Navegación – Mapa del sitio
Construction des structures économiques de l’État

Quand l’État chilien se proposait de construire la démocratie économique. Nationalisations, Aire de propriété sociale et système de participation des salariés durant l'Unité populaire (1970-1973)

Franck Gaudichaud

Resúmenes

Les relations entre les partis politiques de gauche et l’État chilien, le rôle du mouvement syndical, les politiques publiques de développement, ainsi que le vaste programme de nationalisations du gouvernement de Salvador Allende sont des éléments essentiels au moment de comprendre l’Unité populaire (1970-1973). L'un des paris stratégique de la « voie institutionnelle au socialisme » a été de mettre à profit l'État chilien pour permettre un début de rupture avec le capitalisme dépendant et amorcer ainsi la création d'un modèle de développement alternatif. Le programme de l'UP annonçait un ensemble de mesures destinées à favoriser la croissance économique, tout en favorisant une forte participation populaire et une véritable redistribution des richesses. Cet article revient sur l’édification de l’ « Aire de propriété sociale » (APS) formée par le secteur nationalisé et créant une tentative originale de démocratie économique basée sur la co-gestion et la participation des salariés à la direction des entreprises. Nous revenons également sur les limites de cette expérience et sur la dynamique du « pouvoir populaire » (particulièrement des Cordons industriels) qui entre progressivement en tension avec les délimitations restreintes de l’APS.

Inicio de página

Texto completo

Nous terminerons avec le processus de « dé-nationalisation », chaque fois plus important, de nos industries et source de travail qui nous soumet à l’exploitation étrangère. [...]. C’est la tâche du gouvernement populaire, c’est-à-dire de chacun d’entre nous, je répète, de créer un Etat juste, capable de donner le maximum d’opportunités à tous ceux qui vivent sur notre territoire.

Discours prononcé le 5 novembre 1970 au stade national de Santiago par Salvador Allende (Allende, 1989: 219)

Introduction1

  • 1 Cet article de synthèse est basé sur une partie de notre travail de thèse doctorale (réalisée sous (...)
  • 2 La CUT est la seule grande confédération syndicale au Chili en 1970.
  • 3 La Démocratie-chrétienne a aussi une très forte influence au sein du mouvement ouvrier et représent (...)

1Les politiques publiques de nationalisations, les discussions quant à la participation des salariés dans la construction de l’économie et la construction d’un « pouvoir populaire », ont connu au Chili leur apogée durant le gouvernement de l'Unité populaire (1970-1973). Durant ces mille jours de mobilisations massives et de « fête révolutionnaire », mais aussi d'affrontements politiques et de grandes tensions sociales (Moulian, 1999), la question de l’État et de son rôle aussi bien dans le développement économique que dans la transformation sociale, a été au cœur de la « voie chilienne vers le socialisme ». Salvador Allende, parlementaire socialiste de longue date, plusieurs fois candidat à la magistrature suprême, ancien ministre, gagne les élections présidentielles de novembre 1970 dans un pays en pleine effervescence (Corvalan Marquez, 2003 ; Pinto, 2005). Le Chili, petit pays du Cône Sud situé dans l'arrière-cour géopolitique étasunienne, connaît alors un mouvement ouvrier combatif et fortement structuré sur le plan syndical, notamment autour de la Centrale unique des travailleurs (CUT)2. Les fractions des classes subalternes et de la petite-bourgeoisie qui portent Allende à la présidence de la République aspirent majoritairement à une rupture avec les politiques passées, notamment suite à l’échec du gouvernement de « révolution en liberté » (1964-1970), mené par la Démocratie-chrétienne (DC). L’Unité populaire (UP) est une coalition qui coordonne des organisations partisanes allant du Parti communiste (l’un des plus puissant d’Amérique du sud) au petit Parti radical, en passant par le Parti socialiste et, bientôt, des courant chrétiens progressistes issus de la DC (comme le Mouvement d’action populaire unitaire -MAPU- et la Gauche chrétienne). La stratégie de ce regroupement de gauche, et son projet d’alliance transitoire avec la « bourgeoisie nationale progressiste », s’inscrit dans la continuité des Fronts populaires des années trente, mais cette fois sous hégémonie de deux grands partis marxistes possédant une implantation ouvrière conséquente : le Parti communiste (PC) et le Parti socialiste (PS)3. Son programme se caractérise par une batterie de réformes sociales audacieuses (les « 40 mesures ») et un discours anti-impérialiste revendiquant la récupération de la souveraineté du pays, particulièrement sur les ressources minières, dont la première réserve de cuivre mondiale (alors largement aux mains de capitaux étasuniens). Allende a comme objectif de prouver qu'une voie chilienne sui generis au socialisme, est possible. Ceci sans avoir à suivre le chemin autoritaire de l'URSS ou la violence de la lutte armée cubaine : le pari est celui d'une transition pacifique et non armée, respectant les institutions en place, le système électoral, les forces armées et la démocratie représentative, issus de la constitution de 1925. Dans ce projet, le programme de nationalisations avec participation des travailleurs devient peu à peu un axe essentiel. Une expérience originale qui sera marquée rapidement, d'une part, par le surgissement de tensions entre Allende et une partie des luttes ouvrières, dont la dynamique n'est pas celle du temps institutionnel-gouvernemental, d'autre part, par la violence du coup d’État du 11 septembre 1973, qui clôt toutes les aspirations révolutionnaires.

2Sur le plan théorique, cette relation sous tension entre espace des luttes et champ politique gouvernemental s’inscrit dans des politiques du conflit telles que décrites par Tilly et Tarrow, et dans lesquelles plusieurs acteurs sociaux et partisans amorcent un flux de conflits (entendus comme une série de moments de revendications collectives et protestataires liés entre eux), qui tend à questionner in crescendo l’ordre économique et politique hégémonique, faisant ainsi émerger ce qu’il convient d’appeler un processus prérévolutionnaire (Tarrow, Tilly, 2008).

