Navegación – Mapa del sitio

République ou monarchie? Rocafuerte, del Río et le système représentatif en Amérique hispanique

José Antonio Aguilar Rivera

Texto completo

1Les Latino-Américains qui, au début du XIXème siècle, ont secoué le joug espagnol avaient en tête une seule forme de gouvernement : la République. À l’exception du Mexique, les nouvelles nations de l’Amérique espagnole se sont donné des constitutions républicaines après leur indépendance. Presque toutes ont proclamé l’existence de droits naturels inaliénables, beaucoup ont établi la liberté de presse et quelques-unes ont adopté les jurys de jugement. Presque toutes ont cherché à protéger ces droits au moyen de la séparation des pouvoirs et en instituant un pouvoir législatif dominant1.

Cette nouvelle partie du monde, a écrit en 1823 l’Équatorien Vicente Rocafuerte, exige un nouveau système de lois, très différent de tout ce qui a été connu jusqu’ici, même s’il repose sur la base éternelle de formes républicaines comme celles de Sparte et d’Athènes. Le système de Lycurgue ne convenait qu’à un grand couvent de moines guerriers et celui de Solon ne pouvait être adapté qu’à un pays aussi petit que l’Attique. Entre le nouveau et l’ancien système républicain, il doit y avoir la même différence qui existe dans la géographie entre l’orgueilleuse hauteur du gigantesque Chimborazo et l’humble élévation du minuscule mont Hymette, entre le bruyant débit de l’énorme fleuve Amazone et le souriant petit ruisseau Céphise2.

2Mais, qu’était exactement ce « système républicain» ? L’histoire de la République en Amérique latine appartient à l’histoire politique de l’Occident. Cependant, l’emplacement qu’elle occupe n’est pas précisément délimité. Dans l’historiographie de la région, le mot «république» signifie seulement une forme de gouvernement antithétique de la monarchie. C’est la conception « épidermique » ou « formelle » du gouvernement républicain. Cependant, il existe une autre notion plus profonde qui nous renvoie à des arguments classiques dans la pensée politique. Cette conception « substantielle » est loin de se borner à une simple antinomie avec les formes monarchiques.

3Essayer d’établir la généalogie du républicanisme latino-américain est un défi pour les historiens des idées. Souvent, on a supposé que les nouvelles nations s’étaient contentées de copier la Constitution des Etats-Unis3. Un argument conservateur, qui a pris naissance au XIXème siècle, attribuait le chaos politique au décalage entre la réalité sociale et des institutions « étrangères ». En fait, ces républiques ont pris plusieurs modèles et les ont combinés de diverses façons. Le résultat n’a pas toujours été cohérent. Dans certains cas, le modèle de la Constitution espagnole de Cadix l’a emporté sur l’exemple américain4. Un trait remarquable du constitutionnalisme de l’Amérique latine à ses débuts a été son urgence. Les assemblées constituantes de ces pays ne ressemblaient pas à celle qui, à Philadelphie, a rédigé la charte des États-Unis. Elles ne jouissaient pas de la tranquillité politique nécessaire à la réflexion. Les congressistes latino-américains ont souvent siégé tandis que des armées insurgées poursuivaient leurs campagnes. Les factions et les guerres civiles tenaient une épée de Damoclès au-dessus de la tête des représentants au moment où ils délibéraient sur les formes institutionnelles qu’allaient devoir adopter leurs nations.

4Parmi les pères de la république en Amérique latine, se détache un groupe d’intellectuels et d’hommes politiques qui, dans la première phase de l’indépendance, ont agi plutôt comme publicistes et théoriciens de la république - en tant que forme générique de gouvernement - que comme constituants dans leurs pays respectifs : ainsi l’Équatorien Vicente Rocafuerte, le Mexicain Servando Teresa de Mier ou le Péruvien Lorenzo de Vidaurre. Cosmopolites et voyageurs, ils ont mené une existence itinérante en Europe, aux États-Unis, à Cuba et au Mexique. Un temps, le point de vue de ces hommes a dépassé les frontières nationales ; ils écrivaient en tant que membres d’une communauté culturelle plus large : l’Amérique latine5. Même si quelques-uns d’entre eux, comme Mier, ont participé ultérieurement à la rédaction de constitutions spécifiques, il est intéressant de souligner ici l’écart entre leurs premiers textes et les processus concrets de construction institutionnelle. Dans l’Amérique espagnole, il y a peu de cas de théorisation politique. En général, les constituants mexicains, colombiens, chiliens, voulaient des manuels pratiques, comme le cours de politique constitutionnelle de Benjamin Constant, et non des traités abstraits comme « l’Esprit des Lois » selon Montesquieu6. Plutôt que de se renseigner sur le meilleur type de régime concevable, ils cherchaient quel était le meilleur type de régime pour eux et comment le faire entrer dans la pratique. Les latino-américanistes, par contre, se voulaient les héritiers des pères fondateurs de la république libérale bourgeoise. Ils avaient entrepris d’insérer l’Amérique hispanique dans la carte du républicanisme. Dans leurs meilleurs moments, ils se sont posé les mêmes questions génériques que leurs prédécesseurs, auxquelles ils ont répondu en faisant appel à des référents théoriques communs à l’ensemble de la tradition politique occidentale. Dans leurs œuvres, on trouve également quelques clés pour comprendre les traits distinctifs qui seront ceux de l’Amérique latine.

République vs. Monarchie

5Dans les nations nouvelles, la république a acquis un sens formel. Elle est définie d’une manière négative : la république est le contraire de la monarchie. Telle quelle, cette opposition est trompeuse car, dans la pensée politique de la fin du XVIIIème siècle et du début du XIXème, ces deux régimes n’étaient pas forcément opposés. Montesquieu avait soutenu, avec toute son autorité, que le trait qui définissait le régime monarchique n’était pas l’existence d’un roi. L’essentiel c’était le principe qui l’animait : l’honneur7. L’Angleterre, bien qu’ayant un roi et pas de constitution écrite, était une république. À l’époque, la distinction se faisait entre, d’une part, les gouvernements constitutionnels limités (monarchies constitutionnelles incluses) et les régimes « serviles » (absolutisme et despotisme) d’autre part. L’autorité du monarque pouvait émaner, soit d’un texte constitutionnel, soit de Dieu. C’est pour cela que, malgré sa simplicité formelle, l’origine de l’antinomie république-monarchie en Amérique latine n’est pas évidente.

6La réponse se trouve peut-être dans les avatars de l’histoire politique espagnole pendant la Restauration. L’incapacité d’établir au cours de cette période une monarchie constitutionnelle a été décisive. Comme l’affirme Rodriguez, les Hispano-Américanistes étaient, au départ, partisans des réformes libérales espagnoles et du régime inauguré par la Constitution de Cadix qui restait celui d’une monarchie8. En théorie, on pouvait être à la fois libéral et favorable à cette monarchie constitutionnelle. Cependant, les principes de Cadix n’ont jamais pu s’imposer en Espagne. La réaction absolutiste du roi et de beaucoup de secteurs de la société espagnole ont empêché la consolidation du gouvernement constitutionnel. Et donc, des Latino-Américains d’opinions politiques différentes se sont retrouvés unis, en tant que libéraux, dans « une virulente opposition à Ferdinand VII ». Ainsi a commencé à s’affirmer l’antinomie république-monarchie qui ferait partie par la suite du lexique de base des Latino-Américains. Le terme « monarchie  » qui, en Europe, pouvait être compatible avec un régime constitutionnel et donc avec la république selon Montesquieu, est devenu synonyme de «monarchie absolue ».

7Dans la deuxième décennie du XIXème siècle, les élites latino-américaines étaient divisées entre les partisans du constitutionnalisme et ceux de l’absolutisme, les libéraux et les conservateurs. Vicente Rocafuerte, héritier d’une grande fortune, a fait son éducation en Espagne et en France. Comme d’autres, il a cru que l’autonomie des colonies américaines pouvait être obtenue dans le cadre de la Constitution de Cadix. La restauration de cette constitution en 1820, suite à la rébellion de Riego, donnait des espoirs.

