Navegación – Mapa del sitio

Les transformations du credo libéral et constitutionnel en Amérique latine au cours du xixe siècle 1

Natalio Botana

Texto completo

1Le credo libéral et constitutionnel a dû faire face à une double exigence lors du développement d’une tradition politique indépendante en Argentine et en Amérique latine. Étant donné que, sauf au Brésil, la légitimité monarchique s’était effondrée pendant les guerres d’Indépendance, le besoin de contenir les factions en lutte pour les subordonner à la fragile souveraineté de l’Etat était devenu évident dans les territoires libérés de l’empire espagnol. Originellement destiné à manifester la souveraineté du peuple, limiter le pouvoir et garantir la validité des droits individuels, le système constitutionnel n’avait pas seulement à lutter contre la menace et la présence du despotisme : il a dû en outre entreprendre de mettre un frein à l’anarchie et jeter les bases d’un nouvel ordre politique.

2Dans les pages qui suivent, nous nous proposons de retracer les grandes lignes de ce dilemme en plaçant au centre du débat quelques-uns des nombreux efforts entrepris au XIXe siècle pour y apporter une réponse efficace. À cette fin, nous avons choisi de commencer par le témoignage d’Andrés Bello, le législateur probablement le mieux enraciné dans le continent à l’époque, avant d’analyser l’évolution subie par les concepts de volonté populaire et de souveraineté du peuple.

3Derrière le débat sur le contenu d’un pacte constitutionnel perçait l’espoir de donner naissance à une société civile apte à légitimer cette autre forme, encore jamais atteinte, de gouvernement. Ainsi, la création d’un régime constitutionnel inspiré par des idées sur la liberté et les droits du citoyen s’est incorporée à notre histoire, ce qui a conduit à l’apparition de nouveaux systèmes de contrôle, qui ont inversé le sens de la représentation politique et orienté par la suite les conflits vers des horizons plus démocratiques.

Le témoignage d’Andrés Bello

4Le 11 février 1848, dans un article publié par El Araucano à Santiago du Chili sous le titre «Constituciones  », Andrés Bello écrivait :

À vrai dire, les constitutions sont toujours logiquement dictées par les circonstances : comment pourrait-il en être autrement ? Il est logique, et très logique, qu’un despote, dans la constitution qu’il concède, sacrifie les intérêts de la liberté à son accroissement personnel et à celui de sa famille. Il est logique que lorsque le nombre des penseurs est réduit, la direction et l’organisation intellectuelle se limitent aussi à un cercle restreint. Il est logique également que ceux qui exercent cette pensée organisatrice le fassent comme ils peuvent, avec des idées, vraies ou fausses, qui leur sont personnelles ou qu’ils ont empruntées à d’autres… Les constitutions sont souvent l’œuvre d’une poignée d’hommes qui peuvent tantôt voir juste et tantôt se tromper, l’erreur ne tenant pas au fait que l’œuvre ne provient pas du fond social, mais plus précisément au fait qu’elle manque des vertus nécessaires pour influer peu à peu sur la société et recevoir ses influences en retour, de façon à ce que cette action réciproque, en les modifiant toutes deux, les rapproche et les harmonise2.

5La biographie d’Andrés Bello s’étend sur de longues années et sur un vaste territoire. À Caracas, à Londres, au Chili, les quatre-vingt-quatre années de sa vie ( né à Caracas en 1781, il est mort à Santiago du Chili en 1865) ont été témoins d’une époque où le développement et les échecs de la légitimité constitutionnelle allaient de pair avec la construction des nations latino-américaines. Constitution et nation apparaissent donc, dans cette trame historique, comme deux termes malaisément dissociables.

6Lorsqu’il écrivait ces lignes, Bello croyait avoir dépassé ce qu’il avait appelé lui-même, dans un article paru quinze ans plus tôt, « le bel idéal des visionnaires politiques et des architectes d’utopies ». Les constitutions imaginées dans les premières années de l’indépendance avaient, disait-il, « perdu tout leur prestige »3. Le journaliste, qui venait d’arriver de Londres, manifestait de cette façon au Chili sa méfiance à l’égard des formes fédératives de gouvernement et annonçait le succès qui, bien vite, allait accompagner les réformes constitutionnelles de 1833 inspirées par Diego Portales.

7Bello considérait que cette modification substantielle de la constitution chilienne de 1828 avait pour but de « combiner un gouvernement fort et la jouissance complète d’une liberté régulée, c’est-à-dire de donner au pouvoir la force de se défendre des désordres liés aux excès de la démocratie, et de fournir aux peuples et aux individus les moyens de se préserver du despotisme »4. Ce texte réconciliait dans une formule politique le besoin d’un gouvernement stable et le respect dû aux leçons du passé. Il s’adaptait aux problèmes du moment. Dans les années passées à Londres entre 1810 et 1829, Bello avait emprunté à un courant de pensée proche de David Hume une attitude critique envers des abstractions constitutionnelles peu soucieuses des réalités concrètes, ignorant le milieu et l’histoire.

8Dans Filosofía del Entendimiento, œuvre de sa maturité, il réaffirme ce point de vue :

Nous dissertons sur les avantages et sur les inconvénients de la monarchie, de l’aristocratie et de la démocratie, comme s’il existait des institutions politiques susceptibles de correspondre exactement à nos définitions. Mieux encore : même si l’on suppose une forme de gouvernement parfaitement pure, les effets de celui-ci seront profondément modifiés par la présence d’innombrables facteurs, les antécédents du peuple sur lequel il agit, le climat, la religion, la culture, l’état de l’industrie et bien d’autres éléments qui, agissant de concert, produisent des résultats complexes très difficiles à évaluer. D’où l’existence agitée et éphémère de certaines institutions improvisées dont les articles, impeccablement déduits de principes abstraits, ne sont conçus que pour un peuple abstrait ou bien pour un peuple qui manquerait de déterminations particulières capables de les contrarier ou les modifier, éventualité pratiquement impossible5.

9Il y avait cependant, à l’arrière-plan historique des méditations philosophiques d’Andrés Bello, une constatation d’ordre général beaucoup plus encourageante pour le législateur que l’ensemble de faits singuliers sur lesquels devait s’appuyer toute forme de gouvernement constitutionnel. Beaucoup d’auteurs et de protagonistes, en effet, remarquaient dans le déroulement des révolutions en Amérique latine une tendance républicaine innée ( « un républicanisme congénital » disait Bartolomé Mitre dans le chapitre introductif à l’Historia de Belgrano)6 qui, issue d’un passé prédéterminé par l’historien lui-même, surmontait les obstacles de l’ancien régime marqué par la tradition monarchique.

10Sauf au Brésil, où sa légitimité a été peu contestée pendant presque tout le XIXe siècle, l’Empire avait été renversé au Mexique à deux reprises, d’abord avec Iturbide, puis avec Maximilien, et la monarchie avait également disparu de la carte de l’Amérique du Sud suite à l’échec, entre autres, des ambitions monarchiques de José de San Martín. Ainsi se perpétuait le projet républicain, plus ou moins justifié par les rappels historiques réitérés de la nécessité et du caractère inévitable de la république venus d’auteurs aussi différents que Thiers et Mignet en France ou Bancroft aux Etats-Unis.

11Par conséquent, plutôt que de s’efforcer, par des formes constitutionnelles alternatives, de combler le vide créé par l’effondrement de la légitimité monarchique, le législateur devait chercher dans le grand projet républicain des traits qui rendraient possible l’établissement de la société sur des bases solides et traduiraient en institutions efficaces le rappel originel à la souveraineté populaire. Comme l’a écrit l’un des auteurs le plus lus par les élites intellectuelles au sud du Río Grande, Alexis de Tocqueville, dans l’Introduction à la douzième édition de La démocratie en Amérique, publiée l’année de la révolution de 1848 :

S’il ne s’agit plus de savoir si nous aurons en France la royauté ou la République, il nous reste à apprendre si nous aurons une République agitée ou une République tranquille, une République régulière ou une République irrégulière, une République libérale ou une République oppressive, une République qui menace les droits sacrés de la propriété et de la famille ou une République qui les reconnaisse et les consacre. Terrible problème, dont la solution n’importe pas seulement à la France, mais à tout l’univers civilisé7.

12L’instauration d’une autorité républicaine avait ainsi, pour des législateurs proches d’Andrés Bello, une importance cruciale après l’échec d’un républicanisme débutant, vite dévoré par de profondes dissensions. L’amitié de Bello au Chili avec Diego Portales y Mariano Egaña, architecte d’un ordre constitutionnel contesté par l’opposition libérale du fait qu’il appelait à une oligarchie conservatrice, son rôle universitaire et législatif au service des présidents Joaquín Prieto, Manuel Bulnes et Manuel Montt durant trois décennies de succession régulière entre 1831 et 18678, lui ont donné la réputation d’un intellectuel inféodé au pouvoir et obsédé sans doute par l’échec que Simón Bolívar dénonçait dès 1812.

Les codes que consultaient nos magistrats – a écrit ce dernier dans le Manifiesto de Cartagena – n’étaient pas ceux qui étaient aptes à leur enseigner la science pratique du gouvernement, mais plutôt à former des visionnaires qui, en imaginant des républiques éthérées, ont atteint la perfection politique en présupposant la perfectibilité de la race humaine. C’est ainsi que nous avons eu des philosophes comme chefs, la philanthropie comme législation, la dialectique comme tactique et des sophistes comme soldats. Avec un tel renversement des principes et des réalités, l’ordre social s’est trouvé radicalement bouleversé et, par conséquent, l’État a pris à grands pas le chemin d’une dissolution universelle, à laquelle il est bien vite parvenu9.