Le gouvernement Allende, la politique économique et les nationalisations

  • 4 Un phénomène de dualisation de pouvoir qui constitue l’une des trames communes aux crises révolut (...)

3Au Chili, le mot d’ordre de « contrôle ouvrier de la production » a été globalement peu revendiqué par les deux principales forces de la gauche partisane (communiste et socialiste), bien qu'on le retrouve régulièrement dans les documents des tendances de l'aile gauche du PS, influencées par le trotskysme. Au sein de la CUT (centrale dominée par communistes, socialistes et démocrates-chrétiens) et du mouvement syndical, on fait davantage référence à une « participation des travailleurs » articulée à des revendications salariales. Quant à la gauche extraparlementaire, dont le Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), jeune organisation d'extrême-gauche (influencée par la Révolution cubaine et fondée en 1965), elle réclame alors la construction du « pouvoir populaire », notion large englobant « les pauvres de la ville et de la campagne », tout en se déclarant partisane d'une généralisation de formes de contrôle ouvrier avec pour objectif une perspective marxiste classique dite de « double pouvoir » et de rupture de l’appareil d’Etat4. Des revendications certes différenciées et contradictoires, mais que l’on retrouve dans plusieurs pays latino-américains à cette époque (années 60 et 70), et qui font globalement référence aux capacités du mouvement ouvrier de prendre en main, partiellement ou totalement, les outils de production à des échelles diverses, mais aussi d’intervenir -au-delà de la sphère strictement productive- directement sur une scène politique largement dominée par les oligarchies et les partis traditionnels. En Amérique latine,

dans divers endroits, les travailleurs, acteurs primordiaux de la production, effectuent diverses expériences dans lesquelles ils participent et assument la gestion des entreprises : la participation, la cogestion et l’autogestion, dans leurs différents modèles et avec les diverses réalités de leur application, expriment un processus de socialisation qui ne se circonscrit pas seulement à la production, mais qui influence tous les niveaux de la société. (Iturraspe, 1986)

4Salvador Allende, durant sa campagne électorale, avançait lui aussi des idées de « pouvoir populaire », de « participation des travailleurs » et même de « contrôle populaire » de l'économie. Mais sans plus de précisions. Ce flou laisse un espace à des interprétations diverses, qui sont le reflet de la grande hétérogénéité existante à l’intérieur de la coalition de gauche sur ces questions. Le programme de l’UP affirme que les « transformations structurelles proposées sont des transformations révolutionnaires » et souligne la nécessité du « contrôle par le peuple organisé du pouvoir politique et économique, exprimé dans l’aire étatique de l’économie et la planification générale de celle-ci. C’est ce pouvoir populaire qui assurera l’accomplissement des tâches signalées »5. Si on examine les textes et discours de la gauche jusqu'en 1973 (Farias, 2001)6, nous pouvons confirmer que la notion de « pouvoir populaire » est régulièrement invoquée mais depuis une version minimaliste à une affirmation beaucoup plus radicale : d’un simple appui du peuple à la politique du gouvernement, jusqu’à la création de nouvelles relations de production, dans la perspective d’une rapide transition au socialisme. Globalement, ainsi que le note l'historien Hugo Cancino, « le terme « populaire », présent dans la tradition des mouvements sociaux latino-américains et chiliens, désigne et renvoie à la convocation de sujets sociaux situés au-delà de l’univers ouvrier-prolétaire : celui-ci embrasse la paysannerie, les couches moyennes, la petite-bourgeoisie et, en général, les secteurs subalternes » (Cancino, 1988: 132-135).

  • 7 Le cas concret de la participation au système de prévision et de sécurité sociale est par exemple (...)

5Si le programme du gouvernement parle « d’approfondissement de la démocratie et des droits des travailleurs », cela correspond tout d'abord au respect des libertés syndicales et au rôle de conseil que ces organisations pourront jouer dans les différents niveaux de l’appareil étatique7. Il n’est par contre fait qu’une seule allusion à la participation des salariés au fonctionnement des entreprises nationalisées. Quant aux entreprises privées, dont le programme reconnaît qu’il s’agira de la grande majorité, rien n’est prévu sur l’éventuelle nouvelle place des travailleurs dans leur fonctionnement. Il leur est uniquement reconnu un droit à « des salaires et des conditions de travail justes ». La volonté de l’Unité Populaire est, dans un premier temps, de redonner à l’État de fortes capacités d'interventions et régulation économique, tout en accélérant la réforme agraire. La « nouvelle économie » qui est annoncée est pensée sous la forme de trois secteurs distincts : Aire de « propriété sociale », Área de Propiedad social (APS), formée par les entreprises déjà propriété de l'État, auxquelles s'ajoutent les entreprises qui sont à nationaliser et considérées comme « stratégiques » ; le secteur de la propriété privée (majoritaire) ; le secteur de la propriété mixte, qui combine capital public et privé.

6Lors de ses derniers discours de campagne, Allende déclare son intention que l’État contrôle la production des matières premières, le système bancaire ainsi que les « monopoles industriels stratégiques », comme les entreprises « qui conditionnent le développement économique et social du pays ». Cette politique publique favorisant un retour en force d'un Etat régulateur prévoie le paiement d'indemnisations aux propriétaires des entreprises concernées, en majorité détenue par des capitaux étrangers. Le gouvernement a initialement constitué une liste comprenant 147 entreprises devant passer prioritairement à l'APS, une ambition forte finalement réduite au moment de l'entrée d'Allende à la Moneda (le palais présidentiel) à 91 entreprises (dont 74 sont des industries), sous la pression du patronat et de la droite. Une fois au gouvernement, le premier souci du « camarade-président » est le contrôle du cuivre, « le salaire du Chili », très largement aux mains de grandes compagnies étasuniennes. Le décret de nationalisation de 1971 annonce, triomphal :

  • 8 Revue Punto Final, Santiago, 12 octobre 1971.

