de parvenir à un équilibre des pouvoirs favorable à la « non-oppression ». James Madison a résumé cette préoccupation mieux que personne en prescrivant d’éviter aussi bien l’anarchie que la tyrannie. Autrement dit, il convient de prévenir tout abus de pouvoir, qu’il provienne de masses incontrôlées ou des ambitions dictatoriales du premier chef venu. Contre de tels abus, le libéralisme préconise une organisation institutionnelle fondée sur l’idée de « freins et de contrepoids ».

6Sur le second point, celui des droits des individus, le libéralisme se préoccupe de préserver certains intérêts fondamentaux en instituant ce qu’il appelle des « droits négatifs ” ou des « barrières » contre le pouvoir d’État. La formule la plus éloquente à cet égard est celle de Thomas Jefferson parlant de « construire un mur » entre l’État et l’Église, ce que l’on pourrait retraduire en termes plus généraux par l’édification d’un mur de protection des droits fondamentaux face aux menaces de coercition étatique. Du point de vue libéral, ces droits fondamentaux incluaient la liberté des cultes, la liberté d’expression, la liberté d’association, le droit de propriété. À un type d’’État volontariste et envahissant, les libéraux opposaient celui du « laisser-faire  » tenu à un engagement de « neutralité » qui laisserait libre cours aux initiatives individuelles.

7Au-delà des convictions personnelles des fondateurs du libéralisme, il est certain que cette doctrine se voulait, à sa naissance, résolument universaliste : elle s’adressait à tous les humains, qu’elle mettait sur un pied d’égalité. Le libéralisme s’est voulu, au départ, le porte-parole de l’intérêt général, au-delà des hiérarchies et des distinctions fondées sur des données moralement négligeables comme la race ou la religion. Les « déclarations des droits » ont surgi alors comme l’expression la plus claire de cet engagement initial. En affichant ses deux objectifs essentiels (la limitation des pouvoirs et la neutralité de État) le libéralisme prétendait se différencier foncièrement de deux conceptions opposées, l’une plus conservatrice, l’autre plus radicale.

8Les conservateurs se méfiaient de l’insistance mise par les libéraux sur la séparation et l’équilibre des pouvoirs, et préféraient la concentration de ces pouvoirs entre les mains d’un responsable unique, capable de « mettre de l’ordre » dans des sociétés présentées comme anarchiques, et ils s’opposaient carrément au principe de la neutralité de l’État. La forme de conservatisme que je décris ici n’entendait nullement tenir l’État à l’écart de toute activité de régénération morale. Pour la majorité de ses partisans conservateurs, cette tâche régénératrice, traditionnellement associée à l’enseignement et à l’approfondissement de la religion chrétienne, devait au contraire orienter entièrement l’action des autorités publiques.

9Par ailleurs, le libéralisme tel que je viens de le définir se différenciait également d’autres positions plus radicales, inspirées de Jean-Jacques Rousseau. Les théoriciens rousseauistes rejetaient, eux aussi, l’idée de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs. Ils jugeaient surtout inacceptable la volonté d’imposer aux assemblées législatives une multitude de restrictions et de contrôles qui menaçaient d’étouffer, voire d’abolir complètement, le caractère démocratique du système politique1. Et, comme les conservateurs (bien que naturellement pour des raisons différentes) ils rejetaient l’idée de la neutralité de l’État. Il était incompréhensible et intolérable pour ces critiques du libéralisme que l’on prétende empêcher des majorités élues de prendre des décisions qui les intéressaient directement, y compris celles qui se rapportaient à la religion ou, plus généralement, à la « morale collective  ».

10Le libéralisme, placé entre ces deux idéologies, a dû maintenir un équilibre délicat. Il est vrai qu’il pouvait se présenter comme une sorte de conception médiane, exempte des « vices » propres à ces idéologies rivales qu’il dépeignait sous leurs aspects les plus extrêmes. Mais il est également vrai qu’il se plaçait ainsi entre deux feux par rapport à des groupes d’opinion influents et fortements ancrés dans la société. Le libéralisme était une doctrine qui récupérait partiellement le discours de ses rivaux et pouvait ainsi espérer séduire tout le monde. En même temps, il s’opposait nettement à ces rivaux. Dans ce sens, il risquait de mécontenter à la fois les uns et les autres. A notre avis, l’histoire du libéralisme latino-américain est marquée par ces oscillations qui, on le verra, finiront par le faire basculer vers des positions de plus en plus conservatrices.