13Au début des guerres d’Indépendance et guidé par cette vision, Bolívar semblait pressentir les trois objectifs qui allaient être ceux du système constitutionnel au XIXe siècle : constitution d’une la forme républicaine de gouvernement, constitution de l’Etat et, enfin, constitution de la société civile. On ne croyait donc pas à une action qui, répondant aux exigences de représentation de la société civile et s’efforçant de limiter le pouvoir de l’État, aurait transféré au peuple la souveraineté monarchique, comme l’avait voulu au départ la Révolution Française ; il ne s’agissait pas non plus du pacte fondateur qui, en Amérique du Nord, avait heureusement concilié les pouvoirs des états préexistants de la côte Atlantique et le gouvernement libéral qui les réunissait dans un ensemble plus large.

14Face à ces deux conceptions de la république dont l’origine et le destin occupaient exclusivement l’horizon de la «  libertad   » républicaine au XIXe siècle, l’évolution qui s’est mise en branle en Amérique latine devait à la fois donner naissance à une république ignorée par l’ancien régime colonial, reconstruire l’État détruit par la guerre et mettre en place une société civile qui légitime les nouvelles structures de gouvernement. En fait, ce système constitutionnel a dû fonctionner dans un milieu où, faute d’ expérience favorable, il n’existait pas encore de droits institutionnalisés pouvant être reconnus comme de nouvelles lois écrites.

15Création de l’histoire républicaine et création de droits : autour de cette conception du pacte fondateur, on retrouvait le vieil affrontement des chefs, la revendication primitive du pouvoir des « caudillos » et autres « caciques », qui s’était exprimée dans l’anarchie belliqueuse de l’Indépendance.

De la volonté populaire à la souveraineté de la raison

16Selon les idées courantes au XIXe siècle, l’histoire républicaine, plutôt qu’une tradition, était pour l’Amérique latine un projet où rivalisaient les révolutions nord-américaine et française, avec leurs réussites et leurs échecs. Parallèlement à cette tension entre réalité et projet, se tenait le débat sur les droits constitutionnels, car les législateurs et les juristes, eux aussi, étudiaient le conflit, typique de la Révolution française, entre républicanisme classique et système constitutionnel libéral.

17Pour le républicanisme classique ou, sous sa forme extrême, l’humanisme civique, une constitution républicaine devait pouvoir compter sur la « vertu » qui sacrifie l’intérêt privé au bien commun et à la mise en œuvre de la volonté générale. Ces principes, formulés dans les premiers livres de L’Esprit des lois et dans la vision spartiate de la citoyenneté qui rayonne des pages du Contrat Social, n’étaient pas tout à fait étrangers aux débats qui avaient eu lieu en Amérique du Nord entre 1776 et 1787. Pour le système constitutionnel libéral, en revanche, c’étaient la définition des droits et la séparation des pouvoirs qui garantissaient la sécurité juridique des personnes et les préparaient à l’exercice spontané de la liberté.

18Dans les faits, ces images simplifiées de l’idée républicaine ont directement influé sur la justification théorique des premières juntes des années dix et onze dont la souche hispanique est indéniable. La constitution fédérale du Venezuela du 21 décembre 1811 est peut-être le texte qui exprime le mieux ce rapide passage de la doctrine traditionnelle de la souveraineté à une conception républicaine. On peut y lire : « Le pacte social assure à chacun la jouissance et la possession de ses biens, sans préjudice du droit qu’autrui a sur les siens » (art. 142) ; «La souveraineté d’un pays, ou pouvoir suprême d’arbitrer ou diriger équitablement les intérêts de la communauté, réside donc, essentiellement et originellement, dans l’ensemble du peuple et s’exerce par l’intermédiaire de ses fondés de pouvoirs ou représentants, désignés en accord avec les règles constitutionnelles.» (art. 144) ;  « La loi est l’expression libre de la volonté générale ou de la majorité des citoyens, par l’intermédiaire du corps légalement constitué de leurs représentants. » (art. 149)10

19Bien entendu, cette première constitution vénézuélienne n’allait pas jusqu’à fonder la loi sur la vertu mais seulement « sur la justice et la poursuite du bien commun » (art. 149). D’autres réflexions, dans l’extrême sud du continent, s’engageaient avec décision dans cette voie ancienne dont la pensée des Lumières et la pratique jacobine en France donnaient une image résolument contemporaine. Le secrétaire de la première junte de gouvernement de Buenos Aires, Mariano Moreno, citait ainsi, entre novembre et décembre 1810, peu avant de démissionner, les exemples qui devaient inspirer un congrès constituant des provinces du Rio de la Plata :

L’Amérique présente un terrain défriché et bien préparé, où la saine doctrine que sèmeront des législateurs habiles produira des fruits prodigieux ; Sparte n’a pas offert une disposition plus favorable à l’époque où Lycurgue voyageait pour chercher dans les austères lois de la Crète et les sages institutions de l’Égypte les principes de la législation sublime qui devait faire le bonheur de sa patrie. Courage, donc, nobles congressistes, approfondissez votre connaissance de nos besoins, mesurez d’après eux l’importance de nos rapports, comparez les vices de nos institutions à la sagesse de ces lois qui ont fait la splendeur et la renommée des peuples de la Grèce antique ; rappelez-vous la maxime fameuse de Phocion qui invitait les Athéniens à demander des miracles aux Dieux, ce qui les mettrait en condition de les accomplir eux-mêmes ; retrouvez cet enthousiasme qui guida les pas de Lycurgue lorsque la prêtresse de Delphes lui prédit que sa république serait la meilleure de l’univers11.

20Cette vibrante évocation du monde antique, dans le cadre plus modeste de Buenos Aires, ne décrivait pas exactement la mise en œuvre collective d’un «  processus historique instituant de l’espace public12 .» En général, son penchant pour le républicanisme classique inclinait le traducteur « porteño »13 du Contrat social à jouer le rôle d’un penseur solitaire, énonçant des principes exemplaires, à l’image du grand législateur que Rousseau introduit dans son œuvre au chapitre 7 du Livre Deuxième. Ces congressistes vertueux, forts « du désintéressement, de l’honneur et de la grandeur d’âme nécessaires aux entreprises ardues », comme le suggérait Moreno dans un document secret rédigé « pour le salut de la patrie »14, ont représenté un moment fort bref de l’histoire constitutionnelle latino-américaine.

21Moreno n’a pas vécu assez (il est mort quelques mois plus tard) pour mesurer la distance qui séparait son invocation aux congressistes de la réalité des pouvoirs qui se mettaient en place à la faveur de la révolution. De cet idéal du pouvoir constituant ne surgissait pas, en effet, un pouvoir constitué capable de soumettre la force à la légalité. La conclusion mélancolique à laquelle est parvenu Bernardo de Monteagudo après un long voyage révolutionnaire qui l’avait conduit de Chuquisaca à Buenos Aires et de là, avec San Martín, au Chili et à Lima, résume ce passage brutal de l’imaginaire au réel. Monteagudo a reconnu dans une Memoria publiée à Quito en 1823 : « Mes grandes souffrances, pour une part, et les idées fausses que j’avais alors sur la nature des gouvernements m’avaient fait embrasser avec fanatisme le système démocratique15. »

22Monteagudo avait proclamé à Buenos Aires en 1812, dans la session inaugurale de la Société Patriotique, la « sublime vérité qu’énonce la philosophie depuis le trône de la raison :

« la souveraineté réside seulement dans le peuple et l’autorité dans les lois »; la volonté générale est l’unique source dont elle émane. La sanction de celle-ci et le pouvoir des magistrats doivent montrer que la majesté du peuple est imprescriptible, inaliénable et essentielle16.

23Onze ans plus tard, afin de voir s’il était convenait d’appliquer l’idéal démocratique au Pérou, Monteagudo avait abandonné ce volontarisme emphatique et s’appuyait sur une analyse sociologique de « la morale du peuple, l’état de sa civilisation, la manière dont se répartit la masse des richesse, et les relations mutuelles qui existent entre les diverses classes qui composent cette société particulière. » En conclusion, le texte signalait qu’au Pérou ces relations de classe « poussent aux extrêmes la contradiction avec les principes démocratiques17

24L’évolution de Monteagudo, plus que de celle de San Martín, qu’il admirait, se rapproche de celle de Simón Bolívar : le libérateur devenu législateur en 1819 et 1826 exprime en effet de façon exemplaire la grande « désillusion »18 des premières décennies. De son point de vue, les constitutions malmenées par la guerre ne pouvaient asseoir la légitimité dont elles se réclamaient, ni sur la vertu du peuple souverain, ni sur les bienfaits d’un pouvoir limité par la loi à la préservvation des droits individuels.

25Naturellement, ce dernier projet, issu de l’expérience libérale de la monarchie constitutionnelle, manquait de racines dans la tradition républicaine. Seuls les Etats-Unis offraient dans ce domaine une solution satisfaisante en réunissant à leur fondation plusieurs avantages pratiques : souvenraineté limitée du gouvernement central, séparation des pouvoirs et participation du peuple aux divers niveaux de la nation, de l’état, de la municipalité. Mais la Convention de Philadelphie donnait à cet engagement les caractères d’un fédéralisme a priori opposé aux aspirations centralistes du système constitutionnel latino-américain alors en butte aux violentes attaques de factions anti-unitaires.