Dans un acte de souveraineté nationale, le Chili a décidé de récupérer pour lui la propriété des sources de productions les plus décisives et importantes pour le présent et l'avenir. C'est de ces ressources que dépend l'issue du combat que livre le Chili pour soustraire la plus grande partie de son peuple à la misère matérielle, à l'exploitation de l'homme par l'homme, à l'intérieur, et à la subordination étrangère, à l'extérieur. Les deux tiers de nos revenus en devises et le financement de près d'un quart du budget de la nation proviennent de l'exploitation du cuivre8.

7En calculant l'indemnisation qu'il conviendrait de payer aux entreprises affectées par cette nationalisation (comme la Kennecott), le gouvernement décide de déduire les « bénéfices excessifs » reçus entre 1955 et décembre 1970 par les transnationales. La somme calculée de 774 millions de dollars est finalement supérieure à l'indemnité prévue : les compagnies américaines sont donc expropriées, sans indemnités. Cette action souveraine musclée s'attire immédiatement les foudres du gouvernement Nixon, qui cherche déjà à abattre Allende et la « voie chilienne au socialisme » : en pleine guerre froide, manœuvres de la CIA et déstabilisation économique internationale sont déjà en marche (Kornbluth, 2003)9.

Un « État juste » ? Vers une aire de « propriété sociale »

  • 10 Allende a pu gagner la présidence en partie grâce à la division de l’opposition entre le centre d (...)

8Pourtant, la nationalisation-expropriation du cuivre a été approuvée unanimement par le Congrès chilien, y compris par les élus de droite et de la DC. C'est dans l'application du reste de son programme de nationalisations que l’UP va rencontrer de sérieuses difficultés. Soulignons un fait connu, mais fondamental : le gouvernement est resté minoritaire au Congrès durant toute la période et Allende n'a remporté la présidence qu’avec 36,6% des voies10. Postulant à une « voie institutionnelle au socialisme », l'engagement d'Allende est de respecter la légalité, coûte que coûte. Pour toute avancée dans la construction de l'APS, il dépend d'un appareil étatique qu’il ne contrôle que partiellement et d'un arsenal juridique largement forgé, depuis les années 20, par l'oligarchie qu'il combat. Dès le début de sa gestion, l'UP doit négocier avec la Démocratie-chrétienne qui contrôle avec la droite nationale, les deux tiers du pouvoir législatif. Les « garanties constitutionnelles » qui lient l'UP avec la DC visent précisément à protéger la propriété des principaux moyens de production et à limiter les possibilités d’expropriations. Le gouvernement se lance alors dans une véritable bataille rangée juridique, afin de trouver les moyens de créer l'Aire de propriété sociale, sans sortir de la légalité. Pour résumer, notons que les entreprises peuvent être intégrées à l'APS de cinq manières : 1) le gouvernement crée de nouvelles entreprises publiques ; 2) une réforme constitutionnelle permet au président d'indiquer les entreprises à nationaliser, mais cette décision est soumise à l'approbation du Congrès ; 3) le gouvernement achète des parts aux entreprises privées ; 4) le Code du travail et la loi de sécurité intérieure autorisent le ministère du Travail à « intervenir » les entreprises stratégiques, où divers problèmes liés aux conditions de travail limitent la production ; et enfin, 5) un décret-loi de 1931 permet au ministère de l’Économie de contrôler (temporairement) des entreprises stratégiques qui connaissent une baisse notable de la production. C'est essentiellement sur la base ces deux dernières dispositions, dénoncées comme des arguties légales par l'opposition, et qui ne nécessitent pas l'approbation du Congrès, que vont s'appuyer les ministres pour construire l'APS (Magasich, 1998: 11-24).

9Il est essentiel de souligner -au delà des accusations de « collectivisme » des entrepreneurs- que le projet de nationalisations de la gauche est, somme toute, initialement assez modéré : il ne concerne qu’une partie relativement réduite de l’économie, essentiellement le secteur moderne (sidérurgie, transport, production de biens intermédiaires, etc.), soit moins de 1 % des entreprises du pays. Il laisse de ce fait sans perspectives claires, la grande majorité des travailleurs de la petite et moyenne industrie, mais également des pans entiers de l’industrie textile, du bâtiment et de l’alimentaire. Par exemple, en ce qui concerne l'industrie, le programme de nationalisations ne s’adresse directement qu’aux 141 046 salariés de la grande industrie, laissant de côté 281 289 ouvriers (Del Pozo, Jacob, 1994: 31-48). Même chose dans la construction. Selon l'économiste Hector Vega, « lorsque le projet économiciste de l’UP est proposé, 65% des travailleurs restent en dehors. Les limites du programme d’action ont une double conséquence: d’une part la force des travailleurs incorporés est gravement limitée et, d’autre part, on se prononce pour une alliance avec les secteurs moyens dont la pratique allait montrer ses limites » (Vega Tapia, 1981).