Le cycle tragique du libéralisme latino-américain

11Les premiers pas du libéralisme en Amérique Latine ont été assurément prometteurs. Pendant la première décennie du XIXème siècle, il s’est montré sous ses traits les plus radicaux – ou, plus précisément, s’est mêlé aux conceptions les plus radicales de l’époque - et il a inspiré la plupart des révolutionnaires. Si l’on considère les premières déclarations d’Indépendance et les premières constitutions latino-américaines comme des repères significatifs, on y trouve un reflet évident de la pensée libérale : un pouvoir exécutif borné dans des limites strictes ; des corps législatifs soumis à des contrôles fermes ; des autorités judiciaires indépendantes ; l’engagement de préserver les droits fondamentaux, droits de propriété, de libre expression, de libre association, de libre circulation etc2. La Constitution du Venezuela en 1811, pionnière dans ce domaine, ou les déclarations de l’Assemblée de 1813 en Argentine illustrent bien ce printemps du libéralisme

12Or, pendant cette « période fondatrice » et au moins jusqu’au milieu du siècle, le libéralisme a fait preuve en pratique d’une extrême faiblesse, d’une incapacité presque totale à s’enraciner dans les communautés où il s’était manifesté. Beaucoup de gens estimaient qu’il n’avait pas les atouts nécessaires pour assurer la transition vers un système indépendant. C’est la raison pour laquelle, au Venezuela, la Constitution de 1811 a presque aussitôt cédé la place au pouvoir personnel de Francisco Miranda ; en Argentine, le pouvoir central s’est renforcé alors que l’on instaurait en 1815 un régime provisoire contraignant (un régime marqué par le militarisme et qui ignorait délibérément l’organisation des corps législatifs) ; au Chili, les forces les plus libérales et fédéralistes ont été écartées par un O’Higgins décidé à suivre, dans la concentration du pouvoir, l’exemple argentin ; à la Nouvelle-Grenade, les groupes libéraux ont reculé face aux conservateurs3.

13À l’époque, peu d’hommes politiques ont exprimé aussi franchement que Simón Bolívar l’hostilité conservatrice face au « légalisme » libéral. D’après le Libertador , « la première cause de la chute du Venezuela, c’est la nature de sa constitution, étant donné qu’elle est aussi contraire aux intérêts du Venezuela qu’elle est favorable à ceux de ses ennemis  »4. Pour lui, comme pour la plupart des hommes politiques sensibles aux idées conservatrices, les propositions du libéralisme étaient naïves, absolument inadaptées à un contexte de complète désorganisation politique. Comment envisager d’appliquer dans ce cadre un schéma basé sur la décentralisation, les droits imprescriptibles des citoyens et les contrôles stricts du pouvoir ? Pour consolider l’indépendance, il fallait prendre une direction diamétralement opposée.

14Après la fin brutale de cette étape fondatrice, le libéralisme a eu dans les années 1820 une deuxième chance (ou une première chance dans le cas de plusieurs pays, dont le Pérou) de faire prévaloir ses idées. À Buenos Aires, par exemple, les libéraux ont été à la tête d’une organisation puissante et novatrice conduite par Bernardino Rivadavia et ils ont participé, peu après, à l’élaboration de la Constitution de 1826. Au Chili, cette renaissance a bénéficié des brillants travaux de Miguel Infante et le libéralisme a obtenu en 1828 la promulgation d’une constitution ouvertement fédérale (rédigée dans sa plus grande part, tout comme celle de 1826 en Argentine, par José Joaquín de Mora). Au Mexique, les libéraux ont combattu avec un certain succès les prétentions impériales d’Agustín de Iturbide et influencé la conception de la Constitution républicaine de 1824. Leur mouvement s’est développé avec l’appui du caudillo Gómez Farías et du théoricien José María Mora. Au Pérou, une première génération de libéraux dont faisaient partie Luna Pizarro, Benito Laso, Sánchez Carrión et Francisco Vigil a réussi à s’imposer et à instaurer successivement les constitutions de 1823, de 1828 et de 1834 ; elles prévoyaient toutes la limitation des pouvoirs et subordonnaient l’autorité de l’exécutif (parfois réparti entre trois responsables) à celle du législatif. Cependant, malgré ce nouvel essor prometteur, le libéralisme a graduellement décliné de nouveau dans l’ensemble de la région, dès son accession au gouvernement. Au-delà des importantes différences entre les régimes qui se réclamaient de lui, il est vrai qu’il avait échoué dans la plupart des pays à mettre en œuvre des réformes substantielles.