Les hommes de bonne volonté, écrivait-il, devraient être en train de chercher la pacification de l’Amérique, de façon à créer, animés par l’esprit de la grande famille espagnole et galvanisés par les effets de la Constitution sacrée, des institutions basées sur la compréhension de notre intérêt mutuel, renforcé par les liens puissants de la religion et de la langue communes9.

8Rocafuerte qui, à cette époque, résidait à Cuba, avait été choisi à La Havane par une société secrète pour voyager en Espagne afin de réunir une information fiable sur l’attitude adoptée par les « Cortes » récemment restaurées à l’égard de l’autonomie sud-américaine10. L’Équatorien est arrivé à Madrid en août 1821. Là, il a découvert les divisions entre les vieux libéraux de 1812, qui étaient modérés, et les hommes de 1820 qui se faisaient appeler «exaltés». Les deux groupes avaient confiance dans le triomphe imminent du gouvernement constitutionnel11. Comme Rodríguez l’affirme, « malgré les grosses difficultés que rencontrait la nation, les libéraux américains partageaient avec leurs homologues espagnols la conviction que le gouvernement constitutionnel sauverait l’union»12. Rocafuerte a pris contact avec les députés suppléants pour le Mexique, Miguel Ramos Arizpe, qui venait d’être libéré de prison, et Francisco Fagoaga. Tous deux lui ont assuré que la réconciliation entre la Péninsule et l’Amérique était non seulement possible mais très probable. Le ministre Canga Argüelles, de son côté, l’informait qu’il était impératif de réconcilier l’Espagne et l’Amérique et que le gouvernement s’y employait. Si les séparatistes pouvaient être convaincus d’accepter la Constitution, rien ne s’opposerait plus à la conclusion d’ un accord satisfaisant. Les Espagnols modérés, eux aussi, assuraient à Rocafuerte que les Cortes s’efforceraient de trouver la meilleure façon de concilier les aspirations américaines avec l’unité nationale nécessaire13.

9Cependant, « malheureusement, l’espoir de parvenir à un accord a été anéanti par les dissensions espagnoles. Les absolutistes n’étaient pas prêts à accepter le gouvernement constitutionnel »14. Les libéraux restaient divisés entre modérés et exaltés tandis que la Sainte Alliance menaçait d’intervenir en Espagne. Les âpres dissensions dans le camp libéral et les menaces des puissances européennes,

convainquirent Rocafuerte que ses premières opinions avaient été erronées. Désormais il croyait que le constitutionnalisme serait éphémère. Finalement, les Cortes seraient détruites et l’absolutisme restauré. Il en conclut que le seul espoir d’établir en Amérique un régime constitutionnel libéral résidait dans la séparation d’avec l’Espagne15.

10À ce moment, il se rembarqua pour Cuba.

11Pour l’histoire de l’antinomie république-monarchie, cette conjoncture a été décisive. La monarchie constitutionnelle espagnole avait démontré que ce genre de régime était intrinsèquement instable. Il réunissait des éléments pratiquement incompatibles :  la composante monarchique ne se résoudrait jamais à admettre la légitimité de la constitution. Tôt ou tard, elle tâcherait de renverser l’ordre établi pour instaurer un gouvernement absolu. La limitation des pouvoirs monarchiques était une chimère, qu’on devait écarter en faveur d’une forme « pure » de régime : le gouvernement populaire, la république. L’exemple de Ferdinand VII avait convaincu Rocafuerte que l’on ne pouvait se fier à aucun roi et que seule une république pouvait être au service des nations nouvelles16. Le cas de l’Espagne mais aussi celui de la France conduisaient à cette conclusion. Charles X n’était pas un roi plus avisé que Ferdinand. La Charte de 1814 ne donnait satisfaction ni aux libéraux ni aux ultras. La Révolution de Juillet 1830 allait confirmer l’instabilité intrinsèque de la monarchie constitutionnelle.

12Dans aucun pays américain, le républicanisme n’a eu à faire face à l’alternative monarchique comme au Mexique. L’indépendance une fois acquise, les républicains ont craint, en effet, qu’Agustín de Iturbide n’établisse un gouvernement despotique. Une société secrète de Veracruz, dont faisait partie Carlos María de Bustamante, a demandé de l’aide au groupe de La Havane. Les républicains souhaitaient faire évacuer le plus tôt possible les troupes espagnoles qui s’étaient rendues, afin d’éviter qu’Iturbide ne les utilise. lls demandèrent donc à Rocafuerte de se rendre aux États-Unis pour essayer de leur obtenir des bateaux. Ils lui demandèrent également d’écrire en faveur de la république un traité qui aide à neutraliser les tendances monarchiques dans leur pays. En mai 1821, il partit pour le Nord. À Philadelphie, il rencontra Servando Teresa de Mier et d’autres personnalités. Après une période, brève mais intense, d’immersion dans la société et la culture anglo-américaines, il écrivit le traité que les Mexicains lui avaient demandé : «Idées nécessaires à tout peuple américain qui souhaite être libre».

13Ainsi qu’il est arrivé à Tocqueville dix ans plus tard, les États-Unis ont fortement impressionné Rocafuerte. Son essai commençait ainsi : « Où puis-je trouver des souvenirs plus sublimes, des leçons plus héroïques, plus dignes d’imitation et des exemples plus proches de notre actuelle situation politique que dans cette fameuse Philadelphie ? »17. Après avoir cité la déclaration d’Indépendance des États-Unis, Rocafuerte l’a célébrée comme « le véritable décalogue politique ». Leur exemple était pour lui lumineux. Il n’en pensait pas autant de la France.

Les Français ont été enthousiasmés par la noble idée de la souveraineté populaire, ils se sont soulevés contre la tyrannie et ont planté des arbres de la liberté qui auraient prospéré dans cette belle France comme ils l’ont fait en Amérique s’ils les avaient entourés de patriotisme, de vertu et de piété. Mais, malheureusement, cette même révolution française qui aurait dû mettre en oeuvre, développer et ancrer dans le monde la cause universelle de la liberté, a retardé son avènement pour de longues années18.

14La Terreur avait « souillé la statue de la liberté en la couvrant d’obscénités indignes et l’avait maculée de sang par ses crimes atroces ». De cette façon, elle l’avait rendue « haïssable à une grande majorité de l’espèce humaine, massivement naïve et aveugle, mais noble, généreuse et honnête » 19. Les résultats avaient été, en définitive, à l’encontre de ce qu’elle s’était proposé: « De nombreux Européens se sont repliés sur l’ancien absolutisme parce qu’ils n’ont vu, dans la révolution, que des tigres ». La morale de l’histoire était claire pour l’Amérique espagnole en général et en particulier pour le Mexique : Napoléon, « fils, on peut le dire, de la révolution, aurait pu la terminer glorieusement en donnant à ce pays une constitution libérale.» Cependant, le monde progressait :

Il ne faut pas hésiter, la victoire est certaine malgré la lutte qui se poursuit chaque jour entre l’ignorance et le savoir, la superstition et la religion, les ténèbres et la lumière, l’arbitraire et la légalité, les caprices et la justice. Les lois constitutionnelles sont les authentiques fondements d’une auguste liberté : lorsque les peuples du monde auront définitivement adopté lesystème représentatif, ils avanceront à pas de géant vers le bonheur20.