10Néanmoins, au sein de l'APS, se met effectivement en place, bien que progressivement, une intéressante expérience de participation, de cogestion et de empowerment des travailleurs. L'ensemble de ce processus a été étudié par une enquête de terrain de deux chercheurs étasuniens, dans un ouvrage de référence sur la « démocratie économique » sous Allende, effectuée dans une trentaine d’entreprises (Espinoza, Zimbalist, 1978) (Wilson, 1979). Salvador Allende déclare le premier mai 1971 : « Fortifier le pouvoir populaire et le consolider, revient à rendre plus puissants les syndicats, en les rendant conscients qu’ils constituent un des piliers fondamentaux du gouvernement ». Le système de cogestion tend effectivement à donner une place nouvelle et à intégrer davantage les syndicats et leurs dirigeants aux structures directives des entreprises et de l’État, ce qui n’est pas sans générer des tensions avec leur base. On peut d’ailleurs déceler plusieurs processus distincts et étapes dans cette expérience. C'est ce qu'a montré l'historien étasunien Peter Winn dans son étude monographique sur l'immense entreprise textile Yarur, où la lutte pour la participation est aussi source de nombreux débats au sein des ouvriers de l’usine. La veille de son discours du premier mai 1971, Allende avait d’ailleurs accepté de nationaliser Yarur sous pression des salariés (et de certains de ses proches collaborateurs), tout en annonçant le risque qu’il pourrait y avoir pour la stabilité gouvernementale de procéder de la sorte à l’avenir (Winn, 1986). Il avait vu juste. Effectivement, si le secteur minier et banquier a été nationalisé « à froid », soit avec l’accord du Congrès, soit par l’achat négocié d’actions par la CORFO (Corporación de Fomento de la Producción), la situation est tout à fait distincte dans le secteur manufacturier ou de la distribution. Dans ce cas, les mécanismes sont plus complexes et surtout soumis à une grande pression du mouvement ouvrier. Ainsi, de mai 1971 à juin 1972, les nationalisations se font fondamentalement par « en haut » et grâce à des décrets présidentiels d’intervention-réquisition, basés la plupart du temps sur la liste des 91 entreprises « nationalisables », élaborée par le gouvernement. Cependant, dès juin 1971, apparaissent ce que Winn nomme « nationalisations par en bas », dans des secteurs économiques non considérés comme prioritaires par le gouvernement ou concernant des petites et moyennes entreprises : cette « pression par en bas » se fait très souvent suivant un répertoire d’action combinant l’occupation d’usines et la manifestation de rue, voire l’usage de la barricade.

  • 11 La notion de « structure des opportunités politiques » renvoie aux rapports de forces politiques, é (...)
  • 12 La Controlaría est chargée officiellement du contrôle des comptes de l’Etat, mais aussi des fonctio (...)

11Les mobilisations se multiplient ainsi, favorisées par la fin de la répression d’État et une nouvelle subjectivité populaire qui envisage le nouveau gouvernement comme le « sien », s’insérant ainsi dans une « structure des opportunités politiques » perçue comme un moment historique pour faire avancer les droits sociaux et politiques11. Ainsi, l'histoire des nationalisations et l'APS est aussi celle d'un processus de conflits entre, d'une part, certains secteurs de la classe ouvrière mobilisée qui aspire à l’accélération des réformes et, d'autre part, un exécutif qui cherche à respecter ses engagements et l'ordre institutionnel dont il a hérité. Cette dialectique est magistralement filmée dans le documentaire La Bataille du Chili du cinéaste Patricio Guzmán (Guzman, 1979). Finalement, au moment du coup d’État, on estime que ce sont plus de 300 entreprises qui sont passées sous la tutelle de l’État, fruit de multiples mobilisations ouvrières et « interventions » d'usines par le ministère du Travail, sur prétexte de la paralysie de la production ou de non respect du droit du travail (Castells, 1974) (Samaniego, 1995). Rappelons que les « interventions » ne sont pas des nationalisations stricto sensu, car ces décrets présidentiels ne sont pas reconnus par le Congrès et presque systématiquement rejetés par la Controlaría de la República, se situant ainsi dans une situation légale mal définie et sensée être temporaire12. Début novembre 1972, après la grande lutte d’octobre, l’Exécutif est aux abois et pris entre deux feux. Un exécutif civilo-militaire est mis sur pied au nom de « l’unité nationale » et présenté comme destiné à éviter la guerre civile : on y retrouve, au coude à coude, trois chefs des forces armées avec Rolando Calderón (PS et secrétaire général de la CUT) au ministère de l’Agriculture et Luis Figueroa (PC et président de la CUT) au ministère du Travail. A cette date, le gouvernement se retrouve de plus en plus dans une position difficile, englué dans un jeu institutionnel qui lui est clairement hostile et paralysé face à une polarisation sociale toujours plus profonde, comme à des négociations au Congrès bloquées par l’opposition.

Les dilemmes d’Allende : Bataille de la production et participation des travailleurs

12A l’aube des années 1970, la gauche chilienne n’est pas la seule à se prononcer pour une plus forte participation des salariés au sein des entreprises. Elle est fortement concurrencée sur ce plan, au sein du mouvement politique et syndical, par la Démocratie-chrétienne (DC). On peut même dire que la DC s’est montrée historiquement davantage intéressée par le thème autogestionnaire que la gauche, restée extrêmement « étatiste », collectiviste et centraliste (Harnecker, Zeran, 1972). D’ailleurs, c’est le MAPU, issu de la Démocratie-chrétienne, qui sera l’un des principaux défenseurs au sein la gauche parlementaire des idées d’autogestion et de participation.

  • 13 Document approuvé le 7 décembre 1971 : Normas básicas de participación de los trabajadores en la di (...)

13Comment a donc été mise en place la participation des travailleurs dans le secteur nationalisé (l’APS) durant l'Unité populaire ? L’accord signé entre la CUT et le gouvernement, le 7 décembre 1970, se réfère explicitement à la nécessité d’une participation dans le processus de transformation nationale. Pourtant, ce n’est ni directement le gouvernement, ni la CUT, qui avancent l’idée de la formation de « comités ouvriers ». C’est depuis la base que cette problématique du contrôle des salariés est mise en avant par certains représentants syndicaux, si bien qu’elle est finalement discutée lors de la neuvième conférence de la CUT, à Valparaíso, en 1971. Une étude réalisée par une commission CUT-gouvernement débouche alors sur les « Normes basiques de la participation des travailleurs à la direction des Entreprises de l’Aire sociale et mixte »13. Ce document invoque deux niveaux de participation. Le premier se situe au niveau du Conseil national de développement, qui comprend six « représentants des travailleurs », discutant la politique économique nationale. Ces délégués sont des dirigeants de la CUT. La centrale est ainsi de plus en plus intégrée aux organismes bureaucratiques de l'Etat, mais également à la gestion gouvernementale. Le deuxième niveau de participation concerne la gestion des entreprises de l’aire sociale. Dans ce cas, l'assemblée des travailleurs, présidée par la direction du syndicat, élit cinq représentants au niveau du conseil d’administration (CA). Ce dernier est ainsi composé de cinq représentants de l’État, 5 délégués des salariés et un représentant de la présidence de la République qui préside le conseil (l’Interventor). C’est ce conseil qui est l’organe directeur de l’entreprise, en collaboration avec des « comités de production » où siègent également des salariés élus. En théorie, l’État garde le contrôle de la direction des entreprises, mais dans la pratique ce sont souvent les salariés qui sont majoritaires dans les CA car les interventores sont souvent absents ou eux même ouvriers de l’entreprise, voire absorbés par d'autres tâches politiques ou « à cheval » sur plusieurs usines « intervenues » (Espinoza, Zimbalist, 1978).