15La tâche était évidemment difficile pour n’importe quel dirigeant : à l’intérieur comme à l’extérieur, les situations politiques et sociales étaient partout défavorables. Il est néanmoins frappant de constater avec quelle aisance des coalitions de tendance nettement conservatrice ont pu l’emporter sur les libéraux. Au Chili, c’est « la république autoritaire » qui a pris le dessus et qui a dominé le pays pendant une bonne trentaine d’années ; elle a reçu l’appui politique de Diego Portales et l’appui juridique de la Constitution hautement conservatrice de 1833. Au Pérou, les conservateurs ont promulgué la Constitution d’Huancayo, qui est devenue la constitution péruvienne la plus stable du siècle (elle est restée en vigueur depuis 1839 jusqu’à 1842 et de 1842 à 1854). Au Mexique, les conservateurs ont régné, malgré de courtes interruptions, sous l’influence puis sous la présidence de l’omniprésent général Santa Anna. De même, en Argentine, la dictature du caudillo de la province de Buenos Aires, Juán Manuel de Rosas, s’est imposée aux dépens des libéraux jusqu’en 1852. Au Venezuela, le général Páez a joué un rôle analogue.

16Le retour du libéralisme allait se faire attendre. Il ne deviendrait possible qu’après le milieu du siècle. Soumis à des alternances dramatiques, il apparaissait comme une sorte de doctrine «  résiduelle »  : il était ce qui subsistait, semblait-il, lorsque la marée de l’autoritarisme refluait après avoir tout ravagé sur son passage. Quand les conservateurs avaient pris les mesures les plus extrêmes, concentré le pouvoir jusqu’à la tyrannie, mis le pays à feu et à sang sous prétexte de défendre la religion catholique, le libéralisme apparaissait de nouveau, dans sa modération salutaire, comme l’unique formule capable de mettre fin aux horreurs de la guerre civile.

17Il offrait, comme chaque fois qu’il était sur le point d’accéder au pouvoir, une double et séduisante promesse : tout d’abord, il allait endiguer une fois pour toutes les excès de la tyrannie en restaurant la légalité républicaine et, d’autre part, il allait rendre tout leur sens aux droits de l’homme en veillant à ce que tous soient traités avec le même respect, disposent des mêmes libertés5. Mais les libéraux tenaient, cette fois-ci, à contrer la fatalité qui, dès qu’ils arrivaient au gouvernement, semblait réduire à la fois l’étendue et la durée de leur action. Ils ont alors choisi une autre stratégie qui a conduit, en fait, à parachever ce que nous avons appellé leur « cycle tragique ». Vu les difficultés qu’ils éprouvaient généralement à se maintenir par leurs propres forces, ils ont commencé à se rapprocher des groupes conservateurs, seuls capables, croyaient-ils, d’assurer un minimum de stabilité sociale. Ce calcul, qui semble avoir commandé leur pratique de ces années-là, s’est cependant avéré trop coûteux. Les gesticulations et les déclamations qui célébraient la nouvelle alliance ont entraîné pour les libéraux une perte graduelle d’identité politique et les a laissés à la merci de ces conservateurs auxquels ils faisaient appel en désespoir de cause.

18En Amérique latine, on a pu observer simultanément ce glissement du libéralisme vers le conservatisme dans de nombreux pays : au Mexique, par exemple, le libéralisme qui venait de triompher avec la «  Révolution d’Ayutla » a transigé sur son programme afin d’adopter une ligne beaucoup plus conciliante par rapport aux orientations des conservateurs. En Argentine, les libéraux ont fait dans le même sens d’importantes concessions lors de la Convention constituante de 1853 et ils ont ensuite accepté toutes les exigences politiques de leurs rivaux en matière de maintien de l’ordre. Au Chili, après l’année critique de 1857, libéraux et conservateurs ont décidé de se rassembler dans une «  Union  » destinée à juguler les tendances autoritaires les plus extrêmes – ce qu’ils ont obtenu en obligeant le gouvernement, dans un premier temps, à supprimer certaines mesures politiques, puis à renoncer au pouvoir en faveur de groupes plus modérés. En Colombie, plus tard, le libéral Nuñez a gouverné selon des principes indubitablement conservateurs, en accord avec des dispositions constitutionnelles de la même tendance. Au Pérou, le général Castilla, au pouvoir à partir de 1854 après sa glorieuse victoire sur le général Echenique à La Palma, a pris d’abord quelques décisions libérales, comme l’abolition de l’esclavage, avant de s’engager dans une politique nettement autoritaire (avec, notamment, la dissolution forcée de la Convention constituante de 1860).

