Navegación – Mapa del sitio

Gombrovicz en Argentine

Marta Cichocka

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

...Esas, pues, son las fundamentales, capitales y filosóficas razones que me indujeron a edificar la obra sobre la base de partes sueltas - conceptuando la obra como una partícula de la obra - y tratando al hombre como una fusión de partes de cuerpo y partes de alma - mientras que a la Humanidad entera la trato como a un mezclado de partes. Pero si alguien me hiciese tal objeción: que esta parcial concepción mía no es, en verdad, ninguna concepción, sino una mofa, chanza, fisga y engaño, y que yo, en vez de sujetarme a las severas reglas y cánones del Arte, estoy intentando burlarlas por medio de irresponsables chungas, zumbas y muecas, contestaría que sí, que es cierto, que justamente tales son mis propósitos. Y, por Dios - no vacilo en confesarlo - yo deseo de esquivarme tanto de vuestro Arte, señores, como de vosotros mismos, ¡pues no puedo soportaros junto con aquel Arte, con vuestras concepciones, vuestra actitud artística y con todo vuestro medio artístico!... (W. Gombrowicz, Ferdydurke, citado por J. Cortázar, Rayuela, cap. 145.)

1Sur la scène de l'émigration polonaise en Argentine, plutôt nombreuse depuis le 19e siècle, un nom à ne pas manquer: celui de Witold Gombrowicz (Maloszyce 1904-Vence 1969). Gombrowicz en Argentine: une coïncidence? Une fatalité? Arrivé la veille de la Seconde Guerre mondiale, resté à Buenos Aires presque par hasard, il partira vingt-quatre ans plus tard d'une manière aussi spontanée, avec une bourse de la Fondation Ford. Après un mois à Paris et un an à Berlin - quelques mois à Royaumont, où il rencontre sa compagne, Marie-Rita Labrosse. Encore cinq ans à Vence dans les Alpes Maritimes, et puis le 24 juillet 1969 il perd définitivement la longue bataille avec ses poumons. Fin d'une vie.

2Reste une œuvre de migrant, où les titres publiés encore en Pologne (Yvonne, princesse de Bourgogne de 1935 ou Ferdydurke de 1938) résonnent aussi fort que ceux écrits en Argentine, comme par exemple Trans-Atlantique de 1953 ou Pornographie de 1960. Ou le fameux Journal de l'écrivain, où entre 1953 et 1966 Gombrowicz raisonne, critique, hurle, se moque. Ou encore, beaucoup plus accessible et peut-être plus personnel que le Journal, un projet d'une série d'émissions de radio pour le grand public. Ces textes, jamais vraiment utilisés à la radio et retrouvés par Rita Gombrowicz dans les papiers de son mari, ont été publiés dans les années 70 sous le titre de Wspomnienia polskie. Wedrówki po Argentynie (Souvenirs de la Pologne. Pérégrinations en Argentine)1. Restent les livres - mais aussi des amis, des lettres, des souvenirs. Reste une légende.

3Gombrowicz en Argentine: presqu'un quart de siècle, depuis le mois d'août 1939 jusqu'en avril 1963. Trois périodes de huit ans chacun. Huit ans d'une vie provisoire de misère et de bohème, presque huit ans de travail providentiel dans une banque, encore huit ans d'une existence relativement indépendante d'un écrivain qui commence très lentement d'être connu. Et cependant, malgré cette périodisation qu'il introduisait lui-même, malgré l'ampleur de ses migrations, malgré des ruptures inévitables - le lecteur rencontrera chez Gombrowicz une homogénéité qui étonne. Ce n'est pas l'émigration qui forge la plume mordante que nous connaissons. C'est plutôt Gombrowicz qui appliquera à cette nouvelle réalité son regard ironique et corrosif dont il connaît déjà les mérites.

4Car celui qui part en voyage en Amérique et débarque à Buenos Aires en correspondant-touriste, celui qui quatre jours avant l'invasion de la Pologne décide de prolonger son séjour en Argentine, présente déjà une personnalité formée, avec un tempérament artistique bien particulier et conscient de ses choix. Agé de trente-cinq ans, il a déjà eu le temps de se faire remarquer en Pologne. D'abord par son recueil de contes débutant, une pièce jugée impossible à jouer et un roman brillant, moqueur et fatiguant. Mais plus encore par sa façon d'être, de formuler ses pensées, de combattre la Forme sous toutes les formes. Son intelligence, son ironie et son humour faisait qu'à Varsovie Gombrowicz dérangeait dans la société - et régnait dans des cafés... Et il en sera de même à Buenos Aires et à Tandil.