14Indéniablement, les nombreux témoignages que nous avons recueillis, dans le cadre d'un travail d'histoire orale de l’Unité populaire, montrent que cette expérience collective et démocratique reste gravée dans la mémoire des salariés comme des militants de gauche (Gaudichaud, 2004). C'est un moment d’importants bouleversements au sein de l’usine : des hiérarchies au travail, des représentations et subjectivités des salariés, des rapports aux directions syndicales. Un moment de libération de la parole ouvrière également. Prenons un exemple : José Moya, ouvrier du MIR, nommé président du comité de production de l’usine de disque au sein du grand monopole de radiotélévision IRT (ex-RCA). Pour cet ouvrier, l'application de cette cogestion est vécue comme un moment de reconnaissance du rôle essentiel de travailleurs par le président Allende. Cependant, il souligne aussi les limites de ce système et rappelle que cela correspond à une période d’intensification du travail, afin de répondre à la forte augmentation de la demande.

Dans ces circonstances, chaque entreprise et usine a eu sa propre histoire au milieu du bouillonnement social. Chaque collectif organisé a eu sa façon de procéder dans le changement de direction et/ou de propriétaire. Lorsque les usines étaient occupées, les travailleurs demandaient qu'elles soient intégrées à l'APS. Le gouvernement jugeait au cas par cas sur la manière de procéder, en fonction de la coalition de forces au sein de l'UP et, aussi, de la conjoncture du moment. (Ferreira Gomez Stelko, 2010)

15De fait, Zimbalist et Espinoza ont démontré que suivant la géographie politique interne à chaque entreprise, leur structuration administrative ou système productif, leur tradition syndicale, s’installent des expériences de participation « tangentiellement » démocratiques et horizontales ou au contraire d’« hétèrogestion » et de contrôle bureaucratique. En général, la présence de forces militantes appartenant à l’aile gauche de l’UP ou du MIR, favorisaient la diffusion et l’acceptation des idées liées au contrôle ouvrier et au « pouvoir populaire ».

  • 14 Voir l'enquête de Michel Raptis menée en 1971-1972 (Raptis, 1973).
  • 15 Revue Principios, Santiago, 1972, p. 87-88.
  • 16 Le journal du MIR, El Rebelde, revient régulièrement sur cette question.

16Pourtant, faute d’un véritable système de planification démocratique et participatif sur le plan national, les objectifs des entreprises de l’Aire sociale ont parfois vu leur rôle réduit à augmenter la production, au travers des « comités de production »14. La participation de représentants syndicaux au niveau régional n’est jamais mise en pratique et la CUT s’est limitée à un rôle essentiellement consultatif. En ce sens, si pour la majorité des militants de gauche et l'espace politique de l'UP, l’APS incarne malgré tout les germes de la future société socialiste, elle représente surtout un outil de la « bataille de la production » lancée par le gouvernement (Farias, 2001: Chapitre I, tome I). Cet appel est particulièrement celui du Parti communiste qui en fait l'une des ses priorités. Mise en exergue par la nouvelle administration, elle se base sur une mobilisation, réelle, d’une partie des salariés de l’APS. Allende, dans son discours aux travailleurs, à l’occasion du premier mai 1971, proclame haut et fort : « Il est fondamental d’obtenir les plus grands sacrifices et le plus grand effort patriotique de tous les travailleurs… et produire plus, car ainsi vous êtes en train d’assurer l’avenir de la patrie et la défaite de ceux qui conspirent contre le Chili et le gouvernement des travailleurs » (Allende, 1971). Dans son rapport annuel de 1971, le gouvernement annonce que « la participation des travailleurs signifie que ceux-ci livrent avec enthousiasme la bataille pour augmenter la production, puisqu’ils savent que désormais les bénéficiaires, ce sont eux » (ODEPLAN, 1972 : 77). Les divers rapports gouvernementaux décrivent un succès productif, sans précédent ; une augmentation de la production dépassant les 100% en 1971dans certaines usines textiles, et plus de 50 % dans le domaine de l’électronique. On peut voir poindre là une sorte de stakhanovisme à la chilienne. Dans cette optique, la CUT et le Parti communiste insistent sur la « responsabilité » qui incombe aux travailleurs. Un examen de la presse militante donne une idée de l’ampleur de cette conviction. Ainsi à son retour d’URSS, Luís Figueroa tient à souligner que dans « la patrie du socialisme », l’un des chemins choisis est également l’intensification de la production (Figueroa, 1971). Selon la CUT, la priorité est désormais de « Produire et étudier ». Certains enquêtés restituent, aujourd’hui encore, l'état d’esprit de cette « bataille », malgré la rupture mémorielle qu'a pu signifier la dictature (1973-1989) (Gaudichaud, 2006). Début 1972, la revue théorique du PC confirme que l’objectif principal de la participation est d’augmenter la production et que les travailleurs seront récompensés (entre autres de manière financière) suivant leur productivité15. L’aile gauche du PS et le MIR critiquent ce qu’ils considèrent comme une « erreur typique du capitalisme d’Etat », alors que le problème fondamental du pouvoir et de « l’Etat bourgeois » n’a pas été résolu16. Une fois encore, l’hétérogénéité et les orientations en conflit au sein de la coalition de gauche apparaissaient au grand jour sur une question stratégique fondamentale pour l’Exécutif : un débat que l’on retrouve dans les prises de positions de Pedro Vuskovic, ministre de l’économie jusqu’en novembre 1972 et qui souhaitait voir un approfondissement des formes de participation ouvrière au sein de l’APS, afin d’amorcer la transition au socialisme.