19Nous n’insisterons pas davantage sur l’exactitude et la périodicité de ce «  cycle tragique »  qui conduisait régulièrement les libéraux à mener la même politique que les conservateurs. Nous tenterons plutôt d’étayer ce rappel historique par des considérations théoriques. Nous, nous limiterons à deux points qui peuvent contribuer à éclairer la tragédie du libéralisme latino-américain.

20D’abord la résistance des libéraux à assumer les conséquences logiques de la doctrine qu’ils défendaient. Leurs conceptions théoriques avaient évidemment suscité de grands espoirs qu’ils n’étaient pas disposés à combler en pratique. Ce manque de cohérence du libéralisme nous aidera à mieux cerner les difficultés qu’il a rencontrées pour se maintenir par ses propres forces.

21En second lieu, les affinités naturelles entre libéraux et conservateurs, beaucoup plus profondes en réalité que les divergences qui les amenaient de temps à autre à s’affronter. La découverte de ces affinités nous permettra de mieux comprendre comment le libéralisme a pu si aisément et si tranquillement glisser vers le conservatisme.

22Avant d’en venir là, nous précisons naturellement que les remarques qui vont suivre n’ont nullement la prétention de fournir une explication complète de l’évolution suivie par le libéralisme latino-américain au cours du XIXème siècle. On peut fort bien imaginer, par exemple, que dans un contexte économique ou militaire plus favorable, l’itinéraire aurait été différent. Si nous analysons ces deux facteurs - les inconséquences des libéraux et leurs affinités avec les conservateurs - c’est parce qu’on est loin de leur avoir, jusqu’à présent, accordé l’importance qu’ils méritaient.

La difficulté du libéralisme à se stabiliser. De la dilution du noyau égalitaire de sa doctrine

23Tout d’abord, on a du mal à saisir les raisons pour lesquelles le libéralisme n’a pas réussi à assurer sa propre stabilité pendant la première moitié du XIXème siècle, alors que le conservatisme y parvenait. D’aucuns mettent l’accent sur le caractère « importé » de l’idéologie libérale, étrangère à la culture et aux conditions matérielles de la région ; d’autres insistent sur les circonstances dramatiques de l’époque qui, dans un premier temps, rendaient la concentration du pouvoir indispensable à la consolidation d’une société nouvelle. On a également entrepris d’expliquer les difficultés du libéralisme à partir des facilités qui s’offraient au parti adverse. Il est évident qu’en Amérique latine le conservatisme pouvait s’appuyer sur une tradition séculaire de monopole idéologique de l’Église et sur les habitudes nées des longues décennies au cours desquelles l’armée avait cumulé les pouvoirs politique, judiciaire et administratif 6.

24Sans écarter ces hypothèses, nous attirons l’attention sur un autre type d’explication, relative cette fois aux incohérences propres aux dirigeants libéraux de la région. En effet, le libéralisme a été, au moins partiellement, victime de ses propres fautes : ses adeptes n’étaient pas réellement disposés à faire entrer dans la pratique les principes qu’ils proclamaient. Nous démontreons en particulier le fossé qu’ils ont laissé se creuser entre les attentes qu’ils avaient suscitées, délibérément ou non, et les réponses qu’ils étaient prêts à leur donner une fois arrivés au pouvoir. Commençons donc par les traits qui ont fait du libéralisme une doctrine attirante avant de montrer l’incapacité de ses partisans à la mettre en œuvre.

25Disons d’emblée qu’en Europe, aux États-Unis et même en Amérique latine, le libéralisme a suscité au départ des espoirs immenses. Dans des sociétés qui, partout, étaient marquées par une organisation verticale de l’autorité, hiérarchisées, crispées sur des privilèges de classe et/ou de race, sa doctrine fondamentalement égalitaire ouvrait des perspectives radieuses. En effet, à l’origine, le libéralisme proclamait que tous les humains naissaient libres et égaux entre eux, également doués de raison. Ce principe, remarquons-le, n’est pas apparu comme une proposition parmi d’autres, destinée à agrémenter un programme déjà chargé : il a été le noyau même de la pensée libérale. Il ouvre, en France, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, il apparaît à la première ligne de la déclaration d’Indépendance des États-Unis et il occupe également une place essentielle dans les premières constitutions libérales de l’Amérique latine.

26À notre avis, c’est ce noyau égalitaire qui a fait la force d’attraction du libéralisme sur des peuples quotidiennement bafoués par une élite de privilégiés. Mais il n’a pas été, semble-t-il, à la hauteur des promesses qu’il avait explicitement formulées ou des espoirs qu’il avait tacitement encouragés. Et cela parce que son égalitarisme de principe renfermait une puissance explosive que, par prudence ou par intérêt, ses partisans ne tenaient guère à libérer7. Cet égalitarisme faisait appel à la liberté individuelle et, surtout, à la « souveraineté populaire». Respecter tous les humains sans discrimination signifiait accorder à chacun une voix et assurer à tous le même statut économique et social : personne ne devait être soumis à d’autres pour des motifs (liés par exemple à la naissance) dont il n’était pas responsable.