26Au moment où il s’intégrait au langage de l’époque, le mot « libéral » semblait indissociable du républicanisme classique : la vertu du citoyen y apparaissait comme la garantie ultime des droits de l’homme. Plus tard, le libéralisme s’est cherché d’autres horizons. La distinction, posée par Benjamin Constant en 1819, entre la liberté des Anciens ressuscitée par la révolution et, d’autre part, la liberté des Modernes fortement liée à l’exercice d’un pouvoir limité, a permis d’éclairer l’évolution du libéralisme en Europe après la chute de Bonaparte19.

27Néanmoins la notion, soutenue par Constant, d’un pouvoir neutre placé au-dessus des partis et des controverses électorales, s’accommodait mieux d’une monarchie que d’une république. Ses idées ont sans doute porté davantage de fruits dans l’Empire brésilien que dans les républiques en formation ailleurs. Comme l’a écrit Murilo de Carvalho :

L’Empire brésilien réalisait une combinaison astucieuse d’éléments importés. L’organisation politique s’inspirait du système constitutionnel anglais par l’intermédiaire de Benjamin Constant. Bien ou mal, la monarchie brésilienne a essayé un gouvernement de cabinet avec des partis nationaux, des élections et une presse libre20.

28Après l’échec de l’Acte additionnel rédigé pour Bonaparte pendant les Cent Jours, Constant avait cherché une issue aux crises révolutionnaires en reprenant la conception exposée par Montesquieu d’un gouvernement modéré. La Restauration monarchique en France pouvait ainsi retrouver sa légitimité traditionnelle tout en limitant efficacement d’éventuels conflits de pouvoirs.

29Cependant, le problème pour l’Amérique républicaine n’avait pas comme origine les erreurs inévitables de cette transposition constitutionnelle comme on l’a vécue, par exemple, dans l’Empire du Brésil. La question était peut-être plus grave puisque aucune des constructions républicaines ne pouvait enrayer les effets de l’anarchie belliqueuse, cette “aristocratie militaire” qui, comme Sucre le pressentait, «  en s’emparant partout du commandement, opprimait le citoyen au mépris absolu des garanties et des droits ; ces abus étaient si enracinés que le terrible pouvoir de la dictature lui-même ne pouvait les maîtriser »21.

30Cette anarchie qui se normalisait avec l’instauration d’un “caudillismo” militaire dans plusieurs régions, a détruit dans la première décennie de l’indépendance plusieurs projets fédéralistes et dans la deuxième, entre les années vingt et trente, les constitutions unitaires du Rio de la Plata et ce qui a été probablement le plan le plus élaboré pour donner naissance à une république mixte : celui de Bolívar en 1826.

31Ces vingt premières années de vie indépendante ont donc révélé plusieurs niveaux d’illégitimité : l’écroulement des constitutions républicaines mettait à nu la réalité élémentaire d’un pouvoir fragmenté, sans monopole de la force ni capacité fiscale. En même temps, cette disparition brutale des attributs de l’État et de son régime constitutionnel dévoilait les tares de la vieille société coloniale avec sa culture, ses usages et ses préjugés que la guerre avait déclenchés et stimulés.

32Le passé prenait ainsi sa revanche sur la foi en la constitution. En 1837, dans un climat déjà imprégné de romantisme, Juan Bautista Alberdi l’admettait :

Le fracas du char et des trompettes nous assourdit… Aujourd’hui, messieurs, notre patrie innocente et pure qui souriait, prise dans ses naïves illusions de virilité, sent brusquement peser sur son épaule une main qui l’oblige à se retourner et à considérer la face austère du Temps qui lui dit : L’heure des illusions est passée, il te faut revenir sous mon sceptre22.

33Alberdi n’était pas encore parti pour le Chili ( l’exil allait le conduire d’abord à Montevideo et ensuite à Santiago et à Valparaíso), mais la constitution que, quatre années plus tôt, avaient établie Portales, Egaña et Andrés Bello, confirmait ce jugement. Dès 1822, en fait, Portales reconnaissait la République comme « le système qu’il faut adopter » et il recommandait, pour l’instituer,

un gouvernement fort, centralisateur, dont les membres soient d’authentiques modèles de vertu et de patriotisme, pour être en mesure de guider les citoyens dans la voie de l’ordre et des vertus civiques. Lorsqu’ils auront atteint cette morale, pourra venir cet autre gouvernement complètement libéral, ouvert, empreint d’idéal, auquel tous participeront23.

34Avènement inéluctable de la république et restauration de l’ordre : sur cette formule schématique, la constitution chilienne de 1833 a posé les bases de l’État, maintenant le principe de la légitimité républicaine et faisant confiance au développement de la société civile. L’ordre selon Portales s’est exprimé à travers deux institutions destinées à une longue vie en Amérique latine : l’état de siège et les latitudes exceptionnelles consenties au titulaire de l’exécutif, « deux grands leviers de pouvoir – selon le critique libéral Benjamín Vicuña Mackenna – qui forment l’âme et tout l’être de la Constitution de 1833  »24. La tradition libérale, de son côté, se manifestait, dans cette même constitution, par la représentation populaire (art. 2) et par l’égalité de tous devant la loi avec la suppression des privilèges et de l’esclavage (arts. 12 et 32).

35Au-delà des nécessités pratiques, ce compromis entre passé et présent (un apologiste du régime de Portales, Alberto Edwards25, va jusqu’à affirmer qu’il s’agissait de « restaurer la monarchie matériellement et moralement ») a pu s’appuyer sur un dispositif théorique ignoré lors des étapes fondatrices. Cette vision de l’ordre post-révolutionnaire a eu sur Alberti une influence déterminante et a réorienté de manière décisive les interrogations et les réponses politiques du moment.

36Une fois traversée la période initiatrice encore dominée par les conventions de l’ancien régime espagnol, les constitutions élaborées au cours d’une deuxième étape, aussi brève que la précédente, ont attribué à l’individu et au peuple souverain une légitimité absolue (l’idée républicaine telle que l’avait conçue Sieyès englobait les deux sujets dans une entité unique). Le troisième pacte républicain que certains pays se sont efforcés de mettre en place entre les années trente à soixante se basait, par contre, sur un examen du terrain social et des héritages du passé pour concilier dans une structure originale les principes opposés qui, depuis l’indépendance de l’ Amérique latine, n’avaient cessé de s’y affronter.

37Du concept d’une citoyenneté abstraite et universelle, on était passé à un autre, celui d’une citoyenneté de nature concrète et historique, façonnée par les circonstances. Dans ce domaine, différents représentants du libéralisme doctrinaire en France – aussi bien Victor Cousin que François Guizot – fournissaient les instruments d’analyse nécessaires. Alberdi, par exemple, a réalisé un inventaire exhaustif des antécédents unitaires et fédéraux qui rivalisaient dès l’origine de la société argentine et il a proposé de les réunir dans une synthèse pragmatique apte à satisfaire tout le monde.

38En 1847, cinq ans avant la chute de Rosas, Alberdi écrivait :

Rivadavia a proclamé l’idée de l’unité : Rosas l’a réalisée. Les fédéraux et les unitaires ont agi les uns et les autres dans le sens de la centralisation républicaine : leur opposition, marquée par la fougue des peuples jeunes, ne les a pas empêchés, au fond, de tous servir leur patrie en favorisant l’unité nationale. Les unitaires ont perdu ; mais l’unité a triomphé. Les fédéraux ont vaincu ; mais la fédération a succombé. Le fait est que, du sein de cette guerre doctrinale, a surgi le pouvoir faute duquel la société n’est pas viable et la liberté même reste impossible26.

39L’armistice ainsi conclu entre des principes opposés (religion et laïcité de l’Etat, ordre et liberté, centralisation et fédéralisme) supposait une réinterprétation de la souveraineté. Les conseils et assemblées, « cabildos » et « ayuntamientos », héritiers de la souveraineté monarchique, devenaient les représentants d’une imaginaire volonté du peuple. Avec l’échec de ces deux tentatives allait se manifester une souveraineté de fait, celle des peuples en armes et des chefs militaires.

40Le nouveau système constitutionnel s’est alors proposé de convertir cette souveraineté de fait en une souveraineté de droit basée sur la raison et non plus sur la volonté populaire. Le pacte républicain allait imposer des limites à l’action du peuple, de façon à ce qu’une élite, interprète de cette raison dont l’exaltation révolutionnaire avait fait fi, dispose exclusivement de la liberté politique, garantissant ainsi la généralisation des libertés civiles. La constitution résultante était à la fois conservatrice et libérale : autrement dit, elle plaçait le pouvoir entre les mains d’un nombre restreint de citoyens chargés de gouverner une république ouverte à tous.

Je ne partage pas le fanatisme des novices ou des hypocrites – affirme, sur un ton tranchant, Alberdi – qui exigent des libertés politiques illimitées pour des peuples qui savent uniquement les utiliser pour se donner leurs propres tyrans. Mais je souhaite pour nos peuples les libertés civiles sans restriction, parmi lesquelles les libertés économiques d’acquérir, transférer, travailler, naviguer, commercialiser, circuler et exercer toutes sortes d’industries.

41 La tension entre souveraineté de fait et souveraineté de droit (ou souveraineté de la raison) a été exposée par Guizot dans le cadre du régime monarchique. 29 Son adaptation aux institutions républicaines d’Amérique latine pouvait se référer aussi bien à une constitution centraliste comme celle du Chili de 1833 qu’à une constitution fédérale comme celle de l’Argentine de 1853. Les conseils de Guizot semblaient convenir à l’une et à l’autre. Le premier :

C’est par l’étude des institutions politiques que la plupart des auteurs ont essayé de connaître l’état de la société, le degré ou le type de civilisation. Il aurait été plus sage d’étudier d’abord la société afin de comprendre ses institutions politiques. Avant d’être une cause, les institutions politiques sont un effet ; la société les produit avant d’être modifiée par elles27.