17Il est vrai que la « bataille de la production » a eu des effets économiques bénéfiques immédiats, mais elle tend aussi à enfermer les salariés dans une course productiviste, sans garantie que les excédents ne soient ré-accumulés par le secteur privé, par le biais des intermédiaires de distribution (en majorité dans les mains du privé). Ce problème s’amplifie alors que la politique économique de l’UP montre de sérieux signes d’essoufflement. Et c'est à la faveur de la crise de l´économie politique de l'année 1972, que la question du pouvoir populaire resurgit. Une irruption soudaine, « éruptive » et transformatrice. Lorsque durant « l’octobre rouge » de 1972, grand patronat, commerçants, professions libérales profitent de la grève des camionneurs (financée par la CIA) pour tenter de paralyser l’économie du pays, une fraction de la classe ouvrière industrielle occupe massivement les usines et certains travailleurs parviennent à les remettrent en route partiellement, sous leur contrôle. Même chose dans le secteur de la distribution où une partie de la jeunesse militante appuie les salariés pour ravitailler quartiers populaires et marchés. Les revendications économiques, la participation amorcée dans l’APS s’articulent avec les demandes d’extension de l'aire sociale et de radicalisation du cours politique : cette connexion se traduit notamment par la formation des « Cordons Industriels », formés sur la base d’une coordination territoriale horizontale de plusieurs dizaines d’usines, indépendamment de leur branche économique ou de leur appartenance, ou non, au secteur privé. Après avoir été essentiellement dirigés par des leaders syndicaux et des militants PS ou du Mouvement de la gauche révolutionnaire (MIR), très souvent issus de l’APS d’ailleurs, des assemblées de travailleurs sont mises en place, tant bien que mal, dans les usines les plus combatives. Le but affiché est particulièrement de dépasser le cadre de la cogestion pour généraliser des formes de contrôle des salariés à l'ensemble de l'économie. Pourtant rapidement, les salariés des Cordons buttent contre les limites de la stratégie de la gauche gouvernementale, mais doivent aussi faire face à leurs propres faiblesses organisationnelles. Il n’est pas possible dans le cadre de cet article de synthèse de revenir sur ces formes de « pouvoir populaire constituant » et que nous avons défini comme « la création d'expérimentations sociales et politiques de contre-pouvoir et contre-hégémonies organisées, conduisant à de nouvelles formes d’appropriations collectives populaires et à une remise en cause -totale ou relative- des relations de production, des formes d’organisation du travail, des hiérarchies sociales, spatiales et des mécanismes de domination matériels ou symboliques » (Gaudichaud, 2013a et 2013b).

  • 17 Voir la déclaration du Cordon Vicuña Mackenna dans Tarea Urgente, Santiago, n° 1, 1973.

18Dès janvier 1973, les Cordons industriels s’opposent vertement au projet du ministre communiste Orlando Millas, chargé en collaboration avec les militaires (qui intègrent désormais le gouvernement) de la restitution de 123 entreprises occupées ou réquisitionnées pendant octobre. Un tel projet accélère les tensions entre gouvernement et « pouvoir populaire ». Selon les dirigeants des Cordons, le PC et les secteurs « réformistes » de l’UP agissent contre le processus révolutionnaire17. En mars, le gouvernement peut rasseoir sa légitimité de « gouvernement du peuple » avec l’obtention de plus de 43 % des suffrages aux élections législatives. Mais durant toute l’année 1973, les forces armées commencent leur travail de répression. Le gouvernement semble paralysé. Profitant d’une loi sur le « contrôle des armes », les soldats interviennent violemment dans les bastions ouvriers et évaluent les résistances. Après la tentative de soulèvement militaire de juin, et alors que les médias (à commencer par le journal El Mercurio) crient à la dictature du prolétariat, la CUT réitère ses appels à rendre une partie des usines occupées. Il s’agirait de « consolider » les acquis et de donner de l’air à Allende. Le 9 août, est formé un nouveau cabinet civilo-militaire, dit de « sécurité nationale », où l’on trouve trois généraux et le commandant en chef de la police. Un mois plus tard le coup d’État est dirigé par le général Pinochet (avec l'appui de Washington) : Pinochet venait d’être nommé à la tête de l’état-major par Salvador Allende, suite à la démission du général légaliste Carlos Prats.