27Mais, généralement, l’arrivée des libéraux au gouvernement ne se traduisait pas par la mise en œuvre, même partielle, de cet idéal d’égalité qui rayonnait naturellement de leur discours : les postes importants de l’administration restaient aux mains d’une minorité ; les droits politiques – dans la très grande majorité des cas – restaient strictement restreints ; et, surtout, les inégalités sociales les plus flagrantes n’étaient en rien atténuées. Le libéralisme a même, souvent, aggravé la situation des secteurs défavorisés. Pour les artisans, par exemple, il entraînait des faillites ; pour beaucoup de communautés indigènes, la perte des terres qu’elles possédaient en commun ; et pour les esclaves, les promesses d’émancipation ne parvenaient jamais à s’accomplir totalement.

28En pratique, donc, les libéraux semblaient plus disposés à retirer qu’à donner. C’était tantôt leur doctrine et tantôt la myopie de leurs dirigeants qui semblait les empêcher de consolider leur pouvoir. Incapables de tenir leurs promesses, ils minaient ainsi les bases de leur légitimité. (On notera, par contre, que les conservateurs tenaient en général ce qu’ils avaient promis : ayant offert de maintenir l’ordre et de défendre la religion, ils y réussissaient dans la plupart des cas, même s’ils le faisaient payer cher.)

29Les principaux théoriciens du libéralisme argentin, les membres de ce que l’on a appelé « la génération de 37 », ont parfaitement résumé cette conversion du « vrai »  libéralisme à un libéralisme « possible », un compromis conservateur. Ils ont clairement affirmé qu’ils avaient retenu les leçons de l’histoire et renonçaient à satisfaire les exigences égalitaires qui constituaient initialement le noyau de leur doctrine. À leurs yeux il était maladroit et naïf de prétendre imposer l’égalité dans le contexte de l’époque. Par conséquent, il convenait d’abandonner l’idéologie radicale des origines, liée à la notion rousseauiste de lsouveraineté du peuple. Une doctrine réaliste, adaptée à l’époque et aux traditions régionales supposait que « l’idée de la souveraineté du peuple soit remplacée par celle de la souveraineté de la raison»8. Domingo Sarmiento décrétait que la volonté de la nation « s’exprime uniquement à travers la raison des hommes éduqués »9. De même, pour Esteban Echeverría, auteur du « Dogme Socialiste », seule « la raison collective » devait être souveraine, la volonté collective étant  « aveugle,versatile, irrationnelle »10. Juan Bautista Alberdi, juriste influent, considérait, lui aussi, qu’on ne devait pas associer la liberté à la volonté mais à l’intelligence. Il en déduisait que la souveraineté devait rester l’apanage exclusif des élites, dépositaires de l’intelligence nationale11.

30Avec une sincérité absolue, Alberdi a résumé mieux que quiconque les grandes lignes de cette conception nouvelle du libéralisme. Celui-ci devait « distribuer les libertés économiques à pleines mains » ( liberté d’acheter, de vendre, de travailler, de naviguer, de faire du commerce, de circuler et d’exercer toute industrie licite)12. En même temps, Alberdi réprouvait le « fanatisme naïf  » de ceux qui prétendaient dispenser avec la même générosité les libertés politiques. Celles-ci n’étaient, à son avis, ni nécessaires aux étrangers ni réclamées par eux, alors que le nationaux risquaient de s’en servir pour créer des troubles et satisfaire des ambitions personnelles. Leur accès devait donc être restreint 13 .

31De même, José María Samper, brillant théoricien du libéralisme de la Nouvelle- Grenade, soutenait quelque temps plus tard : « Rien n’est plus dangereux que la domination du nombre, qui triomphe fatalement de l’intelligence et de la vertu. » C’est pourquoi, disait-il, un libéral ne pouvait être qu’un ennemi déclaré de la suprématie des Assemblées législatives, que les Jacobins considèrent comme des corps souverains14. À cette vision jacobine, il opposait la division des pouvoirs, une attention particulière à la protection des minorités et, surtout, le suffrage restreint. Ces mesures, concluait-il, permettraient de mettre un frein à la « tyrannie» et à « l’inconscience» des majorités.