15Rocafuerte a également défini des étapes du progrès politique. Le mal absolu était évidemment la monarchie absolue. Mais ce point-là était en fait peu discuté. Il était nettement plus difficile de disqualifier l’idée d’une monarchie constitutionnelle qu’acceptaient nombre de libéraux des deux côtés de l’Atlantique. Les citoyens des États-Unis n’avaient pas eu à faire face à ce problème puisque, lorsqu’ils ont créé leur république, il n’existait pas de monarchies limitées par des constitutions écrites. Le cas le plus proche était celui l’Angleterre, où les libertés étaient le produit historique de la coutume et du bon usage. Pourquoi, théoriquement, un gouvernement constitutionnel « modéré », suivant le langage de l’époque, serait-il inacceptable dès qu’il serait présidé par une tête couronnée ? Si, comme, l’affirmait Montesquieu, il était animé par le principe des républiques, pourquoi les libéraux le rejetaient-ils violemment ? La réponse était pragmatique : ce genre de gouvernement coûtait cher:

Les Européens eux-mêmes, étant intéressés à connaître et à censurer les dépenses de leurs gouvernements, voulant dans la mesure du possible épargner le fruit de leurs soucis et de leur dur labeur, finiront par comprendre qu’il est absurde qu’un peuple jeûne et souffre de privations pour donner une rente de 2, 3 ou 4 millions de douros à des rois constitutionnels prétendument légitimes, comme ceux de la France, de l’Angleterre ou de l’Espagne. Ils feront la comparaison entre les gaspillages de ces monarchies et l’admirable économie du gouvernement américain, ils verront en pratique que, pour gouverner de grandes nations, on n’a besoin ni de familles privilégiées, ni de couronnes, ni de croix, ni de titres, ni d’une horde de courtisans, qu’il suffit d’un responsable du pouvoir exécutif, d’un président comme celui des États-Unis... Ils comprendront finalement que le gouvernement le plus parfait est l’américain, celui où l’homme jouit aux moindres frais des plus grands avantages de la société. Et comme l’espèce humaine tend naturellement vers la perfection, l’époque viendra où tous aspireront à échanger leurs monarchies constitutionnelles pour des gouvernements à l’américaine, tout comme aujourd’hui ils aspirent à échanger leurs royautés despotiques pour des monarchies constitutionnelles21.

16Entre les lignes de cet argumention pragmatique, on peut deviner une position de principe. Pour Rocafuerte, il ne pouvait pas y avoir de doute sur l’origine de la légitimité politique : ou elle était dans la royauté, et d’origine divine, ou elle était dans le peuple, et alors républicaine. Reconnaître l’une d’elles impliquait le refus de l’autre. La légitimité, tout comme la souveraineté, ne pouvait faire l’objet d’un partage équitable dans quelque compromis constitutionnel. Ou bien elle émanait du peuple ou bien du roi. Puisque de nombreuses constitutions écrites reconnaissaient explicitement que la souveraineté résidait dans le peuple, la présence d’un roi y était, dans le meilleur des cas, une anomalie. Une survivance absurde et stérile. L’humanité passait de la monarchie absolue à une étape intermédiaire et imparfaite, celle de la monarchie constitutionnelle avant de parvenir au stade supérieur, celui du gouvernement « américain », c’est-à-dire de la république représentative. Pour l’Amérique espagnole la conclusion s’imposait :

Alors que l’Europe aspire à se délivrer de ses chaînes et à rejeter le pesant fardeau de ses rois pour adopter le système économique du gouvernement américain, ne serait-ce pas le comble de la bêtise, pour nous qui voulons aujourd’hui former un bon gouvernement, que de nous détourner de ce modèle admirable, nous entêtant à lui préférer les institutions barbares, ridicules et vétustes d’une Europe délabrée ? Ne serait-ce pas un crime contre la patrie que d’étouffer, dans le berceau même de l’indépendance, la liberté à peine née, en implantant chez nous des formes archaïques qui se réclament du réalisme ? Ne mériterions-nous pa de faire l’objet de l’exécration universelle si nous freinions les progrès de la civilisation en préférant le faux éclat d’une mesquine couronne impériale aux sublimes institutions qu’ont laissées Franklin, Hancock, Hamilton et cette pléiade de grands hommes dont la sagesse sera toujours admirée dans le monde ?22.

17La modernité était indubitablement américaine. Mais qu’exigeait précisément ce régime des sociétés où il venait s’implanter ? Était-il universellement valable ? Quelles étaient les conditions sociales, politiques et économiques de la république ? Les États-Unis n’étaient-ils pas un simple accident historique, l’exception qui confirme la règle ? Rocafuerte ne pouvait ignorer ces questions qui représentaient autant d’objections implicites à son programme et il a donc choisi de les expliciter:

ll me semble entendre déjà l’Égoïsme paré du titre de comte, de marquis, d’évêque, de chanoine ou de régent proclamant comme un oracle que toutes ces théories sont très belles, mais sur le papier; qu’elles sont uniquement applicables à des populations aussi placides que celles de l’Amérique du Nord, déjà préparées à s’y conformer par la sage constitution anglaise ; qu’elles sont totalement impraticables pour un peuple essentiellement religieux comme le nôtre, habitué aux maximes du pouvoir absolu de Rome et de Madrid; que Solon lui-même a dit aux Athéniens qu’il ne leur donnait pas les meilleures lois mais celles qui s’adaptaient le mieux à leur caractère et aux circonstances; que notre position politique, notre population hétérogène et notre ignorance n’admettent d’autre forme de gouvernement que la monarchique, dont l’excellence est prouvée par l’expérience des siècles et par le bonheur de nos ancêtres23.

18Rocafuerte affrontait ici ce que les sociologues modernes appellent « l’argument culturaliste»: le fonctionnement des institutions politiques formelles dépendrait, non de leur structure et de leurs buts, mais des traditions, des valeurs et des usages en vigueur dans le pays. Cet argument a joui - et jouit encore - d’une immense popularité lorsqu’il s’agit d’expliquer le retard politique de l’Amérique latine.24 Comment Rocafuerte répondait-il à «ces ridicules sophismes dont se sert l’ambition rusée pour abuser les naïfs ? » À son avis, le problème était déjà tranché «en faveur du gouernement du peuple ». La stabilité et la prospérité des Etats-Unis le prouvaient : « Depuis cinquante ans, le Génie de l’Indépendance nous désigne la constitution des États-Unis comme l’unique espoir des peuples opprimés, l’unique flambeau indiquant à l’humanité le chemin du bonheur »25. La décadence de la monarchie était la conséquence du progrès scientifique : « comment les fausses certitudes de la royauté auraient-elles résisté à l’examen rigoureux de cet admirable intelligence contemporaine qui est parvenue à analyser l’air, l’eau et la terre ? ». Aux anciens temps de «l’ignorance crasse», les monarchies avaient pu être d’une certaine utilité. «Il était moins onéreux pour le peuple d’avoir un maître appelé roi que d’être en proie aux exactions d’une troupe de bandits qui, portant le titre de comtes ou de barons, se croyaient autorisés à commettre toutes sortes de crimes». Par la suite,

les monarchies sont entrées en décadence au fur et à mesure que la lumière de la civilisation faisait progresser l’homme dans la connaissance de sa nature physique et morale. L’éclat de la philosophie, comme un autre soleil, a dissipé graduellement les ténèbres qui enveloppait les trônes jusqu’à ce que leurs fondations pourries apparaissent au grand jour : leur fragile existence ne tenait en fait qu’au poids de la coutume et à la vieille habitude du despostisme; s’ils se maintiennent encore, c’est à la façon des arbres que protègent, dans notre Amérique, des forêts impénétrables 26.

19Les pères fondateurs de l’Indépendance aux États-Unis

se sont employés à montrer les fatales conséquences du gouvernement monarchique... Dans des écrits concluants, ils ont mis en évidence les vices radicaux de la constitution anglaise; et ils ont prouvé irréfutablement que la monarchie britannique, pourtant reconnue comme la moins néfaste dans les annales de l’histoire, restait un système de gouvernement monstrueux27.