Quelques éléments de conclusion : démocratie économique et statocentrisme

19L’Unité populaire, dont la victoire électorale est le produit d’une large mobilisation sociale, a appelé de ses vœux la création d’un nouveau « pouvoir populaire », tout en désirant le canaliser autour de son programme afin que celui-ci ne remette pas en cause directement l’Etat chilien et ses institutions. Ce pari était d’autant plus ardu que la gauche ne contrôlait que le gouvernement et est restée minoritaire au Congrès (les autres institutions étant largement dominées par l’opposition), ce qui va l’obliger à d’interminables négociations avec la Démocratie-chrétienne et un introuvable « centre politique ». Parallèlement, le gouvernement Allende a tenté plusieurs réformes ambitieuses, dont la mise en place d’un système original de cogestion et participation des salariés au sein des entreprises de « l’Aire de propriété sociale ». Tentative qui va être rapidement mise au service de la « bataille de la production », sous l’impulsion du Parti communiste notamment. L'absence d’un système de planification démocratique national et l’amplification des différenciations existantes au sein du salariat, dont une majorité reste exclue du secteur nationalisé, représente une autre contradiction de cette tentative de démocratisation économique par « en haut ». Cependant, à la faveur de la grande crise d'octobre 1972, la notion de pouvoir populaire apparaît sous un jour nouveau, en débordant l’ensemble du cadre politique et syndical, particulièrement au travers de la constitution des Cordons industriels, mais aussi dès 1971 par le biais d’occupations d’usines. Ce débordement ne signifie néanmoins pas une rupture du projet « allendiste », mais plutôt sa radicalisation à la base, sans incarner cependant une réponse collective capable de répondre au coup d’État, ni même une alternative au sein du champ partisan. Comme l’a noté le sociologue bolivien René Zavaleta Mercado, « les partis n’allaient pas aux Cordons en abandonnant le pouvoir officiel, sinon qu’ils existaient, en même temps, dans le pouvoir officiel et dans les Cordons » (Zavaleta Mercado, 1974: 126).

20D’autre part, un point important qui reste à discuter dans de futures interprétations de cette période clef de l’histoire chilienne réside dans le constat, qu’au-delà de leurs divisions, de larges fractions des gauches partisanes et du mouvement ouvrier ont partagé une conception profondément étatiste de la transformation révolutionnaire ou, pour le moins, focalisée autour la figure omniprésente de l’Etat. Le fameux « Etat de compromis » chilien n’est alors pas envisagé comme un obstacle pour la stratégie de transition au socialisme, mais au contraire comme l’un de ses outils essentiels. Il s’agit de mettre la machine étatique au service des classes populaires. Cette « vision statocentrée » est fille d’un ensemble de traditions idéologiques et culturelles, de perceptions héritées d’une formation sociopolitique qui s’est forgée au cours du vingtième siècle. Ainsi, malgré plusieurs éléments de démarcation, le projet économique de l’UP s’inscrit dans la lignée de ces projets étatiques « nationalistes-développementistes » et « front-populistes » qui naissent dans les années vingt et trente. Le rêve brisé de Salvador Allende était de combiner cet héritage, avec un programme de transition au socialisme qui en soit la prolongation, mais aussi le dépassement, grâce à la participation des classes subalternes organisées. Pourtant, dans ces conditions, les espaces de participation des salariés initiés par l’Exécutif, en particulier dans le champ économique, tout comme les diverses formes de pouvoirs populaires constituants embryonnaires, surgis de la base, se sont « rapidement trouvés amarrés à la geôle libérale tendue, depuis 1925, par la Constitution politique » (Pinto, Salazar, 1999: tome 2). Le coup d’Etat vient alors fermer brutalement ce cycle pour ouvrir le pas à la refondation du pays sous la coupe des militaires, du terrorisme d’Etat et, dés 1975, de la contre-révolution néolibérale des « Chicago boys ».

Inicio de página

Bibliografía

ALLENDE, Salvador, Obras escogidas (1970-1973), Barcelona, comp. Patricio Quiroga, Editorial Crítica, 1989.

___________, “Párrafos del discurso de Allende en el primer de mayo”, Central Única, Santiago, junio de 1971.

CANCINO, Hugo, La problemática del poder popular en el proceso de la vía chilena al socialismo 1970-73, Aarhus, Aarhus Universitet Press, 1988.

CASTELLS, Manuel, La lucha de clases en Chile, Buenos Aires, Siglo 21 Editores, 1974.

CORVALAN MARQUEZ, Luis, El Gobierno de Salvador Allende, Santiago de Chile, LOM, 2003.

DEL POZO José, JACOB André (dir.), Le Chili de 1970 à 1990. De l’Unité populaire à l’après Pinochet, Montréal, ULB Editeur, 1994.

ESPINOZA, Juan, ZIMBALIST, Andrew, Economic Democracy: workers’ participation in Chilean industry 1970-1973, London, Academic press inc., Studies in social discontinuity, 1978.

FARIAS, Víctor, La izquierda chilena (1969-1973): documentos para el estudio de su línea estratégica, Berlín, CEP, 2000-2001.

FERREIRA GOMES STELKO, M., Entreprises sous la responsabilité de l'Etat au Chili 1970-1973 : un regard sur la participation des travailleurs, Paris, Mémoire de recherche, CNAM, 2010.

FIGUEROA, Luis, “La renta nacional tanto aquí como en la URSS se aumenta en base a una mayor producción”, Central Única, Santiago, n° 2, 1971.

GAUDICHAUD, Franck, Poder Popular y Cordones industriales. Testimonios sobre la dinámica del movimiento popular urbano durante el gobierno de Salvador Allende, Santiago, LOM-DIBAM, 2004.

___________, “Chile. A broken collective memory in Memory and Popular culture », Latin American Perspectives, California, Sage Ed., Vol. 36, n° 5, 2006.

___________, Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes / Institut des Amériques, Coll. “Des Amériques”, 2013.

___________ (ed.), ¡Venceremos! Analyses documents sur le pouvoir populaire chilien (1970-1973), Paris, Syllepse, 2013.

GUZMAN, Patricio, La Batalla de Chile La Batalla de Chile, Chile/Cuba/Venezuela, 1975-1979, 3 partes.

HARNECKER, Martha, ZERAN, Faride, “Empresa de Trabajadores: un análisis de fondo”, Chile Hoy, Santiago, n° 1 et 2, 1972.

ITURRASPE, Francisco, Participación, cogestión y autogestión en América Latina, Caracas, Nueva Sociedad Ed., 1986, 2 tomos.

KORNBLUTH, Peter, Los EEUU y el derrocamiento de Allende: Una historia desclasificada, Santiago de Chile, Ediciones B, 2003.

MAGASICH, Jorge, Chili, un pays laboratoire, Bruxelles, Maison de l’Amérique Latine, 1998.