42Le second:

Un bon système de gouvernement et d’organisation du pouvoir, un bon système de garanties pour la liberté : dans ces deux conditions réside la valeur du gouvernement en général, religieux ou civil ; tous doivent être jugés selon ce critère28.

43Ainsi semblait se conclure l’un de ces itinéraires intellectuels qui ont abouti aux systèmes constitutionnels d’Amérique latine et se résoudre, provisoirement, le problème posé par Monteagudo. La nouvelle souveraineté qui se forgeait tenait moins compte, désormais, du critère rigoureux de séparation des pouvoirs proposé par Constant et se souciait davantage de répondre au besoin urgent de donner naissance à un « citoyen capacitaire  »29, muni des attributs convenables (tradition, privilèges acquis, propriété et éducation) afin de conserver l’ordre constitué.

L’invention de la société civile

44Ce compromis constitutionnel précocement instauré dans le Cône sud, plus résolument en Argentine qu’au Chili où la dispute entre libéraux et conservateurs n’a pas cessé pendant les quatre décennies de la république de Portales, n’a pas été aussi clairement défini dans le reste de l’Amérique latine. Au Mexique d’abord, où conservatisme et libéralisme n’avaient pas fusionné dans les constitutions fédérales de 1824 et de1857. Leur réformisme libéral (en ce qui concerne, surtout, dans la constitution de 1857, une définition locale de la citoyenneté, la séparation de l’Église et de l’État, les déclarations des droits et des garanties)30 contrastait avec les réactions conservatrices et centralistes qui prétendaient imposer une constitution monarchique (ce que visait en 1864 l’aventure impériale de Maximilien).

45L’opposition entre une constitution libérale et fédéraliste et une monarchie centralisatrice occupe une grande partie du XIXe siècle mexicain et coïncide avec des événements comme l’intervention étrangère, le démembrement du territoire et même avec l’instrumentalisation de l’histoire pour justifier l’option conservatrice31. Si la fusion de ces principes présentait un intérêt quelconque dans le cas le Mexique, c’est dans le régime imposé par Porfirio Diaz vers la fin du siècle qu’il conviendrait de suivre son évolution32.

46En tout cas, il est peut-être possible d’identifier un aspect commun aux différentes expériences constitutionnelles : l’entreprise de construire, à partir d’un État en voie de consolidation, une société civile apte à légitimer un projet libéral qui, soit par conviction soit par calcul, se réclamait de l’avenir. Si le mot « entreprise » est utilisé ici, c’est que l’un des traits originaux du système constitutionnel latino-américain (il conviendrait sans doute d’y adjoindre le Brésil) dans la grande famille du libéralisme, est de considérer la formation de la société civile, non comme un processus spontané, mais comme le résultat d’une action délibérée telle que l’avait envisagée, par exemple, l’école écossaise du XVIIIe siècle. La société civile n’a pas été alors dans nos nations la cause et le moteur du système constitutionnel ; elle en a été le but et l’effet.

47Dans cette longue quête, l’image du républicanisme classique, où brillait un législateur vertueux qui édictait de justes lois, s’est bien vite incarnée en d’autres personnages. On a vu entrer en scène de nouveaux protagonistes d’une bonne constitution : l’économiste et le pédagogue, tous deux investis d’une mission aussi transcendante, ou plus, que celle du législateur primitif. En 1812, au Guatemala, José Cecilio del Valle déclarait :

Un génie observateur, dans une société de philosophes, choisit de considérer l’homme cultivé comme un citoyen, c’est-à-dire comme quelqu’un qui a plus de droits que d’autres à être intéressant. Moi, sans rechercher un succès semblable, je choisirai de m’intéresser à l’Économiste, qui réunit plus sensiblement les attributs du citoyen et celles de l’homme de culture… Newton, en étudiant l’univers physique pour découvrir le principe général du mouvement, l’équilibre et l’harmonie des sphères qui le forment, est un génie sublime digne des regards du Ciel. L’économiste, en étudiant le monde politique pour découvrir l’origine de la richesse et le bonheur des peuples, semble un être divin digne d’adoration et de reconnaissance33.

48On le voit, les hérauts de cette version particulière du credo libéral se sont employés à détruire le prestige historique des militants et des guerriers dans le but de parvenir à une culture de caractère pacifique et commercial. Montesquieu avait constaté dans le premier chapitre du Livre XX de L’Esprit des lois que « là où il y a du commerce, il y a des coutumes paisibles » et Adam Smith enseignait, dans sa Recherche sur la nature et les causes de la richesse des nations, que l’évolution spontanée de la société au moyen de la division du travail pouvait entraîner, un jour, des progrès considérables. Benjamin Constant, pour sa part, considérait cet aspect de l’évolution humaine comme le composant essentiel de la « liberté des modernes » accompagné, naturellement, des garanties que doit fixer une constitution.

49En Amérique latine, ces images s’alignent du Nord au Sud. Il est possible qu’entre le Mexicain José María Luis Mora et Juan Bautista Alberdi il n’y ait jamais eu de communication (Mora est mort en 1850 lorsque Alberdi n’avait pas encore fait connaître ses Bases y puntos de partida para la organizaciòn política de la República Argentina). Les deux publicistes sont unis, cependant, dans la même persévérance à promouvoir un régime constitutionnel qui libère des nations à peine esquissées d’un despotisme militaire endémique, dont l’inspiration provenait de quelques vertus anciennes telles que la soif de gloire, de pouvoir ou d’honneur, qui devaient faire place aux modernes valeurs pacifiques du progrès.

50En 1827, Mora distinguait trois catégories de gouvernants :

La première correspond à ceux qui ne se décident à occuper les places les plus élevées qu’avec une authentique répugnance et sans autre but que de remplir les obligations que la loi et la société leur imposent… La deuxième correspond à ceux qui aspirent à commander et à prendre de l’importance, ce qui les pousse à former un parti, mais en restant toujours dans les limites légales et en mettant à profit leurs dons naturels pour influer sur leurs semblables… La troisième correspond à ceux qui aspirent au commandement sans avoir de mérites pour l’exercer et qui tâchent donc de l’obtenir par toutes sortes de violences, transgressant les lois et ignorant les citoyens ; c’est à cette catégorie qu’appartient la masse des ambitieux, nombreux à prétendre diriger les autres sans avoir pour cela ni dons ni dispositions. On en voit l’exemple chez nombre de terroristes de la Révolution Française et chez certains gouvernants des nouvelles nations de l’Amérique34.

51Armé de cette classification, Mora comparait le modèle des Etats-Unis aux avatars des états d’Amérique du Sud, du Mexique jusqu’au Chili et à l’Argentine. Si Washington était l’exemple le plus achevé de la première catégorie de gouvernants, et les partis qui se sont formés aux Etats-Unis celui de la seconde, l’échec de San Martín et de Monteagudo à Lima, celui d’Iturbide au Mexique démontraient que « le chemin lisse et connu de l’honnêteté et des lois est préférable aux calculs les plus abstrus de la politique. »35

52Pour Mora, le contraste entre ces types de guerriers est nécessaire, car il montre que toutes les constitutions ne portent pas nécessairement l’empreinte d’un militaire victorieux qui, après avoir conquis l’indépendance, serait devenu un législateur intelligent. L’œuvre ne pouvait être complète qu’en transformant de fond en comble la société traditionnelle. À l’économiste, confiant dans la nouvelle providence qui régissait l’histoire, se sont ajoutés bien vite, dans le débat constitutionnel, d’autres acteurs collectifs d’importance équivalente. Dans un registre analogue à celui de Mora, Alberdi soutient que les constitutions doivent faire leur deuil de l’épopée de l’indépendance. Ses héros,

après avoir effectivement répondu aux besoins de l’Amérique à un moment donné, ignorent aujourd’hui jusqu’à un certain point les exigences de notre continent. La gloire militaire présente à leurs yeux plus d’intérêt que le progrès social36.

53Les constitutions vont donc réparer cette erreur en instaurant les moyens institutionnels d’atteindre ces objectifs modernes : «  avoir un peuple, avoir des chemins de fer, voir naviguer sur nos fleuves, voir nos états prospérer. »37 Ainsi le constitutionnaliste, s’attachant à résoudre les problèmes économiques du progrès, devenait l’exécutant d’un programme de modernisation qui descendait en cascade du sommet du pouvoir jusqu’à une société en formation. Telle semblait être la thérapeutique la plus efficace pour guérir les maux hérités du passé:

Elle consiste à élever nos peuples à la hauteur de la forme de gouvernement que le besoin nous a imposée ; à leur donner l’aptitude qui leur manque pour être républicains ; à les rendre dignes de la république que nous avons proclaméeet que nous ne pouvons actuellement ni pratiquer ni abandonner ; à améliorer le gouvernement en améliorant les gouvernés ; à améliorer la société pour obtenir l’amélioration du pouvoir, qui en est l’expression et le résultat direct38.

54Pour ce faire, le système constitutionnel allait s’ouvrir sur le monde extérieur. Au début de l’indépendance, l’idée de citoyenneté plaçait l’élite « criolla » au rang de conductrice éclairée du processus constituant. Par la suite, a-t-on affirmé, cette entreprise viciée par un esprit belliqueux qui n’était plus de saison devait faire appel à l’étranger pour propager la discipline caractéristique des sociétés industrielles dans des contrées qui l’ignoraient.