20D’après Rocafuerte, c’est Thomas Paine qui a contribué « plus qu’aucun autre à arracher au réalisme le sceptre du despotisme ». Les textes fondateurs des États-Unis allaient avoir, selon Rocafuerte, un effet édifiant sur les Latino-Américains. C’est pour cela qu’il a traduit et inclus dans ses Ideas necesarias, l’ouvrage de Paine, Common sense, ainsi que la déclaration d’Indépendance et un discours prononcé par John Quincy Adams à l’occasion de l’anniversaire de l’émancipation nationale. La pierre de touche du système « américain » était sa constitution. Rocafuerte exhortait donc les Latino-Américains à « imiter dans la mesure du possible cette excellente législation ». Pour l’Équatorien, « aucune partie du globe n’a, plus que la nôtre, le besoin impérieux de s’imprégner de l’esprit libéral des Etats-Unis » 28. Le républicanisme de Ideas necesarias différait du républicanisme des cités antiques et il n’opposait pas la vertu au commerce. La justification de l’égalité juridique n’était pas l’esprit civique :

Le goût du commerce est le compagnon inséparable de la liberté et de la richesse nationales ; il ne peut exister que sous les auspices de gouvernements libéraux, comme le prouve l’histoire commerciale de la Hollande, des villes Hanséatiques, des États-Unis, de l’Angleterre et des républiques de Gênes et de Venise29.

21En général, Rocafuerte évite dans cet ouvrage le mot de « république», comme s’il avait une connotation archaïque indésirable. Il lui préfère des termes comme « gouvernements libéraux», « gouvernement américain », « gouvernement populaire» ou « système représentatif». «Ideas necesarias a todo pueblo americano que quiera ser libre» fournit un bon exemple de l’admiration précoce éveillée chez les Latino-Américains par les États-Unis et leur système politique. Selon Mecum, Rocafuerte, convaincu que l’Amérique espagnole devait suivre cet exemple, croyait apparemment - comme d’autres républicains libéraux et, particulièrement, les enthousiastes latino-américains – qu’il suffirait, pour changer le cours de l’évolution politique d’offrir la traduction en espagnol de quelques documents fondamentaux, qui étaient à leur tour l’aboutissement d’un long développement et d’âpres discussions à l’intérieur de la nation qu’il souhaitait proposer comme modèle à la patrie30.

La démocratie en Amérique

22Le couronnement d’Augustin d’Iturbide comme empereur du Mexique fut un grave revers pour le camp républicain. Des États-Unis, Rocafuerte partit pour Mexico où il retrouva de vieilles connaissances comme Miguel Ramos Arizpe, Servando Teresa de Mier et d’autres opposants au régime. La légation de la Grande Colombie devint le centre des opérations de ceux qui conspiraient pour renverser l’Empire. Craignant que les Etats-Unis ne se décident à reconnaître le gouvernement d’Iturbide, les républicains confièrent à Rocafuerte la mission de s’y rendre pour s’opposer à une reconnaissance diplomatique, organiser, si possible, une invasion partant de là, et publier, enfin, un pamphlet solidement étayé contre le nouvel empereur.31 Rocafuerte quitta la capitale le 6 août 1822. À Veracruz, il s’embarqua secrètement pour La Havane. Là il écrivit : « Bosquejo ligerísimo de la Revolución de México, desde el grito de Iguala hasta la proclamación imperial de Iturbide », qu’il signa : «un vrai Américain» 32. Le pamphlet, bien qu’édité à Cuba, était censé être imprimé à Philadelphie par « Teracrouef», anagramme de Rocafuerte.

23Le « Bosquejo» retraçait les débuts de la révolution du Mexique, de l’Appel d’Iguala au couronnement d’Iturbide. Il inclut beaucoup de documents que l’auteur avait reçus de ses amis républicains. Dans ce pamphlet, Rocafuerte affirmait qu’Iturbide était « un tyran dépravé et sadique qui avait traîtreusement conspiré pour arriver au trône. Il se proposait de démontrer que ce que les Mexicains voulaient et méritaient, c’était la république» 33. La majeure partie du « Bosquejo», axée sur l’historique, sort du cadre de notre propos actuel. Cependant, là aussi, Rocafuerte présente quelques idées qui aident à mieux comprendre sa théorie du républicanisme. Celle-ci part de l’infirmité républicaine de l’Europe. Des fardeaux séculaires ont empêché cette forme de gouvernement de s’y épanouir :

Les sages dispositions conçues en Europe par de rares talents qui, là-bas, n’ont pu briller dans toute leur splendeur en raison des entraves politiques médiévales auxquelles étaient soumis tous les royaumes, pouvaient être vérifiées chez nous dans leur plénitude. Point d’ invasions de puissances voisines, d’arrogance de têtes couronnées, de pactes de famille, de réseaux d’intérêts ; en un mot, l’Amérique n’avait aucun obstacle à contourner pour se donner la meilleure forme de gouvernement connue à partir du moment où le lien faible et périssable qui l’unissait à l’Espagne était rompu. Politiquement et naturellement libre et indépendante, elle se retrouvait maîtresse absolue d’elle-même et arbitre de sa propre destinée. Quelle chance unique s’offrait à elle de mettre en pratique les grands principes du libéralisme découverts, formulés et développés par Montesquieu, Mably, Filangieri, Benjamin Constant, Franklin et Madison !34.

24Rocafuerte se devait de réfuter l’argumentl des partisans d’Iturbide qui faisait de la monarchie constitutionnelle une étape indispensable. Les royalistes, expliquait-il dans son pamphlet, espéraient, l’indépendance nationale une fois acquise,

ancrer dans les esprits l’idée que le seul gouvernement convenable pour le Mexique était, dans l’immédiat, une monarchie constitutionnelle modérée qui préparerait les voies à la république. Celle-ci, prétendaient-ils, ne pouvait être établie en l’absence de culture politique et de vertu civique ; le peuple mexicain en étant encore dépourvu à cause de l’oppression dans laquelle il avait vécu, l’instauration d’une république laisserait le champ libre aux ambitions particulières, ce qui conduirait infailliblement à l’anarchie. Mettons plutôt en place une monarchie modérée : sous sa protection, les citoyens pourront acquérir les lumières et les vertus indispensables et s’achemineront alors vers la république. Les républicains, pour leur part, affirmaient qu’aucune république n’a pu compter à sa naissance sur ces lumières et ces vertus qui ne se développent que lorsqu’elle est déjà constituée et consolidée. Les exiger comme préalables à l’instauration de la république revient à s’enfermer dans un cercle vicieux : on voudrait que ce qui est en réalité un effet produise sa propre cause. Que le patriote clairvoyant se contente de déceler dans le peuple un terrain favorable pour semer et faire fructifier ces germes de progrès : il n’en faudra pas plus pour que fleurisse une république qui, en peu de temps, sera digne d’admiration. Ce système est celui qui convient le mieux à notre siècle et à notre Amérique, dans le véritable esprit du monde libéral35.

25Rocafuerte pose admirablement le problème, toujours actuel, de savoir si la culture « civique» engendre des institutions démocratiques ou si c’est le fonctionnement de ces institutions qui engendre dans la société une culture démocratique. Il était clair pour lui que les institutions étaient la « variable indépendante », tandis que « les lumières et les vertus » étaient la «variable dépendante ». Il croyait, tout comme les institutionnalistes contemporains, que la culture démocratique n’est pas un préalable nécessaire au fonctionnement d’une république moderne. Il faut dire que ce raisonnement, contraire aux thèses culturalistes actuelles, s’opposait aussi à la théorie républicaine classique, où la vertu civique était l’axe directeur de la république. Comme celle-ci n’existait pas dans les nations de l’Amérique latine - Rocafuerte ne se berçait pas d’illusions sur la vertu civique de ses compatriotes - il lui fallait rompre avec le républicanisme classique. Et non seulement celui-là, mais aussi sa réinterprétation par Montesquieu. Pour ce dernier, les coutumes d’un peuple, sa situation géographique, déterminaient la forme de gouvernement qui serait la meilleure pour lui. En outre, il affirmait que le principe des républiques était la vertu. Il faisait donc obstacle à l’argumentation selon laquelle le républicanisme était à la fois souhaitable et possible dans toutes les nations de l’Amérique Latine.