32Pour de nombreux libéraux latino-américains, ce virage vers le conservatisme était le prix à payer pour faire la preuve de leur maturité doctrinale, le tribut consenti aux pratiques en cours qui leur assurerait enfin la stabilité. Mais ce prix, est devenu exorbitant, étant donné leurs faiblesse propres et la voracité de la doctrine dont ils prétendaient se rapprocher. Dans sa transformation progressive, le libéralisme abandonnait définitivement son programme initial et, du même coup, l’appui des couches de la société qui l’avaient porté au pouvoir. Par ailleurs, en embrassant le conservatisme, il se retrouvait dépendant d’une base idéologique et sociale qui n’était plus la sienne et qu’il était incapable de satisfaire.

La trêve politique latino-américaine. Du terrain d’entente entre les libéraux et les conservateurs

33Cette résistance du libéralisme à s’engager sur les aspects égalitaires de sa doctrine explique, la désaffection rapide dont la plupart des administrations libérales ont fait l’objet. Voyons pourquoi les libéraux choisissaient de se rapprocher des conservateurs dès qu’ils pressentaient une crise politique grave. En fait, ce rapprochement leur était facilité par d’importantes concordances théoriques.

34Certes, nous l’avons déjà indiqué, il existait entre le libéralisme et le conservatisme des contradictions difficilement surmontables. Elles concernaient en particulier la neutralité de l’État et, plus généralement, la question des droits individuels ou collectifs. Contrairement aux libéraux, les conservateurs défendaient des positions résolument moralistes qui subordonnaient à leur conception propre du progrès moral l’ensemble de ces droits. Juan Egaña a ainsi affirmé que la liberté d’expression elle-même n’avait rien d’inconditionnel : comme tout autre droit, elle devait être rigoureusement compatible avec « les mystères, les dogmes, la discipline religieuse et les règles de bonne conduite inculqués par l’Église catholique  »15. Ce genre de divergences a provoqué entre les deux groupes des querelles parfois violentes. Cependant, même dans le domaine particulièrement sensible des droits fondamentaux, on pouvait discerner des bases d’entente possible. Les deux parties étaient d’accord pour reconnaître certains de ces droits, le droit de propriété notamment, et la nécessité de les protéger en priorité en utilisant l’appareil coercitif de l’État.

35Leur principal terrain d’entente restait cependant leur conception de l’organisation du pouvoir. Il est vrai qu’entre les libéraux et les conservateurs subsistaient, là aussi, des différences importantes. Les premiers réclamaient non seulement la division des pouvoirs mais leur décentralisation géographique ainsi que l’instauration d’organes de surveillance capables de faire barrage aux ambitions des divers organismes gouvernementaux. Les conservateurs, au contraire, exigeaient la centralisation et la concentration des pouvoirs et se méfiaient des organismes de contrôle qu’ils jugeaient inutilement paralysants. Mais, pour l’essentiel, les uns et les autres se retrouvaient dans une même aversion pour le radicalisme et dans une commune terreur de voir la politique livrée aux caprices de « masses indisciplinées». Cette aversion commune (qui explique d’ailleurs que les rencontres entre libéraux et radicaux aient été plutôt rares) a considérablement facilité le rapprochement entre les deux idéologies. Parfois les libéraux rejetaient (au moins dans leurs discours publics) l’élitisme qui inspirait leurs rivaux mais ils finissaient, en suivant des chemins différents, par arriver à des conclusions similaires. Par exemple, ils ont pu proclamer (contrairement aux conservateurs) l’égalité entre les personnes mais en refusant d’en tirer les conséquences logiques. En avançant des motifs différents, ils étaient d’accord avec eux pour décourager l’activisme des citoyens. Il n’invoquaient pas l’infirmité politique des masses, mais des difficultés circonstancielles : l’incapacité des assemblées nombreuses à discuter calmement des problèmes, leur sensibilité aux arguments démagogiques etc.

36En définitive, les deux groupes étaient d’accord sur un système politique « contre-majoritaire»16. Ce modèle voulait en effet interdire aux majorités d’avoir le dernier mot sur les décisions institutionnelles comme les conceptions les plus radicales l’exigeaient. Ce parti-pris anti-majoritaire commun apparaissait dans l’hostilité que les uns et les autres manifestaient face aux masses en général, en particulier face aux assemblées publiques.