55En 1833, au Mexique, Mora et d’autres publicistes défendaient, face à des positions xénophobes, l’égalité civile entre Mexicains et étrangers39 et, douze ans plus tard, Alberdi demandait :

Voulons-nous implanter en Amérique la liberté anglaise, la culture française ? Introduisons chez nous des éléments vivants dans les us et coutumes de ces pays en accueillant leurs habitants. Voulons-nous que les habitudes d’ordre et d’industrie dominent dans notre Amérique ? Remplissons-la de gens chez qui ces habitudes sont profondément ancrées. Elles sont contagieuses : aux côtés de l’industriel européen, l’industriel américain se forme vite La plante de la civilisation se diffuse rarement par les graines. Elle est comme la vigne qui se multiplie par bouturage40.

56Le point de vue sur l’apport étranger était, au départ, large et généreux, bien que circonscrit par la distinction élaborée au XVIIIe siècle entre résidents et citoyens ou entre citoyens passifs et citoyens actifs. L’élargissement de la perspective, dans les années suivantes, était évident. La contribution de l’extérieur à la civilisation était planifiée à partir de ces « éléments vivants » du travail et de l’industrie et des nouveaux capitaux, y compris ceux des moyens de transports, qui allaient affluer, protégés par la sécurité juridique.

57Cette opération se drapait dans la rhétorique saint-simonienne qui se rajoutait, sans rupture apparente, à la vision du commerce et de la division du travail à laquelle conduisait la lecture d’Adam Smith, Montesquieu et Jean-Baptiste Say. Dans les premières approches, prévalait la confiance dans l’action spontanée de la liberté. Dans celles qui leur ont très vite succédé, réapparaissait une sorte de croyance passionnée dans l’ancien concept de cette « éducation par les choses »  qu’illustrent bien, dans les années trente, les écrits d’un saint-simonien modéré, Michel Chevalier :

Le chemin de fer de Paris à Londres serait un établissement commercial de premier ordre ; ce serait aussi une nouvelle base politique, un chaînon d’une alliance plus étroite entre la France et l’Angleterre. Mais c’est surtout comme instrument d’éducation qu’il importe de le recommander, car il n’y a pas à craindre que les deux autres points de vue soient négligés. L’industrie - disais-je - s’apprend avant tout par les yeux. C’est particulièrement vrai pour les ouvriers ; car chez eux, en raison de leur mode de vie, le monde des sensations domine le monde des idées. Or, l’avancement de l’industrie ne dépend pas moins du progrès des ouvriers que de celui des directeurs et des chefs d’atelier. Il conviendrait donc d’envoyer un certain nombre d’ouvriers qualifiés passer quelque temps en Angleterre, tout comme l’administration des Ponts-et-Chaussées le fait régulièrement aujourd’hui pour quelques ingénieurs41.

58Le recours à l’étranger pour transformer la société civile comportait un pari sur l’avenir. Le pacte constitutionnel devait permettre d’incorporer des capitaux et des immigrants qui modifieraient progressivement le style de la citoyenneté « criolla ». Ces immigrants récents, jouissant pleinement des droits civils mais dépourvus de droits politiques, étaient censés propager le sens des responsabilités citoyennes grâce à leur travail, puis à leur descendance.

59Avant d’en arriver là, cependant, il importait de maintenir strictement la séparation entre résidents et citoyens. Cette conception instrumentale du système constitutionnel, avec des contrastes plus tranchés dans les pays ayant reçu des masses considérables d’immigrants, contredisait une tradition d’humanisme civique que beaucoup avaient déjà abandonnée. La pierre de touche du débat a été l’interprétation donnée à l’instruction publique en tant que formatrice de la citoyenneté républicaine. Le système constitutionnel assumait ainsi un autre rôle tout aussi essentiel : celui de formateur des nouveaux citoyens.

60L’idée d’une constitution capable de façonner et d’animer une masse jusqu’alors inerte d’habitants peu préparés à la citoyenneté remonte aux origines antiques ou plus récentes de la tradition républicaine. Depuis 1792, date à laquelleCondorcet présentait à Paris, à l’Assemblée Législative, un plan général d’éducation publique, les tentatives pour créer, grâce à l’éducation, une société civile idéale, se sont répétées de part et d’autre de l’Atlantique Nord. En France, au cours d’un siècle de progrès et de reculs, le projet de Condorcet a fini par aboutir aux lois de Jules Ferry rédigées entre 1879 et 1883. Aux Etats-Unis, l’œuvre d’hommes comme Horace Man ou la législation éducative new-yorkaise ont inspiré les auteurs latino-américains.

61Considérée sous cet angle, l’éducation publique tenait un rôle de premier plan dans l’action sociale : il ne s’agissait plus d’une loi parmi d’autres mais d’une partie intégrante du projet novateur du système constitutionnel. Pendant cette quête qui a duré près de cent ans, l’éducation a obéi à de profondes continuités, naissant avec l’espoir dérivé de l’humanisme civique pour culminer avec l’affirmation que «  la finalité de la démocratie est la fusion des classes. »42 À travers ces variations, persiste l’identité d’une morale républicaine enseignée dans des établissements publics et succédant à la morale périmée des époques précédentes.

62Mais si, d’un côté, l’éducation répondait dans une large mesure à l’idéal antique du citoyen vertueux, elle obéissait aussi à un autre besoin : inculquer l’obéissance à l’ordre constitutionnel en vigueur. Elle présentait ainsi deux faces : d’une part l’orientation républicaine vers des perspectives démocratiques, et par conséquent vers le changement et les conflits ; de l’autre, la soumission des nouveaux citoyens à un consensus imposé par la hiérarchie.

63La personnalité de Domingo Faustino Sarmiento dans le Cône Sud a reflété cette ambivalence qui n’était pas étrangère à la pensée d’Andrés Bello et aux idées de l’éducateur uruguayen José Pedro Varela. D’un voyage aux Etats-Unis, à la fin des années quarante, Sarmiento a retenu le projet, élaboré en 1812, d’éducation publique de l’état de New York, ainsi que idée, exposée de longue date par Montesquieu, qu’une république a besoin de toute la force de l’éducation43.

64À la même époque, à la suite de Tocqueville, il inscrivait le thème de l’éducation dans la marche progressive de l’histoire vers l’égalité:

Le lent progrès des sociétés humaines a créé de nos jours une institution inconnue des siècles passés. L’instruction publique, dont l’objet est la préparation massive des nouvelles générations à l’usage de l’intelligence, par la connaissance, fût-elle rudimentaire, des sciences et des faits nécessaires pour former la raison individuelle, est une institution purement moderne, née des dissensions du christianisme et revendiquée comme un droit par l’esprit démocratique de la société contemporaine. Allons plus loin : les droits politiques, c’est-à-dire l’action des individus sur le gouvernement, a précédé la préparation intellectuelle que suppose l’usage de ces droits. Rien n’aurait semblé cependant plus raisonnable que de demander à celui qui va donner son avis sur la gestion des affaires publiques si sa volonté y était suffisamment préparée et guidée par l’intelligence, la culture et la connaissance des faits qui permettent de prévoir les conséquences, bonnes ou mauvaises, de la ligne de conduite adoptée. Mais on pourrait dire que l’histoire a pris de l’avance ; et la loi n’ose plus poser comme condition de l’usage des droits qui revient à l’homme – par le simple fait d’être une personne rationnelle et libre - la capacité de l’exercer à bon escient44.

65Dans ce texte de Sarmiento on notera la dialectique qui s’instaure entre le citoyen et la discipline constitutionnelle. Si, dans l’espace public animé par l’énergie civique communiquée par les journaux et les associations, l’éducation se met au service de la vertu républicaine, dans les relations qui se nouent entre l’individu et le système légal, elle suit une voie plus pragmatique mais tout aussi nécessaire.

66À la fin de son deuxième mandat, en 1841, dans un message rédigé par Andrés Bello, sorte de bilan d’une décennie de gouvernement, le président du Chili Joaquín Prieto rappelait «l’insécurité généralisée et l’inquiétude dans lesquelles se trouvait la république peu avant que je ne prenne le pouvoir » et il se félicitait d’y avoir trouvé un remède car

l’un des instruments les plus efficaces de prévention des délits, du moins ceux qui attaquent les personnes et sont particulièrement terrifiants par leur caractère atroce et barbare, est la diffusion de l’enseignement primaire, à laquelle le gouvernement s’est consacré avec ténacitésous mon administration45.

67De même, en 1874, alors que plus de vingt ans s’étaient écoulés depuis que Sarmiento avait publié au Chili Civilización y barbarie, José Pedro Varela proposait à l’Uruguay de dompter , au moyen de l’éducation, la « liberté sauvage du gaucho » du Rio de la Plata, faisant de celui-ci un travailleur calme et pondéré. Varela ajoutait  : « L’éducation réduit les crimes et les vices » car l’homme éduqué trouve toujours dans ses propres lumières, pour s’opposer au débordement de ses passions mauvaises, une barrière que l’on chercherait en vain chez l’ignorant46. »

68La tension entre ces objectifs assignés à l’éducation publique est semblable à celle que nous avons déjà remarquée entre la formation liée à l’essor de l’industrie et de l’immigration et l’enseignement public imposé par la constitution. L’idéal d’une société livrée à un progrès «  faustien » par l’initiative individuelle et ses réalisations se heurtait souvent à l’ambition de former une communauté politique intégrée par des citoyens responsables.