26L’autorité de Montesquieu était invoquée à l’encontre du principe d’une constitution fédérale. Les antifédéralistes soutenaient qu’un grand pays ne pouvait pas être une république : le gouvernement représentatif, seul adapté aux dimensions d’un vaste territoire, deviendrait vite une oligarchie autonome, éloignée des intérêts des populations. La structure de gouvernement prévue était la même pour des régions comme le Nord et le Sud, aux climats fort différents. La séparation des pouvoirs que prévoyait la Constitution n’était pas complète non plus. Les antifédéralistes croyaient que les colonies étaient de petites sociétés de style classique et que «la vertu égalitaire ne pouvait subsister qu’à travers des arrangements politiques où la souveraineté du peuple pourrait s’exprimer de façon directe et participative, où la distance entre l’électeur et son représentant serait étroite. »36 La réponse des fédéralistes à ces arguments était que le nouvel ordre constitutionnel serait, dans tous les domaines, supérieur aux autres gouvernements républicains, notamment à ceux de l’Antiquité. Il serait intrinsèquement meilleur parce qu’il offrirait à ses citoyens une stabilité et une liberté sans précédent. Ce n’était pas malgré la taille du territoire mais précisément à cause d’elle que le régime républicain s’imposait. Sans royauté ni noblesse héréditaire, sans constitution mixte, on aurait un état entièrement populaire basé sur le consentement des gouvernés. Les divergences entre citoyens s’équilibreraient de telle manière qu’aucune faction ne parviendrait à réduire les autres à la soumission et à détruire ainsi la république comme on l’avait vu dans les cités antiques37.

27Une partie de l’héritage de Montesquieu allait être reprise par les Américains du Nord, une autre serait réinterprétée et une autre rejetée. Bien que - Bernard Manin l’a récemment démontré - Montesquieu entendît par vertu quelque chose d’assez différent du concept classique, puisqu’il n’était pas absolument opposé à l’idée du commerce, Vicente Rocafuerte, comme bien d’autres, l’avait lu à la lumière du républicanisme classique.38De plus, la simple idée qu’une monarchie - l’Angleterre - puisse être en fait une république était contraire à ses principes. Aussi, l’Équatorien expliquait :

Le profond Destutt de Tracy et le constituant Madison ont victorieusement combattu le brillant système du grand Montesquieu qui présente l’honneur comme base de la monarchie et la vertu comme base de la république : cet admirable écrivain est tombé, tout comme Rousseau, dans l’erreur de son siècle en prétendant que les républiques ne peuvent naître et durer que dans des pays petits et vertueux, erreur persistante dans le système politique européen, qui trouve peut-être son origine dans ces célèbres paroles de Tacite : « Non cunctas nationes et urbes, populos aut primores, aut singuli regunt : delecta ex his, et constituto republica forma, laudari facilus quan evenire, vel si evenit auddiutama esse potest. « Si Tacite avait connu l’admirable mécanisme du système représentatif moderne, si, sortant du temple de l’immortalité en compagnie de Montesquieu et de Rousseau, il avait pu, sur les ailes de la renommée, s’envoler jusqu’à Washington, il s’écrierait plein d’enthousiasme : voici le gouvernement, voici l’harmonie politique, la stabilité sociale que mon génie avait aperçus très loin à l’horizon et que je croyais irréalisables39.

28On doit faire plusieurs remarques sur cette reconstruction d’une pensée politique. Montesquieu ne songeait pas à restaurer une république classique. Comme Manin et Shklar le démontrent, il considérait que

la république, comme forme politique, n’avait pas de place dans l’ère moderne. Elle appartenait au passé. Elle avait été admirable à son époque mais elle n’était plus, désormais, qu’un objet de curiosité et d’étude scientifique, nullement un exemple à suivre. À la différence de Machiavel, il n’a jamais rêvé d’un nouvel ordre politique susceptible de remplacer la monarchie40.

29Pour l’Europe, le modèle était désormais une démocratie représentative tolérante, commerçante et pacifiste, sous le titre de monarchie. La référence à Tacite est, elle aussi, équivoque puisque la Constitution des États-Unis ne suivait nullement le modèle de la constitution mixte, mais établissait fermement le principe de la souveraineté populaire. Cette « harmonie politique  » n’avait rien à voir avec le mélange de monarchie, d’aristocratie et dedémocratie qui caractérisait la république romaine.

30Dans le Bosquejo, ont trouve aussi de nouveaux arguments contre la monarchie constitutionnelle. Dans les Ideas, Rocafuerte avait insisté sur le coût élevé des Cortes. Il ajoute ici que la monarchie tempérée est en équilibre entre despotisme et liberté. Et cet équilibre est instable : « Si l’un de ces extrêmes domine tant soit peu, le gouvernement va nécessairement changer. Que l’absolutisme ou le pouvoir royal l’emporte, il deviendra une monarchie absolue; que la liberté ou le peuple l’emporte, il deviendra une république  ». Le corollaire de cette affirmation retourne l’objection sur les préalables culturels nécessaires à l’instauration d’une république pour s’en servir contre les monarchistes :

De ceci il résulte qu’il faut autant et peut-être plus de lumières et de vertus dans une monarchie réellement modérée que dans une république. Dans celle-ci, l’individu doit réprimer son ambition personnelle ; dans celle-là il doit non seulement réprimer cette ambition mais contrer celle du Roi. Si les esprits, au Mexique, ne sont pas prêts à vivre harmonieusement une république, comment seraient-ils capables de maintenir l’équilibre nécessaire à une monarchie modérée ? N’importe lequel des deux régimes doit être absolu, étant donné que le peuple est ignorant41.

31Le roi, à cause de cette ignorance, « deviendra rapidement un tyran en dépit de toutes les constitutions libérales qu’on pourra inventer » 42. Mais le peuple « soumis » n’est pas condamné à la tyrannie  :

grâce aux admirables inventions contemporaines qui favorise tant la civilisation, il est plus facile pour ceux qui sont réellement éclairés d’avoir accès aux lumières. Les bons patriotes  auraient des éléments suffisants pour jeter les premiers fondements de la république. Éclairez l’opinion grâce à la liberté d’expression, de la presse, des sociétés patriotiques, de publications républicaines et vous verrez comment le nouveau système établi aux États-Unis fera ici de rapides progrès43.

32La monarchie anglaise, affirmait Rocafuerte, « la moins mauvaise de toutes, est un système de gouvernement très inférieur à celui de l’Amérique du Nord » 44. L’Europe, à la différence du Nouveau Monde, est divisée entre grands propriétaires et prolétaires. Là, pour conserver le trône, les monarques ont besoin de l’appui d’une noblesse héréditaire. En Europe,

la noblesse n’est pas seulement prestigieuse, elle exerce un pouvoir très réel à cause de ses importantes propriétés terriennes, elle exerce les premières charges dans la nation comme on peut le voir en Angleterre, elle se distingue par l’excellente formation politique qu’elle reçoit et forme ainsi un corps intermédiaire entre la suprême hauteur du trône et le vil peuple45.