5Avec, toutefois, une différence capitale. Ce qu'un littéraire débutant cherche en vain dans son pays d'origine - d'abord inconsciemment, puis d'une manière lucide - un immigré acquiert automatiquement: l'isolement. Cette espèce d'individualisation d'un élément parmi d'autres de la société et qui permet à cet individu de mieux analyser les mécanismes du système. Toute sa vie, Gombrowicz se moque du système et cherche à faire figure d'outsider. Son comportement en Pologne était d'abord perçu comme une pose superficielle d'un littéraire parmi d'autres . En Argentine devient une sorte de stratégie de survie, en même temps qu'une partie de la légende personnelle de l'écrivain. Fascinant, car vraiment insupportable.

6C'est ainsi que Gombrowicz "exploite" son éloignement et son isolement d’immigrant. En Pologne il a commencé à décrire et analyser le poids de la Forme sociale sur l'intimité de l'individu, la déformation de chaque visage par une "gueule" collée par la société. Mais, bien qu'individualiste, il en faisait forcément partie - ne serait-ce que par ses origines nobles et par ses obligations familiales. Tandis qu'en Argentine il se retrouve naturellement marginalisé par le système qui lui est étranger et qu'il peut désormais observer sans y adhérer pour autant. S'il quittait la Pologne avec un bagage théorique, il trouve en émigration une sorte de vérification immédiate et une valorisation plus pratique de ses idées. Bien que née en Pologne, la philosophie de Gombrowicz se développe réellement en Argentine.

7Mais ce Gombrowicz qui s'installe en Argentine possède encore un autre trait bien distinct, très particulier de ce paysage que l'offre l'immigration polonaise. Amoureux toute sa vie, il l'avoue, de la complexe  tradition culinaire de son pays, il reste véritablement allergique au patriotisme polonais, ce mélange des complexes et d'orgueil si cher à ses compatriotes. Infiniment plus qu'un snob cosmopolite, Gombrowicz est un intellectuel polonais qui en veut depuis longtemps à la Pologne d'opprimer les Polonais. De les écraser avec le fardeau lourd de une Histoire qui se voudrait au centre de la scène ;. avec le poids d’une littérature aussi excellente qu'insignifiante, car inconnue dans le monde. Avec la charge de cette culture extrêmement riche et toujours redondante par rapport à l'Europe Occidentale. Avec l'absurde obligation de faire résonner l’hymne national polonais dans le nom de chaque Copernic ou Chopin, chaque Joseph Conrad ou Marie Curie.

8Ce projet de libérer les Polonais de la Pologne ne peut se concrétiser qu'à l'étranger, et plus particulièrement en Amérique. D'abord parce qu'un tel éloignement de la Pologne peut, d'une certaine manière, libérer Gombrowicz lui-même. Depuis cet été de 1939, la main de l'Histoire ne l'atteint plus. Le devenir de son pays n'est plus le sien. Ni le cauchemar de la guerre, ni l'absurdité de l'après-guerre, si douloureux pour tant de Polonais, ne le concernent plus que d'une façon purement intellectuelle. Le régime communiste souligne renforce éloignement en le mettant à l'index et, par conséquence, jusqu'à sa mort Gombrowicz peut se sentir totalement libre de représenter la Pologne, où il est connu aussi peu que mal. Cela explique pourquoi son rire hilarant de l'autre côté de l'Atlantique résonne faux aussi longtemps après sa mort, jusqu'à dans les années 80, où ses oeuvres complètes apparaissent enfin en Pologne. C'est alors que la littérature triomphe enfin sur la dernière "gueule" collée à l'écrivain par la société.