69Ce conflit s’est exprimé lors des débats constitutionnels de la moitié du siècle et dans ceux qui ont surgi vers les années quatre-vingt-dix au moment où le Brésil s’engageait à son tour dansl’aventure républicaine47, dans un contexte de règles implicites. Peut-être parce que les «modernes », plus attentifs à une société de marché, et les « anciens  », d’abord soucieux de la citoyenneté, partageaient la conviction que le pacte constitutionnel inaugurait une entreprise de modernisation placée sous le contrôle de ceux qui estimaient posséder les clés du progrès. Dans ce sens, les succès et les échecs du système constitutionnel du XIXème siècle en Amérique latine annonçaient le destin d’une modernisation manquée.

L’inversion du système représentatif

70Les notions de volonté populaire et de développement de la société civile avaient changé. Il y a lieu de se demander si le concept opérationnel de peuple souverain, concrétisé dans l’action des corps électoraux, si fréquente dans nos pays, pour contrôler leur propre succession et s’assurer les suffrages, gardait un quelconque rapport avec les concepts constitutionnels ou si, au contraire, ces pratiques mettaient en contradiction les règles normatives de la vie politique et sa réalité.

71Le problème est complexe. Les solutions de compromis attirent simultanément les principes constitutionnels vers deux pôles : celui des idéaux démocratiques et celui des pratiques oligarchiques. Rien d’étonnant, donc, à que la distance entre ce que la loi prescrit et ce que font subrepticement les acteurs politiques ait inspiré des prises de positions opposées. Les critiques de l’oligarchie se heurtaient souvent aux partisans résolus du pouvoir suprême de la raison et à leur conviction que la modernisation passe nécessairement par la volonté des gouvernants.

72Ceux-ci n’allaient pas, cependant, jusqu’à consacrer dans une constitution des pratiques qui, d’après de nombreux observateurs de l’époque, remontaient au régime colonial avec la fiction d’un système représentatif régnant dans les gouvernemenst municipaux de « cabildos » et d’«ayuntamientos ». D’après cette interprétation, la méthode qui consistait dans le passé à faire nommer les membres des corporations municipales par leurs prédécesseurs était à l’origine de la coutume qui, dans la période républicaine, poussait le fonctionnaire sortant à intervenir dans la désignation de celui qui allait le remplacer48.

73De ceci dérivait, naturellement, un double problème. Pour un constitutionnaliste soucieux de concilier des principes opposés et d’accélérer la modernisation, il semblait en effet très différent de jeter les bases d’un ordre fondé sur une compétition pacifique entre les membres d’un électorat restreint et de voir, dans ce cadre, émerger un rgime de fait, décidé à imposer le contrôle de sa propre succession. Dans un cas, la république ouvrait la voie à une oligarchie compétitive, favorisant une alternance pacifique dans l’exercice du pouvoir et, dans l’autre cas, cette même république s’incorporait une poignée de factions à vocation hégémonique qui manipulaient les suffrages pour contrer l’opposition49.

74Cette contradiction était présente dès le début d’un long processus d’évolution démocratique car le débat sur la définition du peuple souverain se basait sur le respect d’une liberté politique authentique, seul moyen légitime de générer une représentation élective du bas vers le haut. Ainsi, cet idéal de la liberté politique a été l’instrument qui permettait de mesurer la distance qui séparait les normes constitutionnelles des pratiques du pouvoir, sans doute en raison du fait que le contrôle de la succession était mieux enraciné dans le monde réel que que beaucoup de constitutionnalistes ne l’imaginaient.

75Simon Bolívar est peut-être celui qui, dans la dernière étape de son action de législateur, a pris en compte cet enracinement et tâché de le légitimer, sans succès, dans son projet de constitution de 1826. Pour Bolívar, les désordres liés à un présidentialisme imposé par le besoin républicain, mais qui se retrouvait isolé et sans défense face aux luttes armées (le régime parlementaire était à l’époque l’apanage des monarchies constitutionnelles, y compris celle de l’Empire du Brésil), ne pouvait être surmontés qu’en concentrant au maximum l’autorité de l’exécutif. Bolívar espérait que le président de la République de la future constitution serait pour la Bolivie « comme le soleil qui, immobile en son centre, donne la vie à l’Univers. »

76Bolívar imaginait ce président investi d’une «  autorité suprême qui devait être perpétuelle ; parce que, dans les systèmes sans hiérarchie, on a besoin plus qu’ailleurs d’un point fixe autour duquel gravitent les magistrats et les citoyens, les hommes et les choses. »  Élu à vie, comme l’avaient proposé les tendances les plus conservatrices à la convention de Philadelphie présidée par Hamilton, le président selon Bolívar avait en outre le pouvoir, et même l’obligation imposée par la constitution, de nommer son successeur :

Le président de la République désigne le vice-président pour qu’il administre l’État et lui succède. Par cette décision, on évite les élections, qui produisent le grand fléau des républiques : l’anarchie, luxe de la tyrannie, qui est le danger le plus immédiat et le plus terrible pour les gouvernements populaires50.

77Le projet de Bolívar n’a connu la réussite ni sur le plan pratique ni sur le plan doctrinal. Mais le caractère quasi monarchique du système présidentiel latino-américain a subsisté longtemps sans trop de difficultés, tempéré seulement par le principe qui interdisait la réélection immédiate du titulaire de l’exécutif. Même si la constitution chilienne de 1833 admettait la réélection en la limitant à un seul mandat, la règle de non-réélection immédiate et définitive restait inscrite dans d’autres constitutions (par exemple celle de l’Uruguay de 183951 et de l’Argentine de 1853) et fut revendiquée par l’opposition quand le régime de Porfirio Díaz institua au Mexique la réélection du président vers la fin des années 80.

78Le contrôle de la succession doit être considéré sous plusieurs aspects. Fondamentalement, il ne peut être séparé des traditions issues de l’ancien régime, avec le pouvoir de clans familiaux et, suivant des modalités diverses selon les pays et les régions, une organisation informelle de liens personnels et sociaux.52 Il faut également remarquer que, dès que l’on a franchi le pas entre ces structures informelles et les charges explicitement définies par les constitutions, le contrôle de la succession évolue selon le degré de centralisation prévu par la forme de gouvernement. Au Chili centraliste de la constitution de Portales, par exemple, le contrôle que le pouvoir exécutif exerçait sur le processus électoral n’a pas eu besoin de recourir à une institution clé pour d’autres interventions fédérales dans les provinces53.

79En tout cas, le contrôle de la succession ne doit pas être jugé suivant un modèle bureaucratique aux hiérarchies strictes et aux effets automatiques. À la rigueur, l’analyse y découvre, plus que le déroulement d’un programme délibérément conçu, une intention dominante, surtout chez ceux qui avaient des charges exécutives, soumise à des attaques et à des accusations réitérées. Ces polémiques sont nées des efforts pour élargir une citoyenneté limitée, avec peu de contrepoids54, révélant du même coup une vérité élémentaire : ces pratiques ne faisaient nullement l’objet d’un consensus.

80Le contrôle de la succession, en fait, était perçu comme un tribut à la nécessité, jamais comme un dispositif valable en soi et digne d’être maintenu. C’est dans ce contexte que s’est forgée l’image du cacique, du « gamonal  ou du « caudillo » (tous synonymes se référant à la même fonction électorale). Remarquons que le système des caciques, loin d’être une invention latino-américaine, était un phénomène typique, en Espagne, en Italie, au Portugal, de la culture politique méditerranéenne55, capable de s’adapter efficacement aux exigences fonctionnelles des diverses constitutions et régimes politiques.

81En même temps, ce système n’avait pas de légitimité reconnue, comme le prouve le mépris constant que les études de mœurs et la prose politique manifestent à l’égard du cacique électoral (un mépris qu’affichaient, soit dit en passant, ceux qui utilisaient directement et sans grands scrupules le réseau des caciques à la veille des comices). Les témoignages embrassaient une grande variété de pays et de situations.

82En Colombie, où dès Francisco de Paula Santander, s’est constituée une société civile capable de résister aux conflits entre les libéraux (qui créèrent le système constitutionnel fédéral des années 50 et 60) et les conservateurs (qui imposèrent la république centraliste de 1886, promise à une longue vie), un dirigeant conservateur décrit ainsi, vers le milieu du siècle, un cacique de Zipaquira :

Le coryphée de la plèbe conservatrice locale était un mastondonte, d’une taille monstrueuse, avec une voix à l’avenant, vêtu d’une espèce de poncho. Son arme habituelle était la massue, en religion, il était fanatique. Boucher de son état, conservateur à outrance, il faisait partie des bagarreurs et des fanfarons que tolèrent discrètement quand ils ne les encouragent pas ouvertement les puissants et les notables56.

83On peut comparer ce portrait satirique avec celui qu’un publiciste conservateur argentin trace, au début du XXème siècle, d’un « caudillo électoral »  de la province de Buenos Aires : celui-ci est un « tigre des plaines » [l’auteur se réfère évidemment au surnom que Sarmiento avait donné au mythique personnage de Facundo dans Civilización y barbarie] diminué, rasé, descendu de cheval, refréné… Un chat de la pampa qui atteint le pouvoir petit à petit en débutant comme médiateur entre les paysans et le patron (il les mène à l’élection) et en continuant comme conseiller municipal, gouverneur, député provincial et, finalement, législateur national » 57.