33En Amérique, « on ne retrouve pas, heureusement, la même inégalité de fortunes que l’on observe en Europe ». La population s’y éparpille sur un territoire très étendu par rapport au nombre d’habitants. C’est pour cela que « le pouvoir de la noblesse, très effectif en Europe, n’est qu’apparent en Amérique ». Comme on le voit, d’un ouvrage à l’autre, l’argumentation contre la monarchie constitutionnelle va en s’affinant. La tâche historique des libéraux européens et américains n’est pas la même. « Un politicien européen vraiment éclairé et patriote ne peut songer actuellement qu’à affermir les principes libéraux d’une monarchie constitutionnelle » puisque « une funeste inégalité sociale empêchera l’Europe pour longtemps encore de jouir des bienfaits d’un gouvernement républicain ». Par contre, « un authentique penseur politique du Nouveau Monde », devrait chercher « sur le sol vierge de l’Amérique et dans l’esprit civique de ses habitants, la pureté des principes républicains ».46

34En réalité, les notions essentielles auxquelles se réfère Rocafuerte se trouvaient chez Locke, Rousseau et Montesquieu. Ce sont les abstractions de l’état de nature et du contrat social qui définissent, dans une certaine mesure, sa pensée, plutôt que les exemples de l’Antiquité. L’écho de Rousseau qui déclare que la liberté consiste à obéir aux lois que l’on s’est données, on le retrouve dans les lignes suivantes :

Dans les monarchies tous travaillent pour une famille; dans les républiques, personne ne travaille pour d’autres ; dans celles-là on remarque une grande différence entre les princes et les nobles, entre les nobles et les plébéiens, entre les divers statuts et privilèges ; dans celles-ci il n’y a pas de distinctions, tous sont égaux devant la loi. Dans les monarchies, le peuple est toujours esclave ou traité comme une bête de somme. Dans les républiques le peuple, tantôt monarque tantôt sujet, jouit de cette égalité sociale que la nature recommande : il est monarque quand il fait les lois, crée des magistrats et choisit des juges ; il est sujet quand il obéit aux lois qu’il s’est données, et, qu’il soit absous ou condamné, la sentence est prononcée par des juges intègres auxquels il a fait confiance et qu’il a élus47.

35Ainsi, le système colombien

respecte avec constance une égalité pleinement conforme à celle de la nature, qui n’attribue aucun signe distinctif au roi, au noble, ni au plébéien. Tous naissent également nus, tous sont également sujets à des maladies, à des malheurs, aux agressions de la nature, tous meurent et finissent par servir de pâture aux vers ou aux poissons, tous sont égaux en tout et pour tout. Donc ils doivent être égaux aussi devant la loi, comme ils le sont sous le regard de Dieu48.

Le retour de la monarchie

36Mais le système colombien n’allait pas convaincre tous les Latino-Américains, même pas les Colombiens. Vers 1829, au déclin de la carrière de Simón Bolivar le Libérateur, l’idée d’une monarchie constitutionnelle était revenue en force. Deux décennies de crises avaient fait douter les Colombiens de la validité du régime républicain célébré par Rocafuerte. L’échec des schémas constitutionnels et le problème du « caudillismo » décourageaient ses partisans. Dans ses « Meditaciones colombianas »(1829), Juán García del Río écrivait :

Nous devons chercher des structures dans lesquelles les prérogatives du magistrat soient respectées au même titre que les droits du citoyen. Notre organisation sociale, ainsi améliorée, pourra se débarrasser de ce qui fait obstacle à l’action du pouvoir, tout en donnant au peuple des garanties plus solides. Il faut, en somme (et je le dis en prenant du recul) ou bien adopter la monarchie constitutionnelle ou bien nous en rapprocher dans la mesure du possible49.

37La justification de ce retour à l’idée monarchique était double. D’une part , on avançait des raisons pragmatiques. La désintégration politique et les luttes de factions avaient suscité une aspiration générale à la paix et à l’ordre. Et donc,

les esprits pacifiés sont persuadés aujourd’hui que ce qui fait la valeur de tout système politique, c’est son aptitude à combiner dans de justes proportions l’ordre et la liberté. (......) Il faut veiller surtout à qu’il existe des garanties réelles pour la sécurité des personnes et des propriétés, ainsi que pour une meilleure administration de la chose publique. Ce qui importe, quelle que soit la forme de gouvernement adoptée, c’est que la voix de la nation ne soit pas réduite au silence par la force physique, que le despotisme ou l’anarchie ne se substituent pas à la liberté, que le règne du sabre ne nous prive pas des bienfaits d’une constitution stable et des espoirs de la civilisation50.

38D’autre part, le plaidoyer pour la monarchie s’appuyait sur un historique des formes de gouvernement.

 Je juge inutile de m’attarder sur les républiques de l’Antiquité et du Moyen Âge : je doute en effet que même les plus ardents partisans du système républicain souhaitent voir leur patrie dans les conditions politiques qui ont été celles d’Athènes ou de Sparte, de Rome ou de Carthage, de Florence ou de Venise. Que trouvons-nous, en vérité, dans l’histoire de ces états ? Toutes les passions humaines enflammées par de puissants intérêts, des crises et des guerres incessantes, la foule faisant la loi sur les places publiques, la force créant la majorité, les démagogues raflant les suffrages et d’autres ambitieux s’emparant du pouvoir par la ruse51.

39Après Constant, del Río se demandait :

Qu’y a-t-il de commun entre la situation des peuples anciens et celle des peuples modernes, compte tenu des progrès du commerce, des lumières et de la civilisation ? L’histoire ancienne est sans doute très instructive et nous devons y avoir recours continuellement pour mieux comprendre l’humanité et son évolution, mais il est impossible d’appliquer les principes des époques lointaines à notre siècle52.

40Pour del Río, le terme de « gouvernement représentatif » est équivoque car il laisse penser que les représentants ont des obligations à l’égard de leurs représentés. Il préférait parler de gouvernement « délégataire ». Selon lui, l’adjectif « représentatif » est trompeur et n’exprime pas la nature du gouvernement que la Charte a institué en France et qu’adoptent actuellement les pays libres.

Une représentation suppose une action délibérante et des instructions de la part de ceux qui les désignent à leurs porte-parole. Un roi peut être représenté par ses ambassadeurs ; une petite république par ses députés ; mais un grand peuple, en désignant des délégués, renonce du même coup au droit de délibérer directement sur ses intérêts, et donc d’être représenté. Ses députés sont revêtus de son autorité, ce sont des délégués auxquels on a convenu de se référer. Il n’est pas question de les chasser, de les désavouer, de leur donner des ordres, ni même de les renouveler pendant la durée de leur mandat. Ce peuple a ainsi renoncé à toute intervention immédiate dans ses propres intérêts, dont il a confié la garde à ses délégataires et à l’organisation qui les rassemble. Ce sont des arbitres auxquels il s’est soumis, et non de simples mandataires de sa volonté. Il a fait ce sacrifice pour que, dans toutes les questions qui pourraient prêter à dissension, les parties adverses s’inclinent devant cet arbitrage afin d’éviter les violences inséparables, dans tout grand pays, d’une confrontation directe53.

41La distinction entre démocratie et gouvernement représentatif était une donnée de base des élites de l’époque54. Pour del Río, le gouvernement représentatif offrait une solution intermédiaire entre les désordres de la démocratie et l’immobilisme de la tyrannie. « Il corrige toutes les tares de l’organisation sociale  ». Ce qui est remarquable chez cet auteur, c’est sa volonté d’établir des distinctions entre les divers régimes représentatifs. Il reconnaissait que la Grande-Bretagne, les États-Unis, les Pays-Bas et la France avaient tous adopté ce mode de gouvernement. Mais la question était : « Quelles sont les différences essentielles entre les institutions de ces pays ? » 55. Comparant la Grande-Bretagne aux États-Unis, il estimait qu’en Amérique, la liberté individuelle reposait sur les mêmes fondements qu’en Angleterre : l’habeas corpus et les jurys de jugement . Le gouvernement américain n’était qu’une copie de l’anglais :

Assistez aux sessions du Congrès et à celles des législatures des états particuliers ; suivez les débats au moment de l’élaboration des lois : où prend-on les citations, les analogies, les exemples ? Dans les lois et les usages de la Grande-Bretagne, dans les règles de son parlement. Entrez dans les tribunaux : quelles autorités cite-t-on ? Les statuts, les sentences, les décisions judiciaires des tribunaux anglais56.

42Il s’agissait, dans les deux cas, de gouvernements représentatifs.

43À la différence de Rocafuerte et de toute une génération de libéraux latino-américains du XIXème siècle, del Río donnait la préférence à l’Angleterre. Pour cela la dichotomie république-monarchie était un obstacle. Il en a donc formulé une autre : monarchie-démocratie. Tandis que la première concernait le type de gouvernement, la seconde concernait l’état social. En effet,

on croit à tort que les mots monarchie et république sont incompatibles. Mais, pour tout homme qui réfléchit, il est clair que, dans la monarchie représentative de l’Angleterre, il y a quelque chose de républicain, tout comme il y a quelque chose de monarchique dans le pouvoir exécutif des Américains57.