37En pratique les deux groupes se sont découvert une commune vocation pour :

38- limiter les pouvoirs des législatures nationales et locales ;

39- accorder au président du pays des pouvoirs supplémentaires (pour décréter l’état de siège, restreindre les droits et les garanties individuelles, intervenir dans les provinces, nommer et destituer les ministres à son gré, ou refuser les lois votées par les représentants du peuple)17;

40- soumettre les propositions de loi à une révision judiciaire qui permettait aux magistrats de se prononcer en dernière instance sur les décisions de la majorité parlementaire ;

41- restreindre la participation des citoyens dans le domaine judiciaire (ce qu’ils auraient pu faire comme membres d’un jury civil ou pénal);

42- favoriser la constitution du sénat comme organe représentatif des groupes sociaux dominants18;

43- s’assurer que la conduite de la politique étrangère échappe au contrôle de la chambre basse ;

44- promouvoir les élections indirectes, pour affaiblir l’intervention des majorités sur la désignation des principales autorités publiques ;

45- espacer les élections dans le temps, à l’opposé de la proposition radicale de mandats de courte durée ;

46- refuser que l’on impose aux représentants du peuple des «  instructions » précises qui les obligent à respecter le contenu de leur mandat  (ce que complétait le refus d’autres formes de contrôle populaire sur les gouvernants, comme la possibilité de révoquer ces mêmes mandats)19;

47- permettre aux gouvernants en fin de mandat de solliciter leur réélection immédiate,

48contre l’avis de de ceux qui réclamaient la rotation obligatoire des charges ;

49- pousser à l’abolition des « cabildos  », ces conseils qui incarnaient la participation des citoyens au système politique20;

50- pousser à l’abolition ou au démantèlement des corporations d’artisans dont les revendications mettaient en cause le pouvoir du gouvernement21.

51Cette liste non exhaustive illustre le parti-pris anti-majoritaire commun aux libéraux et aux conservateurs et qui allait marquer avec leur accord, les structures institutionnelles. C’est à partir du milieu du siècle que cet objectif contre-majoritaire allait leur assurer un terrain d’entente – un espace où installer la « trêve  » de la politique latino-américaine. C’est dans cet espace que les élites de la région acceptaient désormais de se réunir et de déposer les armes qu’elles avaient autrefois brandies.

Conclusion

52Dans cet article, nous avons exploré le « cycle tragique  »  du libéralisme latino-américain au XIXème siècle. Les libéraux latino-américains, contrairement aux conservateurs, ont fréquemment connu des difficultés considérables pour se maintenir au pouvoir. Conscients de ce fait et désireux d’y remédier, ils ont entrepris dès le milieu du siècle d’élargir leurs bases politiques en se rapprochant du conservatisme. Mais, ce faisant, ils minaient les bases de leur propre doctrine, ce qui, du coup, facilitait le retour d’un conservatisme plus authentique. nous avons soulignés deux facteurs qui pourraient être utiles à l’analyse de ce cycle : le premier concerne les résistances des libéraux à assumer les conséquences égalitaires de leur doctrine ; le second concerne les affinités naturelles entre libéraux et conservateurs. N’excluant absolument pas d’autres facteurs explicatifs, nous avons essayé de faciliter la compréhension de la curieuse évolution suivie par la doctrine libérale dans la région.