84Les transactions d’arrière-boutique des gouvernants avec de tels agents plébéiens, méprisés et sans doute encore plus fortement méprisés à mesure qu’ils montaient en grade, reflètent une forme de représentation inversée qui reliait le sommet national aux échelons locaux. Les maires, les commis municipaux, les gestionnaires administratifs et les commissaires de police, les teneurs de registres électoraux et les juges locaux constituaient un réseau de responsables qui distribuaient des postes et autour desquels se rassemblaient des clientèles d’électeurs. Il n’est pas évident, cependant, que les responsables législatifs aient tenu des rôles comparables à ceux que jouaient ces échelons subalternes qui reproduisaient, chacun à son niveau, l’autorité suprême que la constitution confiait au président de la République. Par contre, une constatation permet de soutenir une hypothèse plus convaincante : plus le pouvoir présidentiel s’affermit (quelle que soit sa forme officielle, centraliste ou fédéraliste), plus il existe de possibilités d’assurer l’unité des gouvernements électeurs. Les deux processus, en effet, se nourrissent l’un l’autre.

85Néanmoins, le tableau présenté par le régime des caciques est beaucoup plus changeant car les oppositions l’ont dénoncé, réclamant son abolition. L’inversion du système représentatif est ainsi devenue une catégorie explicative de la situation du pays et le drapeau du refus révolutionnaire. Ces mouvements d’opposition tendaient vers l’avènement de la démocratie (alors synonyme de suffrage universel masculin), mais ils n’ont pas réussi à résoudre un problème dont les effets allaient se prolonger au XXe siècle. Comme l’hégémonie des gouvernements électeurs mettait en œuvre une praxis plus solide que les opposants ne l’imaginaient, l’élargissement du suffrage ou l’espoir de le conquérir s’est inscrit dans une culture au sein de laquelle les élites n’avaient pas exercé préalablement la liberté politique dans un contexte de compétition pacifique.

86C’est pourquoi on a vu presque partout la rhétorique révolutionnaire se heurter à la rigidité d’un système hégémonique. Au lieu d’entraîner une confrontation légale entre les divers partis, les conflits se réglaient par la cooptation ou par la marginalisation des adversaires. Cette forme approximative du jeu politique, tel qu’il se présentait par exemple dans les républiques du Cône Sud, restait cependant marquée par la référence constante à la légitimité constitutionnelle, jugée bienfaisante et nécessaire. Le combat révolutionnaire se centrait donc sur ces constitutions que l’on se devait de réformer pour élargir les libertés démocratiques, ou de régénérer pour les débarrasser des souillures de la corruption.

87Le réformisme s’est insinué dans la politique chilienne dans les années 60, après l’échec, dans la décennie précédente, des tentatives d’Errázuriz et Lastarría dans la décennie précédente, et il s’est engagé résolument en 1871 dans un processus de changement constitutionne qui s’est maintenu jusqu’aux événements révolutionnaires de 1891. En Argentine, par contre, les soulèvements de 1874, 1880 et 1890 ne se réclamaient pas du réformisme mais de celui du mouvement régénérateur. Au lieu d’exiger, comme au Chili, la correction des aspects autoritaires de la constitution, les oppositions radicales visaient à remettre en vigueur une constitution minée par la fraude et la corruption.

88Un an après la révolution de 1890, Leandro N. Alem, son promoteur le plus résolu, fondateur de l’Union Civique Radicale, déclarait au Sénat :

Nous qui combattons le système régnant ne sommes pas à proprement parler des révolutionnaires : nous sommes des conservateurs. De notre révolution, on peut dire ce que disait Macaulay de la révolution anglaise, par opposition à la révolution française. Cette dernière a bouleversé le pays tout entier en transformant dans leur totalité l’ordre politique, l’ordre social et l’ordre économique. La révolution anglaise ne faisait que défendre la société des usurpations du despotisme royal. Autrement dit, elle avait pour seul but le rétablissement de ses libertés et de ses institutions58.

89Cet éloge du retour à une « ancient constitution » pour stimuler le développement de la citoyenneté illustre à sa manière la confiance des politiques de l’époque dans la capacité régénératrice des institutions. Ainsi, le conflit entre le dogme constitutionnel et la pratique réelle du pouvoir a influé sur des situations que l’on croyait figées, en tablant sur un fait certes élémentaire, mais hautement significatif : la valorisation des droits et de la citoyenneté reste indissociable de la tradition politique latino-américaine.

Inicio de página

Notas

1 Cet article paraît, revu et actualisé, avec l’autorisation de la revue Estudios Sociales, Nº 11, 1996.
2 Andrés Bello, « Constituciones », El Araucano, nº 914, Santiago du Chili, 11/2/1848, dans Obras completas de Andrés Bello, Caracas, 1981, vol. XXIII, pp. 259s.
3 Andrés Bello, « Política americana », El Araucano, nº 85, Santiago du Chili, 14/4/1832, dans Obras completas, vol. XVIII, p. 84.
4 Andrés Bello,» Reformas a la Constitución « El Araucano, nº 140, 141, et 142, Santiago du Chili, 17 et 25/4 et 1/6/1833, dans Obras completas..., vol XVIII, pp.85s.
5 Andrés Bello, Filosofía del entendimiento, dans Obras completas, vol. III, p.527. Cf aussi Mariano Moreno.

Picón-Salas, «Prólogo : Bello y la historia «, dans Obras completas , vol. XXIII, pp. xxxii et ss., et Olivier Beaulny,  » Andrés Bello et la philosophie anglaise «, dans Bello y Londres, Segundo Congreso del Bicentenario, tome II, Caracas, 1981.