44Les deux systèmes ne se distinguaient que par « la permanence héréditaire de la magistrature suprême et par la composition et le fonctionnement de la Chambre haute ». Cependant, la monarchie présentait un avantage additionnel par rapport aux gouvernements « démocratiques» : elle évitait les troubles liés aux élections. Même chez un « peuple moral et intelligent » comme celui des États-Unis,

l’exercice d’un droit aussi important que l’élection du premier magistrat bouleverse l’ensemble du corps politique. Quelle agitation ! Quel affrontement de tous les intérêts ! Quel déchaînement de toutes les passions ! Avec quelle violence, quelle malignité, quel goût du scandale, le sanctuaire de la vie privée est-il soumis à des attaques effrénées  ! (...) Mais il ne faut pas croire que cela se produise uniquement lors des élections du président et de son vice-président : à chaque renouvellement des instances exécutives et législatives des différents états, le peuple est en proie à la même fièvre, avec les mêmes atteintes scandaleuses à la morale, et au détriment de la prospérité publique à cause de la suspension des travaux industriels et scientifiques58.

45Pour del Río, il était faux que le gouvernement monarchique soit plus dépensier, plus épris de luxe et d’ostentation que d’autres. En plus de la fonction héréditaire et de l’inviolabilité du chef de l’état, « il existe une autre différence entre les monarchies et les démocraties qui est inhérente à leur nature et qui me semble également à l’avantage des premières : je pense aux fonctions héréditaires des membres de la Chambre haute. Les porte-parole du peuple ne sont moins avides d’usurper des pouvoirs et d’étendre leur influence que les responsables officiels ; et il faut, par conséquent, qu’il y ait un corps intermédiaire éclairé, indépendant de par sa position, qui serve d’arbitre et qui assure l’ordre public. Dans les gouvernements démocratiques, les membres du Sénat, comme ceux de la Chambre basse sont élus par le peuple, viennent du peuple et y retournent ; ils ont, en somme, les mêmes intérêts. Il n’en est pas de même dans les états monarchiques » 59.

46Ayant ainsi plaidé en faveur de la monarchie, del Río proposait cette forme de gouvernement à la Colombie. Auparavant,

nous avons voulu nous donner des institutions conçues pour d’autres sociétés que la nôtre avec les résultats suivants : le gouvernement n’a jamais disposé de bases convenables, l’autorité n’a jamais pu s’imposer, faute d’appui solide, le pacte politique n’a jamais joui du respect qui qui lui était dû, les sources de notre prospérité ne sont pas restées limpides, à l’abri de la corruption60.

47Les raisons en étaient historiques et culturelles :

 En examinant les causes de l’écroulement de nos institutions, nous avons découvert que notre asservissement initial, puis les désordres, l’instabilité, la faiblesse et la paralysie qui nous caractérisent, le manque de considération qu’on a pour nous à l’étranger, venaient de ce que nous nous étions engagés dans une lutte contre nature. Ni l’esclavage si répandu, ni les vices de l’éducation que nous avons reçue, ni même la religion que nous professons, ne se prêtent à l’établissement d’un régime républicain en Colombie61.

48Mais le désir d’innover radicalement l’a mporté et , dans ces conditions, les essais « faits sous le régime démocratique n’ont produit que des malheurs ».

49L’argument, évidemment, n’était pas nouveau. Dès 1815, Simón Bolívar avait proposé une interprétation similaire dans sa Carta de Jamaica :

 Les événements nous ont prouvé que les institutions pleinement représentatives ne sont pas adaptées à nos coutumes, à notre culture et à notre caractère actuels (…) Il est plus difficile, observe Montesquieu, de tirer un peuple de la servitude que d’asservir un peuple libre. Cette constatation se vérifie dans les annales de tous les temps où l’on voit quantité de nations libres tomber sous le joug, mais fort peu de nations esclaves recouvrer leur liberté. En dépit de cette évidence, nos peuples, au sud du continent, ont entrepris de se donner des institutions libérales, et même parfaites, sans doute par effet de l’instinct qui pousse tous les hommes à viser d’emblée leur plus grand bonheur, celui auquel on parvient à coup sûr dans les sociétés civiles fondées sur les bases de la justice, de la liberté et de l’égalité. Mais peut-on imaginer qu’un peuple tout juste affranchi puisse s’élancer vers l’espace de la liberté sans que ses ailes, comme celles d’Icare, le trahissent, le laissant choir dans l’abîme ? Un tel prodige serait inouï, inconcevable. Par conséquent, il serait déraisonnable de nous flatter de cet espoir.

50C’est pourquoi, estime Bolivar, « les états américains ont besoin des soins de gouvernements paternels qui guérissent les plaies du despotisme et de la guerre ». Mais, à la différence de del Río, il doute, comme Rocafuerte, que l’exemple anglais puisse leur être d’une quelconque utilité.

En effet, je pense que les Latinos- Américains désireux de paix, de progrès scientifique et artistique, de prospérité agricole et commerciale, préféreront les républiques aux monarchies et il me semble que ces désirs s’adapteront aux vœux de l’Europe. Je n’incluerai pas le système fédéral parmi ces démocraties représentatives : trop parfait, il exige des vertus et des talents politiques bien supérieurs à ceux qui sont les nôtres ; pour la même raison, j’écarterai la monarchie constitutionnelle, combinaison d’aristocratie et de démocratie qui a fait la fortune et la gloire de l’Angleterre. N’étant pas en état de trouver, entre les républiques et les monarchies, les formes les plus achevées, évitons de verser dans des démagogies anarchiques ou des monocraties tyranniques. Cherchons un juste milieu entre des extrêmes qui, tels quels, ne peuvent nous conduire qu’à de nouveaux échecs, au malheur et au déshonneur .

51Il écartait la monarchie parce que

 rien n’est plus difficile en politique que de maintenir une monarchie mixte et il faut convenir aussi que seul un peuple de patriotes comme le peuple anglais est capable à la fois de contenir le pouvoir d’un roi et de préserver l’esprit de liberté sous un sceptre et une couronne62.

52Del Río, lui, ne proposait pas la monarchie absolue mais la monarchie constitutionnelle. En ce sens, il n’était ni un réactionnaire ni un absolutiste. Vers la moitié du XIXème siècle, les monarchistes mexicains allaient parvenir à une conclusion similaire63.

Là où la masse populaire n’est pas capable de juger par elle-même ; là où, faute de sens civique et d’instruction, elle est presque insensible aux avantages d’une constitution libérale ; là où elle est indifférente à ce qui concerne la chose publique ; là où elle ne connaît ni ses droits ni ses devoirs ; là où elle penche vers l’ignorance et la dégradation sans, apparemment, aucun désir d’en sortir, la fréquence des élections aux plus fonctions supérieures de l’état est la source d’innombrables de maux et le système républicain peut devenir un instrument entre les mains de n’importe quel usurpateur habile et audacieux64.

53Ainsi,

 il faut que le pouvoir soit délimité, qu’il agisse toujours conformément à des lois strictes, immuables, fondées sur des principes dignes de ce siècle afin d’assurer aux citoyens la sécurité, la liberté, la paix et l’ordre. Ces biens attirent tous les humains, et les peuples, qui ne raisonnent pas mais qui sentent, vivront dans l’abondance, heureux et tranquilles, sans avoir cure que leur magistrat suprême se fasse appeler président ou monarque. Du moment qu’ils auront la liberté et les garanties nécessaires à leur sécurité personnelle, à leurs intérêts et à leur industrie, il leur importera peu de vivre sous une forme de gouvernement ou une autre65.

54Les classes aisées,

 la partie influente de la population, celle qui doit préserver l’acquis et qui a également intérêt au développement de nouvelles formes de production (...) sent le besoin d’un ordre stable ( ...) Elle souhaite, enfin, l’établissement d’une monarchie constitutionnelle le plus tôt possible66.