Inicio de página

Notas

1 Cf. , par exemple, Vile, M., Constitutionalism and the Separation of Powers, Oxford, Clarendon Press, 1967.
2 Dans la plupart des cas, de toute façon, ces engagements n’ont pas suffi à garantir une complète liberté religieuse – objectif néanmoins poursuivi par de nombreux libéraux.
3 Cf. Collier, S., Ideas and Politics of Chilean Independence, Cambridge, Cambridge University Press, 1967.
4 Bolívar, S., Selected Writings of Bolívar, 2 vols., New York, The Colonial Press, 1951, p.23.
5 Dworkin, R., Taking Rights Seriously, London: Duckworth, 1977.
6 Cf. Halperín Donghi, T., Historia Contemporánea de América Latina, Madrid, Alianza, 1985.
7 Cela ne signifie pas que le libéralisme ait été incapable de défendre, face à des doctrines opposées, les principes qui lui conféraient son identité. Il a, c’est certain, livré de nombreuses et sanglantes batailles contre la domination de Église et celle de l’armée, contribuant largement à l’expansion des libertés civiles dans la région.
8 Ainsi, dans Botana, N. (1996), «La transformación del credo constitucional,” Estudios Sociales, N° 11, 1996, pp. 23-48. (Cet article est reproduit dans ce recueil sous le titre Les transformations du credo constitutionnel en Amérique Latine au cours du XIXe siècle. Note de l’éditeur).
9 Cf. Pérez Guilhou, D., Sarmiento y la Constitución, Mendoza, Fundación Banco de Crédito Argentino, 1989, p. 56-7.
10 Echeverría, E., Dogma socialista de la Asociación de Mayo, precedido de una ojeada retrospectiva sobre el movimiento intelectual en el Plata desde el año 37, Buenos Aires, La Facultad, 1915.
11 Ainsi, dans son «Fragmento para el estudio des derecho». Cf. aussi Pérez Guilhou, D., El pensamiento conservador de Alberdi y la Constitución de 1853, Buenos Aires, Depalma, 1984, p. 84.
12 Ainsi, dans son «Sistema Económico y Rentístico» dans Alberdi, J.B., Obras Selectas, Buenos Aires, Librería La Facultad, 1920, édité par J.V.González, vol. XIV. p. 64-65.
13 Ibíd.
14 Samper, J.M. (1881), Historia de una alma. Memorias íntimas y de historia contemporánea, Bogotá, Imprenta de Zalamea hnos.,1881, pp.486-488. Samper a soutenu alors que, en France, «l’esprit démocratique, toujours exagéré à cause de sa passion pour l’égalité», forçait finalement les Français à choisir entre deux maux possibles,»le communisme et l’envie populaire» ou «le socialisme».
15 Cité dans Collier, S., Ideas and Politics of Chilean Independence, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p 271. Cf. aussi Egaña, J., Juan Egaña. Antología, , Santiago de Chile: Andrés Bello, 1969, édition de Raúl Silva Castro et Donoso, R., Las ideas políticas en Chile, Santiago, Facultad de Filosofía y Educación, 1967.
16 J’ai emprunté la notion de système institutionnel « contre-majoritaire» aux travaux de Bickel sur le pouvoir judiciaire. Cf. Bickel, A., The Least Dangerous Branch, New Haven, Conn., Yale University Press, 1962. J’examine l’évolution de cette perspective en Amérique Latine chez Gargarella, R., «The Legal Foundations of Inequality. The Origins of Constitutionalism in the Americas, 1776-1860”, 2002, inédit.
17 Alberdi, entre autres, a dit qu’en cas de crise grave le président devait être capable d’agir comme un roi tout-puissant. Cf. Alberdi, J. Bases y Puntos de Partida para la Organización política de la República Argentina, Buenos Aires, Rosso, 1960.
18 À ce propos, les premiers projets d’organisation constitutionnelle parus dans la région, sont remarquables. Dans beaucoup de cas, le Sénat devenait directement une chambre corporative, destinée à la représentation des intérêts des différents groupes privilégiés. Les projets les plus significatifs à cet égard ont été ceux qu’a défendus Lucas Alamán au Mexique. Dans sa proposition de 1834, par exemple, le Sénat décida d’inclure, parmi d’autres représentants, ceux de la propriété agricole et industrielle, ceux des intérêts miniers, ceux des professions libérales, ceux de la magistrature, ceux des professions libérales, ceux des manufactures industrielles, ceux de l’administration , ceux de la milice, ceux du clergé, etc. Cf. Alamán, - Alamán, L., Los imprescindibles, México: Mazatlán 1997. La Constitution argentine de 1819 est aussi un bon exemple à ce sujet.
19 Cf. par exemple, les débats sur ce sujet en Argentine chez Chiaramonte, J.C., Ciudades, provincias, Estados: Orígenes de la Nación Argentina (1800-1846), Buenos Aires, Ariel, 1997 et Chiaramonte, J.C., «Ciudadanía, soberanía y representación en la génesis del estado argentino, 1810-1852,” en H. Sábato, coord., Ciudadanía política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, México, Fondo de Cultura Económica, 1999.
20 Cf., par exemple, les cas de Rivadavia en Argentine ou de Santander à la Nouvelle Grenade.
21 Cf. spécialement, les cas de Santander à la Nouvelle Grenade, Rocafuerte en Equateur, Castilla au Pérou. Consulter par exemple, Bushnell, D., El régimen de Santander en la Gran Colombia, Bogotá, Universidad Nacional, 1954; Ayala, E., (ed), Nueva historia del Ecuador, Quito, Grijalbo, 1995, vol.7, Gootenberg, P., «Imagining Development. Economic Ideas in Peru’s «Fictious Prosperity» of Guano, 1840-1880” in J. Love y N. Jacobsen, Guiding the Invisible Hand. Economic Liberalism and the State in Latin America History, New York, Praeger, 1993).
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Roberto Gargarella, « Le cycle tragique du libéralisme latino-américain (1810-1860) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 30 marzo 2017. URL : http://alhim.revues.org/842

Inicio de página

Autor

Roberto Gargarella

Universidad Torcuato Di Tella – Conicet (Buenos Aires)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org