6 Cf. Bartolomé Mitre, Historia de Belgrano, chap. I: « La sociabilidad argentina: 1770-1794 «, dans Obras completas, vol. VI. Sur ce sujet, citons les chapitres II, III et IV de Natalio R.Botana, La libertad política y su historia, Buenos Aire s, Sudamericana, 1991.
7 Tocqueville, A., de, De la démocratie en Amérique, Avertissement de la douzième édition, dans Oeuvres Complètes, Paris, Gallimard, 1961, Tome I, p. XLIV.
8 Cf. Rafael Caldera, « Prólogo: El pensamiento jurídico y social de Andrés Bello «, dans Obras completas, vol.XVIII, pp.xiii et ss. L’œuvre législative de Bello est réunie dans le volume XX, Labor en el Senado des Obras Completas. Les textes officiels que Bello a rédigé pour les présidents Prieto, Bulnes et Montt comprennent trente messages présidentiels entre 1832 et 1860 et dox-huit mémoires du Ministère des Affaires Etrangères entre 1834 et 1853, d’après la sélection critique exhaustive faite par Guillermo Feliú Cruz et la Commission Éditrice pour le vol. XIX des Obras Completas...
9 Simón Bolívar, « Memoria dirigida a los ciudadanos de la Nueva Granada por un caraqueño », dans Simón Bolívar, Doctrina del Libertador, préface d’Augusto Mijares, recueil, notes et chronologie de Manuel Pérez Vila, Caracas, 1979, p.9.
10 « Constitución federal de Venezuela (1811) », dans Pensamiento político de la emancipación, préface de José Luis Romero, sélection, notes et chronologie de José Luis Romero et Luis Alberto Romero, Caracas, 1977, vol I.
11 Mariano Moreno, « Plan de operaciones (1810) », dans Pensamiento politico de la emancipación, vol.I,p. 277.
12 Le concept est de Cornelius Castoriadis dans «La polis grecque et la création de la démocratie», Le débat, nº 38, janvier-mars 1986.
13 « Porteño « désigne les natifs de Buenos Aires. (NE).
14 Mariano Moreno, « Plan de operaciones (1810 )», dans Pensamiento político de la emancipación, vol. I, p. 257. Le « Plan de operaciones « que le Gouvernement Provisoire des Provinces Unies du Rio de la Plata doit appliquer pour « consolider la grande entreprise de notre liberté et notre indépendance » et que Moreno est censé avoir présenté le 30 août 1810, est un document controversé. Quelques auteurs nient son authenticité et le fait que Moreno en soit l’auteur. Ceci est dû en partie au conflit d’images et d’interprétations relatives à la personnalité de ce dernier dans l’historiographie argentine.
15 Bernardo de Monteagudo, « Memoria » (1823) «, dans Pensamiento político de la emancipación, vol.II,p.167.
16 Bernardo de Monteagudo, « Oración inaugural en la apertura de la Sociedad Patriótica (13 de enero de 1812)», dans op.cié, vol I. p. 297.
17 Bernardo de Monteagudo, « Memoria (1823) », dans op.cit., vol II, pp. 169 et 172.
18 D’après l’expression de Luis Castro Leiva dans La Gran Colombia. Una ilusión frustrada, Caracas, 1984, p. 82.
19 Cf. Benjamin Constant, « De la liberté des anciens comparée à celle des modernes «, discours prononcé à l’Athénée Royal de Paris en 1819, dans Benjamin Constant, De la liberté chez les modernes. Ecrits politiques, sélection, présentation et notes de Marcel Gauchet, Paris, 1980.
20 José Murilo de Carvalho, « Entre a liberdade dos antiguos e a os modernos. A Republica no Brasil», Dados. Revista de Ciencias Sociais, vol. 32, nº 3, 1989, p. 270.
21 Antonio José de Sucre, dans G.Fortoul, Historia constitucional de Venezuela, Caracas, 1930, vol. II, p. 661, cit. par Luis Castro Leiva, La Gran Colombia. Una ilusión frustrada p. 113.
22 Juán Bautista Alberdi, « Discurso pronunciado el día de la apertura del Salón Literario «, Buenos Aires 1837, dans Obras completas de J:B:Alberdi, Buenos Aires, 1886-1887,t.I, p.263.
23 Portales à J. M. Cea, 1822, dans Ernesto de la Cruz et Guillermo Feliú Cruz, éds., Epistolario de D.Diego Portales Santiago du Chili, 1937, p. 117, cité par Simon Collier, « Evolución política, institucional, social y cultural de Chile entre 1829 y 1865 «, dans Bello y Chile. Tercer Congreso del Bicentenario, Caracas, 1981, tome I, pp. 26s.
24 Benjamín Vicuña Mackenna, Don Diego Portales [1863], Santiago du Chili, 1974, introduction de Claudio Orrego Vicuña, p.94.
25 Alberto Edwards, La fronda aristocrática. Historia política de Chile, Santiago du Chili, 1959, p. 46.
26 Juán Bautista Alberdi, «La República Argentina 37 años después de su Revolución de Mayo «, 1847, dans Obras completas... tome III, pp. 233s. Cf. aussi Natalio R. Botana, El orden conservador. La política argentina entre 1880 y 1916, 4º éd. avec une étude préliminaire, Buenos Aires, 1994.
27 Juan Bautista Alberdi, Sistema economi co y rentistico de la Confederation Argentina segun su constitutcion de 1853,1855, dans Obras completas, tome IV, p. 188.
28 François Guizot, Historia de la civilización en Europa, (1828), Madrid, 1972, p. 121.
29 D’après l’expression de Pierre Rosanvallon, Le Moment Guizot, chap. III.
30 Cf. en général Enrique Florescano, « La interpretación del siglo XIX » ; sur la formation du concept de citoyenneté à travers la pratique du fédéralisme Marcello Carmagnani, « Del territorio a la región. Líneas de un proceso en la primera mitad del siglo XIX » ; tous deux dans Alicia Fernández Chávez et Manuel Miño Grijalva, coords., Cincuenta años de historia de México, Mexico, 1991, vols. I et II respectivement.
31 Je me réfère à l’Historia de México de Lucas Alamán qu’il a publiée après avoir vécu une précoce expérience politique entre 1849 et 1852.
32 Cf. Charles A. Hale, «Los intelectuales y el poder en México «, dans Memorias de la VI Conferencia de Historiadores Mexicanos y Estadounidenses, pp.93ss.; et The Transformation of Liberalism in late Nineteenth-Century Mexico, Princeton N.J., 1989, en particulier le chap. I, « Introduction: The Problem of Liberalism after 1867  », où Hale argumente sur le thème de la fusion des principes.
33 José Cecilio del Valle, « El Economista. Discurso pronunciado en la Junta General de la Sociedad Económica de Amantes de Guatemala  » (septembre, 1812), dans Obras de José Cecilio del Valle, compilées par José del Valle et Jorge del Valle Matheu, 1930, tome II, pp.33 et 35.
34 José María Mora, « Discurso sobre la alta política de los gobiernos », El Observador, le 19 décembre 1827, dans Obras completas de José María Luis Mora, investigation, compilation et notes de Lilian Briseño Senosiain, Laura Solares Robles et Laura Suárez de la Torre, prologue d’Eugenia Meyer, Mexico, 1986. vol.I, p. 305.
35 Ibid., p. 312, souligné dans l’original.
36 Juán Bautista Alberdi, «Acción de la Europa en América. Notas de un español americano a propósito de la intervención anglo-francesa en el Plata”, publiées dans El Mercurio de Valparaíso le 10 et 11 août 1845, dans Obras completas..., tome III, pp. 85-87.
37 Juán Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida para la organización de la República Argentina. 1858, dans Obras completas..., tome III, chap. X.
38 Ibid., chap. XII.
39 Cf : Charles A. Hale, El liberalismo mexicano en la época de Mora (1821-1853), traduction de Sergio Fernández Bravo et Francisco González Aramburu, Mexico, 1991, p. 183.
40 Juan Bautista Alberdi, « Acción de la Europa en América», p. 88.
41 Chevalier, M., Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836, Vol I, p. 9. Comparer ces conseils de Chevalier avec ce paragraphe d’Alberdi : «À Lima, un couvent et 99 ans de privilège ont été accordés accordés au premier chemin de fer entre la capitale et le littoral : la moitié de tous les couvents qu’il y a là-bas aurait été volontiers donnée si nécessaire. Les chemins de fer sont, dans ce siècle, ce que les couvents étaient au moyen âge : chaque époque a ses moyens de culture». (Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida , p.435)
42 La phrase est de Jules Ferry. Cf. Théodore Zeldin, France,1848-1945, Oxford, 1973, vol. I, pp. 623-626.
43 Idée prise dans Domingo F. Sarmiento, « Educación común. Memoria presentada al Consejo Universitario de Chile sobre estas cuestiones», 1856, dans Obras Completas, San Justo-La Matanza, Universidad Nacional de la Matanza, 2001, t. XII, p.213.
44 Domingo F. Sarmiento, «  Educación popular. Informe presentado al ministro de Instrucción Pública», Santiago du Chili, 8/3/1848, dans Obras completas, t. XI, p. 27.
45 «  Exposición que el Presidente de la República Joaquín Prieto dirige a la Nación Chilena el 18 de septiembre de 1841, último día de su administración”, dans Obras completas de Andrés Bello, vol. XIX, pp.126s.
46 José Pedro Varela, « Los gauchos», Revista Literaria, Montevideo, nº 13, 30/7/1865, pp. 206-207 et La educación del pueblo, Montevideo, 1964, t. I, p. 50. Les deux citations dans José Pedro Barrán, Historia de la sensibilidad en Uruguay, t. II : El disciplinamiento, 1860-1920, pp. 21,22 et 91. Sur Sarmiento et Varela cf. Gregorio Weinberg, « Domingo F. Sarmiento y José P. Varela. Hacia la educación popular», Sur, nº 341, juillet-décmbre 1977.
47 Cf. Luis Werneck Vianna, « Americanistas e Iberistas : A polémica de Oliveira Vianna con Tavares Bastos», Dados, Revista de Ciencias Soiciais, vol. 34, nº 2, 1991.
48 L’historien argentin Vicente Fidel López, qui a été incorporé en 1845 à la Faculté de Philosophie et Humanités de l’Université du Chili, a défendu avec emphase cette image de la représentation inversée dans les «cabildos» dans son Historia de la República Argentina. Su origen, su revolución y su desarrollo político hasta 1852, Buenos Aires, 1883-1893, 10 vols. Cf le chap. VI.
49 Celle-ci est l’hypothèse que j’ai défendue pour le cas argentin dans El orden conservador… en particulier dans le chap. II où l’argument est exposé.
50 Simon Bolívar, « Mensaje al Congreso de Bolivia, Lima, 25 de mayo de 1826», dans Doctrina del Libertador, pp. 223,235 et 236.
51 Cf, Héctor Gross Espiell et Juán José Arteaga, Esquema de la evolución constitucional del Uruguay, 2º éd. actualisée, Montevideo, 1991, chap. II
52 À ce sujet, je renvoie à l’étude de François-Xavier Guerra, Le Mexique. De l’ancien régime à la révolution, Paris, 1985, 2 vols.
53 Sur l’intervention du pouvoir exécutif dans la désignation des sénateurs au Chili jusqu’à la réforme de 1874, cf. Ricardo Donoso, Las ideas políticas en Chile, Buenos Aires, pp.99ss. D’après Collier (dans « Evolución política «, p. 32), l’intervention électorale est, sans doute, l’une des clés les plus importantes pour comprendre la stabilité politique chilienne au XIXème siècle. Pour une comparaison entre les processus électoraux dans les régimes fédéraux du Mexique et de l’Argentine on peut consulter Marcello Carmagnani : « El federalismo liberal en la Argentina», dans Marcello Carmagnani, coord., Tres federalismos latinoamericanos : México, /Brasil/Argentina, Mexico, 1993.
54 Cf. sur le Brésil, José Murilo de Carvalho, « Repúb lica 3 cidadanias», Dados, Revista de Ciencias Sociais, vol. 28, nº 2, 1985, où l’auteur signale : « Les changements imposés par la constitution républicaine, en introduisant le fédéralisme et en supprimant les institutions impériales du Pouvoir Modérateur, le Sénat à vie et le Conseil d’État, n’ont pas été accompagnés par une expansion significative de la citoyenneté politique » (p. 147).
55 Cf. sur l’Espagne, José Varela Ortega, Los amigos políticos. Partidos, elecciones, caciquismo en la Restauración (1875-1900), Madrid, 1977; Joaquín Romero Maura, « El caciquismo: tentativa de conceptualización », Revista de Occidente, nº 127, octobre 1973; sur l’Italie et le Portugal Gabriele Ranzato, « La fucina della sovranità nazionale: le elezioni nei sistemi liberali italiano e spagnolo « et Fernando Rosas, » A crise do liberalismo e as origens do autoritarismo moderno e do Estado Novo em Portugal «, les deux articles dans Anales de la Universidad de Alicante. Historia Contemporánea, nº7, 1989-1990.
56 Cité par Malcolm Deas, « Algunas notas sobre la historia del caciquismo en Colombia », Revista de Occidente, nº 127, octobre 1973, pp. 122s.
57 Octavio R. Amadeo, «  Régimen municipal de la provincia de Buenos Aires», Revista Argentina de Ciencias Políticas, année I, nº 7, 12/4/1911, p. 71.
58 Cité par Natalio R. Botana, «1890 : de la libertad civil a la libertad política», La Nación, Suplemento literario, 22/7/1990, p.1.
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Natalio Botana, « Les transformations du credo libéral et constitutionnel en Amérique latine au cours du xixe siècle  », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 11 | 2005, Publicado el 21 septiembre 2007, consultado el 26 septiembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/952

Inicio de página

Autor

Natalio Botana

Universidad Torcuato Di Tella (Buenos Aires - Argentina)

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org