55En 1829, le personnage qui allait monter sur le trône était le Libérateur :

Bolivar est le mortel que la Providence a destiné à un tel ministère en Colombie... Il est la pierre angulaire du nouvel édifice qu’il faut élever à la liberté et à la raison, à la stabilité et à l’ordre publics ; c’est lui l’élément indispensable de notre réorganisation politique67.

56Que Bolívar ait changé depuis qu’il avait rédigé sa  Carta de Jamaica, on allait le constater la même année, quand il assuma pour la dernière fois la dictature de la Grande Colombie. Dès 1830, il était tombé en disgrâce. Ni la république, le régime des Etats-Unis que préconisait Rocafuerte, ni la monarchie constitutionnelle au serice de la paix civile pour laquelle plaidait del Río, ne se sont matérialisées. Républicains et monarchistes n’avaient fait que labourer la mer.

Inicio de página

Notas

1 Franck Safford, «Politics, Ideology and Society in Post-Independence Spanish America  », dans The Cambridge History of Latin America, vol. III, From Independence to c. 1870, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p.359.
2 Vicente Rocafuerte, Ensayo político. El sistema colombiano, popular, electivo y representativo, es el que más conviene a la América independiente, New Cork, Impr. A.Paul, 1823, p.35.
3 Alexis de Tocqueville, dans La Démocratie en Amérique, a popularisé l’idée erronée que la constitution mexicaine de 1824 était une copie de celle des États-Unis. Cette idée lui avait été suggérée par l’ancien ambassadeur des États-Unis au Mexique, Joel Roberts Poinsett. Cf. José Antonio Aguilar Rivera « Tocqueville y Mexico  », dans El fin de la raza cósmica. Consideraciones sobre el esplendor y decadencia del liberalismo en Mexico, Mexico, Océano, 2001, p.138-141. Plus tard Lucas Alamán allait reprendre cette affirmation dans son Historia de Mexico.
4 Pour le cas mexicain cf. Jaime Rodríguez « The constitution of 1824 and the fornation of the Mexican State  », dans Jaime E. Rodriguez, (ed.), The Evolution of the Mexican political system, Wilmington, Scholarly Resources, 1993, p.71-90 ; José Antonio Aguilar Rivera, En pos de la quimera. Reflexiones sobre el experimento constitucional atlántico, Mexico, FCE/CIDE, 2000.
5 Jaime Rodríguez a longuement écrit sur eux. Par exemple cf. Jaime E. Rodriguez, The emergence of Spanish America. Vicente Rocafuerte and Spanish Americanism 1808-1832, Berkeley, University of California Press, 1975; Servando Teresa de Mier, La formación de un republicano (introducción, complación, edición y notas de Jaime E. Rdriguez), Mexico, UNAM, 1988.
6 Franck Safford,» Politics, Ideology and Society in Post-Independence Spanish America «, dans The Cambridge History of Latin America, op. cit.
7 Montesquieu, L’Esprit des Lois Livre II, chapitres 1 et 4.
8 Rodríguez, The emergence, p. xiii, 1-25.
9 Vicente Rocafuerte, Rasgo imparcial, breves observaciones al papel que ha publicado el Dr. D. Tomás Romay en el diario del Gobierno, La Havane, Imprenta de Palmer 1820, p.1-7, cité par Rodríguez, The Emergence, op. cit., p.29.
10 Rodríguez, The emergence, op. cit., p.31.
11 Ibid. p.32-33.
12 Ibid. p.34.
13 Ibid. p.35.
14 Idem.
15 Ibid. p.37.
16 Ibid. p.48.
17 Vicente Rocafuerte, Ideas necesarias a todo pueblo americano que quiera ser libre, Philadelphie, D.Huntington, 1821. p.3.
18 Ibid. p.5.
19 Ibid. p.6.
20 Ibid. p.8.
21 Ibid. p.8-9.
22 Ibid. p.10-11.
23 Ibid p.11.
24 Cf. Aguilar Rivera, En pos de la quimera, op. cit., p.23. Pour une version contemporaine de l’argument, cf. Richard Morse, Resonancia del nuevo mundo , Mexico, Vuelta, 1995 ; Claudio Véliz, The New Word of the Gothic Fox. Culture and economy in Spanish and English America, Berkeley, University of California Press, 1994.
25 Rocafuerte, Ideas necesarias, op. cit., p.12. Sur l’effet exemple-démonstrations produit par les États-Unis, cf. José antonio Aguilar Rivera, «Tocqueville y Mexico», dans El fin de la raza cósmica, op. cit., p. 133-146.
26 Ibid. p.13.
27 Ibid. p.14.
28 Ibid. p.18.
29 Idem.
30 Kent Bruce Mecum, «Practical idealism in Vicente Rocfuerte (1783-1847) un verdadero americano independiente y libre  », thèse doctorale, Département d’espagnol et de portuguais, Université d’Indiana, 1971, p.46-47.
31 Rodríguez, The Emergence, op. cit., p.56-59.
32 Bosquejo ligerísimo de la Revolución de Mexico, desde el grito de Iguala hasta la proclamación imperial de Iturbide, Philadelphie, Impr. de Teracrouef y Naroajeg, 1822.
33 Rodríguez, The Emergence, op. cit., p.59.
34 Bosquejo ligerísimo, op. cit., p.vi-vii.
35 Ibid p.164-165.
36 Judith Shklar, « Montesquieu and the new republicanism», dans Gisela Bock, Quentin Skinner et Mauricio Virola (eds.), Machiavelli and Republicanism, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p.274-275.
37 Ibid. p.275.
38 Bernard Manin, «Montesquieu, la república y el comercio”, en Política y Gobierno, vol.8 nº2 (2ème semestre 2001), p. 275-314.
39 Bosquejo ligerísimo, op. cit., p.165-166. Tacite, « Annales  », 4.33.1: « Toutes les communautés politiques, qu’il s’agisse de nations ou de villes, sont gouvernées soit par le peuple, soit par des chefs de partis, soit par un homme seul ; il est facile de vanter dans l’abstrait la constitution mixte qui combien des éléments des trois systèmes, mais celle-ci se développe avec difficulté, et même lorsqu’elle y parvient, ne peut durer longtemps  ».
40 Shklar, J., « Montesquieu …», op. cit., p.266.
41 Bosquejo ligerísimo, op. cit., p.166-167.
42 Ibid p.167.
43 Ibid. p.168.
44 Vicente Rocafuerte, Ensayo político. El sistema colombiano, popular, electivo y representativo es el que más conviene a la América independiente, New-York, Impr. A. Paul, 1823, p.42.
45 Ibid p.43.
46 Idem.
47 Ibid p.39.
48 Idem.
49 Juan García del Río, « Meditación cuarta: sobre las bases que conviene dar a la reorganización política de Colombia  », dans Meditaciones colombianas, Bogota, Imprenta Nacional, 1945, p.119-120.
50 Ibid p.121.
51 Ibid p.121-122.
52 Ibid p.122.
53 Ibid p.123-124.
54 Cf. Bernard Manin, Los principios del gobierno representativo, Madrid, Alianza, 1999.
55 Del Río, Meditaciones …, op. cit., p.125.
56 Ibid, p.125.
57 Ibidem.
58 Ibid. p.128.
59 Ibid p.130.
60 Ibid p.132.
61 Ibid. p.133.
62 Simón Bolivar, Carta de Jamaica , Mexico, UNAM, 1978
63 Cf. Elías José Palti, La política del disenso. La polémica entorno al monarquismo (México, 1848-1850), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1998.
64 Del Río, Meditaciones …, op. cit., p.134.
65 Ibid p.135.
66 Ibid p.136.
67 Ibid. p.137.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

José Antonio Aguilar Rivera, « République ou monarchie? Rocafuerte, del Río et le système représentatif en Amérique hispanique », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/872

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org