MANDEL, Ernest, Contrôle ouvrier, conseils ouvriers et autogestion (anthologie), Paris, F. Maspero, 1973 (3 tomes).

MOULIAN, Tomás, Contradicciones del desarrollo político chileno, 1920-1990, Santiago de Chile, LOM, 2009.

___________, Conversación interrumpida con Allende, Santiago, ARCIS-LOM, 1999.

MIRES, Fernando, La rebelión permanente. Las revoluciones sociales en América latina, México, Siglo XXI, 2001.

ODEPLAN, Informe económico anual 1971, Santiago, Ed. Universitaria, 1972.

PINTO, Julio (coord.), Y hicimos historia. La historia de la Unidad Popular, Santiago de Chile, LOM, 2005.

___________, SALAZAR, Gabriel, Historia contemporánea de Chile, Santiago de Chile, LOM, 1999, tomo 2.

RAPTIS, Michel, Quel socialisme au Chili? Etatisme ou autogestion, Paris, Anthropos, 1973.

SAMANIEGO, Augusto, “Los límites de la estrategia de la Unidad Popular y el Área de Propiedad Social”, Contribuciones Científicas y Tecnológicas, 109 (1995), p. 21-35.

Tilly, Charles, Tarrow, Sydney, Politique(s) du conflit. De la grève à la révolution, Paris, Presses de Sciences Po, 2008.

VEGA TAPIA, Hector, L’économie du populisme et le projet de passage au socialisme proposé par l’Unité populaire, Université Aix-Marseille II, Thèse d’Etat en économie, 1981.

WILSON, James, Freedom and Control: Worker's Participation in Management in Chile, 3 vols., PhD diss., Cornell University, 1979.

WINN, Peter, Weavers of Revolution. The Yarur workers and Chile’s road to Socialism, New York / London, Oxford University Press, 1986.

ZAVALETA MERCADO, René, El poder dual en América Latina, México, Siglo XXI, colección Mínima, 1974.

Inicio de página

Notas

1 Cet article de synthèse est basé sur une partie de notre travail de thèse doctorale (réalisée sous la direction de Michael Löwy – Université Paris VIII), recherche qui a été publiée récemment sous une forme remaniée et actualisée (Gaudichaud, 2013a). Il cherche à présenter seulement quelques tendances de fond, sans entrer dans le détail des expériences multiples -et contradictoires- que nous exposons dans l’ouvrage cité ci-dessus.

2 La CUT est la seule grande confédération syndicale au Chili en 1970.

3 La Démocratie-chrétienne a aussi une très forte influence au sein du mouvement ouvrier et représente la deuxième force en termes d'implantation syndicale du pays.

4 Un phénomène de dualisation de pouvoir qui constitue l’une des trames communes aux crises révolutionnaires contemporaines, ainsi que l’a suggéré Ernest Mandel (1973).

5 Programa de la Unidad Popular, 17 de diciembre de 1969, Santiago <www.abacq.net/imagineria/frame5.htm>.

6 Voir également les nombreux documents d’archives et textes d’analyse mis en ligne sur : www.archivochile.com.

7 Le cas concret de la participation au système de prévision et de sécurité sociale est par exemple mentionné.

8 Revue Punto Final, Santiago, 12 octobre 1971.

9 Consulter également le site de l’université de Washington <www.gwu.edu/~nsarchiv/latin_america/chile.htm>, qui présente l’ensemble des archives déclassées du département d’Etat étasunien sur ce sujet.

10 Allende a pu gagner la présidence en partie grâce à la division de l’opposition entre le centre démocrate-chrétien et la droite (Rénovation nationale) : on retrouve ici la répartition, dite des « trois tiers », qui marque le système politique chilien depuis les années vingt jusqu’à 1973 (Moulian, 2009).

11 La notion de « structure des opportunités politiques » renvoie aux rapports de forces politiques, étatiques et institutionnels et à la perception que s’en font les acteurs mobilisés quant aux possibilités de développer, avec quelques chances de succès, un mouvement social. Elle s’attache au degré d’ouverture ou de fermeture (et de répression) du système politique, au degré de cohésion et stabilité des élites et à l’évaluation qu’en font les acteurs mobilisés au moment de s’engager dans des luttes sociales (Tarrow, Tilly, 2008).

12 La Controlaría est chargée officiellement du contrôle des comptes de l’Etat, mais aussi des fonctionnaires et de la légalité des décrets émanant de l’Exécutif. Tout au long de la période, elle agit comme un bastion de l’opposition et représente une entrave systématique et efficace aux réformes gouvernementales.

13 Document approuvé le 7 décembre 1971 : Normas básicas de participación de los trabajadores en la dirección del área social y mixta, Santiago, Publicación del Dpto Educación y Cultura de la CUT, 1972

14 Voir l'enquête de Michel Raptis menée en 1971-1972 (Raptis, 1973).

15 Revue Principios, Santiago, 1972, p. 87-88.

16 Le journal du MIR, El Rebelde, revient régulièrement sur cette question.

17 Voir la déclaration du Cordon Vicuña Mackenna dans Tarea Urgente, Santiago, n° 1, 1973.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Franck Gaudichaud, « Quand l’État chilien se proposait de construire la démocratie économique. Nationalisations, Aire de propriété sociale et système de participation des salariés durant l'Unité populaire (1970-1973) », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 28 | 2014, Publicado el 05 diciembre 2014, consultado el 22 noviembre 2017. URL : http://alhim.revues.org/5084

Inicio de página

Autor

Franck Gaudichaud

Docteur en Science Politique et Maitre de conférences en civilisation latino-américaine à l’Université de Grenoble ; chercheur membre de l’Institut des langues et des cultures d'Europe et d'Amérique (ILCEA-EA 613). Dernier ouvrage paru : Chili 1970-1973. Mille jours qui ébranlèrent le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes/Institut des Amériques, Coll. « Des Amériques », 2013. E-mail: Franck.Gaudichaud@u-grenoble3.fr

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org