9D'autre part, le long séjour en Amérique lui permet d'élargir la notion de cet irritant complexe polonais. Gombrowicz découvre en Argentine des années 40-60 la même redondance culturelle qu'en Pologne, la même langueur mélancolique de l'Europe, les ambitions furieuses, les aspirations littéraires, la frustration de ne jamais être là où les choses se passent "vraiment". Il reprochera à des intellectuels argentins de chercher à se mettre en valeur par rapport à l'Europe, de vouloir atteindre des idéaux parisiens au lieu de développer leur propre potentiel. Car, bien que critique, il se dit depuis le début fasciné par l'Amérique du Sud et plaisante au sujet de ses "études" qu'il aurait entrepris sur l'âme hispano-américaine.

10Plaisanterie ou pas, reste une série d'articles en espagnol, publiés par Gombrowicz dans la presse argentine2; soit dit au passage que déjà en 1941 l'auteur peut se vanter de parler espagnol. Restent aussi quelques anecdotes, comme par exemple cette conversation avec un journaliste qui l'accueillait à Santiago del Estero en 1958. Au cours d'une émission de radio virtuelle, Gombrowicz évoque le souvenir de la place à Santiago ou défilaient les beautés absolument inouïes, les filles comme les garçons, chacun une révélation à Paris. Mais là, à Santiago, leur étonnante beauté n'étonne pas: omniprésente, elle semble commune. Gombrowicz en déduit que c'est le nombre et la répétition qui tue l'extraordinaire - et c'est là que le journaliste, Francisco Santucho, lui oppose sa théorie de la vengeance de l'Indien. Selon le journaliste, l'Indien dominé et dégradé par le Blanc, réduit au rôle marginal de servant, se défendrait en ridiculisant la supériorité du maître. Plus généralement, tout désir de supériorité, toute ambition de dominer. Mais, au cours du temps, les maîtres et les servants se mélangent: dans la nouvelle société devenue métisse, l'Indien se venge sur le Blanc, car son mépris de toute ambition triomphe sur le désir de réussir dans la société. Quelle étrange logique, digne de Ferdydurke!

11Gombrowicz en Argentine: vingt-quatre ans de la vie de tous les jours, de l'isolement et des rencontres, des anecdotes et des mystifications. Un véritable jeu de puzzles pour Rita Gombrowicz qui ordonne ses papiers, pour les amis3 qui collectionnent leurs souvenirs, pour les biographes qui interviewent les amis, pour les lecteurs qui se moquent des biographes. Un puzzle plein de paradoxes. Gombrowicz rêvait par exemple d'un poste à la Biblioteca Nacional à Buenos Aires - mais c'était un emploi réservé aux Argentins et il a du se contenter d'un poste providentiel à Banco Polaco. Un autre paradoxe: cet écrivain polonais en exil argentin, cet intellectuel rebelle qui se révolte tant contre l'imitation aveugle de la culture française dans les deux pays - ne sera pleinement reconnu ni en Pologne, ni en Argentine qu'après sa consécration officielle en France. La véritable notoriété de Gombrowicz commence après la publication de Ferdydurke en français chez Julliard. Et cela en 1958 seulement, vingt ans après sa première édition polonaise. La gloire arrive tard et elle vient de Paris, ce Paris qu'en 1928 irritait et désespérait tellement le jeune Gombrowicz. L'ultime paradoxe.

Inicio de página

Notas

1 W. Gombrowicz, Wspomnienia polskie. Wedrówki po Argentynie, Paris, Instytut Literacki, 1977; Warszawa, ResPublica, 1990.
2 Cf, par exemple, "Polonia y el mundo latino" dans Oceano, Buenos Aires 1944 ou "El hombre sudamericano y su ideal de belleza", publié sous pseudonyme dans Viva cien años, Buenos Aires, janvier 1945.
3 Une longue liste bien hétérogène: Carlos Mastronardi des salons de Victoria Ocampo, Cecilia Benedit de Debenedetti, Virgilio Piñera parmis l'équipe des traducteurs de Ferdydurke, Alejandro Rússovitch, Ernesto Sábato, Mariano Betelú et Jorge di Paola de Tandil, et bien d'autres.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marta Cichocka, « Gombrovicz en Argentine », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 1 | 2000, Publicado el 14 enero 2005, consultado el 24 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/92

Inicio de página

Autor

Marta Cichocka

Doctorante Université Paris 8

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org